Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sobriété énergétique

 | 
Bruno Villalba
, 
Luc Semal

Introduction — Gouverner la fin de l’abondance énergétique

Luc Semal et Bruno Villalba

Texte intégral

« La destinée de l’homme sur la terre est toute spirituelle et morale ; le régime que cette destinée lui impose est un régime de frugalité. Relativement à sa puissance de consommation, à l’infini de ses désirs, aux splendeurs de son idéal, les ressources matérielles de "l’humanité" sont fort bornées ; elle est pauvre, et il faut qu’elle soit pauvre, puisque sans cela, elle retombe, par l’illusion des sens et la séduction de l’esprit, dans l’animalité, qu’elle se corrompt d’âme et de corps, et perd, par la jouissance même, les trésors de sa vertu et son génie. Telle est la loi que nous impose notre condition terrestre, et qui se démontre à la fois par l’économie politique, par la statistique, par l’histoire et par la morale. Les nations qui poursuivent, comme bien suprême, la richesse matérielle et les voluptés qu’elle procure, sont des nations qui déclinent. Le progrès ou perfectionnement de notre espèce est tout entier dans la justice et la philosophie… Si nous vivions, comme l’Évangile le recommande, dans un esprit de pauvreté joyeuse, l’ordre le plus parfait régnerait sur la terre. » (Pierre-Joseph Proudhon, La Guerre et la Paix, 1861).

« Pour préserver notre planète, maîtriser nos consommations de ressources naturelles et diminuer notre empreinte écologique, nous construirons une société sobre et efficace. Il en va de la protection de l’environnement, de la préservation de la biodiversité et de l’indépendance énergétique de la France. » (Jean-Marc Ayrault, Discours de politique générale, 3 juillet 2012).

1Nous vivons aujourd’hui, du moins certains d’entre nous, dans une « société d’abondance ».

« Cette expression ne désigne pas seulement une situation économique particulièrement intéressante, mais aussi la situation la plus révolutionnaire qu’il y ait jamais eu : le paradis des gourmands, c’est-à-dire une situation dans laquelle le pays de cocagne, dont l’humanité a rêvé de l’époque d’Adam jusqu’à aujourd’hui, est enfin devenu réalité. Autrement dit : nous vivons dans un monde où tout nous est présenté, où tout est présent pour nous, dans un monde sans manque. » (Anders, 2006 : 181).

2Mais la réalisation historiquement inédite du mythe de l’abondance est indissociable de la question énergétique. La trajectoire des sociétés thermo-industrielles est fondée sur une hausse constante de la production et de la consommation énergétiques (Gras, 2007 ; Hoeschele, 2011). En l’espace de quelques décennies, l’opulence énergétique a intégré la normalité matérielle de la modernité, au point d’acquérir un caractère d’évidence quotidienne. Elle se manifeste par la disponibilité immédiate, continue et permanente de l’énergie. Elle a rendu possible, techniquement et socialement, l’émergence et la diffusion d’une culture de la consommation (Scardigli, 1983 ; Shove, 2003). Et, paradoxalement, c’est cette même évidence de la disponibilité énergétique qui contribue à dé-réaliser notre rapport à l’énergie : certes, l’énergie permet de satisfaire nos besoins et d’exaucer nos désirs ; mais, dans le même temps, son omniprésence la rend comme naturelle, invisible. C’est seulement lorsqu’elle vient à manquer, lorsque l’interrupteur ne fonctionne plus, que sa nécessité redevient perceptible, par effet de dé-routinisation (Spaargaren, 1997 : 28). La disponibilité de l’énergie est ainsi devenue une condition d’existence du projet moderne d’abondance matérielle, tout en engendrant les conditions de sa propre invisibilité.

3Les pouvoirs publics ont largement encouragé la consommation massive de l’énergie, notamment depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, en accompagnant l’émergence d’un macro-système technique qui permet d’organiser la production, la distribution et la disponibilité immédiate de l’énergie à très grande échelle — à commencer par l’électricité (Gras, 1993). Les prévisions concernant la consommation d’énergie ont longtemps annoncé une croissance continue, sans limites, et potentiellement infinie : cela répondait ainsi au principe de directionnalité qui sous-tend notre modèle de développement, fondé sur la poursuite du bonheur par l’abondance matérielle (Rist, 2007 : 29-48). Mais l’abondance énergétique a aussi progressivement été perçue comme une condition nécessaire de l’émancipation des individus, voire de la perpétuation et de l’extension du projet démocratique. Elle permet de réitérer la promesse de l’accès pour tous à une consommation matérielle sans limites : accès immédiat pour les plus aisés, différé pour les autres.

4C’est pourquoi la question énergétique ne saurait aujourd’hui être réduite à un simple enjeu technique ou économique. Il convient au contraire de souligner ses enjeux sociaux et politiques, à commencer par le problème que constitue désormais la dépendance à l’énergie au temps de la crise écologique globale. Cela signifie insister sur l’importance du lien entre l’idéal d’abondance pour tous, vanté par les démocraties modernes d’une part, et le recours massif aux ressources fossiles dans ces mêmes démocraties modernes d’autre part (Mitchell, 2011). La dépendance est une relation de nécessité impérieuse : elle exprime le besoin d’accéder à toujours plus d’énergie pour maintenir tant bien que mal cet idéal, décennie après décennie. Le constat de la dépendance suscite un doute croissant sur la capacité des démocraties à persévérer dans leur être et leur idéal par-delà les bouleversements climatiques et énergétiques qui se profilent, et dont certaines conséquences sociales sont déjà présentes — par exemple, la précarité énergétique.

5La notion de sobriété, qui émerge péniblement dans le discours public depuis le milieu des années 2000, permet de questionner la compatibilité de cet idéal d’abondance avec les contraintes de ressources et de flux qu’imposent les limites environnementales. Revenir sur les conditions de cette émergence permet d’interroger la dimension proprement politique de cette orientation : la sobriété peut-elle nous aider à penser une forme de transition écologique plus socio-politique que technique, pour gouverner la fin de l’abondance énergétique ? Nous commencerons par présenter les raisons justifiant de réfléchir en termes de sobriété pour le xxie siècle. Puis nous analyserons comment l’institutionnalisation de la maîtrise de la demande énergétique (MDE) a contribué à un cadrage essentiellement technique de la question, qui complique la mise à l’agenda de la sobriété. Nous verrons que cette mise à l’agenda, lorsqu’elle se produit, se fait généralement au prix d’une certaine euphémisation du potentiel subversif de la sobriété. Nous finirons par une présentation succincte du projet de recherche à l’origine de cet ouvrage collectif, qui entend contribuer à une réflexion sur la portée politique et institutionnelle de la sobriété.

Pourquoi parler de sobriété au xxie siècle ?

6Depuis quelques décennies, l’irruption de la crise écologique rappelle que la dépendance à l’énergie n’est pas sans conséquences. Nous allons insister ici sur trois marqueurs de cette crise qui révèlent les limites de notre rapport à l’énergie, et qui sous-tendent les réflexions contemporaines sur la sobriété : le dérèglement climatique ; le pic pétrolier ; l’accroissement des inégalités sociales pour l’accès à l’énergie. Ces trois éléments sont autant de ruptures amorcées qui hypothèquent la capacité des démocraties modernes à maintenir leur rythme de production et de consommation énergétiques. En ce sens, ce sont trois révélateurs des conséquences d’une dépendance massive à l’énergie dans un monde fini.

Le dérèglement climatique

7Nous vivons une situation historique inédite à l’échelle des civilisations humaines : l’amorce d’un dérèglement climatique global. Sa forme exacte reste difficile à anticiper, mais il pourrait se traduire par « un réchauffement moyen voisin de 4 °C d’ici la fin du siècle et, car le réchauffement ne s’arrêterait pas, de 8 à 10 °C au cours du xxiiie siècle » (Jouzel, 2014 : 19). La responsabilité anthropique à l’origine de ce phénomène n’est plus à démontrer, tant les preuves scientifiques se sont accumulées en dépit des controverses médiatiques (Oreskes et Conway, 2012). Certes, les conséquences du réchauffement demeurent marquées par les incertitudes, notamment concernant l’ampleur des bouleversements territoriaux qu’elles vont générer (Vellinga, 2013). Mais l’état de l’art suffit pour affirmer qu’il faudrait agir sur les causes de ce dérèglement climatique majeur, en réduisant drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre (GES).

