Version classiqueVersion mobile

L’Imaginaire-Melville

 | 
Viola Sachs

Résumés

Texte intégral

Agnès Derail
Le Leviathan d’Herman Melville : Moby-Dick ; or, The Whale et le corps politique

1Moby-Dick, dans le sillage du Leviathan de Hobbes, constitue une réflexion sur le corps politique de la jeune démocratie américaine. L’industrie baleinière, littéralement porteuse des lumières, rassemble à bord du Pequod quelques trente damnés de la terre soudés en une corporation. Le remembrement de cet équipage cosmopolite, qui figure les trente états désunis de l’époque, s’opère au fil du travail d’extraction du spermaceti qui commence par la décapitation de la baleine et s’achève par un bain de foule dans le spermaceti utilisé pour oindre les rois. Les membres de l’équipage s’approprient le saint chrême, mais cette effusion fraternelle ne va pas sans séquelles et ne peut donner naissance à un véritable corps politique. A défaut de se fondre dans le Leviathan, c’est en se mobilisant contre Moby-Dick et en s’identifiant à Achab que la communauté des exclus va prendre corps. Achab s’annexe ainsi les membres de l’équipage et s’attribue, à l’instar des rois, un corps mystique intact malgré ses infirmités. Le capitaine Achab qui se proclame solidaire du solitaire par excellence, Pip, le mousse noir devenu fou, s’arroge les insignes royaux. Pourtant, la symbiose des deux corps qu’il prétend incarner se disloque. Achab s’avère tributaire de son corps défaillant et la figure du roi souffrant finit par se confondre avec celle du fou, son double honni. A l’instar du Léviathan de Hobbes, décrit comme un automate, les membres de l’équipage du Pequod incorporés au capitaine, sont autant de prothèses sur lesquelles Achab s’appuie, autant de substituts artificiels qui pallient l’absence d’un corps politique véritablement organique. Moby-Dick représente cette « foule de doubles inutiles » (mob of unnecessary duplicates) qui aliènent le souverain au risque de le réduire à un simple figurant de l’histoire voué à répéter théâtralement et machinalement le destin de son homonyme biblique, le roi Achab. Ishmael, le survivant du naufrage, en devenant le délégué des disparus ne sera qu’un substitut supplémentaire du corps politique utopique.

Viola Sachs
L’identité américaine et la contrefaçon leviathanesque

2Selon le jugement sévère de Washington Irving, le logos souvent dépourvu de sens constitue un élément essentiel de l’identité nord-américaine. Avec l’édition américaine de Moby-Dick ; or, The Whale, qui suit de trois semaines l’édition anglaise parue sous le titre The Whale, Melville donne une forme littéraire à cet aspect de l’identité américaine.

3Le texte américain diffère de celui publié en Angleterre par le changement du titre ; il contient un texte chiffré truffé d’erreurs. Les nombreuses références au langage, aux langues étrangères, aux traductions, lexiques, dictionnaires, grammaires, écriture, chirographie, lettres d’alphabet, hiéroglyphes, tatouages, nombres et sens cachés deviennent dans ce contexte des signes et symboles d’une écriture ésotérique qui trouve son incarnation dans les signes cabalistiques inscrits sur le doublon d’or cloué au mât central du navire et qui symbolise le nombril de la cosmogonie melvillienne. Ce doublon aux signes dépourvus de sens est une contrefaçon comme l’est ce livre traduisant l’absence d’une identité propre des Etats-Unis. Moby-Dick ; or, The Whale, la baleine blanche et le cachalot ne seraient que des faux, pareils aux fausses monnaies et faux billets qui abondaient à l’époque.

4Les erreurs intentionnelles présentes dès la première page du livre suggèrent l’erreur de la création des Etats-Unis, et même de la Création tout court.

Sina Vatanpour
Argent, espèces et écritures dans Moby-Dick ; or, The Whale

5Dans Moby-Dick ; or, The Whale, un grand nombre de termes monétaires et commerciaux attire notre attention sur l’importance du thème de l’argent, à la fois signe et mesure. Cette répétition obsessionnelle est dûe au fait que Melville avait des problèmes financiers importants au moment où il écrivait le livre. L’argent liquide (cash) selon le narrateur, Ishmael, est indispensable pour écrire le livre. Mais à un niveau plus profond, l’argent est lié à l’écriture hermétique du texte. Melville est tout à fait conscient que Hermès, dieu du commerce, est également le dieu de l’écriture dans la Grèce antique. De ce point de vue, l’argent n’est plus une fin en soi mais un moyen d’accéder à un idéal spirituel ; il devient un des éléments qui structurent le texte caché dissimulé à l’intérieur du texte même. La présence du mot argent dans le premier paragraphe de la narration montre que ceci est profondément lié à l’identité biblique d’Ishmael. Car la position du mot argent (money) – le seizième dans la narration – nous renvoie au chapitre seize de la Genèse, ainsi qu’au carré magique du 4 sur lequel le texte caché du livre est construit.

