Version classiqueVersion mobile

L’Incertain. Lecture de Descartes

 | 
Doatéa Nuri

III. Marcher

Texte intégral

Figure de l’arpenteur

1Le dédoublement qui porte et permet le discours est un acte de séparation radicale avec le monde de l’incertitude. Parce que l’incertitude est un état d’aveuglement et d’immobilité, ce n’est pas à partir d’un contact avec le monde que le discours peut commencer. Il commence dans l’abstraction et dans un rapport à soi déjà dédoublé. A partir d’une séparation d’avec les corps sensibles.

2L’infini précédant l’idée de soi permet à la séparation de se maintenir, de faire que la séparation avec le corps fixe ne soit pas la production d’un autre corps fixe, d’une nouvelle subjectivation. Tandis qu’il dit « je », l’Incertain n’est ni incertain, ni sauvage, mais se place dans une oscillation entre les deux postures ; Incertain par duplicité, mais Sauvage, car son discours ne prétend pas dessiner un monde.

  • 1 Discours de la méthode, 2, p. 38.

Mais comme un homme qui marche seul et dans les ténèbres, je me résolus d’aller si lentement, et d’user de tant de circonspection en toutes choses, que, si je n’avançais que fort peu, je me garderais bien toutefois de tomber. Même je ne voulus point commencer à rejeter tout à fait aucune des opinions qui s’étaient pu glisser autrefois en ma créance sans y avoir été introduites par la raison, que je n’eusse auparavant employé assez de temps à faire le projet de l’ouvrage que j’entreprenais, et à chercher la vraie méthode pour parvenir à la connaissance de toutes les choses dont mon esprit serait capable1.

3Descendre au lieu où la dé-liaison est complète – lieu sauvage incapable de rapport – est un geste impossible. Si l’Incertain n’attend pas d’achever ce geste pour élaborer un discours, c’est parce que le non-lieu du Sauvage est inatteignable. L’Incertain est toujours pris dans une décision de langage qui le fait incertain, et s’en dessaisir est impossible.

  • 2 Le nom de l’Arpenteur permet de concentrer les deux gestes principaux de ce personnage conceptuel : (...)

4La méthode est rendue nécessaire par cette impossibilité. Elle est impliquée par l’impossibilité de commencer réellement – soit de congédier le monde fixe – mais son élaboration transformera cette impossibilité en force. Elle s’appuie sur une pratique double qui fait émerger une dernière posture. Cette posture n’est ni celle de l’Incertain ni celle du Sauvage mais celle d’une oscillation entre les deux. Cette posture est celle de l’Arpenteur2. L’Arpenteur est collé à son discours, comme l’Incertain, en même temps qu’il en est infiniment éloigné, comme le Sauvage.

Construire

5Le discours de l’Arpenteur se maintient dans un écart ; il est libéré de l’erreur qui est de croire à son adéquation avec ce dont il parle. Ainsi l’Arpenteur sait que les sciences apprises jusque-là étaient incertaines car, par le discours du maître, elles prétendaient trouver leur fondation dans leurs objets.

  • 3 Régies pour la direction de l’esprit, I, op. cit., p. 2.

Ils ont pensé qu’en les distinguant les unes des autres selon la différence de leurs objets, il fallait chercher à acquérir séparément chacune en particulier et laisser de côté toutes les autres3.

  • 4 Discours de la méthode, 2, p. 41.

6Séparé de ses objets, le discours de l’Arpenteur se déploie comme une forme abstraite. Sa vérité se concentre dans les rapports internes à cette forme. Il peut s’imposer aux choses, les forcer et « supposer même de l’ordre entre [les objets] qui ne se précèdent point naturellement les uns les autres4 ». L’Arpenteur trouve dans les mathématiques le modèle de cet usage car,

  • 5 Ibid.

encore que leurs objets soient différents, elles ne laissent pas de s’accorder toutes, en ce qu’elles n’y considèrent autre chose que les divers rapports ou proportions qui s’y trouvent5 [...].

7L’objet de cette pensée est l’objet abstrait des rapports et des proportions. Ceux-ci mêmes ne sont pas dans les choses. Il y a une coupure.

  • 6 Ibid.

Je pensai qu’il valait mieux que j’examinasse seulement ces propositions en général, et sans les supposer que dans les sujets qui serviraient à m’en rendre la connaissance plus aisée ; même aussi sans les y astreindre aucunement afin de les pouvoir d’autant mieux appliquer après à tous les autres auxquels elles conviendraient6.

8L’Arpenteur parle à partir d’une décision de langage, mais il ne fait pas de cette décision le lieu d’une fermeture sur un monde.

9La coupure permet au discours de se déployer dans le désert d’objets. Il devient un plan presque libéré de la représentation et de l’image :

  • 7 Ibid.

Je pensai que, pour les considérer mieux en particulier [les propositions], je les devais supposer en des lignes, à cause que je ne trouvais rien de plus simple, ni que je pusse plus distinctement représenter à mon imagination et à mes sens ; mais que pour les retenir, ou les comprendre plusieurs ensemble, il fallait que je les expliquasse par quelques chiffres, les plus courts qu’il serait possible7.

  • 8 Alberto Giacometti, Écrits, Hermann, Paris, 1990, p. 257.

10L’abstraction est portée à son degré maximal en imposant une défiguration aux rapports entre les choses, eux-mêmes déjà abstraits. Elle agit comme le dessin qui force l’objet visible par son trait, le libérant de la fixation. « Il doit exister quelques principes pour attraper la réalité et aussi quelques règles simples à partir desquelles on pourrait travailler très bien8 », dit Giacometti.

11Cette simplification portée à l’extrême n’est pas une fermeture, elle ouvre la possibilité d’un rapport aux choses. La simplification est déjà ce qui agit dans l’incertitude par le découpage du visible selon le discours du maître, mais l’abstraction qui l’a rendue possible est masquée. Dans le cas du discours du maître, l’imposition faite au visible ne se montre pas et réduit les choses à cette simplification. Elle colle l’Incertain à ce langage comme à un monde.

12Le monde immobile de l’Incertain est l’ensemble des signifiés que l’Incertain prend pour des référents.