8Sur la base de ce constat, d’importants objectifs de réduction des émissions de GES ont été fixés, notamment par le Protocole de Kyoto. Pour limiter le réchauffement global en-deçà du seuil de 2 °C, les émissions devraient être réduites de moitié au niveau mondial, d’ici 2050, par rapport à leur niveau de 1990. Selon le principe des « responsabilités communes mais différenciées », l’essentiel de l’effort de réduction devrait toutefois être consenti par les pays les plus émetteurs, qui devraient alors diviser leurs émissions nationales non pas par deux, mais plutôt par quatre, six, huit… voire davantage. En France, la loi de programmation fixant les orientations de la politique énergétique (dite loi POPE, du 13 juillet 2005) a fixé pour objectif une division par quatre des émissions nationales d’ici 2050 : c’est l’objectif dit du « Facteur quatre » (Bonduelle, Szuba et Zuindeau, 2011). Et, ces dernières années, la France a engagé sa transition énergétique à travers trois grandes étapes : l’organisation en 2013 d’un débat national sur le sujet, puis l’adoption pendant l’été 2015 de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (Denolle, 2016), et enfin l’organisation fin 2015 de la COP21 à Paris. Depuis, l’année 2017 a été une année charnière pour la transition énergétique, autour de deux enjeux forts : la mise en œuvre des outils permettant d’atteindre les objectifs fixés par la loi de 2015, et l’articulation de la stratégie française avec le projet européen d’Union de l’énergie (Rüdinger et Berghmans, 2017).

9Concrètement, tout cela suppose de diminuer fortement les consommations d’énergie fossile. Cela a suscité, depuis une trentaine d’années, le déploiement des politiques de MDE. La promotion de l’efficacité énergétique, c’est-à-dire des solutions techniques permettant de produire autant avec moins, constitue l’essentiel de ces politiques. Mais si les gains d’efficacité ont été réels dans les dernières décennies, ils ne sont pas infinis. L’efficacité ne suffira pas à atteindre le Facteur 4 : elle n’a augmenté que de 35 % dans les trente-cinq dernières années, et il est difficile d’imaginer faire mieux dans les trente-cinq prochaines années. Le déploiement des énergies renouvelables connaît des contraintes comparables (Caminel et al., 2014). Une réduction massive des émissions à horizon 2050 paraît donc difficile, sinon impossible, sans recourir aussi à des politiques volontaristes de sobriété. Mais les profonds changements dans les pratiques quotidiennes que cela impliquerait se révèlent difficiles à négocier socialement (Cherrier, Szuba et Özçağlar-Toulouse, 2012).

10Et, pendant ce temps, les émissions mondiales ont continué à augmenter. Cela radicalise le problème climatique : selon le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de 2014, pour que le réchauffement ne dépasse pas les 2 °C, il nous faudrait désormais infléchir d’ici 2020 la courbe des émissions mondiales, et réduire ensuite leur volume de 40 à 70 % entre 2020 et 2050… soit une division par trois en trente ans. Et il faudrait encore continuer à les faire décroître par la suite, pour atteindre zéro émission vers 2100. Concrètement, cela signifie que nous ne devrions pas utiliser plus de 20 % des réserves mondiales de combustibles fossiles : gaz et pétrole conventionnels et non conventionnels, charbon (McGlade et Ekins, 2015 ; Combes, 2015). L’immensité de la tâche peut donner le vertige, tant les avancées des dernières décennies paraissent faibles par comparaison. « On voit que la tâche sera difficile. Elle implique un changement profond de notre mode de développement » (Jouzel, 2014 : 23).

11Le constat actuel n’est donc pas enthousiasmant. Les émissions mondiales continuent en fait à croître, en dépit de tous les efforts investis pour l’efficacité et les renouvelables. Pire, les bons résultats obtenus par certains pays pourraient n’être qu’en trompe-l’œil : si les calculs incluaient les émissions indirectes de la consommation, le résultat serait moins flatteur. C’est le cas pour la France, ainsi que le suggère un rapport publié en 2013 par le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), consacré à la réalisation des objectifs du Facteur 4 :

« La France remplit largement ses obligations au titre du protocole de Kyoto et elle peut remplir ses obligations à l’horizon 2020 au titre du "paquet climat-énergie" européen. Malheureusement une part des réductions d’émissions est due à la stagnation économique, et une autre part à la délocalisation d’activités industrielles fortement émettrices. » (CGEDD, 2013).

12Par conséquent, « l’empreinte carbone par habitant des Français a augmenté de 15 % en vingt ans si on prend en compte le solde des échanges extérieurs de GES. » Enfin, ce rapport estime encore que « la plupart des exercices de prospective fondés sur des hypothèses "raisonnablement optimistes" aboutissent à un facteur de réduction des émissions de GES de 2 à 2,5 plutôt que 4 entre 1990 et 2050 » (CGEDD, 2013).

13Dans ce contexte, les sommets climatiques internationaux se succèdent, mais sans parvenir à faire émerger un consensus sur des mesures applicables et appliquées : ils contribuent plutôt à cette « fabrique de la lenteur » qui rend de plus en plus improbable une décision à la hauteur du problème climatique (Aykut et Dahan, 2015). L’objectif officiel reste de limiter le réchauffement global à 2 °C ; mais, d’ores et déjà, certains estiment que cet objectif est devenu presque impossible à atteindre (Stocker, 2013 : 280-282). L’ampleur croissante du problème climatique est la première raison qui justifie l’intérêt théorique et politique de la notion de sobriété pour le xxie siècle.

Le pic pétrolier

14La deuxième raison justifiant de s’intéresser aujourd’hui à la sobriété est la question du pic pétrolier, et plus généralement celle du pic des ressources. Là encore, nous sommes confrontés à une situation historique inédite. Depuis quelques années, le feuilleton des prix de l’énergie occupe régulièrement les médias. Ils varient, s’envolent et rechutent sous l’effet de l’offre et de la demande, des conditions climatiques et géopolitiques, de la spéculation, des innovations techniques, etc. Mais, derrière ces fluctuations, la production globale de pétrole conventionnel plafonne. Les producteurs se tournent vers des hydrocarbures plus compliqués à extraire, plus polluants et plus coûteux. Le recours croissant à ces hydrocarbures extrêmes — gaz de schiste, sables bitumineux, pétroles arctiques, forages en eau profonde — peut prendre l’apparence d’un nouveau boom énergétique. Il témoigne en fait d’une dépendance accrue à des énergies dont la disponibilité se fait de plus en plus douteuse, dans une fuite en avant extractiviste (Abraham et Murray, 2015 ; Bednik, 2016).

15La question pétrolière est emblématique de l’évolution des problèmes d’environnement, qui sont moins désormais des problèmes de pollution que des problèmes de flux, de limites et de stocks (Bourg et Whiteside, 2010 : 16-17). En 1956, le géologue états-unien Marion King Hubbert a formulé pour la première fois la théorie dite du « pic pétrolier » en démontrant que, sur un territoire donné, l’évolution de la production pétrolière tend à former une courbe en cloche, faite de trois périodes distinctes : avant le pic, la production croît d’année en année ; pendant le pic, qui peut durer quelques années, elle stagne ; après le pic, elle décroît. Le pic de production intervient quand environ la moitié des réserves exploitables ont été extraites. Le pic en lui-même ressemble moins à un pic qu’à un « plateau ondulé », avec instabilité des prix et plafonnement de la production. Quand le plateau ondulé prend fin, une longue période de déplétion commence, où la production diminue d’année en année en dépit de tous les investissements. Pendant cette phase de déclin, les producteurs doivent se tourner vers des pétroles de moindre qualité, plus difficiles et plus chers à extraire, plus polluants pour l’environnement local et pour le climat global. Plusieurs pics ont déjà été observés localement, à l’échelle d’un pays ou d’une zone d’extraction.

16À l’échelle du globe, le pic pétrolier est une rupture nous précipitant d’une ère d’abondance énergétique vers une ère de raréfaction (Kunstler, 2005 ; Wingert, 2005). Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), le pic mondial du pétrole conventionnel a été atteint vers 2006. Depuis, le recours aux pétroles non conventionnels a permis de stabiliser la production mondiale, mais avec un coût environnemental, social et économique croissant, comme le montrent par exemple les controverses sur le recours aux gaz de schiste. La principale incertitude concerne maintenant le nombre d’années pendant lesquelles les pétroles non conventionnels suffiront à repousser le déclin : cinq ans ? Dix ans ? Plus ? Moins ? Des controverses existent quant à la date du pic pétrolier, quant à sa forme précise et quant à ses conséquences, mais le consensus se fait autour de l’idée selon laquelle, à terme, le pétrole sera bel et bien plus rare et plus cher.

17Cette perspective pose problème, compte tenu de la dépendance aux énergies fossiles des pays industrialisés. Il s’agit d’abord d’une dépendance physique : la France, par exemple, importe 98 % de son pétrole et 96 % de son gaz. C’est aussi une dépendance psychologique, tant il nous est difficile d’envisager un avenir de rareté énergétique. Le pétrole est le pivot de cette dépendance, parce qu’il est une source d’énergie de qualité supérieure : facile à extraire, à transformer, à transporter et à stocker. Il présente peu de danger, contrairement au nucléaire. Sa puissance est très concentrée et il ne réclame pas de convertisseur sophistiqué, contrairement aux énergies renouvelables. Tout cela le rend difficilement substituable dans certains secteurs-clés des économies modernes, comme les transports et l’agro-industrie. Et il joue aussi un rôle important comme matière première dans l’industrie des plastiques, dans les entreprises pharmaceutiques, etc.

