Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sobriété énergétique

 | 
Bruno Villalba
, 
Luc Semal

Partie I - Dimensions politiques de la sobriété

Introduction à la partie I

Luc Semal et Bruno Villalba

Texte intégral

« Nous sommes entrés dans l’ère de la lumière administrée. Notre seul rôle est de tourner un commutateur. Nous ne sommes plus que le sujet mécanique d’un geste mécanique. Nous ne pouvons pas profiter de cet acte pour nous constituer, en un orgueil légitime, comme le sujet du verbe allumer. » (Gaston Bachelard, La Flamme d’une chandelle, 2003 (1961) : 90).

« Les besoins tentent de nier la nécessité d’accepter l’inévitable distance entre le désir et la réalité et ne renvoient pas davantage à l’espoir que les désirs les réalisent. » (Ivan Illich, La Perte des sens, 2004 (1988) : 75).

1Depuis la mise à l’agenda des transitions écologique et énergétique, le terme « sobriété » s’est fait plus présent dans les discours politiques et institutionnels. Mais cela suffit-il pour autant à lui conférer une dimension politique ? Poser cette question amène à s’interroger sur les modalités de politisation et de dépolitisation de cette notion particulièrement atypique, dans un champ politique invoquant presque quotidiennement l’importance du pouvoir d’achat et l’impératif de la croissance.

2La dépolitisation de la sobriété emprunte de multiples voies qui ne sont pas sans se recouper. L’une des plus fréquentes consiste à la réduire à une affaire de préférence individuelle, qui ne serait motivée que par des orientations philosophiques ou spirituelles et relèverait donc de la seule sphère privée : libre aux uns de choisir la sobriété, mais libre aux autres de poursuivre l’abondance. Somme toute, il s’agit là d’une approche relativement conforme au trait moderne qui fait de la consommation l’un des domaines privilégiés de la souveraineté individuelle en action. Une deuxième voie consiste à réduire la sobriété à une somme de solutions techniques, principalement collaboratives et numériques, dont il suffirait de favoriser la diffusion à large échelle : elle devient alors affaire d’optimisation dans le cadre d’une société hyper-connectée, mais suréquipée au regard du poids écologique des instruments et des infrastructures numériques. Enfin, la dépolitisation de la sobriété s’accompagne souvent d’un discours soulignant le caractère accidentel et temporaire des contraintes à la consommation : les démocraties modernes peinent à envisager la contraction des consommations autrement que comme un scandale ou une anomalie. La sobriété apparaît alors comme une situation contrainte, résultant d’un échec du politique, et pas comme une notion susceptible de structurer un projet de société soutenable à long terme.

3A contrario, la perspective écologique met en lumière les dimensions politiques de la sobriété dans un monde fini, c’est-à-dire où la part concrète des activités humaines demeure ultimement soumise aux contraintes matérielles issues de la finitude — finitude des ressources pétrolières et minières, mais aussi de l’espace, du temps disponible avant les irréversibilités climatiques, de la capacité de récupération des écosystèmes, etc. Dans un monde fini, la sobriété revêt une dimension politique parce qu’elle est une affaire publique et collective, et non plus simplement privée : elle introduit une interdépendance de fait entre la surconsommation que connaissent les uns et la pénurie que vivent les autres. Elle revêt ensuite une dimension politique du fait qu’elle transcende les approches techniques de la question énergétique, en questionnant la production sociale de la dépendance aux services énergétiques : les consommations énergétiques contemporaines s’enracinent dans un rapport au monde très particulier, historiquement situé, notamment caractérisé par sa propension à fonder de grands espoirs dans les solutions techniques plutôt que sociales. Enfin, la sobriété revêt une dimension politique quand elle invite à dépasser la rhétorique lénifiante sur la « crise », pour plutôt formuler le problème en termes de gestion collective de la fin de l’abondance : s’extraire d’un imaginaire de la crise qui n’en finit plus, pour plutôt réinventer un projet de société tandis que se referme la parenthèse historique de l’ébriété énergétique.

4Dans un premier chapitre, Bruno Villalba s’interroge sur les modalités de politisation de la sobriété, en mettant en lumière la difficulté collective à quitter les approches conditionnelles pour des approches prenant franchement acte des conséquences de la finitude. La tentation est grande d’en rester à des questionnements ouverts et généralisants : qu’adviendrait-il si les sociétés modernes faisaient le choix de la sobriété ? Serait-ce acceptable, serait-ce souhaitable ? Autant de questions dont la formulation présuppose l’existence d’une alternative, d’une possibilité de choisir qui relègue la sobriété au rang d’option négociable à souhait. Or, la perspective de la finitude, qui irrigue la pensée écologique depuis ses débuts, remet précisément en cause cette capacité de choix. La question n’est pas tant de savoir ce qu’il se passerait si nous prenions l’option de la sobriété, mais plutôt de savoir ce qu’il adviendra quand nous devrons la mettre en œuvre, et comment nous le ferons : avec quelles institutions, quelles marges de négociation, quelle répartition des avantages et des inconvénients, quel degré d’urgence et de pression des contraintes écologiques, etc. Toutes les organisations étant concernées, un encadré par Esther Bailleul apportera un éclairage original sur la question de la sobriété dans les entreprises.