13Le plan abstrait des rapports et des proportions est un plan spéculatif qui permet de n’être pas exilé de tout rapport. L’espace de l’étendue est un exemple de plan abstrait grâce auquel peut s’établir un rapport avec le visible. Il est construit à partir d’une séparation d’avec le monde sensible par la projection d’un espace mathématique euclidien. La séparation d’avec le monde sensible est le geste de la dé-liaison. La projection est un geste de construction.

14Entre les choses et l’image existe la même distance qu’entre les objets touchés par le bâton d’un aveugle et les impressions que celui-ci en reçoit. Cette distance est radicale ; il y a plus qu’une simple distinction entre les choses et leur image visible :

  • 9 « La dioptrique », Discours 1, Œuvres complètes, éditions de F. Alquié, Classiques Garnier, 1963, P (...)

Il n’est point besoin de supposer qu’il y ait rien en ces objets qui ne soit semblable aux idées ou aux sentiments que nous en avons : tout de même qu’il ne sort rien des corps que sent un aveugle, qui doive passer le long de son bâton jusques à sa main, et que la résistance ou le mouvement de ces corps, qui est la seule cause des sentiments qu’il en a, n’est rien de semblable aux idées qu’il en conçoit9.

15La dissemblance est au principe de la vision d’un objet. Les règles de la perspective témoignent de cette dissemblance fondamentale.

  • 10 Ibid., Discours 4, p. 131.

Comme vous voyez que les tailles-douces, n’étant faites que d’un peu d’encre posée ça et là sur du papier, nous représentent des forêts, des villes, des hommes, et même des batailles et des tempêtes, bien que d’une infinité de diverses qualités qu’elles nous font concevoir en ces objets, il n’y en ait aucune que la figure seule dont elles aient proprement la ressemblance ; et encore est-ce une ressemblance fort imparfaite, vu que, sur une superficie toute plate, elles nous représentent des corps diversement relevés et enfoncés, et que même, suivant les règles de la perspective, souvent elles représentent mieux des cercles par des ovales que par d’autres cercles [...] en sorte que souvent, pour être plus parfaites en qualité d’images, et représenter mieux un objet, elles doivent ne pas lui ressembler10.

16La notion de figure permet d’établir radicalement la distance entre l’image visible et les choses en tant que telles. La figure se situe dans un plan intermédiaire qui est l’espace spéculatif. Les tailles-douces sont comme l’image visible, ce avec quoi elles ont le plus de ressemblance est la figure des choses. Cette ressemblance imparfaite se fait « selon les règles de la perspective », c’est-à-dire selon une transposition qui fait passer de l’image plane « au fond de l’œil » à la figure des choses dans un espace tridimensionnel. Le rapport est un rapport de déduction. Ainsi la situation d’un corps et sa distance sont déduites de l’image rétinienne. Elles ne dépendent « d’aucune image [...] qui vienne de l’objet mais seulement de la situation des petites parties du cerveau ».

  • 11 Ibid. Discours 6, p. 150.

Non seulement [...] l’âme connaît en quel endroit est chaque partie du corps qu’elle anime, au respect de toutes les autres ; mais aussi [elle peut] transférer de là son attention à tous les lieux contenus dans les lignes droites qu’on peut imaginer être tirées de l’extrémité de chacune de ses parties et prolongées à l’infini11.

17Des rapports géométriques abstraits permettent d’effectuer cette projection.

  • 12 Ibid. p. 153.

Enfin, quand nous imaginons déjà d’ailleurs la grandeur d’un objet, ou sa situation, ou la distinction de sa figure et de ses couleurs, ou seulement la force de la lumière qui vient de lui, cela nous peut servir non pas proprement à voir, mais à imaginer sa distance12.

18La tridimensionnalité est déduite par l’imagination, elle n’est pas directement accessible mais conçue. L’espace est conçu infiniment homogène par un processus de projection qui n’est informé « d’aucune image [...] qui vienne de l’objet ». Ainsi, les figures de l’espace tridimensionnel à quoi ressemblent le plus les tailles-douces font partie d’un espace projeté idéalement qui assume un écart plus grand avec les choses. Si elles se situent entre le visible et les choses réelles, ce n’est pas parce qu’elles sont plus près des choses que l’image visible. Elles renforcent au contraire le degré d’abstraction.

Statut du plan figuratif

  • 13 Cf. supra, dans la partie décrivant la descente en soi, p. 55 sq.
  • 14 Voir les analyses de Jean-Luc Marion, Sur l’ontologie grise de Descartes, Vrin, Paris, 1975.

19La déduction de l’espace à partir du visible est un processus d’abstraction et de production. Que la distance d’un corps ne soit pas vue mais imaginée montre que l’espace ne peut être déduit ni des choses elles-mêmes ni de la perception. L’espace est un plan spéculatif. La production de ce plan comme moyen de connaissance accomplit le renversement de l’ordre du réel13. Ce renversement correspond au projet théorique des Règles pour la direction de l’esprit qui se donnent pour exigence un déplacement radical du lieu où l’ordre des objets s’engendre14. Il ne se fonde plus sur l’absolu antérieur à la pensée (ce qui est le présupposé du discours du maître) mais sur l’enchaînement même des idées. Le projet des Règles pour la direction de l’esprit peut être lu tout entier selon l’exigence d’un arrachement au référent.

20Mais ce basculement de l’ontologie vers l’abstraction ne déplace pas l’absolu depuis les choses vers l’esprit ou la pensée. Il suspend, au contraire, la possibilité d’un terme absolu à partir duquel ordonner la connaissance.

  • 15 Règles pour la direction de l’esprit, 6, p. 33.

Et le secret de l’art tout entier consiste à remarquer en tout avec soin ce qu’il y a de plus absolu. Il y a des choses en effet qui, certes, à un point de vue sont plus absolues que d’autres, mais qui, considérées autrement, sont plus relatives15.

  • 16 Cf. supra, sur le statut de « je », p. 67 sq.