18La raréfaction et le renchérissement durables de l’énergie constituent donc des défis majeurs, décisifs. Les énergies fossiles, et plus récemment le pétrole, structurent la dimension matérielle de notre modèle de développement. Elles façonnent depuis des décennies notre rapport au monde, et à travers lui notre rapport au politique. Selon l’historien et politiste Timothy Mitchell, la politique moderne, celle de la démocratie représentative, ne peut pas se comprendre sans l’étude de ses soubassements matériels et écologiques : « l’important est de lui restituer sa dimension physico-chimique », comme le résume l’historien Julien Vincent dans sa préface à l’ouvrage Petrocratia (Mitchell, 2011 : 13). Ce terme désigne une forme de pouvoir et de gouvernement particulière aux sociétés thermo-industrielles, irriguée par des flux de matière et d’énergie dont la continuité et la maîtrise conditionnent les relations sociales. Il conviendrait donc d’analyser les conséquences de la fin de la manne pétrolière pour nos systèmes démocratiques (Cochet, 2005 ; 2009).

19Mais comme pour le problème climatique et l’objectif de réduction des émissions de GES, l’essentiel des efforts techniques, des orientations législatives et des réflexions et politiques s’orientent aujourd’hui vers la recherche d’efficacité et la quête de substituts. L’argument du pic pétrolier est écarté par une réaffirmation de la confiance en la technique, et par la conviction que des innovations permettront, en temps voulu, de remplacer avantageusement le pétrole (Copinschi, 2015 : 66-67). La question est cependant de savoir s’il est vraiment réaliste de prétendre éviter la sobriété, compte tenu de l’ampleur inédite du problème et du caractère difficilement substituable du pétrole. Notre propos ne sera donc pas d’envisager une éventuelle évolution technique vers d’autres sources d’énergie, mais plutôt d’interroger la phase de transition qui nous permettrait de nous adapter à une raréfaction durable de l’offre énergétique. La perspective du pic pétrolier modifie la signification de la sobriété, celle-ci relevant moins du registre du choix librement consenti, et davantage de celui de l’adaptation ou de la résilience en situation de discontinuité énergétique globale.

La précarité énergétique

20Enfin, ces problèmes inédits ne se déploient pas dans un contexte socialement neutre. L’accroissement des inégalités sociales contribue concrètement à une augmentation des inégalités d’accès à l’énergie, et à une aggravation de la précarité énergétique : c’est une troisième raison de réfléchir aujourd’hui à une perspective de sobriété.

21Malgré l’abondance, les sociétés modernes connaissent des situations d’injustices sociales marquées et durables (Maurin, Dubet et Mucchielli, 2013). En 2009, comme le souligne un rapport de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, 11,9 millions de Français ont été touchés à des degrés divers par la pauvreté, dont 8,2 millions (13,5 % de la population) vivant sous le seuil de pauvreté (ONPES, 2012). La grande pauvreté concernait près de 2 millions de personnes, et connaissait une hausse lente, mais régulière, difficilement enrayée par le système de protection sociale. Les minima sociaux, complétés par l’accès à une couverture santé et l’aide au logement, offrent un filet de sécurité minimal et assurent un rôle essentiel dans la lutte contre la pauvreté… mais ils ne suffisent pas à en sortir, selon la direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques (DREES, 2011). La crise économique de 2008 n’a fait que renforcer cette situation sur l’ensemble du territoire français. Les travaux de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles soulignent l’importance de ce phénomène pour certaines régions particulièrement affectées (ONZUS, 2011). Le Nord-Pas-de-Calais est ainsi la région de France métropolitaine la plus touchée par le chômage ; la part des chômeurs de longue durée y est supérieure à la moyenne française et se maintient au cours du temps ; et la part de la population vivant sous le seuil de pauvreté y est particulièrement élevée. Tout cela contribue à l’accroissement des inégalités économiques et sociales.

22La question énergétique est loin d’être étrangère à la production et au maintien des inégalités sociales (Brisepierre, 2013). La notion de précarité énergétique a ainsi émergé pour tenter de saisir cette relation entre énergie et inégalité. La définition de la précarité énergétique qui a d’abord fait référence est celle de la « fuel poverty », élaborée dans les années 1990 au Royaume-Uni (Ezratty, 2010 : 11). Elle précisait qu’un ménage est en situation de précarité énergétique lorsqu’il dépense plus de 10 % de son revenu en énergie domestique. Puis elle s’est diffusée et a été reprise par de nombreux acteurs internationaux (Arnault, Briant et Devalière, 2010 : 1-4). En France, la loi du Grenelle II, promulguée le 12 juillet 2010, en a adopté une nouvelle définition :

« Est en précarité énergétique (…) une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison notamment de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat ».

23Les approches en termes de précarité énergétique suscitent des questions et des critiques, notamment relatives au choix des méthodes de calcul : pourquoi exclure les coûts de mobilité ? Comment inclure les spécificités territoriales ? Comment prendre en compte les ressentis des acteurs ? Etc. Mais la notion permet de pointer l’existence d’un phénomène préoccupant, concrètement lié à la question énergétique, dont l’intensité augmente avec le prix de l’énergie (Devalière, 2008).

24De plus, le concept de précarité énergétique met en évidence un lien profond entre énergie et corporalité. Le sentiment de manque, de privation, de dépossession est le révélateur du lien fondamental, dans une société d’abondance, entre l’accès à l’énergie et l’appréciation de sa propre identité. Car l’énergie procure évidemment les bénéfices matériels associés à la consommation, mais pas seulement : elle est aussi une condition d’insertion sociale, et peut générer un douloureux sentiment d’exclusion quand elle devient inaccessible.

« Il y a différentes formes de souffrances qui sont connectées à la précarité énergétique, il y a différentes catégories de précarité énergétique, donc il y a différents degrés d’exposition d’une part et différentes formes de précarité énergétique d’autre part » (entretien, cité dans Drique, 2012 : 17).

25La précarité énergétique est une réalité protéiforme, touchant des individus et des ménages qui s’efforcent alors de renégocier leurs « besoins » énergétiques dans un contexte social contraignant leur marge de manœuvre : situation professionnelle, contraintes de mobilité, etc. Mais la définition des besoins énergétiques n’est pas non plus intemporelle : elle évolue dans le temps, de façon quantitative et qualitative. La notion de sobriété constitue un outil théorique et politique pour penser une redéfinition collective des besoins énergétiques dans un contexte d’explosion des inégalités d’accès à l’énergie.

Maîtrise de la demande énergétique et scénarios de transition

26Ces trois enjeux témoignent, chacun à sa manière, des conséquences de la dépendance aux énergies fossiles. Leur degré de légitimité institutionnelle est inégal : le réchauffement global et la précarité énergétique sont désormais intégrés aux référentiels des politiques publiques, tandis que la question du pic pétrolier demeure tout au plus une question émergente dans le débat public (Szuba, 2014). Mais tous trois sont en profonde interaction car, comme le souligne Jacques Theys, conséquences environnementales et sociales se cumulent (Theys, 2000 et 2007). Cette convergence a contribué à légitimer les politiques de MDE, et a inspiré une multitude de scénarios locaux, nationaux et internationaux visant à anticiper et piloter nos trajectoires énergétiques.

27Depuis la « chasse au gaspi » des années 1970, la MDE a pleinement intégré le référentiel des politiques publiques en matière d’énergie, de climat, d’environnement et de lutte contre la précarité. La notion de MDE suppose que tous les consommateurs sont en mesure d’être maîtres de leur consommation énergétique, ou qu’une politique publique adéquate le leur permettra. Elle évoque l’idée d’un contrôle actif qui permettrait à chacun de réduire sa consommation d’énergie, ou de la stabiliser, voire simplement d’en limiter l’augmentation. La MDE n’implique donc pas en soi nécessairement une diminution des consommations énergétiques, et peut même se révéler compatible avec leur augmentation. Elle peut se traduire par des politiques volontaristes en faveur de technologies plus efficaces, mais aussi et surtout par des campagnes de sensibilisation incitant les individus à adopter des « petits gestes » (Pautard, 2009). L’objectif est alors d’organiser une consommation optimale, en veillant à consommer plus attentivement son énergie. C’est cet horizon indéterminé, « économiser l’énergie » et « maîtriser la demande en énergie », qui s’est désormais imposé comme un élément structurant des discours publics et privés sur l’énergie.

