Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sobriété énergétique

 | 
Bruno Villalba
, 
Luc Semal

Partie I - Dimensions politiques de la sobriété

Chapitre 1 - Politiser la sobriété

Bruno Villalba

Texte intégral

« Il n’y a plus de conditionnel ici, plus de "si" mais seulement encore un "quand". » (Günther Anders, La Violence oui et non, 2014 : 131).

« L’exercice de la démocratie est indissociable de l’existence d’une technique à basse consommation énergétique. » (Ivan Illich, Énergie et équité, 1973 : 15).

1Politiser la sobriété consiste à interroger les conditions d’une mise en débat de cette notion, d’en examiner la possible intégration dans le mécanisme décisionnel démocratique et d’en saisir l’effet perturbateur dans la production de politique publique. En ce sens, débattre de la sobriété nécessite une méthode collective de négociation de la contrainte matérielle dans un contexte de finitude énergétique (Bourg et Papaux, 2010). La politisation se construit comme un mécanisme collectif de problématisation, qui vise à produire des solutions (Lagroye, 2003 : 359-385).

2La politisation de la sobriété permet de mettre en lumière les référentiels croissantistes implicites de nos politiques publiques. Elle offre la possibilité d’accentuer la confrontation entre cet idéal de croissance et la réalité de la finitude des ressources non renouvelables. Le débat sur la question énergétique permet en conséquence de dépasser la seule question de l’optimisation de l’utilisation (efficience), pour atteindre une réflexion qui porte sur l’usage (besoin/désir). Par son omniprésence dans l’ensemble des activités sociales (mobilité, alimentation, échanges affectifs, transactions, loisirs, etc.), l’énergie institue une forme d’organisation sociale qui incite à satisfaire ses désirs et amène à l’accumulation consumériste ; bien au-delà de la seule question des besoins. Bien sûr cette capacité est inégalement répartie ; mais ce qui compte est d’accorder toute son importance à la promesse de bien-être générée par l’abondance énergétique. La valorisation par les discours politiques d’une énergie toujours plus abondante traduit en réalité cette valeur fondamentale de notre système démocratique : la satisfaction des désirs exprime au plus haut point l’accomplissement de notre destin d’individu. La croissance de la production d’énergie ne constitue qu’une méthode pour parvenir à la satisfaction constante de nos désirs. Mais cela a entraîné, comme le démontre l’historien de l’environnement John McNeill (2007), une dépendance aux énergies fossiles. Nous sommes désormais contraints d’assumer une confrontation réaliste aux conséquences de cette dépendance. La reconnaissance préalable que l’abondance énergétique est confrontée à une finitude matérielle des ressources est nécessaire (Debeir, Deléage et Hémery, 1992). Il est certes difficile de bousculer ainsi la représentation de notre rapport à l’énergie, façonnée par plusieurs siècles de puissance énergétique (Gras, 2007). En insistant sur l’importance de gérer la rareté effective (et non celle produite artificiellement par le système industriel), la sobriété offre la possibilité de mettre en relief les conditions profondes de notre dépendance énergétique. Elle permet alors de construire une offre politique adaptée à cette contrainte matérielle, en élaborant démocratiquement les conditions d’un renoncement à l’abondance énergétique et à l’accumulation consumériste. Cela n’est pas chose aisée :

« L’homme moderne a du mal à penser le développement et la modernisation en termes d’abaissement plutôt que d’accroissement de la consommation d’énergie. » (Illich, 2005a : 490).

3Il convient alors de tenir compte du contexte dans lequel s’élabore cette politisation. C’est en quoi l’enjeu énergétique prend tout son intérêt, puisqu’il permet d’examiner les termes du décalage entre la production de discours politiques qui mobilisent la question de l’urgence écologique (et notamment sur la raréfaction des ressources non renouvelables), les réponses adoptées par le pouvoir politique (les choix énergétiques) et les temporalités de cette adaptation. Les acteurs politiques reconnaissent que nous sommes dans une situation de contrainte matérielle croissante et que cela implique une évolution des processus décisionnels liés à la gestion énergétique et aux politiques sociales (notamment autour des conditions d’accès et d’utilisation de l’énergie).

4Désormais, pour paraphraser Günther Anders (2014 : 131), la question n’est plus « Et si ? », mais « Quand et comment ? ». Ce n’est pas tant de savoir si les institutions devront gérer les conséquences matérielles de la finitude énergétique, mais plutôt d’anticiper comment pourra se négocier la répartition des efforts de sobriété quand la concrétisation de cette finitude ne permettra plus aux décideurs de temporiser. La mise à l’agenda de la sobriété énergétique pourrait alors être l’occasion d’initier une négociation pour une répartition plus équitable des efforts de réduction des consommations énergétiques sur un territoire. Mais elle est alors une interrogation profonde sur les conditions de constitution de notre bien-être.

5Dans cette optique, la sobriété interroge les conséquences des contraintes écologiques sur l’organisation du système social, qui est lui-même fondé sur la consommation énergétique. C’est une démarche proprement politique puisqu’elle questionne les fondements mêmes de la démocratie moderne, non plus simplement dans ce qu’elle promet comme projet d’abondance et de bonheur, mais dans sa capacité effective à assurer la réalisation de ce projet. La sobriété peut alors être définie comme un processus volontaire de négociation sociale pour réduire les consommations d’énergie, mais qui ne saurait cependant être compris indépendamment du contexte global de contraction énergétique et économique qui s’impose aux acteurs. Par conséquent, ce processus ne peut avoir de sens que s’il s’accompagne d’une réflexion proprement politique sur les conditions d’un partage équitable de la ressource énergétique, à partir d’un débat sur les modalités de réduction équitable, collective et individuelle de la consommation énergétique. Ainsi, la sobriété devient un instrument politique de résilience démocratique mobilisable quand la contrainte énergétique s’accroît.

6La politisation de la sobriété suppose d’interroger les cadres dans lesquels le débat politique s’inscrit ; en cela, elle représente tout d’abord un intérêt pédagogique, qui consiste à rendre visible, concrète et effective notre dépendance à l’énergie. Ensuite, elle interroge les causes de notre dépendance à l’énergie ; celles-ci prennent naissance dans notre quête de satisfaction des besoins liés à notre mode de vie moderne. Pour interroger ces fondements de notre organisation politique, il convient de créer une scène polémique commune, c’est-à-dire construire un espace permettant de délibérer sur les justifications et les conditions d’application équitable de la sobriété. Pour autant, la politisation ne peut se faire sans limites temporelles ; l’appropriation de la sobriété nécessite de négocier dans un temps compté. Le débat sur la question énergétique peut alors déboucher sur une institutionnalisation propice à l’établissement de nouveaux référentiels des politiques publiques. Ce qui n’est pas simple, alors que l’imaginaire techniciste domine toujours chez les décideurs politiques. Finalement, politiser la sobriété permet de reconsidérer les contours de l’autonomie de l’individu dans l’espace démocratique ajusté aux contraintes environnementales.

