Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce beau français un peu individuel

 | 
Sylvie Pierron

Quatrième partie. La langue attaquée

La langue attaquée

Texte intégral

1La mise en abîme de la question de la langue française, de “la langue maîtrisée” à la langue échappée, mime le parcours de nécessaire dépossession de l’écrivain, sur un modèle initiatique plus mystique que positiviste (le Bildungsroman supposerait au contraire une construction par accumulation). Non plus seulement renoncement au monde pour écrire (« sur ma table de bois blanc »), mais dépouillement de l’illusion du pouvoir sur la langue, qui ouvre à un nouveau savoir. « Renoncer ce qu’on aime » ne revient pas seulement à renoncer (pasticher/dépasser) à chaque prédécesseur admiré, mais à renoncer à “l’amour de la langue” lui-même pour oser attaquer son objet. Mais comment la Recherche attaque-t-elle la langue française ? En quoi est-elle « révolutionnaire » selon le terme symboliste, au sens où elle provoquerait des changements irréversibles dans l’écriture du roman ? Ou bien : quelles « réformes grammaticales », selon les termes de Proust, constituent son invention propre ?

2Encore que la phrase proustienne et jusqu’à ses parenthèses fassent l’objet de magistrales études stylistiques et linguistiques, il ne serait pas si aisé d’isoler des caractères linguistiques pour pasticher la Recherche : phrase longue, multiplication des incidentes, succession de propositions causales (soit... soit... soit encore...), digressions introspectives... La fameuse phrase longue est un défi (à l’analyse et au souffle du lecteur), et davantage encore dans le contexte d’affrontements anti-académistes un ensemble de signes de résistance paradoxaux : par la pratique constante de l’inversion grammaticale, une résistance, de type symboliste, à la clarté ; par l’accumulation des propositions, des relatives, des incidentes, une résistance, mallarméenne poussée jusqu’au baroque, au classicisme littéraire ; par la digression, une résistance à la logique et à la rhétorique. Mais par ses proportions wagnériennes, également une résistance à l’ascèse d’un Mallarmé ou d’un Debussy ; par son impressionnante continuité textuelle, une contre-épreuve des “blancs” typographiques de la poésie.

  • 1 Tiphaine Samoyault, Excès du roman, Nadeau, Paris, 1999.
  • 2 « Par ses tours primesautiers, seuls, inclus aux facilités de la conversation ; quoique l’artifice (...)
  • 3 Tiphaine Samoyault, Romans-mondes : les formes de la totalisation romanesque au vingtième siècle, (...)
  • 4 Paul Souday, « Lucien Fabre, Le Tarramagou », Le Temps, 17 sept. 1925. Cité par T. Samoyault, Roma (...)

3“L’excès” de la Recherche1, dans ses proportions, est à la fois anti-classique et anti-symboliste. La première réception témoigne d’une incompréhension générale, d’une impossibilité à classer ce roman. De la phrase aux développements introspectifs jusqu’à la prolifération des volumes, À la recherche du temps perdu ne respecte ni l’idéal de concision classique ni l’ascèse poétique de l’avant-garde symboliste ni ses rejets culturels2 (ni les sujets populaires du roman naturaliste). La Recherche n’est pas le seul roman long de cette fin de siècle française : romans-fleuves, sagas familiales généralisent l’ambition totalisatrice des « romans-mondes », après Balzac ou Zola3. Mais si la position idéologique de la critique par rapport à la forme longue évolue, des années vingt aux années trente, au point qu’en dix ans le roman long devient un acquis français, une sorte de victoire de la littérature française sur elle-même, la mettant à égalité avec ses concurrentes européennes, dans les années vingt, Jean-Christophe est encore considéré comme un « roman vendu à l’Allemagne », tellement la forme longue paraît contre “nature”, non conforme au “génie français” : « la prolixité est courante chez les romanciers anglais et russes : la concision chez les romanciers français4 ». L’excès n’est pas français, pour parodier Rivarol.

4Mettre en perspective la profusion de la Recherche avec l’histoire du roman autant qu’avec l’esthétique générale de son époque, comme le fait Tiphaine Samoyault, permet de prendre la mesure de l’audace proustienne. Inscrire son roman dans un projet éditorial de “Trilogie”, puis lui donner cette ampleur “anti-française” revient à le placer d’emblée dans le champs de l’avant-garde romanesque dont se réclamaient les auteurs de romans longs. Mais le symbolisme littéraire partage davantage les références de l’école musicale française, laquelle a anticipé de quelques années voire d’une décennie la désaffection programmée vis-à-vis de la forme longue, emblématisée par Wagner. L’avant-garde musicale et symboliste, la Nouvelle école, sur le modèle de Mallarmé, Maeterlinck ou Debussy, bien qu’ayant participé à l’engouement parisien dont témoigne la Revue wagnérienne, rejette finalement et les proportions et l’idée d’art total (au moins telle que conçue par Wagner, c’est-à-dire tous les arts, même la musique, subordonnés au drame). La forme longue se “démode” par rapport à une esthétique française qui se démarque du frère ennemi allemand en renouant avec un aristocratique « esprit français » fait de légèreté et de “bon goût”, non démonstratif (« ce qu’Oriane appelait des “exagérations” ») au point qu’un Debussy, incarnant ce retour (notamment par ses références littéraires – dans ses titres – à la “musique française” du XVIIIe siècle, Rameau, Couperin...) a pu être surnommé, figure d’une résistance à l’esthétique expansive allemande, “Claude de France”.

