Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sobriété énergétique

 | 
Bruno Villalba
, 
Luc Semal

Partie II - Inégalités, équité, justice et sobriété

Chapitre 7 - Inégalités écologiques, inégalités environnementales et sobriété

Hélène Melin

Texte intégral

1La notion de sobriété, appliquée à l’analyse de nos relations avec l’ensemble du monde vivant et non vivant, était encore marginale il y a quelques années. Elle est aujourd’hui convoquée dans de nombreux discours, tant scientifiques que politiques, comme mode d’action et mode de vie face à la crise environnementale et à ses conséquences en termes de bouleversement des écosystèmes et des « équilibres » entre développement des activités humaines et maintien de la richesse des milieux « naturels ». Dans ce cadre, il nous paraît intéressant d’ouvrir une réflexion sur la question des liens possibles entre l’idée de sobriété et la notion d’« inégalités », sous le prisme de la problématique environnementale. Il s’agit ici d’essayer de comprendre quels liens peuvent se tisser entre ces deux concepts forts dans le traitement des « questions écologiques » et de leurs impacts sociétaux.

2Sobriété et inégalités mobilisent toutes deux plusieurs clés d’analyse pour expliquer les interactions entre les sociétés humaines et les milieux qui les entourent. Celui de « justice » tout d’abord. Dans le champ écologique, il est question de « justice environnementale », en sobriété la terminologie employée sera davantage celle de « justice sociale ». Dans le cadre des inégalités, la justice doit tendre à réduire les écarts entre catégories de populations quant à l’accès aux ressources naturelles, aux aménités environnementales ou aux paysages, ou réduire le risque auquel les populations peuvent être soumises du fait d’environnements dégradés. La notion d’inégalités permet donc de faire un pont entre l’analyse écologique de la justice et son analyse sociale. Ce qui en ressort est un impératif de justice dans le traitement des individus et des groupes sociaux, cela pour pouvoir accepter l’idée même de sobriété dans le rapport humain aux éléments naturels, et ensuite pouvoir effectivement la mettre en œuvre.

3La notion d’« équité » ensuite, qui prolonge celle de justice. Elle se situe davantage dans le domaine du vécu et des représentations. Elle est un « sentiment » important pour mobiliser en faveur d’une cause ou faire adhérer à une action ou une politique. Pour la sobriété, l’équité est l’idée qu’il est nécessaire que la sobriété soit partagée et mise en œuvre collectivement pour être acceptée. Pour les inégalités, cela peut se traduire par la volonté des individus d’être entendus et que toutes les paroles, expertes ou profanes, soient prises en compte dans les politiques de gestion environnementale. Enfin, et bien sûr ce n’est pas exhaustif, l’étude des inégalités et des formes de sobriété renvoie à l’idée de qualité de vie et de cadre de vie. Derrière cela, il y a l’exposition aux risques et aux aléas — techniques, industriels, naturels, etc. Ces notions posent la question de la concordance du sens entre inégalité et sobriété ou de leur contradiction. En effet, la réduction des inégalités implique l’accès de tous à un certain niveau de consommation et de confort, tandis que la promotion de la sobriété milite pour une limitation (générale, certes) de la consommation.

4La mobilisation de ces éléments permet de faire dialoguer les problématiques et d’essayer de comprendre de quelle façon elles s’articulent pour s’enrichir l’une l’autre dans l’appréhension des phénomènes socio-environnementaux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui. Il y a de nombreuses discussions quant à la définition des notions d’inégalités écologiques et environnementales et quant à la légitimité des termes à employer. Il n’est pas question ici de revenir sur ce débat, mais d’essayer de montrer que la diversité des interprétations est un moyen de dialogue avec la sobriété et une possibilité d’ouvrir la réflexion en décloisonnant les champs disciplinaires. Ce contexte posé permet, dans un second temps, de faire une lecture commune de la sobriété et des inégalités afin d’analyser ce que la première peut apporter aux secondes.

Inégalités écologiques et environnementales, éléments de définition au regard de la sobriété

5Il y a eu beaucoup de débats concernant la pertinence de cette notion d’inégalité appliquée à l’écologie et à l’environnement. Sans revenir sur l’ensemble des discussions, ce qui est à retenir, c’est la diversité des interprétations et la dynamique constante de cette problématique. Faute de pouvoir aujourd’hui donner une définition consensuelle et interdisciplinaire des inégalités écologiques et environnementales, nous pouvons les faire dialoguer avec la problématique de la sobriété. La richesse des interprétations, même si elle a pour corollaire un certain flou conceptuel, permet, en effet, d’envisager de façon renouvelée la réflexion sur les questions environnementales, en lien avec les thématiques sociales et culturelles des territoires. Il convient de partir des définitions généralement adoptées pour qualifier les inégalités. Les différentes acceptions renvoient autant à des champs disciplinaires particuliers qu’à une certaine interprétation des rapports nature-culture ou à des champs d’actions différenciés. Y a-t-il un mot plus approprié que l’autre pour qualifier ce « nouveau » champ des inégalités, particulièrement lorsqu’on le fait dialoguer avec la sobriété ?

Écologie versus environnement

6Il y a un débat, parfois vif, entre d’un côté les écologues, premiers utilisateurs de la notion d’écologie, et de l’autre les chercheurs en sciences humaines et sociales tels que les sociologues, les géographes, les urbanistes ou les philosophes, notamment, qui se sont approprié cette notion depuis les années 1970, en y incluant celle d’environnement. De même, à l’intérieur de chaque discipline, les opinions divergent. Ces notions dépendent fortement du contenu qui leur est associé, or ce contenu peut être extrêmement variable selon le champ d’étude concerné, la question posée ou l’angle de recherche considéré. Il existe donc non pas une définition complètement stable et arrêtée des mots écologie et environnement, mais des interprétations diverses.

