Version classiqueVersion mobile

Segalen, l'écriture, le nom

 | 
Étienne Germe

Introduction

Texte intégral

  • 1 Lettres de Chine, Paris, Plon, 1967, p. 27.
  • 2 Le Double Rimbaud, Paris, Robert Laffont, 1995, p. 491.
  • 3 Ibid., p. 490.
  • 4 Ibid., p. 482.
  • 5 Ibid., p. 491.
  • 6 Ho Kin Chung, L’Itinéraire chinois de Victor Segalen, Thèse de troisième cycle en littérature comp (...)

1Lors d’une escale à Djibouti en janvier 1905, Victor Segalen part sur les traces d’Arthur Rimbaud dont il se dit hanté : « Rimbaud est une perpétuelle image qui revient de temps à autre dans ma route1 ». En avril 1906, il publie dans le Mercure de France un article sur l’écrivain : « Le Double Rimbaud ». Il y présente les proses et les vers du poète comme « une sorte de kaléidoscope très personnel, où papillotait sous forme d’images le plus souvent visuelles, le passé, son passé2 ». Citant la dernière phrase d’un poème des Illuminations, « Parade », « J’ai seul la clef de cette parade sauvage », Victor Segalen affirmait à propos de ce recueil que « Les Illuminations devaient être, pour leur auteur, des notations singulièrement précieuses de ses émotions d’enfant3 ». Nous n’évaluerons pas la pertinence critique de ces assertions et Henry Bouillier reconnaît qu’« en attribuant l’obscurité de ces poèmes au fait que le poète parle surtout pour lui, Segalen est moins convaincant4 ». Certes, mais ce qui nous intéresse ici concerne moins la capacité de convaincre que la force de la conviction. Victor Segalen élabore une interprétation de l’œuvre d’Arthur Rimbaud en partant de l’idée de cryptage : « Il existe d’ailleurs en chacun de nous, et pour chacun de nos modes de penser, de vouloir et de sentir, une irréductible et forclose tanière que, de gré ou de force, de haine ou d’amour, nous ne pouvons entrouvrir à autrui5 ». Cette affirmation engendre à nos yeux une série d’hypothèses : et si de ce double Rimbaud nous n’écoutions plus l’autre mais n’entendions que l’un, et si la seule et unique tanière était celle où l’écrivain s’embusque, et si son œuvre était de l’Océanie à la Chine « un kaléidoscope très personnel », une composition ombreuse et élégante, un labyrinthe savant et complexe dont les lecteurs perdraient nécessairement le fil. Car cette œuvre est si ambitieuse, si dense et si riche, elle est façonnée par tant de savoirs, qu’un seul homme ne peut s’en dire le spécialiste sans une certaine fatuité. Comment passer aisément de la coutume polynésienne du Pii au chen-tao du site des tombes Ming au nord-ouest de Pékin ? Comment relier le tootekoo marquisien à ce caractère chinois ancien et oublié désignant l’invisible, que l’écrivain trouve « dans le dictionnaire Shuo-wen jie-zi établi et annoté par Xu Shen vers l’an 120 de notre ère6 » et dont il fait l’épigraphe de la stèle « Éloge et pouvoir de l’absence » ?

2Cet hermétisme désiré et construit a provoqué en réponse une répartition des tâches. Les océanistes ont hérité des textes liés à l’Océanie, les sinologues obtiennent les écrits liés à la Chine, les Bretons s’attachent aux origines de l’écrivain et la critique littéraire s’intéresse à l’esthétisme exigeant de cette œuvre ou à sa conception de l’exotisme. Mais Victor Segalen demeure trop souvent un étonnant voyageur et l’itinéraire de l’homme occulte la signification de l’œuvre.

  • 7 Jacques Derrida, Résistances de la psychanalyse, Paris, Galilée, 1996, p. 58.
  • 8 Jacques Derrida, Signéponge, Paris, Le Seuil, 1988, p. 21.

