Version classiqueVersion mobile

Théâtre en Toscane

 | 
Michel Plaisance

L’Amicizia de Giovati Maria Cecchi. Notes préliminaires à une édition critique

Jacqueline Brunet

Texte intégral

  • 1 Ils figurent sous les cotes : I VII 28 et P III 48. Nos citations sont extraites du premier de ces (...)

1Ces quelques pages ont pour but de présenter une oeuvre de Giovanmaria Cecchi, L’Amicizia, dont l’édition critique paraîtra prochainement dans cette même collection. Deux manuscrits seulement de cette farce, qui offrent entre eux peu de différences, ont été jusqu’ici recensés, ce qui, s’agissant du théâtre de Cecchi, représente une situation extrêmement simple : pour de nombreuses pièces, il existe six, sept, voire dix manuscrits (ainsi pour L’Acqua Vino). Mais, inconvénient majeur, aucun de ces deux manuscrits, qui se trouvent tous deux à la Bibliothèque Communale de Sienne1, n’est autographe.

  • 2 Dans De dictis factisque memoriabilibus, IIV7. Cecchi lui-même cite cette source dans le Prologue, (...)
  • 3 Dans De Officiis, III 10 et dans Tusculanae disputationes, V 22.

2L’intrigue est construite autour du thème de l’amitié légendaire qui a uni Damon et Pythias (ou Phintias) – thème qui a connu une très grande fortune : développé par Valére Maxime2, par Cicéron3, il est à l’origine de multiples récits et nouvelles ; Boccace, entre autres, l’a partiellement exploité dans la huitième nouvelle de la dixième journée, où Tito et Gisippo rivalisent de générosité.

3Cecchi suit de très près le récit mythique, en même temps qu’il le transpose dans une réalité tout à fait contemporaine.

4L’action est censée se dérouler à Syracuse, où le tyran Denys vient de condamner à mort le pythagoricien Pythias, sur la base d’un soupçon qui se révélera être sans fondement. Pythias obtient la grâce d’un délai de huit jours pour se rendre à Crotone où il embrassera une dernière fois les siens et règlera ses affaires ; mais ceci à la condition que, pendant ces quelques jours, quelqu’un se porte garant de son retour et soit emprisonné à sa place. Son ami Damon se propose aussitôt. L’action se situe au jour prévu pour l’exécution ; Pythias n’étant pas revenu, c’est Damon qui, selon les termes de l’accord, doit périr. A l’angoisse de ses proches qui tentent par tous les moyens de le sauver, Damon oppose un calme serein. Et justifié : Pythias arrive juste à temps ; le tyran le grâcie et offre de hautes charges aux deux jeunes gens, dont il brigue l’amitié. Le père, l’épouse, les jeunes enfants de Damon retrouvent le bonheur et expriment une joie quelque peu larmoyante.

5Sur cette trame, Cecchi a greffé de nombreux épisodes secondaires, qui lui sont l’occasion de mettre en scène des personnages que l’on rencontre fréquemment dans son théâtre.

6Et tout d’abord un médecin, Nicomaco, dont la bêtise n’a d’égale qu’une prétention et une cupidité cruellement soulignées par son ragazzo, le jeune Pero. Ce personnage ridicule a un rôle important : il figure dans neuf scènes sur les trente et une que compte la pièce ; il est directement lié à l’intrigue et soigne ou propose de soigner plusieurs personnages. Cecchi l’a introduit tout exprès pour que,

[…] con la sua igno
ranza e melensaggine […]
(Prol., c. 34r),

7qui font rire tout Syracuse, il divertisse au sein d’un sujet qui peut rendre mélancolique. Le personnage du médecin figure dans dix autres pièces de Cecchi et connaît, de la première (La Moglie-1545) à la dernière (Il Riscatto – 1587), une évolution certaine. Son rôle est, dans les premières pièces, épisodique, souvent insignifiant ; de plus, et surtout, à côté des personnages moqués (« uccellacelo » dans La Moglie), figurent des personnages très positifs (ainsi dans Lo Spirito – 1549), souvent dans une même pièce (deux médecins antithétiques s’opposent dans L’Ammalata – 1555 –, deux autres dans Le Pellegrine – 1567). A partir de La Serpe (1574), tout aspect positif disparaît. Ne sont plus dénoncées que l’incompétence, la suffisance, la pédanterie – qui les fait s’exprimer en un latin prétentieux –, la cupidité surtout.

