Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sobriété énergétique

 | 
Bruno Villalba
, 
Luc Semal

Partie II - Inégalités, équité, justice et sobriété

Chapitre 8 - Face à l’épreuve de la sobriété imposée : capabilités, reconnaissance et participation au Forum permanent de l’insertion

Caroline Lejeune

Texte intégral

  • 87 Voir : http://economiedurable.over-blog.com/article-25275951.html

« Je ne peux pas avoir beaucoup d’espoir pour un monde trop plein. » (Claude Lévi-Strauss, 28 novembre 2008, émission « Ce soir ou jamais », France 2)87.

  • 88 Entretien, personne à revenus modestes et membre du FPI, Lille, mai 2011.
  • 89 Nous empruntons cette notion à Emmanuel Renault (2004) dans L’Expérience de l’injustice. Reconnaiss (...)

1« Ils sont déjà sobres, il faut encore se resserrer la ceinture »88 : ces paroles soulèvent crûment le paradoxe de la sobriété lorsqu’elle est perçue par les personnes qui font « l’expérience vécue de l’injustice »89. Les personnes précaires vivent déjà dans la sobriété. Celle-ci s’impose par la faiblesse du revenu et par la disqualification sociale. Et les pauvres devraient encore réaliser des efforts supplémentaires pour réduire leur empreinte écologique ?

  • 90 La notion d’« assisté » de Paugam décrit les individus vivant dans le dénuement social le plus comp (...)
  • 91 Entretien, personne à revenus modestes et membre du FPI, Lille, mai 2011.
  • 92 Entretien, travailleur social et animateur du FPI, ILEP, juin 2011.

2Cette contradiction est au cœur des perspectives éthiques et politiques de la sobriété. On peut en effet concevoir que des personnes disposant d’un capital économique et social moyen ou élevé soient favorables à l’adoption d’un mode de vie moins polluant si, en échange, elles gagnent en qualité de vie. Mais dès qu’il s’agit de personnes précaires, que l’on appelle aussi « assistées »90 (Paugam, 2009 : 53-82), comment pouvons-nous envisager d’évoquer avec elles ce que pourrait être une politique de sobriété pour des motifs écologiques ? Elles sont déjà contraintes de réduire leur niveau de consommation faute de revenus suffisants pour satisfaire les besoins quotidiens, et donc a fortiori pour participer pleinement à la société consumériste : « Les choix se font à l’intérieur d’un budget donné »91. Cette situation relève d’une sobriété que nous qualifierons d’« imposée ». Elle s’impose aux populations les plus vulnérables qui « n’ont pas le luxe de l’achat compulsif »92. L’entrée dans cette sobriété imposée résulte généralement d’une perte d’emploi, d’un chômage de longue durée ou d’une précarisation des conditions de travail. Le plus souvent, cette situation n’est pas vécue comme une simple étape dans un parcours de vie : beaucoup des personnes concernées renoncent in fine à toute perspective d’insertion réelle.

3La sobriété imposée est le résultat d’un déclassement social. Elle a pour conséquence de réduire l’éventail des libertés et des options individuelles valorisées par les démocraties contemporaines (Bourg et Arnsperger, 2016 : 20). Elle limite aussi la capacité des individus à réaliser un projet de vie conforme aux codes sociaux et consuméristes de la société de marché (Honneth, 2000). Or ce sont ces codes qui participent à l’intégration et à la reconnaissance de l’individu au sein de la société de consommation. Il est donc difficile d’assumer son identité sociale alors même que les besoins les plus fondamentaux sont insatisfaits. Le processus de disqualification nourrit un sentiment d’injustice et restreint la capacité des individus à être libres, à choisir leur destin (Sen, 2000). La sobriété imposée ne pose donc pas seulement un problème de niveau de vie, mais aussi de qualité de vie. Et cela d’autant plus que la disqualification sociale provient le plus souvent d’un cumul d’inégalités sociales, mais aussi environnementales. Vivre dans un cadre de vie dégradé et avoir des difficultés d’accès aux ressources sont autant les révélateurs des inégalités sociales que des logiques de domination et des rapports de pouvoirs (Taylor, 2000 ; Martinez Alier, 2014). Les catégories sociales précaires sont ainsi confrontées à un cumul d’inégalités liées à l’emploi, à l’exposition aux pollutions, à l’accès à l’énergie, à l’eau, à l’alimentation, etc. (Lejeune et Villalba, 2011). C’est ce cumul d’inégalités qui conduit à vivre dans la sobriété imposée.

  • 93 Les deux autres sont l’effondrement subi et la sobriété choisie (Arnsperger et Bourg, 2014 : 57 ; A (...)

4Or, cette situation pourrait bien perdurer et s’accentuer avec les conséquences des dérèglements environnementaux globaux. C’est dans ce contexte de basculement (Crutzen, 2007) qu’Arnsperger et Bourg proposent trois scénarios socio-anthropologiques, parmi lesquels celui de la « sobriété involontaire » (Arnsperger et Bourg, 2014 : 52) qui prendrait la forme d’une « austérité imposée » par les pouvoirs publics (Arnsperger et Bourg, 2017 : 125)93. Si ces auteurs privilégient une réflexion sur la sobriété volontaire pour entrevoir les valeurs d’un modèle économique permacirculaire situé dans les limites de la planète, ils n’écartent pas la possibilité qu’une forme de sobriété puisse être imposée. La « sobriété involontaire » pourrait selon eux advenir si les institutions ne parviennent pas à formuler les solutions démocratiques qui permettraient de s’adapter aux ruptures écologiques, dont les conséquences pourraient aller jusqu’à l’« effondrement » :

« Si nous maintenons individuellement et collectivement le statu quo actuel, seule une série de miracles pourrait nous épargner un retour forcé de la sobriété, sous des formes inéquitables et violentes, porteuses de destruction de l’authentique dignité humaine. » (Arnsperger et Bourg, 2017 : 124).

5Un tel effondrement s’imposerait notamment si nos démocraties faisaient fi du long terme (Bourg, 2017).

6Le principal intérêt de ces scénarios est de ne pas dissocier la mise en œuvre de la sobriété et le souci de la justice sociale, en insistant sur la nécessité de rééquilibrer le partage des richesses et des ressources à l’échelle globale (Arnsperger et Bourg, 2017 : 117), en prolongeant une vision de l’écologie politique attachée à concilier enjeux environnementaux et sociaux (Gorz, 2008 ; Illich, 1973). Or, l’horizon de la sobriété involontaire implique une gestion a posteriori de la répartition des ressources, et très probablement de manière inégalitaire.

7Les personnes en situation de précarité que nous avons rencontrées se situent, selon nous, déjà dans une trajectoire d’« austérité imposée ». Cette situation ne s’inscrit pas à ce jour dans un contexte d’effondrement de nos sociétés consuméristes, et la réduction de la consommation des individus qui se précarisent ne résulte pas d’une imposition autoritaire telle qu’Arnsperger et Bourg l’entrevoient. Mais elle s’impose en raison d’un déclassement social, c’est-à-dire d’un phénomène de rupture qui conduit l’individu à perdre son statut social et sa dignité humaine. Cette rupture est visible par la réduction de la consommation qui a selon nous des conséquences dans le déploiement des libertés substantielles. Elle résulte aussi d’un dysfonctionnement des politiques distributives de l’État providence face à ce cumul d’inégalités et de leurs difficultés à assurer une vie humainement digne (Nussbaum, 2011 : 55). Nous souhaitons donc approfondir ce que pourrait signifier une sobriété imposée à travers l’analyse des conséquences d’une réduction non choisie de la consommation sur les libertés fondamentales d’un individu.