7Telle que définie par Ernst Haeckel (1866) qui invente le mot en 1866, oecologie désigne l’étude des relations qui unissent les êtres vivants. C’est donc quelque chose de vaste et d’englobant, le milieu dans lequel nous évoluons tous. Le milieu écologique est le plus souvent assimilé au milieu naturel qui comprend la faune, la flore, la pédologie (entendue comme tout ce qui a trait au sol et à ses composants, y compris les roches). Ce milieu existe avec et en dehors de l’homme, il peut être modifié par lui et il a une valeur « en propre ». À la suite des éthiques écocentrées et biocentrées, il est admis qu’il ne dépend ni d’abord, ni exclusivement de la valeur que l’homme lui accorde (Callicott, 2010). Les éléments du milieu existent indépendamment du regard de l’homme. Ils disposent d’un droit à l’existence au même titre que les êtres humains. Ce sont les différents éléments de l’écosystème « Terre », dont l’homme fait partie et avec lesquels il interagit.

8L’environnement semble une notion différente, à appréhender sur un autre registre. Elle n’est jamais saisie vraiment pour elle-même — dans ce cas elle s’assimilerait au milieu et donc à l’écologie — mais par rapport à une problématique : urbaine, de pollution, de changement climatique, etc. (Picon, 2008). Ainsi perçue, la notion d’environnement comprend l’environnement naturel et l’environnement artificiel, c’est-à-dire créé par l’homme à partir des éléments du milieu. Celui-ci comprend les techniques, les technologies, l’habitat, etc. L’environnement peut être appréhendé dans ce sens de façon concrète et matérielle, et il comprend alors l’ensemble des productions humaines ; mais il peut avoir aussi une dimension immatérielle qui découle de cette première dimension matérielle. Il s’agit dans ce cas des conséquences des productions et des activités humaines : pollution, réchauffement, dégradation des écosystèmes. Il peut y avoir ainsi toute une déclinaison de sens accordés à ce terme, qui en font un mot restrictif ou, au contraire, très large. Par exemple, la notion d’environnement urbain, au sujet des inégalités, renvoie souvent à la propreté, aux espaces verts, à la pollution. Dans ce cas, elle est très éloignée de la problématique de la biodiversité ou de la nature. C’est d’ailleurs pour cela que les écologues n’apprécient pas que l’on utilise indifféremment les deux mots, « écologie » et « environnement », pour parler de la gestion des écosystèmes, car parfois l’environnement n’a rien à voir avec la nature. Dans le cadre des inégalités, comment ce flou se répercute-t-il ?

Les principales appréhensions de la notion d’inégalités écologiques

9Il y a différents niveaux de définition pour la notion d’inégalités écologiques. Arrêtons-nous sur quelques interprétations pour cerner ce qui est entendu par ce type d’inégalités, pour voir ensuite en quoi cette notion rencontre ou non l’idée de sobriété.

  • 82 Livre blanc des acteurs français du développement durable, 2002, rapport du groupe de travail « In (...)

10Il y a un premier niveau de définition, qui a l’avantage d’être clair et direct, et qui montre ces inégalités comme un rapport dual entre l’homme et la nature. C’est notamment ce qui ressort avec la définition du Comité français pour le Sommet mondial du développement durable de Johannesburg en 2002, pour lequel les inégalités écologiques sont « les inégalités d’accès, à l’échelle planétaire, aux ressources naturelles (eau, air, sol et énergie) et au développement »82. Plusieurs éléments nous intéressent dans cette définition : l’idée des « ressources » pour qualifier les éléments de la nature, l’intégration de l’« énergie » et le « développement ». Cette dernière notion suscite des interrogations. On peut se demander si elle n’entre pas en contradiction avec la sobriété (et plus largement avec le pic pétrolier et son corollaire, la nécessité de revoir nos modes de production et de consommation), et avec l’idée même d’égalité. Jean-Paul Deléage donne également une définition synthétique des inégalités écologiques. Il s’agit pour lui :

« (D’un) concept (qui) renvoie avant tout à la confrontation inégale et mesurable entre, d’une part, des individus et groupes sociaux et, d’autre part, divers éléments réputés naturels (air, eau, biodiversité) et interconnectés. » (Deléage, 2008 : 13).

11Cette appréhension relève bien d’un dualisme homme/nature, qui pose question. Lionel Charles confirme cette vision des choses en disant que ces inégalités renvoient « au partage inégal entre individus ou groupes sociaux, diagnostiqué, voire cartographié, d’un certain nombre de facteurs naturels (eau, air…) envisagés comme extérieurs » (Charles, 2008 : 51).

12Le second niveau de définition est centré sur l’échelle d’appréhension des inégalités. La première échelle est mondiale. Philippe Deboudt constate :

« (…) des variations très importantes quant à l’accès aux ressources vitales, aux risques et à l’exposition aux nuisances d’un pays ou d’un continent à l’autre. (…) Les inégalités écologiques renvoient (dans ce cas) aux différences nord/sud. » (Deboudt, 2010 : 42).

13L’idée sous-jacente est que les pays du Nord sont à l’origine de la plupart des dégradations majeures causées à l’environnement et sont parallèlement nettement moins vulnérables aux risques que les pays du Sud. Les inégalités se déclinent aussi à d’autres échelles, à l’intérieur même des territoires : elles sont alors qualifiées de « multiscalaires » et peuvent être lues, d’après Cyria Emelianoff (2006 : 36), « à une échelle planétaire, à une échelle locale ou à tous les échelons intermédiaires ».

14Définir les inégalités écologiques uniquement comme une relation binaire entre l’homme et la nature n’est cependant pas suffisant étant donné la complexité de la problématique environnementale actuelle. Le Comité français pour le développement durable poursuit d’ailleurs ainsi dans sa qualification des inégalités écologiques :

« (…) aussi bien une exposition aux risques naturels et techniques, une dégradation de la qualité de vie, qu’une privation relative de certains biens ou services communs allant jusqu’à un accès restreint ou altéré à des ressources vitales. » (cité par Diebolt et al., 2005 : 11).