28Depuis les années 2000, la question climatique et l’objectif officiel du « Facteur 4 » ont inspiré plusieurs exercices de scénarisation de la trajectoire énergétique de la France dans les décennies à venir (Mathy, Bibas et Fink, 2010 ; Mathy, Fink et Bibas, 2011). Cela marque l’affirmation d’une expertise, tantôt publique et tantôt associative, dont le principal objet consiste à préciser la nature et l’ampleur des efforts de MDE qui seraient nécessaires. Tous les scénarios produits s’accordent à souligner l’ampleur de la tâche (Radanne, 2004 ; Syrota, 2007). Mais, dans le même temps, la plupart de ces scénarios en restent à des propositions essentiellement techniques.

  • 1 Voir : https://negawatt.org/L-Association-negaWatt (consulté le 18 septembre 2017).

29Sur ce point, le scénario négaWatt fait figure d’exception. Il a été produit par l’association du même nom, elle-même créée en 2002 par des experts et des praticiens issus des domaines de la maîtrise de l’énergie et des énergies renouvelables. L’association entend contribuer à la réduction de notre dépendance aux énergies fossiles et nucléaires, pour réduire les impacts négatifs de l’économie humaine sur la biosphère et permettre un partage équitable des ressources naturelles1. Son expertise est aujourd’hui bien reconnue, et elle participe aux débats récurrents sur la politique énergétique nationale, comme lors du Grenelle de l’Environnement (2007) et du Débat national sur la transition énergétique (2013). D’abord publié en 2003, puis ajusté une première fois en 2006, le scénario négaWatt a été revu en profondeur en 2011. Il souligne les liens étroits du modèle énergétique actuel avec l’urbanisme, l’alimentation et la mobilité, en réalisant un diagnostic de notre consommation énergétique et en formulant une vision prospective à horizon 2050. Il y est calculé que la France pourrait diviser par seize ses émissions de CO2 d’origine énergétique, éliminant ainsi presque toute dépendance aux énergies fossiles, tout en planifiant en même temps un abandon total de l’énergie nucléaire en à peine plus de deux décennies. Ce calcul se fonde sur un triptyque qui faisait l’originalité du scénario négaWatt, et qui depuis s’est imposé comme une référence structurante des débats scientifiques et politiques sur les scénarios énergétiques : le triptyque « sobriété - efficacité - renouvelables » (Association négaWatt, 2012).

30Une analyse comparée des principaux scénarios énergétiques existant pour la France montre que la référence à la sobriété constitue l’une des principales originalités du travail de l’association négaWatt.

« Dans de nombreux cas, la sobriété énergétique qui permet de diminuer les gaspillages n’est pas mentionnée, car agrégée aux gains dus à l’efficacité énergétique. Le scénario négaWatt est le seul à la considérer en tant que telle, de manière indépendante, alors que ce sont donc des gains énergétiques gratuits, atteignables immédiatement à la différence des mesures d’efficacité énergétique qui ne pénètrent qu’au rythme du renouvellement des parcs techniques. » (Mathy, Fink et Bibas, 2011 : §51).

31Toutefois, même le scénario négaWatt, bien qu’il affirme le caractère incontournable de la sobriété dans la transition à venir, peine à chiffrer sa contribution potentielle. Celle-ci se révèle effectivement très difficile à anticiper car, à l’inverse des enjeux essentiellement techniques que soulèvent l’efficacité et les renouvelables, la sobriété interroge directement l’organisation des sociétés modernes et leur dépendance à l’abondance énergétique :

« La sobriété énergétique suppose une évolution des comportements. Nous sommes aujourd’hui incapables de détailler les mesures nécessaires à un tel changement. » (Mathy, Fink et Bibas, 2011 : §51).

32En soulignant l’importance de la sobriété dans la transition énergétique à venir, l’association négaWatt a joué un rôle majeur dans la diffusion de cette notion. Le terme de sobriété s’impose désormais dans le cercle assez large des professionnels, des militants et des experts préoccupés par les questions énergétiques et climatiques. Il s’impose aussi comme référence incontournable dans les nombreux débats citoyens et forums hybrides qui traitent de ces enjeux (Pautard, 2009 : 426). Mais, alors même que la notion de sobriété se diffuse rapidement, son territoire demeure assez étroit : de même qu’il est bien difficile de chiffrer la contribution potentielle de la sobriété aux transitions énergétiques à venir, il se révèle difficile de désigner les actions qui pourraient en relever. L’association négaWatt a donc proposé trois catégories d’actions relevant de la sobriété énergétique : 1) la sobriété dimensionnelle, qui consiste à éviter le surdimensionnement des équipements, et à éviter ainsi une inutile surconsommation d’énergie ; 2) la sobriété d’usage, qui renvoie à la durée d’utilisation ou d’exploitation des équipements, en encourageant la production de produits durables plutôt que l’obsolescence programmée ou la tyrannie de la mode ; 3) la sobriété conviviale, qui renvoie aux économies d’énergies permises par une meilleure organisation du territoire et par la mutualisation des équipements (lave-linge partagé, covoiturage, etc.).

33Cet effort de délimitation de la sobriété énergétique ne clarifie cependant que partiellement les réalités sociales recouvertes par la notion. Même dans les réflexions produites par l’association négaWatt, l’explication de ce qu’est la sobriété peine à se démarquer d’une simple dénonciation des gaspillages — dénonciation tautologique, les gaspillages renvoyant toujours, par définition, à un usage abusif, absurde, scandaleux, en pure perte. Par exemple :

  • 2 Voir : https://negawatt.org/La-demarche-negaWatt (consulté le 18 septembre 2017).

« Produire des négaWatts c’est donc rompre avec nos (mauvaises) habitudes en préférant la sobriété énergétique au gaspillage. C’est rechercher la meilleure utilisation possible de l’énergie, plutôt que de continuer d’en consommer toujours plus. Loin du "retour à la bougie ou à la lampe à pétrole", cette démarche vise à faire la chasse aux watts inutiles grâce à une utilisation plus efficace de l’énergie, et à recourir judicieusement aux énergies renouvelables. (…) La sobriété énergétique n’est pas un retour en arrière, c’est simplement une utilisation plus intelligente de l’énergie. »2

34Le risque est de voir la notion de sobriété se diluer dans une approche à peine élargie de l’efficacité énergétique, relevant à la fois du bon sens et de la rationalité budgétaire, au détriment d’une réflexion ambitieuse sur notre relation à l’énergie.

35Car ce glissement sémantique fait perdre de vue ce qui fait la spécificité de la sobriété : sa capacité à souligner la dimension sociale, plutôt que technique, de la transition énergétique. Penser le rôle à venir de la sobriété, comme le propose l’approche négaWatt, permet d’initier une réflexion sur la nature et l’étendue des « besoins » que les individus pourraient légitimement voir satisfaits dans une perspective de transition énergétique. Ainsi, dans son Manifeste de 2012, l’association propose une classification allant graduellement des besoins « vitaux » aux besoins franchement « nuisibles ». Ces derniers seraient identifiables au fait que leur satisfaction ne procurerait qu’un plaisir égoïste et dérisoire en regard des méfaits qu’ils provoqueront nécessairement, directement ou indirectement, sur l’environnement ou sur autrui, aujourd’hui ou demain. Une politique de sobriété consisterait alors à dissuader les consommations énergétiques correspondant à des besoins superflus, et à favoriser en revanche la satisfaction des besoins vitaux jugés incompressibles, en utilisant le moins d’énergie possible (Association négaWatt, 2012 : 63). Mais cette approche de la sobriété, sans être inintéressante, se heurte encore au caractère extrêmement subjectif de la notion de besoin, sans aborder la question des procédures décisionnelles qui permettraient d’aboutir à une définition partagée du vital et du superflu, ou de l’utile et du nuisible.

  • 3 Depuis, d’autres scénarios ont intégré la sobriété à leur réflexion, à la suite des travaux de néga (...)

36Les scénarios existants abordent donc essentiellement la transition énergétique à la manière d’un problème technique, appréhensible en termes d’efficacité et de renouvelables. Les travaux de négaWatt sont une exception, puisqu’ils sont parmi les seuls à dire clairement le caractère tout aussi incontournable de la sobriété dans la transition à venir3. Mais, même là, la sobriété reste difficile à appréhender, à définir et à chiffrer. Un certain flou persiste, qui maintient la confusion tantôt avec l’efficacité, tantôt avec les petits gestes, tantôt avec une dénonciation tautologique des abus et des gaspillages. La sobriété ne s’impose donc pas comme un élément réellement structurant des réflexions sur la transition énergétique. Elle dispose pourtant d’un potentiel plus subversif, susceptible de profondément modifier notre approche de la question énergétique.