6Le mot cash apparaît seulement six fois dans le texte. Il est mentionné pour la première fois au chapitre 32 “Cetology" lié à l’écriture du livre, et cinq fois au chapitre 46 “Surmises" dans un même paragraphe. Une procédure de répétition qui marque l’importance de ce mot. Le mot cash signifie par son étymologie l’endroit où on cachait son argent autrefois, ce qui suggère le mot français « cacher ». Melville joue sur l’anglais et le français en introduisant dans le texte le mot « cachalot » comme traduction du sperm whale en français. En effet « cachalot » contient « cache », et en le décomposant on pourrait le lire « cach(e)-a-lot », c’est-à-dire qui cache beaucoup. Le « e » muet en français lui permet le jeu translinguistique sur l’anglais et le français pour établir une analogie entre cash, espèces, « cacher » et la baleine. Ce jeu translinguistique est confirmé une fois de plus quand le Pequod rencontre le Rose-Bud/Bouton de Rose, un bateau français qui détient une baleine morte de dyspepsie. Avec l’aide de la seule personne qui parle l’anglais et avec une traduction qui n’en est pas une, le deuxième officier, Stubb, parvient à s’approprier la baleine et à obtenir l’ambre gris, la matière précieuse qui vaut une guinée d’or et qui est contenue dans les entrailles de la baleine morte. Cette scène établit un rapport entre l’argent, le langage, la traduction et la baleine. De la même façon que Stubb obtient le trésor caché dans le corps de la baleine, le lecteur initié doit découvrir le sens symbolique du mot cash avant de pouvoir apercevoir la dimension cachée du texte.

Dominique Marçais
Révolution et identité dans White-Jacket or The World in a Man-of-War et Israel Potter : His Fifty Years of Exile

7Le thème révolutionnaire, indissociable de la définition de l’identité, se trouve au centre de la fiction melvillienne. Rien de surprenant pour un auteur sensible aux tensions et contradictions d’une jeune république à la recherche de son identité culturelle et nationale, lui-même témoin des révolutions européennes de 1848. Le texte melvillien explore le rôle et l’importance de la révolution dans la définition de l’identité américaine, non pas littéralement mais de façon symbolique et souvent oblique. L’esprit ou plutôt l’idéal révolutionnaire de Melville s’exprime indirectement par des jeux de mots, des noms ou des épisodes étranges, des changements de dates ou des erreurs significatives. Ainsi White-Jacket, le héros de White-Jacket or The World in a Man-of-War, incarne-t-il le pionnier idéal, le chantre des nouveaux Etats-Unis. Un jeu subtil sur les différents sens du mot Jack établit des liens indéniables entre identité, couleur et révolution. Si White-Jacket exprime un certain messianisme, en revanche Israel Potter : His Fifty Years of Exile remet en cause le mythe américain de la Terre Promise et le concept même de révolution. Israël Potter, patriote modèle, qui, en combattant à Bunker Hill, a contribué à créer les Etats-Unis, est en fait un anti-héros. Rejeté par son propre pays, il devient l’emblème de l’étranger et son histoire une parodie iconoclaste du mythe de la Terre Promise. Figure de l’errance et de la dissémination, Israel incarne l’esprit de la révolution, une révolution réduite à un phénomène cyclique et répétitif et par conséquent désormais incapable de générer ou de régénérer individu et société.

Michel Imbert
The Confidence-Man d’Herman Melville : faux-monnayeurs et faux prophètes