15Les questions liées à la sobriété peuvent se retrouver ici dans l’idée de la privation de biens ou leur confiscation par certaines catégories d’acteurs. Dans le même ordre d’idées, et afin d’envisager la diversité des situations d’inégalités possibles, Lydie Laigle et Mélanie Tual (2007) définissent les inégalités écologiques selon quatre angles : les inégalités d’exposition aux nuisances urbaines (bruits, pollution…) et aux risques (naturels, technologiques, industriels, sanitaires…) ; les inégalités d’accès à l’urbanité et à un cadre de vie de qualité ; les inégalités liées à l’héritage et au développement des territoires urbains ; les inégalités dans la capacité d’agir sur l’environnement et d’interpeller la puissance publique pour améliorer le cadre de vie. Ce qui ressort dans ces différents niveaux de définition, c’est la place centrale de l’homme en tant que victime potentielle d’inégalités dans l’accès aux bénéfices que peut lui apporter la nature.

Les inégalités environnementales, une prise de distance avec la nature ?

16Les inégalités environnementales sont moins souvent l’objet d’un travail de définition que les inégalités écologiques. Soit la notion est associée indifféremment à celle d’inégalité écologique sans qu’il soit apporté de précisions quant au contenu associé, soit elle est exclue du champ lexical de la recherche. C’est le cas pour les écologues qui considèrent que cela ne relève pas de leur champ de compétence, car l’environnement n’a que peu à voir avec l’écologie et l’étude des écosystèmes naturels — tel est le point de vue notamment défendu par Gérard Bellan, Denise Bellan-Santini et Jean-Claude Dauvin (2007) ; ça peut être aussi le cas pour les sociologues. Valérie Deldrève explique ainsi qu’en sociologie on préfère parler d’inégalités écologiques plutôt qu’environnementales, car l’« environnement » est une notion « éminemment polysémique (il peut être familial, scolaire, professionnel, urbain, naturel…) et à géométrie variable » (Deldrève, 2010 : 87). Au-delà de ce flou, deux éléments semblent caractériser les inégalités environnementales et, par là, les différencier des inégalités écologiques.

17Le premier élément est le lien apparent entre inégalités environnementales et artifice. En effet, ce qui est mobilisé pour définir ce type d’inégalités relève avant tout de la création humaine, la production ou la transformation d’éléments en partie naturels. Ainsi Jean-Paul Deléage énonce :

« (Le concept) d’inégalités environnementales élargit la confrontation avec la surnature concrète et imaginaire, profondément travaillée par l’emprise technique de l’humanité sur l’écosystème mondial. » (Deléage, 2008 : 13).

18Dans ce cas, traiter des inégalités environnementales, c’est s’éloigner de la nature, pour insister sur l’environnement que l’homme s’est créé, dont il s’est à proprement parler « entouré » afin de satisfaire ses besoins. On pourrait presque dire, dans ces conditions, que l’environnement s’assimile à une « technosphère » dont l’homme est capitaine, mais dont il ne parviendrait plus à maîtriser les dérives. Pour Lionel Charles, en tout cas :

« Les inégalités environnementales ne demandent pas à être caractérisées de la même manière que les inégalités écologiques, elles s’inscrivent dans des dynamiques d’action et de transformation larges et prennent sens à d’autres niveaux. (…) On peut entendre par ce terme l’ensemble des inégalités liées au rapport que les hommes entretiennent individuellement ou collectivement avec leur environnement. » (Charles, 2008 : 52).

19Le second élément est la proximité affirmée avec le social. Même si cette idée est également fortement présente dans la notion d’inégalités écologiques, elle est encore plus clairement affirmée quand il est question d’inégalités environnementales. Le lien entre inégalités sociales et inégalités environnementales a été formalisé notamment par Jacques Theys (2007 et 2010), après avoir souligné le fait que la définition actuelle de la notion d’« environnement » relevait largement d’une co-construction de sens, dans laquelle le politique a joué un rôle majeur. Il remarque la coexistence de trois conceptions environnementales : une conception « objective et biocentrique » pour laquelle la nature est un élément à protéger ; une conception « subjective et anthropocentrique » témoignant d’une interrelation entre l’homme et le milieu (naturel ou construit) ; et une conception « technocentrique, objective et subjective » pour laquelle est défini un ensemble de limites permettant de faire fonctionner des milieux hybrides, de nature et de culture. S’il constate qu’aujourd’hui le débat social s’organise autour de la troisième interprétation, le lien avec les inégalités n’est cependant possible selon lui qu’à travers la seconde conception. Cependant, celle-ci ne s’impose pas « car elle fait trop clairement apparaître que la gestion de l’environnement se réduit souvent à un problème de redistribution sociale » (Theys, 2010 : 37). En restant à un niveau technique, le traitement des inégalités ignore l’importance du social et donc l’intérêt que peut représenter une prise en considération de savoirs locaux et d’expertises socio-culturelles, pour se borner à une mise en œuvre technicienne et comptable.

20Au-delà de la terminologie choisie, ce qui importe plus fondamentalement c’est bien évidemment les représentations portées par les idées. Elles traduisent le regard et l’interprétation portés sur les relations entre les composantes d’un même écosystème, relations nécessairement plurielles, différenciées et inégalitaires. Lionel Charles accorde un sens plus large à la notion d’inégalité environnementale, certes aussi « plus difficile à cerner et à maîtriser, mais sans doute plus pertinent ». Et il poursuit : « la notion d’inégalité environnementale renvoie à la double réalité de ce qui peut se mesurer et s’objectiver dans l’environnement et de ce qui ne le peut pas, de l’appréhension subjective des dynamiques de l’action » (Charles, 2008 : 51).

