Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sobriété énergétique

 | 
Bruno Villalba
, 
Luc Semal

Partie I - Dimensions politiques de la sobriété

Chapitre 5 - Les scénarios régionaux de sobriété énergétique : un outil de sensibilisation et d’aide à la décision publique

Mathieu Le Dû

Texte intégral

  • 55 Rapports complets et synthèses disponibles gratuitement sur le site internet de l’association : htt (...)

1Depuis sa création en 2006, l’association Virage-énergie Nord-Pas-de-Calais réalise, communique et met en débat des réflexions et des études sur la dépendance à l’énergie de la région Nord-Pas-de-Calais. Elle participe ainsi au constat que la raréfaction des ressources fossiles au niveau mondial provoquera à plus ou moins brève échéance une inadéquation entre l’offre et la demande en énergie, avec pour effet une augmentation des prix et donc un risque d’accroissement des inégalités. Au travers de ses travaux de prospective énergétique (Virage-énergie, 2008 et 2013)55, l’association propose des leviers à actionner pour sortir de la dépendance aux énergies non renouvelables (pétrole, charbon, lignite, gaz naturel, uranium), d’une part en réduisant nos besoins en énergie, et d’autre part en nous orientant vers les énergies de flux fondées sur des ressources renouvelables (énergie solaire, énergie éolienne, hydroélectricité, biomasse, géothermie). De cette manière, elle sensibilise les acteurs régionaux (particuliers, collectivités, entreprises) et apporte des préconisations concrètes à ceux qui souhaitent s’investir dans cette démarche.

2En 2008, l’association publiait son premier scénario de prospective énergétique à l’échelle de la région Nord-Pas-de-Calais : un scénario de sortie du nucléaire et de lutte contre le dérèglement climatique (Virage-énergie, 2008). Cette étude propose un large spectre de solutions techniques dans les domaines des transports, de l’urbanisme, de l’industrie, des bâtiments et des énergies renouvelables. Il restait cependant un champ peu exploré et pourtant essentiel pour espérer réduire les consommations de matière et d’énergie : le questionnement de notre modèle de société, des modes de vie et des imaginaires qui les façonnent.

3Pour y remédier, Virage-énergie a initié en 2012 un travail de recherche visant à explorer d’une part les aspects théoriques et pratiques de notre société d’« ébriété énergétique », et d’autre part les solutions qui permettraient, a contrario, d’engager cette société d’ébriété vers la sobriété énergétique. La sobriété est entendue ici comme une démarche volontaire et organisée de réduction des consommations d’énergie par des changements de modes de vie et des transformations sociétales.

4Ce travail sur la sobriété s’inspire notamment de la démarche de l’association négaWatt, et de son scénario s’appuyant sur le triptyque « sobriété-efficacité-renouvelables » (Association négaWatt, 2012). Profitant des premières réflexions de négaWatt sur la sobriété énergétique, les objectifs du projet de recherche de Virage-énergie étaient d’approfondir le cadre théorique de la notion de sobriété énergétique, de montrer la pluralité de ses champs d’application potentiels, de proposer des actions locales à mettre en œuvre dans la région, et de quantifier, par l’exercice des scénarios de prospective énergétique, les économies d’énergie atteignables grâce à de telles transformations sociétales. Quelles quantités d’énergie seraient par exemple économisées si les habitants venaient à modifier leur régime alimentaire et leur manière de s’approvisionner en nourriture, si la consommation de biens matériels s’infléchissait, si une partie des productions agricoles et industrielles se relocalisaient ? En toile de fond, quelles seraient les nouvelles organisations économiques et sociales à développer ? Quels nouveaux imaginaires et quelles nouvelles valeurs ces changements amèneraient-ils à conforter ou à créer ? Et lesquels seraient au contraire remis en cause ?

  • 56 Le laboratoire Territoire, Villes, Environnement et Société (TVES, Lille 1) et le Centre d’études (...)

5Les premiers résultats de ce travail, mené grâce au soutien financier du conseil régional Nord-Pas-de-Calais et de l’Ademe, en collaboration avec deux laboratoires universitaires56, ont été publiés en 2013 sous le titre Scénarios de sobriété énergétique et transformations sociétales (Virage-énergie, 2013). La finalité de ce travail est d’utiliser les résultats comme autant d’outils d’aide à la décision publique et autant de moyens de sensibiliser les citoyens à la fin de l’énergie abondante et bon marché, au potentiel des énergies de flux, et aux bénéfices de la sobriété énergétique. Il insiste sur l’importance des fondements théoriques de la sobriété énergétique, essaie d’y apporter des éléments de définition, et tente d’en décrire les implications pratiques en les déclinant selon six axes stratégiques transversaux. Plusieurs visions et trajectoires vers des modes de vie sobres en énergie sont ainsi décrites et présentées, qui montrent que de vraies transformations sociétales pourraient produire de substantielles économies d’énergie dans le Nord-Pas-de-Calais.

De la critique de l’ébriété à la scénarisation de la sobriété

Les limites de l’ébriété énergétique

6Depuis 200 ans, malgré les progrès techniques supposés réduire la consommation d’énergie à l’échelle mondiale, il s’est produit l’effet inverse : une croissance des consommations jusqu’à un véritable état d’ébriété énergétique, caractérisé par une forte consommation d’énergie, une propension au gaspillage et de profondes inégalités dans les niveaux de consommation. En France, le volume annuel de consommation de biens matériels par habitant a triplé entre 1960 et 2009 (INSEE, 2009), du fait notamment de la multiplication des équipements électriques (audiovisuels, informatiques, électroménagers) et de la tendance croissante à les remplacer au lieu de les réparer. La répartition de la consommation d’énergie est aussi très inégalitaire, et dépend fortement des modes de vie : les statistiques montrent que, en France, la moitié de tous les trajets en avion est effectuée par seulement 20 % de la population (Commissariat général au développement durable, 2010). Dans le Nord-Pas-de-Calais, la dépendance énergétique s’illustre par une facture énergétique annuelle de 8,64 milliards en 2011 : une hausse d’environ 110 % par rapport à 1990, ce qui souligne la vulnérabilité régionale face aux crises énergétiques (Observatoire climat Norener, 2013).

  • 57 Notamment l’énergie, les terres et les matériaux rares nécessaires pour la mise en œuvre à grande é (...)

7C’est dans ce contexte d’ébriété que se dessine, paradoxalement, la perspective d’une pénurie et d’un renchérissement des ressources fossiles pouvant inciter à réduire les consommations de matière ou d’énergie. Des solutions techniques sont largement mises en avant pour initier cette réduction, et pour limiter l’empreinte écologique et les externalités négatives de notre modèle de société. Ces solutions présentent néanmoins plusieurs limites : délais de mise en œuvre, pression accrue sur des ressources stratégiques57, coût élevé conduisant à des inégalités d’accès au sein de la population, etc. À cela s’ajoute le problème de l’effet rebond, lorsque les économies d’énergie obtenues grâce à un outillage plus efficace sont réduites ou annulées par la croissance du recours à cet outillage.

8Sur la base de ce constat, Virage-énergie propose d’agir sur les comportements, les modes de vie et les modes d’organisation collective, ceux-ci déterminant l’essentiel des consommations d’énergie (Illich, 1973 ; Georgescu-Roegen, 1995 ; Club d’ingénierie prospective énergie et environnement, 2012 et 2013). Pour anticiper les conséquences économiques et sociales de l’ébriété énergétique, et pour réduire nos besoins en matière et en énergie, il faut produire et consommer autrement. C’est l’enjeu de la sobriété énergétique.

