Version classiqueVersion mobile

Sobriété énergétique

 | 
Bruno Villalba
, 
Luc Semal

Partie I - Dimensions politiques de la sobriété

Chapitre 4 - La sobriété énergétique à l’échelle d’une métropole : Bristol et le pic pétrolier

Simone Osborn

Texte intégral

  • 38 NdT : Simone Osborn est la principale rédactrice de ce rapport. Ce chapitre est le texte de son int (...)

1En 2009, la ville de Bristol (Royaume-Uni) a publié un rapport intitulé Building a Positive Future for Bristol after Peak Oil (Osborn et al., 2009)38. Ce rapport constituait la première réponse de la municipalité au problème de l’épuisement des ressources : elle commençait ainsi à admettre qu’il existe des limites naturelles à la consommation, notamment à la consommation énergétique, et qu’il conviendrait désormais de tenir compte de ces limites pour imaginer l’avenir de Bristol.

2Ce chapitre propose un retour d’expérience sur ce qui constitue, à ce jour, l’une des études les plus approfondies de la vulnérabilité d’une grande ville au pic pétrolier et, plus largement, aux ruptures d’approvisionnement énergétique. Il revient sur l’origine de ce rapport : pourquoi la municipalité de Bristol s’est-elle engagée dans cette étude, alors que le gouvernement britannique lui-même ne reconnaît pas la réalité du pic pétrolier ? Il témoigne de la démarche entreprise par une collectivité locale pour s’emparer de cette question et pour porter une réflexion politique innovante sur la résilience et la sobriété. Il insiste sur le rôle joué par la municipalité pour initier de fortes synergies entre les institutions publiques, le secteur privé et le monde associatif. Ce chapitre présente les principales conclusions du rapport, en évaluant leurs effets sur la vie de la ville depuis 2009. Cela permet d’expliquer par quel processus la ville de Bristol a su tirer profit de la question pétrolière, pour initier une expérience originale de réflexion prospective sur les politiques de sobriété et de résilience à l’échelle d’une métropole.

Mise à l’agenda municipal : à l’origine d’une démarche

3Entre la fin des années 1990 et la fin des années 2000, le Royaume-Uni a connu ce que le Premier ministre, Gordon Brown, décrivait avec fierté comme « la plus longue période de croissance économique ininterrompue de toute l’histoire industrielle du pays » (Brown, 2004). Le bon sens semblait assurer que le libre marché et les politiques non interventionnistes fonctionnaient bien. Quand la crise économique a éclaté en septembre 2008, les commentateurs s’accordèrent généralement à dire que personne ne pouvait s’y attendre — même si, bien sûr, certains s’y attendaient. Parmi ces derniers figuraient nombre d’anciens industriels du pétrole, de géologues et de commentateurs convaincus que l’économie industrielle était sous la menace d’une crise majeure, du fait des lourdes contraintes qui compliqueraient bientôt l’accès à son principal carburant : le pétrole.

Le Royaume-Uni, le pic pétrolier et la crise économique de 2008

4La théorie du pic pétrolier a été formulée pour la première fois par un géologue de l’entreprise Shell, Marion King Hubbert (Benes et al., 2012). En 1956, Hubbert avait prédit — et il avait raison — que la production pétrolière des États-Unis atteindrait son pic entre la fin des années 1960 et le début des années 1970. Par la suite, d’autres scientifiques ont affiné ses théories et, en les extrapolant à plus grande échelle, ont prévu un pic de la production mondiale de pétrole pour les premières décennies du xxie siècle. Pour beaucoup, ces avertissements étaient difficiles voire impossibles à entendre. En 1999, par exemple, le magazine The Economist avait marqué les esprits en prédisant au contraire que le prochain choc pétrolier pourrait être produit par une chute du prix du baril à seulement 5 dollars (The Economist, 1999). Pourtant, au cours de l’année 2000, déjà, le prix du baril de pétrole oscilla entre 25 et 30 dollars. En 2000, toujours, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoyait que, entre 2010 et 2020, « le prix du baril (suivrait) une augmentation constante jusqu’à atteindre le prix de 22,50 dollars le baril en dollars de 1990, soit 28 dollars en dollars actuels » (AIE, 2000 : 39). Dans la décennie suivante, la demande mondiale de pétrole ne cessa d’augmenter tandis que l’offre restait globalement stable, et le prix du baril se mit à grimper. Il connut une hausse sans précédent en 2008, pour atteindre en juillet le prix inédit de 147 dollars le baril. Malgré cette envolée des prix, et malgré une demande galopante, les producteurs de pétrole n’ont pas voulu, ou pas pu, augmenter leur production.

5En septembre 2008, la bulle a éclaté et cela a marqué la fin de cette longue période de croissance économique ininterrompue. Les prix du pétrole se sont écroulés en même temps que les cours des actions. Un grand nombre de raisons peuvent expliquer cette crise financière mondiale : la crise des subprimes, la bulle créancière, etc. Mais certains analystes estiment que la hausse du prix du pétrole a joué un rôle significatif dans l’emballement de la crise : l’augmentation des prix du pétrole et des produits alimentaires a privé de liquidités une partie croissante de la population, laquelle s’est alors trouvée dans l’incapacité de rembourser ses dettes (Hamilton, 2009).

