Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sobriété énergétique

 | 
Bruno Villalba
, 
Luc Semal

Conclusion — Assez, c’est combien ?

Luc Semal et Bruno Villalba

Texte intégral

1« Assez, c’est combien ? » nous demandait une personne précaire dans le cadre de notre enquête. C’est une affaire de quantité, bien sûr. De qualité, aussi. Mais cette question soulevait également, à sa manière, un problème récurrent dans les réflexions sur la sobriété : quel référentiel pourrait-on adopter pour nous aider à définir un niveau de suffisance ou de satiété collectivement acceptable ?

2Si nous nous situons dans une perspective de croissance continue, potentiellement éternelle, alors la question de la sobriété n’a aucune pertinence, et celle de la satiété non plus. Il n’y a aucun intérêt à discuter collectivement de ce que serait « assez ». Les débats récurrents sur les conditions d’élaboration d’une justice idéale pour l’ensemble des individus se situent dans cette perspective : on songe aux propositions de Rawls, abstraites mais adaptées au cadre libéral qui les conditionne. Parce qu’ils font abstraction de la finitude, ces débats suivent implicitement l’hypothèse d’un monde sans limites, où pourrait se maintenir une croissance virtuellement permanente — promesse grâce à laquelle chacun peut espérer parvenir, un jour, à la pleine satisfaction de ses besoins d’abord, et de ses désirs ensuite. C’est une vision du monde fondée sur une confiance réaffirmée en les possibilités du progrès technique, et qui reste dominante dans l’essentiel des scénarios politiques. Mais, dès lors que l’on introduit dans ces débats la contingence d’un monde fini, limité dans ses capacités à soutenir une justice redistributive permanente, alors il convient d’envisager différemment le choix de la sobriété.

3Le principal objectif de l’ouvrage est d’analyser comment la perspective des finitudes écologiques permet de proposer une délimitation plus substantielle des réalités que recouvre la notion de sobriété, au temps de la crise écologique globale. Il souhaite ainsi participer à une extension politique de la notion, en dépassant les approches individuelles d’aspiration à une vie plus ascétique, pour interroger plutôt les conditions de son institutionnalisation collective. Les différentes contributions qui composent l’ouvrage mettent en débat les contours de ce que serait une sobriété énergétique collective, compatible avec les tensions écologiques et sociales qui s’installent dans le monde contemporain. Cette entrée par la sobriété permet d’interroger, d’une manière originale, certaines des notions fondamentales de la démocratie représentative pluraliste, à commencer par la notion de justice : il s’agit de réexaminer les conditions d’existence et de maintien de la justice, le contexte matériel de production des richesses qui prévalait au cours des dernières décennies se trouvant profondément bousculé. Et, plus largement, la notion de sobriété apporte un éclairage nouveau sur les conditions mêmes de réalisation du projet démocratique : que reste-t-il de l’invocation de l’égalité, à partir du moment où les ressources viennent à manquer ?

4Cet ouvrage collectif ne suffit évidemment pas à faire le tour de la question. Face à un problème de cette ampleur, l’éventail des disciplines représentées mériterait toujours d’être élargi. De même, le rôle de nombreux protagonistes mériterait sans doute d’être analysé plus avant : élus locaux et nationaux, syndicalistes, entrepreneurs, populations aisées, etc. Mais, malgré ces limites, le travail réalisé permet déjà de commencer à interroger ce que serait un niveau satisfaisant de satiété collective et individuelle : assez, c’est combien pour une société moderne, au regard de la crise écologique globale ? Assez, c’est combien pour un individu, compte tenu des profondes interdépendances de fait entre la surconsommation des uns et le dénuement des autres ?

Assez d’énergie, c’est combien ?

5Dans cette perspective, « assez » permet tout d’abord d’interroger les standards et les référentiels du confort moderne : sont-ils compatibles avec les possibilités matérielles de notre monde ? Dans les foyers, le confort est étroitement lié aux consommations d’énergie, directes ou indirectes (Shove, Chappells et Lutzenhiser, 2010). Cela se vérifie même pour les éléments de confort réputés « immatériels » : en France, en 2013, 75 % des ménages possédaient au moins un ordinateur avec une connexion internet, et 89 % au moins un téléphone portable (INSEE, 2015). La banalisation de ces outils, historiquement très récente, est le dernier exemple en date de l’accélération des pressions environnementales issues des modes de vie modernes : loin de modifier notre rapport à l’énergie, elle a encore accru notre dépendance à son égard en rendant inconfortable, malaisée, compliquée, la vie quotidienne sans tout l’appareillage numérique énergivore que nécessite la société connectée. Et pourtant, l’empreinte annuelle moyenne d’un internaute n’est pas immatérielle : elle équivaut à la consommation d’environ 3 000 litres d’eau et à l’émission d’environ 200 kg de gaz à effet de serre (Bordage, 2015).