Rendre visible notre dépendance à l’énergie

« Aucun habitant du monde industrialisé ne peut décider si, dans la vie quotidienne, il veut ou doit utiliser le gaz, l’électricité ou l’eau courante. Il le doit. Et il doit volontiers. » (Anders, 2002 (1956) : 427).

7La sobriété procède comme un révélateur de cette dimension supraliminaire de l’énergie, pour reprendre un terme employé par Günther Anders : une réalité trop grande pour être vraiment perceptible par l’individu (Anders, 2004 : 71-72). Supraliminaire dans son existence mais aussi dans ses conséquences : les usages de l’énergie, les effets de l’énergie, les possibilités offertes par sa présence et sa puissance dépassent les limites de notre compréhension, car ils dépassent celles de notre perception comme de notre imagination, excédées par l’omniprésence de ces effets dans le temps (on songe à la durée de vie des déchets nucléaires), dans l’espace (la ville illuminée, la campagne éclairée…), comme dans les moindres interstices de notre vie sociale. Françoise Zonabend (2014) a mis en évidence ces multiples stratégies d’évitement qui visent à minimiser le risque. Surtout, elles permettent à chaque sujet de dissocier sa propre intimité de l’existence de l’usine atomique (notamment les riverains ou les travailleurs des centrales). Cette mise à distance est encore plus importante dès lors qu’il s’agit de relier la question énergétique à ses impacts sur les écosystèmes.

8Au contraire, la sobriété contribue à rematérialiser l’enjeu énergétique, c’est-à-dire à permettre au sujet (et non plus simplement à l’acteur réduit au consommateur) de reconstruire le lien qui existe entre la consommation énergétique et les conditions de production de ces énergies. Ce faisant, il ne s’agit plus de débattre sur plus d’énergie, mais d’inclure dans le débat les conséquences écologiques et sociales de cette abondance énergétique. Ainsi, la chaîne des conséquences est interrogée au détriment d’une approche technique qui segmente le débat (Barthe, 2006). La sobriété offre alors une dimension réellement matérielle à l’énergie (le manque, la restriction, le choix de l’utilisation d’une ressource et non plus son automaticité). La sobriété opère un travail de minimisation — selon le terme d’Anders (2006 : 189-202) — qui permet de donner une forme sensible à la relation entre l’énergie et les pratiques sociales.

Débattre des besoins et de leurs conséquences

  • 5 Le besoin ne répond pas simplement à une construction pyramidale simplificatrice, telle que popular (...)

9Selon Illich, l’individu moderne se trouve désormais défini par le besoin (Illich, 2010 : 211-227). Il ne s’agit pas du besoin qui correspondrait à ce qui pourrait être jugé comme nécessaire à l’établissement du bien-être5, mais davantage de la construction d’une nécessité imposée par l’organisation du système économique. La réalisation de nos besoins est une quête perpétuelle, car nous vivons dans un régime de frustration permanente, créé par la société de consommation. Mais cette ronde des besoins n’est pas sans conséquences, notamment sur le plan écologique.

10Or, comme le souligne la philosophe Corine Pelluchon :

« La sobriété implique un sentiment d’épanouissement lié à la tempérance. Cette vertu suppose un ensemble de représentations et un élargissement du sujet qui devient capable de s’intéresser à autre chose qu’à lui-même. Les affects sont seconds, comme chez Spinoza : l’envie est une passion triste produite par un rapport à soi où l’on se perçoit comme un empire dans un empire. Les individus ne modifieront pas leur style de vie sans une réforme intérieure, et donc sans une éthique qui désigne un processus de transformation de soi. » (Pelluchon, 2017, nous soulignons).

11La sobriété interroge les objectifs de vie : de quoi avons-nous besoin et en quelle quantité ? Ce faisant, c’est le processus continu de dérivation des besoins au cœur du projet de la modernité technique qui est interpellé. Les outils techniques se sont multipliés pour satisfaire aux exigences de mieux-vivre de l’humanité, et n’ont cessé d’étendre leurs domaines d’intervention (de l’habitat à la culture, de l’alimentation aux loisirs…). Cette dérivation tend à opérer une confusion entre les notions de besoin et de désir, ce que Jean Baudrillard (1990) avait déjà montré dès le début des années 1970. Olivier Le Goff explique comment la mesure du besoin a été objectivée pour les individus par la mesure de l’accessibilité aux signes représentant la satisfaction du confort : objets, formes de l’habitat, accès aux énergies… Ce confort va signifier — objectivement parce que matérialisé à travers la possession et l’usage d’objets — le bien-être. Il va peu à peu investir la sphère de l’intime, puisqu’il associe les moindres des pratiques corporelles (toilette, repas, mobilité) avec l’aisance sociale (Le Goff, 1994). Mieux encore, l’insalubrité n’est plus simplement une question d’hygiène : elle est surtout le signe d’une déficience du projet démocratique et productiviste, précise Pascale Dietrich-Ragon (2011).

  • 6 Voir : http://www.onpes.gouv.fr/IMG/pdf/WEB_Rapport_2014_2015.pdf (consulté le 15 avril 2015).

12Le confort matériel est devenu progressivement la norme du bien-être. Le droit au confort, précise Le Goff, s’impose ainsi comme une référence dans l’élaboration des logements sociaux : accès à l’eau courante, au chauffage, à l’ascenseur, au parking, etc. Le neuvième rapport de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES) est consacré aux résultats d’une recherche menée depuis trois ans pour évaluer les budgets de référence nécessaires pour une participation effective à la vie sociale. Il tente de saisir les conditions d’une vie sociale optimisée à travers certaines pratiques : mobilité, habillement, etc. La question énergétique apparaît comme transversale : toutes ces pratiques s’effectuent par le biais d’une consommation énergétique. Malheureusement, le rapport tend à diluer ce lien et à n’en faire apparaître que la part de contrainte budgétaire6. La recherche du confort n’est pas simplement une question d’accès effectif à certains éléments matériels ; elle est surtout perçue comme une question de degrés, d’intensité dans leurs utilisations (Chessel, 2012). Ainsi, le ressenti vis-à-vis de la chaleur ou du froid, du propre ou du sale, du suffisant ou du nécessaire, de l’utile ou du futile, n’est pas aussi simple à apprécier.

13Or, la massification de la production et de la diffusion de ces signes matériels du bien-être est rendue possible par l’usage intensif de l’énergie. Bien évidemment, cette intensification de l’usage énergétique à travers les signes matériels de ce bien-être évite pendant de nombreuses années toute question sur les conséquences écologiques d’une telle évolution (Dujin, Maresca et Picard, 2009). Il ne s’agit plus simplement de promouvoir les conditions d’un confort indéfiniment étendu à chacun, et d’en faire la finalité de tout programme politique, mais de considérer que les contraintes de la production d’énergie — et ses conséquences écologiques — interrogent la possibilité de maintenir cette finalité consumériste. Or, Bruno Maresca (2014) rappelle que la sobriété énergétique est très mal perçue, et non envisagée, car elle conduirait à modifier nos modes de vie et en particulier notre confort…

  • 7 Par exemple, profiter au maximum de la lumière naturelle pour s’éclairer, bien régler la températur (...)

