Version classiqueVersion mobile

Sobriété énergétique

 | 
Bruno Villalba
, 
Luc Semal

Partie I - Dimensions politiques de la sobriété

Chapitre 6 - Prolonger l’imaginaire énergivore : le choix de la Troisième Révolution industrielle

Bruno Villalba

Texte intégral

« En fait, l’utilisation de hauts quanta d’énergie a des effets aussi destructeurs pour la structure sociale que pour le milieu physique. Un tel emploi de l’énergie viole la société et détruit la nature. » (Ivan Illich, Énergie et équité, 2002 (1973) : 383).

1À partir d’un discours alarmiste, voire catastrophiste dans certains de ses propos, le prospectiviste et homme d’affaires états-unien Jeremy Rifkin (2012) questionne la place de l’énergie, et notamment des énergies fossiles, dans notre économie. Il reprend à son compte le fait que la crise du modèle actuel repose sur l’intensification de l’usage des hydrocarbures et plus particulièrement le pétrole dont la déplétion fragilise dès lors toutes les chaînes de production. Selon lui, la contrainte matérielle actuelle nécessite une inflexion de notre rapport à l’énergie. Mais il estime cependant que l’on peut relancer l’économie tout en réduisant le réchauffement climatique, lié à l’utilisation de l’énergie carbonée, en choisissant d’adopter des modes de production d’énergies renouvelables. C’est pourquoi il prône le passage à une Troisième Révolution industrielle. Rappelons que la première était marquée principalement par le passage d’une société à dominante agricole et artisanale à une société commerciale et industrielle dont l’idéologie est technicienne et rationaliste (Verley, 1999). Elle se caractérise par l’usage intensif du charbon et de la machine à vapeur. La deuxième poursuit ces objectifs, en s’appuyant cette fois sur le pétrole et l’électricité. Enfin, la Troisième Révolution industrielle (TRI) serait fondée sur la transition énergétique et les technologies numériques.

  • 64 Extrait du site : http://rev3.fr/mieux-comprendre/ (consulté le 2 septembre 2017).

2Jeremy Rifkin présente cette nouvelle révolution comme une perspective énergétique adaptée aux territoires en mutation. Le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais (puis des Hauts-de-France) et la chambre de commerce et d’industrie ont été séduits par ce projet industrialiste, qui entend maintenir le cap d’une croissance prospère, sans pour autant porter préjudice à l’environnement. Ainsi, on pouvait « changer le monde, notre façon de vivre, de produire, de consommer, de nous déplacer »64 sans que cela remette en cause les grandes tendances de notre mode de vie. Ces deux organismes vont donc copiloter le projet. Nous souhaitons revenir sur les principales propositions techniques de cette économie de l’abondance alliée aux outils numériques. Elles témoignent de la volonté d’approfondir les stratégies techniques visant à étendre les solutions qui promeuvent les énergies renouvelables. Ce faisant, elles maintiennent un imaginaire techniciste tout en évitant de s’interroger sur les externalités de ce recours croissant au numérique. Et cela a pour principale conséquence de reléguer les pratiques de sobriété à l’arrière-plan.