21C’est pourquoi le personnage de l’Arpenteur intervient. L’Arpenteur intervient à cause de la nécessité de la méthode. Il faut une méthode parce qu’il faut construire un ordre. Celui-ci ne peut pas être déroulé naturellement depuis un point fixe. Il n’y a pas de point fixe, « je » est le produit d’un dédoublement qui permet de déployer un langage sans être ni l’Incertain, terme fixe, ni le Sauvage, terme infiniment éloigné, mais d’osciller entre les deux, c’est-à-dire d’être l’Arpenteur16.

22La méthode est rendue nécessaire, précisément à cause de la défaillance du terme absolu. La dé-liaison et la descente en soi ont remplacé l’immobilité de l’Incertain par la désorientation du Sauvage, rendant impossible tout discours et tout déplacement. La méthode trouve son sens dans la nécessité de s’orienter et dans le fait que rien ne la fonde excepté elle-même. L’idée d’un absolu fondateur défaille. Il n’est ni dans les choses, le monde clos et figé de l’Incertain, ni dans les mots (ceux-ci sont le produit d’une décision précédant toute décision, c’est-à-dire d’un hasard ; l’Incertain est toujours déjà parlant, la pulsion parlante toujours déjà à l’œuvre). On ne peut être ni incertain, ni sauvage ; on peut seulement faire le geste périlleux de construire.

  • 17 L’Arpenteur est-il fou ?

23Le plan figuratif – s’il fallait le fonder – s’appuie sur quelque chose qui est presque un délire17. L’Arpenteur congédie le monde immobile et construit à sa place.

  • 18 « Le Monde », VI, dans Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 343.

Permettez donc pour un peu de temps à votre pensée de sortir hors de ce Monde pour en venir voir un autre tout nouveau que je ferai naître en sa présence dans les espaces imaginaires18.

24Il utilise l’espace abstrait pour opérer cette construction.

  • 19 Ibid., p. 344.

Et, après nous être arrêtés en quelque lieu déterminé, supposons que Dieu crée de nouveau tout autour de nous tant de matière que, de quelque côté que notre imagination se puisse étendre, elle n’y aperçoive plus aucun lieu qui soit vide19.

25Le monde qu’il engendre est ramené à ce plan, il s’y réduit parfaitement.

  • 20 18. « Le Monde », VI, dans Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 345.

Or puisque nous prenons la liberté de feindre cette matière à notre fantaisie, attribuons-lui, s’il vous plaît, une nature en laquelle il n’y ait rien du tout que chacun ne puisse connaître aussi parfaitement qu’il est possible [...]. Concevons-la comme un vrai corps parfaitement solide qui remplit également toutes les longueurs, largeurs et profondeurs de ce grand espace au lieu duquel nous avons arrêté notre pensée ; en sorte que chacune de ses parties occupe toujours une partie de cet espace, tellement proportionnée à sa grandeur qu’elle n’en saurait remplir une plus grande ni se resserrer en une moindre, ni souffrir que, pendant qu’elle y demeure, quelque autre y trouve place20.

26Il y a un ajustement si parfait entre la matière et l’espace, la première est « tellement proportionnée » à la grandeur de l’autre qu’ils se rejoignent entièrement. La matière des choses est réduite à l’espace qu’elle occupe jusqu’à ne faire qu’un avec lui. Ce geste est le dernier moment de l’élaboration de l’espace comme étendue et il accomplit la rupture ; les choses se réduisent à la figure qu’elles occupent dans l’espace. Le plan spéculatif résorbe entièrement le plan des choses. Il est obtenu par une construction ou une invention. Il est doublement abstrait ou séparé : d’abord du plan des choses puisqu’il les résorbe en lui ; ensuite d’une origine fixe puisqu’il est obtenu par un geste d’invention.

27On peut dire qu’il est fondé sur l’esprit, s’il est vrai que l’esprit n’est pas le point fixe originaire mais le produit du dédoublement et de l’arrachement au corps, l’excès de la pulsion parlante. Sa construction est un acte de langage qui ne s’appuie pas sur autre chose qu’elle-même :

  • 21 Bruno Pinchard, « La critique cartésienne des formes substantielles », dans L’Infini entre science (...)

C’est à même le plein que la pensée fabulatrice reconstruit le monde. Mais ce plein n’est pas un infini en acte. L’indéfini trouve ici sa véritable signification. L’indéfini est un espace imaginaire, apparemment infini mais d’abord indéterminé, qui accepte un centre provisoire depuis lequel aucune limite n’est observable21.

  • 22 Discours de la méthode, 2, p. 40.
  • 23 Ibid.

28Ce double écart permet de poser la figure : dans le cas de l’espace, la figure appartient à l’étendue. Rien d’autre qu’elle n’est nécessaire pour concevoir ce qu’est l’étendue. L’étendue est un plan figuratif. D’une manière générale, le plan figuratif est le plan du langage lorsqu’il n’est appuyé par rien d’autre que ses lois internes et ne prétend pas désigner un référent fixe. L’absence du terme absolu à partir duquel engendrer l’ordre du discours trouve sa signification : l’ordre n’est ni dans les choses, ni dans l’esprit entendu comme terme fixe mais dans le discours. C’est pourquoi cet ordre peut être assuré et faire l’objet d’une perception claire et distincte. L’Arpenteur peut se donner comme règle « de ne comprendre rien de plus en mes jugements, que ce qui se présenterait si clairement et si distinctement à mon esprit, que je n’eusse occasion de le mettre en doute22 ». Il peut ensuite établir d’autres règles qui n’ont pour objet que cet ordre immanent au discours, comme « de diviser chacune des difficultés que j’examinerais en autant de parcelles qu’il se pourrait, et qu’il serait requis pour les mieux résoudre23 » ou bien

  • 24 Ibid.

de conduire par ordre mes pensées, en commençant par les objets les plus simples et les plus aisés à connaître, pour monter peu à peu, comme par degrés, jusqu’à la connaissance des plus composés ; et supposant même de l’ordre entre ceux qui ne se précèdent point naturellement les uns les autres24.

  • 25 Ibid.

29Il peut enfin s’astreindre à « faire partout des dénombrements si entiers, et des revues si générales, [qu’il fût] assuré de ne rien omettre25 ».

