Version classiqueVersion mobile

Théâtre en Toscane

 | 
Michel Plaisance

Avant-propos

Michel Plaisance

Texte intégral

  • 1 Depuis octobre 1989, cette équipe est rattachée à l’Université de Paris III.

1 Dans ce volume, le sixième publié par l’équipe Culture et société au XVIe siècle de Paris VIII1, sont réunis les travaux issus d’un séminaire de recherche consacré à la comédie toscane des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Étudier certains aspects de la production théâtrale d’une aire géographique que Florence a conquise et constituée peu à peu en État apparaît pleinement justifié. D’ailleurs la comédie que présente A. Cioranescu peut être définie comme toscane avant même que des recherches complémentaires ne permettent, on peut l’espérer, de déterminer l’origine géographique précise de son auteur. Le lieu de la fiction est Pise, reprise définitivement par Florence en 1509, dont l’Université avait été fondée en 1472 par Laurent le Magnifique. Florence et Sienne ont certes leur propre tradition théâtrale. Mais les liens culturels deviennent de plus en plus étroits entre ces deux villes rivales. Aussi n’est-il pas étonnant de voir un Siennois comme Fortini dédier en 1547 à Côme Ier en qui il voit encore un espoir pour Sienne et la Toscane, une comédie dont une réplique est tirée de la plus célèbre comédie de Machiavel, La Mandragore.

2Ne pouvant aborder qu’un petit nombre d’œuvres nous avons préféré insister sur celles qui n’étaient pas encore étudiées ou l’étaient très peu. Trois études présentent des comédies inédites, Il Geloso de F. Serleone, Fortuniode P. Fortini, L’Amicizia de G.M. Cecchi. Les autres s’intéressent à des pièces florentines longtemps négligées par la critique, I Fabii de L. del Mazza, La Maddalena de G. B. Andreini et les comédies de G. B. Fagiuoli.

3L’arc chronologique retenu permet de voir que sur une durée assez longue la comédie toscane, comme d’ailleurs la société et les institutions culturelles toscanes, conserve certains traits spécifiques. Loin de fonctionner en vase clos, le théâtre toscan qui avait tiré profit des expériences de centres comme Ferrare, Urbin ou Rome, exerce à son tour une influence importante sur le théâtre italien et européen. Quatre des comédies italiennes traduites en français par Larivey sont florentines. Mais la pénétration en France du théâtre toscan se faisait directement par les éditions ou les représentations en langue italienne. Deux reines de France, ne l’oublions pas, appartenaient à la famille des Médicis. En retour, le théâtre toscan, comme on le voit avec Fagiuoli, sera influencé en partie par les comédies de Molière.

  • 2 La comédie sine titillo (Riccardiano 2971) signalée par Sergio Bertelli (Petrus Soderinus Patriae P (...)

4La comédie inédite présentée par A. Cioranescu appartient à la première phase du développement de la comédie toscane. Il s’agit d’une œuvre achevée avant avril 1520, très proche chronologiquement de La Mandragore, si l’on accepte la datation tardive proposée par C. Dionisotti. Comme dans la comédie de Machiavel, le parasite entremetteur s’appelle Ligurio2. Les deux œuvres mettent en scène des beffe. Dans les deux une jeune femme mal mariée est conquise par un jeune homme venu d’ailleurs. Il Geloso s’inspire d’un motif narratif ancien, celui de l’Inclusa. La Mandragore se réfère aux études de droit et de médecine, Il Geloso à celles des lettres. Par le recours à la terza rima, la comédie de Serleone s’apparente à la Milesia de D. Giannotti. On ne sait pas grand chose sur l’auteur. Dans l’explicit de la comédie, recopiée le 20 avril 1520, le copiste fait suivre son nom de l’abréviation M.T. Grâce à une fiche du Poligrafo Gargani de la Bibliothèque Nationale de Florence nous avons retrouvé dans un recueil manuscrit de poésies recopiées par Lorenzo di Jacopo di Lorenzo Grati de Castel San Giovanni di Val d’Arno di Sopra (Riccardiano 2921), treize capitoli en terza rima de Francesco Serleone dans lesquels l’auteur, ainsi que l’indique la table des matières, traite des tromperies de l’amour (f. 28v à f. 62v). Ces capitoli ont été recopiés le 9 décembre 1516. Ils sont d’inspiration religieuse. Parmi les autres poésies du recueil, on rencontre une canzone du Magnifico Giuliano et un capitolo dédié à Léon X.

5P. Fortini a inséré plusieurs comédies dans son vaste recueil de nouvelles dont une édition critique est en cours de parution. Attentif à la production comique presque officielle de l’aristocratique académie des Intronali, Fortini était très proche d’une autre académie siennoise, celle des Rozzi, qui regroupait des artisans. En 1547, il dédie au Duc de Florence sa comédie Fortunio. Depuis plusieurs années le pouvoir médicéen faisait représenter une comédie à l’occasion du Carnaval. Dans son étude, F. Glénisson dégage toutes les implications idéologiques et politiques de l’œuvre et montre comment l’intrigue renvoie à la situation de Sienne. Se plaçant dans une perspective toscane et non plus municipale, Fortini exprime l’espoir de voir un lien solide se créer entre Sienne et Florence.