Vers une économie plus, plus, plus…

3La proposition de Rifkin (2012) repose sur cinq piliers. Le premier préconise de développer les capteurs d’énergies renouvelables, comme les panneaux solaires ou photovoltaïques, les éoliennes, les pompes à chaleur, etc. L’intérêt de ces énergies est qu’elles sont distribuées, c’est-à-dire qu’elles sont rendues accessibles grâce à des réseaux de production directe et indirecte, et que, pour certaines d’entre elles (solaire, éolien), elles peuvent s’implanter sur de larges portions du territoire. Cependant, ces capteurs énergétiques soulèvent un important problème d’emprise foncière. Le deuxième pilier entend en partie répondre à cette contrainte foncière, puisqu’il souhaite développer un pouvoir latéral au moyen de la production d’énergie qui se décentralise, à rebours de notre modèle énergétique actuel. Cela a en outre l’avantage de parvenir à des flux nets (production-consommation) positifs. Le troisième pilier part du constat que l’énergie produite via ces capteurs est intermittente, parce que le vent ne souffle pas toujours et parce que les panneaux solaires fonctionnent beaucoup moins bien la nuit. L’enjeu technique est de parvenir à stocker l’énergie produite qui n’est pas directement consommée, afin que l’on puisse subvenir aux besoins énergétiques pendant les périodes de disette dans la production. Le complément naturel du stockage consiste à mettre en place un réseau énergétique permettant la meilleure adéquation possible entre la production et la consommation d’énergie, ce qui constitue le quatrième pilier. Le stockage permet une « régulation d’ordre temporel » tandis que le réseau correspond à une « régulation d’ordre spatial ». On parle ici de la mise en place de réseaux intelligents capables de répartir l’électricité produite. Et le cinquième pilier repose sur la généralisation des véhicules électriques fonctionnant directement grâce à l’énergie produite par les bâtiments. Ces véhicules peuvent de plus devenir une solution de stockage d’énergie supplémentaire. En dernier lieu, la mise en place de la TRI repose sur le renforcement de l’efficacité énergétique qui permet de réduire la consommation énergétique (grâce notamment à la réhabilitation thermique des bâtiments). Ces cinq piliers nécessitent d’être mis en œuvre de manière simultanée car ils font système. Les diverses thématiques concernées par la TRI se présentent comme des opportunités de développement économique dans de nombreux domaines, puisque sont aussi concernés les secteurs du transport ou du bâtiment.

  • 65 « L’économiste, reconverti en homme d’affaires, s’est vu confier cette mission, pour la "modique" s (...)
  • 66 Voir la contribution d’Esther Bailleul, encadré 1.1, dans ce volume.
  • 67 La décision de principe de cette commande a été actée après une délibération de l’assemblée général (...)

4Dans son volet commercial, Jeremy Rifkin propose à des organismes publics, le plus souvent des collectivités locales, de mettre au point des schémas d’application de sa théorie par l’intermédiaire de son cabinet de conseil65. Ainsi, ses équipes ont déjà rédigé des Master plans pour la Troisième Révolution industrielle pour les villes de Monaco, San Antonio, Utrecht et Rome. En novembre 2012, à l’invitation de Philippe Vasseur, Jeremy Rifkin est venu présenter son concept de Troisième Révolution industrielle dans le cadre du Sixième World Forum de Lille, congrès organisé par le Réseau Alliances, association qui vise à promouvoir les progrès sociaux et environnementaux au sein des entreprises66. La chambre de commerce et d’industrie de la Région (CCIR) Nord de France — dont le président Philippe Vasseur est également président du World Forum — ainsi que le conseil régional Nord-Pas-de-Calais ont commandé, fin 201267, un master plan, qui a été livré le 25 octobre 2013. Selon ses promoteurs :

  • 68 Voir : http://www.latroisiemerevolutionindustrielleennordpasdecalais.fr/mieux-comprendre/ (consulté (...)

« Cette démarche, considérée comme une première mondiale à l’échelle d’une région, affirme clairement son ambition : inventer un nouveau modèle économique pour faire du Nord-Pas-de-Calais, à l’horizon 2050, l’une des régions du monde les plus efficaces et productives, en matière d’économie décarbonée. »68

  • 69 Nord-Pas-de-Calais, Troisième Révolution industrielle, master plan 2013, documentation conseil rég (...)

5Le master plan69 a vocation à structurer la vision à long terme et à discerner les leviers d’action qui « permettront aux Hauts-de-France de s’engager de manière volontariste et bénéfique sur la voie d’une société post-carbone ». Initialement promue par Daniel Percheron pour le seul Nord-Pas-de-Calais, la dynamique a ensuite été maintenue par Xavier Bertrand, le nouveau président de la région Hauts-de-France, qui a même affirmé son souhait d’élargir et d’amplifier la démarche dans les années à venir, y compris sur le territoire de l’ex-région Picardie.