8Entendue au sens strict, l’expression « sobriété imposée » suggère que la réduction de la consommation s’impose à l’individu en raison d’une contrainte extérieure. Située dans un contexte de disqualification sociale, il est courant de percevoir cette sobriété imposée comme étant à la fois révélatrice d’un statut social et d’une disposition qui dépossède les individus de toute autonomie. S’agit-il pour autant de considérer que les individus en situation de précarité subissent totalement cette sobriété imposée ? Pas forcément. Est-il possible d’envisager que la sobriété imposée devienne une sobriété acceptée ? La sobriété imposée rend compte selon nous d’un processus d’ajustement des styles de vie pour surmonter une contrainte extérieure, liée aux conditions de pauvreté et de disqualification sociale. Elle permet de développer de nouvelles capabilités. Elle rend également visible l’expérience vécue de l’injustice. Le déploiement des capabilités et le partage des expériences vécues de l’injustice dans un espace de participation permettraient selon nous de valoriser la sobriété pour des motifs écologiques.

9Comme le dit Philippe Bourgois (2001), il est toujours compliqué de travailler la parole des pauvres, et de ne pas parler pour eux, mais avec eux. Mais comme l’explique Paugam (2009), travailler sur la disqualification sociale présente l’intérêt d’examiner la pauvreté comme un processus évolutif, à travers ce qu’implique pour un individu de devoir définir son propre statut par l’assistanat social. Nous souhaitons nous concentrer plus particulièrement sur le rôle de la réduction de la consommation dans la perception de soi et du monde. Celle-ci nous semble mettre en évidence les stratégies cognitives, sensibles et morales mises en œuvre par les personnes précaires pour garantir a minima la valorisation de leurs existences et de la sobriété, malgré le cumul d’inégalités sociales et écologiques dont elles font l’expérience au quotidien.

  • 94 La notion de capabilités renvoie au concept élaboré par Amartya Sen. Il propose de parler de capabi (...)

10Pour ce faire, nous nous appuierons sur le cas du Forum permanent de l’insertion (FPI), dont les animateurs et les participants ont initié une réflexion originale sur la signification donnée à la sobriété imposée au regard de la crise écologique contemporaine. Cette réflexion amène les individus à s’interroger sur ce qu’est un besoin fondamental et sur les capabilités94 à mettre en place pour maintenir leur autonomie sociale et politique et ajuster leurs styles de vie. Ce que nous apprennent toutefois les personnes sobres est toute l’importance de la participation politique : là où le FPI pourrait n’être que le lieu d’expression d’une colère et d’une frustration violentes, il va aussi limiter les effets les plus négatifs de cette sobriété imposée. Cet espace de participation met en débat les styles de vie, questionne la gestion individuelle des besoins, ce qui conduit à mettre en place des processus de reconnaissance, de valorisation de la sobriété, mais aussi de renoncement à une vie d’ébriété telle qu’elle est valorisée par la société de marché. Ces espaces de participation permettent à la personne précaire de voir peu à peu apparaître les voies de son autonomie, de mieux accepter les limites de sa capacité d’agir et de reconnaître que son existence dépend de la capacité des sociétés modernes à discerner les limites de leur milieu naturel. La sobriété imposée, lorsqu’elle est acceptée, permet d’énoncer finalement l’importance du souci de soi et du monde naturel dans la formation de notre responsabilité politique.

Un Forum permanent confronté à la sobriété imposée : l’importance des capabilités

  • 95 Nous remercions les responsables et les participants du FPI, qui ont accepté de nous accueillir et (...)

11De quels précaires parlons-nous ? Nous prenons appui sur une observation participante d’un an réalisée auprès du Forum permanent de l’insertion (FPI), association dont nous avons suivi les réunions mensuelles consacrées à la sobriété de mars 2011 à mars 2012, en étudiant plus particulièrement les espaces de participation que ces réunions ont suscités95.

12Partenaire du programme « Sobriétés », le FPI nous a permis d’observer les processus de participation mobilisant des personnes en grande précarité, d’une part en menant avec elles des entretiens sur les conditions d’adaptation à la sobriété, et d’autre part en étudiant les dispositifs d’expression mis en place pour compenser les manques et pour reconstruire la reconnaissance sociale des individus. En effet, le FPI est le lieu d’expression des personnes vulnérables : il réactive leurs capacités citoyennes et valorise leurs existences sociales. En le suivant pendant plus d’un an, nous avons analysé les conséquences de la sobriété imposée par la perte de statut social, mais aussi les justifications politiques qui conduisent à renoncer à des modes de vie consuméristes. La participation politique autour de la sobriété a ainsi rendu visibles les limites de la justice distributive à partir de l’expérience sensible et matérielle de la sobriété subie.

  • 96 Les commissions locales d’insertion sont des réunions dans lesquelles sont instruites les demandes (...)

13Situé dans l’Institut lillois d’éducation permanente (ILEP), le FPI a été créé en 2004, à l’initiative d’acteurs de l’insertion sociale, et s’est renforcé à la suite de la création du revenu de solidarité active (RSA) en 2007. Il s’agissait initialement d’accompagner la participation des allocataires du RSA aux commissions locales d’insertion96 (CLI), après qu’ils avaient contracté des objectifs d’insertion avec les travailleurs sociaux. Chaque réunion plénière mensuelle rassemblait entre vingt-cinq et quarante personnes, ce qui en faisait un lieu de rencontre remarquable entre travailleurs sociaux, personnes en grande précarité, et associations — dont ATD Quart monde, Les Restos du cœur, le centre d’hébergement ABEJ, etc. Animé par des travailleurs sociaux, le FPI s’inspirait des principes de l’éducation populaire et s’appuyait sur une méthode visant à mettre en débat « l’expérience vécue de l’injustice » (Leblanc, 2007 : 20). D’abord pensé comme un espace de formation pour participer à la CLI, il est rapidement devenu un lieu d’émancipation individuelle et collective et un espace d’expression et de critique des dysfonctionnements des politiques publiques liées à l’emploi, puis à l’environnement. En effet, de 2009 à 2013, le développement durable s’est invité dans la participation. Abordé sous l’angle de la précarité, il est même devenu le sujet central des plénières pendant plus d’un an.

14Toutefois, au fil du temps, le FPI a aussi suscité quelques incompréhensions. Aux yeux des institutions, il ne participait pas à la réinsertion des individus. À ceux des participants, il ne parvenait ni à assumer le projet politique qu’il avait progressivement constitué, ni à traduire leurs propositions en expérimentations sociales ou en politiques locales concrètes. Pour certains, même, il participait au jeu institutionnel en les contenant dans des procédures administratives qui légitimaient les politiques d’insertion. Par ailleurs, l’animation s’est progressivement affaiblie : les principaux animateurs, dont certains militaient depuis plus de dix ans pour le droit à la parole et à la reconnaissance des plus vulnérables dans nos systèmes démocratiques, vivaient mal, au quotidien et dans la durée, leur impuissance face à la pérennité de la précarité. En 2017, le FPI a finalement cessé d’exister, le soutien financier des institutions locales ayant été interrompu du fait des difficultés financières rencontrées par l’ILEP.

15De 2004 à 2017, le FPI permet néanmoins d’examiner les pratiques et les mécanismes mis en place pour compenser, en partie, l’insatisfaction sociale née de la sobriété imposée. Ces pratiques recouvrent tout un ensemble de capabilités — pour accéder à l’alimentation, à l’eau, à l’énergie, à l’habillement, mais aussi à la mobilité, etc. Concrètement, ce qui caractérise ces capabilités, comme l’indiquent Amartya Sen et Martha Nussbaum, c’est qu’elles sont des libertés substantielles, c’est-à-dire un ensemble d’options qui permettent à l’individu de satisfaire certains fonctionnements fondamentaux malgré les situations d’injustice. Elles créent selon eux des zones de liberté qui permettent encore à l’individu de réaliser des choix. Dans le cas de la sobriété imposée, ces espaces de liberté, même minimes, nous semblent également s’apparenter à des espaces de sécurité pour garantir in fine la satisfaction des besoins biologiques. En ce sens, les capabilités rendent visibles à la fois l’absence de choix d’un individu et les possibilités d’agir et de choisir que l’individu met en place pour s’ajuster à la réduction de la consommation qu’il subit (Nussbaum, 2011 : 39-48). La perte de revenu implique par exemple de hiérarchiser les priorités, de réaliser des arbitrages quotidiens, de réévaluer ses besoins en eau, en électricité et en nourriture. Et plus le processus de disqualification perdure, plus les opportunités de choix se resserrent au sein même des besoins fondamentaux (Leblanc, 2007). Les pratiques de consommation se fondent essentiellement sur des calculs d’intérêt entre le coût d’une consommation et l’utilité qu’on lui attribue, mais la précarité impose d’appliquer ce type de questionnement à des besoins biologiques de base, en ayant par exemple à choisir entre avoir froid ou payer sa facture de chauffage (Devalière, Briant et Arnault, 2011).