21Pour Cyria Emelianoff (2008), au contraire, les inégalités écologiques sont plus larges que les inégalités environnementales. Ce qui justifie ce point de vue est, pour elle, l’impact des inégalités sur les écosystèmes, et particulièrement les conditions de leur production. Elle reproche aux inégalités environnementales de montrer l’homme uniquement comme une victime des inégalités, sans voir qu’il en est aussi le créateur et, peut-on ajouter, que ses actions n’auront pas seulement un impact sur lui-même, mais se répercuteront sur l’ensemble du circuit vivant de la planète. Parler d’inégalités écologiques permettrait alors de réintroduire l’ensemble du monde vivant dans les réflexions et de se questionner sur les acteurs responsables des inégalités. Cette conception ne semble pas antinomique avec ce qui est véhiculé par la notion d’environnement. Elle permet au contraire de faire le lien avec la dimension sociale des inégalités et de réaffirmer qu’elles se situent le plus souvent au niveau des objets créés, produits, transformés ou privatisés par les activités humaines, et donc que l’on a plutôt tendance à mettre sous le vocable « environnement ».

22Pour faire réellement le lien entre les inégalités liées aux éléments de la nature et celles liées aux activités humaines, un troisième terme serait finalement nécessaire, celui « d’inégalités écolo-environnementales ». Il permettrait en effet de lier la dimension sociale et technique à la dimension naturelle et biotique de façon large. Mettre l’homme au centre des préoccupations induit un déséquilibre dans le traitement des problèmes, car cela occulte — ou fait passer au second plan — la majorité du monde biotique et abiotique. Trouver un terme qui concilie nature et culture réintègre la nécessité d’une prise en compte globale des situations, fait qui semble indispensable pour faire face à la crise actuelle. C’est une pensée que l’on retrouve dans la conception de la « solidarité écologique » défendue par Raphaël Mathevet (2012). Aborder les inégalités sociales et écolo-environnementales en termes d’« interdépendances » et de « liens » peut être une nouvelle approche en sciences sociales pour penser la sobriété. C’est en tout cas mettre en avant une « communauté de destin » liant les êtres humains et les autres espèces, et réfléchir de façon globale aux solutions permettant à la fois un bien-être humain et un respect du monde non humain.

La sobriété, élément de réification des inégalités écolo-environnementales ou possibilité de les dépasser ?

  • 83 Propos tenus à l’occasion d’une conférence aux Assises de la transformation écologique et sociale d (...)

23Abordons à présent trois champs conceptuels pour lesquels la sobriété peut éclairer les réflexions sur les inégalités écologiques et environnementales. Il convient tout d’abord de constater une perspective anthropocentrée des relations homme-nature quand il est question d’inégalités et de sobriété. Il faut également être conscient du rôle joué par les représentations sociales et culturelles dans les perceptions du rapport à l’environnement naturel et anthropique. Il semble enfin important de souligner, comme l’a fait Alan Seatter au sujet de la concordance entre écologie et économie, qu’il n’y a pas de contradiction entre le traitement des inégalités sociales et de la pauvreté et la préservation de l’environnement83.

Une conception anthropocentrée du rapport nature-culture

24Même si la notion de justice environnementale ne trouve que peu d’échos en France, l’influence nord-américaine sur les études en environnement est indéniable. Issue de l’école de Chicago et de son axe d’écologie urbaine, et influencée par l’écologie humaine, l’étude des inégalités adopte une perspective résolument anthropocentrée. Alors que cette dimension du rapport nature-culture est de plus en plus critiquée quand il s’agit de traiter de la problématique écologique au sens large (érosion de la biodiversité, statut ontologique du vivant, espaces à protéger, etc.), elle semble tacitement acceptée au sujet des inégalités environnementales ou écologiques. Lionel Charles (2008 : 51) remarque que le terme « inégalités écologiques (…) marque une coupure entre un univers réputé naturel et l’homme ». Et, effectivement, les définitions évoquées précédemment montrent qu’il s’agit non seulement de mettre l’homme au centre des préoccupations (ce qui semble non dépourvu de sens) mais également (et c’est davantage problématique) d’envisager quasi exclusivement les conséquences négatives de l’accès aux ressources pour les hommes.

25D’une part les conséquences d’une consommation excessive, polluante ou prédatrice pour la nature (et non simplement pour l’homme) ne sont quasi jamais envisagées, d’autre part il ne semble pas y avoir de remise en cause du modèle dominant de consommation pourtant à l’origine de la crise actuelle. Le lien avec la notion de sobriété, sous cet angle, est double. En envisageant l’échéance plus ou moins brève d’un pic pétrolier et les restrictions que cela engendrera dans l’accès aux ressources, on peut logiquement penser qu’il y a un risque d’accentuation des inégalités et donc d’une sobriété subie qui, potentiellement, pèsera davantage sur les populations déjà vulnérables. D’un point de vue conceptuel, ce type de réflexion conforte la vision anthropocentrique des relations nature-culture, car elle se concentre exclusivement sur le devenir humain et n’envisage les éléments naturels que comme des « ressources », donc des objets à disposition pour le bien-être des hommes indépendamment des autres éléments de la communauté biotique.

26Mais la sobriété, par ailleurs, suppose un mode de vie qui s’éloigne du modèle dominant des sociétés occidentales en adoptant une certaine frugalité, par conviction ou par nécessité. Elle pourrait donc contribuer à ouvrir la notion d’inégalités et à sortir de la vision anthropocentrée en émettant l’hypothèse d’un changement dans les modes de vie, et ainsi d’un rapport renouvelé à l’environnement dans ses différentes composantes — rapport potentiellement réducteur des inégalités.

27La perspective anthropocentrée situe les objets naturels uniquement dans leur rapport à l’homme, en termes d’utilité, d’accès, de bénéfice. Bref, on l’a vu, ils sont avant tout des « ressources » mobilisables pour la satisfaction des besoins. Pour Bernard Kalaora ou Lionel Charles (Charles et Kalaora, 2001 et 2003 ; Charles, 2008), le fait qu’en France l’environnement soit saisi par le monde institutionnel et politique et marqué par une forte intervention de l’État explique qu’il soit assimilé à une ressource au niveau de l’action publique. Cela conduit également à figer les significations d’une notion à l’origine « mouvante et délicate ». On se trouve alors « face à une réification de la notion d’inégalités qui ne peut être comprise et appréhendée totalement et correctement ». Ce biais peut se retrouver aussi au niveau de la sobriété qui envisage les éléments naturels, comme l’énergie, en termes de raréfaction de la ressource. Le constat est alors l’enfermement dans un schéma de fonctionnement et d’utilisation des biens qui ne peut mener qu’à l’impasse.