8Ce sont exactement ces caractéristiques qu’offre Nicomaco. Les situations dans lesquelles il se trouve rappellent plus précisément quelques autres pièces, et tout particulièrement La Serpe : dans L’Amicizia comme dans La Serpe, le médecin rencontre un paysan venu à la ville pour soumettre à un homme de l’art le cas de sa femme, « indozzata in tul letto », qui mange comme quatre et ne peut plus travailler ; dans les deux pièces, le médecin demande le « segno » de la femme alitée au paysan qui ne comprend pas (ou feint de ne pas comprendre) et qui finit par fournir le « piscio » requis ; dans les deux encore, le paysan s’arrange pour ne pas débourser un sou, même après avoir obtenu (dans La Serpe seulement) un diagnostic que les symptômes rendaient évident : l’épouse n’est pas malade mais, ce qui est peut-être plus grave, enceinte.

9Le rôle du ragazzo, personnage beaucoup moins fréquent dans les pièces de Cecchi, est ici très développé : il paraît dans un nombre de scènes plus grand encore que Nicomaco ; tout comme le jeune Nibbio du Sammaritano (1584), il se plaint d’être mal nourri par un maître pingre ; comme Chiappolino, dans Il Riscatto (1587), Pero fait ses classes en suivant son maître et le seconde déjà habilement.

  • 4 Voir J. Brunet, Le paysan et son langage dans l’œuvre théātrale de Giovanmaria Cecchi, dans Ville e (...)

10Un médecin et un paysan se croisent donc dans L’Amicizia. Ce dernier, Ruspa, flanqué de son fils Trilla, est tout à fait représentatif d’un personnage qui a beaucoup inspiré Cecchi. Après une première apparition assez neutre dans Il Martello (1561), le personnage du paysan est, à partir des années 65 (La Coronazione del Re Saul), de plus en plus » marqué » à la fois sur le plan du langage, sur celui de la dénonciation de la condition des paysans, sur celui des rapports de plus en plus conflictuels avec l’« oste ».4 Ruspa ne développe pas ce dernier thème mais, comme ses semblables, il se lamente sur les conditions de vie des paysans, que rend plus insupportable la perception simplificatrice de la ville comme lieu de toutes les richesses et de tous les raffinements.

11Un autre personnage se voit attribuer, dans L’Amicizia, un rôle plus important que celui qui lui est habituellement dévolu : c’est celui de l’« Allemand ». Dans quelques-unes de ses farces ou comédies, Cecchi a mis en scène quelques personnages allemands qui sont soit des serviteurs ou garçons d’écurie (dans I Malandrini et Lo Sviato – 1580-87), soit des servantes (Sant’Agnese – 1582 –, Il Sammaritano – 1584) ou des esclaves (L’Acquisto di Giacobbe – 1580-87 –, Il Riscatto – 1587). Le trait commun de ces personnages épisodiques est un penchant plus que certain pour la boisson et la saleté et un langage stéréotypé, caractérisé par quelques particularités phonétiques et morphologiques qui ont fait leurs preuves depuis les chants de Carnaval (verbes à l’infinitif, transformation des consonnes sonores en sourdes), auxquels s’ajoutent quelques mots non moins traditionnels parsemés çà et là, tels que vaine, fiasche et autres trinche. Dans L’Amicizia, le personnage – qui répond au nom générique de Tedesco – baragouine ce même mélange de « petit nègre » et de mots italiens mâtinés de sonorités rugueuses ; il est, comme ses compatriotes, très porté sur la boisson mais il joue un rôle non négligeable dans l’intrigue : chargé par Pythias de remettre à Damon et aux siens une missive dans laquelle il les assure de son retour avant le terme fatal, l’Allemand arrive sur scène une fiasque à la main et reconnaît qu’il a mis, pour venir de Crotone à Syracuse, six jours dont une bonne partie s’est passée en beuveries et sommeil réparateur. Seul ce retard justifie les craintes puis l’angoisse de l’entourage de Damon et permet de maintenir jusqu’au dernier moment le « suspense » sur lequel est construite la pièce.