30Cela, c’est le métier de l’Arpenteur ; mesurer, classer le territoire du discours (« faire des revues si générales » ou « diviser chacune des difficultés »), mais c’est aussi un autre geste nécessaire à l’exercice de ce métier : arpenter ces territoires du discours, les parcourir (« commençant par les objets les plus simples pour monter peu à peu, comme par degré »). Les deux gestes se font en même temps ; mesurer se fait en arpentant, arpenter se fait en mesurant. L’Arpenteur se déplace sur le plan qu’il trace.

  • 26 Discours de la méthode, 2, p. 40.

31Son discours est un discours de la méthode qui s’oppose au discours du maître car il n’a pas le même ordre. Le discours du maître supposant un ordre des choses fixes n’a pas besoin d’une méthode pour s’ordonner. Il peut se présenter comme une accumulation de contenus séparés formant un monde. Le discours de la méthode passe au contraire des « objets les plus simples » jusqu’aux « plus composés »26, selon un cheminement propre.

Marcher

  • 27 Pascal, Pensées, fragment 91, édition Lafuma.

32Mais le chemin effectué dans le discours n’amène pas l’Arpenteur à faire des territoires qu’il arpente un monde à nouveau fixe. S’il arpente les territoires du discours, il y a une autre distance que l’Arpenteur doit parcourir. Il y refait sans cesse les mêmes déplacements, répétant inlassablement, presque avec acharnement, les mêmes gestes. Cette distance est la distance infinie qui existe entre le lieu de l’incertitude et le non-lieu sauvage. Il doit maintenir une « pensée de derrière la tête27 » qui lui rappelle qu’il n’est qu’un être de langage. Parcourir cette distance, c’est garder à l’esprit l’idée de l’infini précédant l’idée de soi. L’Arpenteur est un être de langage qui se connaît comme tel.

  • 28 L’Arpenteur de Kafka dit « je », il fait comme s’il maîtrisait son discours, argumentant toujours, (...)

33En arpentant la distance infinie qui existe entre la posture de l’Incertain et celle du Sauvage, l’Arpenteur est tour à tour l’un et l’autre ou les deux à la fois. L’édifice langagier qu’il construit est appuyé sur un dehors infini28. L’Arpenteur n’est pas une figure qui vient après celles de l’Incertain et du Sauvage pour les congédier. Il est entre les deux, oscillant de l’un à l’autre. Passant par les deux postures, il permet aux territoires de son discours de se maintenir dans leur abstraction et il peut ne pas y être prisonnier.

34L’oscillation entre les deux postures permet à l’Arpenteur de se délier des objets de son discours. Le cheminement méthodique est parcouru depuis cette oscillation, dont il faut définir le lieu ou la façon d’habiter le langage lui permettant de construire un discours de la méthode.

35Ce lieu est un logis provisoire.

36Sur la distance infinie tracée entre l’incertitude et le dehors sauvage, l’Arpenteur se construit un logis provisoire.

  • 29 Discours de la méthode, 3, p. 45.

Et enfin, comme ce n’est pas assez, avant de commencer à rebâtir le logis où on demeure, que de l’abattre, et de faire provision de matériaux et d’architectes, ou s’exercer soi-même à l’architecture, et outre cela d’en avoir soigneusement tracé le dessin ; mais qu’il faut aussi s’être pourvu de quelque autre, où on puisse être logé commodément pendant le temps qu’on y travaillera29 [...].

37Le logis provisoire est le logis de l’Arpenteur. C’est le lieu à partir duquel il construit ses plans, dessine ses régions, s’oriente dans ses discours. Le logis provisoire est le lieu qui abrite celui qui oscille entre l’incertitude et le dehors sauvage, il est défini par le rapport particulier qu’entretient l’Arpenteur avec le langage. C’est le lieu de ce rapport.

38Ce lieu doit être habité parce qu’il n’est pas possible d’abattre complètement le logis de l’Incertain. Dans le temps linéaire du texte, la méthode est construite avant que le rapport incertain au monde ne soit complètement brisé ; le sens du mot « provisoire » y est entendu littéralement : le logis provisoire est une pratique de l’opinion incertaine, à côté de laquelle on peut travailler à la méthode, en attendant de trouver une pratique certaine fondée sur une science certaine.

  • 30 Discours de la méthode, 3, p. 45.

Ainsi, afin que je ne demeurasse point irrésolu en mes actions pendant que la raison m’obligera de l’être en mes jugements, et que je ne laissasse pas de vivre dès lors plus heureusement que je pourrais, je me formai une morale par provision, qui ne consistait qu’en trois ou quatre maximes, dont je veux bien vous faire part30.

39Mais cette linéarité n’est là que pour permettre la commodité de l’exposition. Le logis provisoire est le seul lieu d’où peut naître le discours de la méthode comme discours ordonné, non plus selon les choses fixes mais selon son propre parcours. L’Arpenteur y est « logé commodément » pendant le temps où il travaille à sa méthode ; il s’y tient pendant que se prononce le discours de la méthode.

40Le logis provisoire est une « morale par provision » car il consiste en une pratique du langage : c’est le lieu d’un rapport double de l’Arpenteur à son discours.

  • 31 Ibid.

La première était d’obéir aux lois et aux coutumes de mon pays, retenant constamment la religion en laquelle Dieu m’a fait la grâce d’être instruit dès mon enfance, et me gouvernant en toutes choses, suivant les opinions les plus modérées, et les plus éloignées de l’excès, qui fussent communément reçues en pratique par les mieux sensés de ceux avec lesquels j’aurais à vivre31.

41Le logis provisoire est d’abord presque une réplique du logis de l’Incertain. L’Arpenteur suit les opinions incertaines fondées sur la croyance en un monde. Mais il creuse une distance. Elles sont pour lui comme des vêtements étrangers. En faisant de l’adhésion une maxime, il fait aussi d’elle un choix dont il se libère. Il est dans un monde qu’il reconnaît être le produit d’opinions ; un monde représenté, ordonné, visible. Mais il creuse un écart dans sa propre opinion, il fait de sa vision un choix.

  • 32 Discours de la méthode, 3, p. 46.