6C’est dans ce contexte de crise qu’un certain nombre de personnes et d’associations de Bristol ont pris conscience de l’ampleur du choc induit par le pic pétrolier, ainsi que des impacts qu’il pourrait avoir sur le fonctionnement de leur ville.

La collaboration des réseaux alternatifs et institutionnels à Bristol

7Bristol, à bien des égards, est une métropole britannique similaire aux autres. Son identité est marquée par un héritage colonial et industriel, quoique son activité principale s’oriente désormais essentiellement vers la finance, les assurances et la haute technologie. Par ailleurs, les « cultures alternatives » sont très présentes à Bristol. On y trouve aussi le Département d’histoire naturelle de la BBC, et Aardman Animations qui réalise les films Wallace and Gromit. La scène culturelle est très vivante avec deux universités, de nombreux festivals, comme le Festival of Ideas, et c’est bien sûr la ville du graffeur Banksy.

  • 39 Voir : http://bristolgreencapital.org/ (consulté le 18 janvier 2016). (NdT : Bristol a ensuite rem (...)

8La ville accueille également les sièges de nombreuses associations environnementalistes nationales, dont la Soil Association, Sustrans, le Centre for Sustainable Energy, la Federation of City Farms and Community Gardens. On y trouve une forte communauté organisée autour de la permaculture, et Bristol a été deux fois finaliste du concours européen des « Capitales vertes » (European Green Capital Awards). La candidature à ce concours était déjà le fruit d’une collaboration étroite entre le conseil municipal et le Bristol Green Capital Momentum Group, organisation indépendante visant à faire de Bristol « une métropole bas-carbone avec une grande qualité de vie pour tous »39.

  • 40 Voir : http://www.transitionbristol.net/ (consulté le 18 janvier 2016). (NdT : voir aussi Semal, 20 (...)

9En 2007, Bristol est devenue la première métropole à rejoindre le mouvement des Transition Towns, un mouvement citoyen alors en plein essor, lancé par Rob Hopkins en 2006, qui vise à renforcer la résilience des communautés locales face au pic pétrolier et au changement climatique40. Le 25 novembre 2007, le groupe Transition Bristol a organisé un premier grand événement public, qui s’est déroulé dans l’hôtel de ville et y a attiré plus de 400 personnes. Cette nouvelle dynamique est venue mettre en lumière la liste, déjà croissante, des demandes visant à ce que les effets du pic pétrolier soient étudiés à l’échelle de la métropole.

  • 41 Voir : http://www.postcarbon.org/ (consulté le 18 janvier 2016).

10Dans le cadre du dialogue établi entre Transition Bristol, le Green Capital Momentum Group et l’équipe en charge du développement soutenable au conseil municipal, la décision a été prise d’inviter en février 2008 Daniel Lerch, membre du think tank états-unien Post Carbon Institute41 et auteur de l’ouvrage Post Carbon Cities (Lerch, 2007). Il lui était demandé de présenter au conseil municipal les enjeux du pic pétrolier, et les menaces que cela induisait pour les autorités locales. Dans la foulée de cette conférence, le conseil municipal de Bristol et le Bristol Green Capital Momentum Group décidèrent de créer ensemble un groupe de travail sur le pic pétrolier, afin d’évaluer plus précisément les risques et d’envisager les meilleures manières d’y répondre.

La création d’un groupe de travail sur le pic pétrolier

11Les invitations à participer au groupe de travail ont été envoyées le 15 septembre 2008, jour de la chute de la société Lehman Brothers. Les personnes invitées étaient issues de différents secteurs : commerce, associations à but non lucratif et autorités locales.

12À l’issue d’une première rencontre, le groupe de travail a décidé la commande d’un rapport, que le conseil municipal s’engageait à financer. Le groupe a ensuite discuté du contenu de la commande, le rapport devrait comprendre : une analyse du pic pétrolier et de ses implications générales ; une analyse des risques auxquels Bristol serait exposée, mais aussi des atouts dont elle disposerait ; et enfin une liste de recommandations et d’actions à mener pour les étapes suivantes. L’objectif de ce rapport était de produire un document faisant autorité sur le sujet, et qui puisse donc à la fois être adopté par le conseil municipal et par le Bristol Partnership (un groupe d’acteurs stratégiques issus des secteurs public, tertiaire et associatif, dont un équivalent français pourrait être le conseil de développement). On pourrait ensuite engager une action pertinente en la matière, et le rapport lui-même pourrait servir de support de communication afin de sensibiliser le grand public à cette thématique nouvelle.