16La sobriété telle qu’elle s’impose par la précarité sociale suppose d’évaluer s’il est possible d’accéder à un bien avec le budget disponible, quitte à subir les effets physiques du froid, de la faim, d’un défaut d’hygiène. Vivre sobrement est tout autant un processus de contraction de la liberté, que d’évaluation des possibilités d’existence (Leblanc, 2007 : 82). Ces circonstances témoignent des capabilités mises en place par les personnes vulnérables pour s’adapter, pour ajuster leurs pratiques de consommation, pour compenser les manques et assurer, au moins, les besoins les plus fondamentaux. De même, ces possibilités représentent des leviers qui permettent de donner une signification positive au stigmate de l’exclusion sociale. Muni de capabilités limitées, l’individu précaire évalue puis réévalue sans cesse. Il ajuste au quotidien ses pratiques au contexte environnemental et social qui est le sien. C’est en cela que les capabilités rendent visibles les « privations de ce qui entoure le corps » (Sen, 2000 : 66), c’est-à-dire les éléments biologiques les plus fondamentaux de l’existence. Les individus développent ainsi des capabilités pour tenter de s’émanciper des normes dominantes et gagner en autonomie (ibid.). La sobriété lorsqu’elle est imposée devient un processus d’ajustement à travers lequel certaines capabilités se déploient.

Déclassement social et sobriété : vers le renoncement à une vie d’ébriété ?

17Théoriquement, la sobriété imposée pourrait n’être qu’une étape dans les parcours de vie de ces personnes. Grâce à des dispositifs sociaux comme le RSA ou à l’obtention d’un emploi, celles-ci pourraient enrayer le processus de disqualification sociale. Mais nous avons constaté combien les situations vécues peuvent se révéler pérennes. La plupart des individus que nous avons rencontrés vivent ce processus de disqualification depuis peu, quelques-uns depuis plusieurs années. Certains, enfin, sont nés dans des familles pauvres. Malgré cette diversité des trajectoires, une fois la personne en situation d’exclusion, son identité sociale est facilement déstabilisée :

  • 97 Interventions des participants membres du FPI lors des tours de table destinés à ce que chacun se p (...)

« Qui je suis ? Je suis un coût pour l’entreprise, je suis un stock pour l’ANPE, je suis un dossier pour l’administration, c’est quoi mon identité ? (…) Je suis allocataire du RSA. »
« Je suis une personne vulnérable. »
« Je suis un enfant de la DDAS. »97

18Cette fragilité peut s’installer d’autant plus facilement et durablement que les politiques d’insertion prennent place dans un référentiel global particulier — celui du marché de l’emploi — qui suppose que la croissance de l’activité économique finira, à terme, par bénéficier à tous. Ainsi, en vue d’une hypothétique reprise économique, les politiques sociales maintiennent ces personnes dans une situation d’attente, de disponibilité pour une éventuelle activité.

  • 98 En janvier 2018, nous observons un déficit de redistribution des différentes mesures mises en place (...)

19Ces inégalités devraient théoriquement être régulées par les politiques redistributives (Rawls, 2009). Toutefois, celles-ci s’épuisent. Les contraintes budgétaires, comme les objectifs de rationalisation de l’aide sociale, pèsent de plus en plus sur elles98. Par ailleurs, elles souffrent d’une approche sectorielle qui peine à prendre en charge le cumul d’inégalités dans sa globalité.

  • 99 Voir le chapitre 7 écrit par Hélène Melin dans ce volume et Deldrève (2015).

20Les effets cumulatifs des inégalités ainsi que les difficultés budgétaires rendent visibles les limites des outils de la justice redistributive (Rosanvallon, 2011 : 351). Or, les politiques publiques doivent aussi composer avec les conséquences des basculements écologiques à l’échelle locale comme globale (Steffen et al., 2015), qui risquent à terme de créer une rupture dans la création de richesse et le bon fonctionnement des politiques redistributives. Cela pose clairement la question du cumul, voire de la convergence entre les différentes formes d’inégalités99. Et plus encore dans la mesure où les limites écologiques nous obligent à prendre aussi en compte de nouvelles caractéristiques biophysiques dans l’analyse des inégalités, comme les seuils d’irréversibilité, la finitude ou encore les limites de la biosphère (Lejeune, 2015). La convergence des inégalités avec la réalité biophysique de la planète implique de prendre la mesure de l’interdépendance entre notre organisation sociale et les impératifs de soutenabilité environnementale. Cette perspective oblige à sortir d’une conception des inégalités envisagée exclusivement à partir d’un contexte économique pro-croissance. Il ne s’agit plus seulement d’ajuster les outils de la redistribution, de répartir les biens et les maux. Ce que montre la sobriété, lorsqu’elle est imposée par l’affaiblissement des politiques publiques, c’est toute l’importance d’inventer les nouveaux chemins de la justice permettant de situer nos sociétés au sein d’un système biosphérique limité et fini (Drique et Lejeune, 2017 : 111-124).

21Les individus en grande précarité perçoivent déjà leur exclusion comme une situation vouée à perdurer parce qu’ils subissent au quotidien les effets d’une sobriété « imposée » et, pour certains, ont cessé d’espérer pouvoir se réinsérer dans la société. Et, compte tenu des crises économiques et de l’accroissement des écarts de richesse, on peut comprendre qu’il soit difficile de l’espérer. La seule question est : Comment est-il possible de renoncer à cet espoir ? Comme l’explique Axel Honneth, la société de production et le travail ne jouent plus leurs rôles de régulateur social. La perte de reconnaissance sociale liée à la perte d’un emploi rend les individus invisibles aux yeux de la société de l’emploi et du marché. C’est cela qui produit un repli sur soi et une perte de dignité, et c’est aussi ce processus d’exclusion qui forge des comportements en rupture, avec une perte de sens du réel et de la moralité (Honneth, 2000).

22Dans ce contexte, comment les personnes vulnérables peuvent-elles se positionner vis-à-vis d’un idéal de style de vie sobre imposé par les contraintes écologiques ? Avec la crise environnementale globale, ce type de sobriété imposée peut être amené à se généraliser faute de politiques publiques de répartition des efforts environnementaux (Szuba, 2013) et de dispositifs qui encouragent l’activité économique à s’inscrire dans les limites de la planète (Swaton, 2018). Nous pourrions tout à fait envisager que la phase d’« austérité imposée » puisse potentiellement devenir une réalité comparable au scénario évoqué par Arnsperger et Bourg (2017). Si cet horizon nous accorde peu d’espoir quant au maintien de notre idéal de justice et de démocratie, les individus précaires, sobres, mais aussi résignés, car conscients des difficultés à se réinsérer, vont eux-mêmes construire les facteurs d’acceptabilité de ce style de vie qui s’impose déjà à eux.

23L’intégration progressive du souci de la crise environnementale a contribué à interroger les individus précaires sur leur statut d’« assistés ». D’abord introduite au sein du FPI comme un simple élément de débat, la crise environnementale devient rapidement un élément de justification qui légitime le niveau de vie des plus précaires et valorise leurs identités. C’est parce que les personnes les plus vulnérables sont les moins responsables de la crise environnementale globale qu’elles trouvent dans cette problématique un sentiment de valorisation. De fait, leurs styles et leurs niveaux de vie sont déjà ajustés aux impératifs de réduction de la consommation et de soutenabilité environnementale. On pourrait alors se demander si cette forme de valorisation par la sobriété n’est qu’un argument de circonstance pour obtenir de la reconnaissance sociale, ou si elle exprime vraiment une adhésion politique plus profonde aux efforts que suggère cette politique de sobriété.