Une réduction volontaire et organisée des consommations d’énergie

9Si le terme sobriété renvoie à la modération, à la tempérance ou à la mesure, le concept de sobriété énergétique demeure encore relativement flou. Pour contribuer à l’enrichir, Virage-énergie propose un essai de définition : la sobriété énergétique est une démarche volontaire et organisée de réduction des consommations d’énergie, par des changements de modes de vie, de pratiques, de valeurs, de comportements et de modes d’organisation collective. Elle diffère de l’efficacité énergétique qui, elle, fait exclusivement appel à des améliorations techniques, et pour ne réduire les consommations d’énergie qu’à l’échelle d’un système donné : bâtiment, véhicule, etc. La sobriété réévalue donc les usages et les besoins en énergie, mais aussi les imaginaires, la culture de l’énergie d’une société et ses formes d’organisation individuelles et collectives.

10Le caractère « volontaire » de cette définition peut toutefois être nuancé. On observe en effet une sobriété « subie » par les personnes en situation de précarité énergétique, qui consomment moins d’énergie en raison de leurs moyens financiers limités (Siounandan et al., 2013). C’est pour cette raison que la sobriété n’est pas une fin en soi. En revanche, elle peut agir comme un outil intellectuel pour négocier une répartition plus équitable des efforts de réduction des consommations d’énergie (Semal et al., 2014). En ce sens, la sobriété a un rôle majeur à jouer pour limiter les effets socio-économiques de la raréfaction, voire ceux d’un choc externe plus brusque encore que les chocs pétroliers passés. Elle peut renforcer la résilience et la capacité d’adaptation d’un territoire et de sa population dans un contexte d’incertitude quant à la forme des contraintes à venir. Elle est enfin un chemin privilégié pour adapter la demande en énergie à une offre énergétique qui serait constituée d’énergies renouvelables.

11En pratique, la sobriété peut prendre plusieurs formes, qui viennent compléter les champs d’application proposés par l’association négaWatt : la sobriété matérielle (réduction du taux d’équipement, limitation des emballages, etc.), la sobriété organisationnelle (télétravail, visioconférence, modes de transport doux, réseaux d’échange et de réparation, etc.), la sobriété dimensionnelle (réduction de la taille des équipements, réduction des distances, relocalisation, etc.), la sobriété coopérative (mise en commun des équipements et des services, habitats partagés, etc.) et la sobriété d’usage (moindre utilisation des équipements, limitation des vitesses, gestion économe des espaces chauffés, etc.). La sobriété est donc plurielle, et elle ne peut se concevoir de manière monolithique. Mais pour tout de même préciser le potentiel de la sobriété dans l’évolution des consommations à venir, l’association Virage-énergie s’est intéressée aux pratiques des habitants du Nord-Pas-de-Calais, avec le double objectif de formuler des actions de sobriété concrètes, pouvant réellement être menées localement, et de quantifier, par la scénarisation et la prospective, les gains énergétiques que ces actions permettraient.

Scénariser la sobriété pour agir

12Les scénarios prospectifs consistent à se projeter dans l’avenir en imaginant ce que pourraient devenir notre environnement et nos modes de vie à plus ou moins long terme. Ils identifient les tendances et les enjeux actuels, proposent des alternatives et en évaluent les effets afin que citoyens et institutions puissent s’en emparer. Ils explorent ainsi le champ des futurs possibles et constituent un outil d’aide à l’imagination et à la réflexion, mais aussi, par l’analyse des résultats qu’ils apportent, d’aide à la décision publique.

13Pour réaliser ses Scénarios de sobriété énergétique et transformations sociétales, Virage-énergie a mis en œuvre une démarche de prospective citoyenne. Cela consiste à associer les citoyens lors de l’élaboration des scénarios, pour imaginer collectivement un projet de société fondé sur une vision partagée et fédératrice d’un futur possible et souhaitable. La prospective citoyenne constitue un moyen privilégié de sensibiliser les citoyens et les acteurs locaux aux enjeux énergétiques actuels et futurs, afin d’impulser une dynamique collective de réflexion et de changement. L’objectif de la scénarisation de la sobriété était donc d’identifier des pistes d’actions individuelles, collectives et organisationnelles ; et de chiffrer ensuite, sur la base de modélisations et d’hypothèses concernant l’évolution des pratiques, les économies d’énergie que la sobriété pourrait théoriquement permettre de réaliser en région Nord-Pas-de-Calais.

Scénarios pour une transformation sociétale vers la sobriété

Une évaluation de la dépendance énergétique régionale

  • 58 À titre d’exemple, la France a officiellement diminué ses émissions territoriales de CO2 de 7 % ent (...)

14La scénarisation d’une région sobre en énergie nécessite au préalable de réaliser un diagnostic énergétique. Pour cela, les scénarios de Virage-énergie comptabilisent les quantités d’énergie selon une approche dite par la « consommation ». Cette approche consiste à inclure dans le bilan énergétique les consommations d’énergie dites « importées » telles que celles liées à la fabrication de biens manufacturés à l’étranger, aux déplacements des habitants de la région pour de longues distances hors du territoire régional, à la production et l’acheminement de l’alimentation importée, etc.58

15L’approche par la consommation permet une meilleure estimation de la dépendance réelle de la population régionale à l’énergie. L’impact d’une éventuelle contrainte énergétique n’en sera que mieux évalué, et d’une manière plus complète. L’enjeu est donc de se focaliser sur la demande régionale en énergie, plutôt que sur l’offre, en identifiant les liens entre les modes de vie et les consommations d’énergie.

L’évolution des pratiques : de la sobriété douce à la sobriété radicale

16Dans ce travail de scénarisation, seules les transformations sociétales relevant de la sobriété ont été considérées, pour mieux isoler et quantifier leur contribution potentielle à la réduction des consommations d’énergie. Aucune innovation technique n’a été considérée. Une vision « douce » et une vision « radicale » de la sobriété sont proposées afin de considérer plusieurs degrés de transformation sociétale, à la manière de « curseurs de sobriété ». La sobriété dite « douce » se fonde principalement sur des réalités déjà existantes dans des pays voisins, ou sur des recommandations sanitaires et des objectifs institutionnels déjà planifiés, par exemple par le schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire. La sobriété dite « radicale », en revanche, considère des transformations sociétales davantage en rupture avec les modes de vie actuels, pour faire prendre conscience de l’ampleur des changements à opérer si l’objectif est d’atteindre un volume plus ambitieux d’économies d’énergie. L’intérêt des deux niveaux de changements considérés est de nous aider à visualiser les transformations sociétales nécessaires selon les objectifs énergétiques et climatiques que l’on se fixe, et cela sur la base d’éléments concrets du quotidien : la nature et la provenance de l’alimentation, le nombre de kilomètres parcourus par personne et par mode de transport, etc.

Quatre volets thématiques pour des futurs sobres et souhaitables

  • 59 Le transport des marchandises ainsi que le traitement des produits en fin de vie sont les deux prin (...)

17Quatre volets thématiques sont présentés dans les Scénarios de sobriété énergétique et transformations sociétales, chacun répondant à des besoins de la vie quotidienne de la population régionale. Le premier volet est consacré à l’alimentation, le deuxième concerne les biens matériels, le troisième est dédié aux bâtiments et le quatrième traite des déplacements. Ces quatre volets thématiques permettent de prendre en compte l’essentiel de l’énergie consommée par la population59. Outre les aspects purement énergétiques, ils proposent des pistes d’action pour réduire les externalités négatives de nos modes de consommation et de production, favoriser la cohésion sociale et la santé des populations, assurer la sécurité des approvisionnements (alimentation, matière, énergie, etc.) et viser l’intensité en emplois.