6Et aujourd’hui ? Un ordinateur par foyer, est-ce « assez » ? Sont-ils « assez » puissants ? Les ménages sont-ils « assez » équipés ? Le rythme de renouvellement des tablettes, liseuses et autres smartphones semble indiquer que le assez n’est pas encore suffisant… Dans une société de consommation, la satiété n’a pas sa place, les objets et les consommations se succédant ou se surajoutant les uns aux autres. Certes, des techniques deviennent plus performantes, des gains d’efficacité peuvent être observés pour certains appareils, les énergies dites renouvelables se développent — non sans problèmes, d’ailleurs. Mais pas de satiété : nous vivons toujours dans « ce monde affamé d’énergie », pour reprendre le titre d’un ouvrage préfacé par l’ancien président néerlandais de la Commission européenne, Sicco Mansholt (Grenon, 1973). Dès lors, comment envisager une transition des usages consuméristes vers des modes de vie plus sobres ?

7Loin de ne concerner que les seuls foyers, la question vaut aussi pour les collectivités et les pouvoirs publics. Assez d’infrastructures, c’est combien ? Assez d’autoroutes, d’aéroports, de parkings, d’équipements sportifs, de centres de loisirs, de zones d’activité commerciale ? Assez d’artificialisation des espaces naturels ? La sobriété énergétique soulève la question des nouvelles consommations d’énergie induites par les grands projets d’aménagement du territoire, non seulement pendant leur phase de réalisation, mais aussi pendant les décennies d’exploitation qui s’ensuivront. Et elle rejoint ici un autre problème écologique majeur, celui de l’artificialisation croissante des milieux, en soulevant la question (très prospective) de la sobriété spatiale : l’espace est une ressource finie (Charbonneau, 2010). La banalisation des mesures compensatoires pour limiter l’impact des aménagements sur la biodiversité laisse envisager un usage plus efficace des sols, mais là non plus les gains d’efficacité ne seront pas éternels. Assez d’espace pour les activités humaines, c’est combien ? Certains scientifiques posent la question, et font la proposition (controversée) de laisser une moitié de la planète aux non-humains (Wilson, 2016). Mais cette question n’a guère de sens dans une société convaincue de pouvoir sans cesse repousser les bornes de la finitude.

8Il est donc difficile, pour un élu, de construire un discours politique sur la satiété. Difficile de valoriser le bilan d’un mandat qui serait guidé par la sobriété : en cinq ans, aucune route n’a été construite, parce qu’il y en avait assez. Idem des aéroports, des centres commerciaux… Le mythe de l’élu bâtisseur, qui peut se réjouir en fin de carrière de léguer à ses administrés des équipements modernes, reste extrêmement puissant. Il laissera une trace dans l’histoire du territoire, et peut-être un bâtiment prestigieux portera-t-il son nom. Pourrait-il en aller autrement ? C’est un enjeu clé de la pensée écologique : élaborer un cadre politique adapté aux contraintes matérielles d’une planète limitée, aux ressources finies. Nous avons vu comment le courant de la green political theory participe à une internalisation politique de ces contraintes (Dobson et al., 2014). La politique devant définir les conditions du bien-être, elle est mise au défi de concevoir d’autres manières d’agencer les aspirations individuelles et le matériellement possible : deux conceptions différentes du « assez », pouvant conduire à deux définitions différentes du « combien ». La quête d’une convergence entre les deux constitue un exercice pleinement politique, puisqu’il suppose une forme d’ingérence des pouvoirs publics dans la sphère des pratiques domestiques… Or on sait la difficulté à accepter ce type d’ingérence, à l’exception peut-être de la question proprement sécuritaire (Lavenue et Villalba, 2011).

Assez pour moi, assez pour toi ?

9Alors assez, c’est combien ? La question touche nécessairement les normes sociales et les imaginaires collectifs, car la satiété énergétique, si elle existe, n’est pas une donnée naturelle. Elle ne peut qu’être socialement construite dans le cadre d’interactions entre les groupes et les individus. Dans Stone Age Economics, l’anthropologue Marshall Sahlins affirmait que les sociétés dites « primitives », réputées vivre dans la pénurie, étaient en fait les seules à vivre dans l’abondance, parce qu’elles avaient su s’organiser de manière à limiter leurs besoins et leurs désirs dans les limites du disponible (Sahlins, 1976). À l’inverse, dans sa Théorie de la classe de loisir, l’économiste et sociologue Thorstein Veblen expliquait que la propension des individus à rivaliser les uns avec les autres par le biais de consommations ostentatoires rend illusoire tout espoir de parvenir un jour à satiété : assez, ce sera plus que mon voisin (Veblen, 1979 ; Kempf, 2007). Les institutions sociales, économiques et politiques peuvent encourager la propension à rivaliser et la consommation ostentatoire, auquel cas la satiété n’a aucun sens. Mais elles peuvent aussi les décourager, en mettant en débat la définition de la satiété collective et le volume des consommations individuelles alors possibles.