Délimiter la sobriété

37Des notions aussi diverses que la modération, la frugalité, la simplicité et même l’austérité — chez Ivan Illich (1973) — ont tour à tour été mobilisées pour exprimer la perspective d’un mode de vie qui serait à la fois écologiquement soutenable et socialement épanouissant. Dans la lignée de cette tradition, et suite aux travaux pionniers de l’association négaWatt, les années 2000 ont été marquées par un recours croissant à la notion de sobriété pour décrire la réforme écologique des modes de vie (Bourg et Roch, 2012). Mais, malgré cela, parler de sobriété n’a encore rien d’évident (Semal, 2015). Le terme lui-même apparaît souvent comme une provocation, de nombreux individus n’ayant pas accès au « minimum ». Il est vrai que l’idée même de sobriété suggère une forme de renoncement à l’amélioration automatique des conditions matérielles. Au lieu d’espérer le progrès technique, elle suppose des choix de vie conduisant à réduire le besoin énergétique lui-même, au point de questionner les normes du confort moderne et d’interroger les fondements du bien-être : non pas mieux isoler un logement pour le chauffer autant avec moins, mais y baisser la température, ne plus en chauffer toutes les pièces, le chauffer plus tardivement en automne, etc. La sobriété peut alors apparaître comme une forme de régression, en contradiction avec l’idéal du progrès continu. Plutôt que de donner une définition trop figée de cette notion polémique et difficile à cerner, nous proposons de procéder en creux, en présentant d’abord certaines approches trop restrictives de la sobriété, puis en présentant la dimension plus subversive de cette notion en rupture avec l’idée de progrès technique.

Ce que la sobriété ne peut pas se contenter d’être…

Un sous-produit de la maîtrise de la demande énergétique

38Le rôle des pouvoirs publics est évident en matière de MDE, non seulement du fait de leur rôle majeur dans la gestion des infrastructures énergétiques, mais aussi parce qu’ils organisent désormais les politiques de lutte contre le changement climatique — ce qui impacte nécessairement les politiques énergétiques nationales (Salles, 2006). En France, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) tente de promouvoir une gestion raisonnée des consommations d’énergie au nom des engagements internationaux du pays. L’histoire des politiques de MDE en France montre le double enjeu qui a sous-tendu leur mise en œuvre depuis les années 1970 (Leray et La Roncière, 2003). Elles visent premièrement à lisser la demande par une meilleure répartition des consommations dans le temps (tarif préférentiel aux heures creuses), et deuxièmement à favoriser des techniques réduisant les consommations par une fiscalité incitative — déductions fiscales, aide à l’isolation des logements, etc. Ces politiques de MDE s’accompagnent de stratégies communicationnelles jouant tantôt sur l’exemplarité de certains, tantôt sur la responsabilisation collective, et beaucoup plus rarement sur la culpabilisation des pratiques les plus énergivores. Il ne s’agit donc pas de stigmatiser les surconsommations, mais plutôt d’en appeler à la vigilance et au bon sens de chacun, sans remise en cause de la culture de la production et de la consommation : acheter des appareils électroménagers plus économes, mais sans critiquer le suréquipement.

39Certes, ces politiques de MDE s’accompagnent souvent d’un discours plus général incitant à la réduction des consommations énergétiques ou des émissions de gaz à effet de serre. Mais ces déclarations d’intention et ces appels à la bonne volonté ne constituent pas, en eux-mêmes, une inversion du rapport à la consommation énergétique. D’ailleurs, depuis les premières campagnes appelant à la « chasse au gaspi » dans les années 1970, la consommation énergétique n’a guère diminué, bien au contraire. En fait, les politiques de MDE mettent en avant des comportements relevant davantage de l’efficacité comportementale que de la sobriété. Il ne s’agit pas de rompre avec la culture de l’abondance énergétique, mais plutôt d’encourager la diffusion de « bonnes pratiques » qui permettront de prolonger cette abondance : baisser le chauffage, éteindre les appareils électriques habituellement laissés en veille, choisir des ampoules à basse consommation, profiter au mieux de la lumière naturelle avant d’allumer, etc.

40La sobriété n’est pas absente de ces changements de comportement encouragés par la MDE (Zélem, 2010). Mais il serait dommage de réduire cette notion à la seule sphère des usages domestiques de l’énergie, en l’associant de façon trop restrictive aux petits gestes, au bon sens ou à l’attention énergétique. Car la sobriété a aussi une dimension plus subversive, nettement plus ambitieuse par sa remise en cause de notre dépendance à l’abondance énergétique : elle est un levier théorique pour mettre au jour les limites d’une prétendue maîtrise de la demande dans une société de consommation, et pour envisager d’autres modes de vie guidés par une autolimitation collective.

Une nouvelle strate de solutions techniques

41Les politiques de MDE misent d’abord sur des solutions techniques, qui permettraient soit de gagner en efficacité dans nos consommations, soit de substituer des énergies renouvelables aux énergies fossiles. Cette perspective suppose que le progrès technique, en dotant les consommateurs d’outils mieux calibrés, nous permettra de maintenir nos pratiques et notre culture consuméristes. Les propositions en faveur de la « Troisième Révolution industrielle » constituent une forme de paroxysme de cette approche essentiellement technique, industrialiste, de la transition énergétique (Rifkin, 2012).

42Cette focalisation sur les outils techniques n’épargne pas la sobriété, alors même que celle-ci est supposée aborder la question énergétique sous l’angle du changement social. La diffusion massive des techniques de l’information et de la communication (TIC) se trouve ainsi souvent présentée comme l’occasion de diffuser des pratiques plus sobres en énergie — par le biais d’objets connectés, de réseaux intelligents, d’applications pour smartphones, d’imprimantes 3D, etc. Les TIC seraient ainsi un outil de massification des pratiques énergétiquement vertueuses, tels l’autopartage ou la gestion en temps réel des consommations domestiques, et permettraient l’émergence d’une forme de sobriété collective. Cette idée s’appuie sur l’imaginaire de la dématérialisation qui sous-tend aujourd’hui nombre de discours sur internet et le monde numérique. Mais cet imaginaire de la dématérialisation est pourtant invalidé par la réalité des consommations énergétiques cachées qu’induit la massification des TIC : la dématérialisation des informations nécessite de lourdes infrastructures concrètes, très matérielles, et grandes consommatrices d’énergie (Flipo, 2007). C’est le « paradigme des Sioux » : les signaux de fumée peuvent paraître immatériels à qui ne les regarde que de loin, mais ils nécessitent en réalité du travail, du bois et de la combustion (Gras, 2007). À cela s’ajoute le problème de « l’effet rebond », direct (une voiture qui consomme moins à distance équivalente permet de rouler davantage) ou indirect (une voiture qui consomme moins à distance équivalente permettra d’investir dans une maison plus grande ou dans un voyage en avion). Tout cela limite l’intérêt des approches trop techniciennes de la sobriété.

43La sobriété n’est donc pas réductible à une modification marginale des pratiques dans un contexte de surenchère de l’outillage technologique. Il ne s’agit pas de mieux maîtriser son budget énergétique à grands renforts de TIC, mais bien plutôt d’envisager une forme de modération dans l’outillage technique, tant pour réduire la dépendance énergétique que pour accroître l’autonomie des individus. La sobriété ne se limite pas à l’optimisation des consommations dans une économie high-tech, fût-elle collaborative ou circulaire (Bihouix, 2014). Cette notion propose plutôt de questionner notre rapport à l’abondance énergétique, quitte à questionner les normes du confort moderne (Le Goff, 1994 ; Shove, 2003 ; Dobré et Juan, 2009). La chose n’est pas simple dans une société d’abondance, et la sociologie de l’environnement a montré que les pratiques de sobriété — manger moins de viande, se passer d’automobile, de pas prendre l’avion — sont souvent vécues comme autant de petits actes de « résistance ordinaire » (Dobré, 2003). Tout cela nous mène bien loin de l’optimisation rationnelle des consommations énergétiques avec assistance numérique.

Une vertu individuelle, morale ou spirituelle

44La sobriété ne mérite donc d’être réduite ni à un sous-produit de la MDE, ni à une nouvelle strate de solutions techniques. Elle prétend au contraire participer à l’invention de modes de vie réellement autres, plutôt que prolongés à l’identique dans une société globalement inchangée (Bourg et Roch, 2012). La logique de rupture sociale à l’œuvre dans la notion de sobriété peut aller jusqu’à une remise en cause de la modernité elle-même, dans une aspiration à renouer avec la sobriété heureuse de communautés ancestrales, réelles ou fantasmées : l’espoir d’inventer des vies rythmées de joies simples et frugales, dans des sociétés pauvres sans être miséreuses.

45Cela soulève la question de la dimension morale de cette notion. Parce qu’elle entre en contradiction avec l’aspiration moderne au progrès matériel, la sobriété est souvent considérée comme résultant d’un postulat moral atypique, qui valoriserait une spiritualité vertueuse, incarnée par le renoncement à une matérialité futile et inutile. Cette perception se fonde sur les multiples exemples historiques de pensées qui ont prêché le dénuement et le renoncement comme expression vivante de la spiritualité : pour Épicure, c’est par la maîtrise et la limitation raisonnable des désirs que chacun pourra vivre « tel un dieu parmi les hommes » (Helmer, 2013). Et il est vrai que, plus récemment, certains auteurs ont essayé de concilier l’approche de la sobriété avec une dimension spirituelle, en promouvant l’idée d’une sobriété « heureuse » (Rabhi, 2010 ; Viveret, 2010). Mais la réduction de la sobriété à sa seule dimension spirituelle risque, d’une part, de la cantonner à une affaire de choix individuel et, d’autre part, de faire oublier les raisons très concrètes qui justifient aujourd’hui l’exigence de sobriété : réchauffement global, raréfaction des énergies fossiles, etc.