Agriculture et alimentation : la filière alimentaire régionale du champ à l’assiette

18Le premier volet traite de l’alimentation. Toute denrée alimentaire nécessite de l’énergie et des ressources (pétrole, eau, etc.) pour sa production, sa transformation, son conditionnement, sa commercialisation, son transport, son stockage et sa cuisson. Ce volet comptabilise donc les consommations d’énergie sur l’ensemble de la filière alimentaire régionale « du champ à l’assiette ». Pour nourrir la population du Nord-Pas-de-Calais (4,06 millions d’habitants), la consommation d’énergie nécessaire a été estimée à 18,4 TWh/an. L’emprise surfacique, c’est-à-dire la surface agricole nécessaire à la production des produits animaux et végétaux, a été évaluée à 1,9 fois la surface agricole totale de la région. Les enjeux de l’alimentation ne sont donc pas seulement énergétiques : ils touchent aussi la question de l’utilisation des sols, en plus des questions d’emploi, de santé, de biodiversité, de sécurité de l’approvisionnement alimentaire, etc.

Biens matériels : une modélisation de l’outil industriel

19Le deuxième volet concerne les biens manufacturés. On estime aujourd’hui à 29 kg par an la quantité d’appareils consommés par chaque Français : ordinateurs, téléphones, télévisions, électroménager, etc. Ce volume a triplé depuis 1960 (INSEE, 2009). Parmi ces biens consommés, beaucoup sont importés.

20La méthodologie proposée dans ce volet repose sur une modélisation de l’outil industriel requis pour fabriquer ces biens. L’énergie consommée pour la fabrication de biens matériels du quotidien (mobilier, habillement et textile, électroménager, emballages, etc.) de quinze familles est estimée en reliant les volumes produits à huit grands secteurs industriels (industries chimiques, métallurgiques, manufacturières, etc.). Ce bilan montre que l’énergie requise pour produire les biens matériels consommés par la population régionale est d’environ 35 TWh/an, soit environ 24 kWh par personne et par jour (figure 5.1).

Figure 5.1 : Bilan énergétique pour la production industrielle selon quinze catégories de biens matériels (source : Virage-énergie, 2013).

Figure 5.1 : Bilan énergétique pour la production industrielle selon quinze catégories de biens matériels (source : Virage-énergie, 2013).

Déplacements : les pratiques sociales de mobilité

21Le troisième volet s’intéresse à la mobilité : 22,9 TWh sont consommés chaque année par la population régionale pour ses déplacements locaux et, dans une moindre mesure (2 % de la consommation), pour ses déplacements à longue distance. Or, à la différence des autres besoins énergétiques, la mobilité repose encore principalement sur une seule et unique source d’énergie : tous ces déplacements dépendent aujourd’hui à 95 % de ressources pétrolières. Ils provoquent aussi de lourds dégâts environnementaux et sanitaires : pollution atmosphérique, sonore et visuelle, accidents, etc. Ce volet modélise donc les déplacements des habitants en fonction de leurs motifs, des distances et des modes de transport.

Bâtiments : les usages de l’énergie dans le résidentiel et le tertiaire

22Le quatrième volet traite des bâtiments résidentiels et tertiaires, dont les consommations d’énergie finale s’élèvent au total à près de 49 TWh/an. Le chauffage représente 71 % de l’énergie consommée dans les bâtiments résidentiels. Puis viennent les usages spécifiques de l’électricité (13 %), de l’eau chaude sanitaire (10 %) et de la cuisson (6 %). La consommation d’énergie finale du parc tertiaire régional s’élève, elle, à 17 TWh/an, soit 35 % de plus qu’il y a vingt ans, du fait notamment de la tertiarisation de l’économie. Ce volet propose une modélisation des consommations d’énergie au sein des bâtiments résidentiels et tertiaires en fonction des surfaces et de l’utilisation des équipements consommateurs d’énergie.

Six axes stratégiques transversaux

23En amont de la phase de modélisation, six axes stratégiques transversaux ont été élaborés par Virage-énergie pour caractériser les implications pratiques de la sobriété énergétique.

Axe 1 : de la surabondance à la suffisance matérielle

24Après l’augmentation constante des consommations de biens et de services depuis plusieurs décennies, la sobriété implique de passer « de la surabondance à la suffisance matérielle ». La logique consumériste et productiviste multiplie en effet les consommations énergétiques, l’énergie intervenant tout au long du cycle de vie d’un produit, depuis l’extraction des matières premières nécessaires à sa fabrication jusqu’à son traitement en fin de vie : mise en décharge, recyclage, etc. Cette frénésie consommatrice est étroitement liée à des évolutions culturelles et les incitations à la consommation entretiennent la culture de l’obsolescence et du renouvellement : remplacement annuel des téléphones portables, mode vestimentaire, objets jetables, etc. Jean Baudrillard a décrit dès 1970 comment la « société des objets » impose la consommation de biens matériels pour répondre à des satisfactions personnelles : pour cela, l’objet doit être célébré « dans la publicité et les centaines de messages journaliers venus des mass média » (Baudrillard, 1970). Déjà au xixe siècle, l’économiste états-unien Thorstein Veblen avait observé l’importance, pour chaque individu, de se situer par rapport à ses congénères par l’intermédiaire de la possession matérielle. Cette « rivalité ostentatoire », remise au goût du jour par Hervé Kempf (2007), pousse l’individu à se démarquer par l’acquisition de biens associés à un niveau de richesse supérieur à celui de ses voisins.

25Ce premier axe stratégique considère donc qu’en premier lieu, pour tendre vers la sobriété, les incitations à la consommation devraient être réduites. La réduction du niveau de possession matérielle, la diminution des emballages, l’auto-fabrication, la réparation, l’échange ou le don sont autant d’actions regroupées dans cet axe pour aller à l’encontre de la surabondance matérielle, nécessairement énergivore.

Axe 2 : de la propriété au service partagé

26La sobriété peut aussi être vue comme une démarche allant « de la propriété au service partagé ». Ce deuxième axe s’intéresse à la propriété qui, en multipliant le nombre de biens possédés par chaque individu, augmente les consommations d’énergie et de matière. Dans la psychologie collective, l’affirmation de soi s’exprime fortement à travers la propriété, qui est aujourd’hui synonyme d’épanouissement et de liberté individuelle. Ce modèle de la propriété est également un vecteur de croissance économique et une facilité organisationnelle, puisque ce qui est possédé est à disposition ici et maintenant. Néanmoins, la propriété ne favorise pas le plein usage : une perceuse n’est utilisée en moyenne qu’une dizaine de minutes par an. Les voitures sont immobiles plus de 90 % du temps, et le taux d’occupation moyen des véhicules n’était plus que de 1,4 personne par déplacement en 2008, contre encore 1,5 en 1994 (Commissariat général au développement durable, 2010).

27Pourtant, dans un monde où les habitudes de consommation s’orientent vers un accroissement des renouvellements, le modèle de la propriété devient obsolète par rapport aux modifications des modes de vie. Le partage de biens matériels « monétisé » est aujourd’hui un marché émergent. Dans une optique de sobriété, il s’agit donc de privilégier l’usage à la propriété par un développement du service partagé. Les actions pour y parvenir sont la mutualisation des espaces et des équipements, l’économie de la fonctionnalité, la location, le covoiturage, l’auto-partage, ou encore les jardins et habitats partagés.

Axe 3 : de la centralisation à la décentralisation

28La sobriété pourrait également signifier passer « de la centralisation à la décentralisation ». Ce troisième axe questionne les avantages des modèles centralisés qu’affectionne tant notre société. L’énergie est produite ou transformée au sein d’usines ou de grandes centrales — centrales électriques, raffineries, etc. Les commerces et les activités économiques auparavant disséminés en petits pôles se concentrent aujourd’hui dans des « zones commerciales », des « zones industrielles » ou des centres tertiaires, le tout relié par des infrastructures de transport toujours plus nombreuses, qui rendent nos modes de vie encore plus dépendants de l’énergie.