5Avec une approche sociologique, Mathilde Szuba poursuit cette réflexion en insistant sur le rôle des pouvoirs publics dans la gestion des conséquences de la finitude des ressources énergétiques. Par une analyse des politiques de rationnement appliquées au siècle dernier par diverses autorités publiques et administratives, elle révèle la dimension politique de la sobriété, non réductible à un simple agrégat de choix et de préférences individuels. Le rationnement des ressources, et notamment des ressources énergétiques, appartient au répertoire le plus classique des politiques publiques, tant démocratiques qu’autoritaires, pour organiser la répartition des efforts de sobriété lorsque celle-ci s’impose. Mais il s’agit de politiques de sobriété temporaire, alors que la perspective de la finitude écologique soulève la question de politiques de sobriété permanente, ou du moins conçues sur des échelles de temps excédant largement la seule gestion de crise énergétique passagère. D’où l’urgence d’une réflexion sur les conditions de mise en œuvre de politiques de sobriété d’un nouveau genre, au long cours. Un deuxième encadré, rédigé par Marie Drique, complètera ce regard sur le rôle des autorités publiques en témoignant d’un travail mené avec le centre hospitalier de Lille pour évaluer sa vulnérabilité aux ruptures d’approvisionnement énergétique.

6Sur la base de monographies réalisées en 2010 et 2012, Luc Semal analyse l’existence de structures en prise directe avec des pratiques de sobriété énergétique dans la région Nord-Pas-de-Calais. Certaines de ces structures accompagnent des individus en situation de pauvreté ou de grande précarité, pour lesquels la contrainte énergétique constitue d’ores et déjà une brutale réalité, quand d’autres regroupent des individus ayant délibérément choisi d’engager une démarche de réduction de leurs consommations dans un domaine qu’ils ont eux-mêmes choisi (l’alimentation). Sans sous-estimer les différences entre ces deux situations, une comparaison permet de questionner la pertinence d’une distinction trop figée, trop dichotomique, entre « sobriété subie » d’une part et « sobriété choisie » d’autre part. La réalité des pratiques de sobriété aujourd’hui observables en région Nord-Pas-de-Calais laisse plutôt voir une imbrication du subi et du choisi, dans des trajectoires de sobriété tiraillées entre contraintes présentes et contraintes anticipées.

7À travers le cas de la métropole britannique de Bristol, Simone Osborn analyse le rôle potentiel des pouvoirs publics locaux dans la légitimation d’une réflexion régionale sur la sobriété et sur l’initiation d’une dynamique collective. Spécialiste des questions énergétiques et engagée dans les réseaux des Transition Towns, elle explique comment la municipalité s’est emparée de la question du pic pétrolier pour porter une réflexion politique innovante sur la résilience et la sobriété, en rendant possibles de fortes synergies entre les institutions publiques, le secteur privé et le monde associatif. Le texte revient sur la méthode utilisée pour initier cette dynamique locale, dont la colonne vertébrale a été la rédaction d’un rapport, publié en 2009, évaluant la vulnérabilité de la métropole au pic pétrolier et aux ruptures d’approvisionnement énergétique. Il s’agit d’un retour d’expérience original, propre à alimenter les réflexions sur les perspectives de territorialisation des démarches de sobriété.

8Puis, dans le chapitre suivant, Mathieu Le Dû présente la démarche prospective menée depuis déjà plusieurs années par l’association Virage-énergie Nord-Pas-de-Calais. Celle-ci vise à chiffrer les efforts de sobriété envisageables à l’échelle de la région et, sur cette base, à établir différents scénarios de transition énergétique à l’horizon 2050. La sobriété y apparaît comme un élément incontournable pour gérer la convergence des contraintes identifiées par l’association : réchauffement climatique, pic des ressources et sortie du nucléaire. Cette démarche montre qu’il est possible de chiffrer la contribution potentielle de la sobriété dans la descente énergétique régionale, et qu’il serait possible d’en faire un élément structurant de la transition écologique. Mais elle laisse aussi voir, en creux, la difficulté des pouvoirs publics à apprivoiser cette notion profondément atypique : ce sont aujourd’hui l’efficacité et la substitution, et non la sobriété, qui structurent l’essentiel des politiques régionales et nationales en matière de transition énergétique. Un encadré rédigé par Thierry Leguay montrera qu’il en va de même avec les institutions européennes, dont les choix en matière d’énergie contribuent à la marginalisation politique de la sobriété.

9Enfin, dans un dernier chapitre, Bruno Villalba revient sur le choix fait par la région Nord-Pas-de-Calais, puis par la région Hauts-de-France, de s’engager dans la voie de la « Troisième Révolution industrielle » promue et commercialisée par le prospectiviste états-unien Jeremy Rifkin. En analysant les effets de ce choix institutionnel sur les orientations de l’animation de la transition territoriale, il expose le processus de mise à distance des limites environnementales qui se joue ici, dans un double mouvement de réaffirmation des solutions techniques et d’éviction de la sobriété.

Auteurs

Maître de conférences en science politique au Muséum national d’histoire naturelle, membre du Centre d’écologie et des sciences de la conservation (CESCO, CNRS-UMR 7204) et chercheur associé au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CNRS-UMR 8026). Il étudie la théorie politique environnementale et, à travers elle, la confrontation des démocraties modernes aux conséquences de la finitude écologique.

Professeur de science politique à AgroParisTech et membre du Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CNRS-UMR 8026). Membre du comité de rédaction de la revue La Pensée Écologique. Ses recherches portent sur la sociologie environnementale, notamment à partir d’une analyse de la capacité du système démocratique à reformuler son projet politique à partir des contraintes environnementales.

© Éditions Quæ, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540