13De nombreuses associations et de nombreux particuliers ont été invités à participer à la réalisation du rapport. Nous avons personnellement été chargée de la rédaction du rapport, du fait de notre expérience de travail pour le Centre d’analyse de la déplétion pétrolière (Oil Depletion Analysis Centre) et pour le Post Carbon Institute. D’abord, chaque partie du rapport a été relue et approuvée par le groupe de travail ; puis le rapport complet a été transmis aux commanditaires pour être soumis à l’appréciation du conseil municipal et du Bristol Partnership, avant d’être définitivement adopté.

Le contenu du rapport : Bristol et sa vulnérabilité au pic pétrolier

Première partie : le pic pétrolier mondial et sa signification pour Bristol

14La première partie du rapport présente une série de documents permettant d’évaluer, au regard de la situation énergétique mondiale, le degré de vulnérabilité de la ville de Bristol au pic pétrolier. Les textes mobilisés comportaient notamment le dernier World Energy Outlook en date (AIE, 2008) et le rapport du groupe UK Industry Taskforce on Peak Oil and Energy Security intitulé The Oil Crunch : Securing the UK’s Energy Future (UK ITPOES, 2008). Ce second document avait été sponsorisé en 2008 par certaines des plus grandes compagnies britanniques, dont Virgin, Scottish and Southern Energy, Stagecoach et Firstgroup.

15Après analyse de ces documents et discussion, notre rapport en arrivait à la conclusion que l’ère du pétrole bon marché touchait à sa fin, et qu’une crise pétrolière majeure serait hautement probable dans la décennie. Cela nous a conduits à reconnaître l’existence d’une sérieuse menace pour la ville de Bristol, dont la prospérité actuelle repose sur une énergie abondante et bon marché.

Deuxième partie : les conséquences du pic pétrolier à Bristol

  • 42 Sur cet épisode dit des « fuel protests » en 2000, voir le chapitre 2 de Mathilde Szuba dans ce vol (...)

16La deuxième partie du rapport constitue le cœur du document. Elle est divisée en plusieurs sections qui présentent chacune un secteur concerné par la perspective du pic pétrolier : les implications trans-sectorielles ; les transports et la mobilité ; la santé ; les services publics ; les secteurs économiques clés ; l’énergie et ses fournisseurs. Le fonctionnement de chaque secteur d’activité est réévalué à la lumière d’un monde où la volatilité des prix du pétrole serait la norme, et où l’on serait confronté à des difficultés occasionnelles d’approvisionnement en pétrole (des difficultés pouvant résulter aussi bien de conflits sociaux dans le secteur industriel que de tensions géopolitiques). Nous avons utilisé comme exemple les problèmes causés par deux événements récents : l’augmentation rapide des prix du pétrole en 2008, et les grèves avec blocage de raffineries dans le secteur de l’énergie en 200042. Des extraits d’articles de presse ont été insérés dans le rapport afin d’illustrer ces propos.

17La préparation de cette deuxième partie a nécessité une quantité importante de recherches et de réunions. Une des tâches les plus délicates a été la sélection d’experts capables d’examiner chacune des sections du rapport. En effet, les données provenaient de sources variées, parmi lesquelles des statistiques gouvernementales, des archives et des statistiques des autorités locales, des rapports régionaux, des entretiens individuels et des questionnaires (ces derniers ayant été distribués par le Regional GWE Business West Organisation auprès des différents secteurs d’activité). À ce stade, le plus difficile a été de trouver des données traçant les dépenses en pétrole propres à chaque secteur ; par exemple lorsque nous cherchions à évaluer le poids du prix du baril sur le budget des ménages les plus modestes. Bien qu’il existe déjà un nombre considérable d’études portant sur la précarité énergétique et son lien avec les prix du gaz et de l’électricité, peu d’informations existaient sur son lien avec le prix du pétrole.

18Au cours de ce travail d’enquête, la perspective du pic pétrolier a suscité un ensemble de réactions allant de la peur au déni. De manière générale, il était admis que notre mode de vie actuel n’est pas soutenable énergétiquement : on s’accordait à dire qu’un changement avait eu lieu, et qu’il était donc impératif d’économiser l’énergie et de développer les énergies renouvelables. Mais le lien entre la question du prix du pétrole, la disponibilité des ressources naturelles et les enjeux économiques n’était généralement pas établi. Lors des présentations sur le pic pétrolier, l’une des inquiétudes les plus fréquemment exprimées par les participants était de savoir comment se rendre sur leur lieu de travail — par exemple, ils se demandaient s’il serait possible d’y aller à vélo au cas où le prix du pétrole deviendrait trop important. Mais rares étaient ceux qui se demandaient si cette contraction économique ne risquait pas de menacer la pérennité même de leur emploi. Face à l’hypothèse d’une hausse permanente du prix du pétrole, la solution la plus fréquemment envisagée était le recours à des trains à grande vitesse et à des voitures électriques, sans vraiment s’interroger sur la faisabilité technique de ces options — au regard du temps imparti pour les mettre en œuvre, et du coût que représenteraient de tels investissements, sans même parler des énormes infrastructures électriques qui seraient alors nécessaires.