  • 84 Sur ce sujet, voir aussi Nadaï et Labussière (2014).

28L’analyse des politiques écologiques ou de développement durable montre aussi le schisme existant, ou le virage non encore franchi. En effet, les nombreux débats sur la crise écologique montrent la nécessité de remettre en cause nos modèles de développement, et de le faire de manière radicale : pas par de simples ajustements, mais par une refondation des modes de vie, de production et de gestion. Pour Raphaël Mathevet, il s’agit de soulever le problème de l’économie de la réparation écologique et territoriale qui enferme dans un cercle « dégradations-réparations », en reproduisant les inégalités et sans s’engager dans une sobriété. À la suite de Michael L. Rosenzweig (2003), il conviendrait d’enclencher une écologie de la réconciliation qui impliquerait tous les citoyens dans une démarche « concernante », qui prenne soin de la nature ordinaire (Mougenot, 2003) et rééquilibre les rapports sociaux et naturels. C’est, de façon parallèle, ce que soulève Laurence Raineau (2011) quand elle parle de la transition énergétique et du reproche fait aux énergies renouvelables d’un manque d’efficacité84. Tant que l’organisation de la société suivra exclusivement un modèle technique qui privilégie le feu — comme l’a montré Alain Gras (2003 et 2007) — et que cette référence servira pour juger de l’efficience des autres formes de production d’énergie, nous serons dans l’erreur, car prisonniers d’un carcan qui limite notre rapport à la nature. Le problème est là de rester sur des rails sans qu’aucune réelle alternative ne soit envisagée, alternative qui signifierait un changement de paradigme, d’autres façons de vivre, de faire et de penser, et un autre rapport à la nature.

29La sobriété permet, dans ce cadre, de réfléchir à une redéfinition des inégalités et d’insister sur l’importance de la contextualisation politique, économique, mais aussi sociale et culturelle, au regard du fonctionnement général des écosystèmes.

Représentations de la sobriété et perceptions des inégalités : de la nécessité du relativisme

30Les différents auteurs qui se penchent sur la question des inégalités mettent en avant leur objectivité, et donc leur caractère mesurable, par exemple quand il s’agit de mesurer l’accès aux aménités environnementales pour différentes catégories de populations. Cependant s’arrêter à cette seule dimension n’est pas satisfaisant. En effet, la notion d’inégalité écologique ou environnementale renvoie fréquemment à la qualité de vie et à celle du cadre de vie, qui seraient en partie corrélées avec la qualité de l’environnement. Dans ce cas, la dimension objective laisse apparaître la part de subjectivité des inégalités. Celles-ci ne dépendent effectivement pas uniquement des différences réelles d’accès aux aménités ou à un cadre de vie de qualité, mais diffèrent selon les perceptions véhiculées. C’est notamment ce qu’a bien montré Valérie Deldrève (2011) dans le cadre du Touquet-Paris-Plage, où finalement les inégalités ne se retrouvent pas forcément où on le pense car, en plus de l’accès possible ou non à des territoires ou à des services, ce qui compte plus fondamentalement est l’image que les individus ont de ceux-ci, la place qu’ils leur accordent dans leur mode de vie et l’usage qu’ils souhaitent en faire. Dans le cas du Touquet, les espaces prisés par les populations résidentes aisées ne sont pas nécessairement les mêmes que ceux des employés de la municipalité, résidents plus modestes des lieux. Ce qui est vécu comme inégalitaire, en revanche, c’est l’appropriation abusive d’espaces, alors que ceux-ci sont envisagés par l’ensemble de la population comme des biens communs.

31Cela montre que les attentes envers l’environnement au sens large ne sont pas uniformes, et qu’elles sont pour partie liées aux perceptions ou aux représentations que l’on se fait d’un environnement de qualité, des ressources dont on souhaite disposer, etc. De ce fait, les rapports entretenus à l’environnement sont différenciés. Les modes de consommation et les pratiques sont discriminés en fonction de différents facteurs, et les études sociologiques sur la question montrent que l’influence sociale et culturelle est prégnante. Catherine Larrère souligne à ce propos l’importance de la prise en compte de la subjectivité, du vécu et de l’histoire sociale liée à l’environnement de vie pour analyser les inégalités. L’environnement ne s’appréhende « pas seulement à l’aide de données objectives, il relève de l’étude du monde vécu » (Larrère, 2017 : 14). Il est ainsi impossible de s’en tenir à une appréhension seulement quantitative, comme par exemple la mesure en décibels des nuisances sonores, nous dit Larrère. Au contraire, il est indispensable de raccrocher une dimension qualitative, voire affective. C’est un point de vue partagé par Joan Martinez Alier (2011 : 138) quand il évoque la nécessité de revenir sur « l’hégémonie du calcul économique » pour privilégier un « pluralisme des valeurs ». Il parle d’une « évaluation multicritères participative et délibérative de l’économie ». L’analyse de Martinez Alier fait ainsi le pont avec l’idée de sobriété. Sortir d’un indicateur tel que le PIB s’apparenterait, pour lui, à « fixer des objectifs en faveur d’une utilisation réduite de l’énergie et des matériaux (…) (et aller) au-delà du simple impératif de la croissance économique » (Martinez Alier, 2011 : 139).

  • 85 Voir Centemeri et Renou (2017).