29La sobriété pourrait alors signifier décentraliser les activités, notamment par la relocalisation des activités de production agricole et industrielle (raccourcir les distances), par l’exploitation de ressources locales (augmenter l’autonomie et la résilience), voire par la « dé-métropolisation », pour aller non plus dans le sens de la concurrence entre les territoires, mais davantage dans celui de l’égalité territoriale (chacun disposant des mêmes services, en limitant les fonctions de centralité). De telles actions se traduiraient par un développement des modes de production d’énergie décentralisés (via les énergies renouvelables), des circuits courts de proximité pour l’approvisionnement alimentaire ou encore, sur le plan économique, par l’instauration de monnaies complémentaires en faveur de l’économie locale.

Axe 4 : de l’omniprésence du travail salarié à la valorisation des activités autonomes

30Le quatrième axe, « de l’omniprésence du travail salarié comme vecteur d’émancipation à l’autonomie et la valorisation des activités gratuites », part du constat de la dépendance actuelle des populations au modèle salarial, qui constitue le principal vecteur d’émancipation. Ce modèle fondé sur un travail salarié à temps complet laisse peu de temps disponible pour se consacrer à d’autres activités, elles aussi génératrices de richesse, mais non monétaire. Il semble donc pertinent de réévaluer la notion de richesse et de revoir la finalité du travail, afin de relativiser le lien entre travail et qualité de vie. Selon la philosophe et sociologue Dominique Méda, l’enjeu est double : que chacun puisse, d’une part, disposer d’un travail et, d’autre part, avoir accès à la gamme entière et diversifiée des activités humaines (Méda, 1995). Dans sa critique du travail salarié qui dépossède l’individu du fruit de son travail et de son emploi du temps, André Gorz préconise que l’individu puisse profiter de son temps libéré pour déployer des « auto-activités » non rémunérées qui redonnent sens à la vie (Gorz, 1997 et 2004). Ainsi, la sobriété inviterait à développer les activités autonomes liées au « faire soi-même » : façonnage d’objets, réparation, couture, cuisine, mais aussi auto-réhabilitation de l’habitat, autoproduction alimentaire, économie contributive, etc.

Axe 5 : du culte de la vitesse à la mobilité économe

31La sobriété, appliquée aux déplacements, signifierait aussi passer « du culte de la vitesse à la mobilité économe », car on a observé dans les dernières décennies une intensification de la mobilité des personnes, des marchandises et de l’information. L’imaginaire collectif moderne s’est façonné autour du mythe du progrès ; et les gains de vitesse sont un élément structurant du progrès. Ce culte de la vitesse est largement dépendant des innovations technologiques et fortement consommateur d’énergie.

  • 60 La vitesse généralisée consiste à inclure, dans le calcul du temps nécessaire pour effectuer un dép (...)

32Dans une optique de sobriété, la lenteur pourrait contrecarrer certains effets chronophages de notre société — par exemple l’augmentation du temps passé dans les transports (Robert, 1980). Elle permettrait aussi de « cultiver le plaisir du temps » et de s’adonner à des activités peu énergivores, comme le bricolage ou le soin donné à des proches (Paquot, 2008). Le mouvement « slow » présent à travers le monde, avec des initiatives comme les réseaux Slow Food et Cittaslow, dénonce le culte de la vitesse et essaie de créer de nouvelles organisations collectives et de nouveaux modes de vie laissant davantage de place à la lenteur pour des vies plus riches (Honoré, 2005). Cela passe par le développement du tourisme local, la diminution de la vitesse et de la taille des véhicules, l’utilisation accrue des modes doux. D’autres pistes, comme la valorisation du concept de vitesse généralisée60 sont également à considérer pour repenser les pratiques de mobilité.

Axe 6 : de l’artificialité anthropocentrée à la transversalité nature-culture

33Le dernier axe, « de la vision anthropocentrée marquée par l’artificialité à la transversalité nature-culture », naît du constat que les activités humaines ont désormais une influence sur le système terrestre qui égale ou dépasse celle des forces géologiques et naturelles. Ce constat est compliqué par la dématérialisation de l’énergie, où l’on peine à se représenter la chaîne géologique et technique de la création de la ressource à son utilisation finale (Raineau, 2011). L’accès à l’énergie et notamment aux énergies fossiles est généralement perçu comme un dû, sans prise en compte de leur finitude. Le droit d’accès à l’énergie est fondé uniquement sur le prix, or celui-ci reflète peu sa disponibilité à moyen ou long terme.

34Pourtant, l’énergie n’a pas toujours été disponible en de telles quantités. Comme l’indique dès 1940 Richard Buckminster Fuller à travers sa notion d’« esclave énergétique », l’énergie a permis de remplacer le travail manuel des esclaves (Fuller, 1940). Cette notion découle d’un calcul simple : en divisant la consommation énergétique annuelle des États-Unis par l’énergie équivalente à une année de travail humain, Fuller conclut que, en 1940, chaque Américain a profité de 153 esclaves énergétiques. Cette notion d’esclave énergétique a aussi été théorisée quelques années plus tard, dans Énergie et équité, par Ivan Illich (1973). D’autres faits illustrent les conséquences de cette vision anthropocentrée, où l’homme domine la nature : l’étalement urbain, l’usage intensif de produits chimiques de synthèse en agriculture, une alimentation transformée peu représentative des disponibilités locales et de la saisonnalité, etc.

35La sobriété pourrait alors impliquer d’aller davantage vers une transversalité nature-culture, par le développement des énergies de flux que sont le solaire, l’éolien, l’hydroélectricité, la biomasse, la géothermie, etc., mais aussi par l’économie circulaire, l’alimentation biologique, locale et de saison, la réduction du régime carné, le moindre recours aux produits transformés, la réduction de la place accordée à l’automobile, ou le développement de produits low-tech, plus simples et plus facilement recyclables que les produits high-tech (Bihouix, 2014).

Vers des modes de vie adaptés à la sobriété

36Les six axes stratégiques montrent la richesse et la diversité des pratiques possibles pour tendre vers la sobriété énergétique. Bien sûr, mettre en pratique la sobriété serait un processus long et complexe, et il faut tenir compte des inerties et de l’hétérogénéité des pratiques. Mais si des pratiques de sobriété venaient à être mises en œuvre dans le Nord-Pas-de-Calais, quel serait leur potentiel en termes d’économies d’énergie ? En explorant les futurs possibles, les scénarios prospectifs apportent des éléments de réponse à cette question.

La sobriété : un gisement considérable d’économies d’énergie

37La scénarisation de la sobriété énergétique a conduit à identifier environ 250 « leviers de sobriété », qui esquissent les modes de vie possibles dans une société de sobriété énergétique. Certains de ces 250 leviers concernent l’individu et ses loisirs (fréquences des déplacements en avion, kilomètres parcourus en voiture, etc.), son alimentation (quantité de viande consommée par jour, part de produits transformés dans l’alimentation), son taux annuel de consommation de biens matériels (habillement, produits ménagers, équipement informatique et audiovisuel, etc.). D’autres concernent plutôt les modes d’organisation collective : offre de transports en commun, limitation des vitesses, distribution des activités de service sur le territoire, écoconception des produits, etc.

38En prenant des hypothèses sur ces leviers d’action, les résultats des scénarios montrent que la sobriété représente un gisement considérable d’économies d’énergie. En cumulant les quatre thématiques étudiées (dont les potentiels d’économies sont inégaux), les consommations d’énergie sont réduites de 26 à 41 % et des dizaines de térawattheures sont économisés (figure 5.2).