19Cette deuxième partie du rapport met donc d’abord l’accent sur les défis à venir. Néanmoins, chaque section inclut également une liste d’actions envisageables. Certaines sont déjà mises en œuvre et pourraient facilement être répliquées pour améliorer la résilience de la ville face au pic pétrolier. Au fil des sections, le constat suivant s’est imposé : l’objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre se combine assez naturellement avec celui de renforcer la résilience énergétique.

20Cependant, nombre de techniciens et de spécialistes du carbone voient surtout en la question du pic pétrolier un facteur de diversion, alors que l’enjeu principal devrait rester la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Selon eux, la focalisation sur le pic pétrolier pourrait semer la confusion dans l’esprit des décideurs, en leur faisant croire à tort que notre consommation en énergies fossiles diminuera d’elle-même par la force des choses, et qu’il est donc inutile de la réduire dès aujourd’hui de manière volontaire. Ce type d’argumentaire nous pousse à nous interroger sur ce qui différencie, d’une part, une politique qui traiterait conjointement la question du changement climatique et celle du pic pétrolier et, d’autre part, une politique simplement climato-centrée. Le rapport ne traite pas directement cette question, mais y apporte tout de même des éléments de réponse (Osborn et al., 2009 : 14).

Troisième partie : les pistes d’action

21La dernière partie du rapport est un appel à l’action. Notre intention était de présenter quelques pistes d’action susceptibles d’être reprises par le conseil municipal et par le Bristol Partnership. Plusieurs étapes étaient envisagées : reconnaître l’existence du problème ; affirmer un leadership ; favoriser l’investissement des communautés ; assurer l’accessibilité ; garantir la sécurité alimentaire ; mettre en œuvre une économie résiliente. Ces pistes s’accompagnaient de recommandations de politiques publiques pouvant être menées par la municipalité pour renforcer la résilience de la ville. Toutefois, l’objectif était uniquement de donner quelques grandes lignes et quelques illustrations de ce qui pourrait être fait, et pas de concevoir un programme d’actions détaillé.

Des scénarios prospectifs

22Le rapport comprend enfin un ensemble de récits imaginaires sur le futur de Bristol, dans les prochaines années. Ces récits, disséminés tout au long du document, ont été rédigés par une comédienne, animatrice et narratrice de Bristol, Inez Aponte.

  • 43 NdT : sur le rôle des récits catastrophistes dans les initiatives locales de transition, voir Semal (...)

23D’abord, deux récits introductifs, aux tonalités assez sombres, visent à interpeller le lecteur : ils racontent l’avenir à Bristol dans un scénario où rien n’aurait été fait pour anticiper les conséquences du pic pétrolier. Leur style et leur ton détonnent clairement avec le reste du rapport, ce qui a suscité de vifs débats lors de la relecture. Dans l’ensemble, le rapport est rédigé dans un style assez académique, non alarmiste. Il pointe toute une série de risques très sérieux et de défis à relever, mais sans emphase catastrophiste et sans non plus prétendre prédire l’avenir. Mais il n’en reste pas moins que la perspective du pic pétrolier, si on l’accepte, suggère d’opérer à court terme des changements radicaux sur la seule base d’hypothèses prospectives. Au sein du comité de travail, certains ont donc pensé qu’il fallait insister sur le danger que représente l’inaction pour mieux justifier la mise en œuvre d’un projet de résilience. C’est ce qui a motivé notre décision d’ouvrir le rapport avec deux récits prospectifs plutôt sombres43.

24Mais, exception faite de ces deux premières histoires, les récits prospectifs qui suivent décrivent tous une ville ayant relevé avec succès l’ensemble des défis auxquels elle était confrontée. Ils ont notamment l’avantage d’illustrer, de manière simple et accessible, l’idée de « suffisance » (sufficiency) ou de sobriété : ils racontent la vie dans un monde plus sobre, notamment en énergie, et dans lequel la société a su inventer d’autres manières de prospérer. Un bel exemple de ce type de récit est celui qui raconte la place redonnée aux personnes âgées dans ce monde plus sobre, intitulé « Not Dead Yet ».

La publication du rapport et ses conséquences pour Bristol

25Le rapport a été publié en octobre 2009. Il a reçu un bon accueil tant auprès du conseil municipal de Bristol et du Bristol Partnership que des secteurs associatif et militant. Cet accueil unanime a fourni une base de travail commune à tous ces acteurs.

26Plusieurs événements publics ont été organisés à l’occasion de sa publication, afin d’en diffuser plus largement les résultats. Le conseil municipal a ainsi réalisé une exposition fin 2009, tandis que le groupe Transition Bristol rassemblait des groupes d’habitants autour d’activités pour tous les âges, visant à la fois à informer sur les enjeux du pic pétrolier et à envisager les réponses possibles. Enfin, le secteur commercial de la ville a, lui aussi, été à l’initiative d’un événement sur le thème « Pétrole, carbone et opportunités : des solutions positives pour Bristol ».

