Version classiqueVersion mobile

Ce beau français un peu individuel

 | 
Sylvie Pierron

La question de la langue française

Texte intégral

  • 1 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, éd. Jean-Yves Tadié, Gallimard (« Bibliothèque de la (...)

« Avec ce beau français populaire et pourtant un peu individuel qui était le sien1 »

  • 2 CG, II, 323.
  • 3 CG, II, 363.
  • 4 Marcel Proust, Lettre à Madame Straus, Correspondance, texte établi, présenté et annoté par Philip (...)

1Le « beau français » de Françoise est donné dans À la recherche du temps perdu pour emblématique de l’ensemble de la langue, originellement fautif « comme la langue française elle-même2 », admirable et figé comme « dans la vitrine d’un musée régional3 », mais « pourtant un peu individuel », par ses créations métaphoriques notamment. Le rapport de la création individuelle – de la manière pour un écrivain de « se faire sa langue4 » – à une tradition et une histoire, à un imaginaire de la langue fait le fond de la question de la langue française, telle que la pose la Recherche.

  • 5 Sylvain Auroux, « Introduction », Histoire des idées linguistiques, Mardaga (« Philosophie et lang (...)
  • 6 Umberto Eco, La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, Seuil (« Points »), Pa (...)
  • 7 Cornelius Castoriadis, L’Institution imaginaire de la société, Seuil, Paris, 1975.
  • 8 Nelly Wolf, « Langue littéraire et langue nationale », Colloque préparatoire « Champ littéraire et (...)
  • 9 Cornelius Castoriadis, L’Institution imaginaire de la société, op. cit.

2L’évolution d’une langue – et pas seulement des langues écrites, si l’on en croit l’exemple des Dogons repris par Sylvain Auroux chez Marcel Griaule5 – s’accompagne de la construction d’un idéal de ce que la langue devrait être6. Cet idéal, que j’appellerai imaginaire de la langue par référence à Castoriadis, se manifeste par un certain nombre de discours, de nature subjective, qui vont de l’invention de l’origine (langue première ou langue d’avant la division) aux arguments justifiant une normalisation objective. Il fait partie de ces « institutions imaginaires de la société7 », de ces « fictions qui produisent du réel8 », dont les communautés humaines usent pour s’identifier et s’organiser. L’histoire de la langue elle-même, lexique, grammaire, morpho-syntaxe, est l’histoire de l’interaction constante entre faits de langue et discours sur la langue. Langue et imaginaire de la langue interagissent et “s’auto-créent”9 en permanence.

  • 10 C. Castoriadis, « Imaginaire social et changement scientifique », Sens et place des connaissances (...)
  • 11 Voir S. Pierron, « L’écrivain : entre conscience et imaginaire linguistiques », Actes des Dix-sept (...)
  • 12 Henri Meschonnic, De la langue française, Hachette, Paris, 1997.
  • 13 Anne-Marie Houdebine-Gravaud, « L’unes langue », La Qualité de la langue ? : le cas du français, C (...)

3Malgré les difficultés à concevoir l’imaginaire autrement que comme « la détermination d’un sujet singulier10 », celui-ci est collectif. L’étude des commentaires évaluatifs et prescriptifs de la part des locuteurs, comme celle d’Anne-Marie Houdebine portant sur les productions phoniques11 ou celle d’Henri Meschonnic concernant les discours du “génie de la langue française”12, montre en effet que ceux-ci sont « trop nombreux pour qu’une telle attitude [soit] strictement personnelle13 ». Ce que j’entends par imaginaire de la langue excède, même s’il les comprend, la Norme, le purisme et toutes notions de régulations, que l’on peut considérer tout au plus comme des moyens pour atteindre l’idéal. Seul un imaginaire plus vaste justifie les moyens contradictoires préconisés au cours de son histoire : recours à l’emprunt et à la traduction aux fins d’“enrichissement” ou rejet des termes et des formes étrangers par souci de “pureté”, normalisation de l’orthographe par retour-réinvention des origines (étymologisme) ou par simplification phonétique, etc.

  • 14 « Il s’agit alors de produire tout un savoir personnel et privé touchant la langue, un savoir fait (...)
  • 15 Dont dépendent respectivement la pratique des jeux de langue et la fréquence de la « correction », (...)