24Si la sobriété pour les plus pauvres est révélatrice des effets de disqualification, elle montre aussi une indéniable capacité des individus à être créatifs afin de surmonter les effets quotidiens les plus préjudiciables de leur pauvreté (Villalba, 2016). Les stratégies d’adaptation des individus manifestent le désir de garder une certaine forme d’autonomie. La sobriété y contribue, du fait des multiples ajustements initiés par les acteurs pour garantir leur existence. Et il ne faut pas sous-estimer cet effet secondaire de la sobriété, qui incite à ne pas la réduire exclusivement à une perte de confort, d’identité et d’existence. Les manières dont les personnes vulnérables réagissent ou s’adaptent à la sobriété imposée nous montrent qu’elles ne sont pas simplement dépossédées de leurs identités au motif que celles-ci ne sont pas conformes au modèle dominant de l’ébriété consumériste. Au contraire, il est possible d’appréhender la gestion de la sobriété comme un processus de reconnaissance, certes fragile, mais qui permet aux individus précaires d’ajuster leur style de vie en favorisant collectivement l’émergence de nouvelles capabilités et normes sociales.

25Cette créativité, contrainte par une forme de limitation imposée, permet aux individus de compenser la perte de choix dans l’alimentation ou dans la mobilité, et offre également la possibilité à ces personnes d’inventer d’autres rapports sociaux. Cette limitation peut d’une certaine manière être mieux acceptée parce qu’elle fait l’objet d’une reconnaissance interindividuelle des capacités des acteurs au sein d’un groupe. Mises en délibération, ces aptitudes impliquent des questionnements éthiques et politiques et déterminent des stratégies de contournement du « mode de vie dominant » (Arnsperger et Bourg, 2017 : 168). Comme l’indiquent Arnsperger et Bourg, en citant Ferreras (2008), l’action individuelle ne peut exister sans la jonction simultanée de plusieurs projets individuels et d’un réel projet collectif démocratiquement délibéré.

26Si c’est bien souvent le cas pour les expérimentations de sobriété volontaire (Arnsperger et Bourg, 2017 : 114), il est possible d’étudier ici comment la sobriété qui s’impose contribue elle aussi à dessiner d’autres procédures de participation politique. C’est parce que les capabilités liées à la sobriété imposée agencent un style de vie partagé par un petit collectif que peuvent s’exprimer de nouveaux registres de justification politique nourris du souci quotidien de lutter à la fois contre la surconsommation et contre l’invisibilité sociale. Participer à des espaces de dialogue qui permettent de confronter les expériences issues de cette sobriété imposée, offre la possibilité de saisir les formes d’un renoncement à un mode de vie consumériste. L’épreuve de la sobriété imposée questionne selon nous les ressorts de l’autonomie sociale et politique qui permettent ce renoncement. Il y a dans ce processus un questionnement politique contraignant les individus à réapprendre à se percevoir eux-mêmes et à se représenter le monde en dehors des normes de la société consumériste.

Participer dans la crise environnementale, ou hors d’elle ?

  • 100 En dehors des réunions mensuelles, le FPI organise avec les personnes en situation de grande précar (...)

27Pour le FPI, une réinsertion sociale réussie implique une réappropriation de son autonomie par l’individu. Pour cela, le forum anime différents dispositifs participatifs100. Cette démarche s’appuie sur l’hypothèse que la participation des plus pauvres est essentielle à la démocratisation de la participation politique :

« L’inclusion de citoyens sans qualité dans le processus d’élaboration de la décision politique produit des effets de démocratisation des régimes existants. » (Blondiaux, 2008 : 62).

28La participation des citoyens sans qualité servirait ainsi à légitimer les régimes démocratiques, à mieux représenter le peuple, à moderniser la gestion publique locale (Bacqué, Rey et Sintomer, 2005). Le FPI considère ainsi :

  • 101 Forum permanent de l’insertion, janvier 2004, « Regards croisés sur le dispositif RMI – compte ren (...)

« On ne peut lutter efficacement contre la misère et toutes les formes d’exclusions sans la participation active de ceux qui les subissent ; estimant que chaque personne, même la plus démunie, est porteuse d’un savoir, digne d’être communiqué ; le plus souvent ce savoir est muet parce que la personne ne dispose ni des lieux, ni des mots pour le dire. »101

29Les démarches de démocratie participative à destination des personnes vulnérables sont valorisées dans le paysage institutionnel parce qu’elles contribuent à inclure ces personnes, et parfois aussi à les maintenir, dans les dispositifs d’insertion et de participation accompagnant les politiques de l’emploi. Pour autant, les revendications sociales du FPI ne suscitent pas d’interrogation particulière de la part des institutions quant aux éventuels dysfonctionnements des politiques sociales et des dispositifs de redistribution. L’objectif reste de maintenir les personnes vulnérables dans le dispositif d’insertion, sans rompre le contact entre les services administratifs, les travailleurs sociaux et les allocataires des aides sociales.

30Dans ce contexte, il n’est pas simple pour les animateurs du FPI de s’intéresser aux questions environnementales, d’autant plus qu’elles sont perçues comme secondaires par certains partenaires institutionnels. Il leur est plus souvent demandé de renforcer l’acceptabilité des dispositifs d’insertion et de l’accompagnement social que de mettre en débat d’autres sujets. Néanmoins, nous avons pu constater combien les animateurs du FPI tentaient d’insister sur les relations existantes entre la précarité sociale et les pressions environnementales. Ainsi, le FPI a peu à peu su instaurer des passerelles entre la sobriété que vivent au quotidien les plus pauvres et les basculements sociaux et environnementaux. Ce rapprochement permet de limiter les effets les plus négatifs de la sobriété imposée grâce à des processus de reconnaissance et de solidarité. Cette mise en relation entre les inégalités économiques, sociales et écologiques est l’une des principales avancées participatives du FPI. En effet, les dispositifs mis en œuvre ne visent plus simplement à favoriser une réinsertion conforme aux normes dominantes de la société de marché. Ils rendent également visible l’expérience du rapport au monde naturel partagée par tous les participants précaires ; relation qui s’énonce à partir d’une prise en compte de la sobriété de chacun, et de ce qu’elle implique dans la perception de soi et de son inscription dans le milieu naturel.

  • 102 Entretien, travailleur social, animateur du FPI, ILEP, Lille, juin 2011.
  • 103 Entretien, travailleur social, animateur du FPI, ILEP, Lille, juin 2011.

31Au sein du FPI, la crise environnementale concerne tous ceux qui sont soumis à un cumul d’inégalités. Les enjeux qu’elle soulève deviennent ainsi les éléments « les plus intimes et les plus collectifs »102 de la participation des acteurs. La sobriété est alors « un élément constitutif du forum, parce qu’elle permet d’apprendre collectivement devant une problématique commune qui restitue de l’égalité entre les gens »103. À travers l’énonciation des capabilités dans un espace public, la sobriété imposée peut participer à des formes de reconnaissance des pratiques individuelles et collectives. Les précaires réduisent leur sentiment de vulnérabilité sociale tout en adoptant des pratiques moins émettrices de gaz à effet de serre. C’est pourquoi cette reconnaissance interindividuelle favorise la renonciation au mode de vie dominant fondé sur la consommation illimitée des ressources et où la sobriété aménage peu à peu un style de vie qui est désormais partagé, et qui n’est plus étiqueté comme relevant de la pure disqualification sociale. Au fil des échanges, ce processus a dessiné les contours d’un monde commun, à soi et aux autres :

  • 104 Prise de parole d’un travailleur social membre du FPI, journée de débats publics, « L’eau, un luxe (...)

« Les enjeux environnementaux sont un élément de reconstruction de la participation d’un monde commun, partagé par tous. »104

32La sobriété n’est donc plus seulement imposée en raison d’une absence de revenus. Elle devient au contraire un processus de valorisation de soi à travers lequel l’individu chemine vers une considération sociale et une existence politique.