La réception du rapport et les actions mises en œuvre

27Depuis la publication du rapport, plusieurs initiatives concrètes ont vu le jour à Bristol et donnent suite aux recommandations émises. Au niveau municipal, l’objectif de consolider notre résilience en prévision du pic pétrolier a pleinement été intégré à la stratégie municipale, au même titre que les réductions d’émission de gaz à effet de serre. Les principaux documents actant cette évolution stratégique sont le Bristol’s Core Strategy 2011 (Bristol City Council, 2011 : 95-99), et plus récemment le rapport Our Resilient Future : A Framework for Climate and Energy Security (Minshul et al., 2015). Les conséquences du pic pétrolier ont aussi été intégrées à l’Eco-Impact Checklist, série de questions servant à évaluer l’impact environnemental des décisions d’importance stratégique à Bristol, et à guider ainsi les décideurs dans leurs choix.

28Les paragraphes qui suivent présentent quelques-unes des initiatives prises suite à la publication du rapport. Toutes n’y font pas directement référence, mais toutes ont trait à la sécurité énergétique de la ville, et constituent des prolongements des synergies nées de la préparation du rapport.

Alimentation

  • 44 Voir : http://bristolfoodpolicycouncil.org/ (consulté le 18 janvier 2016).

29La commande d’un rapport intitulé Who Feeds Bristol ? a été décidée suite aux questions soulevées par notre premier rapport sur le pic pétrolier (Osborn et al., 2009). Cofinancé par le Green Capital Partnership et par le National Health Service, ses conclusions ont été publiées en 2011. Il dresse un bilan du système alimentaire qui permet aujourd’hui de nourrir la population de Bristol. Il insiste sur l’importance de prendre en considération les flux (d’énergies et de ressources) et l’éloignement des producteurs, soit différents éléments qui pourraient devenir des facteurs de vulnérabilité dans la perspective du pic pétrolier. Il fait aussi état des forces et des faiblesses de Bristol pour espérer réduire cette vulnérabilité, notamment par une évolution du mode de vie des habitants (Carey, 2011). Toujours en 2011, le Bristol Food Policy Council a été créé44. C’est un groupe d’acteurs souhaitant développer des stratégies à l’échelle de la métropole en réponse à ce problème. Le groupe a depuis publié une charte, la Good Food Charter, et a mis en place diverses initiatives faisant la promotion de l’alimentation locale.

Énergie

  • 45 Voir : http://www.cse.org.uk/projects/view/1156 (consulté le 18 janvier 2016).
  • 46 Voir : http://news.bristol.gov.uk/bristol-secures-funding-to-develop-energy-services-company--a-uk- (...)
  • 47 Voir : http://www.bristolenergynetwork.org/ (consulté le 18 janvier 2016).
  • 48 Voir : http://www.bristolgreendoors.org/ (consulté le 18 janvier 2016).
  • 49 Voir : http://www.bristolenergy.coop/ (consulté le 18 janvier 2016).
  • 50 Voir : http://www.demandenergyequality.org/ (consulté le 18 janvier 2016).

30En 2011, le conseil municipal de Bristol a commencé à financer un fonds de soutien au lancement d’initiatives communautaires et de coopératives de production dans le secteur des énergies renouvelables, appelé Bristol Community Energy Catalyst Fund45. En 2012, le conseil municipal a obtenu une subvention de 2,5 millions de livres auprès de la Banque européenne d’investissement pour développer une compagnie municipale de services énergétiques, avec un programme d’investissement associé, via le European Local Energy Assistance Programme46. De plus, Bristol héberge aujourd’hui l’un des réseaux communautaires britanniques les plus actifs en la matière, le Bristol Energy Network47. Il a initié des projets participatifs visant à promouvoir les économies d’énergie (comme le projet « Bristol Green Doors »48), des coopératives d’énergie contrôlées par les habitants (comme les projets « Bristol Energy Cooperative »49 et « Streets of Solar »), ainsi que des initiatives visant à proposer une offre énergétique égalitaire (comme le programme « Demand Energy Equality »50).

Économie

  • 51 Voir : http://bristolpound.org/ (consulté le 18 janvier 2016).
  • 52 Voir : http://bristolindependents.co.uk/ (consulté le 18 janvier 2016).

31Une monnaie locale, la livre de Bristol (Bristol Pound), a été lancée en septembre 201251. Cette idée avait été lancée au cours d’une des manifestations organisées par le groupe Bristol Transition, et le projet a ensuite été porté par le Green Capital Partnership. Le conseil municipal de Bristol y a apporté un soutien significatif en acceptant que certaines transactions commerciales s’effectuent en livres de Bristol. En novembre 2012, alors que le maire de Bristol venait pour la première fois d’être élu au suffrage universel direct, il annonça qu’à l’avenir son salaire lui serait versé en monnaie de Bristol (The Guardian, 2012). Bristol a donc été la première ville britannique à mettre en place un système de monnaie locale alternative à l’échelle métropolitaine, et la première à rendre ce système compatible avec les modes de paiement électroniques. La livre de Bristol soutient l’économie locale en incitant à y réinjecter la monnaie. D’autres projets économiques viennent donc la compléter, comme le programme « Farm Link », qui encourage la production alimentaire locale, et la campagne « Bristol Independents », qui fait la promotion des commerces locaux indépendants des grandes chaînes52.

