Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce beau français un peu individuel

 | 
Sylvie Pierron

Troisième partie. La langue échappée

La langue échappée

Texte intégral

  • 1 TR, IV, p. 421.

1La notion de norme, qui se dégage de l’ensemble métalinguistique du roman, relève plus d’une idéologie que d’une démarche descriptive. Les termes de bien, de mal (parler bien, parler mal), de bon et de “mauvais français” amènent le narrateur au bord d’une attitude prescriptive, du type “Dites... Ne dites pas” : vis-à-vis de l’erreur de prononciation du maître d’hôtel, par exemple, lorsqu’il « s’insurge [...] au nom de la grammaire1 ». Cette idéologie est très active dans la culture française, de l’époque classique à nos jours. La norme, entourée d’un discours stable sur les perfections du français, a à peine besoin d’une observation de la langue pour s’énoncer. Proust met à profit les évidences idéologiques en matière de langue nationale pour alimenter la matière langagière de la Recherche, en semant çà et là quelques indications à partir desquelles se développe, dans la lecture, une extrapolation dont le narrateur n’est plus forcément maître. En dehors du spectacle des langages, il convient d’observer l’activité de sens construite par d’autres moyens romanesques. Prélever certains termes (“langue”, “Nom”, “génie de la langue française”) permet de montrer des déploiements complémentaires de la “question de la langue française” dans la Recherche.

2L’examen du premier terme offre l’exemple d’une exploitation quasi systématique des divers sens et usages du mot “langue”, jusqu’à leur précipitation en une scène résolutoire. Le deuxième terme, le “Nom”, propose un modèle de dissémination de sa “francité” par l’onomastique, non moins qu’une réflexion sémantique. Le “génie de la langue française” enfin, appuyé sur le système de personnages autant que sur un important “hors-texte” idéologique, démontre exemplairement une construction lacunaire, efficace et artificieuse du sens que seule la coopération interprétative peut réaliser pleinement. Ces éléments métalinguistiques, choisis pour leur permanence dans le roman, révèlent, chacun à des niveaux différents, l’Autre scène de la langue française dans la Recherche auprès de laquelle l’autorité du narrateur-philologue faiblit.

Notes

1 TR, IV, p. 421.

© Presses universitaires de Vincennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540