Figure 5.2 : Synthèse des résultats des scénarios de sobriété énergétique et transformations sociétales (source : Virage-énergie, 2013 ; résultats mis à jour en décembre 2014).

Figure 5.2 : Synthèse des résultats des scénarios de sobriété énergétique et transformations sociétales (source : Virage-énergie, 2013 ; résultats mis à jour en décembre 2014).

39La sobriété dite « douce » permettrait d’économiser plus du quart (26 %) de l’énergie requise pour répondre à la demande régionale. Dans le cas de la sobriété dite « radicale », où les ruptures sociétales sont plus marquées, le potentiel s’élève à 41 % d’économies d’énergie, ce qui fait de la sobriété un gisement majeur d’économies d’énergie. Néanmoins, même avec des hypothèses de sobriété « radicale », les consommations d’énergie restent élevées, ce qui souligne notre dépendance à l’énergie, mais aussi le caractère tout relatif de la « radicalité » des scénarios. Car, en cas de grave crise énergétique, les consommations d’énergie pourraient-elles rester aussi élevées que ce qu’envisage le scénario de sobriété dite « radicale » ? Serait-il possible ou nécessaire de davantage « pousser les curseurs », pour encore plus d’économies ?

40En réinterrogeant notre modèle de société et les imaginaires qui le façonnent, il serait possible d’accroître encore davantage l’ampleur des changements envisagés, pour économiser encore plus d’énergie. Mais le présent exercice vise à considérer des futurs possibles et souhaitables, allant à l’encontre des tendances actuelles de consommation de biens et de services fortement consommateurs d’énergie. Envisager plusieurs niveaux de changements et de diffusion de la sobriété au sein de la population permet déjà de mieux se représenter l’effort à mener, tant du point de vue individuel que collectif, ne serait-ce que pour approcher les niveaux d’économies d’énergie officiellement poursuivis.

D’autres modes de production, de distribution et de consommation alimentaires

41Pour le volet « alimentation », l’assiette est le premier levier de sobriété, car elle conditionne toute la filière alimentaire, « du champ à l’assiette ». Sa composition évolue vers moins de produits animaux (de − 58 % en sobriété douce à − 66 % en sobriété radicale) et plus de produits végétaux (de + 15 % à + 23 %). Les hypothèses retenues en sobriété douce se fondent sur une assiette élaborée par des nutritionnistes pour le scénario Afterres2050 de l’association nationale Solagro (2014). On y trouve une réduction de la consommation de sucre (− 22 %), de lait (− 58 %) et de viande (− 54 %). La réduction de moitié de la consommation carnée se fonde sur des recommandations sanitaires et sur les objectifs inscrits par la région dans son schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire ou SRADDT (Région Nord-Pas-de-Calais, 2013). La consommation de viande est encore davantage réduite dans le cas de la sobriété radicale (− 80 %), pour évaluer la réduction possible des surfaces agricoles dédiées à l’alimentation animale. L’alimentation sobre comporte aussi plus de produits frais et moins de produits transformés : suivant les scénarios, la part des aliments à base de viande, de poissons et de légumes passe de 41 % des volumes consommés à 25 % (sobriété douce) ou à 10 % (sobriété radicale).

  • 61 La production intégrée est un mode de production agricole qui cherche à réduire au maximum l’usage (...)

42Les modes de production agricole évoluent vers des pratiques moins intensives, pour réduire le recours aux intrants chimiques de synthèse, par l’agriculture biologique et intégrée61, par les cultures associées (plusieurs cultures par parcelle), et en diversifiant les productions. La sobriété douce envisage ainsi une répartition équitable des différents systèmes de production entre agriculture biologique (33 %), production intégrée (33 %) et agriculture conventionnelle (33 %). Dans le scénario de sobriété radicale, en revanche, l’agriculture conventionnelle est progressivement délaissée dans la combinaison agricole régionale. Pour l’approvisionnement, c’est la réduction des emballages qui prévaut (− 51 % en sobriété douce et − 88 % en radicale), avec des systèmes de consignes et de la vente en vrac. Le recours à la voiture et à la grande distribution est réduit, au profit des circuits courts de proximité : de 84 % des approvisionnements en grande distribution à l’heure actuelle, on passerait à 50 % en sobriété douce, voire à 0 % en sobriété radicale.

43Enfin, une réduction d’un tiers des gaspillages depuis la sortie de la ferme jusqu’à la consommation finale est envisagée avec la sobriété douce (objectif du SRADDT à l’horizon 2030), et une réduction de deux tiers avec la sobriété radicale. La taille des équipements de réfrigération est réduite de 30 %, à l’image des réfrigérateurs allemands actuels, et des modes de cuisson économes sont employés, qui permettent une diminution de 15 à 33 % des consommations d’énergie liées à ce poste.

44Au final, la sobriété douce permet d’économiser 32 % des consommations énergétiques régionales (− 6 TWh), et la sobriété dite radicale 46 % (− 9 TWh) (figure 5.3). Les hypothèses considérées sur le régime alimentaire, les modes de production agricole et la réduction des gaspillages portent l’empreinte surfacique à 1,2 million d’hectares en sobriété douce (soit une réduction de 30 %) et 0,9 million d’hectares en sobriété radicale (soit une réduction de 47 %), ce qui permet d’approcher la surface agricole utile actuelle de la région (817 800 ha). Enfin, il est à noter que les bénéfices d’une telle transition vers la sobriété ne seraient pas seulement énergétiques, et pourraient concerner aussi l’emploi, la santé, la biodiversité et la sécurité de l’approvisionnement alimentaire.

Figure 5.3 : Potentiels d’économies d’énergie du « champ à l’assiette » (source : Virage-énergie, 2013 ; résultats mis à jour en décembre 2014).

Figure 5.3 : Potentiels d’économies d’énergie du « champ à l’assiette » (source : Virage-énergie, 2013 ; résultats mis à jour en décembre 2014).

Moins de biens matériels, plus de mutualisation et de réemploi

45Pour les biens matériels, le premier levier à actionner concerne le moindre recours à certains produits ou objets, notamment ceux à fort impact énergétique et environnemental : produits chimiques, produits électroménagers, etc. Le scénario le plus ambitieux envisage ainsi une baisse de 30 % de la consommation annuelle liée aux appareils électriques et électroménagers, de 70 % pour les textiles (pour atteindre le niveau de consommation des pays nordiques), de 40 % pour le mobilier, de 50 % pour les consommables ménagers, les cosmétiques et les produits de toilette, ou de 30 % de la consommation de médicaments liée à une amélioration générale de la santé de la population (accroissement des pratiques sportives, diminution des pollutions, etc.). Concernant le conditionnement des produits, les emballages sont réduits de moitié dans les deux visions proposées, grâce à une réduction à la source et à la mise en place de systèmes de consigne.

  • 62 Les pratiques de consommation collaborative sont par exemple les achats groupés, l’autopartage, le (...)

46Dépassant la seule « réduction », la sobriété est aussi étroitement liée aux notions de partage, de service partagé (concrétisé par les pratiques de consommation collaborative62) et de durabilité (à la conception comme à l’usage). Un levier à fort potentiel est la maximisation de l’utilisation des produits par la mutualisation, la réparation, la location et le marché de l’occasion. Enfin, la réduction de la taille des équipements, des véhicules et des surfaces en construction neuve apportent d’autres gains potentiels sur les volumes de matière et d’énergie consommés.

47En définitive, ces nouveaux modes de consommation permettraient de réduire de 26 à 37 % les consommations d’énergie liées à la production de biens matériels, en agissant principalement sur les secteurs les plus impactants tels que la chimie et la métallurgie (figure 5.4).