Transport

32La Ville de Bristol a obtenu une aide financière du gouvernement pour organiser des manifestations dans le domaine du transport durable, via notamment le programme des villes cyclables (Cycling City Programme) en 2008 et via le fonds local de transports durables (Local Sustainable Transport Fund) en 2012. Les mesures prises visent l’amélioration de la qualité du réseau de bus et de pistes cyclables, la rénovation du réseau ferroviaire et la réouverture de certaines voies. Enfin, Bristol héberge aussi de nombreux groupes communautaires qui cherchent à modifier les perceptions et les usages de l’espace public, à faciliter le vélo et la marche, et plus généralement à valoriser les modes de transports doux.

Des projets à construire

33Bien qu’importantes, les mesures entreprises restent encore largement insuffisantes au regard du problème posé par notre dépendance au pétrole. Bristol reste une ville extrêmement dépendante de cette source d’énergie dans son fonctionnement logistique quotidien. Le transport et donc tous les déplacements des individus, des biens et des services restent presque intégralement dépendants du pétrole : les progrès dans ce domaine sont très lents et suscitent de vives controverses politiques. Aujourd’hui, l’urgence à agir en perspective du pic pétrolier est encore reléguée au profit d’autres priorités définies par les autorités politiques, notamment la construction de nouvelles infrastructures routières et aéroportuaires qui permettraient d’accompagner la croissance démographique de la métropole. Cette situation suscite évidemment des dilemmes et des conflits politiques entre, d’une part, d’importants bénéfices socio-économiques à court terme (les emplois d’aujourd’hui) et, d’autre part, les risques environnementaux et socio-économiques qu’induisent à plus long terme les projets de développement économique… alors que la pérennité de ces projets est compromise par l’épuisement des ressources, et que les investissements pourraient être réorientés vers des solutions alternatives. Tout le défi consiste donc à sortir de cette dépendance.

Perspectives : le long chemin qu’il reste à parcourir

  • 53 NdT : concernant la position des principaux partis politiques britanniques sur le pic pétrolier, vo (...)

34Aujourd’hui encore, le problème du pic pétrolier n’est officiellement reconnu ni par le gouvernement britannique, ni par le Parti travailliste (entre-temps retourné dans l’opposition)53. La perspective du pic pétrolier a parfois été admise par certains responsables politiques — par exemple, le texte du Parti conservateur sur la sécurité énergétique à l’occasion des élections de 2010 y faisait explicitement référence. L’ancien secrétaire libéral-démocrate à l’énergie, Chris Huhne, a quant à lui déclaré en 2010 :

  • 54 Voir : http://www.resilience.org/stories/2010-12-17/odac-newsletter-dec-17 (consulté le 15 mars 201 (...)

« Nous ne savons pas exactement à quel moment le pic pétrolier va avoir lieu, ni à quel moment la production pétrolière va commencer à chuter, mais en tant que nation, nous ne voulons pas être pris en otage (…) par ce genre de marchés. »54

35Les villes de Bristol et de Nottingham ont donc fait exception en se positionnant officiellement sur cette question.

36La commande de ce rapport et sa prise en compte dans la conduite des politiques publiques locales ont constitué une étape importante dans l’acceptation et l’appropriation du problème à Bristol. Il a été publié en 2009, alors que le Royaume-Uni, et plus généralement le monde entier, se trouvait dans une situation économique difficile, laquelle se poursuit aujourd’hui. On pourrait penser qu’une crise économique de cette ampleur est un sévère avertissement contre les effets du pic pétrolier, autant qu’une forte incitation à opérer rapidement un changement majeur. Mais, en réalité, ce sont d’autres discours, plus rassurants et plus séduisants, qui gagnent aujourd’hui du terrain dans la société, au risque de compromettre sérieusement toute chance d’action.

La croissance économique d’abord

37Le concept du pic pétrolier tranche avec les fondamentaux modernes reposant sur l’expérience d’une période de prospérité économique ininterrompue et de mondialisation des échanges. Tout comme le réchauffement climatique, le pic pétrolier remet en question le modèle traditionnel autour duquel nos économies et nos services se sont structurés. Alors que tout projet d’aménagement du territoire ou d’investissement vise aujourd’hui à nourrir la croissance économique et la prospérité, la sobriété et la « suffisance » restent des idées marginales, politiquement inacceptables. De manière générale, l’idée de « moins » est difficile à entendre politiquement. Cependant, et non sans ironie, l’austérité économique frappe aujourd’hui durement nombre de villes, de régions et de campagnes qui luttent pour maintenir leur budget équilibré face à l’envolée des prix de l’énergie et des denrées alimentaires. Mais le postulat communément admis reste que, une fois la crise économique passée et le problème de la dette résolu, le système reprendra son cours normal, et que c’est bien entendu à ce cours normal que nous souhaitons retourner.