14La sobriété énergétique consiste ainsi en une réévaluation des besoins et/ou en une modification profonde des comportements quotidiens, ayant comme finalité de réduire la dépendance énergétique par des comportements rationnels et par des choix individuels et sociétaux7. Il s’agit là d’un changement comportemental et sociotechnique qui peut accompagner une transition technologique (Geels, 2002 : 1257-1274). Plus précisément, cela consiste à entrer dans une dynamique descendante volontaire de réduction de sa consommation, liée à la prise en compte des limites de notre capacité à étendre constamment l’accès à l’énergie et des coûts environnementaux qui en résultent (Arnsperger et Bourg, 2014 : 43-57). Ce cadrage matérialiste de la sobriété pourrait ainsi permettre d’internaliser les contraintes exogènes dans les situations vécues : comment passe-t-on d’un simple discours égrenant les tensions énergétiques à une modification de son propre rapport à l’énergie, dès lors que l’on peut établir un lien sensible entre ses pratiques et leurs rapports immédiats à l’énergie ? La sobriété est le fait d’agir sur les usages que nous faisons des équipements techniques à notre disposition, et donc d’en interroger la finalité au regard non seulement des normes de confort immédiates, mais aussi des conséquences sur le plan écologique. La sobriété se construit alors comme une méthode collective de négociation de la contrainte matérielle dans un contexte de finitude énergétique.

Créer une scène polémique commune

15Politiser la sobriété est une manière de configurer les enjeux énergétiques auxquels nous sommes confrontés. Ce faisant, nous pouvons aboutir à ce que « les sujets politiques puissent s’assurer une prise sur eux et se réapproprier leurs capacités de penser, d’imaginer, de sentir et d’agir en créant une scène polémique commune » (Afeissa, 2014 : 250). Mettre en débat à partir des contraintes environnementales est essentiel, notamment si l’on veut constituer une « scène polémique commune » qui puisse effectivement faire émerger un cadre de discussion profond. Ainsi, on évite d’euphémiser les termes du débat. On ne participe plus à leur constante relégation. Mettre en débat la sobriété supposerait une introspection profonde de nos référentiels en matière de confort, d’abondance et d’utilité. Il faut imaginer des procédures de délibération, de concertation, d’expertise même et de décision qui feront de la sobriété un enjeu partagé, et équitablement distribué. Cette déduction rationnelle (les limites) débouche sur une obligation relationnelle : les conditions d’un partage en équité (Bourg et Papaux, 2010).

16La proposition d’un cadrage est essentielle dans la possibilité d’élaborer une procédure délibérative permettant effectivement d’internaliser l’idée de la contrainte écologique : rendre présentes les conséquences, sur un territoire, au sein des interactions sociales immédiates. Comme nous le montrent les exemples des Villes en transition (Semal, 2015 ; Alloun et Alexander, 2014 ; Barnes, 2015 ; Faburel, 2018, ce volume), les procédures délibératives doivent parvenir à partager une représentation commune des trajectoires de sobriété ; ces trajectoires étant entendues comme un processus socio-politique de négociation et de coordination visant à instituer un partage équitable des efforts de réduction des consommations d’énergie, par une mise en délibération de la stratégie d’adaptation territoriale, équitable et maîtrisée, au contexte de contraction matérielle liée au pic pétrolier. Les méthodologies appliquées dans les Transition Towns permettent de constituer des arènes de débat facilitant cette confrontation entre une intention (la maîtrise de la dépendance énergétique) et une réalité matérielle (le pic pétrolier), mais aussi de canaliser les interrogations en proposant un cadre d’action collectif et de gérer les émotions suscitées (angoisse, peur, etc.).

17Ainsi, la dimension procédurale (que l’on retrouve à travers la multiplication des invocations à la démocratie participative) peut être adaptée aux contraintes matérielles, à condition cependant de dépasser la simple approche performative de l’approche dialogique. La sobriété ne peut résulter d’une imposition normative. Elle doit faire l’objet d’importantes négociations collectives : la contrainte qu’elle porte (autolimitation, renoncement…) ne fait l’objet d’une acceptation que si elle s’accompagne d’une réflexion conséquente sur les conditions de sa répartition sur tous les agents sociaux. Autrement dit, elle est mieux acceptée si elle est perçue comme favorisant un rééquilibrage de l’égalité sociale…

18Soulignons que lors de la réalisation du programme de recherche « Sobriétés » (Semal, Szuba et Villalba, 2014) aucun des acteurs (associations, collectivités territoriales, chercheurs) avec qui nous avons travaillé pendant trois ans n’a exprimé de rejet définitif à l’égard de la sobriété, dès lors qu’un temps d’acculturation avait permis d’élargir le champ de sa compréhension. Cela élargit l’espace de la représentation de la notion, en lui conférant notamment une perspective plus politique (comme la négociation collective de la répartition des ressources et l’accès équitable aux flux d’énergie, ou bien encore les effets rebond de notre dépendance sociale à la ressource non renouvelable, etc.). Le travail collectif mené sur la sobriété a ainsi permis de faire émerger un consensus minimal sur l’intérêt de mobiliser cette notion pour interroger les finalités de notre relation multiple à l’énergie. Il est aussi possible de construire des outils collaboratifs permettant d’impliquer les acteurs concernés en les faisant élaborer des scénarios prospectifs sur les évolutions de l’offre énergétique (Godet, 1983 : 110-120). Par exemple, des étudiants de Sciences Po Lille ont travaillé sur la scénarisation des conséquences du pic pétrolier dans la métropole lilloise. Ils ont expérimenté les méthodes d’animation appliquées dans le mouvement des Villes en transition et notamment celles de la ville de Totnes (Hopkins, 2010) : une démarche de storytelling les amenant à rédiger des journaux municipaux lillois de 2030, pour raconter ce que pourrait alors être la vie quotidienne avec radicalement moins d’énergie disponible.

