Version classiqueVersion mobile

Ce beau français un peu individuel

 | 
Sylvie Pierron

Deuxième partie. La langue maîtrisée

La langue maîtrisée

Texte intégral

1Les langages de personnages forment un matériau abondant et composite dans À la recherche du temps perdu. Mais ils sont indissociables du point de vue du narrateur sur la langue : ces curiosités langagières et les commentaires, synchrones ou distants, qui les accompagnent, sont restitués par le filtre du souvenir, d’une conscience qui ressaisit et reconstruit son passé. L’éventail des expressions citées – bien plus nombreuses encore dans les carnets d’additions –, autant que la variété des commentaires métalinguistiques ont permis à certains linguistes de considérer Proust presque comme un confrère, au moins comme un amateur éclairé. Pourtant, le commentaire métalinguistique du roman a été peu étudié, en soi ou en relation avec les langages de personnages dont il est complémentaire.

  • 1 Vincent Jouve, L’Effet-personnage dans le roman, PUF («Écriture »), Paris, 1992.

2La saveur (le pittoresque) de chaque idiolecte participe au « sentiment de sympathie » qui attache le lecteur au personnage. L’amusement qu’on ressent à reconnaître certains traits langagiers ressortit à la séduction de « l’effet-personne » que décrit Vincent Jouve1, même si, curieusement, celui-ci ne recense pas parmi les « techniques annexes » qui soutiennent « l’illusion d’autonomie » du personnage (« l’être romanesque [qui] se donne à lire comme un autre vivant ») le don de parole, ni l’individualisation que confère chaque idiolecte. Ces paroles, cette “figuration” de l’oral selon les termes de Jean Milly, participent pourtant de ce que Jouve appelle « l’effet de vie ». Ce n’est jamais sans plaisir qu’on rappelle les traits de langage de la tante Léonie (« À moins de ça »), d’Eulalie (« Monsieur le curé a toujours le mot pour rigoler »), de Françoise (« Je ne sais pas m’esprimer »), de Swann (« Je ne crois pas beaucoup à la “hiérarchie” des arts »), du père (« Mais puisqu’il a du chagrin, cet enfant »), de Bloch (« Un coco des plus subtils »), du grand-père (« C’est tout un ensemble »)... Ces échantillons de langue, si nombreux, sont passés sinon pour ornementaux, du moins pour typiques d’un savoir-faire traditionnel dans le roman français réaliste. À ce titre, les langages de personnages ont représenté à eux seuls la question de la langue française dans la Recherche.

  • 2 CG, II, p. 754.
  • 3 CG, II, p. 324.

3Avant d’étudier ces langages de manière plus transversale, au-delà des “zones de personnage”, comme y invitent les commentaires métalinguistiques du narrateur, il est utile d’examiner comment ils ont été lus par la critique, comment ils ont été rapportés à l’ensemble de la construction du roman, par ces “archilecteurs” dont les interprétations manifestent une forme d’adhésion au “pacte de lecture”, révélatrice du dispositif sémiotique du roman. Les commentaires du narrateur permettent d’établir des catégories linguistiques transversales : la néologie, les emprunts, l’argot, etc. Là intervient – et à un degré beaucoup plus important que si l’on s’en tenait aux zones de personnages – la notion de « mise en scène » des langages dans la Recherche : les commentaires permettent d’organiser une véritable « exposition de mots2 », une exhibition systématique dont le narrateur-philologue serait le présentateur. Son récit est émaillé de citations, de manières de dire, qu’il commente en contrepoint (« Elle ne disait pas mal en cela3... »). Il s’agit de commentaires fréquents, mais disséminés au gré du souvenir et des associations d’idées, qui favorisent des rapprochements inattendus entre certains personnages, par une parenté de langue, alors que ceux-ci ne se rencontreront jamais dans la diégèse (Françoise et Oriane, par exemple).

4Ce commentaire, par nature explicite, forme le fil rouge du thème de la langue dans le roman. Qu’il considère la prononciation, l’usage de l’argot, de barbarismes, d’archaïsmes, de la part des personnages dont il semble avoir mémorisé les répliques malgré la distance des années, le narrateur laisse paraître un imaginaire de la langue souvent conforme au discours d’époque. Il s’éloigne parfois de l’observation proprement dite pour atteindre à des généralités plus ou moins liées au fait de langage (mot, expression, tournure) qui l’a motivé. Il convient de distinguer ces différents niveaux du commentaire métalinguistique, de la remarque normative autour d’un mot, d’un son, aux plus larges considérations sur « la langue française », voire sur les propriétés du langage. Répertorier ces remarques, de Combray au Temps retrouvé, permet non seulement qu’émerge une “idée de la langue” mais que celle-ci, attribuée à un protagoniste en pleine évolution, connaisse une sorte de dramatisation au fil du roman. Un second système d’exposition met les personnages, et non plus le narrateur, au cœur du dispositif. Il relève, au sens théâtral, de la mise en scène puisqu’il s’agit des scènes de conversation qui ponctuent le roman : des personnages sont réunis et causent, dans les salons, matinées, soirées, dîners, chez les parents du narrateur, chez Mme de Villeparisis, chez la Princesse ou la duchesse de Guermantes, chez Mme Verdurin, au restaurant de Doncières, mais aussi dans le train de Balbec.

5Au cours de ces conversations, alors que le narrateur intervient peu pour commenter les langages, la mise à distance métalinguistique est pourtant omniprésente. Directement ou indirectement, c’est toujours de la langue que l’on parle. L’examen et la mise en perspective des études que lui ont jusqu’alors consacré différentes approches critiques situent le statut de la “parole” et de sa “mise en scène” dans la pratique romanesque. Le dispositif supplémentaire d’exhibition de la langue que représente le commentaire métalinguistique du narrateur-philologue, présenté typologiquement en termes de Norme et de Marges, montre l’ampleur de l’arpentage de la langue dans le roman.

Notes

1 Vincent Jouve, L’Effet-personnage dans le roman, PUF («Écriture »), Paris, 1992.

2 CG, II, p. 754.

3 CG, II, p. 324.

© Presses universitaires de Vincennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search