Figure 5.4 : Potentiels d’économies d’énergie pour la production des biens matériels, par secteur industriel (source : Virage-énergie, 2013).

Figure 5.4 : Potentiels d’économies d’énergie pour la production des biens matériels, par secteur industriel (source : Virage-énergie, 2013).

Des déplacements raccourcis, moins fréquents et avec plus de transports doux

48Pour le volet « déplacements », les pistes d’action sont une réduction de la demande par une relocalisation des activités, le retour aux commerces et services de proximité, la mobilité partagée, les modes de transport doux, des véhicules plus petits et plus légers, et une mobilité du travail moins contrainte grâce au télétravail ou au travail à distance.

49Le scénario le plus ambitieux considère par exemple l’augmentation de la mobilité douce (pour atteindre 700 km par an en vélo et marche à pied, soit un niveau proche du niveau actuel des habitants des Pays-Bas), le développement du télétravail pour 42 % de la population (2,5 jours par semaine), un taux d’occupation moyen de 2,5 personnes par voiture, ou encore une division par deux des voyages en avion pour les loisirs (soit un voyage par personne tous les dix ans). Le nombre de voyages en avion pour motif professionnel est réduit de 25 % pour la vision radicale, et des leviers techniques comme les outils de visioconférence permettent une réduction supplémentaire de 5 % en sobriété douce ou de 10 % en sobriété radicale.

50La relocalisation de certaines activités (culturelles, commerciales, etc.) réduit la distance des déplacements personnels et professionnels. Celle-ci se heurte néanmoins à des inerties structurelles et nécessite des changements forts dans les modes de vie, l’aménagement du territoire ou les politiques d’urbanisme — par exemple la densification des centres urbains, le délaissement des zones périurbaines, ou la revitalisation des services et des commerces de proximité.

51Les leviers comportementaux permettent également des économies d’énergie à moindre coût, via l’éco-conduite, la réduction de la vitesse moyenne, un faible usage de la climatisation et un meilleur entretien du véhicule. Cumulés, les seuls leviers comportementaux permettent de réduire les consommations d’énergie de plus de 20 % pour un même trajet.

52Ces actions, engagées de manière conjointe, permettraient une réduction de 42 à 64 % des consommations d’énergie liées aux déplacements de la population régionale. Ces résultats sont illustrés ici pour la mobilité locale quotidienne (figure 5.5).

Figure 5.5 : Potentiels d’économies d’énergie pour la mobilité locale (source : Virage-énergie, 2013).

Figure 5.5 : Potentiels d’économies d’énergie pour la mobilité locale (source : Virage-énergie, 2013).

Une autre vision de la cité de demain

53Le volet « bâtiments » propose une autre vision de la manière de vivre ou de travailler dans les bâtiments résidentiels et tertiaires. Dans les logements, le changement des valeurs et des imaginaires vers une plus grande sobriété matérielle implique de réduire les taux de possession des équipements, de moins les utiliser, et de mutualiser certains espaces et certains biens. La cohabitation (notamment intergénérationnelle), le développement accru des habitats partagés et l’augmentation de la part de logements collectifs en construction neuve sont aussi des solutions pour une moindre consommation d’équipements et d’espace. Ces leviers limitent la hausse de la surface moyenne des logements (+ 13 % en trente ans) malgré une réduction de la taille des ménages (INSEE, 2006 ; Commissariat général au développement durable, 2014).

54Pour les leviers comportementaux, le scénario le plus ambitieux considère par exemple des économies de 15 % sur le chauffage par l’ajustement des températures de confort, mais aussi des économies sur la consommation d’eau chaude sanitaire (ECS) (− 50 %), un moindre usage des éclairages (− 20 %) et des équipements (− 30 % pour l’électroménager, − 20 % pour l’audiovisuel). L’émergence de nouvelles pratiques sociales concerne également les bâtiments tertiaires. Les équipements de bureaux, grâce à des usages mutualisés et optimisés, sont moins utilisés, afin de faire des économies sur l’électricité spécifique (de − 10 à − 50 %).

55En activant tous ces leviers, le potentiel d’économies d’énergie dans les bâtiments résidentiels et tertiaires s’élève à 16 % en sobriété « douce » et à 31 % en sobriété « radicale » (figure 5.6). Certains leviers restent néanmoins confrontés au délai de mise en œuvre (seul environ 1 % du parc de bâtiments est renouvelé chaque année), ce qui implique d’activer en premier lieu les leviers comportementaux.

Figure 5.6 : Potentiels d’économies d’énergie dans les bâtiments résidentiels et tertiaires (source : Virage-énergie, 2013).

Figure 5.6 : Potentiels d’économies d’énergie dans les bâtiments résidentiels et tertiaires (source : Virage-énergie, 2013).

Conclusion : impulser des changements culturels et politiques

56Face à la contrainte posée par la finitude des ressources en énergie et en matière, la sobriété relève d’une nécessité matérielle non négociable, qui concerne toute la sphère publique. Par une réduction volontaire et organisée des consommations d’énergie, la sobriété s’inscrit dans une logique d’anticipation face aux enjeux énergétiques actuels et à venir.

57La démarche innovante de scénarisation de la sobriété énergétique permet d’identifier des actions locales, individuelles ou collectives, qui limiteraient les consommations d’énergie. En outre, elle permet d’évaluer les potentiels d’économies d’énergie selon des transformations sociétales plus ou moins marquées. Au travers des quatre thématiques présentées ci-dessus, les Scénarios de sobriété énergétique et transformations sociétales montrent que les comportements, les modes de vie et les modes d’organisation collective représentent les premiers piliers de la transition énergétique, parce qu’ils conditionnent l’essentiel des consommations d’énergie.

58Ce travail novateur de scénarisation de la sobriété laisse entrevoir des facteurs de dépendance sous-évalués à l’heure actuelle en ce qui concerne les importations d’énergie, de matière ou de productions issues de surfaces agricoles. Partant de ce constat, les scénarios de sobriété énergétique permettent d’envisager les actions indispensables pour réduire la vulnérabilité régionale face aux crises énergétiques. Si certaines actions préconisées peuvent paraître difficiles à mettre en œuvre dans le contexte actuel où l’énergie reste encore abondante et abordable, les estimations chiffrées de Virage-énergie constituent une base de réflexion pour les décideurs politiques et un moyen de sensibiliser la population aux enjeux énergétiques actuels et futurs. Par-delà le fait que, chiffres à l’appui, le potentiel d’économies d’énergie généré par la sobriété est considérable, les scénarios montrent aussi que la sobriété ne peut se concrétiser sans un changement de la société et des éléments qui la façonnent : les imaginaires, la culture de l’énergie, mais aussi les processus politiques qui orientent nos décisions.

59La sobriété énergétique doit donc se concevoir comme une transformation sociétale plus large. Elle apparaît comme une solution potentielle pour faire face au contexte de crise économique, environnementale et sociale. Pour aborder la sobriété dans une approche systémique, il importe aujourd’hui d’étudier ses impacts potentiels sur l’emploi et l’économie en questionnant les nouvelles activités et celles susceptibles de disparaître, d’évaluer ses bénéfices potentiels sur les plans environnementaux et sociaux, et d’étudier les outils politiques visant à instituer des modes de vie et d’organisation collective plus sobres en énergie.

  • 63 Selon les estimations de la Commission européenne, l’UE sera dépendante à 90 % d’importations pour (...)