6Depuis, ce sont plus d’une centaine de personnes qui ont travaillé sur le projet à titre gratuit, ce qui a permis de restreindre fortement les coûts globaux de la mission qui se résument aux honoraires de Jeremy Rifkin et à la communication afférente au projet. Ceci représente donc un avantage conséquent en période de rigueur budgétaire pour l’État et les collectivités territoriales (Cortet, 2013 : 14). Ainsi, au sein du conseil régional (CR), sous le pilotage de la Direction générale des services, cinq directions générales adjointes et une dizaine de directions ont été mobilisées. À cela, il faut adjoindre les services de la CCIR, copilote du projet. Pour une large part, les directions générales ont été mises à contribution à travers la participation aux groupes de travail thématiques. Par ailleurs, les directeurs généraux adjoints en charge de l’économie, de la formation, de la recherche et du développement d’une part, et de l’aménagement régional et des dynamiques territoriales (incluant la direction de l’Environnement) d’autre part, se sont fortement impliqués dans la démarche. Avec l’arrivée d’un nouvel exécutif régional, l’organisation interne est transformée, mais l’impulsion reste la même (Lenglet, 2015). À l’été 2015, la TRI change de nom pour se dénommer Rev3.

  • 70 Voir : La Vie Rev3, ou comment la Troisième Révolution industrielle mobilise toute une région pour (...)

7Le CR et la CCIR indiquent que, depuis trois ans, « 700 initiatives concrètes ont témoigné que la région est en marche vers une économie plus créative, plus économe en ressources, plus responsable et plus collaborative ». Cela représenterait un besoin financier, liant fonds publics et privés, estimé à 500 millions d’euros par an. À cela s’ajoutent les 14 millions d’euros déposés, en moins de deux ans, par des citoyens sur un livret d’épargne Troisième Révolution industrielle. Enfin, il y a un fonds d’investissement inédit de 40 millions d’euros destiné au financement d’entreprises désireuses de développer leur projet en Hauts-de-France et de créer des emplois. Cela pourra permettre d’accompagner le développement de sept grands projets dits « structurants pour l’avenir » (Plan EfEEL & TRI - « Smart lycées », Université zéro carbone, Hôpital de la Troisième Révolution industrielle, Efficacité énergétique dans l’industrie, Réseaux électriques intelligents (REI), Mobilité (avec le SMIRT), Les synergies du bassin lensois)70.

  • 71 Le financement de la TRI devrait être réalisé par un livret d’épargne populaire TRI opérationnel en (...)

8La TRI-Rev3 s’inscrit dans une politique de transition énergétique. Cette notion, qui renvoie à l’évolution des modes de production et de consommation énergétiques vers des énergies décarbonées voire, selon les acceptions, dénucléarisées, a gagné en importance au cours des dernières années, notamment sous l’effet des fluctuations politiques des prix de l’énergie (Reverdy, 2014) et du réchauffement climatique. La priorité est clairement de valoriser l’efficacité énergétique, censée, selon John Skip Laitner, économiste en chef de l’équipe Rifkin, réduire la consommation énergétique de 50 % en 2050 dans le Nord-Pas-de-Calais grâce aux bons investissements — les copilotes régionaux retiennent plutôt l’objectif de baisse de 60 %. Cela coûterait 3 à 5 milliards d’euros par an, à répartir entre les différents domaines concernés : éclairage, isolation thermique des bâtiments, etc. Vu le coût de l’énergie et sa progression prévisible, cela permettrait d’économiser 4 milliards d’euros par an au départ et jusqu’à 20 milliards par an en 2050. Mais on est cependant saisi du manque de précisions sur les questions proprement financières, tant dans le projet (Noé, 2013) que dans le master plan présenté71

9Face à certaines critiques sur les limites d’une telle perspective (Gadrey, 2014), deux groupes de travail spécifiques consacrés à l’économie circulaire et à l’économie de la fonctionnalité ont vu le jour. Leur rôle consiste notamment à assurer cette transversalité en demandant à d’autres groupes de travail d’intégrer au maximum dans leurs réflexions la considération d’enjeux liés respectivement aux ressources et aux usages.