  • 5 Sauf à négliger ce qui en fait la spécificité : T. Samoyault note que « la progressive accoutumanc (...)

5L’admiration pour l’ampleur wagnérienne est révolue au moment où Proust écrit, du moins chez les créateurs, non sans les avoir nourris : ils en ont retenu l’idée d’architecture sonore qui complète celle des correspondances baudelairiennes. L’enjeu idéologique de la forme, courte ou longue, prônant expansion ou rétention, place l’idéalisation symboliste de la poésie, et face à elle le choix du roman, au-delà des enjeux génériques. Si le symbolisme se présente comme une réaction à l’expansion romantique (musicale, romanesque), le roman long de la fin du siècle peut être considéré comme une résistance à l’esthétique du retour symboliste : référence aux formes musicales classiques, aristocratisme, etc. Mais, s’il est si difficile, dès la première réception et jusque dans la théorie de la forme longue, de classer tout à fait l’entreprise proustienne5, c’est qu’elle ne fait pas de l’excès formel une opposition aux expérimentations poétiques symbolistes, mais bien plutôt une transposition à une autre échelle de leurs réflexions. Le changement d’échelle interdit non seulement une lecture à partir de l’unité lexicale, à partir du “mot” – et davantage encore à partir de la lettre ou du son –, mais également à partir de l’unité syntaxique, la “phrase”, du moins dans son sens linguistique.

  • 6 Correspondance, t. XX, p. 568.
  • 7 Bernard Brun, « Proust et Joyce à leur manière », art. cité, p. 218.

6Les proportions de la Recherche, fussent-elles celles du premier diptyque projeté, ne permettent pas d’envisager ou d’analyser le “grammatical”, au sens de matérialité de la langue, à l’échelle du “mot”. Attaquer la langue, ce n’est pas pour Proust travailler « sur des unités-mots » comme Joyce ou déformer les mots en ajoutant, comme Jarry, « un second r » à “merde”6. Il « adopte d’emblée une attitude syntaxique, son unité de travail est l’unité de récit. Entre les mots et les atomes narratifs s’ouvre l’abîme de deux schémas conceptuels divergents »7. L’étude lexicale du texte est productive, non par l’étude d’un mot et de ses rapports avec son ou ses significations en langue, mais dans une étude de ses successives mises en discours dans le roman et de ses rapports avec les champs sémantiques qui le cernent : c’est ainsi que le roman est dictionnaire de lui même. Les mots se définissent dans leur rapport mutuel et singulier, ce qui est une banalité après la théorie du discours de Benveniste, mais qui dénote la modernité de la réflexion linguistique à l’époque pré-saussurienne.

Notes

1 Tiphaine Samoyault, Excès du roman, Nadeau, Paris, 1999.

2 « Par ses tours primesautiers, seuls, inclus aux facilités de la conversation ; quoique l’artifice excelle pour convaincre. Un parler, le français, retient une élégance à paraître en négligé et le passé témoigne de cette qualité, qui s’établit d’abord, comme don de race foncièrement exquis : mais notre littérature dépasse le “genre”, correspondance ou mémoires. » S. Mallarmé, « Le Mystère dans les Lettres », art. cité.

3 Tiphaine Samoyault, Romans-mondes : les formes de la totalisation romanesque au vingtième siècle, Université Paris 8, sous la dir. de Jacques Neefs, décembre 1996, 3 vol.

4 Paul Souday, « Lucien Fabre, Le Tarramagou », Le Temps, 17 sept. 1925. Cité par T. Samoyault, Romans-mondes..., vol. 1, p. 63. Ou encore cette remarque de H.G. Wells : « Les Français sont habituellement brefs ». Cité par T. Samoyault.

5 Sauf à négliger ce qui en fait la spécificité : T. Samoyault note que « la progressive accoutumance des critiques au phénomène du roman fleuve [...] les conduit à saisir les volumes de Proust dans le même moule commentatif », Romans-mondes, op. cit., vol. 1, p. 141.

6 Correspondance, t. XX, p. 568.

7 Bernard Brun, « Proust et Joyce à leur manière », art. cité, p. 218.

© Presses universitaires de Vincennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540