Encadré 5.1 — Quand la politique énergétique de l’UE ignore la sobriété énergétique

Thierry Leguay

La construction européenne entretient une relation fusionnelle avec la question énergétique, et ce, dès sa création. La CECA (1951) et le traité Euratom (1957) témoignent de cet indissoluble lien. Mais il faudra le premier choc pétrolier et l’Acte unique de 1986 pour que l’Europe tente de se doter d’une politique d’autonomie énergétique. La constitution de réserves pétrolières stratégiques, la sécurité de l’approvisionnement en énergie, compétitif et durable pour le bien-être et la prospérité économique, deviennent ses priorités au début des années 1990.

Néanmoins l’évolution de la demande énergétique internationale et la crise climatique ont fait évoluer cette politique (Leguay, 2012). L’Union européenne (UE) a adopté en 2008 le paquet Énergie-Climat, approche intégrée des politiques climatique et énergétique, qui vise la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), la sécurité d’approvisionnement et le renforcement de la compétitivité. Ce paquet, connu par son « 3 x 20 », vise les objectifs de 20 % de réduction des émissions de GES, de 20 % d’efficacité énergétique (c’est-à-dire une réduction de 20 % de la consommation d’énergie primaire) et de 20 % d’énergies renouvelables en 2020. En adoptant ce paquet, l’UE s’engage à se transformer en une économie sobre en carbone et efficace dans sa consommation d’énergie.

C’est avec le traité de Lisbonne, en vigueur depuis 2009, qu’un article (n° 194) porte sur l’énergie, l’UE étant chargée du fonctionnement du marché énergétique, de la sécurité d’approvisionnement, de l’interconnexion des réseaux et des mesures en matière d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables, et les États membres ayant la compétence du choix des sources d’énergie et de la structure générale de leur approvisionnement aboutissant à autant de bouquets énergétiques que d’États membres de l’UE. Depuis, la Commission a publié notamment deux textes sur l’énergie aux horizons 2020 et 2050 (Commission européenne, 2010 et 2011a), un livre vert sur les objectifs intermédiaires en 2030 (Commission européenne, 2013), et au mois de février 2015 une communication sur l’Union de l’énergie (Commission européenne, 2015). Outre l’achèvement du marché intérieur de l’énergie et la sécurité d’approvisionnement énergétique, l’objectif de la Commission et de l’UE est de lutter contre le changement climatique avec les objectifs de réduction des émissions de GES en 2020, 2030 et 2050 pour maintenir les températures à + 2 °C en 2050.

La politique proposée repose sur un bouquet énergétique optimal composé de ressources fossiles conventionnelles et non conventionnelles (dont le gaz de schiste et le nucléaire), provenant des membres de l’UE, mais aussi d’autres fournisseurs63. Ce bouquet devra aussi valoriser les ressources renouvelables et le développement de nouvelles ressources : captage et stockage du carbone, énergie marine, etc. L’objectif est clair : maintenir l’abondance énergétique. L’Europe fait le choix de l’électricité : pour atteindre une économie européenne à faible intensité de carbone en 2050, pour éliminer quasi intégralement les émissions de GES en 2050 et pour atteindre d’ici là le taux minimal de réduction de 80 %. La Commission vise le développement et l’interconnexion des réseaux de transport de l’énergie (RTE – E) au niveau de l’UE pour optimiser la production et la demande énergétiques, et la fiabilité de l’approvisionnement, évitant la construction d’installations de production d’électricité très émettrices de CO2. La Commission soutient les réseaux dits intelligents, utilisant les TIC, pour faciliter l’intégration des énergies renouvelables et ajuster l’offre à la demande.

Ce scénario énergétique de la Commission est décalé au regard des défis climatiques et des ressources énergétiques disponibles (Bafoil et al., 2014). L’électrification du système énergétique en 2030 ne concerne que le bâti et les transports et implique un doublement de la production d’électricité par rapport à aujourd’hui. L’UE a revu à la baisse son objectif d’efficacité énergétique (17 % contre 20 %) en 2012. La Commission insiste sur la nécessité de modifier les comportements, sans proposer de mesures dans le sens de la sobriété. Pour elle, les changements de comportement sont liés à l’efficacité énergétique et non pas à une réflexion plus large sur nos modes de consommation d’énergie. Pourtant elle a reconnu, dans plusieurs de ses documents officiels, l’importance de « modifier les schémas de consommation » et de « modifier les habitudes de production et de consommation » (Commission européenne, 2011b). Maria Edvardsson a procédé à un inventaire des textes de la Commission portant sur l’énergie. Elle constate qu’aucun texte de la Commission ne porte directement sur la sobriété (Edvardsson, 2012). Lorsque ce terme apparaît, il témoigne d’une confusion d’usage : il est utilisé comme équivalent des notions d’efficacité énergétique ou d’économies d’énergie. Cette politique énergétique repose sur la technologie pour produire l’énergie, améliorer le rendement des dispositifs, interconnecter les infrastructures et gérer rationnellement la production et la fourniture d’énergie. Elle continue à être dominée par une approche par l’offre.

La sobriété énergétique n’est pas à l’agenda des politiques énergétique et climatique de l’UE. Pourtant, l’UE aurait un réel intérêt à travailler sur l’aspect de la sobriété énergétique car elle constitue une des réponses-clés aux défis énergétiques et climatiques, étant donné que ce concept consiste en la réévaluation de nos besoins énergétiques et la reconsidération de nos comportements énergétiques dans la vie quotidienne. La Commission débute sa communication « Énergie 2020 » avec cette phrase : « Le défi de l’énergie est donc l’une des épreuves les plus périlleuses que l’Europe doit affronter. » Il est étonnant qu’elle n’ait pas laissé plus de place à une option politique qui ouvrirait ainsi davantage de possibilités d’agir face au changement climatique et à ce défi périlleux.

Bibliographie

Bibliographie de l’encadré 5.1

Bafoil (François), Fodor (Ferenc) & Le Roux (Dominique), 2014, Accès à l’énergie en Europe, Paris, Presses de Sciences Po.

Commission européenne, 2005, Comment consommer mieux avec moins : Livre vert sur l’efficacité énergétique.

Commission européenne, 2010, Énergie 2020 : stratégie pour une énergie compétitive, durable et sûre.

Commission européenne, 2011a, Feuille de route pour l’énergie à l’horizon 2050 : vers un secteur énergétique sûr, compétitif et « décarboné ».

Commission européenne, 2011b, Une Europe efficace dans l’utilisation des ressources : initiative phare relevant de la stratégie Europe 2020.

Commission européenne, 2013, Livre vert : un cadre pour les politiques en matière de climat et d’énergie à l’horizon 2030.

Commission européenne, 2015, Cadre stratégique pour une Union de l’énergie résiliente, dotée d’une politique clairvoyante en matière de changement climatique.

Edvardsson (Maria), 2012, La Sobriété énergétique dans la politique de l’énergie de l’Union européenne. L’inexistence au niveau européen d’un concept important dans l’atteinte des objectifs énergétiques et climatiques, Policy Paper, institut d’études politiques de Lille.

Leguay (Thierry), 2012, La Politique européenne de l’énergie au défi de la lutte contre le réchauffement climatique : quelle place et quelles perspectives pour la sobriété énergétique ?, Rapport d’expertise.

Bibliographie du chapitre 5

Association négaWatt, 2012, Manifeste négaWatt. Réussir la transition énergétique, Arles, Actes sud.

Baudrillard (Jean), 1970, La Société de consommation, Paris, Gallimard.

Bihouix (Philippe), 2014, L’Âge des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable, Paris, Seuil.

Bihouix (Philippe) & Guillebon (Benoît de), 2010, Quel futur pour les métaux ? Raréfaction des métaux : un nouveau défi pour la société, Paris, EDP Sciences.

Commissariat général au développement durable, 2010, « La mobilité des français : panorama issu de l’enquête nationale transports et déplacements 2008 », La Revue du CGDD.