32De la même façon, quand il est question de sobriété, il n’est pas possible de faire abstraction des représentations liées aux modes de consommation, aux modèles culturels et identitaires qui guident les individus. La sobriété ne sera pas vécue de la même façon si elle est envisagée comme une privation anormale de certains biens ou comme une volonté de s’extraire du schéma consumériste classique. Bien entendu il est plus aisé de faire ce choix pour des populations qui disposent de moyens suffisants pour vivre que pour des populations précaires contraintes de fait à se restreindre. On se trouve ici face à deux niveaux d’analyse. D’une part, il y a une confirmation des inégalités qui se traduit dans le choix du mode de vie et du rapport à l’environnement. Mais, d’autre part, apparaît également la possibilité de s’en extraire, justement en faisant valoir les pratiques locales sobres de la part des populations modestes, pour les montrer, non plus comme un fardeau, mais comme un comportement socialement et culturellement valorisable car respectueux de l’environnement, et finalement pionnier dans l’évolution future et nécessaire des comportements. On est ici dans un processus possible de renversement du stigmate. Quand Martinez Alier étudie « l’émergence de l’environnementalisme des pauvres » (2011) ou « l’écologisme des pauvres » (2014), il démontre l’action positive des populations défavorisées du Sud dans la lutte contre les dégradations environnementales. La mobilisation des communautés et de militants appartenant à des peuples indigènes, appuyés par les organisations de justice environnementale (OJE), en refusant l’exploitation industrielle, prédatrice de leur milieu, remet ainsi en cause le modèle de la croissance et de l’accumulation pour prôner un modèle qui tend vers la sobriété. Par ailleurs une telle prise de position leur redonne la parole et les positionne comme des acteurs du jeu économique et politique à part entière, élargissant la décision à des populations jusque-là exclues. Son analyse du mouvement pour la décroissance en Occident confirme sa démonstration85.

33Pour analyser complètement les inégalités écologiques et de la même façon les processus de sobriété, il semble donc nécessaire de sortir d’une dimension purement objective et comptable, pour intégrer la variabilité et la pluralité non seulement des situations, mais aussi de leur vécu et de leur signification pour les acteurs concernés. Valérie Deldrève (2011 : 186) invite ainsi à lire les inégalités « dans une perspective double, à la fois socio-culturelle et centrée sur les configurations locales et historicisées des usages environnementaux ». La prise en compte des cultures locales, de l’appropriation des territoires et de leur intégration dans un imaginaire individuel et collectif apparaît ici comme un moyen de compréhension des phénomènes, à la fois d’inégalités et de sobriétés.

34De façon complémentaire, ce qui est soulevé, c’est la prise en considération des savoirs locaux sur la nature dans le diagnostic des inégalités autant que de la sobriété, dans leur interprétation et dans les solutions à apporter. Le savoir savant, « expert », extérieur aux territoires et aux populations, s’impose la plupart du temps et cela peut être source de conflits, de non-application des politiques, voire d’accentuation des inégalités. La question de la pauvreté, par exemple, montre la nécessité d’ouvrir l’expertise.

Inégalités sociales et pauvreté sous le prisme croisé de la sobriété et des inégalités écolo-environnementales

35Il semble pertinent d’évoquer les éléments de lien qui apparaissent quand inégalités et sobriété sont confrontées, et cela dans la ligne de pensée de tout ce qui a été évoqué jusqu’ici. La prise en compte du local, et plus particulièrement des pratiques sociales et culturelles liées à la nature ou aux éléments environnementaux, paraît fondamentale pour une meilleure compréhension des inégalités et des phénomènes de sobriété, autant que pour une plus grande efficacité des actions engagées envers ces deux thématiques. Pour autant, la situation n’est pas si simple.

36En effet, Valérie Deldrève remarque, notamment dans le cas de la création du parc national des Calanques, que la prise en compte des acteurs locaux dans le montage des projets peut accentuer les inégalités (Deldrève et Deboudt, 2012). Cela s’explique par une inégale participation des différentes catégories d’acteurs et par leur capacité différenciée à se mobiliser et à s’imposer comme des interlocuteurs légitimes des pouvoirs publics. Finalement, si on y prend garde, l’ouverture au local conforte les hiérarchies et les positions des acteurs locaux, et reproduit les inégalités de traitement et d’influence. Cela ne vient pourtant pas remettre en cause l’importance d’une concertation élargie ni la pertinence des savoirs locaux ou de la « tradition ». Cela signifie qu’il est nécessaire de pouvoir établir des formes de discussion réellement ouvertes et allant chercher les discours de ceux qui ne sont pas dans le circuit classique des jeux de pouvoir et d’influence. Justice sociale et justice environnementale sont liées dans un rapport complexe qu’il convient de pouvoir mettre au jour afin de faire entendre toutes les voix qui ont légitimement droit à participer aux prises de décision (Deldrève, 2015).

  • 86 Voir la présentation en introduction de ce volume.

37Et c’est là que la sobriété entre en jeu. Dans la démarche notamment initiée au sein du programme « Sobriétés »86, l’idée est de dialoguer avec des populations qui d’habitude sont hors jeu, et de donner à voir des actions menées par ou avec des populations précarisées comme exemples des bonnes conduites à adopter dans le cadre du pic pétrolier. Dans ce cadre, la sobriété pourrait tendre à réduire les inégalités et les porteurs de solution ne seraient pas d’abord ou pas seulement les experts traditionnels, émanant des institutions reconnues.

38Pourtant, nous n’en sommes pas encore là. Cyria Emelianoff (2008), Bernard Gagnon, Nathalie Lewis et Sylvie Ferrari (2008) remarquent que, d’une façon générale, peu de liens sont faits entre la pauvreté et la durabilité écologique. Dans le rapport Brundtland, la pauvreté est montrée comme une pression sur l’environnement. De même, dans la conception de la justice environnementale, le principe de redistribution équitable des ressources environnementales — et donc la réduction de la pauvreté — est jugé contraire à la préservation de l’environnement, la réduction de la pauvreté signifiant là aussi une pression accrue sur les ressources naturelles.