8A partir de la question de la vraie et de la fausse monnaie, Le Grand Escroc (The Confidence-Man) développe toute une réflexion sur les vrais et les faux prophètes et sur l’absence d’une autorité absolue qui permettrait de départager le vrai du faux dans le domaine monétaire ou religieux. Au dernier chapitre, un vieil homme, en compagnie d’un voyageur cosmopolite, tente de s’assurer de la valeur de billets qui lui ont été remis en consultant le journal officiel de la monnaie, The Counterfeit Detector. Selon cette revue le billet, s’il est vrai, doit comporter en filigrane une oie. Le vieillard cherche en vain sur la coupure l’indice de son authenticité. Du reste, comment se fier à une gazette dont le titre équivoque suggère à rebours qu’elle pourrait être également un faux ? Ainsi, de renvoi en renvoi, aucun signe n’échappe au soupçon. Le gage de leur valeur se dérobe indéfiniment. De même, à quoi reconnaître un escroc lorsqu’il n’est plus possible de se fier au signes ? Qui peut se porter garant que Guinée Noire (Black Guinea) n’est pas un imposteur travesti en mendiant noir, un « faux jeton » dont le nom ne doit pas être pris pour argent comptant ? Même la description signalétique du Grand Escroc dans l’avis de recherche officiel ne paraît pas une source d’information autorisée. En dernière instance, à défaut de gage d’authenticité, force est de s’en remettre à la foi. D’où le fidéisme foncier des affaires. Les transactions et le commerce au sens large reposent sur le crédit, la créance et la croyance. Tous les personnages du Fidèle, qu’ils prêchent la confiance ou la méfiance, spéculent donc sur la foi. Ainsi la charité est-elle une source de devises pour ce personnage muet qui exhibe une ardoise sur laquelle il inscrit un à un les versets de l’Epître aux Corinthiens en ne conservant que le maître mot « Charité », préfigurant ainsi la série des abus de confiance à venir qui ont pour point commun d’exploiter cette valeur capitale. Mais comment distinguer les vrais philanthropes des faux-prophètes ? Le problème de la fausse monnaie s’est déplacé sur le plan religieux sans être pour autant dépassé. En dernier ressort, la Bible qui fait autorité dans le domaine de la foi s’avère être une référence aussi suspecte que la revue fiduciaire dans le domaine monétaire. La vieille Bible que le vieil homme et le voyageur cosmopolite consultent et dont l’aspect rappelle de vieux billets usés incorpore des textes apocryphes. La Bible transmet donc indissociablement la parole révélée et un faux. L’ambivalence des signes est telle que si la métaphore biblique est prise à la lettre, il n’est pas exclu que le Christ dont l’Amérique millénariste guette le retour à l’Ouest du Mississippi revienne comme un voleur, un premier avril, en plein carnaval païen, non seulement sous les traits d’une superbe crapule métaphysique comme le voyageur cosmopolite mais diffracté à travers toute la troupe exténuée des petits escrocs. Somme toute, la foi comme le Mississippi ne charrie que des valeurs troubles.

Janine Dove-Rumé
The Encantadas de Melville : harmonie ou fausse note ?

9Les Iles Enchantées, calcinées et inhabitées, sont doubles : trompeuses et mystificatrices, elles sont aussi porteuses d’un univers caché d’initiation et de rédemption. Elles sont à l’image de la tortue, animal cosmophore à deux facettes dont elles portent le nom (Galapagos) ; mais aussi à celle de l’écriture melvillienne qui, en camouflant le vrai et en exposant le faux, fait de ces îles réelles un monde imaginaire, et de la ligne imaginaire qu’est l’Equateur une ligne matérielle et réelle.

10La description de Rock Rodondo d’une part, et des îles de Narborough et d’Albemarle d’autre part, est révélatrice des intentions de l’auteur. Le lecteur est convié à grimper au sommet de Rodondo pour observer les deux îles en question. Rodondo est comparé à Pisgah, le mont d’où Moïse vit la Terre Promise, et à Saint-Pierre de Rome. Il est lié au monde des illusions et est l’objet d’hallucinations de la part des marins. Les poissons et les oiseaux qui le peuplent incarnent la pyramide hiérarchique de nos pouvoirs et de nos institutions et symbolisent l’évolution de notre civilisation qui, au fur et à mesure de son développement, s’est écartée de l’intégralité originelle et d’une écriture primordiale globalisante. Toutes les strates de Rodondo sont parsemées de l’oiseau nommé « pétrel », dérivé de Pierre et caractérisé par l’absence de brillant et de lumière.

11En face de ce point d’observation très connoté qu’est Rodondo, l’on peut voir les Iles Naborough/Albemarle qui symbolisent implicitement la Terre Promise. Elles forment une lettre E qui pointe vers le sud, écriture inversée que l’auteur place à l’abri du Temps et qu’il lie à son identité et à son écriture. Alors que les Iles Enchantées sont dites condamnées à ne jamais évoluer, ces deux îles sont décrites en termes alchimiques et deviennent par là-même pleines de promesses de transmutations possibles.

12La tortue, homonyme des Iles Galapagos, comparée au forgeron et à la métallurgie elle aussi, est à l’image de l’écriture melvillienne : elle cache sous la partie visible de sa carapace, de couleur noire, l’or invisible, et elle véhicule l’écriture du feu primordial, celle de la mémoire et celle aussi qui substitue la vie à la mort.

© Presses universitaires de Vincennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search