Je mettais entre les excès toutes les promesses par lesquelles on retranche quelque chose de sa liberté. Non que je désapprouvasse les lois qui, pour remédier à l’inconstance des esprits faibles, permettent, lorsqu’on a quelque bon dessein [...] qu’on fasse des vœux ou des contrats qui obligent à y persévérer ; mais à cause que je ne voyais au monde aucune chose qui demeurât toujours en même état, et que pour mon particulier, je me promettais de perfectionner de plus en plus mes jugements, et non point de les rendre pires, j’eusse pensé commettre une grande faute contre le bon sens, si, parce que j’approuvais alors quelque chose, je me fusse obligé de la prendre pour bonne encore après, lorsqu’elle aurait cessé de l’être ou que j’aurais cessé de l’estimer telle32.

42Le logis provisoire est provisoire par sa nature même et non pas parce qu’il durerait provisoirement. Il engage une façon d’habiter le monde qui est celle d’une liaison en même temps que celle d’une dé-liaison. Il s’agit de se lier d’une manière qui permette de se délier, et cela dans le même geste. La loi qui ordonne les opinions et les pratiques qui en découlent est bonne pour autant qu’elle lie, mauvaise pour autant qu’elle ne permet pas de se délier. L’Arpenteur est l’Incertain qui recule jusqu’au dehors du Sauvage et qui revient dans son rapport aux coutumes et aux choses, fort de ce recul infini. C’est pourquoi il suit les opinions les plus modérées ; ce sont celles auxquelles on s’attache le moins et qu’on peut emprunter comme des vêtements. L’Arpenteur est dans le monde immobile mais il y est en étant, au même moment, au dehors. Ce double mouvement est le sens du logis provisoire.

43Au moment où il est dans le monde, il travaille à la méthode, soit à la construction d’une sortie hors de ce monde. Il habite le logis en même temps qu’il travaille à la construction d’un autre logis, d’un autre rapport au langage. Mais il n’y a pas à chercher plus loin, dans le moment d’un autre logis définitif. Le logis provisoire est le seul logis possible. La méthode peut s’y accomplir dans toute sa signification.

44La méthode est rendue nécessaire par l’aveuglement de l’Incertain. Être lié par le langage à un monde ne permet pas de se déplacer ni de creuser l’espace du mot qui permettrait de nommer d’autres choses impossibles dans ce monde. La méthode est la construction d’un plan figuratif, séparé de l’attachement au référent. Ce plan est le plan des opinions provisoires. Provisoire veut dire attaché et abstrait en même temps. C’est-à-dire que la méthode, le chemin, se fera d’une part sur ce plan abstrait, dans l’arpentage des régions du discours ; mais que le geste de construire ce plan est déjà un geste méthodique. Tout comme la dé-liaison et la descente en soi.

45Se délier, descendre en soi, construire, permettent d’exercer la pensée comme un cheminement. Ces trois gestes sont à comprendre ensemble, d’une manière presque verticale dans le mouvement de l’Arpenteur. L’Arpenteur, lorsqu’il se déplace sur la distance qui sépare l’Incertain du Sauvage, opère le geste de la dé-liaison et celui de la descente en soi. Lorsqu’il se déplace sur la distance qui sépare le Sauvage de l’Incertain, il opère le geste de la construction. Le logis provisoire est le lieu de cet aller-retour entre l’Incertain et le Sauvage. Cet aller-retour fait des objets considérés par l’Arpenteur des figures.

  • 33 Discours de la méthode, 2, p. 38.
  • 34 Ibid., 3, p. 45.

46La méthode permet de marcher parce qu’elle est élaborée depuis le logis provisoire ; si elle est forgée avant d’avoir accompli la dé-liaison (« Même je ne voulus point commencer à rejeter tout à fait aucune des opinions [...] que je n’eusse auparavant employé assez de temps à faire le projet de l’ouvrage que j’entreprenais33 [...] ») et si un logis provisoire, qui est une décision de langage reconnue comme telle, est nécessaire pour son élaboration (« mais qu’il faut aussi s’être pourvu de quelque autre, où on puisse être logé commodément pendant le temps qu’on y travaillera34 »), c’est qu’elle concentre en elle la possibilité de sortir de l’incertitude, d’un rapport fixe avec les objets du langage, sans que cette sortie soit une cassure.

47Le lieu où est élaborée la méthode est aussi le moyen de cette sortie. Elle est dans un logis provisoire : comme sortie et adhésion incessantes.

48La différence entre le plan abstrait du discours méthodique et le plan de l’opinion dans laquelle l’Arpenteur se maintient permet de penser la sortie d’un plan de fixation.

  • 35 Ibid, 2, p. 41.

Je pensais qu’il valait mieux que j’examinasse seulement ces proportions en général, et sans les supposer que dans les sujets qui serviraient à m’en rendre la connaissance plus aisée ; même aussi sans les y astreindre aucunement35.

49Le discours méthodique peut se déployer dans l’abstraction et dans une suspension de tout objet parce qu’il y a le plan de l’opinion dans laquelle l’Arpenteur est logé commodément. C’est bien d’un dédoublement qu’il s’agit, mais il faut penser ce dédoublement comme le creusement d’une distance interne à la vision ou à la conception. La différence entre le plan abstrait et le plan de l’opinion est une différence dans la vision ou la conception d’un même objet. Comme opinion, la vision se lie et acquiesce à la conception du monde ; comme construction d’un plan abstrait, elle se délie et fait de l’objet vu une figure.

50Le cheminement a lieu dans ce dédoublement. L’incertitude est une fixation du corps en un corps organisé. Ce corps se maintient dans des rapports et des distances fixes avec les autres corps qu’il rencontre. Ces rapports qui forment l’opinion elle-même engagent l’Incertain dans un logis immobile. La pratique de ce logis comme provisoire permet au corps de l’Arpenteur d’être libéré de son organisation fixe. En s’engageant provisoirement dans le logis qu’il habite, il s’engage provisoirement dans une forme de son corps ; mais il peut trouver dans la descente en soi le moment d’une désorganisation de ce corps fixe qui lui permet d’engager un autre rapport à son corps et donc à l’extériorité. La descente en soi est permise par la pratique du logis comme provisoire. Engagée absolument et sans la production d’un autre lieu du corps, elle mènerait à une rupture violente. Le logis provisoire permet d’effectuer le mouvement vers cette descente sans l’effectuer réellement. Selon une oscillation, il permet d’être logé dans le corps ou dans le monde et de s’en déloger.