12D’autres personnages encore sont des « familiers » du théâtre de Cecchi : tel le parasite Formion, très bien inséré lui aussi dans l’action, tel Messer Sinolfo, homme de loi qui prodigue son savoir.

13Anachronisme pour anachronisme et convention pour convention, tous ces personnages, fortement ancrés dans la réalité florentine du XVIe siècle alors qu’ils sont censés vivre à Syracuse au IVe siècle avant Jésus-Christ, ne parlent évidemment ni grec ni... sicilien ; ils s’expriment pour la plupart (sauf, bien sûr, l’Allemand et, à un moindre titre, les paysans) dans une langue toscane fortement idiomatique dans laquelle on retrouve les expressions, les proverbes, qui fourmillent dans toutes les pièces de Cecchi. Le personnage du jeune Pero, en particulier (et, à un moindre degré, celui du parasite) est, sur ce plan, particulièrement savoureux ; le ragazzo ne cesse de jouer avec les mots : allitérations, expressions apparemment sans queue ni tête, pour le simple plaisir d’une rime.

  • 5 Dans G.M. Cecchi, Drammi spirituali, Introduzione e note di Raffaello Rocchi, Firenze, Le Monnier, (...)
  • 6 Ainsi que le dit Cecchi lui-même dans le prologue de Sant’Agnese (1582).
  • 7 Précisément : 9 pièces en 5 actes, 9 en 3 actes et 4 en 1 acte.
  • 8 Dans les limites de son très précieux Catalogo delle opere di G.M. Cecchi, paru dans Studi e proble (...)

14L’un des problèmes les plus délicats que pose L’Amicizia est celui de sa date de composition ou de représentation. Le prologue ne fournit, sur ce point, aucune indication. Les critiques émettent des hypothèses contradictoires. Se fondant sur le fait que L’Amicizia traite un sujet « profane », Raffaello Rocchi5 estime que cette pièce ne peut pas appartenir à la dernière période de Cecchi, celle pendant laquelle il n’écrivait plus que des « cose da monache »6. L’argument n’est pas recevable : si Cecchi, dans un premier moment (1544- 1559) n’a écrit que des comédies « régulières », sur des sujets profanes empruntés souvent à Plaute ou à Térence, il a, à partir de 1559 et jusqu’à sa mort (1587), écrit surtout des pièces d’inspiration « spirituelles »7, mais non exclusivement : il compose encore, dans cette deuxième période, neuf comédies régulières, une tragédie et, en 1585, une farce profane (La Romanesca). Pour Bruno Ferrara8, L’Amicizia appartient à coup sûr à la dernière production de Cecchi.

  • 9 Et ce d’autant plus que L’Amicizia traite d’un sujet profane mais d’une moralité si haute et si exe (...)

15C’est probable, en effet. Plutôt que d’invoquer les arguments non pertinents d’un sujet profane ou non9, il nous semble préférable de suivre deux sortes de pistes : l’une, fragile, que peuvent proposer quelques-uns des personnages mis en scène, l’autre, beaucoup plus sûre, que fournissent de menues indications données par le personnage de l’Allemand.

16Nous avons insisté, dans la présentation de quelques personnages secondaires, sur le fait qu’ils appartenaient à des types qui avaient connu, dans la longue période sur laquelle s’étale la production théâtrale de Cecchi (1544-1587), une évolution relativement nette, car nous avons là, nous semble-t-il, un point de repère qui nous permet de formuler l’hypothèse d’une date de composition assez tardive.

  • 10 Il figure, avant La Serpe, dans La Moglie en 1545, Lo Spirito en 1549, L’Ammalata en 1555, Il Marte (...)
  • 11 On le trouve dans La Conversione della Scozia (1581), Il Sammaritano (1584), Il Diamante (1585), Il (...)

17Ce n’est qu’à partir de 1574, on l’a vu, que le personnage du médecin ne devient que objet de satire. De plus, alors que ses apparitions étaient très espacées dans le temps10, elles se resserrent à partir des années 8011. Le médecin, on l’a vu aussi, n’est accompagné d’un ragazzo que dans des pièces écrites en 1584 et en 1587. Ce qui permet d’avancer très prudemment l’hypothèse que L’Amicizia, au vu des personnages de Nicomaco et de Pero, appartiendrait plutôt aux années 70 et même 80.