10Tenter de préciser ce que serait « assez », c’est donc aussi s’interroger sur les conditions de reconquête de l’autonomie individuelle dans une société consumériste, dans la lignée des propositions d’Illich (1973), puis de Gorz (1978). La consommation des uns crée les besoins des autres, par exemple lorsque la massification des automobiles conduit à réorganiser les villes autour de la seule voiture individuelle : c’est l’instauration du « monopole radical » de l’automobile, qui fonctionne par l’exclusion des sobres, piétons ou cyclistes, par choix ou par nécessité. Assez d’automobiles, c’est combien ? Combien suffiraient à satisfaire à satiété les besoins et les désirs de mobilité individuelle dans une société d’hyper-mobilité ? Et combien permettraient de réduire significativement le réchauffement global ? L’enjeu de la satiété collective gravite autour de la notion de seuils de contre-productivité, là encore empruntée à Ivan Illich : trop de consommation peut aliéner au lieu de libérer, aussi les institutions ont-elles (ou devraient-elles) avoir à charge de définir ces seuils et d’organiser la négociation des conditions de leur respect. Assez d’automobiles en France, c’est combien ?

11Enfin, dire ce que serait « assez » conduit à interroger les conditions d’élaboration d’une satiété négociée en équité. Pierre Rosanvallon (2011) souligne l’importance du sentiment d’égalité comme condition fondamentale non seulement de l’organisation démocratique, mais aussi de la perpétuation du sentiment d’appartenance à une communauté politique cohérente. Cependant, cette égalité abstraite reste construite selon un idéal d’abondance en flagrant décalage avec la réalité des finitudes, facteur de vulnérabilités et de précarités inégalement réparties dans la société. L’organisation politique affiche bien pour objectif de réduire les inégalités, y compris par des politiques redistributives, mais en conservant la perspective d’un monde virtuellement illimité. L’abondance reste donc perçue comme la condition nécessaire de l’égalité, alors qu’il conviendrait au contraire, désormais, d’interroger ce postulat. C’était déjà le sens du « contrat naturel » imaginé par le philosophe Michel Serres : un contrat qui n’était qu’une métaphore, car jamais la nature ne viendra à la table des négociations, mais qui permettait une réflexion sur les conditions matérielles du contrat social. Plutôt que de nourrir une conception trop abstraite ou désincarnée de l’égalité, il s’agissait avec cette image d’apprendre à considérer les contextes écologiques dans lesquels le contrat social peut s’épanouir, ou dépérir.

« L’histoire globale entre dans la nature ; la nature globale entre dans l’histoire : voilà de l’inédit en philosophie. » (Serres, 1992 : 18).

12Et voilà de l’inédit, aussi, en politique. Les inégalités d’accès aux ressources deviennent un problème social majeur à mesure que celles-ci se raréfient et renchérissent. L’augmentation de la précarité énergétique n’en est que l’exemple le plus flagrant. Dans ce contexte, le sentiment de satiété collective ne peut pas naître d’une augmentation des consommations, tant à cause de la finitude globale que du caractère insatiable des logiques productivistes et consuméristes. Il ne peut naître que d’une réflexion concertée sur ce que peut bien signifier « assez » aujourd’hui. La sobriété constitue un levier puissant pour animer ce débat, parce qu’elle propose aux communautés démocratiques un cadre théorique pour discuter les conditions d’une utilisation juste des ressources finies, à commencer par l’énergie. Elle peut nous aider à concevoir nos usages énergétiques en fonction de la disponibilité effective des ressources, et non selon la promesse implicite et illusoire de leur disponibilité permanente.

Auteurs

Maître de conférences en science politique au Muséum national d’histoire naturelle, membre du Centre d’écologie et des sciences de la conservation (CESCO, CNRS-UMR 7204) et chercheur associé au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CNRS-UMR 8026). Il étudie la théorie politique environnementale et, à travers elle, la confrontation des démocraties modernes aux conséquences de la finitude écologique.

Professeur de science politique à AgroParisTech et membre du Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CNRS-UMR 8026). Membre du comité de rédaction de la revue La Pensée Écologique. Ses recherches portent sur la sociologie environnementale, notamment à partir d’une analyse de la capacité du système démocratique à reformuler son projet politique à partir des contraintes environnementales.

© Éditions Quæ, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540