19Les réflexions portant sur la vulnérabilité des collectivités (mais aussi des acteurs privés) aux chocs énergétiques, ou sur les politiques de rationnement décidées en temps de crise, témoignent de l’importance des efforts de sobriété qui peuvent être socialement négociés lorsqu’une contrainte matérielle l’impose, selon ce qui pourrait être défini comme une « Maîtrise de la demande énergétique (MDE) de crise ». Ces éléments permettaient de constituer des bases programmatiques justifiant la possibilité d’un prolongement institutionnel de ces questions. Ni l’hypothèse d’une mise en débat, ni même les propositions plus radicales des politiques de rationnement ne peuvent être disqualifiées a priori, au motif que de telles propositions pourraient constituer des formes de négation des procédures décisionnelles classiques. De telles options supposent l’adoption de procédures de mise en débat des contraintes matérielles. Ces dimensions procédurales ne doivent pas simplement insister, comme c’est trop souvent le cas, sur l’association purement consultative des acteurs mobilisés. Il est ici essentiel d’interroger la capacité de résilience du territoire à partir des contraintes exogènes posées par les pressions énergétiques.

  • 8 Nous prenons appui sur certaines conclusions du programme de recherche « Sobriétés », qui consistai (...)

20Dès lors, loin de constituer une forme de négation du débat politique, la sobriété participe à l’élaboration d’un espace de controverse qui permet d’interroger les conséquences d’une prise en compte effective des limites environnementales8. Elle offre la possibilité de questionner les solutions à adopter pour renforcer les interactions fragilisées entre les espaces sociaux et naturels. Les limites matérielles ne sont plus alors simplement assujetties à des solutions techniques mais se trouvent au cœur même de l’espace de débat.

Négocier dans un temps compté

21La sobriété met en débat l’imaginaire de la décision publique encore largement empreint d’une vision cornucopienne de l’énergie, de croissance matérielle et d’abondance énergétique — tout cela valorise un temps sans limites... La notion de développement durable a certes introduit dans le débat public l’importance d’une renégociation collective sur les échelles de temps dans la décision publique. Le court terme est désormais indissociable du long terme, du moins si l’on en croit l’articulation réalisée entre la solidarité intergénérationelle et intragénérationelle. Mais, au vu du bilan de ces politiques et des risques d’impasse des négociations internationales ou du temps long pour espérer en voir les effets, il convient de saisir les temps de la décision à la hauteur d’une autre échelle. On peut ainsi interroger les temporalités d’élaboration d’une politique publique, ente le temps de l’éducation, de la socialisation, et de la transformation des pratiques environnementales (Grumiaux et Matagne, 2009).

  • 9 Rumpala (2010) traite du « Gouvernement du changement », qui permet une reformulation du bien comm (...)
  • 10 Positions critiques vis-à-vis du marché et revendication d’une accessibilité la plus large possible (...)

22En cela, la sobriété permet la réalisation immédiate d’un choix, qui consiste à enclencher une réduction de la dépendance énergétique. À partir de ces questions, il est difficile de résumer l’approche par la sobriété à une simple extension des politiques environnementalistes visant à responsabiliser les citoyens vis-à-vis de leurs pratiques énergétiques. Il ne faut pas négliger cette responsabilisation, en ce qu’elle valorise par exemple le sentiment d’une situation partagée qui implique un comportement solidaire intragénérationnel et intergénérationnel9. Alors que les messages incitatifs produisent le sentiment qu’il reste une possibilité de négocier à l’infini nos modes de consommation, la sobriété pose l’hypothèse qu’il faut réinterroger dès aujourd’hui les capacités de négocier nos choix de consommation. Les instruments de conviction utilisés par les pouvoirs publics, par les opérateurs du marché de l’électricité, mais aussi par de nombreuses associations, participent à la production de multiples registres visant à agir ; tout en demeurant liés à l’hypothèse que les ménages restent en capacité de sélectionner parmi ces incitations (dont on pourrait aussi soulever souvent le caractère antagoniste10) et que le choix de s’y conformer ou pas reste une liberté fondamentale. Ce faisant, les objectifs préconisés par ces invitations sont ainsi différés… Alors même qu’elles mobilisent les discours de l’urgence et de la nécessité d’agir, dès maintenant (Villalba, 2015 : 56-63 ; Bourg, 2012).

Institutionnaliser la sobriété

23La politisation ne concerne pas que la seule phase de mise en débat d’une question ; les conditions de son intégration dans l’appareil décisionnel sont tout aussi concernées. La politisation passe par la construction d’une parole publique, avec un portage institutionnel suffisant pour lui conférer une véritable légitimité. Une politique de sobriété passe par la constitution d’un leadership qui permette de mobiliser la puissance publique au service d’un projet clairement identifié (Smith et Sorbets, 2003). On pressent la difficulté de ce portage institutionnel : l’imaginaire des responsables politiques n’est pas très proche des options politiques issues de la sobriété… La conversion des élites n’est cependant pas une condition première. Il est davantage essentiel de pouvoir disposer d’un accompagnement institutionnel dans le développement de méthodes de mise en débat et de favoriser le déploiement d’un cadre conceptuel (les limites et leurs conséquences) ainsi que d’adopter des méthodes adaptées : procédures participatives, expérimentations, modélisations, etc.

24Qu’en est-il de cette institutionnalisation au sein du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais ? Au terme de notre programme de recherche (Semal, Szuba et Villalba, 2014), nous ne pouvons que constater le faible portage institutionnel de la sobriété, alors même que le contexte régional, national et international (avec la mise à l’agenda de la transition écologique et énergétique) pourrait plaider plutôt pour une prise en compte effective de cette perspective. Derrière le relatif succès du mot, nous enregistrons peu de modifications des discours et des imaginaires de l’énergie. La tentation est grande de rester dans le « et si » (« si nous choisissions la sobriété… »). Le principal obstacle à l’institutionnalisation d’une politique locale de sobriété énergétique semble être la réticence des acteurs institutionnels eux-mêmes à endosser ce cadre théorique, au-delà du simple discours, jusqu’à en assumer les conséquences matérielles : une renégociation profonde de notre rapport collectif à l’énergie, en rupture avec l’imaginaire d’abondance, de confort et de disponibilité énergétique qui domine aujourd’hui encore le projet démocratique moderne.

  • 11 Membre des Verts, maire de Loos-en-Gohelle, vice-président du conseil régional du Nord-Pas-de-Cala (...)
  • 12 Interview de Jean-François Caron dans La Voix du Nord, 2 avril 2013, « Les maison sans chauffage : (...)

25Ainsi, force est de constater que, en matière de MDE, la priorité donnée actuellement aux politiques en faveur de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables entretient l’idée que des aménagements essentiellement techniques permettront de remettre à plus tard la renégociation — potentiellement douloureuse — de notre rapport collectif à l’énergie. La prépondérance des approches techniques de la MDE entretient ainsi un imaginaire de la disponibilité énergétique, potentiellement infinie, dans lequel l’idée de sobriété ne peut guère avoir de sens collectif. Jean-François Caron11, après avoir reconnu que l’énergie « structure complètement notre modèle économique »12 et qu’une telle relation n’est plus viable, estime, à propos de la sobriété énergétique :

« C’est compliqué, la sobriété fait peur, on imagine tout de suite beaucoup de contraintes et une altération de notre confort de vie. Ce qui est faux. Il faudrait trouver un autre terme pour une notion aujourd’hui obligatoire. »

26Cet exemple, exprimé par un responsable politique qui s’est distingué dans son action d’élu par son travail de promotion de politiques de développement durable (Caron, 2010) et qui ne rechigne pas à employer le vocable de « sobriété » dans ses interventions, est significatif de la difficulté récurrente qui concerne les modalités d’internalisation des limites écologiques dans le débat public.