18Dans le même ordre d’idées, les dates citées ci-dessus des pièces dans lesquelles figure le personnage de l’Allemand(e) montrent que ce personnage fait une entrée très tardive dans le théâtre de Cecchi : il n’y apparaît, au mieux, qu’en 1580.

19Enfin, le personnage du paysan qui crie sa misère et sa colère dans un langage qui lui est propre se multiplie également dans les années 80. Sur les neuf pièces dans lesquelles il figure (non compris Il Martello où il est peu caractérisé et non comprise L’Amicizia), six sont composées de 1579 à 1587.

20Faisceau convergent, donc, mais d’arguments dont nous avons bien conscience qu’ils sont très fragiles et ne peuvent, au mieux, que suggérer une probabilité.

21Plus intéressants et plus exploitables sont les propos que Cecchi prête au personnage de l’Allemand. Celui-ci, qui se pique de parler un peu français et un peu espagnol, se vante, en effet, d’avoir été au service du roi Philippe, en Espagne, et, en France, à celui de « Monsu le Roy, con Monsu de Pernon con Monsu lo Duc de Ghise » (I, 3, c. 38r).

22La première indication est très imprécise : Philippe II ayant régné de 1556 à 1598, elle permet seulement de dire que la pièce est postérieure à 1556. L’allusion à « Monsu lo Duc de Ghise » ne nous avance guère plus, quatre personnages ayant, en effet, porté ce titre au XVIe siècle. « Monsu de Pernon », par contre, peut nous être beaucoup plus précieux : d’après nos recherches en cours, il s’agit vraisemblablement de Jean-Louis de Nogaret de La Valette, qui vécut de 1554 à 1642 et fut remarqué en 1577 par Henri III dont il devint l’un des mignons. Henri III le combla d’honneurs et le fit duc et pair d’Epernon en novembre 1581. Ce n’est qu’à partir de cette date que La Valette put porter le nom d’Epernon. S’il se confirme que c’est bien à ce personnage que Cecchi pouvait faire allusion, la date de composition de L’Amicizia se situerait donc de 1581 à 1587 – année de la mort de Cecchi – et, plus vraisemblablement, de 1582 à 1587 ; il faut, dans la fiction de l’intrigue, que Tedesco ait eu le temps d’être au service du nouveau duc et de venir de France en Sicile ; il faut que Cecchi ait eu le temps d’entendre parler de ce même duc. Quand ? En quelle circonstance ? C’est ce que nous nous efforcerons de savoir.

23Dans cette hypothèse d’une composition tardive, la lecture de L’Amicizia pourrait alors se faire à la lumière du contexte politique et culturel des années 80 : cette image d’un

Tiranno, se bene molto crudele pur virtuoso […]
(Prol., c. 34v),

  • 12 Le prologue est adressé à des « Uditori nobilissimi » (c. 34r), mais ce sont des « recitanti […] pe (...)
  • 13 Voir l’étude de Michel Plaisance, « L’Exaltation de la Croix », comédie religieuse de Giovanmaria C (...)
  • 14 Ibid., p. 36.

24peut-être destinée à l’édification d’adolescents12, serait-elle à confronter (à opposer ?) à celle de François de Médicis, souverain que Cecchi ne pouvait que juger avec sévérité ?13. La simplicité extrême de l’action, l’absence de toute indication relative au décor (qui pouvait être aussi d’une très grande simplicité) ou à d’éventuels intermèdes, l’allusion à des acteurs débutants seraient-elles à confronter (à opposer ?) à la représentation fastueuse donnée le 16 avril 1586 de L’Amico fido de Giovanni de’ Bardi – comédie dont le titre invite au rapprochement avec L’Amicizia mais dont le texte est malheureusement perdu ? Représentation modeste contre représentation raffinée, coûteuse et officielle, dans le théâtre de cour construit aux Offices et inauguré précisément ce 6 février à l’occasion des noces de Virginia dei Medici et de Cesare d’Este14 Cette analyse ne pourra (devra) évidemment être menée que si se confirment les dates 1582-87 avancées ci-dessus pour la composition de L’Amicizia.