39C’est aller cependant un peu vite dans l’analyse et cela illustre bien l’idée, évoquée par Laurence Raineau (2011), d’un carcan dans lequel nous sommes enfermés, avec le modèle de société qui s’y impose. Ce que montrent, notamment, les études sur la sobriété, c’est justement que les comportements sobres conduisent à une diminution de notre impact sur l’environnement et de notre empreinte écologique. Ce qui apparaît somme toute comme un raisonnement de bon sens. Pour Cyria Emelianoff (2008 : 27), « la pauvreté s’associe à des éco-savoirs et à une sobriété écologique ». Il paraît donc nécessaire de prendre en compte l’expertise des populations soumises aux inégalités dans leur identification et leur traitement. De la même façon, Aliénor Bertrand (2015) démontre le caractère artificiel du raisonnement mais également l’omission historique opérée, quand le mouvement de justice écologique est analysé comme détaché des mouvements de luttes sociales, voire en opposition avec eux. Les premières mobilisations contre les impacts négatifs de la production industrielle ont émergé dans la classe ouvrière autour de luttes contre les effets des polluants sur la santé, et cela dès le premier tiers du xxe siècle.

40De même, l’éthique environnementale — définie comme une manière différente de considérer la relation homme-nature — et la justice environnementale ne sont pas forcément contradictoires. Dans la lignée des travaux d’Amartya Sen (1998) sur l’éthique du développement, Bernard Gagnon remarque que protection de l’environnement et mobilisation contre la pauvreté peuvent aller dans le même sens. Il donne l’exemple :

« (des) regroupements associatifs, mouvements de citoyens, politiques de décentralisation, jardins communautaires, qui ont pour effet d’associer des enjeux sociaux et politiques (démocratie locale, partage de la gestion des ressources) et protection de l’environnement» (Gagnon et al., 2008 : 88).

41Ce qui se retrouve ici, ce sont les processus de sobriétés collectives mises en œuvre dans le cadre associatif, tant pour des associations « militantes écologiques » que pour des associations d’insertion sociale. La notion de « capabilités » d’Amartya Sen est une possibilité pour les populations pauvres de devenir actrices de leur développement et donc de réintégrer le jeu politique et économique. Il faut cependant prendre garde aux limites de la pensée d’Amartya Sen liées à son approche résolument anthropocentrée et technophile. En ce sens, Martha Nussbaum (2012) est plus nuancée et remet au cœur de son analyse la nécessité et la capacité de vivre en harmonie avec l’ensemble du monde vivant. Joan Martinez Alier (2014) dessine une troisième voie pour l’écologisme en montrant que, loin d’être restreint aux sphères privilégiées occidentales, ni même issu des mouvements américains des années 1960, le principe des inégalités environnementales provient des mouvements sociaux des pays dits « du Sud ». Et loin d’être en contradiction avec les revendications sociales et économiques, la question de la prise en charge des dégâts environnementaux est inextricablement liée aux travailleurs des secteurs industriels visés, ainsi qu’aux populations directement soumises aux effets néfastes. La défense sociale et la défense environnementale sont donc non seulement conjointes, mais aussi portées avant tout par des populations défavorisées, que l’on « gomme » des discours et mouvements politiques en Occident, comme l’a souligné Aliénor Bertrand. La démonstration de Joan Martinez Alier conforte l’idée que sobriété et pauvreté ne peuvent pas uniquement s’analyser sous l’angle de la contrainte et de la privation. Au contraire, les mouvements autochtones et de type OJE peuvent constituer, par les alternatives proposées, une solution à la fois à la réduction des inégalités écologiques et à la promotion de formes de consommation sobres et solidaires.

42La sobriété pourrait donc permettre de renverser les inégalités « écolo-environnementales » en valorisant les expériences de vie « alternatives » au modèle consumériste : échanges de produits, de savoirs, de services, productions collectives… En outre, la sobriété remet en cause plusieurs catégories d’inégalités identifiées par Laigle et Oehler (2004). Deux principalement. La première est celle de l’inégale participation du collectif aux décisions et aux politiques de gestion de l’environnement : avec la sobriété, la prise de parole est élargie à l’ensemble des acteurs. La seconde concerne les usages de la nature, ainsi que l’accès aux ressources et à la qualité environnementale puisque, au lieu de critères figés d’évaluation, on relativise à la fois les diagnostics et les analyses pour faire une place aux représentations sociales et culturelles diversifiées. Cette perspective est valable autant dans un contexte occidental et industrialisé que dans un contexte non occidental et donc, de façon corollaire, cela implique la possibilité de réduction des inégalités Nord-Sud.

Bibliographie

Bellan (Gérard), Bellan-Santini (Denise) & Dauvin (Jean-Claude), 2007, « À propos de quelques utilisations des termes "Inégalités écologiques" : simples impropriétés de langage ou accaparement abusif ? », Développement durable et territoires [en ligne], dossier 9 « Inégalités écologiques, inégalités sociales ». http://developpementdurable.revues.org/3426 (consulté le 26 avril 2016).

Bertrand (Aliénor) (dir.), 2015, Justice écologique, justice sociale. Exemples historiques, analogies contemporaines et théorie politique, Paris, Victoires éditions.

Callicott (John Baird), 2010, Éthique de la terre, Paris, Wilproject.

Charles (Lionel), 2008, « Une appréhension interculturelle des inégalités environnementales », Écologie et Politique, 35 : 47-60.

Charles (Lionel) & Kalaora (Bernard), 2001, « La nature administrée, l’Europe, la France et la politique de la nature », Le Débat, 116 : 47-63.

Charles (Lionel) & Kalaora (Bernard), 2003, « Sociologie et environnement en France. L’environnement introuvable ? », Écologie et Politique, 27 : 31-57.

Centemeri (Laura) & Renou (Gildas), 2017, « Jusqu’où l’économie écologique pense-t-elle l’inégalité environnementale ? Autour de l’œuvre de Joan Martinez Alier », in Larrère (Catherine) (dir.), 2017, Les Inégalités environnementales, Paris, PUF, coll. La vie des idées : 53-72.

Deboudt (Philippe) (dir.), 2010, Inégalités écologiques, territoires littoraux et développement durable, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Deldrève (Valérie), 2010, « Approches pluridisciplinaires des inégalités écologiques, les inégalités écologiques en sociologie », in Deboudt (Philippe) (dir.), 2010, Inégalités écologiques, territoires littoraux et développement durable, Lille, Presses universitaires du Septentrion : 83-106.