3Dans un discours prononcé en mai 1992, Jacques Derrida regrettait de devoir « renoncer à la minutie de la lettre » en précisant aussitôt « – c’est-à-dire à ces déplacements microscopiques ou micrologiques où j’espère toujours incorrigiblement que se décident les choses – »7 Nous ferons nôtre cet espoir incorrigible. D’un point de vue macroscopique, nous pouvons dire en effet que l’œuvre de Victor Segalen est, sans erreur, celle de l’exotisme, du voyage en Océanie et du voyage en Chine. L’angle est considérable et l’on pourrait s’en contenter tant il est difficile de s’y ennuyer, la fin du siècle invitant le voyageur à la rencontre de peuples divers et à des aventures sans cesse renouvelées. Il nous semble pourtant que les choses ne se décident pas là et que cette immense aire géographique s’articule initialement à la lettre du nom sous la loi duquel nous nous plaçons dès que nous faisons notre objet de l’œuvre qui y répond : SEGALEN. Notre angle de vue sera donc celui de ce nom et nous nous soumettrons « à ce qui travaille au nom – comme on dit au corps8 – » de Victor SEGALEN. Il y a là une porte dérobée où se découvre l’héritage d’une signification familiale. Le nom propre est un nom de famille, celui d’une ascendance qu’on n’aura de cesse de faire sienne tout en mesurant chaque fois combien elle nous est étrangère, quelque chose à quoi l’identité nous oblige mais dont l’aliénation doit être circonscrite. Car le nom de l’écrivain est avant tout l’incidence d’une histoire de famille, un nom lisible, visible, sonore qui ne cesse d’articuler le non-dit et de donner à voir l’invisibilité, un nom que l’on porte sans connaître ce dont il est porteur, le nom d’un opprobre et d’une douleur qui vous identifient aussi sûrement qu’un tatouage, le seuil d’une identité qui vous marque et qui se répète votre vie durant dans l’immédiate simplicité d’une interpellation. Notre angle de route sera donc en quelque sorte l’angle mort d’un nom de famille, ce lieu dont le vocabulaire de la fortification fait un lieu de sauvegarde mais dont l’invisibilité détermine la part de menaces.

4Il n’est pas sans risques d’ailleurs de se donner pour objet une part de silence. N’y a-t-il pas une certaine présomption à écouter d’une œuvre non ce qu’elle nous donne à lire mais bien ce qu’elle nous tait et comment elle le tait ? C’est que la force de ce silence, la force de cette dissimulation organisent le champ de l’écriture et de la réflexion à la manière d’un vaste champ magnétique dont l’existence ne serait perceptible que par son influence. Pas un fragment de l’œuvre qui ne s’y rapporte d’une manière ou d’une autre avec l’entêtement de la limaille, tant et si bien qu’on peut se demander dans quelle mesure l’œuvre de Victor Segalen ne doit pas se concevoir comme l’architecture d’un secret dont le chœur préserverait dans l’obscurité d’une crypte le nom de son auteur des souillures de l’histoire.

5Car, dès qu’on l’interroge, le nom de l’écrivain nous conduit à l’évidence de cette signification familiale dont il ne souffle mot, plaçant immédiatement la question du nom sous le sceau d’un secret dont l’intérêt véritable n’est pas le dévoilement mais l’ordre qu’il impose. L’existence d’un secret soumet l’esprit à l’architecture qui en préserve la réalité, confrontant systématiquement la réflexion à un non-dit qui excède finalement ce qui se tait pour atteindre à la dignité de ce qui toujours se taira. La médiocrité d’un secret familial est une porte ouverte sur les étoiles, un point de rencontre inattendu avec l’origine de la vie, l’origine du langage et le devenir des morts. Tout au long de son œuvre Victor Segalen recompose de manière obsessionnelle l’architecture d’un secret en portant celui-ci à la dignité de l’origine et du sacré. Il entreprend un vaste travail d’organisation et de transformation du sens dont il espère une métamorphose comme d’autres attendent la rédemption. Le désir est celui-là, l’homme s’y épuisera, il y réussira. Le nom de famille est devenu un nom d’auteur.

  • 9 « Mais si, sans aimer la littérature en général et pour elle-même, j’aime quelque chose en elle qu (...)

6Le recours à la culture de l’autre ne doit donc rien à un humanisme éclairé mais tout à la nécessité. Victor Segalen utilise la richesse et la cohérence des cultures polynésienne et chinoise comme le matériau d’une construction. Sous la lettre du nom, l’architecture du secret se répète dans la culture de l’autre selon un jeu de savants hermétismes comme s’il s’agissait d’une histoire étrangère à soi-même et presque inaccessible. « Au lieu du secret9 ». L’œuvre trouve là sa raison et son mode. L’écrivain consacre toute son énergie à cette construction, il brasse en quelques années une somme considérable de connaissances résolument inaliénables à la culture européenne pour en faire la syntaxe de son langage, un fragile équilibre entre un savoir étranger et la langue maternelle, une douloureuse réconciliation avec le nom, avec l’origine, avec le sens.