Maintenir un imaginaire techniciste

10Les propositions de la TRI-Rev3 maintiennent ainsi un imaginaire techniciste, qui repose sur deux orientations principales. La première continue à mobiliser le mythe de l’abondance énergétique grâce à la substitution des modes de production de l’énergie. La seconde permet de garder le principe selon lequel l’adoption de nouvelles solutions techniques permettra une adaptation indolore à la finitude, sans que cela produise de questionnements significatifs sur les conséquences écologiques de notre désir de confort énergétique. La priorité donnée à l’efficacité énergétique et au développement des énergies renouvelables montre, en creux, que l’institutionnalisation de la sobriété comme axe structurant d’une politique locale de maîtrise de la demande d’énergie (MDE) semble donc, à nouveau, remise à plus tard.

11Au contraire, la vision d’une économie « connectée » est placée au cœur de la politique de Rev3.

  • 72 La Vie Rev3, octobre 2016, numéro hors-série de CCI Le Mag, n° 43, p. 10.

« L’économie se transforme, nous sommes entrés dans une société connectée. Les technologies digitales créent de nouveaux usages qui bouleversent nos façons de vivre et des pans entiers de l’économie, dans un nombre toujours plus important de secteurs. S’ajoutent le développement exponentiel des big data, des objets connectés, de la robotique, des nanotechnologies, de l’intelligence artificielle, de la fabrication additive... (…) Les progrès faits dans l’efficacité énergétique, le développement des énergies renouvelables, les innovations dans le stockage de l’énergie, l’avènement des réseaux intelligents, la progression des transports plus durables, la mobilité électrique, mais aussi la généralisation de l’économie circulaire et de l’économie de la fonctionnalité constituent de réelles avancées porteuses d’espoir. Ces facteurs déclenchants de la Troisième Révolution industrielle présentent une propriété commune qui va leur permettre de s’enrichir mutuellement et de s’autoalimenter. »72

12Ainsi, le programme vise le développement des énergies intelligentes par la réorientation des grands investissements énergétiques vers les énergies renouvelables : électricité d’origine photovoltaïque, éolien terrestre et offshore, géothermie, énergies marines, unités de biométhanisation... La promotion des énergies renouvelables et de l’efficacité est fondamentalement compatible avec l’imaginaire dominant, selon lequel des aménagements essentiellement techniques permettront de pérenniser l’abondance actuelle sans impacter significativement l’organisation démocratique. Certes, Rifkin lui-même rappelle que, sans doute, les réponses techniques ne suffiront pas :

« Les cinq piliers de la Troisième Révolution industrielle ne sont en fait que des outils qui peuvent nous donner les moyens de réintégrer le monde naturel. Ils nous permettent de réorganiser nos vies sur un mode qui reconnaît à nouveau les interdépendances de la biosphère commune que nous partageons avec les autres êtres vivants. » (Rifkin, 2012 : 338).

13Mais malgré ces affirmations de principe, la réalité demeure que son livre et son master plan régional en disent bien peu sur les conditions et les implications de cette reconnaissance des interdépendances… L’imaginaire de TRI-Rev3 demeurant technicien et industrialiste, il coexiste difficilement avec l’imaginaire de la finitude et du délai qui donne sens à la notion de sobriété. La sobriété supposerait une confrontation entre les imaginaires technicistes des élites politiques et économiques (la productivité, la croissance, le développement, la technique, l’innovation, etc.) et les imaginaires plus sobres des limites environnementales (finitudes, précaution, moratoire, parcimonie, modération, égalité, etc.).

L’éviction de la sobriété

  • 73 La Vie Rev3, octobre 2016, numéro hors-série de CCI Le Mag, n° 43.
  • 74 Il est ainsi fait mention de l’activité de Virage-énergie : http://rev3.fr/consommation-energie/ (c (...)
  • 75 Pilier 1 : passer aux énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermie, hydroélectricité) ; pili (...)
  • 76 Voir : http://rev3.fr/event/sobriete-et-efficacite-energetique-en-agroalimentaire/ (consulté le 8 s (...)