  • 13 Voir le chapitre 6 intitulé « Prolonger l’imaginaire énergivore : le choix de la Troisième Révoluti (...)

27La mise à l’agenda de la « Troisième Révolution industrielle » (TRI) sous l’impulsion du prospectiviste et homme d’affaires états-unien Jeremy Rifkin (2012) illustre cette priorité accordée aux solutions techniques13. À rebours de la politisation, ce programme contribue au contraire à dépolitiser la question énergétique, notamment en dissociant les conséquences des innovations techniques sur l’organisation sociale et en minimisant l’impact des pressions anthropiques. Le consensus actuel des décideurs régionaux résulte davantage d’un conformisme cognitif, qui a produit ou entretenu une dépolitisation croissante de l’enjeu énergétique.

  • 14 Le débat sur le climato-scepticisme peut ainsi se comprendre comme cette tension entre un idéal de (...)

28En cela, la sobriété fonctionne comme un révélateur de sens. Elle interroge le contenu de nos politiques publiques, notamment dans le lien établi entre la production de l’énergie et l’amélioration de la qualité de vie des individus via leur consommation énergétique (même maîtrisée). Elle interroge le sens, c’est-à-dire la capacité de cette offre politique à pouvoir maintenir, en équité, l’orientation de politiques qui ne cessent d’augmenter la pression sur les milieux naturels (Hoeschele, 2011). Mais le débat sur la sobriété est confronté à l’imaginaire dominant de l’innovation technique, qui dispose d’un ancrage institutionnel bien plus ancien et puissant (Gras, 2003), ainsi que d’espaces médiatiques plus larges14.

  • 15 Voir l’encadré 5.1 intitulé « Quand la politique énergétique de l’UE ignore la sobriété énergétique (...)

29Ensuite, la sobriété met en lumière les rapports spécifiquement marchands liés à l’usage énergétique. La précarité énergétique montre l’extension des champs possibles des conditions de production d’inégalités sociales. Le pic pétrolier a déjà pour conséquence un accroissement de la précarité énergétique, qui peut être compris comme une répartition inéquitable des efforts de sobriété : le basculement de populations parmi les plus fragiles dans une situation de sobriété purement contrainte, sans possibilité de négociation sociale. En cela, cette forme de précarité démasque les conditions d’une production commerciale de l’énergie. La consommation énergétique est non seulement moralement permise mais surtout encouragée. Le macro-système technique participe à ce travail d’invisibilisation du marché économique que représente l’énergie. Avec cette idée faussement égalitariste (l’accès à l’énergie comme prolongement de l’extension des droits sociaux), on évacue un peu facilement les contraintes économiques de ce marché. Il n’y a là aucune communauté consensuelle d’intérêt : la production énergétique est un marché extrêmement concurrentiel, et l’ouverture de ce secteur à la compétition économique est devenue l’une des priorités de l’Europe15. L’extension de la production énergétique va dans le sens des intérêts du productivisme parce que cette extension est la condition pour continuer à produire. La production énergétique, la modification du processus énergétique ou la recherche de l’efficacité énergétique participent aux intérêts du productivisme : la consommation énergétique participe à l’instauration d’un régime de consommation matérielle permanent. Avec la TRI, il s’agit bien d’étendre, encore, le plus haut niveau de consommation individuelle, ce qui signifie un plus haut degré de consommation industrielle (Illich, 2005a : 578). C’est le caractère incessant de la consommation qui assure la permanence même du système productif énergétique.

30On le voit, la sobriété est une question politique avant d’être une question d’efficacité technique. Elle interroge la condition même de la continuité d’un modèle économique fondé sur le rythme de consommation ; et bien évidemment le gain économique issu de cette production, ainsi que la question de la répartition équitable de ce gain. On comprend pourquoi alors la TRI accompagne parfaitement le mécanisme d’extension du capitalisme et participe à cette extension qualitative du modèle de la consommation énergétique. Disqualifier la sobriété c’est, de ce point de vue, maintenir une situation de statu quo, et ainsi maintenir un certain monopole radical de production.

31Le choix de la sobriété, au détriment d’une vision techniciste, permet de saisir combien le rapport à l’énergie est une question politique, pouvant mobiliser des visions idéologiques globales en compétition. Il ne s’agit pas simplement de s’arrêter à une vision technocratique — qui préconise une extension de la consommation énergétique au regard de nos capacités techniques à la rendre possible —, mais de s’interroger sur les conséquences d’une telle orientation technique. On peut constater combien les politiques publiques, notamment françaises, ont valorisé la construction d’un récit technique fondé sur l’hypothèse d’un approvisionnement électrique abondant et bon marché (Hecht, 2004). Les technologies performantes — qui participent pleinement à la valorisation d’une « sobriété » énergétique adaptée à notre modèle consumériste — offrent le sentiment d’opérer une conciliation entre les intérêts écologiques et les intérêts domestiques. Sans toutefois analyser les conséquences sur l’évolution des pratiques sociales énergétiques liées à l’utilisation de ces outils plus performants.

Sobriété et autonomie

« L’homme retrouvera la joie de la sobriété et l’austérité libératrice en réapprenant à dépendre de l’autre, au lieu de se faire l’esclave de l’énergie et de la bureaucratie toute-puissante. » (Illich, 1973 : 112).
« Dans un contexte d’abondance, la capacité des individus à coopérer est moindre que dans un contexte contraint. » (Grandjean et Le Teno, 2015 : 1008).

32Enfin, la politisation est un questionnement sur les valeurs partagées d’une société. Travailler sur la sobriété, c’est ainsi interroger les conditions de réalisation de l’autonomie individuelle ; à la fois dans le rapport à la consommation, comme nous l’avons souligné, mais aussi dans sa dimension plus politique.

33Contrairement aux espérances d’Ivan Illich, l’individualisation du rapport à l’énergie n’a cessé de s’étendre. Notre besoin d’énergie s’est accru, au point de nous conduire à une crise politique caractérisée par la perte d’autonomie pour l’individu. Celui-ci se trouve dépossédé de sa capacité à contrôler l’énergie. La dépendance énergétique contribue à accentuer la perte d’autonomie puisque, de plus en plus, selon cet auteur, nos actions restent inféodées à la consommation de l’énergie (pour la mobilité, les loisirs, la santé, etc.).