33Les débats sur les capabilités témoignent aussi de l’importance du sentiment d’autonomie pour pouvoir accepter la sobriété. Le FPI constitue un espace social dans lequel les membres bénéficient d’une forme de reconnaissance de leurs capabilités, indépendamment de leur situation de précarité. Les inégalités de statut s’effacent aussi au profit des relations interpersonnelles et de confiance. La parole échangée participe dans ce cas à une forme d’affirmation de soi, même dans l’épreuve de la sobriété imposée. Cette parole s’exprime notamment dans une perspective plus positive, dans la mesure où elle valorise les capabilités communes des participants. Comme le souligne Honneth (2000 : 220-221), ici, « chaque sujet reçoit la possibilité de percevoir dans ses qualités et ses capacités un élément précieux de la société ». Chacun valorise alors ses propres stratégies, d’adaptation, de contournement, qui sont autant de moyens de réduire l’invisibilité sociale et la relégation politique qui l’accompagne. La reconnaissance sociale se construit sur l’expérience partagée de l’injustice suscitée par la sobriété imposée et les ajustements psychologiques, sociaux et pratiques qu’elle a nécessités.

  • 105 Prise de parole, travailleur social, membre du FPI, journée de débats publics, « L’eau, un luxe ? (...)

34L’expression et l’écoute collective de la parole de chacun permettent au FPI de construire deux types de registres participatifs qui, selon nous, énoncent quelques fondements politiques pouvant faciliter l’acceptation d’un style de vie sobre, même lorsque celui-ci est imposé. Le premier registre est la critique de la société de consommation. La société est, pour certains membres du FPI, construite autour de « temples de consommation »105. Les plus modestes émettent des réserves sur les pratiques excessives de consommation, souvent inutiles, et sur les conséquences de ce mode de vie pour notre société :

  • 106 Entretien, travailleur social membre du FPI, mairie de quartier, Lille, juin 2011.

« La surconsommation est liée à la société. Il faut à la fois subir les effets de la consommation et résister. »106

  • 107 Direction des Solidarités et du Développement social, mairie de Lille, « Personne en grande précari (...)

35Le FPI dénonce ainsi les gaspillages, le luxe inutile, les inégalités sociales que cela traduit, etc. Ce registre répond aussi aux injonctions des partenaires institutionnels, qui insistent pour sensibiliser les pauvres aux pratiques de réduction de la consommation et aux éco-gestes107. Cette injonction des politiques publiques reflète généralement une certaine ignorance des enjeux politiques liés à la sobriété. Mais le FPI a su profiter de ce nouvel espace de discussion consacré aux pratiques de consommation responsable pour pointer non seulement les paradoxes consuméristes de la société de marché, mais aussi les méfaits des approches trop individualisées et culpabilisantes de la protection de l’environnement. Par conséquent, il parvient à s’ajuster aux sollicitations institutionnelles (sensibiliser les pauvres aux éco-gestes), tout en saisissant en même temps l’occasion de mener une réflexion collective qui, in fine, valorise un style vie sobre à l’opposé des codes dominants du système économique libéral.

36Le second registre tente de construire des corrélations entre la disqualification sociale des plus vulnérables, leur empreinte écologique et leur responsabilité dans la crise environnementale globale. Après tout, comme le soulignaient déjà Wallenborn et Dozzi (2007 : 47-59), les « pauvres » ont une empreinte écologique moindre. Et ils pourraient même, selon Paul Ariès (2015), en apprendre beaucoup aux catégories sociales supérieures sur une attitude écologique sobre. Par ses activités, le FPI a contribué à mettre en débat la crise environnementale globale et ses conséquences sociales et politiques. En rendant visible le lien entre la satisfaction des besoins élémentaires et la finitude des ressources, la participation des acteurs du FPI rétablit un sentiment d’égalité entre des individus qui, tous, exercent déjà des pratiques moins consommatrices et moins émettrices. La sobriété, jusqu’alors exclusivement perçue comme stigmatisante, peut alors valoriser les identités sociales parce qu’elle contribue à les situer dans un monde fini.

Participer à partir de l’expérience vécue

37En parallèle de ces deux registres de participation, il s’instaure également des relations singulières à la nature. Les participants du FPI se retrouvent autour des sensibilités vécues à travers la sobriété imposée. Les débats permettent de réduire le sentiment négatif de ne plus appartenir à la société de marché, et de mettre en lumière d’autres dimensions, plus sensibles, liées au déploiement de leurs existences :

  • 108 Entretien, personne à revenus modestes et membre du FPI, Lille, mai 2011.

« Ça me ferait peur de gagner beaucoup de sous, parce que je me dis que je serais quelqu’un d’autre. (…) Je ne sais pas qui je serais devenue si un jour j’avais gagné trente mille euros. (…) Les pauvres sont plus riches que ceux qui sont riches, car ils ont compris les éléments naturels. »108

  • 109 Entretien, personne en situation de grande précarité, membre du FPI, Lille, juin 2011.
  • 110 Entretien, personne en situation de grande précarité, membre du FPI, Lille, juin 2011.

38La sobriété imposée crée des passerelles entre la satisfaction des besoins de subsistance tels que se nourrir ou se laver, et les éléments nécessaires pour les satisfaire : « Je ramasse des orties pour me faire une salade »109, « Je cherche de l’eau »110. Mais, surtout, la participation sur ces pratiques fait apparaître la relation sensible et matérielle que les individus tissent avec leur environnement. Cela rejoint le schéma décrit par Schlosberg, qui suggère de rendre compte des expériences vécues en étudiant le cumul d’inégalités auquel certains sont confrontés dans leur existence (Schlosberg, 2009). Selon lui, on peut ainsi mettre en évidence le sentiment de vulnérabilité, mais aussi valoriser les capacités d’adaptation des individus (Schlosberg, 2012).

39Ce dévoilement participe au processus de reconnaissance. C’est en rendant visibles les composantes de la nature liées à la satisfaction des besoins primaires, à travers les capabilités des individus et leurs expériences sensibles et matérielles, que s’institue selon nous un sentiment d’égalité entre les participants. Partagée et mise en délibération, la sobriété n’est plus purement subie, car elle valorise les capabilités des personnes fragiles. Elle renforce un sentiment positif sur l’identité sociale, et elle ouvre d’autres questionnements sur le sens politique de l’autonomie face aux conséquences des limites environnementales. C’est parce que la vulnérabilité sociale impose à l’individu d’être attentif à ses besoins les plus vitaux qu’elle lui permet aussi d’écouter et de reconnaître les limites de son environnement. Ce processus ne se limite pas, comme le suggère Honneth, à accorder un droit à la reconnaissance : il passe par la légitimation et la valorisation d’un sentiment d’appartenance, d’une relation avec le monde naturel qui se présente dans le prolongement de la communauté humaine. Ce sentiment d’appartenance prolonge la simple existence humaine pour rendre visible la relation d’interdépendance des milieux naturels et humains :

  • 111 Entretien, personne en situation de grande précarité, membre du FPI, Lille, juin 2011.
  • 112 Prise de parole d’un participant au FPI, journée de débats publics, « L’eau, un luxe ? », Lille, ma (...)

« Elle (la nature) apporte tout ce dont nous avons besoin pour vivre, c’est une nature qui entoure, (…) une structure, dans laquelle il faut rester humble, ne pas empiéter sur mon prochain. (…) Tout ce qui nous entoure est une création de l’homme par la nature, tout est un monde que nous avons créé, le plus naturel de nous n’est pas l’artificiel. »111
« L’impact du réchauffement climatique sur le cycle naturel va amener de plus en plus de phénomènes extrêmes auxquels il faut se préparer. »112

40Ce qui se joue derrière ces formes d’humilité et d’attention est le changement de regard porté sur la nature et le prolongement de notre existence intrinsèquement liée à son destin :

  • 113 Entretien, personne à revenus modestes, Lille, mai 2011.

