Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce beau français un peu individuel

 | 
Sylvie Pierron

Lois de sympathie

Texte intégral

1Un imaginaire de la langue s’inscrit dans toute attitude ou comportement linguistique, a fortiori dans l’acte littéraire, conscient de prendre part à l’illustration de la langue qu’il met en œuvre. Plus ou moins masqué par le long primat mimétique en art, le dialogue engagé par le texte avec un état de l’imaginaire de la langue (et des états antérieurs par l’intertextualité) serait au fond un des principaux points de contact entre les arts verbaux et la société (ce qui affirme, dans le consensus ou la provocation, que la littérature “me” regarde).

2Les stratégies de l’œuvre (génériques, stylistiques) en portent traces, quand elles n’en font pas un enjeu (de deffence, de résistance) de son inscription dans l’histoire littéraire. On peut déduire de l’œuvre les éléments d’imaginaire de la langue composant l’idiologue de chaque écrivain, même si – comme toute représentation sociale – ceux-ci sont plus apparents et contrastés en temps ou en situation de “crise”. S’il a semblé moins indiqué jusqu’alors d’étudier la relation de Proust avec sa langue parce qu’aucune crise personnelle – “souffrance” linguistique – ne semble avoir présidé à sa vocation, ou parce que À la recherche du temps perdu semble s’inscrire – au moins par les déclarations internes du narrateur – dans une continuité de l’histoire linguistico-littéraire (moins favorable à l’étude que les manifestes de rupture), une crise des représentations identitaires marque particulièrement son époque et éclaire ses choix en matière de création verbale.

3Ce qui frappe dans la Recherche est la diversité des moyens engagés dans ce dialogue, la complexité de leurs rapports internes et la démonstration de la supériorité de la littérature, en matière de mise en œuvre non seulement de la langue, mais de la pensée de la langue. Là, nulle simplification, nulle logique oppositive entre le camp de l’oral et le camp de l’écrit, entre les genres virils et les genres féminins, entre les locuteurs populaires et les locuteurs savants, entre le pur et le mêlé ; ou du moins, si tous les éléments du débat de société sont là, la hiérarchie en est absente : leurs associations et leurs rapports sont recomposés et variés tout au long du roman. Plus que d’un texte travaillé par l’imaginaire de la langue, il s’agit d’un texte travaillant cet imaginaire, comme un matériau, de façon relativement consciente. Il est manifesté par la réfraction de discours, voire de théories (« lois ») linguistiques, contemporaines ou de peu antérieures. L’interdiscursivité est présente pour une part littéralement, dans les commentaires métalinguistiques, mais surtout est, non pas illustrée, mais “agie” dans les langages de personnages et leurs évolutions, mue par le texte. Elle participe d’un certain effet de réel et son mode de construction consiste à inverser le mouvement scientifique, de l’observation à la déduction de “lois générales”, pour, dans un mouvement de fictionnalisation, donner chair à ces lois (linguistiques, sociales, psychologiques...). La vraisemblance s’appuie sur l’influence du positivisme, sur la confiance en une observation déléguée et un discours autorisé :

  • 1 JF, I, p. 504.

Aussi est-il inutile d’observer les mœurs puisqu’on peut les déduire des lois psychologiques1.

4D’autre part, l’imaginaire de la langue est manifesté par des stratégies romanesques : le choix d’amplifier le récit de paroles et la typification d’idiolectes, comme chez Balzac et Zola, en la fondant davantage dans la narration matricielle, typographiquement, narrativement et pour ainsi dire par infusion, contamination mutuelle des énoncés ; le choix de présenter un français varié, pittoresque non seulement du côté populaire avec les argots et langages familiers (comme les Vautrin et Sylvie du Père Goriot, Gervaise de L’Assommoir), mais aussi du côté des salons aristocratiques et des prétentions bourgeoises ; le choix d’utiliser ces langages comme signes de la porosité des castes ; le choix de démarquer le plus oral du plus littéraire, d’inverser les associations référentielles traditionnelles ; le choix de soumettre ce foisonnement des français à la continuité de la prose, à un rythme intérieur annonçant Claude Simon, mais sans commune mesure avec la prose orale de Céline.

5La préoccupation principale de l’idiologue proustien représenté dans la Recherche serait d’éviter les oppositions simples du patriotisme autant que la table rase de l’anti-académisme. La mise en scène dynamique des variétés de français dans le roman, la critique implicite de la répétition du même, des formes fixes (y compris les citations exactes), plaident résolument contre la “glaciation” académique – aux « moules démodés » –, même si celle-ci n’est pas confondue avec l’ensemble du phénomène et des références classiques, que rejettent “en bloc” les avant-gardes.

  • 2 « Un professeur de beauté », CSB, p. 517. Sur « le style du jet », vu de loin et vu de prêt : S. P (...)
  • 3 Ibid.
  • 4 Marcel Proust, Comme Elstir Chardin..., réed. de [Chardin et Rembrandt], postface de Sylvie Pierro (...)

6Cet imaginaire un peu individuel prétend inventer sans renier, élargir la conception du français plutôt qu’inverser les exclusions, accepter l’hétérogénéité comme des stratifications géologiques – ou comme les différentes époques et styles d’une église –, penser l’unité de la langue « dans le temps », plutôt qu’en synchronie grâce à une « restauration » artificielle. Il combine linéarité du langage et architecture de l’œuvre, marges et normes, oral et écrit, forme romanesque et techniques poétiques et théâtrales, unité et diversité ; ou plutôt il trouve les moyens de passer par l’un pour arriver à l’autre, de donner une impression d’unité (« vue de loin »), composée pourtant de « mille gouttelettes », « de combien de détails gênants à notre ignorance »2. Si cette pensée de la langue paraît ainsi plus réformiste que révolutionnaire, elle semble aussi plus moderne par sa recherche de la complexité que l’imaginaire émergeant de la crise du français qui ne fait qu’inverser les hiérarchies en adaptant à son profit l’ancien système de valeurs. Même si les sympathies de Proust en faveur des valeurs parias (le féminin, l’hétérogène, l’hybride...) et contre l’intolérance même font peu de doute, la Recherche se veut d’abord un modèle de pensée intégrative – qui n’a rien à voir avec le « compromis » entre éléments préalablement opposés. Ce modèle est sans cesse présenté par ce que j’appelle des images dialectiques (chambres, carafes de la Vivonne, momie du jour, bol de lait, baisers...)3, figurant la manière (ingérant ingéré) de penser le rapport entre individu et monde : par l’absorption mutuelle des qualités, par l’échange des substances. La langue française pourrait ainsi être à la langue de l’écrivain ce que l’état solide est à l’état gazeux, rapport de “reflet” mutuel des mers et des ciels d’Elstir, c’est-à-dire rapport d’« amitié », pour reprendre le terme par lequel Proust traduit l’idée de Diderot : l’échange serait régi par une « loi de sympathie4 ».

Notes

1 JF, I, p. 504.

2 « Un professeur de beauté », CSB, p. 517. Sur « le style du jet », vu de loin et vu de prêt : S. Pierron, « Rapport au style », Bulletin d’informations proustiennes, no 35, éditions Rue d’Ulm (à paraître).

3 Ibid.

4 Marcel Proust, Comme Elstir Chardin..., réed. de [Chardin et Rembrandt], postface de Sylvie Pierron, « Comme Elstir Chardin... : d’un article de jeunesse au roman d’une vie », Altamira, Paris, 1999.

© Presses universitaires de Vincennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540