46Sans nier la dimension morale de cette notion, nous proposons donc de la relativiser en soulignant combien le contexte écologique contemporain — celui de la finitude — modifie le sens de la sobriété. Il ne s’agit pas de promouvoir la sobriété comme vertu individuelle, pour des raisons morales ou spirituelles, mais d’insister plutôt sur la dimension politique d’une notion invitant à négocier collectivement un juste partage des efforts de réduction des consommations. La sobriété n’est pas une vertu anhistorique ou atemporelle, mais une démarche collective de répartition des conséquences de la finitude globale.

Une incantation politique généralisante

47La notion de sobriété a connu depuis quelques années un relatif succès transpartisan. Il est rare désormais qu’elle soit totalement absente des débats sur la transition énergétique, et même les textes les plus officiels lui accordent une place, aux côtés de l’efficacité et des renouvelables : la loi du 22 juillet 2015, relative à la transition énergétique pour la croissance verte, comporte onze occurrences des termes « sobre », « sobres » ou « sobriété ». Mais quelle signification donner à cette référence, lorsque le titre même de la loi réaffirme la primauté du principe de croissance ?

48Cette mobilisation à contre-emploi suggère que l’appropriation politique de la notion aboutit à une vision généralisante et dépolitisée de la sobriété. Elle devient alors une incantation, qui n’est pas sans incohérence, et qui résulte davantage d’un compromis dans la rédaction du texte que d’un ralliement du législateur à l’objectif d’une réduction significative des services énergétiques. La mise en œuvre effective des mesures relevant de la sobriété demeure d’ailleurs anecdotique, l’essentiel des efforts politiques et techniques se portant sur les actions en faveur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Cette approche rhétorique et globalisante peut être due, pour partie, à une difficulté persistante à quantifier et à scénariser ce que serait une transition énergétique essentiellement fondée sur des politiques de sobriété. Mais elle est surtout due au fait que, au-delà des invocations ponctuelles de cette notion, les politiques de l’énergie n’aboutissent, à ce jour, à aucune véritable remise en cause de l’impératif de croissance de la production énergétique.

49Derrière le relatif succès institutionnel de la « sobriété » au cours des dernières années, il y a donc la diffusion d’usages très extensifs du terme, qui devient un vague synonyme d’efficacité énergétique, d’attention énergétique ou de MDE. Ce qui pourrait faire la spécificité de la sobriété se dilue dans un discours politique généralisant sur les bonnes pratiques — discours qui prétend une fois de plus concilier transition énergétique et perpétuation de la croissance, au lieu d’interroger, plus profondément, leurs éventuelles incompatibilités.

Perspectives subversives de la sobriété

50La subversion consiste à introduire une interrogation sur les valeurs communément partagées. Dans le monde des idées politiques, certaines notions peuvent susciter l’étonnement par la manière dont elles détonnent dans le paysage intellectuel dominant, par les questions qu’elles soulèvent, par les « pas de côté » théoriques qu’elles suggèrent. Mais l’institutionnalisation d’une notion, en mettant l’accent sur la compatibilité avec les cadrages dominants, contribue souvent à en réduire la portée subversive.

51La dimension subversive de la sobriété réside dans sa capacité à interroger certaines pseudo-évidences de notre relation à l’énergie. Elle permet de dénaturaliser notre situation contemporaine d’abondance énergétique, en l’appréhendant plutôt comme une exception historique, et en la resituant dans le contexte global de contraction matérielle pour le siècle à venir (Heinberg, 2007). La sobriété n’ayant pas de traduction littérale en langue anglaise, elle peut néanmoins trouver un équivalent dans la notion de suffisance (sufficiency). Celle-ci postule l’existence d’un seuil de contre-productivité au-delà duquel il devient indésirable de continuer à croître, à consommer ou à accumuler. L’économiste états-unien Thomas Princen (2005) a prolongé et amplifié cette réflexion critique de la croissance en étudiant comment la suffisance, érigée en principe macroéconomique, pourrait contribuer à la redéfinition d’un bien-être collectif nettement plus sobre, qui contrasterait avec les maux sociaux et environnementaux liés à la surconsommation. Sobriété et suffisance ont donc ceci de commun qu’elles contribuent toutes deux à questionner non seulement le caractère désirable mais aussi la possibilité même du projet économique et politique de croissance infinie qui anime les sociétés contemporaines (Jackson, 2017).

52Le potentiel subversif de la sobriété réside ensuite dans sa manière de proposer une réévaluation des conditions de réduction des inégalités sociales (Lejeune, 2015). En contexte de finitude des ressources, la sobriété constitue en effet un puissant levier théorique pour appréhender un enjeu démocratique émergent : la répartition équitable de ressources énergétiques en cours de raréfaction. Ainsi, la précarité énergétique peut être redéfinie comme le résultat d’une répartition inéquitable des efforts de sobriété imposés par le plafonnement des ressources pétrolières disponibles. La mise à l’agenda politique de la sobriété comme réponse au pic des ressources constitue alors une méthode d’animation du débat public qui met l’accent sur la fin annoncée de l’abondance énergétique, tout en invitant à renégocier les modalités de répartition des richesses restantes. Contrairement à l’efficacité qui s’inscrit dans une perspective d’innovation technique, la sobriété insiste plutôt sur la nécessité d’une renégociation des besoins et des normes sociales à l’origine du besoin énergétique. Elle suppose d’interroger les limites des politiques redistributives pour lutter contre les inégalités d’accès à l’énergie, et propose une reformulation des conditions de l’égalité dans un monde contraint.

53Enfin, la dimension subversive de la sobriété provient des interrogations qu’elle porte à la théorie politique démocratique (Villalba, 2015 : 56-63). La sobriété participe ainsi d’un cadre théorique qui propose de ré-enchâsser le débat démocratique contemporain dans la réalité matérielle d’un monde en voie de basculement, et de redéfinir en conséquence la hiérarchie des usages plus ou moins légitimes de l’énergie dans nos sociétés (Semal, 2012). L’accent porté sur la renégociation démocratique des usages prioritaires de l’énergie fait de la sobriété un pivot des réflexions émergentes sur les perspectives de découplage entre le projet démocratique moderne d’une part, et l’abondance énergétique qui a été sa matrice depuis des décennies d’autre part. La difficulté institutionnelle à pérenniser une réflexion structurante sur la juste répartition des efforts de sobriété en situation de contraction matérielle et énergétique constitue ainsi l’un des principaux obstacles aux aspirations contemporaines à écologiser les démocraties.

54Cet ouvrage propose d’explorer cette portée subversive de la sobriété. Pour cela, il s’inscrit dans la lignée des travaux de la green political theory, un courant de la science politique qui voit en la confrontation à la finitude écologique l’un des principaux défis que les démocraties modernes auront à relever dans les décennies à venir (Dobson, 2007). L’idée de finitude implique l’existence de limites à la croissance, tant économique qu’énergétique, que le progrès technique ne permettra pas de repousser indéfiniment, et dont la perspective pourrait se révéler préjudiciable au maintien d’un régime démocratique (Szuba, 2014). La green political theory permet ainsi d’appréhender la sobriété au prisme de la durabilité forte, en soulignant sa dimension subversive dans un monde et une société encore largement acquis à l’impératif de croissance.

Territorialiser la sobriété : le cas de la région Nord-Pas-de-Calais

  • 4 Le comité scientifique du programme « Sobriétés » était constitué de chercheurs issus du Ceraps (Li (...)

55En 2010, l’Ademe et le conseil régional Nord-Pas-de-Calais ont lancé un appel d’offres sur les conditions de déclinaison et d’appropriation territoriale des objectifs et des outils de MDE : « Réseaux énergétiques et maîtrise de la demande d’énergie dans un contexte d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques ». Parmi les projets financés, le projet « Sobriétés » (2010-2013), porté par une équipe interdisciplinaire4, proposait d’accompagner le territoire dans une exploration théorique et sociologique de la sobriété énergétique, avec la perspective d’aider à l’institutionnalisation de cette notion comme instrument des politiques régionales de MDE (Semal, Szuba et Villalba, 2014). Il s’agissait d’analyser le processus de construction sociale de la sobriété, en étudiant divers acteurs institutionnels et associatifs partenaires qui mobilisaient plus ou moins explicitement la notion de sobriété, et qui seraient susceptibles de jouer un rôle de « passeurs » dans l’institutionnalisation de la notion. Les passeurs relèvent d’une catégorie intermédiaire entre les prescripteurs et les destinataires : ils jouent un rôle souvent déterminant dans la légitimation et la mise en œuvre effective des politiques publiques. Il s’agissait donc de travailler avec un réseau d’acteurs régionaux en les accompagnant dans une réflexion théorique sur la sobriété, mais aussi dans une expérimentation plus appliquée des méthodes d’animation proposées par les Transition Towns pour initier une délibération sur l’après-pétrole.