« Retrouver le sens du partage, respecte-toi et on te respectera, aime ton prochain. (…) Il faut être conscient qu’on n’est pas seul en étant humain, tu es assise sur une chaise qui vient d’un arbre. (…) La philosophie de vivre au plus proche de la nature, c’est de mieux s’intégrer dans le social, c’est faire collectif. »113

41Ces émotions suscitent alors des formes de reconnaissance diverses envers la nature :

  • 114 Prise de parole d’un participant au FPI, journée de débats publics, « L’eau, un luxe ? », Lille, ma (...)

« Le pétrole, l’alimentation, c’est une nécessité offerte par la nature. (…) La destruction de la nature amène à la perte de l’humanité. (…) La planète c’est le premier être vivant. Si le pétrole se déverse dans la mer, c’est la destruction. »114

42Ces émotions expriment une expérience sensible dans laquelle la reconnaissance d’un autre, le souci de son existence, l’attention envers autrui semblent privilégiés (Hess, 2013 : 61 ; Pelluchon, 2011 et 2018). En s’inspirant de Lévinas, Corine Pelluchon et Gérald Hess relatent les expériences de la relation que suscite la reconnaissance de la nature comme forme d’altérité, et notamment la reconnaissance des limites environnementales. Pour Pelluchon, c’est à travers notre propre vulnérabilité que nous percevons celle de la nature. Si la vulnérabilité est sans aucun doute une situation sociale, elle est aussi suscitée par l’expérience de l’injustice. Corine Pelluchon approfondit la vulnérabilité pour expliquer l’expérience d’une relation avec le monde naturel. Cependant, ce qui nous intéresse pour aborder la sobriété imposée n’est pas le fait qu’elle s’exprime à travers la vulnérabilité des individus. Ce qui nous intéresse c’est la mise en visibilité de l’expérience avec le monde naturel que suscite la sobriété imposée. Cette expérience est générée par la reconnaissance des limites environnementales. Elle est selon nous une condition qui permet de passer d’une sobriété imposée à une sobriété acceptée. Elle exprime une relation d’appartenance qui s’énonce à travers les émotions et les sentiments moraux envers le milieu naturel, dans un espace de participation. Cette expérience que Gérald Hess (2017) qualifie de « phénoménologique » est selon lui un savoir participatif issu de l’expression et de la description de l’expérience même. Ce changement de regard porté sur soi-même demande un effort participatif conséquent pour pouvoir accorder à cette expérience un statut politique, dans la délibération. Elle invite à imaginer des formes de participation qui permettent d’étendre notre sens de la responsabilité politique à la reconnaissance de cette sensibilité, de cette coexistence, et enfin de cette interdépendance. Les débats sur la sobriété imposée permettent aux individus de se projeter dans une ou même dans plusieurs expériences d’un monde commun, et aident ainsi à cultiver d’autres imaginaires. Ces expériences révèlent finalement que l’interdépendance des milieux humains et naturels est le sujet politique de la participation.

Conclusion. Vers une sobriété acceptée

43La sobriété imposée n’est pas une fatalité. Si elle s’accompagne d’échanges et d’expériences, elle peut être perçue comme un élément participant à la reconnaissance des identités sociales et des limites de la biosphère. Nous avons constaté l’importance du collectif qui construit et délimite les termes du débat, et qui lui apporte une orientation plus positive et valorisante. Il favorise l’ajustement des styles de vie aux contraintes sociales et environnementales, tout autant qu’il valorise la mutualisation des expériences positives.

  • 115 Voir le chapitre 10 de Guillaume Faburel et Daphné Vialan, dans ce volume.

44Cette sobriété imposée questionne finalement l’utilité et les finalités des dispositifs d’insertion sociale actuels. Ceux-ci sont conçus comme des solutions provisoires en attendant que, un jour, la croissance parvienne à gommer les inégalités. Mais, nous l’avons vu, la sobriété met en avant les limites des politiques publiques qui s’appuient sur les instruments d’une justice redistributive. Or, force est de constater que celle-ci dépend in fine de la réussite du modèle économique productiviste qui génère les externalités environnementales massives que nous connaissons. Tant que la disqualification sociale sera envisagée sous l’angle exclusif des inégalités de distribution, on pourra considérer qu’un simple ajustement des procédures de la justice distributive suffirait à réduire ces inégalités. Pourtant l’épreuve de la sobriété imposée nous montre que l’enjeu ne se résume pas à un simple rééquilibrage du bien-être social entre les individus115.

45Le cas du FPI montre qu’il est possible de valoriser l’expérience de la sobriété imposée dès lors qu’elle est soumise à une analyse critique qui ne se contente pas de dénoncer les inégalités, mais qui élabore plutôt une réflexion sur leurs causes. Le FPI construit ainsi des liens entre l’origine de la disqualification sociale, l’expérience vécue des injustices et les pressions environnementales. Le FPI n’a jamais renoncé à plus de justice sociale, mais son projet a su intégrer l’importance du contexte écologique global en cours de basculement. La sobriété imposée nous amène à définir ainsi les leviers de son acceptabilité politique : l’autonomie sociale et politique, et la reconnaissance de soi au sein et avec des limites environnementales.

46Une telle considération nous permet d’avancer deux aspects importants. Tout d’abord, au regard des perspectives environnementales peu joyeuses qui se profilent (Steffen et al., 2015), la sobriété ne pourra que s’imposer en raison du manque d’anticipation actuel des institutions démocratiques. Cette réduction de consommation dans tous les domaines de la vie provoque inévitablement une réévaluation des choix (Villalba, 2017). Nous concédons que cette limitation est difficile à accepter ; cependant, elle s’impose pour garantir la satisfaction des besoins fondamentaux des individus et, en cela, elle est bénéfique. Ensuite, elle s’impose pour garantir leur sécurité ; et elle s’impose parce qu’elle amorce un processus de renoncement aux modes de reconnaissance sociale actuellement valorisés dans nos sociétés consuméristes, qu’ils soient liés à l’emploi, au statut social ou au confort matériel. Faute de solutions politiques adaptées et à la hauteur des limites planétaires, la sobriété s’imposera surtout de la nécessité d’anticiper les conséquences sociales et politiques de la finitude du monde dans notre système démocratique. C’est l’un des enseignements importants du FPI : si nous pouvons ouvrir un espace de participation sur ces enjeux avec les plus pauvres, il est alors possible d’envisager ces perspectives sombres de manière délibérée, à l’échelle de toute une communauté de citoyens.

47En vertu de cette analyse, nous pouvons conclure qu’une structure telle que le FPI peut enclencher des processus de délibération qui favoriseraient l’acculturation collective à une forme de sobriété qui s’impose déjà à certains, et qui s’imposera davantage. Ces formes de participation politique permettraient que la sobriété imposée pour des motifs écologiques soit davantage construite sur le plan politique, ce qui la rendrait socialement plus acceptable. C’est un enjeu de justice écologique qui permettrait d’éviter que la sobriété se mette en place dans un climat inégalitaire, voire dans un contexte de violence, comme peuvent le craindre Arnsperger et Bourg (2017). L’enjeu de la sobriété, aussi bien théorique que pratique sur le plan politique et institutionnel, est de trouver les moyens de ne plus euphémiser, dans nos démocraties, notre rapport au milieu naturel. Il s’agit alors que la sobriété soit approuvée ou tout du moins comprise. Envisager la justice sociale dans un monde limité suppose finalement de débattre démocratiquement de la sobriété et de l’institutionnaliser comme un instrument de la coopération écologique, c’est-à-dire de la coopération politique et morale entre les hommes et leurs milieux, qui désormais ne peut plus se penser en dehors des limites de la biosphère.

Encadré 8.1 — La sobriété et la Fondation Abbé Pierre, Antenne régionale Nord-Pas-de-Calais : répartir équitablement la sobriété

Stéphanie Lamarche-Palmier

La précarité énergétique est la combinaison de trois facteurs : le coût de l’énergie, la faiblesse des revenus du ménage et la mauvaise qualité du bâti. Aujourd’hui, elle concerne un ménage français sur six, fragilisé par une facture énergétique qui dépasse 10 % de ses ressources.