14Dans ce contexte d’intense promotion de solutions essentiellement techniques, les perspectives de sobriété n’ont jamais réellement su trouver leur place. Il est certes plus compliqué pour un élu de porter une position aussi connotée et de construire un espace de débat permettant d’infléchir les représentations spontanées qu’elle véhicule. Ni le master plan de 2013, ni le volumineux rapport de promotion de la TRI-Rev3, réalisé par la CCI quelques années après, ne mobilisent le terme « sobriété » de manière structurante73. Le vocable apparaît quelques rares fois au détour d’une présentation succincte d’opérations (en confondant parfois avec l’efficacité énergétique) ou de rapports intermédiaires74. Les cinq piliers de la démarche TRI-Rev3 ne mentionnent jamais explicitement la perspective de la sobriété75. Seule une opération, réalisée le 5 novembre 2015, porte sur « Sobriété et efficacité énergétique en agroalimentaire »76. On trouve quand même des éléments dans le référentiel TRI adopté en 2015 (actualisation en septembre 2017), qui évoquent davantage l’idée d’une transformation des pratiques et des comportements visant à réduire la consommation énergétique.

15D’une manière générale, l’imaginaire techniciste permettant d’espérer le maintien d’une production abondante demeure donc dominant :

  • 77 Voir : http://rev3.fr/mieux-comprendre/les-piliers/ (consulté le 2 septembre 2017).

« Il n’y aura pas suffisamment d’énergie pour satisfaire tous les besoins, la solution consiste à démultiplier les sites de production. »77

16Cette évolution énergétique permettra de replacer la région au cœur de la compétitivité des territoires :

  • 78 Propos de Xavier Bertrand dans La Vie Rev3, octobre 2016, numéro hors-série de CCI Le Mag, n° 43, p (...)

« Aujourd’hui, nous avons la chance historique de faire à nouveau de notre Région le berceau de la prochaine révolution, celle d’internet, de la robonumérique, de la chimie verte, des énergies renouvelables, des transports sans conducteur. Je crois que les nouvelles technologies et les énergies renouvelables vont créer, chez nous, les métiers de demain. »78

  • 79 La Vie Rev3, octobre 2016, numéro hors-série de CCI Le Mag, n° 43, p. 5.

17Mais, comme le rappelle Philippe Vasseur, l’un des acteurs de cette orientation politique : « Nous raisonnons à l’horizon 2050 et nous avons à peine parcouru un dixième du chemin »79. Par conséquent, il convient de rester prudent, car une évolution peut encore être possible, et il pourrait être envisageable de voir ressurgir la problématique de la sobriété. Par exemple, dans la délibération cadre du 13 octobre 2016, parmi les priorités (emploi, diffusion géographique, montée en qualité des projets et ouverture internationale), la cinquième concerne l’appropriation collective de la TRI. Cette orientation suppose de valoriser les débats portant sur des questions sociétales, qui pourraient notamment soulever la question des pratiques de sobriété.

18Cette réserve étant émise, les choix politiques et techniques actuellement effectués au nom de la TRI-Rev3 n’en soulèvent pas moins déjà plusieurs apories. La première insiste sur l’antagonisme entre le constat écologique mondial dramatique rappelé par Rifkin et les principaux animateurs politiques régionaux et l’euphémisation progressive de cette perspective d’effondrement au fur et à mesure de l’énonciation de programmes d’action. Par exemple, il faut attendre la dixième page du hors-série de CCI Le Mag pour pouvoir lire :

« Si nous laissions la Troisième Révolution industrielle s’installer naturellement, elle parviendrait à trouver son équilibre toute seule... d’ici la fin du siècle ! Mais il serait trop tard : si la planète ne s’engage pas rapidement sur la trajectoire d’une économie post-carbone, les objectifs de maîtrise du réchauffement climatique seront impossibles à tenir. Et au-delà de deux degrés on sait que de grands déséquilibres nous menaceraient. » (Hors-série de CCI Le Mag, octobre 2016, 43 : 10).