Une ville n’est pas une île

38Bristol n’est pas un isolat au milieu du vide. S’il existe des domaines dans lesquels une métropole peut se forger une identité particulière par les décisions qu’elle prend, il n’en reste pas moins que la majorité des politiques locales sont dictées ou fortement influencées par la politique nationale. Les investissements dans les grands projets, et notamment dans les grandes infrastructures de transport, sont décidés par le gouvernement national, sur la base de critères nationaux. Les normes régissant les politiques d’aménagement du territoire et le secteur immobilier sont elles aussi déterminées au niveau national. La plupart du travail effectué à Bristol en matière de sécurité énergétique s’inscrit dans le cadre plus large de la politique nationale de lutte contre le réchauffement climatique. Sur ce point notamment, les divisions au sein du Parti conservateur laissent craindre un affaiblissement des politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre, malgré les appels répétés du secteur privé et des commissions parlementaires concernées en faveur d’une clarification des objectifs climatiques. Si un tel changement devait survenir au niveau national, cela aurait des conséquences profondément dommageables pour toutes les initiatives locales visant à réduire notre dépendance au pétrole.

Du pétrole à gogo ?

39Les progrès techniques et la montée du prix du pétrole ont récemment provoqué une spectaculaire envolée de la production en pétroles et en gaz non conventionnels, et particulièrement en pétroles et en gaz de schiste aux États-Unis. Ce développement récent, outre qu’il a clairement enrayé le déclin de la production pétrolière états-unienne, a conduit un grand nombre de gens à espérer un nouveau boum énergétique qui repousserait pour longtemps la menace du pic pétrolier. Mais même si cette histoire a bénéficié d’une immense attention médiatique, et même si elle mérite attention, il faudrait aussi noter que nombre d’experts, y compris au sein d’organisations aussi mainstream que l’Agence internationale de l’énergie, ne prévoient aucun retour durable du pétrole bon marché, et rappellent qu’il y a encore d’énormes incertitudes planant sur le potentiel réel des pétroles de schiste. De façon générale, les meilleurs gisements pétroliers découverts dans les années 1960 et 1970, bon marché et techniquement faciles à extraire, doivent de plus en plus être remplacés par des gisements en pétrole non conventionnel, ou situés en eau profonde, bien plus chers et plus difficiles à extraire, au prix de risques accrus pour l’environnement.

Conclusion : et maintenant ?

40En 2012, Bristol a été la seconde ville du pays, après Londres, à organiser des élections municipales au suffrage universel direct. Le nouveau maire, George Ferguson, est localement bien connu comme entrepreneur, mais aussi reconnu pour ses engagements en faveur d’un monde soutenable. Il a été élu après s’être présenté comme candidat indépendant, et ses premières déclarations ont porté sur le versement de son indemnité mensuelle en livres de Bristol, sur la fin de la gratuité du stationnement le dimanche en centre-ville, et sur le fait que Bristol « chercherait à créer des zones piétonnes dans certaines zones du centre-ville chaque premier dimanche du mois, prenant exemple sur notre ville jumelée, Bordeaux » (Bristol Post, 2012). Pour le moment, l’équipe municipale de Bristol ne dispose d’aucune nouvelle compétence, mais le gouvernement national s’est déclaré disposé à négocier sur le sujet.

41Cependant la poursuite des initiatives lancées à Bristol en matière de résilience énergétique sera surtout fonction du dynamisme et de l’innovation des personnes et des communautés locales investies sur le territoire. Politiquement, il y a aujourd’hui une conjonction de conditions qui permettrait la mise en œuvre de politiques publiques qui feraient de Bristol une métropole plus résiliente, et qui en feraient une ville à la pointe des efforts pour davantage de soutenabilité. Mais alors cela devra se faire dans un contexte de coupes budgétaires et d’austérité. Un véritable changement nécessiterait maintenant que nous réexaminions nos routines politiques, le business as usual, et que nous nous interrogions sur le sens à donner à la prospérité dans les années à venir. Assurément, ce serait exaltant.

Bibliographie

Agence internationale de l’énergie (AIE), 2000, World Energy Outlook 2000. http://www.iea.org/media/weowebsite/2008-1994/weo2000.pdf (consulté le 18 janvier 2016).

Agence internationale de l’énergie (AIE), 2008, World Energy Outlook 2008. http://www.worldenergyoutlook.org/media/weowebsite/2008-1994/weo2008.pdf (consulté le 18 janvier 2016).

Benes (James) et al., 2012, The Future of Oil : Geology versus Technology, IMF Working Paper. http://www.imf.org/external/pubs/ft/wp/2012/wp12109.pdf (consulté le 18 janvier 2016).

Bristol City Council, 2011, Bristol Development Framework Core Strategy. https://www2.bristol.gov.uk/committee/2011/ta/ta000/0621_7b_appendixa.pdf (consulté le 18 janvier 2016).

Bristol Post, 2012, « Bristol Mayor George Ferguson sworn in and scrapping Sunday parking charges ». http://www.bristolpost.co.uk/Bristol-Mayor-George-Ferguson-sworn-scrapping/story-17363216-detail/story.html (consulté le 15 mars 2016).