4Mais l’idiologue d’un sujet – son bricolage personnel, sa relation affective avec sa langue14 – ne s’est pas formé seulement de son rapport à une langue nationale. Les conditions d’apprentissage de la langue première, celle dans laquelle on apprend à nommer le monde, et du développement cognitif qui l’accompagne, sont éminemment individuelles. Elles dépendent du rapport unique entre langue première, langue scolaire, éventuels langages sociaux et langues étrangères, conscience (épi)linguistique et (in)sécurité linguistique du milieu familial15... entre lesquels l’intelligence établit des rapports, pratique des comparaisons. L’exercice de la fonction poétique du langage est directement lié à l’activité idiologique, à son intensité et à sa conscience : elle est son expérimentation, ce qui lui permet de se vérifier et d’évoluer. Les textes donnent à lire des idiologues particuliers qui se mesurent, de manière plus ou moins frontale, à l’imaginaire de la langue de leur époque. Lorsqu’ils s’annoncent comme littéraires, ils prétendent atteindre, dans l’échelle idéale des valeurs linguistiques, un des points, sinon le point, d’accomplissement. Sont considérées comme plus avancées dans leur développement les civilisations possédant une écriture et comme supérieures (“langues de culture”) celles possédant une littérature. Cette dernière est donc particulièrement surveillée par la communauté linguistique ou politique qu’elle est censée représenter. Devenir écrivain suppose de s’inscrire dans l’imaginaire d’une langue, tout en remettant sur le métier des questions linguistiques, comme un peintre pose des questions plastiques : la façon de les poser constitue déjà une réponse. Le choix du roman, de la poésie, du théâtre est peut-être aussi important que celui de la peinture, de la sculpture, de la photographie, qui sélectionnent a priori et par tradition certains problèmes, plastiques ou verbaux.

  • 16 Inconscience du savoir et conscience du savoir-faire sont les éléments de définition de la conscie (...)
  • 17 CG, II, p. 623.

5Si la constitution de l’idiologue est inconsciente (on ne sait pas ce qu’on sait) chez tout un chacun, la création verbale suppose un rapport conscient à son objet, dans la manipulation du matériau16, non moins que l’ambition de participer à l’histoire d’une langue, voire à son renouvellement. Comme un peintre renouvelle la “vision” (« le peintre original, l’artiste original procèdent à la façon des oculistes17 »), l’activité stylistique met l’accent sur la simplicité, la limpidité, ou au contraire sur la puissance logique, exploite la capacité imageante ou démonstrative. L’idiologue ne se traduit pas involontairement dans l’œuvre : il devient plus conscient à mesure qu’il est exercé ; l’écriture et surtout la récriture négocient délibérément avec l’imaginaire et la doxa linguistiques de leur temps. La notion même de choix stylistiques n’a de sens que si, dans une logique de collaboration du lecteur, on suppose un ensemble de codes linguistiques communs à partir duquel l’énoncé littéraire et ses effets peuvent être évalués. Une tradition idéologique française que représente Vaugelas pose que cette référence commune est “l’usage”, un usage oral de registre soutenu, puis, par extension, la langue véhiculaire. En fait, l’écrit et a fortiori la fonction poétique sont perçus d’emblée comme relevant d’autres codes linguistiques, et même – dans certaines cultures pour des raisons historiques – comme autre langue. Ainsi, le texte littéraire fait-il moins référence à la “langue commune” qu’à une “langue possible” qu’il propose comme acceptable – au sens chomskien –, de la même manière que la fiction proposerait comme vraisemblables des “mondes possibles”. L’imaginaire de la langue n’étant pas plus défini que ne l’est le “lecteur”, idéal ou non, l’acceptabilité de la langue possible est projetée-supposée à partir des habitudes littéraires, des types de langue disponibles (orales, écrites, spécialisées), des discours de la norme (scolaire, académique, éditoriale...), à un moment donné. Cette négociation linguistique du texte existe toujours, même si elle est plus perceptible lorsqu’il y a jeu avec les frontières ; frontière du littéraire, d’un côté, en-deçà de laquelle la fonction poétique ne serait plus perçue (français international, « degré zéro de l’écriture »...) ; frontière du lisible, d’autre part, dont on peut penser qu’elle est constituée par une proportion suffisante de reconnaissance – lexicale, syntaxique, grammaticale, morphologique, sonore – à partir de laquelle une part d’innovation verbale serait recevable et ferait sens. Produire un effet d’écriture « blanche » ou « neutre », par une syntaxe simple, un vocabulaire courant et un registre unique, ou au contraire un effet d’étrangeté, par la multiplication de phrases et d’énonciations complexes, l’agrammaticalité, un lexique rare et des néologismes, relève d’imaginaires distincts, interprétables différemment selon le contexte culturel et le moment historique dans lesquels ils se donnent à lire.