51Si l’usage d’un discours fixe le corps et le monde, marcher dans le discours, c’est marcher dans le corps et dans le monde. L’Arpenteur arpente différents lieux du corps parce qu’il sort sans cesse d’un lieu du corps. Le discours de la méthode, dans sa séparation d’avec le logis, engage une séparation d’avec le corps mais cela au moment même où l’Arpenteur demeure logé dans le corps. C’est pourquoi ce personnage arpente sans cesse, dans une oscillation infatigable, la distance qui sépare un logis d’un dehors.

  • 36 Discours de la méthode, 3, p. 45.

52La méthode s’engage dans cette sortie. Elle trace des lignes et dessine une autre décision de langage ; un autre biais pour regarder les choses. Elle se construit dans une schize à laquelle le logis provisoire permet de donner un cadre « afin que je ne demeurasse point irrésolu en mes actions pendant que la raison m’obligerait à l’être en mes jugements36 ». La schize s’engage entre l’action et le jugement. L’Arpenteur est collé au monde dans ses actions, éloigné de lui dans ses jugements.

53Mais la sortie qu’engage la méthode mène l’Arpenteur si loin du logis qu’il doit assurer la fermeté de celui-ci.

  • 37 Ibid., p. 47.

Ma seconde maxime était d’être le plus ferme et le plus résolu en mes actions que je pourrais, et de ne suivre pas moins constamment les opinions les plus douteuses, lorsque je m’y serais une fois déterminé, que si elles eussent été très assurées37.

54La méthode engage dans une sortie permanente. Mouvement de dé-liaison qui pousse l’Arpenteur hors de son logis dans le monde et risque de l’engager dans une errance s’il ne redouble pas de fermeté dans son usage du monde. À la poussée de dé-liaison engagée par le caractère provisoire du logis, il faut opposer une poussée inverse de liaison et d’engagement dans le logis, ainsi que dans la décision de langage liée à celui-ci.

  • 38 Ibid.

Imitant en ceci les voyageurs qui, se trouvant égarés en quelque forêt, ne doivent pas errer en tournoyant tantôt d’un côté, tantôt d’un autre, ni encore moins s’arrêter en une place, mais marcher toujours le plus droit qu’ils peuvent vers un même côté, et ne le changer point pour de faibles raisons, encore que ce n’ait été peut-être au commencement que le hasard seul qui les ait déterminés à choisir : car par ce moyen, s’ils ne vont justement où ils désirent, ils arriveront au moins à la fin quelque part, où vraisemblablement ils seront mieux que dans le milieu d’une forêt38.

55Si, « au commencement » d’une décision de langage qui engage le corps dans un logis (dans une façon de se rapporter à soi et au monde), il n’y a peut-être « qu’un hasard », la fermeté de cette décision doit rendre possible la marche. Une première face du geste de marcher est esquissée dans le maintien d’un logis. Au cœur même de la cécité d’un logis, il faut se diriger. Comme au milieu d’une forêt, il faut marcher droit, au milieu de l’incertitude, il faut agir. Mais ce geste de marcher n’est possible que parce que le mouvement de la méthode dégage l’Incertain de ses opinions. Au moment où il marche dans la forêt, il est déjà l’Arpenteur (comment, sinon, pourrait-il marcher ?). Il peut marcher, précisément parce que c’est une décision. Il marche dans la cécité. Il marche parce qu’en même temps travaille la méthode.

Pratique du plan figuratif

  • 39 Cette posture décrit le mouvement de la foi chez Kierkegaard : Je plonge à travers sa propre transp (...)

56C’est dans une pratique du plan figuratif que se comprendra le geste de marcher. La méthode est la production d’un discours séparé, faisant figure, et permettant une application infinie. Tandis qu’il demeure dans un lieu du corps, l’Arpenteur creuse en lui « l’espace du mot » qui rend possible la parole. Depuis un dehors sauvage, il construit un espace de discours ouvert à une multiplicité de significations. Ce faisant, il se déplace dans le corps, parcourant une distance infinie jusqu’à un non-lieu où son corps n’a pas de forme. Le discours prend appui sur un « je » qui plonge dans ce lieu, c’est-à-dire qui a l’idée de l’infini39. Il est séparé d’une origine assignable et peut avoir aussi bien une infinité d’origines – lieux du corps à partir desquels il s’énonce.

  • 40 Maurice Blanchot, L’Entretien infini, op. cit., p. 42.

57L’infini est dans la multiplicité ouverte des différents lieux du corps possibles. Le Discours de la méthode est un discours qui trace un chemin à travers ces différents lieux, il permet de les parcourir. De parcourir ainsi une multiplicité de logis, de distances avec les choses. Il se construit sur un plan figuratif : le mot comme figure peut trouver une infinité d’applications possibles qui sont autant de moyens d’arrêter le corps dans une infinité de postures ou de logis différents. L’image comme figure ouvre sur une infinité de visions possibles. Les chapeaux et les manteaux ne cachent pas des hommes dans leur réalité figée mais des « hommes » comme mots, libérés d’une forme fixe. La forme ouvre sur une absence qui est aussi multiplicité. « L’image est image en cette duplicité, non pas le double de l’objet, mais le dédoublement initial qui permet ensuite à la chose d’être figurée40. »

58La forme du récit engage une pratique figurative du texte.

  • 41 Discours de la méthode, 1, p. 25.

Mais ne proposant cet écrit que comme une histoire, ou, si vous l’aimez mieux, que comme une fable, en laquelle, parmi quelques exemples qu’on peut imiter, on en trouvera peut-être aussi plusieurs autres qu’on aura raison de ne pas suivre, j’espère qu’il sera utile à quelques-uns sans être nuisible à personne, et que tous me sauront gré de ma franchise41.

  • 42 Alexandre Koyré, « Entretiens sur Descartes », dans Introduction à la lecture de Platon, Gallimard, (...)

