Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce beau français un peu individuel

 | 
Sylvie Pierron

Deuxième partie. La langue maîtrisée

Chapitre II

Texte intégral

« Montrer la langue » : la dimension métalinguistique

  • 1 CG, II, p. 754.

1Après l’admiration pour la virtuosité des imitations langagières (talent que Proust possédait et qu’il prête à son narrateur), puis l’interprétation psychologique des idiolectes, la critique s’est ensuite attachée à la nature réflexive d’une « exposition de mots »1 pour un écrivain :

  • 2 Roland Barthes, Le Degré zéro de l’écriture, Seuil (« Points »), Paris, 1953, p. 8.

La littérature entière, de Flaubert à nos jours, est devenue une problématique du langage2.

  • 3 Philippe Dufour, « La Science romanesque du langage », Les Temps modernes, nov-déc. 1999 et La Pen (...)

2Philippe Dufour rappelle l’évolution de l’idée de la langue en France, de « l’optimisme linguistique » des classiques, à qui la langue paraît une étoile fixe, fidèle et transparente à la pensée, jusqu’à « l’inquiétude sur le langage », au XIXe siècle, face à un sentiment d’instabilité linguistique : « Montrer les mots. Le romancier ne peut plus simplement les employer, il les réfléchit », écrit-il à propos de Stendhal, Balzac, Flaubert... À partir de ses analyses des langages de personnages chez les romanciers du premier XIXe siècle, Philippe Dufour crée la notion de « roman philologique », dont À la recherche du temps perdu, dans une perspective « métacommunicationnelle », serait un « exemple limite » dans la mesure où « la conversation est remplacée par son herméneutique »3. Se fondant sur l’examen de l’œuvre de Flaubert, il tient pour négligeables dans le roman les propos explicites sur le langage : la « pensée romanesque ne s’exprime pas dans un contenu : c’est la forme qui est pensante ». Seule la mise en fonctionnement de la langue, que représentent les « dialogues », fait sens en matière de « science romanesque du langage », à l’exclusion des commentaires didactiques, même s’il remarque la création de personnages ou narrateurs philologues, chez Stendhal notamment. Le fonctionnement de la langue, figuré par le discours rapporté, différent d’un auteur à l’autre, d’un roman à l’autre, montre à l’œuvre de multiples approches du langage ou manières de “penser” la langue. Mais la question linguistique peut être aussi thématisée (par des commentaires du narrateur), voire incarnée (par la création d’un ou plusieurs personnages philologues). Si le discours rapporté, discours de l’Autre, est « forme pensante » en soi, en ce qu’il entre en résonance avec le récit, discours de l’Un – surtout à partir du moment où il s’en distingue et se diversifie stylistiquement, chacun tenant sa partie, dans le roman « dialogique » – il s’entend aussi en contrepoint des propos sur la langue, lorsqu’ils existent.

  • 4 Eric Bordas, Balzac, discours et détours : pour une stylistique de l’énonciation romanesque, Press (...)

3L’analyse stylistique d’Éric Bordas sur Balzac, appuyée sur les théories linguistiques d’Oswald Ducrot et la poétique du roman de Bakhtine, resitue la question de la polyphonie au plan de l’énonciation, libérant l’analyse des termes trompeurs de “langue parlée”, “parole du roman”, “voix”, etc. (même si la question de l’imitation ou la référence à l’art dramatique ne sont pas absentes). La variété des langages de personnages, des niveaux de langue du roman, est considérée comme « hétérogénéité énonciative ». Les énoncés attribuables aux personnages exigent des « procédés de personnalisation langagière » pour être perçus distinctement de « la locution matricielle que constitue le discours de ce narrateur » : « discours de l’un constitutif du récit dans son entier »4. Bien que les techniques linguistiques de personnalisations langagières chez Balzac soient simples, l’hétérogénéité énonciative est complexe du fait du privilège accordé à « l’intervention et à la prise en charge de l’acte énonciatif par le narrateur ». Les mêmes causes produisant les mêmes effets – ou les mêmes effets résultant de mêmes techniques d’écriture –, l’hétérogénéité énonciative est au moins aussi complexe dans la Recherche. La technique qui manifeste la complexité du dispositif est celle qu’Éric Bordas nomme « dédoublement linguistique ».

  • 5 CSB, p. 272.

4Cette manifestation de la présence critique du narrateur dans le discours de l’autre par des incises métalinguistiques semble peu attestée et peu variée chez Balzac, ce que Proust avait remarqué, en s’étonnant que, l’auteur intervenant à tout propos pour « expliquer », « qualifier », « faire comprendre »..., pour ce qui concerne au contraire « le langage de ses personnages », Balzac ait su l’« objectiver » et « se tenir de faire à toute minute remarquer ce qu’il avait de particulier »5. Dans la Recherche, la pensée de la langue n’est pas strictement dans les récits de paroles, si pittoresques, si “savoureux” : elle trouve son complément dans toute une variété de mises en scène, de la conversation aux commentaires philologiques, qui organisent une véritable exhibition de la langue et de son, ou de ses imaginaire(s).