  • 18 Françoise Leriche, « Préface » à son édition de Sodome et Gomorrbe, LGF (« Livre de poche classiqu (...)
  • 19 Gilles Philippe, Sujet, verbe, complément : le moment grammatical de la littérature française. 189 (...)

6 À la recherche du temps perdu pose la question de la langue française, d’abord par le « feu d’artifice ininterrompu18 » des langages, doublés du commentaire du narrateur. Celui-ci, empruntant aux discours traditionnels plus souvent qu’au métalangage savant, manifeste un idéal, familier au lecteur. Il véhicule l’imaginaire de la langue dominante (le jeune bourgeois méprisant la servante illettrée) peu à peu gagné par le progressisme (le génie du peuple). Ces propos sont d’autant plus familiers que le moment proustien est un moment de profusion des discours linguistiques, savants ou non mais toujours normatifs et prescriptifs, du fait de la crise d’identité nationale provoquée par la défaite de Sedan. La réalité, militaire, ne correspond plus à l’idéal de précellence française et tous les domaines d’excellence sont sommés de se “redresser”, de s’améliorer concrètement, pour coïncider à nouveau avec l’idéal national. Imaginer les moyens de ce redressement partage l’intelligentsia en deux camps : ceux pour qui la faute incombe à une décadence et ceux pour qui elle incombe à un retard dans le développement scientifique, technique, etc. Pour les premiers, le point de perfection se situe dans le passé et il faut d’urgence revenir en arrière, pour les seconds, dans le futur et il faut accélérer le processus de modernisation pour rattraper les plus forts. La crise n’échappe pas à nommer des boucs-émissaires et, pour ce qui concerne la langue française, l’idéal de perfection que représente la littérature est pris entre deux feux : celui des réactionnaires vise tous les modernes comme ayant abâtardi, affaibli la langue (que l’on pense à la longue querelle autour des compétences grammaticales de Flaubert19) ; celui des progressistes vise tous les académistes comme ayant entravé son évolution.

  • 20 TR, IV, p. 467.
  • 21 Paul Bourde, dans sa Chronique du Temps (5 août 1885), qualifie ainsi le mouvement, en reprenant l (...)
  • 22 Mercure de France, no 1, janv. 1890.
  • 23 Correspondance, VIII, p. 276-278.
  • 24 Pierre Citti, La Mésintelligence. Essai d’histoire de l’intelligence française : du symbolisme à 1 (...)

7Si le narrateur de la Recherche précise au cours de sa décisive réflexion esthétique dans la bibliothèque des Guermantes : « Dès le début de la guerre M. Barrès avait dit que l’artiste [...] doit avant tout servir la gloire de sa patrie »20, on peut mesurer l’ampleur de l’exigence patriotique largement en amont de la déclaration de guerre, dans la préparation de la « revanche ». C’est resitué dans ce contexte également qu’il faut entendre le qualificatif de « décadent21 » accolé au mouvement littéraire dont Huysmans est le fer de lance, et qui le revendique aussitôt par une majuscule : les Décadents, ceux qui entraînent une civilisation à sa perte, pour qu’elle renaisse neuve. Les symbolistes, dès l’article inaugural de leur Mercure de France, sous la plume d’Alfred Vallette, revendiqueraient eux-mêmes cette “décadence” si elle n’était synonyme de langue relâchée : « Il est d’accoutumée, en effet, parmi nos confrères des grands quotidiens, d’infliger l’ironique épithète de décadente à toute publication où s’essaient de jeunes écrivains aimant l’art, curieux, certes, de formules inédites, mais surtout consciencieux, ayant horreur de la phrase toute faite et du mot banal, du cliché quel qu’il soit. Nullement nous ne nous rebellerions si par décadent nos chroniqueurs cotés n’entendaient charabia, pathos, incohérence [...]22. » Les thèmes débattus entre « révolutionnaires » et « néo-classiques », selon les termes de Proust23, confirment ce que les historiens du Symbolisme littéraire français signalent comme les « tensions fondatrices » de ce mouvement, entre « recherche formelle » et « renouvellement de la langue poétique »24 : la remise en jeu esthétique des symbolistes, et singulièrement de Mallarmé, se réclame d’un droit à repenser la création verbale, à récuser les critères d’évaluation du littéraire et à dégager la littérature des enjeux patriotiques. Dans la mesure où ces exigences sont d’abord exprimées par des expérimentations formelles et verbales, l’institution “langue française” tremble véritablement sur ses bases. C’est en quoi la littérature à la fois participe de la « crise », l’emblématise et la pérennise.