59Par le récit, le discours permet un cheminement, ses objets sont des objets défaillants, permettant simplement de se déplacer. L’ordre selon lequel ils s’enchaînent est un ordre méthodique, propre au cheminement de la pensée. Ordre « fécond et vivant42 », ordre de parcours qui n’est possible que parce que les objets ne sont pas fixés en dehors du parcours lui -même.

60En marchant selon l’ordre de son discours, l’Arpenteur sort du monde clos et immobile où se fixait le corps de l’Incertain. Les objets défaillants que sont les objets du Discours de la méthode l’environnent le temps d’être pensés comme des choix qu’il ferait en dessinant le monde mais disparaissent vite dans l’absence d’où ils ont été tirés. Ce sont le plus souvent des actes (des opinions, fermer les livres, voyager, se délier, douter, descendre en soi, construire, marcher...) mais aussi des lieux (l’école, l’Allemagne, la chambre), des durées (six jours, neuf ans) ou des choses (les livres, « moi », les objets de la chambre). Ces objets ont une réalité défaillante, fantômes apparaissant le temps d’y cheminer ; les mots qui les désignent sont des figures. Les objets sont pris eux-mêmes dans la duplicité de la figure ; ils sont comme les formes extérieures de la cire ; lieux d’une infinité de visages qui permettent de s’engager dans l’ouverture infinie de la figure. Eux-mêmes sont des figures. La figure est la seule réalité de l’Arpenteur. Le mot et l’image perdent leur distinction, tous deux appartiennent à des plans figuratifs. Au moment où il y chemine, ces plans se figent, s’appliquent, mais selon le logis provisoire. L’application est un acte de la pensée. Elle doit rester attachée à son principal sujet qui est la pensée.

61L’écriture comme la parole sont des actes de séparation. La troisième maxime qui définit le logis provisoire fait de la séparation, de la non fermeture de la figure sur un monde, une exigence.

  • 43 Discours de la méthode, 3, p. 48.

Ma troisième maxime était de tâcher toujours à me vaincre plutôt que la fortune, et à changer mes désirs que l’ordre du monde ; et généralement, de m’accoutumer à croire qu’il n’y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir que nos pensées43.

  • 44 Ibid.

62Maintenir la distinction entre les désirs ou les pensées et l’ordre du monde ne s’entend pas uniquement dans le sens couramment accepté d’une morale stoïcienne. Cette compréhension doit être radicalisée. Seules nos pensées sont en notre pouvoir, en elles seules nous pouvons cheminer. Nous pouvons cheminer à condition de rester dans la séparation d’avec le monde fixe. « Mais j’avoue qu’il est besoin d’un long exercice, et d’une méditation souvent réitérée, pour s’accoutumer à regarder de ce biais toutes les choses44. » Le regard de biais sépare : il voit qu’il ne voit pas la chose, il voit qu’il en parle.

  • 45 C’est l’oscillation du logis provisoire.

63Le parcours dans l’ordre du discours, le passage d’un objet à un autre, est rendu possible parce que les objets se maintiennent dans une réalité défaillante. Il y a un autre parcours qui permet le maintien de l’objet comme figure45, c’est le creusement d’une distance dans l’acte de voir ou de concevoir. Comprendre et ordonner un discours est rendu possible par cet autre parcours immobile : oscillation et variation de la distance avec les objets, arpentage dans le point de vue entre l’incertitude et l’éloignement sauvage qui est le sens de la pratique figurative.

64Chaque application est une décision, un arrêt dans la représentation et dans le corps, mais la pratique figurative du mot ou de l’image permet à l’Arpenteur de lire ou de voir, en faisant résonner la distance qu’il parcourt entre les différentes applications et lieux du corps qui leur correspondent. Dans cette résonance s’engage une pratique du corps vivant. Par la pratique figurative, l’Arpenteur se déplace entre les différents lieux du corps et mondes immobiles, et se délie de chacun. Cela au moyen du dédoublement qui, en traçant un plan des mots qui soit détaché des objets, permet de frayer un chemin dans la sensation.

65Le parcours dans l’ordre du discours méthodique est en même temps un parcours vertical dans l’oscillation, dans la perte de l’objet. Le dédoublement qui donne lieu au déplacement d’un lieu du corps à un autre lieu du corps est lui-même permis par l’existence du plan non problématique de la sensation ou de l’union de l’âme et du corps. Ce plan n’est pas marqué par la brisure qui survient dans le corps représenté. La marche se produit sur le plan de la sensation comme un effet de la pratique figurative.

66Dans le mouvement de déplacement entre différents lieux du corps, l’Arpenteur rejoint la sensation. On peut comprendre les lieux du corps comme des pauses photographiques où la représentation a lieu. Marcher, c’est passer de l’un à l’autre, par le plan de la sensation qui échappe complètement à la représentation.

  • 46 Lettre à Elisabeth du 28 juin 1643, dans Correspondance avec Elisabeth, GF Flammarion, Paris, p. 73

Premièrement donc, je remarque une grande différence entre ces trois sortes de notions, en ce que l’âme ne se conçoit que par l’entendement pur ; le corps, c’est-à-dire l’extension, les figures et les mouvements, se peuvent aussi connaître par l’entendement seul, mais beaucoup mieux par l’entendement aidé de l’imagination ; et enfin, les choses qui appartiennent à l’union de l’âme et du corps, ne se connaissent qu’obscurément par l’entendement seul, ni même par l’entendement aidé de l’imagination ; mais elles se connaissent très clairement par les sens46.

67Le plan de la sensation est le plan de l’union entre l’esprit et le corps. Il ne se conçoit pas par l’imagination, c’est-à-dire grâce à l’usage des représentations, mais directement par les sens. Le mot comme figure, ou l’image comme figure, ont un effet sur le plan de la sensation. Reçus dans leur ouverture à une infinité de référents possibles, ils donnent à l’Arpenteur la possibilité de se déplacer à une vitesse infinie entre les différents lieux du corps qui correspondent à la fixation d’un référent. L’Arpenteur reçoit de la figure non pas ses multiples référents possibles, mais son ouverture même à une absence ou une infinité de référents. Par la figure, il est expulsé hors de la représentation dans la sensation.