34Pour Illich, la modération énergétique présenterait une réelle possibilité de contrôle sur notre consommation et, ainsi, nous permettrait de regagner en autonomie, c’est-à-dire en capacité de comprendre les causes de cette dépendance et de pouvoir nous en émanciper. Ce souci de l’autonomie — et son corollaire, l’intégrité de l’individu — constitue chez lui une perspective non pas simplement morale, mais proprement politique : redonner à l’individu la capacité de se positionner face aux savoirs experts, d’élaborer ses propres outils de mesure (au-delà des outils statistiques façonnés par les institutions), de s’extraire de l’hétéronomie de la société industrielle (marquée notamment par son injonction à la consommation énergétique). Sa proposition de « réduction volontaire de la surefficience » (Illich, 2005a : 579) de l’industrie énergétique participe à la reformulation d’un rapport politique à l’intérieur d’un cadre matériel défini à partir des contraintes environnementales.

35La sobriété est ainsi un principe d’action offrant à l’individu une possibilité de subjectivation politique, c’est-à-dire un moyen de concilier ses propres aspirations avec la prise en compte de la situation écologique. Une telle perspective permet de voir la valeur politique de la question de la sobriété, puisque cela aboutit à reconsidérer la division entre vie privée et vie publique, entre espace privé et espace public, en amenant l’individu à analyser plus profondément son interaction avec le bien commun que représente la nature — et plus précisément l’exploitation de ses « richesses ». L’espace privé (le domicile notamment, lieu d’agencement principal de nos pratiques sociales) devient le lieu de concrétisation des vertus écologiques, dans le cadre d’une citoyenneté renouvelée (celle d’un espace public reconstruit à partir des enjeux environnementaux). Cette subjectivation s’inscrit par exemple dans la proposition théorique d’Ivan Illich relative aux outils permettant de reconstruire l’autonomie du sujet. Selon lui, pour l’individu, la frugalité devient un mode de contrôle de son rapport à la consommation, afin de limiter l’emprise du modèle productiviste et marchand :

« Il est pourtant clair que la dignité de l’homme n’est possible que dans une société autosuffisante, et qu’elle subit des atteintes lorsqu’elle s’oriente vers une industrialisation croissante. » (Illich, 2005b : 770).

36Jean-Pierre Dupuy, en élève d’Illich, poursuit cette confrontation. Il insiste notamment sur le fait que la conditionnalité qui était au cœur de la démonstration d’Illich est de moins en moins d’actualité (Dupuy, 2002). De ce fait, la sobriété ne découle pas d’un simple choix moral (une exigence éthique comme condition de l’autonomie), mais répond à une exigence matérielle qui apparaît de moins en moins négociable : la fin des ressources non renouvelables, la perte de biodiversité… imposent un rythme à notre maîtrise du temps politique. La sobriété amène à traiter des usages énergétiques en les reliant au contexte général dans lequel ils se situent : de ce fait, nous regagnons en autonomie, ce qui peut conduire à modifier le rapport temporel avec ces finitudes. La sobriété permet ainsi de tenir pour possibles les conséquences des contraintes que nous voyons se développer de plus en plus rapidement (Dupuy, 2002 : 86).

37Enfin, Pierre Rosanvallon (2011 : 75-79) rappelle que la « frugalité » pouvait contribuer à limiter les différences sociales et ainsi permettre une meilleure qualité du lien social. Il mobilise les penseurs prérévolutionnaires (Adam Smith, Jean-Jacques Rousseau…) qui estimaient que la frugalité et la mesure pouvaient être considérées comme « des valeurs essentielles pour que les individus arrivent à dominer leurs passions et pour que la société reste bien ordonnée » (Rosanvallon, 2011 : 75). La frugalité, dont les réminiscences chrétiennes ne sont pas absentes, pouvait ainsi célébrer une forme de vertu politique (en refusant notamment le luxe inutile), permettant ainsi une régulation de la vie sociale, et valorisant une forme de républicanisme civique. Celui-ci n’était pas destiné à valoriser un égalitarisme économique (qui pourrait être préjudiciable aux échanges commerciaux…) mais surtout de maintenir la possibilité d’une communauté politique. Une telle vision, estime Rosanvallon, a influencé les rédacteurs de la Constitution, qui ont favorisé l’équilibre des différences et la modération des inégalités lors de la construction de la citoyenneté. Il faut se préserver, explique-t-il, de « la reproduction sociale, la démesure et les séparatismes ». Il s’agit là des trois « bornes qui fixent la limite au-delà de laquelle les inégalités économiques deviennent des poisons destructeurs » (2011 : 407). Il est pourtant étonnant que Rosanvallon ne prenne pas la mesure de la question écologique, qui est simplement mentionnée, en lien seulement avec la démesure :

« (Sa régulation) ne peut dorénavant se cantonner aux seuls impératifs moraux ou sociaux du passé (…). Elle s’impose maintenant du point de vue de la prise en compte des limites écologiques de la croissance économique. » (2011 : 407).

38Et de conclure :

« La sobriété est devenue une condition de la survie de l’espèce humaine. » (Rosanvallon, 2011 : 408).

Encadré 1.1 — La sobriété dans les entreprises : encadrer la professionnalisation d’un concept

Esther Bailleul

La sobriété est-elle compatible avec le monde de l’entreprise ? Lors de notre étude réalisée dans la région Nord-Pas-de-Calais d’octobre 2012 à avril 2013, nous avions souhaité dresser l’état des lieux du niveau d’appropriation de cette notion par les milieux de l’entreprise (Bailleul, 2013). Alors que la sobriété commençait à faire l’objet d’un débat politique, comment se positionnaient les entreprises ? Restaient-elles à l’écart de cette discussion, ou y participaient-elles ? Disposaient-elles alors de ressources propres (dans leurs valeurs, leurs projets) qui permettraient d’envisager une progressive transformation de leurs pratiques professionnelles après une phase d’intégration de la sobriété ?

C’est chargé de controverses conceptuelles tacites que le terme de sobriété est entré dans le vocabulaire des réseaux d’entreprises. Celles-ci vont être sensibles aux discours institutionnels portés notamment par le conseil régional sur la maîtrise de l’énergie. Cette question a bénéficié d’un portage institutionnel dans les documents de planification liés à la dynamique du « Facteur 4 » (plan climat, schéma régional climat air énergie). La sobriété est ainsi appréhendée à travers la valorisation de l’efficacité énergétique. Cette thématique est également au centre du projet de la « Troisième Révolution industrielle » (TRI) en cours depuis 2012, qui mobilise un grand nombre d’acteurs et de réseaux professionnels tels que la chambre de commerce et d’industrie et le Réseau Alliances, une association basée à Lille et au rayonnement régional dont l’objet, conformément à ses statuts, et de « sensibiliser, accompagner et promouvoir la Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises ».