Commissariat général au développement durable, 2014, « Les conditions d’occupation des logements au 1er janvier 2013 », Chiffres et statistiques, 556.

Club d’ingénierie prospective énergie et environnement, 2012, « Modes de vie et empreinte carbone », Les cahiers du Club d’ingénierie prospective énergie et environnement, 21.

Club d’ingénierie prospective énergie et environnement, 2013, « Nouvelles représentations des consommations d’énergie », Les cahiers du Club d’ingénierie prospective énergie et environnement, 22.

Fuller (Buckminster Richard), 1940, « U.S. Industrialization », Fortune, vol. XXI, 2 : 50-58 & 158-164.

Georgescu-Roegen (Nicholas), 1995, La Décroissance. Entropie, écologie, économie, Paris, Sang de la Terre.

Gorz (André), 1997, Misères du présent, richesse du possible, Paris, Galilée.

Gorz (André), 2004, Métamorphoses du travail. Critique de la raison économique, Paris, Gallimard.

Honoré (Carl), 2005, Éloge de la lenteur, Paris, Marabout.

Illich (Ivan), 1973, Énergie et équité, Paris, Seuil.

INSEE, 2006, Enquêtes Logement 2006. http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=irsoclog06 (consulté le 26 avril 2016).

INSEE, 2009, Cinquante ans de consommation en France. Édition 2009. http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/sommaire.asp?codesage=CONSO09 (consulté le 26 avril 2016).

Kempf (Hervé), 2007, Comment les riches détruisent la planète, Paris, Seuil.

Méda (Dominique), 1995, Le Travail, une valeur en voie de disparition, Paris, Alto-Aubier.

Observatoire climat Norener, 2013, « Facture énergétique ». www.observatoire-climat-npdc.org/fr/generarpdf?pnid=382 (consulté le 26 avril 2016).

Paquot (Thierry), 2008. L’Art de la sieste, Paris, Zulma.

Raineau (Laurence), 2011, « Adaptation aux changements climatiques : vers une transition énergétique ? », Natures Sciences Sociétés, 19 : 133-143.

Région Nord-Pas-de-Calais, 2013, Schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire, adopté en plénière le 13 septembre 2013.

Réseau Action Climat, 2013, Les Émissions importées : le passager clandestin du commerce mondial. https://reseauactionclimat.org/publications/emissions-importees-passager-clandestin-commerce-mondial/ (consulté le 18 octobre 2017).

Robert (Jean), 1980. Le Temps qu’on nous vole. Contre la société chronophage, Paris, Seuil.

Semal (Luc), Szuba (Mathilde) & Villalba (Bruno), 2014, « "Sobriétés" (2010-2013) : une recherche interdisciplinaire sur l’institutionnalisation de politiques locales de sobriété énergétique », Natures Sciences Sociétés, 22 : 351-358.

Siounandan (Nicolas), Hébel (Pascale) & Colin (Justine), 2013, « Va-t-on vers une frugalité choisie ? », Cahier de recherche du CREDOC, 302, décembre.

Solagro, 2014, Afterres2050 : Un scénario soutenable pour l’agriculture et pour l’utilisation des terres en France à l’horizon 2050.

Virage-énergie, 2008, Énergies d’avenir en Nord-Pas-de-Calais. http://www.virage-energie-npdc.org/publications/energie-davenir-en-nord-pas-de-calais (consulté le 18 octobre 2017).

Virage-énergie, 2013, Scénarios de sobriété énergétique et transformations sociétales. http://www.virage-energie-npdc.org/publications/scenarios-de-sobriete-energetique-et-transformations-societales (consulté le 18 octobre 2017).

Notes

55 Rapports complets et synthèses disponibles gratuitement sur le site internet de l’association : http://www.virage-energie-npdc.org

56 Le laboratoire Territoire, Villes, Environnement et Société (TVES, Lille 1) et le Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (Ceraps, Lille 2).

57 Notamment l’énergie, les terres et les matériaux rares nécessaires pour la mise en œuvre à grande échelle de toute solution technique. Sans même évoquer les tensions géopolitiques et les coûts sociaux liés à leur exploitation, le principal problème des terres et matériaux rares est, comme pour toute ressource fossile, la finitude des réserves disponibles. Au rythme de consommation actuel, l’échelle de temps des réserves est de l’ordre de quelques décennies (Bihouix et Guillebon, 2010).

58 À titre d’exemple, la France a officiellement diminué ses émissions territoriales de CO2 de 7 % entre 2000 et 2010. Mais en considérant les émissions attribuables à la consommation de biens et de services par la population française, c’est-à-dire en ajoutant les émissions incorporées dans les produits importés et en enlevant celles incorporées dans les biens exportés, la France a en fait augmenté ses émissions de CO2 de 15 % sur cette même période (Réseau Action Climat, 2013).

59 Le transport des marchandises ainsi que le traitement des produits en fin de vie sont les deux principaux postes de consommation d’énergie non comptabilisés dans l’étude par manque de données fiables et représentatives.

60 La vitesse généralisée consiste à inclure, dans le calcul du temps nécessaire pour effectuer un déplacement, le temps qu’il faut passer à travailler pour payer ce même déplacement. Ce raisonnement permet de montrer que la vitesse généralisée atteint une valeur limite, et que la recherche de transports toujours plus rapides contribue en fait à nous ralentir, en augmentant le coût du déplacement et donc le temps passé à travailler pour le payer.

61 La production intégrée est un mode de production agricole qui cherche à réduire au maximum l’usage de l’énergie et des intrants chimiques, mais qui s’autorise un recours minimal à ces intrants en cas de problèmes lors de la culture. C’est en quelque sorte une voie intermédiaire entre l’agriculture biologique et l’agriculture conventionnelle.

62 Les pratiques de consommation collaborative sont par exemple les achats groupés, l’autopartage, le covoiturage, le vélo en libre-service, les ateliers de réparation ou les services de location et d’échange entre professionnels et entre particuliers.

63 Selon les estimations de la Commission européenne, l’UE sera dépendante à 90 % d’importations pour le pétrole et de 80 % pour le gaz en 2030 (Commission européenne, 2005 : 8).

Table des illustrations

Titre Figure 5.1 : Bilan énergétique pour la production industrielle selon quinze catégories de biens matériels (source : Virage-énergie, 2013).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/16540/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Figure 5.2 : Synthèse des résultats des scénarios de sobriété énergétique et transformations sociétales (source : Virage-énergie, 2013 ; résultats mis à jour en décembre 2014).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/16540/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Figure 5.3 : Potentiels d’économies d’énergie du « champ à l’assiette » (source : Virage-énergie, 2013 ; résultats mis à jour en décembre 2014).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/16540/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 5.4 : Potentiels d’économies d’énergie pour la production des biens matériels, par secteur industriel (source : Virage-énergie, 2013).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/16540/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Figure 5.5 : Potentiels d’économies d’énergie pour la mobilité locale (source : Virage-énergie, 2013).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/16540/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure 5.6 : Potentiels d’économies d’énergie dans les bâtiments résidentiels et tertiaires (source : Virage-énergie, 2013).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/16540/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

Auteur

Ingénieur de formation (École des hautes études d’ingénieur de Lille) spécialisé dans les questions énergie-climat (maîtrise énergies renouvelables et efficacité énergétique de l’École de technologie supérieure de Montréal). Son champ d’expertise concerne les outils de sensibilisation et d’aide à la décision pour accompagner le changement vers des pratiques de sobriété énergétique. Ingénieur de recherche pour l’association Virage-énergie entre 2012 et 2016, il a réalisé plusieurs articles et conférences en France et en Europe pour expliciter ces scénarios de prospective énergétique focalisés sur la sobriété, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables.

© Éditions Quæ, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540