  • 15 Voir à ce propos, J. Brunet, L’Acqua Vino : une, deux, (trois ?) farce (s) de Giovanmaria Cecchi, d (...)
  • 16 F. Rizzi, Delle farse e commedie morali di G.M. Cecchi, Rocca San Casciano, Cappelli, 1907, p. 46.

25La transcription de cette farce posera un autre problème délicat : le texte a-t-il été écrit en prose ou en vers ? L’un des deux manuscrits de L’Amicizia est partiellement écrit en vers et se poursuit en prose ; l’autre porte la marque de traits verticaux tracés par un lecteur qui a tenté de retrouver sous la prose (peut-être) apparente, des vers, d’ailleurs différents de ceux de l’autre manuscrit... Le problème est constant dans l’œuvre théâtrale de Cecchi15. Il a donné lieu à pas mal de bévues : des manuscrits tardivement découverts ont permis d’établir qu’étaient versifiés des textes que des critiques avaient publiés en prose. S’agissant de L’Amicizia, Ferdinando Rizzi estime qu’il est parfois impossible de retrouver des vers exacts, mais que cela ne devrait pas être un obstacle à la publication du texte en « veste poetica »16. L’entreprise sera, au moins, tentée.

Notes

1 Ils figurent sous les cotes : I VII 28 et P III 48. Nos citations sont extraites du premier de ces deux manuscrits.

2 Dans De dictis factisque memoriabilibus, IIV7. Cecchi lui-même cite cette source dans le Prologue, en annonçant que ce don du Ciel qu’est l’amitié va être illustré par
[…] un vero esempio
ed eroico, scritto da Valerio Massimo
autor grave, e che si tiene per verace […]
(c. 34r).

3 Dans De Officiis, III 10 et dans Tusculanae disputationes, V 22.

4 Voir J. Brunet, Le paysan et son langage dans l’œuvre théātrale de Giovanmaria Cecchi, dans Ville et campagne dans la littérature italienne de la Renaissance, I, Paris, Centre de Recherche sur la Renaissance italienne, 1976.

5 Dans G.M. Cecchi, Drammi spirituali, Introduzione e note di Raffaello Rocchi, Firenze, Le Monnier, 1895, vol. 1, p. XXVI.

6 Ainsi que le dit Cecchi lui-même dans le prologue de Sant’Agnese (1582).

7 Précisément : 9 pièces en 5 actes, 9 en 3 actes et 4 en 1 acte.

8 Dans les limites de son très précieux Catalogo delle opere di G.M. Cecchi, paru dans Studi e problemi di critica testuale, vol. 23, 1981, B. Ferrato ne peut développer les arguments sur lesquels il fonde son opinion (p. 65).

9 Et ce d’autant plus que L’Amicizia traite d’un sujet profane mais d’une moralité si haute et si exemplaire qu’elle peut facilement être apparentée aux pièces « spirituali ».

10 Il figure, avant La Serpe, dans La Moglie en 1545, Lo Spirito en 1549, L’Ammalata en 1555, Il Martello en 1561, Le Pellegrine en 1567.

11 On le trouve dans La Conversione della Scozia (1581), Il Sammaritano (1584), Il Diamante (1585), Il Riscatto (1587).

12 Le prologue est adressé à des « Uditori nobilissimi » (c. 34r), mais ce sont des « recitanti […] per i più giovani » qui s’apprêtent à jouer – peut-être dans le cadre d’une de ces Compagnies (telle la Compagnie de l’Évangéliste) pour lesquelles Cecchi a écrit un grand nombre de ses pièces « spirituelles ».

13 Voir l’étude de Michel Plaisance, « L’Exaltation de la Croix », comédie religieuse de Giovanmaria Cecchi, dans Les voies de la création théātrale, VIII, Éditions du CNRS, 1980, pp. 36-37.

14 Ibid., p. 36.

15 Voir à ce propos, J. Brunet, L’Acqua Vino : une, deux, (trois ?) farce (s) de Giovanmaria Cecchi, dans Culture et religion en Espagne et en Italie aux XVe et XVIe siècles, Abbeville, Paillart, 1979, pp. 159-161.

16 F. Rizzi, Delle farse e commedie morali di G.M. Cecchi, Rocca San Casciano, Cappelli, 1907, p. 46.

Auteur

Professeur à l’Université de Besançon

© Presses universitaires de Vincennes, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search