Version classiqueVersion mobile

Segalen, l'écriture, le nom

 | 
Étienne Germe

Avertissement

Texte intégral

N’y avait-il pas dans les œuvres de la pensée, que leur matière fût de langue, de timbre ou de couleur, une solitude, un retrait, un excès sur tout discours possible, le silence d’une terreur ?
Jean-François Lyotard, Cryptes.

1Notre étude affronte systématiquement deux langues étrangères, le maohi et le chinois. Dans les deux cas, la langue française doit rendre compte de cette altérité dans le jeu de sa règle.

2Langue orale sans écriture, le maohi s’écrit dans l’alphabet de la langue d’accueil en fonction de cette oralité. Dans la mesure du possible, nous avons respecté les indications données par Philippe Bachimon en tête de l’ouvrage publié en 1990 par le comité des travaux historiques et scientifiques du ministère de l’Éducation nationale, Tahiti entre mythes et réalités. Nous avons ainsi cherché à transcrire les termes maohi selon l’orthographe admise par l’« Académie Tahitienne ».

  • 1 Philippe Bachimon, Tahiti entre mythes et réalités. Essai d’histoire géographique, Paris, Éditions (...)

Ne sont reproduites ni l’accentuation, ni la voyelle longue « - », ni l’occlusion glottale « ‘« qui, à l’intérieur des mots, symbolise une césure nette dans la prononciation. Dans les textes anciens la transcription retenue par l’auteur a été respectée même si son caractère phonétique intégral n’était plus usité et correspondait à une orthographe obsolète. Les termes maohi sont invariables en genre et en nombre. En règle générale les voyelles se prononcent séparément même si elles sont jointes. Le e n’est jamais muet et se prononce é1.

  • 2 Eulalie Steens, Dictionnaire de la civilisation chinoise, Paris, Éditions du Rocher, 1996.

3Pour transcrire la langue chinoise, les écritures alphabétiques associent l’oral à l’écrit alors qu’en Chine le signe graphique reste indépendant du signe phonique. L’écriture chinoise propose à l’esprit une idée dont la prononciation peut varier d’un dialecte à l’autre. Pour éviter les divergences de transcription, la Chine a créé en 1958 une écriture romane, le pinyin. Son emploi s’est généralisé à partir de 1979 et, largement utilisé dans la presse internationale, il est désormais officiel à l’ONU. Nous employons le pinyin dans le corps de ce texte tandis que nous respectons à l’intérieur des citations la transcription utilisée par les auteurs. Au début de ce siècle, les écrivains français utilisaient encore le système de transcription de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO). Comme la transcription anglaise de Wade, celui-ci a l’avantage pour le voyageur français de se prononcer presque comme il s’écrit. Pour le passage de l’EFEO au pinyin, nous avons utilisé le tableau de concordance établi par Eulalie Steens dans son Dictionnaire de la civilisation chinoise2.

Notes

1 Philippe Bachimon, Tahiti entre mythes et réalités. Essai d’histoire géographique, Paris, Éditions du CTHS, 1990, p. 4.

2 Eulalie Steens, Dictionnaire de la civilisation chinoise, Paris, Éditions du Rocher, 1996.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/952/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© Presses universitaires de Vincennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search