  • 25 Ernest Raynaud, La Mêlée symboliste : portraits et souvenirs, Renaissance du livre, Paris, 1920-19 (...)
  • 26 Correspondance, VIII, p. 276.
  • 27 CS, I, p. 166.

8Dans ce contexte particulier, la notion de “langue nationale” envahit tout l’imaginaire linguistique, fausse l’évaluation des œuvres et fait pression (à la manière d’une censure) sur leur production. Les réponses littéraires à ce qui est, malgré la désagréable composante patriotique, un intense débat sur la langue, sont aussi diverses que les idiologues des écrivains peuvent l’être et les œuvres de Zola, Mallarmé, Segalen, Céline sont interprétables à partir du même imaginaire linguistique. Sans paraître au cœur de la « mêlée », Marcel Proust ne reste pas « en marge »25 et son œuvre qu’il veut « écrire tout autrement » prétend à une révolution dans la langue, tranquille mais durable, qui « tienne auprès des écrivains d’autrefois »26. Il faut relire à nouveaux frais, à la lumière de ce contexte politico-linguistique tout à fait particulier, non seulement la relation de l’auteur avec la langue française, avec les écrivains classiques et académiques, avec l’avant-garde littéraire (de « Contre l’obscurité » au Contre Sainte-Beuve)... mais surtout la représentation de cette “question de la langue française” qu’échafaude à tous les niveaux À la recherche du temps perdu, sans s’arrêter aux seules opinions linguistiques du narrateur. Représentation ambiguë, au sens étymologique : d’un côté et d’autre, comme le « nénufar » ballotté par le courant de la Vivonne27. D’un côté, un narrateur-philologue porte-parole de la norme, ou du moins d’une doxa évolutive en matière de discours sur la langue ; de l’autre côté, celui des langages de personnages – infusant insidieusement dans la narration matricielle –, le portrait d’un français variant, d’un français par ses marges, qui élargit l’objet-langue en creusant en son centre le vide d’un introuvable français moyen.

  • 28 Correspondance, VIII, p. 276-278.

9D’un côté, une langue maîtrisée par l’instance double de celui qui parle et de celui qui commente la langue ; de l’autre côté, un certain nombre de signes, incarnés dans des personnages (Françoise, Albertine, le Protagoniste anonyme) et mis en scènes pour détruire l’illusoire possession. D’un côté, un roman mondain, au réalisme social indéniable (auquel les langages de personnages participent) ; de l’autre côté, la prose proustienne dont on n’a pas fini d’analyser l’invention verbale, la composition stylistique et grammaticale, ni le fonctionnement sémantique et sémiotique. Nous montrerons que la Recherche ne réfute pas l’imaginaire de son temps mais qu’elle l’intègre, qu’elle met en scène et résout en les combinant ses oppositions, comme si le roman appliquait, en le généralisant à toutes les parties de l’œuvre, le théorème proustien : « la langue française n’est faite que de contraires neutralisés28 ».

Notes

1 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, éd. Jean-Yves Tadié, Gallimard (« Bibliothèque de la Pléiade »), Paris, 1987-1989, 4 vol. Toutes nos références à la Recherche renvoient à cette édition par les initiales du titre, suivies du volume et du numéro de page : SG, III, p. 124.

2 CG, II, 323.

3 CG, II, 363.

4 Marcel Proust, Lettre à Madame Straus, Correspondance, texte établi, présenté et annoté par Philip Kolb, 21 vol., Plon, Paris, 1970-1993, t. VIII, 1908, lettre no 149, p. 276-278.