Certes mentionnée à de nombreuses reprises dans les publications et communications, la sobriété y est toutefois rarement définie, ou distinguée de l’efficacité énergétique. Elle est popularisée dans un certain flou notionnel, ses paramètres évoluant selon la portée et les destinataires du discours. Philippe Vasseur, président de la chambre de commerce et d’industrie, interrogé via Twitter le 2 mai 2013 sur la place de la sobriété énergétique dans les projets de la TRI, répond par exemple que « l’efficacité énergétique est effectivement un des axes de travail (…) ».

La notion est en cours d’appropriation par cette catégorie d’acteurs, mais avec des différences d’approche. Ainsi, là où le Medef identifie entièrement la sobriété énergétique à l’efficacité, le Centre des jeunes dirigeants (CJD) l’accepte comme une contrainte corollaire à la limite des ressources fossiles, mais la présente comme le moteur d’un nouveau modèle de développement permettant la reprise économique. Cette appropriation de la sobriété montre une tendance au compromis permettant d’atténuer la dissonance entre le concept initial et les intérêts de l’entreprise — ce qui rappelle la professionnalisation de la notion de développement durable, plus ancienne.

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE), très soutenue et valorisée en Nord-Pas-de-Calais par le Réseau Alliances et le collectif régional Entreprises et Développement durable, est un modèle économique en cohérence avec cette réappropriation du développement durable. Axelle Sapy, chargée de mission RSE à Réseau Alliances, explique ainsi en avril 2013 que certaines entreprises sont suffisamment engagées pour imaginer réduire les volumes de leurs ventes en créant de la valeur autrement, sans toutefois restreindre leur développement.

Ce compromis est compréhensible : une entreprise qui serait en théorie conforme au principe de sobriété semblerait bien éloignée de la plupart des entreprises actuelles.

Tableau 1.1 : Les caractéristiques de l’entreprise sobre (proposition).

Et ces entreprises ne sauraient se développer sans résistance contre leur propre système social, en raison de la complexité des interactions sociales internes (Sainsaulieu, 1997). Le jeu des acteurs d’une entreprise est fondamental pour l’économie d’énergie, et l’engagement d’un des maillons de la chaîne de production dans des pratiques sobres en énergie ne suffit pas à faire mouvoir la chaîne entière (Zélem, 2010). La gestion des enjeux énergétiques au sein de l’entreprise engage bien souvent la direction même de la structure. Par ailleurs, compte tenu de l’éclectisme des entreprises, l’institutionnalisation d’une nouvelle norme sociale telle que la sobriété ne peut se contenter d’une approche systématique et rigide.

On entrevoit alors les difficultés que représente l’institutionnalisation de la sobriété énergétique dans l’ensemble du tissu économique, au-delà des résistances psychologiques individuelles. Elle impliquerait une remise en cause de la logique interne des entreprises, du rôle qu’elles tiennent dans le jeu social, et de leurs processus d’adaptation aux évolutions sociétales. Mais ni les manuels de gestion, ni les dispositifs institutionnels ne proposent pour l’instant les discours, les outils et les ressources nécessaires à une telle transition.

Bibliographie

Bibliographie de l’encadré 1.1

Bailleul (Esther), 2013, La Sobriété énergétique dans l’entreprise : possibilités d’institutionnalisation dans la région Nord-Pas-de-Calais, Mémoire de recherche, M1 Développement soutenable, institut d’études politiques de Lille.

Sainsaulieu (Renaud), 1997, Sociologie de l’entreprise. Organisation, culture et développement, Paris, Presses de Sciences Po & Dalloz.

Zélem (Marie-Christine), 2010, Politique de maîtrise de la demande d’énergie et résistances au changement. Une approche socio-anthropologique, Paris, L’Harmattan.

Bibliographie du chapitre 1

Afeissa (Hicham-Stéphane), 2014, La Fin du monde et de l’humanité. Essai de généalogie du discours écologique, Paris, PUF.

Alloun (Esther) & Alexander (Samuel), 2014, The Transition Movement : Questions of Diversity, Power and Affluence, Simplicity Institute Report.

Anders (Günther), 2002 (1956), L’Obsolescence de l’homme. Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle, Paris, Encyclopédie des nuisances.

Anders (Günther), 2004, Et si je suis désespéré, que voulez-vous que j’y fasse ?, Paris, Allia.

Anders (Günther), 2006 (1972), La Menace nucléaire. Considérations radicales sur l’âge atomique, trad. rançaise, Paris, Le Serpent à Plumes.

Anders (Günther), 2014, La Violence oui et non, Paris, Fario.

Arnsperger (Christian) & Bourg (Dominique), 2014, « Sobriété volontaire et involontaire », Futuribles, 403 : 43-57.

Barnes (Philip), 2015, Community Response to Global Complexity : Planning Sustainable Communities and the Transition Movement, University of Delaware. http://udspace.udel.edu/handle/19716/17040

Barthe (Yannick), 2006, Le Pouvoir d’indécision. La mise en politique des déchets nucléaires, Paris, Economica.

Baudrillard (Jean), 1990 (1970), La Société de consommation, Paris, Gallimard.

Bourg (Dominique), 2012, « Temps, catastrophes et écologie », in Bornet (Philippe), Clivaz (Claire), Durisch Gauthier (Nicole), Hertig (Philippe) & Meylan (Nicolas) (dir.), La Fin du monde. Analyses plurielles d’un motif religieux, scientifique et culturel, Genève, Labor et Fides : 143-150.

Bourg (Dominique) & Papaux (Alain) (dir.), 2010, Vers une société sobre et désirable, Paris, PUF.

Caron, Jean-François, 2010, « Loos-en-Gohelle, laboratoire du développement durable », Le journal de l’école de Paris du management, vol. 83, 3 : 22-28.

Chessel (Marie-Emmanuelle), 2012, Histoire de la consommation, Paris, La Découverte.

Debeir (Jean-Claude), Deléage (Jean-Paul) & Hémery (Daniel), 1992, Les Servitudes de la puissance. Une histoire de l’énergie, Paris, Flammarion.

Dietrich-Ragon (Pascale), 2011, Le Logement intolérable. Habitants et pouvoirs publics face à l’insalubrité, Paris, PUF.

Dujin (Anne), Maresca (Bruno) & Picard (Romain), 2009, La Consommation d’énergie dans l’habitat entre recherche de confort et impératif écologique, Cahiers de recherche, 264, Paris, CREDOC.

Dupuy (Jean-Pierre), 2002, Pour un catastrophisme éclairé. Quand l’impossible est certain, Paris, Seuil.

Dietrich-Ragon (Pascale), 2011, Le Logement intolérable. Habitants et pouvoirs publics face à l’insalubrité, Paris, PUF.

Geels (Franck W.), 2002, « Technological Transitions as Evolutionary Reconfiguration Processes : A Multi-Level Perspective and a Case-Study », Research Policy, vol. 31, 8-9 : 1257-1274.

Godet (Michel), 1983, « Méthode des scénarios », Futuribles, 71 : 110-120.