La conversation : une « exposition de mots »

5La notion de langue française, à travers tout un vocabulaire métalangagier, ramène le plus souvent à des scènes de conversation, dont le sujet même est le langage (les étymologies dans le tortillard, les généalogies – comme succession de Noms – au dîner Guermantes, la néologie dans le salon Villeparisis...), ou à tout le moins dont le sujet principal, l’Affaire Dreyfus par exemple, est rapporté à des questions d’expressions (dreyfusard/dreyfusiste, « bel et bien »). La conversation est une spécificité de la Recherche, par rapport aux romans du XIXe siècle auxquels on la compare implicitement : si les romans de Balzac ou de Zola mettent en place des situations d’interlocution, ils le font de façon plus limitée, moins spectaculaire, moins gratuite du point de vue narratif, et néanmoins plus... dialoguée.

  • 6 CG, II, p. 843.
  • 7 Geneviève Henrot, « Déviances discursives : portrait de Charlus en haut-parleur », BIP, Paris, 200 (...)

6Il s’agit dans la Recherche d’une mise en scène des signes de la conversation plus que d’une véritable interlocution. Qu’il s’agisse de dialogues ou de conversations entre quatre ou cinq personnages, les positions des interlocuteurs autour des chaises, poufs et autre « bergère Louis XIV6 » sont précisées. S’il s’agit de rencontres fortuites, on se trouve à tel endroit du boulevard et l’on se quitte pour monter dans le tramway, ou bien l’on s’accompagne jusqu’au prochain Salon. Il s’agit bien de rencontres, de situations d’interlocutions, comme le définit par la pragmatique discursive Geneviève Henrot dans son « portrait de Charlus en hautparleur7 ». Mais une fois le tableau mis en place et les interlocuteurs prêts au dialogue, les répliques n’alternent pas, comme on l’attendrait, suivant un modèle de pragmatique conversationnelle, ni n’apportent quoi que ce soit à l’action si l’on se réfère au genre dramatique, ni à la narration, comme ces dialogues romanesques qui permettent un changement d’instance narrative, par un récit emboîté. Geneviève Henrot, qui rend compte de cette « spécialité proustienne (la conversation) », en l’illustrant par l’étude « d’un personnage tout indiqué par sa faconde », donnant un beau portrait du baron bavard, montre que la conversation, en tant qu’échange de répliques, en tant que « coopération » discursive, n’existe pas.

  • 8 SG, III, p. 39.
  • 9 CG, II, p. 754.
  • 10 JF, II, p. 264.
  • 11 Geneviève Henrot, art. cité.
  • 12 Edith Barois, « Les conversations dans Du côté de Guermantes », BMP, no 21, 1971, p. 1131-1146.
  • 13 CG, II, p. 318.

7Si Charlus, avec le duc de Sidonia, est explicitement désigné comme spécimen de « monologuiste »8, l’analyse des mises en scène conversationnelles qui impliquent ce que G. Henrot nomme le bavardage de Palamède, éclaire du même jour l’ensemble des conversations de la Recherche. Lorsqu’Oriane y est engagée, on assiste à une « exposition de mots9 », expression du narrateur qui ne laisse aucun doute sur la passivité des assistants. Au cours du pique-nique avec la petite bande à Balbec, la « conversation » (« et pourtant nous causions si peu » ; « la pauvreté, la rareté de nos propos ») se réduit à la lecture-citation de la dissertation de Gisèle suivie de l’explication de texte sans réplique d’Andrée10. Que dire des conversations auxquelles prennent part Brichot, Norpois, Françoise à l’office, Saint-Loup à Doncières... Elles deviennent toutes des « tirades monologuées11 » ou « fausses conversations12 » : après quelques accords, on n’entend plus que le soliste, sur son thème attitré des étymologies, de la diplomatie, du terroir (« Ah ! Combray, quand est-ce que je te reverrai pauvre terre13 ? »), de la stratégie militaire. Pendant les conversations avec Albertine, le narrateur pérore, excepté lors de leur dernier long dialogue, quand la jeune fille s’amuse à lui chiper le rôle soliste.

  • 14 Marc Fumaroli, « La conversation », Trois Institutions littéraires, Gallimard (Folio), Paris, 1994 (...)
  • 15 CG, II, p. 756.
  • 16 CG, II, p. 508.
  • 17 CG, II, p. 748-757, 768, 776.