5 Sylvain Auroux, « Introduction », Histoire des idées linguistiques, Mardaga (« Philosophie et langage »), Bruxelles, 1989, t. 1, p. 20-21. Exemple qui montre aussi que l’imaginaire de la langue n’existe pas seulement en termes de conflit identitaire et d’exclusion nationaliste.

6 Umberto Eco, La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, Seuil (« Points »), Paris, 1994.

7 Cornelius Castoriadis, L’Institution imaginaire de la société, Seuil, Paris, 1975.

8 Nelly Wolf, « Langue littéraire et langue nationale », Colloque préparatoire « Champ littéraire et nation ».

9 Cornelius Castoriadis, L’Institution imaginaire de la société, op. cit.

10 C. Castoriadis, « Imaginaire social et changement scientifique », Sens et place des connaissances dans la société, vol. 3, CNRS, Paris, 1987, p. 164.

11 Voir S. Pierron, « L’écrivain : entre conscience et imaginaire linguistiques », Actes des Dix-septièmes Journées de linguistique, 13-14 mars 2003, Québec, CIRAL, 2004 et L’Imaginaire linguistique, sous la dir. d’Anne-Marie Houdebine, L’Harmattan (« Langue et parole »), Paris, 2002.

12 Henri Meschonnic, De la langue française, Hachette, Paris, 1997.

13 Anne-Marie Houdebine-Gravaud, « L’unes langue », La Qualité de la langue ? : le cas du français, Champion, Paris, 1995 (« Politique linguistique »), p. 95.

14 « Il s’agit alors de produire tout un savoir personnel et privé touchant la langue, un savoir fait de pièces et de morceaux, un bricolage qui récupère dans les discours d’époque, les savoirs tout faits ou les vieilles traditions reniées par la “vraie” linguistique, tout un ramassis de vérités ad hoc sans contrôle épistémologique naturellement ». Michel Pierssens, Savoirs à l’œuvre : essais d’épistémocritique, Presses universitaires de Lille, 1990, p. 109.

15 Dont dépendent respectivement la pratique des jeux de langue et la fréquence de la « correction », mais également à mon sens une perception précoce de la fonction poétique et de la dimension narrative.

16 Inconscience du savoir et conscience du savoir-faire sont les éléments de définition de la conscience épilinguistique chez S. Auroux (op. cit., p. 18 et note 4, p. 35-36) : si je présente transitoirement la création verbale comme une extension de la conscience épilinguistique de tout locuteur, produit d’un savoir « non représenté », c’est-à-dire non pensé, c’est non pas en référence au romantique instinct créateur mais en accordant aux « manipulations » artistiques un pouvoir cognitif propre et une capacité de démonstration échappant aux pré-construits culturels. Cf. L’Art est-il une connaissance ?, éd. Le Monde, Paris, 1993.

17 CG, II, p. 623.

18 Françoise Leriche, « Préface » à son édition de Sodome et Gomorrbe, LGF (« Livre de poche classique »), Paris, 1993, p. xliii.

19 Gilles Philippe, Sujet, verbe, complément : le moment grammatical de la littérature française. 1890-1940, Gallimard (« Bibliothèque des idées »), Paris, 2002.

20 TR, IV, p. 467.

21 Paul Bourde, dans sa Chronique du Temps (5 août 1885), qualifie ainsi le mouvement, en reprenant le terme aux Déliquescences : poèmes décadents, d’Adoré Floupette, pastiche qu’il prit très au sérieux.

22 Mercure de France, no 1, janv. 1890.

23 Correspondance, VIII, p. 276-278.

24 Pierre Citti, La Mésintelligence. Essai d’histoire de l’intelligence française : du symbolisme à 1914, éd. des Cahiers intempestifs (« Lieux littéraires », 3), Saint-Étienne, 2000, p. 78 et 81.

25 Ernest Raynaud, La Mêlée symboliste : portraits et souvenirs, Renaissance du livre, Paris, 1920-1922, 3 vol., et « Marcel Proust », En marge de la mêlée symboliste, Mercure de France, Paris, 1936, p. 198-220.

26 Correspondance, VIII, p. 276.

27 CS, I, p. 166.

28 Correspondance, VIII, p. 276-278.

© Presses universitaires de Vincennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search