  • 10 Philippe Bonnefis, Mesures de l’ombre, Presses universitaires de Lille, 1987, p. 120.
  • 11 Philippe Bonnefis, L’Innommable. Essai sur l’œuvre d’Émile Zola, Paris, Société d’édition d’enseig (...)

7Dès lors, le cheminement de notre travail se comprend aisément. Il nous faut dans un premier temps poser la question de l’héritage. Victor Segalen est en quelque sorte le débiteur de son propre nom comme le fut Baudelaire, « infiniment redevable envers un nom qui exprimerait dans l’abstrait l’exigence d’un tu dois10 ». Il y a un prix à payer pour être le porteur du nom. Quelle place l’écrivain donne-t-il à cette identité ? Quel en est l’enjeu dans la filiation ? Car « la question du nom en pose une autre (mais ce n’est que le cône d’ombre de la même question) : celle du père11 ». Quelle est l’ombre projetée de cette paternité ? Quelle éclipse est venue assombrir l’héritage du nom de l’héritage d’une douleur ? N’est-ce pas dans le mutisme obligatoire de cette douleur, dans le secret qui l’environne, dans ce silence dont le nom propre est à la fois la vérité criante et le lieu du tabou que l’œuvre de Victor Segalen devient un projet nécessaire, une exo-biographie ?

8Parce que l’écriture autobiographique est soumise à une censure d’autant plus agissante qu’elle demeure implicite, l’exotisme compose la syntaxe de cette parole interdite qui ne cesse de se répéter parce qu’elle est toujours à entendre. La Polynésie et la Chine sont d’abord le mode cryptuaire d’une parole sur soi. Il s’agira donc de découvrir à quels détournements, à « quels déplacements microscopiques ou micrologiques » se livre Victor Segalen dans la culture de l’autre. Comment annexe-t-il ce savoir étranger pour en faire son propre langage ? Comment répète-t-il l’architecture du secret dont son propre nom est d’une certaine manière le cryptonyme ?

9Le champ de notre questionnement concernera les textes et les sources, nous obligeant parfois à un véritable travail d’archéologie littéraire dans le corps ou la marge des manuscrits. La genèse de l’œuvre permet à nos yeux d’identifier clairement les choix de son auteur. Avec la minutie d’un chirurgien expérimenté, Victor Segalen greffe les échos de sa propre histoire au sein d’une culture étrangère dont il devient momentanément le spécialiste. Il n’est ni océaniste, ni sinologue et ne le sera pas. L’œuvre qu’il nous propose est l’amplification rhétorique de ce qui se joue en mode mineur à l’échelle de son nom. Sous la lisse apparence de l’une comme de l’autre viennent affleurer l’histoire d’un sens et l’histoire d’une douleur, comme le tatouage marquisien cartographie l’identité d’un homme et en atteste la vaillance. Le titre de l’exploit est un exploit lui-même à proportion de la douleur qu’il impose pour se donner à lire.

10La biographie n’a donc ici de place qu’à la mesure du nom ; aussi toute notre attention se porte sur le rapport de l’œuvre de Victor Segalen au nom qui la signe. C’est bien parce que ce nom pose la question des origines que notre travail interroge la place de la généalogie dans l’œuvre. C’est bien parce que ce nom est l’héritage du père que nous nous intéresserons à la paternité. C’est bien parce que ce nom en censure d’autres que nous questionnerons le fonctionnement de l’interdit dans l’onomastique maohi et chinoise. C’est bien parce que ce nom se donne à lire comme un secret que nous en supposons l’architecture à l’œuvre. C’est bien parce que ce nom est l’acte d’une douleur sans nom que nous le considérons avec autant de soin. Chaque fois, notre lecture de l’œuvre se conçoit clairement dans le prolongement de ce qui la signe.