Brown (Gordon), 2004, « Pre-Budget Report Speech ». http://www.theguardian.com/politics/2004/dec/02/economy.uk (consulté le 15 mars 2016).

Carey (Joy), 2011, Who Feeds Bristol ? Towards a Resilient Food Plan. http://www.bristolfoodnetwork.org/wp2/wp-content/uploads/2015/02/Who-feeds-Bristol-report.pdf (consulté le 18 janvier 2016).

Hamilton (James D.), 2009, « Causes and Consequences of the Oil Shock of 2007-2008 », Brooking Papers on Economic Activity, Spring : 215-283. http://www.brookings.edu/~/media/projects/bpea/spring%202009/2009a_bpea_hamilton.pdf (consulté le 18 janvier 2016).

Lerch (Daniel), 2007, Post Carbon Cities : Planning for Energy and Climate Uncertainty, Sebastopol, New Society Publishers.

Minshul (Alex) et al., 2015, Our Resilient Future : A Framework for Climate and Energy Policy, Bristol City Council.

Osborn (Simone) et al., 2009, Building a Positive Future for Bristol after Peak Oil, sine loco, The Bristol Partnership & Bristol Green Capital inspiring change.

Semal (Luc), 2012, Militer à l’ombre des catastrophes. Contribution à une théorie politique environnementale au prisme des mobilisations de la décroissance et de la transition, thèse de doctorat en science politique, université de Lille II.

Semal (Luc), 2015, « Villes en transition », in Bourg (Dominique) & Papaux (Alain), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, PUF : 1044-1047.

Szuba (Mathilde), 2014, Gouverner dans un monde fini. Des limites globales au rationnement individuel, sociologie environnementale du projet britannique de politique de Carte carbone (1996-2010), thèse de doctorat en sociologie, université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne.

The Economist, 1999, « The next shock? ». http://www.economist.com/node/188181 (consulté le 18 janvier 2016).

The Guardian, 2012, « Mayor to take salary in Bristol Pounds ». http://www.guardian.co.uk/uk/2012/nov/20/mayor-salary-bristol-pounds?CMP=twt_gu (consulté le 18 janvier 2016).

UK Industry Taskforce on Peak Oil and Energy Security (UK ITPOES), 2008, The Oil Crunch : Securing the UK’s Future. http://aie.org.au/AIE/Documents/The_Oil_Crunch.pdf (consulté le 18 janvier 2016).

Notes

38 NdT : Simone Osborn est la principale rédactrice de ce rapport. Ce chapitre est le texte de son intervention à Lille, le 15 décembre 2011, lors de la journée d’études « Territorialisation des démarches de sobriété », qui expliquait l’origine de ce rapport atypique et la démarche collective du groupe de travail qui a préparé sa rédaction. Le texte a été traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Léa Bouguyon et Luc Semal.

39 Voir : http://bristolgreencapital.org/ (consulté le 18 janvier 2016). (NdT : Bristol a ensuite remporté ce concours, et est ainsi devenue la Capitale verte de l’Europe pour l’année 2015).

40 Voir : http://www.transitionbristol.net/ (consulté le 18 janvier 2016). (NdT : voir aussi Semal, 2015).

41 Voir : http://www.postcarbon.org/ (consulté le 18 janvier 2016).

42 Sur cet épisode dit des « fuel protests » en 2000, voir le chapitre 2 de Mathilde Szuba dans ce volume.

43 NdT : sur le rôle des récits catastrophistes dans les initiatives locales de transition, voir Semal (2012 : 481-520).

44 Voir : http://bristolfoodpolicycouncil.org/ (consulté le 18 janvier 2016).

45 Voir : http://www.cse.org.uk/projects/view/1156 (consulté le 18 janvier 2016).

46 Voir : http://news.bristol.gov.uk/bristol-secures-funding-to-develop-energy-services-company--a-uk-first-for-local-government (consulté le 18 janvier 2016).

47 Voir : http://www.bristolenergynetwork.org/ (consulté le 18 janvier 2016).

48 Voir : http://www.bristolgreendoors.org/ (consulté le 18 janvier 2016).

49 Voir : http://www.bristolenergy.coop/ (consulté le 18 janvier 2016).

50 Voir : http://www.demandenergyequality.org/ (consulté le 18 janvier 2016).

51 Voir : http://bristolpound.org/ (consulté le 18 janvier 2016).

52 Voir : http://bristolindependents.co.uk/ (consulté le 18 janvier 2016).

53 NdT : concernant la position des principaux partis politiques britanniques sur le pic pétrolier, voir Szuba (2014 : 177-183).

54 Voir : http://www.resilience.org/stories/2010-12-17/odac-newsletter-dec-17 (consulté le 15 mars 2016).

Auteur

Consultante indépendante et travaille au Royaume-Uni sur les enjeux de soutenabilité. Elle est la principale auteure du rapport Building a Positive Future for Bristol after Peak Oil, publié en 2009.

© Éditions Quæ, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search