19Les documents de communication qui suivront mettront de plus en plus à distance cette perspective dramatique, pour insister plutôt sur les effets positifs des innovations techniques adoptées. Cette euphémisation de la communication n’empêchera pas la dégradation mondiale de se poursuivre…

20La deuxième aporie porte sur les conséquences des choix techniques promus. Les deux premières révolutions industrielles ont laissé d’importantes séquelles sur le territoire des Hauts-de-France, en matière de friches industrielles, de questions sanitaires et sociales, d’atteintes à la biodiversité (Goxe et al., 2008 : 89-107), etc. Or, la promotion de la TRI-Rev3 n’évoque jamais les externalités négatives des solutions techniques. Elles engendrent pourtant souvent de nouveaux risques environnementaux sous-estimés ou ignorés au moment où la technologie est appliquée. Ainsi, les effets rebond de l’utilisation intensive des réseaux numériques ne sont que très rarement étudiés, ou soumis à un débat contradictoire (Flipo et al., 2016 ; Gossart, 2010). On assiste à un mécanisme classique de découplage entre la production de valeur (l’augmentation du taux d’équipement des ménages en outils techniques), la consommation de ressources et l’augmentation de flux de matières (voir le coût des TIC en termes de métaux rares, les conditions de leur recyclage, etc.). Par conséquent, ni le recyclage des déchets, ni la substitution d’un service à l’achat d’un bien matériel (l’économie circulaire), ni l’évolution technologique n’ont conduit à une diminution de la consommation de ressources naturelles à l’échelle mondiale (Philippe Bihouix, 2014). Il s’agit là d’une dissociation souvent rencontrée entre l’innovation technologique — présentée comme une réponse politique et économique adaptée à un nouveau contexte — et ses effets rebond. Comme le soulignent Alain Granjean et Hélène Le Teno :

« Un gain en efficacité permettant d’utiliser moins de ressource sur un procédé ou un usage précis peut néanmoins être assorti d’une hausse de la consommation globale de cette ressource, ce qui s’observe bien souvent dans des contextes de pouvoir d’achat constant ou croissant. » (Granjean et Le Teno, 2015 : 1009).

21Plus consommatrices de ressources rares, plus difficiles à recycler, trop complexes, ces nouvelles technologies tant vantées nous conduisent vers de lourdes complications techniques.

22La troisième aporie provient du décalage entre l’importance des investissements financiers nécessaires à la réalisation des objectifs de la TRI-Rev3 et la diminution constante des financements publics. La baisse des investissements publics dans l’animation des politiques territoriales interroge la capacité à maintenir une politique locale dont les résultats productifs restent encore à démontrer (Cour des comptes, 2017). Or, cette politique repose sur le principe d’un partenariat entre le secteur public et le secteur privé qui vise à répartir équitablement le poids des investissements nécessaires. Le désengagement progressif de la collectivité territoriale ne conduira-t-il pas à remettre en cause la viabilité de cet accord ? Par ailleurs, il ne s’agit pas simplement de promouvoir telle ou telle technique, mais d’en assurer la gestion effective, notamment sur un temps relativement long qui permette de prendre en compte les phases d’investissement, de maintenance et de recyclage.

23La quatrième aporie résulte du fait que la TRI-Rev3 entend promouvoir un rôle actif de l’individu dans ce passage à une nouvelle ère numérique. Mais elle ne prend aucunement en considération le fait que l’usage intensif des technologies de l’information renforce la dépendance technique de la personne en tant qu’usager et partie du système technique. On pourrait aussi évoquer la perte d’anonymat de l’individu qui en résulte, alors que le système numérique se fait de plus en plus intrusif dans la vie quotidienne de chacun — comme en ce qui concerne la gestion opaque des données numériques (Ollion et Boelaert, 2015 : 295-310).

  • 80 Comme l’illustre par exemple cette citation de Xavier Bertrand : « Chaque fois qu’il y aura un proj (...)
  • 81 Voir : https://www.usinenouvelle.com/article/xavier-bertrand-veut-un-reacteur-nucleaire-epr-pour-le (...)

24Enfin, la dernière aporie est plus politique. Elle interroge la cohérence de la ligne politique régionale. Comment concilier la promotion de la TRI alors même que l’autorité politique régionale sape certains fondements de cette orientation ? Par exemple, comment promouvoir le développement des énergies renouvelables alors que l’éolien fait l’objet de critiques répétées80 ? Ou bien encore lorsque les Hauts-de-France souhaiteraient accueillir l’installation d’un nouveau réacteur nucléaire EPR81 ?