Dans la région, en 2006, l’INSEE estimait à plus de 260 000 les ménages confrontés à la précarité énergétique, soit 16 % des ménages du Nord-Pas-de-Calais. La pauvreté, l’insalubrité des logements et l’augmentation du prix de l’énergie entraînent une spirale de la pauvreté pour les personnes et les logements concernés : endettement progressif, coupures d’énergie, restriction et privation de chauffage, problèmes de santé ou de sécurité, repli sur soi et isolement, dégradation du logement, etc.

Les conséquences sociales et énergétiques du coût de l’énergie et de l’habitat indigne sont particulièrement inquiétantes et s’aggravent. On peut, entre autres, signaler l’augmentation des prix du gaz de 68,5 % entre 2001 et 2011 ou l’augmentation en cinq ans de 50 % de la prise en charge de dettes énergétiques par le conseil général du Nord, soit 6,7 millions d’euros en 2011. On peut constater que les collectivités locales du Nord-Pas-de-Calais, comme d’autres, ont développé diverses réponses à cette nouvelle forme de précarité, sans parvenir à réduire massivement la source des problèmes par la réhabilitation des logements et la réduction de la consommation énergétique en particulier.

La crise énergétique et la rareté des ressources fossiles doivent amener à repenser l’approche du logement dans les politiques publiques. Il est indispensable de passer à une approche plus préventive en isolant mieux les logements pour limiter les besoins, mais aussi en ne contraignant pas les plus vulnérables à vivre dans des logements « passoires », énergivores. Des mesures concrètes, combinant approche écologique et préoccupations sociales, créeront les conditions de changement, indispensables pour faire reculer la précarité énergétique.

Au-delà de la mise en place d’une tarification progressive adaptée, la lutte contre les passoires thermiques doit aboutir rapidement à leur disparition, par leur réhabilitation ou leur retrait du marché. L’amélioration thermique de l’habitat doit être priorisée avec des objectifs plus nombreux et pluriannuels, pour permettre le développement de réponses efficaces.

L’amélioration du logement existant a le double avantage d’être créatrice d’activités non délocalisables et d’agir de façon durable sur la solvabilité des ménages. La sobriété énergétique doit être valorisée comme une attitude responsable et partagée face au pic pétrolier et ne pas être réservée uniquement aux plus pauvres d’entre nous, pour contenir leurs factures. Pour accompagner son développement pour tous, il faut mettre en place les moyens de son financement, indispensables pour donner aussi aux ménages les plus démunis les moyens d’agir sur leurs conditions de logement.

Le programme gouvernemental « Habiter mieux » lancé en 2011 affiche des objectifs ambitieux, mais à son démarrage les résultats ont été limités par les capacités de financement des ménages concernés, en raison d’une trésorerie insuffisante pour préfinancer les subventions ou de la frilosité des banques qui rechignent à engager des prêts « habitat » pour de faibles montants.

Ces réponses s’affirment autour de quatre engagements défendus par la Fondation Abbé Pierre : rendre accessibles les logements pour ceux qui en ont besoin ; réguler les marchés et maîtriser les coûts du logement ; agir pour plus de justice sociale et de solidarité ; construire une ville durable qui soit équitable.

Bibliographie

Ariés (Paul), 2015, Écologie et cultures populaires. Les modes de vie populaires au secours de la planète, coll. Décroissance, Paris, Éditions Utopia.

Arnsperger (Christian) & Bourg (Dominique), 2014, « Sobriété volontaire et involontaire », Futuribles, 403 : 43-57.

Arnsperger (Christian) & Bourg (Dominique), 2017, Écologie intégrale. Pour une société permacirculaire, coll. L’écologie en questions, Paris, PUF.

Bacqué (Marie-Hélène), Rey (Henri) & Sintomer (Yves), 2005, Gestion de proximité et démocratie participative. Une perspective comparative, coll. Recherches Paris, La Découverte.

Blondiaux (Loïc), 2008, Le Nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Paris, Seuil.

Bourg (Dominique), 2017, « Gouverner le long terme », lapenseeecologique.com, Points de vue, vol. 1, 1. http://lapenseeecologique.com/gouverner-le-long-terme/ (consulté le 18 janvier 2018).

Bourg (Dominique) & Arnsperger (Christian), 2016, « Mode de vie et liberté », in Bourg (Dominique), Dartiguepeyrou (Carine), Gervais (Caroline) & Perrin (Olivier), Les Nouveaux modes de vie durables. S’engager autrement, Paris, Le bord de l’eau : 19-29.

Bourgois (Philippe), 2001, En quête de respect. Le crack à New York, coll. Liber, Paris, Seuil.

Crutzen (Paul), 2007, « La géologie de l’humanité : l’Anthropocène », Écologie et politique, 34 : 141-148.

Deldrève (Valérie), 2015, Pour une sociologie des inégalités environnementales, coll. Ecopolis, Bruxelles, Peter Lang.

Devalière (Isolde), Briant (Pierrette) & Arnault (Séverine), 2011, « La précarité énergétique : avoir froid ou dépenser trop pour se chauffer », INSEE Première, 1351 : 1-4.

Drique (Marie) & Lejeune (Caroline), 2017, « La justice sociale à l’épreuve de la crise écologique », Revue d’éthique et de théologie morale, vol. 1, 293 : 111-124.

Ferreras (Isabelle), 2008, « De la dimension collective de la liberté individuelle : L’exemple des salariés à l’heure de l’économie des services », in De Munck (Jean) & Zimmermann (Bénédicte), La liberté au prisme des capacités, Amartya Sen au-delà du liberalisme, Paris, EHESS : 281-296.

Gorz (André), 2008, Ecologica, Paris, Galilée.

Hess (Gérald), 2013, « L’éthique environnementale et le care : de la sobriété volontaire à la vigilance », Éthique, politique, religions, 3 : 59-80.

Hess (Gérald), 2017, « Réconcilier l’éthique environnementale et l’écologie politique : une analyse méta-éthique », lapenseeecologique.com, vol. 1, 1. https://lapenseeecologique.com/reconcilier-lethique-environnementale-et-lecologie-politique-une-analyse-meta-ethique/ (consulté le 18 janvier 2018).

Honneth (Axel), 2000, La Lutte pour la reconnaissance, coll. Folio essais, Paris, Gallimard.

Illich (Ivan), 1973, La Convivialité, Paris, Seuil.

Leblanc (Guillaume), 2007, Vies ordinaires, vies précaires, Paris, Seuil.

Lejeune (Caroline), 2015, « Inégalités environnementales », in Bourg (Dominique) & Papaux (Alain), Dictionnaire de la pensée écologique, coll. Quadrige, Paris, PUF : 558-561.

Lejeune (Caroline) & Villalba (Bruno), 2011, « La durabilité en renfort. Requalification d’un projet urbain. Le cas de la Zone de l’Union (Nord) », Cosmopolitiques, 19.

Martinez Alier (Joan), 2014, L’Écologisme des pauvres. Une étude des conflits environnementaux dans le monde, Paris, Les Petits Matins.

Nussbaum (Martha), 2011, Capabilités. Comment créer les conditions d’un monde plus juste ?, coll. Climats, Paris, Flammarion.

Paugam (Serge), 2009, La Disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, « Chapitre 1. Fragilité et apprentissage de la disqualification sociale », coll. Quadrige, Paris, Presses universitaires de France : 53-82.

Pelluchon (Corine), 2011, Éléments pour une éthique de la vulnérabilité. Les hommes, les animaux, la nature, Paris, Le Cerf.

Pelluchon (Corine), 2018, Éthique de la considération, coll. L’ordre philosophique, Paris, Seuil.

Rawls (John), 2009, La Théorie de la Justice, 3e éd., Paris, Éditions Points.

Renault (Emmanuel), 2004, L’Expérience de l’injustice. Reconnaissance et clinique de l’injustice, coll. Armillaire, Paris, La Découverte.