56Les monographies ainsi réalisées témoignent d’un important travail d’appropriation de la notion de sobriété, avec notamment des tentatives récurrentes pour concilier contrainte énergétique et équité sociale. De plus, même si aucun consensus ne se dégage sur le contenu et les objectifs de la sobriété, nous n’avons jamais été confrontés à un franc rejet de cette notion. Certes, le terme est délicat à manipuler en raison de sa connotation contraignante, voire morale. Mais il permet aussi de rendre plus visible la relation de dépendance à l’énergie. Enfin, la notion de sobriété est d’autant plus acceptée et appropriée par les acteurs, y compris ceux de l’action sociale en faveur des plus précaires, qu’elle est insérée dans des processus de délibération. La réduction de la dépendance énergétique passe alors par une négociation des usages énergétiques. Si les acteurs exprimaient quelquefois des doutes sur la possibilité d’une transformation profonde des rapports sociaux à l’énergie, aucun n’a été réticent à la mise en débat des conditions d’une sobriété collective.

57Cette confrontation aux représentations et aux pratiques des acteurs permet de pointer les limites d’une opposition trop abstraite entre sobriété choisie et sobriété subie. En effet, les discours sur la sobriété tendent souvent à la définir comme un effort essentiellement volontaire de réduction des consommations énergétiques, clairement différente de la sobriété subie par les populations pauvres (Arnsperger et Bourg, 2014). Mais nos conclusions font davantage ressortir l’ambiguïté du caractère « volontaire » des démarches de sobriété, la plupart des acteurs étudiés développant une rhétorique de l’adaptation choisie à un faisceau de contraintes subies : contrainte économique (hausse des prix de l’énergie), contrainte matérielle (réduction des quantités d’énergie disponibles, risque de pénurie) et contrainte sociale (risque de tensions sociales insoutenables en l’absence de négociation des efforts de réduction des consommations). Cela nous invite à dépasser les discours normatifs qui distinguent radicalement la bonne sobriété « choisie » de la mauvaise sobriété « subie », pour considérer plutôt le caractère ambivalent de cette notion. La sobriété se situe alors à la croisée de la contrainte subie, non négociable, et du choix de société collectivement négocié : elle vise une répartition équitable des ressources énergétiques dans un monde fini.

Bibliographie

Abraham (Yves-Marie) & Murray (David), 2015, Creuser, jusqu’où ? Extractivisme et limites à la croissance, Montréal, Écosociété.

Acket (Claude) & Bacher (Pierre), 2014, Diviser par quatre les rejets de CO2 dus à l’énergie : le scénario Negatep, Version actualisée, Rapport pour l’association Sauvons le climat. http://sauvonsleclimat.org/images/articles/pdf_files/best_of/negatep%202014.pdf (consulté le 26 avril 2016).

Anders (Günther), 2006, « Les racines de l’aveuglement face à l’apocalypse » (1962), in La Menace nucléaire. Considérations radicales sur l’âge atomique, Éditions du Rocher & Le Serpent à plumes.

Arnault (Séverine), Briant (Pierrette) & Devalière (Isolde), 2010, « La précarité énergétique : avoir froid ou dépenser trop pour se chauffer », INSEE Première, 1351 : 1-4.

Arnsperger (Christian) & Bourg (Dominique), 2014, « Sobriété volontaire et involontaire », Futuribles, 403 : 43-57. https://www.futuribles.com/fr/base/revue/403/sobriete-volontaire-et-involontaire/ (consulté le 26 avril 2016).

Association négaWatt, 2012, Manifeste négaWatt : réussir la transition énergétique, Arles, Actes Sud.

Aykut (Stefan) & Dahan (Amy), 2015, Gouverner le climat ? Vingt ans de négociations internationales, Paris, Presses de Sciences Po.

Bednik (Anna), 2016, Extractivisme. Exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistances, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin.

Bihouix (Philippe), 2014, L’Âge des Low Tech. Vers une civilisation techniquement soutenable, Paris, Seuil.

Bonduelle (Antoine), Szuba (Mathilde) & Zuindeau (Bertrand), 2011, « Facteur 4 : le chantier social et politique », Développement durable et territoires [en ligne], vol. 2, 1. http://developpementdurable.revues.org/8905 (consulté le 26 avril 2016).

Bourg (Dominique) & Roch (Philippe) (dir.), 2012, Sobriété volontaire. En quête de nouveaux modes de vie, Paris, Labor et Fides.

Bourg (Dominique) & Whiteside (Kerry), 2010, Vers une démocratie écologique. Le citoyen, le savant et le politique, Paris, Seuil & la République des idées.

Brisepierre (Gaëtan), 2013, Analyse sociologique de la consommation d’énergie dans les bâtiments résidentiels et tertiaires. Bilan et perspectives, Rapport pour l’Ademe.

Caminel (Thierry), Frémeaux (Philippe), Giraud (Gaël), Lalucq (Aurore) & Roman (Philippe), 2014, Produire plus, polluer moins : l’impossible découplage ?, Paris, Les Petits matins & institut Veblen.

CGEDD, 2013, Le Facteur 4 en France : la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050, Rapport final 008378-01. http://cgedd.documentation.developpement-durable.gouv.fr/documents/cgedd/008378-01_rapport.pdf (consulté le 21 septembre 2017).

Cherrier (Hélène), Szuba (Mathilde) & Özçağlar-Toulouse (Nil), 2012, « Barriers to downward carbon emission : exploring sustainable consumption in the face of the glass floor », Journal of Marketing Management, vol. 28, 3-4 : 397-419.

Cochet (Yves), 2005, Pétrole apocalypse, Paris, Fayard.

Cochet (Yves), 2009, Antimanuel d’écologie, Rosny-sous-Bois, Bréal.

Combes (Maxime), 2015, Sortons de l’âge des fossiles ! Manifeste pour la transition, Paris, Seuil.

Copinschi (Philippe), 2015, « La fin du pétrole : mythe ou réalité ? », in Gemenne (François) (dir.), L’Enjeu mondial. L’environnement, Paris, Presses de Sciences Po : 57-67.

Denolle (Anne-Sophie), 2016, « Commentaire de la loi relative à la Transition Énergétique pour la Croissance Verte », Revue juridique de l’environnement, vol. 41, 1.

Devalière (Isolde), 2008, « Au-delà des impayés d’énergie, comment appréhender la précarité énergétique ? », Espace populations sociétés, 1.

Dobré (Michelle), 2003, L’Écologie au quotidien. Éléments pour une théorie sociologique de la résistance ordinaire, Paris, L’Harmattan.

Dobré (Michelle) & Juan (Salvador) (dir.), 2009, Consommer autrement. La réforme écologique des modes de vie, Paris, L’Harmattan.

Dobson (Andrew), 2007 (1990), Green Political Thought, London & New York, Routledge.

DREES, 2011, Minima sociaux et prestations sociales en 2009. La redistribution au bénéfice des ménages modestes, Étude et Statistiques. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/114000538/0000.pdf (consulté le 21 septembre 2017).

Drique (Marie), 2012, La Justice environnementale comme concept d’analyse de la précarité énergétique : une clé de lecture pour mieux saisir les enjeux sociaux du phénomène, mémoire de recherche, M1 Développement soutenable, institut d’études politiques de Lille.

Ezratty (Véronique), 2010, « Précarité énergétique et Santé : ‘To heat or to eat’? », Air Pur, 78.

Flipo (Fabrice), 2007, « L’infrastructure numérique : l’impossible domestication des effets rebonds », in Flipo (Fabrice), Boutet (Annabelle), Draetta (Laura) & Deltour (François), Écologie des infrastructures numériques, Paris, Hermès.

Gras (Alain), 1993, Grandeur et dépendance. Sociologie des macro-systèmes techniques, Paris, Presses universitaires de France.

Gras (Alain), 2007, Le Choix du feu. Aux origines de la crise climatique, Paris, Fayard.

Heinberg (Richard), 2007, Peak Everything : Waking Up to a Century of Declines, Philadelphia, New Society Publishers.

Helmer (Étienne), 2013, Épicure ou l’économie du bonheur, Neuvy-en-Champagne, le Passager Clandestin.

Hoeschele (Wolfgang), 2011, The Economics of Abundance : A political Economy of Freedom, Equity and Sustainability, London, Gower.

Illich (Ivan), 1973, La Convivialité, Paris, Seuil.