Grandjean (Alain) & Le Teno (Hélène), 2015, « Transition », in Bourg (Dominique) & Papaux (Alain) (dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, PUF : 1006-1015.

Gras (Alain), 2003, Fragilité de la puissance. Se libérer de l’emprise technologique, Paris, Fayard.

Gras (Alain), 2007, Le Choix du feu. Aux origines de la crise climatique, Paris, Fayard.

Grumiaux (Fabien) & Matagne (Patrick) (dir.), 2009, Le Développement durable sous le regard des sciences et de l’histoire, 1, Éducation et formation, Paris, EMF & L’Harmattan.

Hecht (Gabrielle), 2004, Le Rayonnement de la France. Énergie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale, Paris, La Découverte.

Hoeschele (Wolfgang), 2011, The Economics of Abundance : A political Economy of Freedom, Equity and Sustainability, London, Gower.

Hopkins (Rob), 2010 (2008). Manuel de transition. De la dépendance au pétrole à la résilience locale, trad. française, Montréal, Écosociété.

Illich (Ivan), 1973, La Convivialité, Paris, Seuil.

Illich (Ivan), 2005a, « La Convivialité » (1973), in Œuvres complètes, vol. 1, Paris, Fayard : 449-580.

Illich (Ivan), 2005b, « Le message de la chaumière de Bapu » (1978), in Œuvres complètes, vol. 2, Paris, Fayard : 767-771.

Illich (Ivan), 2010, « L’énergie, un objet social », Esprit, dossier « Actualité d’Ivan Illich », 8 : 211-227.

Lagroye (Jacques), 2003, « Les processus de politisation », in Lagroye (Jacques) (dir.), La Politisation, Paris, Belin : 359-385.

Le Goff (Olivier), 1994, L’Invention du confort. Naissance d’une forme sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Maresca (Bruno), 2014, « Sur le chemin de la sobriété énergétique. Engager les Français au- delà des écogestes », CREDOC, Consommation et modes de vie, 265.

McNeill (John R.), 2007, « Global environmental history in the age of fossil fuels ». http://climatechange.ie/features_articles11.4.html (consulté le 26 avril 2016).

Oreskes (Naomi) & Conway (Erik), 2012, Les Marchands de doute. Comment une poignée de scientifiques ont masqué la vérité sur des enjeux de société tels que le tabagisme ou le réchauffement climatique, trad. française, Paris, Le Pommier.

Pelluchon (Corine), 2017, « L’écologie s’exprime par l’envie de se penser autrement », La Croix, 20 mars 2017. https://www.la-croix.com/Debats/Forum-et-debats/Corinne-Pelluchon-Lecologie-sexprime-lenvie-penser-autrement-2017-03-20-1200833213

Rifkin (Jeremy), 2012 (2011), La Troisième Révolution industrielle. Comment le pouvoir latéral va transformer l’énergie, l’économie et le monde, trad. française, Paris, Les Liens qui Libèrent.

Rosanvallon (Pierre), 2011, La Société des égaux, Paris, Seuil.

Rumpala (Yannick), 2010, Développement durable, ou le gouvernement du changement total, Paris, Le Bord de l’eau.

Semal (Luc), 2015, « Villes en transition / Transition Towns », in Bourg (Dominique) et (Papaux) Alain (dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, coll. « Quadrige », Paris, Presses universitaires de France : 1044-1047.

Semal (Luc), Szuba (Mathilde) & Villalba (Bruno), 2014, « Sobriétés (2010-2013) : une recherche interdisciplinaire sur l’institutionnalisation de politiques locales de sobriété énergétique », Natures Sciences Sociétés, 22 : 351-358.

Smith (Andy) & Sorbets (Claude), 2003, Le Leadership politique et le territoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Villalba (Bruno), 2015, « Au fondement matériel de la démocratie », Revue Projet, dossier « Aura-t-on l’énergie d’une transition juste ? », 344 : 56-63.

Zonabend (Françoise), 2014, La Presqu’île au nucléaire. Three Mile Island, Tchernobyl, Fukushima… et après ?, 2e éd., Paris, Odile Jacob.

Notes

5 Le besoin ne répond pas simplement à une construction pyramidale simplificatrice, telle que popularisée dès 1954 par Maslow et qui oublie complètement l’environnement matériel dans lequel s’installe cette construction fictive.

6 Voir : http://www.onpes.gouv.fr/IMG/pdf/WEB_Rapport_2014_2015.pdf (consulté le 15 avril 2015).

7 Par exemple, profiter au maximum de la lumière naturelle pour s’éclairer, bien régler la température de consigne du chauffage, privilégier les aliments de saison et produits localement, organiser intelligemment l’espace. Cette sobriété est en quelque sorte l’opposé de notre ébriété énergétique actuelle !

8 Nous prenons appui sur certaines conclusions du programme de recherche « Sobriétés », qui consistait à mener une réflexion sur les méthodes d’animation potentiellement mobilisables par les collectivités territoriales pour institutionnaliser la sobriété comme axe structurant d’une politique locale de MDE (Semal, Szuba et Villalba, 2014).

9 Rumpala (2010) traite du « Gouvernement du changement », qui permet une reformulation du bien commun, par la reconstruction d’une régulation institutionnelle, l’incitation à l’autocontrôle et à l’autocontrainte par la structuration d’un arrière-plan cognitif responsabilisant. La rhétorique des petits gestes permet ainsi de pénétrer les comportements quotidiens et de les orienter progressivement…

10 Positions critiques vis-à-vis du marché et revendication d’une accessibilité la plus large possible aux énergies…

11 Membre des Verts, maire de Loos-en-Gohelle, vice-président du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, il préside la commission transformation écologique et sociale de la région Nord-Pas-de-Calais. Il devient le vice-président du forum d’orientation de la Troisième Révolution industrielle, selon le master plan de Rifkin.

12 Interview de Jean-François Caron dans La Voix du Nord, 2 avril 2013, « Les maison sans chauffage : un exemple à suivre ».

13 Voir le chapitre 6 intitulé « Prolonger l’imaginaire énergivore : le choix de la Troisième Révolution industrielle » (Villalba, ce volume).

14 Le débat sur le climato-scepticisme peut ainsi se comprendre comme cette tension entre un idéal de l’innovation technique sans limites et une perception plus prudente sur ce projet (Oreskes et Conway, 2012).

15 Voir l’encadré 5.1 intitulé « Quand la politique énergétique de l’UE ignore la sobriété énergétique » (Leguay, ce volume).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/16525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

Auteur

Professeur de science politique à AgroParisTech et membre du Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CNRS-UMR 8026). Membre du comité de rédaction de la revue La Pensée Écologique. Ses recherches portent sur la sociologie environnementale, notamment à partir d’une analyse de la capacité du système démocratique à reformuler son projet politique à partir des contraintes environnementales.

© Éditions Quæ, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540