Rosanvallon (Pierre), 2011, La Société des égaux, Paris, Seuil.

Schlosberg (David), 2009, Defining Environmental Justice : Theories, Movements and Nature, Oxford, Oxford University Press.

Schlosberg (David), 2012, « Climate Justice and Capabilities : A Framework for Adaptation Policy », Ethics and International Affairs, vol. 26, 4 : 445-461.

Sen (Amartya), 2000, Repenser l’inégalité, Paris, Seuil.

Steffen (Will) et al., 2015, « Planetary boundaries : Guiding human development on a changing planet », Science, vol. 13, 6223.

Swaton (Sophie), 2018, Pour un Revenu de Transition Écologique, Paris, Presses universitaires de France.

Szuba (Mathilde), 2013, « Chapitre 5. Régimes de justice énergétique », in Sinaï (Agnès), Penser la décroissance. Politiques de l’Anthropocène, coll. Nouveaux Débats, Paris, Presses de Sciences Po : 119-138.

Taylor (Dorcetta), 2000, « The Rise of Environmental Justice Paradigm. Injustice framing and the Social Construction of Environmental Discourse », American Behavioral Scientist, vol. 43, 4 : 508-580.

Villalba (Bruno), 2016, « Sobriété : ce que les pauvres ont à nous dire… », Revue Projet, 350 : 39-47.

Villalba (Bruno), 2017, « L’assèchement des choix. Pluralisme et écologie », lapenseeecologique.com, vol. 1, 1. http://lapenseeecologique.com/lassechement-des-choix-pluralisme-et-ecologie/ (consulté le 18 janvier 2018).

Wallenborn (Grégoire) & Dozzi (Joël), 2007, « Du point de vue environnemental, ne vaut-il pas mieux être pauvre et mal informé que riche et conscientisé ? », in Cornut (Pierre), Bauler (Tom) & Zaccai (Edwin), Environnement et inégalités sociales, Éditions de l’Université de Bruxelles : 47-59.

Notes

87 Voir : http://economiedurable.over-blog.com/article-25275951.html

88 Entretien, personne à revenus modestes et membre du FPI, Lille, mai 2011.

89 Nous empruntons cette notion à Emmanuel Renault (2004) dans L’Expérience de l’injustice. Reconnaissance et clinique de l’injustice. Cette notion prolonge les travaux d’Axel Honneth sur le sentiment d’injustice : elle est issue de sa théorie de la reconnaissance développée dans l’ouvrage La Lutte pour la reconnaissance. L’expérience vécue de l’injustice exprime l’idée qu’elle peut réhabiliter les affects dans la formulation d’une perspective politique de la justice. La description de cette expérience permettrait d’identifier les pratiques tout autant que les sentiments suscités par des situations dans lesquelles les individus vivent et perçoivent les injustices. Ce travail de déconstruction mettrait en lumière les mécanismes du déni de reconnaissance institué dans nos sociétés. La dimension politique de la justice contribuerait à sortir d’une conception exclusivement rationnelle, contractualiste et donc distributive de la justice, comme peut l’être le contrat social érigé par Rawls (2009).

90 La notion d’« assisté » de Paugam décrit les individus vivant dans le dénuement social le plus complet et dont les revenus sont essentiellement issus de la protection sociale.

91 Entretien, personne à revenus modestes et membre du FPI, Lille, mai 2011.

92 Entretien, travailleur social et animateur du FPI, ILEP, juin 2011.

93 Les deux autres sont l’effondrement subi et la sobriété choisie (Arnsperger et Bourg, 2014 : 57 ; Arnsperger et Bourg, 2017 : 125).

94 La notion de capabilités renvoie au concept élaboré par Amartya Sen. Il propose de parler de capabilités pour décrire les pratiques, les savoirs et savoir-faire qui permettent à un individu de se nourrir, de se loger, de se vêtir, de satisfaire ses besoins fondamentaux. Pour Sen, ces capabilités déterminent le fonctionnement humain, ce que nous pourrions considérer comme la structure de l’existence d’un individu. Les capabilités sont en quelque sorte les aptitudes à réaliser une action pour subvenir à ses besoins, à améliorer son projet de vie, à développer un sens moral et politique et un regard critique et réflexif pour orienter la trajectoire de son existence sociale dans un système démocratique. Elles délimitent les frontières de la liberté de choisir dont dispose un individu dans une société donnée.

95 Nous remercions les responsables et les participants du FPI, qui ont accepté de nous accueillir et de se prêter à plusieurs entretiens pour échanger sur leurs trajectoires de vie, et tout particulièrement l’animateur du FPI qui a pris une part active à cette recherche.

96 Les commissions locales d’insertion sont des réunions dans lesquelles sont instruites les demandes relatives au revenu de solidarité active.

97 Interventions des participants membres du FPI lors des tours de table destinés à ce que chacun se présente avant de démarrer la séance, plénière du 11 mars 2011.

98 En janvier 2018, nous observons un déficit de redistribution des différentes mesures mises en place dans l’échelle distributive et selon le niveau social des ménages. Les arbitrages réalisés en matière fiscale devraient accroître en 2018 les inégalités à court terme. Pour plus de détails sur les mécanismes redistributifs, voir : Étude de l’OFCE et Sciences Po Paris, « Budget 2018 : pas d’austérité mais des inégalités », Policy Brief, 15 janvier 2018, p. 10, https://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/pbrief/2018/Pbrief30.pdf (consulté le 15 janvier 2018).

99 Voir le chapitre 7 écrit par Hélène Melin dans ce volume et Deldrève (2015).

100 En dehors des réunions mensuelles, le FPI organise avec les personnes en situation de grande précarité des débats publics, des excursions, des rencontres inter-associatives, des espaces de soutien individuels et collectifs.

101 Forum permanent de l’insertion, janvier 2004, « Regards croisés sur le dispositif RMI – compte rendu des travaux », Lille, p. 13 (document interne au FPI).

102 Entretien, travailleur social, animateur du FPI, ILEP, Lille, juin 2011.

103 Entretien, travailleur social, animateur du FPI, ILEP, Lille, juin 2011.

104 Prise de parole d’un travailleur social membre du FPI, journée de débats publics, « L’eau, un luxe ? », Lille, mars 2011.

105 Prise de parole, travailleur social, membre du FPI, journée de débats publics, « L’eau, un luxe ? », Lille, mars 2011.

106 Entretien, travailleur social membre du FPI, mairie de quartier, Lille, juin 2011.

107 Direction des Solidarités et du Développement social, mairie de Lille, « Personne en grande précarité et développement durable », projet des ateliers « Précarité et développement durable », https://www.unccas.org/personnes-en-grande-precarite-et-developpement-durable#.Wl8YZ0x7RBx (consulté le 17 janvier 2018).

108 Entretien, personne à revenus modestes et membre du FPI, Lille, mai 2011.

109 Entretien, personne en situation de grande précarité, membre du FPI, Lille, juin 2011.

110 Entretien, personne en situation de grande précarité, membre du FPI, Lille, juin 2011.

111 Entretien, personne en situation de grande précarité, membre du FPI, Lille, juin 2011.

112 Prise de parole d’un participant au FPI, journée de débats publics, « L’eau, un luxe ? », Lille, mars 2011.

113 Entretien, personne à revenus modestes, Lille, mai 2011.

114 Prise de parole d’un participant au FPI, journée de débats publics, « L’eau, un luxe ? », Lille, mars 2011.

115 Voir le chapitre 10 de Guillaume Faburel et Daphné Vialan, dans ce volume.

Auteur

Politiste et philosophe, docteure en sciences politiques, première assistante au sein de l’équipe des Humanités environnementales de la Faculté des géosciences et de l’environnement de l’université de Lausanne. Chercheuse associée au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (Ceraps, université de Lille et CNRS, UMR 8026). Ses domaines de recherche sont la justice écologique, la démocratie écologique et les processus d’intégration des limites planétaires dans les politiques publiques. Elle s’intéresse également aux enjeux épistémologiques de la science politique environnementale.

© Éditions Quæ, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540