25L’adoption de la TRI-Rev3 imprime finalement une dynamique d’innovation qui valorise l’idée d’un mouvement positif et continu des sociétés politiques et économiques. La TRI-Rev3 participe au maintien et au développement d’un imaginaire de réconciliation entre une technique numérique responsable et un choix consumériste, nous confortant dans notre insouciance écologique.

26Et voici que déjà s’avance la Quatrième révolution industrielle (Schwab, 2017), qui sans nul doute permettra d’éviter les principaux écueils des révolutions précédentes…

Bibliographie

Bihouix (Philippe), 2014, L’Âge des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable, Paris, Seuil.

Cortet (Jonathan), 2013, La Mise en place d’une politique publique de l’énergie territoriale et multi-partenariale. Le projet Troisième Révolution Industrielle en Nord-Pas-de-Calais, rapport de stage, institut d’études politiques de Lille.

Cour des comptes, 2017, La Situation et les perspectives des finances publiques. www.ccomptes.fr/sites/default/files/2017-07/20170629-RSPFP_0.pdf (consulté le 22 octobre 2017).

Flipo (Fabrice), Deltour (François), Dobré (Michelle), 2016, « Les technologies de l’information à l’épreuve du développement durable », Natures Sciences Sociétés, vol. 24, 1.

Gadrey (Jean), 2014, « Jeremy Rifkin, l’Internet des objets et la société des Barbapapa », Post de blog. http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2014/09/28/jeremy-rifkin-l%E2%80%99internet-des-objets-et-la-societe-des-barbapapa/ (consulté le 26 avril 2016).

Gossart (Cédric), 2010, « Quand les technologies vertes poussent à la consommation », Le Monde diplomatique, 676.

Goxe (Antoine), Villalba (Bruno), Zuindeau (Bertrand), 2008, « Séquelles environnementales et persistance du territoire », in Scarwell (Helga-Jane), Kergomard (Claude), Laganier (Richard) (dir.), Environnement et gouvernance des territoires. Enjeux, expériences et perspectives en région Nord-Pas-de-Calais, Lille, Presses universitaire du Septentrion : 89-107.

Granjean (Alain) et Le Teno (Hélène), 2015, « Transition (point de vue 1) », in Bourg (Dominique), Papaux (Alain), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, PUF : 1006-1011.

Illich (Ivan), 2002, « Énergie et équité » (1973), in Œuvres complètes, vol. 1, Paris, Fayard : 379-447.

Lenglet (Claude), 2015, « Le Nord-Pas-de-Calais se lance dans la troisième révolution industrielle », Le Journal de l’école de Paris du management, 112. http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=JEPAM_112_0008 (consulté le 31 janvier 2018).

Noé (Adam), 2013, « Jeremy Rifkin, La Troisième Révolution industrielle. Comment le pouvoir latéral va transformer l’énergie, l’économie et le monde, trad. française, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2012, 414 p. », Développement durable et territoires [en ligne], vol. 4, 1. http://developpementdurable.revues.org/9646 (consulté le 20 avril 2015).

Ollion (Étienne), Boelaert (Julien), 2015, « Au-delà des big data. Les sciences sociales et la multiplication des données numériques », Sociologie, vol. 6, 3 : 295-310.

Reverdy (Thomas), 2014, La Construction politique des prix de l’énergie, Paris, Presses de Sciences Po.

Rifkin (Jeremy), 2012 (2011), La Troisième Révolution industrielle. Comment le pouvoir latéral va transformer l’énergie, l’économie et le monde, trad. française, Paris, Les Liens qui Libèrent.

Schwab (Klaus), 2017, La Quatrième révolution industrielle, Paris, Dunod.

Verley (Patrick), 1999, La Première révolution industrielle, Paris, Armand Colin.

Notes

64 Extrait du site : http://rev3.fr/mieux-comprendre/ (consulté le 2 septembre 2017).

65 « L’économiste, reconverti en homme d’affaires, s’est vu confier cette mission, pour la "modique" somme de 360 000 euros financés par la chambre de commerce et d’industrie (CCI) et le conseil régional. » (Le Monde, 25 octobre 2013).