68Mais la sensation ne peut pas se comprendre comme un intervalle entre différentes représentations. Elle est la sortie hors de la représentation. La figure, ouvrant une distance infinie avec le référent, rend possible la sensation. La sensation est l’épreuve d’un déplacement. Elle correspond à une brisure du corps fixe et insensible de l’Incertain. C’est vers elle que la figure mène l’Arpenteur. Le sens advient à l’Arpenteur lorsque celui-ci arpente les distances infinies qui séparent les lieux du corps. Ces distances sont des passages au dehors. L’Arpenteur qui est un pur être de langage est aussi dans sa marche un pur être de non langage. Il n’est personne. Il sort du texte qu’il écrit ou lit.

  • 47 Discours de la méthode, 2, p. 40.

69Le discours méthodique engage une pratique de la pensée comme épreuve du déplacement. À chaque pas, il se produit une brisure du monde fixe et de son organisation. Le passage d’un objet du discours à un autre est un passage méthodique. Il se fait selon un chemin de ruptures, crée un ordre dynamique qui se comprend parce qu’il n’est pas l’ordre du monde (« [...] de conduire par ordre mes pensées [...] et supposant même de l’ordre entre ceux qui ne se précèdent point naturellement les uns les autres47 »). L’ordre méthodique brise l’ordre du monde. Le passage d’un objet à un autre est un parcours hors du monde : il s’appuie sur un oubli de ce qui a déjà été pensé et de la position dans laquelle était le sujet.

70Le monde clos n’y a plus de place. Passage d’un monde à un autre monde, d’un discours du maître à un autre, d’une position à une autre. Chaque passage reprend tous les gestes de l’Incertain-Sauvage. Délié de son identité fixe, il parle et, en parlant, descend hors de toute assignation.

71Le mot comme figure ouvre une coupure avec le référent, produit une séparation, dans cette coupure prend place la sensation comme désir non pas d’un référent, aussi éloigné fût-il, mais désir qui est parcours, brisure du sujet ou encore jouissance.

  • 48 Roland Barthes, Le Plaisir du texte, Seuil, Paris, 1973, p. 63.

Caractère asocial de la jouissance. Elle est la perte abrupte de la socialité, et pourtant il ne s’ensuit aucune retombée vers le sujet (la subjectivité), la personne, la solitude : tout se perd, intégralement. Fond extrême de la clandestinité, noir de cinéma48.

Notes

1 Discours de la méthode, 2, p. 38.

2 Le nom de l’Arpenteur permet de concentrer les deux gestes principaux de ce personnage conceptuel : d’une part la mesure, la science des rapports et des constructions ; d’autre part, la marche et le déplacement.

3 Régies pour la direction de l’esprit, I, op. cit., p. 2.

4 Discours de la méthode, 2, p. 41.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Alberto Giacometti, Écrits, Hermann, Paris, 1990, p. 257.

9 « La dioptrique », Discours 1, Œuvres complètes, éditions de F. Alquié, Classiques Garnier, 1963, Paris, p. 100.

10 Ibid., Discours 4, p. 131.

11 Ibid. Discours 6, p. 150.

12 Ibid. p. 153.

13 Cf. supra, dans la partie décrivant la descente en soi, p. 55 sq.

14 Voir les analyses de Jean-Luc Marion, Sur l’ontologie grise de Descartes, Vrin, Paris, 1975.

15 Règles pour la direction de l’esprit, 6, p. 33.

16 Cf. supra, sur le statut de « je », p. 67 sq.

17 L’Arpenteur est-il fou ?

18 « Le Monde », VI, dans Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 343.

19 Ibid., p. 344.

20 18. « Le Monde », VI, dans Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 345.

21 Bruno Pinchard, « La critique cartésienne des formes substantielles », dans L’Infini entre science et religion au XVII siècle, Jean-Marie Lordic éd., Vrin, Paris, 1999.

22 Discours de la méthode, 2, p. 40.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Discours de la méthode, 2, p. 40.

27 Pascal, Pensées, fragment 91, édition Lafuma.

28 L’Arpenteur de Kafka dit « je », il fait comme s’il maîtrisait son discours, argumentant toujours, raisonnant, se justifiant, exposant les tenants et les aboutissants de sa position, de sa recherche. Croyant convaincre, raisonner l’autre. Comme s’il logeait fermement à la racine de son discours. A remarquer que tous les personnages du château sont comme lui, à cette réserve près qu’ils intègrent en plus dans leur discours raisonnable le discours d’en haut, les ordres, les interdits, la force puissante du château. Mais en même temps, il est perdu complètement. Il reçoit des ordres contradictoires, il n’existe peut-être pas pour le château, ou bien c’est le château qui n’existe pas. Il n’a rien à arpenter, à mesurer, à construire.

29 Discours de la méthode, 3, p. 45.

30 Discours de la méthode, 3, p. 45.

31 Ibid.

32 Discours de la méthode, 3, p. 46.

33 Discours de la méthode, 2, p. 38.

34 Ibid., 3, p. 45.

35 Ibid, 2, p. 41.

36 Discours de la méthode, 3, p. 45.

37 Ibid., p. 47.

38 Ibid.

39 Cette posture décrit le mouvement de la foi chez Kierkegaard : Je plonge à travers sa propre transparence dans la puissance qui l’a posé. Il ne se réfléchit pas mais éprouve ce qu’il est comme un écran devenu transparent, ouvert sur un vide d’où sans cesse quelque chose émerge. (Traité du désespoir, Gallimard, « Folio Essais », Paris, p. 168.)

40 Maurice Blanchot, L’Entretien infini, op. cit., p. 42.

41 Discours de la méthode, 1, p. 25.

42 Alexandre Koyré, « Entretiens sur Descartes », dans Introduction à la lecture de Platon, Gallimard, NRF, Paris, 1962, p. 201.

43 Discours de la méthode, 3, p. 48.

44 Ibid.

45 C’est l’oscillation du logis provisoire.

46 Lettre à Elisabeth du 28 juin 1643, dans Correspondance avec Elisabeth, GF Flammarion, Paris, p. 73.

47 Discours de la méthode, 2, p. 40.

48 Roland Barthes, Le Plaisir du texte, Seuil, Paris, 1973, p. 63.

© Presses universitaires de Vincennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search