Jackson (Tim), 2017, Prospérité sans croissance. Les fondations pour l’économie de demain, 2nde éd., Bruxelles et Namur, De Boeck.

Jouzel (Jean), 2014, L’Avenir du climat, Les Carnets des dialogues du Matin, institut Denis Diderot.

Kunstler (James Howard), 2005, La Fin du pétrole. Le vrai défi du xxie siècle, trad. française, Paris, Plon.

Le Goff (Olivier), 1994, L’Invention du confort. Naissance d’une forme sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Lejeune (Caroline), 2015, En quête de justice écologique. Théorie politique environnementale et mobilisations sociales, Thèse de doctorat en Science politique, université Lille 2.

Leray (Théo), La Roncière (Bertrand de), 2003, Trente ans de maîtrise de l’énergie, ATEE, Arcueil.

Mathy (Sandrine), Bibas (Ruben) & Fink (Meike), 2010, Scénarios de réduction d’émissions de gaz à effet de serre pour la France, Rapport de recherche du Cired et du Rac-France. http://www.centre-cired.fr/IMG/pdf/20100226-Encilowcarb-Rapport_Scenarios_existants.pdf (consulté le 5 octobre 2015).

Mathy (Sandrine), Fink (Meike) & Bibas (Ruben), 2011, « Quel rôle pour les scénarios Facteur 4 dans la construction de la décision publique ? », Développement durable et territoires, vol. 2, 1. http://developpementdurable.revues.org/8802 (consulté le 5 octobre 2015).

Maurin (Louis), Dubet (François) & Mucchielli (Laurent), 2013, « Les inégalités sociales en France. Entretiens », Le Français aujourd’hui, n° 183, 4 : 29-40.

McGlade (Christophe) & Ekins (Paul), 2015, « The geographical distribution of fossil fuels unused when limiting global warming to 2°C », Nature, 517 : 187-190.

Mitchell (Timothy), 2011, Petrocratia. La démocratie à l’âge du carbone, Alfortville, éditions È®e.

ONPES, 2012, Crise économique, marché du travail et pauvreté, Rapport de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale. http://www.onpes.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_ONPES_2011-2012_chap_1_.pdf (consulté le 26 avril 2016).

ONZUS, 2011, Rapport annuel de l’Observatoire des zones urbaines sensibles, Éditions du CIV. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics//114000646/0000.pdf (consulté le 21 septembre 2017).

Oreskes (Naomi) & Conway (Erik M.), 2012, Les Marchands de doute. Comment une poignée de scientifiques ont masqué la vérité sur des enjeux de société tels que le tabagisme ou le réchauffement climatique, Paris, Le Pommier.

Pautard (Éric), 2009, Vers la sobriété électrique. Politiques de maîtrise des consommations et pratiques domestiques, thèse de doctorat en sociologie, université Toulouse II - Le Mirail.

Princen (Thomas), 2005, The Logic of Sufficiency, Cambridge, MIT Press.

Rabhi (Pierre), 2010, Vers la sobriété heureuse, Arles, Actes Sud.

Radanne (Pierre), 2004, « La division par 4 des émissions de dioxyde de carbone en France d’ici 2050 », Mission interministérielle de l’effet de serre, 36.

Rifkin (Jeremy), 2012, La Troisième Révolution industrielle. Comment le pouvoir latéral va transformer l’énergie, l’économie et le monde, Paris, Les Liens qui Libèrent.

Rist (Gilbert), 2007, Le Développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po.

Rüdinger (Andreas) et Berghmans (Nicolas), 2017, « 2017, une année charnière pour la transition énergétique française », Blog de l’IDDRI. http://blog.iddri.org/fr/2017/03/06/2017-annee-charniere-transition-energetique-francaise/ (consulté le 10 octobre 2017).

Salles (Denis), 2006, Les Défis de l’environnement, Paris, Syllepse.

Scardigli (Victor), 1983, La Consommation, culture du quotidien, Paris, Presses universitaires de France.

Semal (Luc), 2012, Militer à l’ombre des catastrophes. Contribution à une théorie politique environnementale au prisme des mobilisations de la décroissance et de la transition, Thèse de doctorat en Science politique, université Lille 2.

Semal (Luc), 2015, « Sobriété », in Bourg (Dominique) & Papaux (Alain) (dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, Paris, Presses universitaires de France : 937-940.

Semal (Luc), Szuba (Mathilde) & Villalba (Bruno), 2014, « Sobriétés (2010-2013) : une recherche interdisciplinaire sur l’institutionnalisation de politiques locales de sobriété énergétique », Natures Sciences Sociétés, 22 : 351-358.

Shove (Elizabeth), 2003, Comfort, Cleanliness and Convenience : the Social Organization of Normality, Owford & New York, Berg.

Spaargaren (Gert), 1997, The Ecological Modernization of Production and Consumption : Essays in Environmental Sociology, Wageningen, Wageningen University.

Stocker (Thomas F.), 2013, « The closing door of climate targets », Science, vol. 339, 6117 : 280-282.

Syrota (Jean), 2007, « Perspectives énergétiques de la France à l’horizon 2020-2050 », Centre d’analyse stratégique.

Szuba (Mathilde), 2014, Gouverner dans un monde fini. Des limites globales au rationnement individuel, sociologie environnementale du projet britannique de politique de Carte carbone (1996-2010), Thèse de doctorat en Sociologie, université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne.

Theys (Jacques), 2000, « Quand inégalités sociales et inégalités écologiques se cumulent. L’exemple du “SELA” », Note du CPVS, 13, MELT-DRAST.

Theys (Jacques), 2007, « Pourquoi les préoccupations sociales et environnementales s’ignorent-elles mutuellement ? Un essai d’interprétation à partir du thème des inégalités écologiques », in Cornut (Pierre), Bauler (Tom) & Zaccaï (Edwin), Environnement et inégalités sociales, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles : 23-36.

Vellinga (Pier), 2013, Le Changement climatique, mythes, réalités et incertitudes, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles.

Villalba (Bruno), 2015, « Au fondement matériel de la démocratie », Revue Projet, dossier « Aura-t-on l’énergie d’une transition juste ? », 344 : 56-63.

Viveret (Patrick), 2010, Vers une sobriété heureuse. Du bon usage de la fin des temps modernes. http://www.vintagemaster.com/IMG/pdf/leconInaugurale2009.pdf (consulté le 2 avril 2014).

Wingert (Jean-Luc), 2005, La Vie après le pétrole. De la pénurie aux énergies nouvelles, Paris, Autrement.

Zélem (Marie-Christine), 2010, Politiques de maîtrise de la demande d’énergie et résistances au changement. Une approche socio-anthropologique, Paris, L’Harmattan.

Notes

1 Voir : https://negawatt.org/L-Association-negaWatt (consulté le 18 septembre 2017).

2 Voir : https://negawatt.org/La-demarche-negaWatt (consulté le 18 septembre 2017).

3 Depuis, d’autres scénarios ont intégré la sobriété à leur réflexion, à la suite des travaux de négaWatt. C’est le cas du scénario Negatep : la sobriété y est présentée comme « la sagesse de chacun, qui se contente de moins, en espérant que ceci ne lui sera pas imposé directement de façon autoritaire, ou indirectement par manque de moyens financiers (allant même jusqu’au détriment de la santé) » (Acket et Bacher, 2014 : 15).

4 Le comité scientifique du programme « Sobriétés » était constitué de chercheurs issus du Ceraps (Lille 2 et IEP de Lille), du Clersé (Lille 1), du LSMRC (Lille 2) et du Cetcopra (Paris 1). Par ordre alphabétique : Hélène Gorge (sciences de gestion, LSMRC), Maud Herbert (sciences de gestion, LSMRC), Caroline Lejeune (science politique, Ceraps), Hélène Melin (socio-anthropologie, Clersé), Nil Özçağlar-Toulouse (sciences de gestion, LSMRC), Isabelle Robert (sciences de gestion, LSMRC), Luc Semal (science politique, Ceraps), Mathilde Szuba (sociologie, Cetcopra), Érika Trinel (socio-anthropologie, Clersé) et Bruno Villalba (science politique, Ceraps).

Auteurs

Maître de conférences en science politique au Muséum national d’histoire naturelle, membre du Centre d’écologie et des sciences de la conservation (CESCO, CNRS-UMR 7204) et chercheur associé au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CNRS-UMR 8026). Il étudie la théorie politique environnementale et, à travers elle, la confrontation des démocraties modernes aux conséquences de la finitude écologique.

Professeur de science politique à AgroParisTech et membre du Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CNRS-UMR 8026). Membre du comité de rédaction de la revue La Pensée Écologique. Ses recherches portent sur la sociologie environnementale, notamment à partir d’une analyse de la capacité du système démocratique à reformuler son projet politique à partir des contraintes environnementales.

© Éditions Quæ, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540