66 Voir la contribution d’Esther Bailleul, encadré 1.1, dans ce volume.

67 La décision de principe de cette commande a été actée après une délibération de l’assemblée générale de la CCIR le 13 novembre 2012 ainsi que par une délibération du conseil régional datée du 15 octobre 2012.

68 Voir : http://www.latroisiemerevolutionindustrielleennordpasdecalais.fr/mieux-comprendre/ (consulté le 20 avril 2015).

69 Nord-Pas-de-Calais, Troisième Révolution industrielle, master plan 2013, documentation conseil régional.

70 Voir : La Vie Rev3, ou comment la Troisième Révolution industrielle mobilise toute une région pour un mode de vie connecté et durable, octobre 2016, numéro hors-série de CCI Le Mag, n° 43.

71 Le financement de la TRI devrait être réalisé par un livret d’épargne populaire TRI opérationnel en 2015, un projet de fonds d’investissement européen en constitution, l’aide publique, l’investissement privé, etc. Environ 800 000 euros par an seront nécessaires. Voir le document de synthèse diffusé par le conseil régional : L’Énergie renouvelée du Nord-Pas-de-Calais. La troisième révolution industrielle en Nord-Pas-de-Calais. Synthèse réalisée à partir du master plan de J. Rifkin, 25 octobre 2013, https://www.nordpasdecalais.fr/upload/docs/application/pdf/2013-10/masterplan.pdf (consulté le 26 avril 2016).

72 La Vie Rev3, octobre 2016, numéro hors-série de CCI Le Mag, n° 43, p. 10.

73 La Vie Rev3, octobre 2016, numéro hors-série de CCI Le Mag, n° 43.

74 Il est ainsi fait mention de l’activité de Virage-énergie : http://rev3.fr/consommation-energie/ (consulté le 8 septembre 2017).

75 Pilier 1 : passer aux énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermie, hydroélectricité) ; pilier 2 : développer des bâtiments producteurs d’énergie ; pilier 3 : se doter de capacités de stockage des énergies ; pilier 4 : déployer l’internet de l’énergie ; pilier 5 : réinventer la mobilité des personnes et des biens (voir : http://rev3.fr/mieux-comprendre/les-piliers/, consulté le 2 septembre 2017).

76 Voir : http://rev3.fr/event/sobriete-et-efficacite-energetique-en-agroalimentaire/ (consulté le 8 septembre 2017).

77 Voir : http://rev3.fr/mieux-comprendre/les-piliers/ (consulté le 2 septembre 2017).

78 Propos de Xavier Bertrand dans La Vie Rev3, octobre 2016, numéro hors-série de CCI Le Mag, n° 43, p. 6-7.

79 La Vie Rev3, octobre 2016, numéro hors-série de CCI Le Mag, n° 43, p. 5.

80 Comme l’illustre par exemple cette citation de Xavier Bertrand : « Chaque fois qu’il y aura un projet, la région sera défavorable. Parce qu’il n’y a pas les myriades d’emplois qu’on nous promet derrière. Et je ne parle même pas des questions environnementales. Et je suis contre la fragilisation du nucléaire. (...) Je ne suis toujours pas un fana de l’énergie éolienne et je ne le deviendrai pas ». Voir : http://www.leparisien.fr/lille-59000/nucleaire-les-hauts-de-france-favorables-a-l-installation-d-un-nouvel-epr-bertrand-29-06-2016-5927109.php (consulté le 7 décembre 2017).

81 Voir : https://www.usinenouvelle.com/article/xavier-bertrand-veut-un-reacteur-nucleaire-epr-pour-les-hauts-de-france.N400362 (consulté le 7 décembre 2017). Sur la position contraire de Virage-énergie, voir la contribution de Mathieu Le Dû (chapitre 5, ce volume).

Auteur

Professeur de science politique à AgroParisTech et membre du Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CNRS-UMR 8026). Membre du comité de rédaction de la revue La Pensée Écologique. Ses recherches portent sur la sociologie environnementale, notamment à partir d’une analyse de la capacité du système démocratique à reformuler son projet politique à partir des contraintes environnementales.

© Éditions Quæ, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search