6Peu à peu Florence avait affirmé sa supériorité dans le domaine des innovations scéniques. Donnée à l’occasion du baptême d’Éléonore de Médicis, en 1568, dans une salle du Palais de la Seigneurie aménagée en théâtre où avait été représentée, en 1565, La Cofanaria de F. d’Ambra, la comédie I Fabii marque une date importante dans l’histoire du théâtre italien. Grâce au système des périactes, pour la première fois, le décor d’une comédie changeait au cours de la représentation. Mais ni l’auteur, un modeste chaussetier, ni sa pièce n’avaient retenu l’attention des chercheurs. G. Iannella apporte des informations puisées dans les archives. Après avoir confronté le texte du manuscrit et celui, revu, de l’édition qui suivit la représentation, elle montre par son analyse combien fortement la comédie adhère à l’idéologie du régime médicéen.

7G. M. Cecchi, notaire florentin, est l’auteur d’un grand nombre de comédies et de comédies religieuses destinées à être jouées dans un cadre privé, celui des compagnies (réunissant adultes ou enfants) ou des couvents. La comédie inédite présentée par J. Brunet, L’Amicizia a le même titre qu’une des premières comédies florentines, œuvre de J. Nardi. Toutes les deux, d’ailleurs, sont inspirées par l’amitié légendaire qui unissait Damon et Pythias. Ce titre est également proche de celui d’une comédie perdue L’Amico fido représentée en février 1586 avec un faste et un art inouïs dans le théâtre de cour des Offices construit par Bernardo Buontalenti. L’Amicizia aurait été composée dans la dernière partie de la vie de Cecchi, entre 1582 et 1587. Pièce morale, elle était destinée à l’éducation de jeunes Florentins, comme L’Exaltation de la Croix dans laquelle on peut lire une condamnation voilée du règne de François de Médicis.

8Comme le Ferrarais G. M. Cecchini, son confrère et rival, qui pour accéder à un statut plus honorable d’écrivain avait publié en 1610 La Flaminia schiava (réécriture d’une comédie inédite de Lotto del Mazza, l’auteur des Fabii), le Florentin G.B. Andreini, comédien de l’Arte, directeur de la compagnie des Fedeli célèbre dans toute l’Europe, publia en 1610 un poème intitulé La Maddalena, avant de composer, à la demande de la reine de France, une œuvre théâtrale sur le même sujet. La Maddalena de 1617 est présentée comme une sacra rappresentazione. Andreini a préféré cette expression plus noble à celle de commedia spirituale, employée par les Florentins comme Cecchi, qui aurait très bien pu lui convenir à cause des épisodes comiques juxtaposés aux épisodes tragiques. L’étude de S. Fabrizio Costa analyse cette pièce où s’exprime dans son ambiguïté la sensibilité baroque. Dans ses parties chantées La Maddalena s’inspirait des formes du mélodrame florentin.

9Supplantée à la fin du XVIe siècle par le mélodrame et la commedia dell’Arte, la comédie témoigne encore à Florence d’une certaine vitalité, grâce notamment à M. Buonarroti le Jeune. Dans la seconde moitié du XVIIème siècle, l’univers de la comédie toscane se retrouve en grande partie dans les drammi civili, comédies en musique de G.A. Moniglia, médecin de la Cour des Médicis et écrivain à ses heures. F. Decroisette s’intéresse dans son étude à un acteur-auteur, G.B. Fagiuoli, que la critique est en train de réhabiliter. Attentif aux exigences de réforme de la comédie, à un moment où de nouvelles valeurs sociales et politiques commencent timidement à s’affirmer en Toscane, G.B. Fagiuoli, au début du XVIIIe siècle, comme ses contemporains et compatriotes G. Gigli et J.A. Melini, peut être considéré comme un précurseur de Goldoni.

Notes

1 Depuis octobre 1989, cette équipe est rattachée à l’Université de Paris III.

2 La comédie sine titillo (Riccardiano 2971) signalée par Sergio Bertelli (Petrus Soderinus Patriae Parens, in Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, XXXI, 1969, pp. 93-114) et la comédie sur laquelle a travaillé A. Cioranescu sont la même œuvre. Dans l’index du manuscrit florentin, Biscioni avait intitulé la pièce Il geloso gabbato. S. Bertelli passe soigneusement en revue plusieurs œuvres manuscrites de cet auteur qu’il cherche à identifier. L’explicit du manuscrit vénitien fournit de ce point de vue des indications nouvelles. Une édition de la comédie devra, semble-t-il, tenir compte des deux manuscrits.

© Presses universitaires de Vincennes, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search