8Oriane incarne ce qu’on appelle conversation dans la culture française : « Savoir persuader est une compétence, et une compétence rentable. Savoir entrer en conversation, sophistique ou naturelle, c’est entrer dans un jeu avec des partenaires que l’on tient pour ses pairs, et dont on n’attend rien d’autre que le plaisir de bien jouer [...] dans la conversation enjouée l’imprévisible règne, avec lui l’improvisation, la promptitude du trait, l’à-propos de la réplique déconcertent les calculs auxquels l’orateur professionnel est accoutumé. S’il y a une rhétorique de la conversation, c’est ce qui reste de la rhétorique quand on a tout oublié14. » Réplique spirituelle, mot d’esprit : voilà ce qui caractérise Oriane, de « Taquin le Superbe15 » à la « grenouille embarrassée16 ». Mais si quelques-uns de ces « mots d’Oriane17 » sont livrés en direct, « dans le prime-saut de la conversation » comme dirait Norpois, la plupart du temps le narrateur ne rend pas compte du moment et de l’effet d’improvisation (qu’on utiliserait au théâtre comme effet comique) : il ne sert que le réchauffé, la répétition par le zélé « manager » qu’est Basin, ce qui ôte à la conversation sa qualité essentielle de spontanéité déconcertante. La conversation dans la Recherche a le même caractère différé que l’écrit.

  • 18 Marc Fumaroli, Trois Institutions littéraires, op. cit. Titres des trois parties de l’ouvrage.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid., p. 114.

9Les conversations sont un signe paradoxal (le signe de leur contraire, en termes d’échange verbal) qui déplace de manière significative la mise en scène du parler (conversations spontanées, à bâtons rompus...) vers l’art oratoire, avec les monologues. Mais elles sont aussi un signe d’elles-mêmes. La conversation comme “signe de la conversation” est de grand sens dans la culture française. Elle est une “institution littéraire” au même titre que l’Académie et le “génie de la langue”18. Il faut la replacer dans la série des références littéraires au Grand Siècle : aux Mémoires et bien sûr aux Lettres, deux types de « dérivations écrites de la conversation19 » – à moins que ce ne fût l’inverse. Il s’agit des conversations mondaines, au sens large dans le roman, car la conversation des domestiques à l’office est présentée comme telle. D’autres, aux sujets sérieux comme la stratégie et la littérature, pastichent un « dialogue littéraire en prose », à la manière de Platon mais surtout du XVIIIe siècle, en faisant alterner de la part du comparse des répliques rhétoriques, soit questions, soit contradictions, qui permettent la pleine exposition du sujet. Ce modèle ne contrevient pas aux principes de coopération énoncés par la pragmatique discursive : il est un modèle de coopération où toute réplique s’enchaîne pour avancer vers une conclusion logique, et former un discours de type argumentaire, soit « la forme singulière de collaboration orale que les dialogues platoniciens stylisent et imitent par écrit20 ».

  • 21 CS, I, p. 40.

10Cette démonstration sous forme d’un tour de paroles n’a rien du naturel de la conversation, tel qu’on l’entend ou l’attend dans un roman “réaliste”. En fait de conversations, la Recherche offre des morceaux d’éloquence personnelle et des représentations littéraires de la conversation, sous les espèces – plus ou moins pastichées ou parodiées suivant les sujets – du dialogue philosophique. Dans cette catégorie se rangent, pour la Recherche, le banquet de Doncières, la conversation sur Balzac avec Albertine, celle sur la Nouvelle école avec les marquises de Cambremer et l’avocat “féru” de Le Sidaner, ou (sous forme parodique) certains dialogues quasi pédagogiques de Charlus sur l’homosexualité, même si la coopération des comparses (Brichot, Cottard) est plus ironique et agressive que respectueuse et bienveillante comme il se devrait dans ce genre littéraire. Il existe entre le parler et sa représentation en roman au moins une « “épaisseur” d’art21 » : un principe de mise à distance dont les commentaires linguistiques du narrateur-philologue sont une autre forme.