11Il est alors remarquable de voir à quel point l’œuvre de Victor Segalen répond à son nom. Sur cette question s’offre au lecteur une foison d’éléments d’interprétation d’une exceptionnelle richesse. C’est là que se constitue à nos yeux la rencontre entre la culture polynésienne, la culture chinoise et l’écrivain. Les rituels liés à la nomination sont très certainement l’une des entrées majeures pour comprendre l’intérêt que porte Victor Segalen à ce savoir étranger. Il suffit par exemple de parcourir le Liji (Mémoires sur les rites), l’une des sources de Stèles, pour s’en convaincre :

  • 12 Séraphin Couvreur, Li-ki ou Mémoires sur les bienséances et les cérémonies, Ho-Kien-Fou, 1913, cha (...)
  • 13 Ibid., chapitre X, p. 667.

12. Un homme distingué ne change pas de nom après la mort de son père, (il paraîtrait dédaigner le nom que son père lui a choisi trois mois après sa naissance). Après la mort de son père il est élevé en dignité subitement, il ne donne pas de nom posthume à son père12
21. Vers la fin du troisième mois après la naissance d’un enfant, on choisissait un jour heureux [...] la gouvernante de la mère s’avançait, et prenant la parole au nom de la mère, disait : « La mère de cet enfant se permet aujourd’hui de le présenter à son père ». Le mari répondait : « Ayez soin qu’il suive la voie de la vertu ». Puis prenant la main droite de son fils, et imitant le sourire et la voix d’un enfant, il lui donnait un nom13

12Le rituel du deuil, le rituel de la naissance, celui de l’obtention du pouvoir, les exemples sont multiples. S’y ajoutent les témoignages de William Ellis, de Jacques-Antoine Moerenhout ou d’Edmond-Esprit de Bovis sur l’ancienne société polynésienne. De part et d’autre, l’écrivain viendra systématiquement relever les coutumes liées à la question du nom.

13On comprend désormais que la place accordée par Victor Segalen à la culture polynésienne et à la culture chinoise excède la seule utilité. La découverte de ces cultures, de leur intelligence, de leur magnificence impose un plaisir puissant. De la même manière qu’un langage ne se résume pas à sa seule syntaxe, l’utilisation par Victor Segalen de ce savoir étranger donne à son œuvre un éclat et une profondeur inimitables. La séduction est réelle. Le voyage est un éloignement dans l’espace qui apporte d’autres images et d’autres sensations mais qui prend sens lorsqu’une communauté d’hommes propose à l’esprit du voyageur une autre interprétation de sa présence au monde. Ce sont les Dogons pour Marcel Griaule, Emawayish pour Michel Leiris, les Nambikwara pour Claude Lévi-Strauss... Pour Victor Segalen, ce seront les traditions évanescentes de deux peuples à l’articulation de l’espace et du temps. Le voyage trouve alors son prolongement dans la mémoire des livres et le véritable parcours de cette œuvre se joue dans l’univers de la bibliothèque, dans le silence des rayonnages, dans la résurrection d’une lecture.

Notes

1 Lettres de Chine, Paris, Plon, 1967, p. 27.

2 Le Double Rimbaud, Paris, Robert Laffont, 1995, p. 491.

3 Ibid., p. 490.

4 Ibid., p. 482.

5 Ibid., p. 491.

6 Ho Kin Chung, L’Itinéraire chinois de Victor Segalen, Thèse de troisième cycle en littérature comparée, Université de Lyon, 1983.

7 Jacques Derrida, Résistances de la psychanalyse, Paris, Galilée, 1996, p. 58.

8 Jacques Derrida, Signéponge, Paris, Le Seuil, 1988, p. 21.

9 « Mais si, sans aimer la littérature en général et pour elle-même, j’aime quelque chose en elle qui ne se réduise surtout pas à quelque qualité esthétique, à quelque source de jouissance formelle, ce serait au lieu du secret. Au lieu d’un secret absolu. Là serait la passion. » (Jacques Derrida, Passions, Galilée, 1993, p. 64.)

10 Philippe Bonnefis, Mesures de l’ombre, Presses universitaires de Lille, 1987, p. 120.

11 Philippe Bonnefis, L’Innommable. Essai sur l’œuvre d’Émile Zola, Paris, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1984, p. 42.

12 Séraphin Couvreur, Li-ki ou Mémoires sur les bienséances et les cérémonies, Ho-Kien-Fou, 1913, chapitre I, p. 74-75.

13 Ibid., chapitre X, p. 667.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1k

© Presses universitaires de Vincennes, 2001

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search