Deldrève (Valérie), 2011, « Préservation de l’environnement littoral et inégalités écologiques. L’exemple du Touquet-Paris-Plage », Espaces et Sociétés, 144-145 : 173-187.

Deldrève (Valérie), 2015, Pour une sociologie des inégalités environnementales, Bruxelles, Peter Lang.

Deldrève (Valérie) & Deboudt (Philippe) (dir.), 2012, Le Parc national des Calanques. Construction territoriale, concertation et usages, Paris, Quæ.

Deléage (Jean-Paul), 2008, « Des inégalités écologiques parmi les hommes », Écologie et Politique, 35 : 13-17.

Diebolt (Wanda), Helias (Annick), Bidou (Dominique) & Crepey (Georges), 2005, Les Inégalités écologiques en milieu urbain, Paris, rapport de l’Inspection générale de l’environnement, ministère de l’Écologie et du Développement durable.

Emelianoff (Cyria), 2006, « Connaître ou reconnaître les inégalités environnementales ? », ESO, 25 : 35-43.

Emelianoff (Cyria), 2008, « La problématique des inégalités écologiques, un nouveau paysage conceptuel », Écologie et Politique, 35 : 19-31.

Gagnon (Bernard), Lewis (Nathalie) & Ferrari (Sylvie), 2008, « Environnement et pauvreté : regards croisés entre l’éthique et la justice environnementales », Écologie et Politique, 35 : 79-90.

Gras (Alain), 2003, Fragilité de la puissance. Se libérer de l’emprise technologique, Paris, Fayard.

Gras (Alain), 2007, Le Choix du feu. Aux origines de la crise climatique, Paris, Fayard.

Haeckel (Ernst), 1866, Generelle morphologie der organismen, Berlin, G. Reimer.

Laigle (Lydie) & Oehler (Valérie), 2004, Les Enjeux sociaux et environnementaux du développement urbain : la question des inégalités écologiques, rapport final, Centre scientifique et technique du bâtiment, Paris.

Laigle (Lydie) & Thual (Mélanie), 2007, « Conceptions des inégalités écologiques dans cinq pays européens : quelle place dans les politiques de développement urbain durable ? », Développement durable et territoires [en ligne], dossier 9 « Inégalités écologiques, inégalités sociales ». http://developpementdurable.revues.org/4262 (consulté le 26 avril 2016).

Larrère (Catherine) (dir), 2017, Les inégalités environnementales, Paris, PUF, coll. La vie des idées.

Martinez Alier (Joan), 2011, « Justice environnementale et décroissance économique : l’alliance de deux mouvements », Écologie et Politique, 41 : 125-141. doi:10.3917/ecopo.041.0125.

Martinez Alier (Joan), 2014, L’Écologisme des pauvres. Une étude des conflits environnementaux dans le monde, trad. française, Paris, Les Petits Matins.

Mathevet (Raphaël), 2012, La solidarité écologique. Ce lien qui nous oblige, Arles, Actes Sud.

Mougenot (Catherine), 2003, Prendre soin de la nature ordinaire, Paris, INRA/MSH, coll. Natures sociales.

Nadaï (Alain) & Labussière (Olivier), 2014, « Communs paysagers et devenirs éoliens opposés. Le cas de la Seine-et-Marne (France) », Projets de paysage [en ligne], dossier thématique 10 « Le paysage à l’épreuve de la transition énergétique ». http://www.projetsdepaysage.fr/communs_paysagers_et_devenirs_eoliens_opposes (consulté le 26 avril 2016).

Nussbaum (Martha), 2012, Capabilités. Comment créer les conditions d’un monde plus juste ?, trad. française, Paris, Flammarion.

Picon (Bernard), 2008, L’Espace et le temps en Camargue, 3e éd., Arles, Actes Sud.

Raineau (Laurence), 2011, « Vers une transition énergétique ? », Natures Sciences Sociétés, 19 : 133-143.

Rosenzweig (Michael L.), 2003, « Reconcialiation Ecology and the future of species diversity », Oryx, 37 : 194-206.

Sen (Amartya), 1998, L’idée de justice, trad. française, Paris, Flammarion.

Theys (Jacques), 2007, « Pourquoi les préoccupations sociales et environnementales s’ignorent-elles mutuellement ? Un essai d’interprétation à partir du thème des inégalités écologiques », in Cornut (Pierre), Bauler (Tom) & Zaccaï (Ewin), Environnement et inégalités sociales, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles : 23-36.

Theys (Jacques), 2010, « Trois conceptions irréductibles de l’environnement », in Coutard (Olivier) & Lévy (Jean-Pierre), Écologies urbaines, Paris, Economica/Anthropos : 15-24.

Notes

82 Livre blanc des acteurs français du développement durable, 2002, rapport du groupe de travail « Inégalités sociales, inégalités écologiques », cité par Diebolt et al. (2005 : 11).

83 Propos tenus à l’occasion d’une conférence aux Assises de la transformation écologique et sociale de la région Nord-Pas-de-Calais, le 5 octobre 2012. Alan Seatter est le directeur adjoint de la direction générale Environnement de la Commission européenne.

84 Sur ce sujet, voir aussi Nadaï et Labussière (2014).

85 Voir Centemeri et Renou (2017).

86 Voir la présentation en introduction de ce volume.

Auteur

Maître de conférences en ethnologie et sociologie à l’université de Lille, membre du Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé, université de Lille et CNRS, UMR 8019). Elle travaille en anthropologie de la nature et de l’environnement dans le domaine des interrelations hommes/milieux, en s’interrogeant sur l’évolution des usages et perceptions de la « nature » dans des contextes urbains et périrubains en transformation. Ses terrains d’études sont la région Hauts-de-France (espaces industrialisés en cours de reconversion « écologique ») et le littoral méditerranéen (anthropisation des espaces naturels périurbains et pratiques de la nature à travers les savoirs locaux).

© Éditions Quæ, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540