Le narrateur-philologue

11Le narrateur-philologue ne manque jamais l’occasion de commenter ce qu’il “entend”, ou plutôt d’adjoindre au souvenir des conversations ou paroles éparses qu’il rapporte, des éléments de réflexion sur la langue. Ces commentaires touchent à peu près toutes les disciplines linguistiques (phonétique, dialectologie, lexicologie...). Le point commun de toutes ses remarques linguistiques est la sélection exclusive d’énoncés dissonants, de “bruits” au sens de la théorie de la communication. Le narrateur ne se remémore, ne donne pour typiques des énoncés attribués à chaque personnage, que les “fautes” ou les exceptions à la règle (un giletier au parler littéraire, par exemple). La mise à distance se manifeste de plusieurs manières et à différents degrés. Le premier est la simple hétérogénéité énonciative manifestée par les guillemets qui isolent les paroles rapportées. Ces énoncés sont le plus fréquemment cités pour être montrés : non seulement pour leur sens, mais pour leur forme. À l’intérieur même de l’hétérogénéité énonciative apparaît alors souvent une hétérogénéité en langue, manifestée par des italiques, parfois redoublée ou remplacée par des guillemets, et renforcée par un énoncé métalinguistique. Le commentaire métalinguistique, lorsqu’il n’émane pas du narrateur, émane du “locuteur” lui-même (du type “ce que j’appellerais”, “comme vous dites”), au point que les énoncés semblent toujours donnés à examiner dans leur littéralité.

  • 22 CS, I, p. 96.
  • 23 Philippe Dufour, « La Science romanesque du langage », art. cité.

12En général, un mot commenté, souvent isolé par des guillemets, plus rarement par des italiques, est repris plusieurs fois, le commentaire du narrateur étant alors répété, ou fragmenté. L’autonyme est logiquement marqué typographiquement à sa première apparition ; la seconde l’est souvent aussi, puis les occurrences suivantes ne sont plus distinguées, soit que l’autonyme paraisse suffisamment hétérogène pour que le lecteur y ajoute mentalement une marque de mise à distance, une « intonation spéciale22 », soit qu’il se banalise par l’usage, ou encore qu’il soit reconnu comme typique d’un idiolecte à la manière d’un tic de langage, attendu en quelque sorte. Le plus souvent les guillemets de mise à distance s’emboîtent dans un discours rapporté, c’est-à-dire que la mise à distance qu’ils représentent redouble la mise à distance d’une énonciation déléguée, comme autant de cadres dans le tableau : miroirs, cartographies, portes ouvertes sur la langue. L’importance quantitative du commentaire métalinguistique du narrateur est une originalité de la Recherche, qui constitue en partie la prégnance de la question de la langue française dans le roman. À la présence constante des discours rapportés s’adjoint cette fameuse « herméneutique23 » qui semble seulement renforcer l’attention portée aux langages.

13Si la création de langages est un propos métalinguistique indirect de l’auteur, dans la Recherche il joue en contrepoint avec le très évident commentaire métalinguistique du narrateur, qui forme à proprement parler la thématique de la langue française dans le roman. Mais le commentaire du narrateur n’existe pas seulement à côté d’une matière linguistique qui lui serait extérieure. Par principe, le métalangage n’est pas dissociable du langage sur lequel il s’appuie. Dans la Recherche, ce métalangage contribue à créer le langage, à sélectionner l’anecdote linguistique (grammaticale, phonétique, sémantique), à prélever de manière crédible dans les plus vastes conversations non rapportées quelques citations typiques : l’idée linguistique peut être première et n’entendre qu’à titre d’exemple ce qui l’intéresse. Le fait de langage que l’énoncé métalinguistique met à distance et accentue comme autre, semblant désigner son autonomie, masque le fait qu’ils sont profondément imbriqués et forment « tout un ensemble ».

Notes

1 CG, II, p. 754.

2 Roland Barthes, Le Degré zéro de l’écriture, Seuil (« Points »), Paris, 1953, p. 8.

3 Philippe Dufour, « La Science romanesque du langage », Les Temps modernes, nov-déc. 1999 et La Pensée romanesque du langage, Seuil (« Poétique »), Paris, 2004.

4 Eric Bordas, Balzac, discours et détours : pour une stylistique de l’énonciation romanesque, Presses Universitaires du Mirail (« Champs du signe »), Toulouse, 1997, p. 28.

5 CSB, p. 272.

6 CG, II, p. 843.

7 Geneviève Henrot, « Déviances discursives : portrait de Charlus en haut-parleur », BIP, Paris, 2001.

8 SG, III, p. 39.

9 CG, II, p. 754.

10 JF, II, p. 264.

11 Geneviève Henrot, art. cité.

12 Edith Barois, « Les conversations dans Du côté de Guermantes », BMP, no 21, 1971, p. 1131-1146.

13 CG, II, p. 318.

14 Marc Fumaroli, « La conversation », Trois Institutions littéraires, Gallimard (Folio), Paris, 1994, p. 127.

15 CG, II, p. 756.

16 CG, II, p. 508.

17 CG, II, p. 748-757, 768, 776.

18 Marc Fumaroli, Trois Institutions littéraires, op. cit. Titres des trois parties de l’ouvrage.

19 Ibid.

20 Ibid., p. 114.

21 CS, I, p. 40.

22 CS, I, p. 96.

23 Philippe Dufour, « La Science romanesque du langage », art. cité.

© Presses universitaires de Vincennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540