Version classiqueVersion mobile

La Transversalité du sens

 | 
Juan Alonso Aldama
, 
Denis Bertrand
, 
Michel Costantini
, 
et al.

Présentation des auteurs

Texte intégral

Juan Alonso Aldama enseigne à l’Université Paris IV. Ses recherches portent sur la sémiotique du discours social et politique, notamment sur la dimension stratégique et passionnelle dans les discours conflictuels. Auteur de nombreux articles, il a publié Le discours de l’ETA. Un terrorisme à l’épreuve de la sémiotique (2005).

Noëlle Batt, professeur de littérature américaine à l’Université Paris 8, dirige le Centre de Recherche sur la Littérature et la Cognition, l’EA 1569 Transferts critiques et dynamique des savoirs, ainsi que la revue TLE (Théorie, Littérature, Enseignement, PUV). Ses travaux portent sur la théorie de la littérature, sur la dynamique des systèmes et sur les passages conceptuels entre théories littéraires et théories scientifiques. Elle est aussi l’auteur d’une série d’études sur la fiction américaine contemporaine parmi lesquelles : Grâce Paley, conteuse des destins ordinaires (1998).

Denis Bertrand est professeur de littérature française et sémiotique littéraire à l’Université Paris 8. Ses recherches portent notamment sur les liens entre sémiotique, esthétique littéraire et rhétorique. Outre de nombreux articles, il a publié Parler pour convaincre. Rhétorique et discours (1999) et Précis de sémiotique littéraire (2000). Il a co-dirigé, avec J. Fontanille, Régimes sémiotiques de la temporalité. La flèche brisée du temps (2006).

Anne Beyaert-Geslin est maître de conférences à l’Université de Limoges où elle enseigne la sémiotique visuelle et la sémiotique des médias. Elle a publié de nombreux articles, dirigé plusieurs ouvrages collectifs et notamment, avec A. Hénault, Ateliers de sémiotique visuelle (2004), contribué au Dictionnaire des sciences humaines (2006). Elle est également membre de l’Association française des critiques d’art.

Jean-François Bordron est professeur de sémiotique à l’Université de Limoges. Spécialiste de l’analyse sémiotique du discours philosophique et des problèmes d’esthétique, il a publié, outre Descartes. Recherches sur les contraintes sémiotiques de la pensée discursive (1990), un grand nombre d’articles sur les relations entre signification et monde sensible.

Jean-Claude Coquet est professeur émérite de linguistique à l’Université Paris 8. Créateur de la « sémiotique des instances », il a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages, dont Le Discours et son sujet (1984, 1985), La Quête du sens. Le langage en question (1997). Les Presses Universitaires de Vincennes publieront en 2007 : Phusis et Logos. Une phénoménologie du langage.

Michel Costantini est professeur de sémiotique des arts et de la littérature à l’Université Paris 8. Outre un grand nombre d’articles, il a publié plusieurs livres dans ses domaines de spécialité. Dernier ouvrage paru : L’Image du sujet (2002). Travaille actuellement au Portrait de Roman Jakobson en sémioticien, t. 1, « La révolution », t. 2, « La transmission ».

Sylvain Dambrine termine une thèse sur la politique de l’énonciation de l’association Act Up-Paris. Il travaille essentiellement sur la notion de subjectivation (politique et poétique) en analyse du discours, à partir de la problématique des instances énonçantes (J.-C. Coquet). Récemment parus : « Aspetti di una soggettivazione dei malati. L’esempio dell’associazione Act Up-Paris », dans G. Marrone (dir.), Il Discorso della salute. Verso una sociosemiotica medica (2005), « Passages du mur. Des subjectivations de prisonniers » (Vacarme, 2004). À paraître : « La notion de force en analyse du discours » (TLE, 2006).

Jacques Fontanille, professeur de sémiotique à l’Université de Limoges, membre de l’Institut Universitaire de France (chaire de Sémiotique), a créé le Centre de Recherches Sémiotiques, ainsi que la revue Nouveaux Actes Sémiotiques. Il est actuellement président de l’Université de Limoges. Auteur de nombreuses publications dans les domaines de la sémiotique théorique, de la sémiotique littéraire et de la sémiotique visuelle, de la rhétorique et de la linguistique générale, il a notamment publié : Sémiotique des passions. Des états de choses aux états d’âme avec A.J. Greimas (1991), Sémiotique du visible. Des mondes de lumière (1995), Sémiotique du discours (1998), Tension et signification avec Cl. Zilberberg (1998), Sémiotique et littérature (1999), Séma & Soma. Les figures du corps (2005). Il a co-dirigé, avec D. Bertrand, Régimes sémiotiques de la temporalité. La flèche brisée du temps (2006).

Éric Landowski, directeur de recherches au CNRS (Centre d’Études de la Vie Politique Française. IEP), co-éditeur des Nouveaux Actes Sémiotiques, il a développé le champ de la socio-sémiotique à travers un grand nombre de publications en Amérique latine et en Europe. Il a publié notamment trois essais de socio-sémiotique : La Société réfléchie (1989), Présences de l’autre (1997) et Passions sans nom (2004).

Gianfranco Marrone est professeur de sémiotique à l’Université de Palerme. Président de l’Association italienne de sémiotique, il dirige avec P. Fabbri, chez l’éditeur Melterni, la collection « Segnature ». Parmi ses travaux : Il Sistema di Barthes (1994), Estetica del telegiornale (1998), Corpi sociali (2001), La Cura Ludovico (2005). En français : Le Corps de la nouvelle. Trois études sur identités et styles dans les journaux télévisés italiens (2000), Le Traitement Ludovico. Corps et musique dans Orange mécanique (2006).

Herman Parret est professeur de philosophie du langage et d’esthétique à l’Université de Leuven (Louvain). Ses publications en anglais et en français concernent la pragmatique linguistique et philosophique, la sémiotique textuelle et visuelle, l’épistémologie de la linguistique et de la sémiotique. Son intérêt vise le dialogue entre les disciplines, en quête d’une réflexion englobante. Il a publié de nombreux articles en français, en anglais et en néerlandais dans les domaines de la sémiotique, de la philosophie du langage et de l’esthétique. Parmi les ouvrages : Les Passions. Essai sur la mise en discours de la subjectivité (1986), Prolégomènes à la théorie de l’énonciation. De Husserl à la pragmatique (1987), L’Interaction communicative (1990), Le Sens et ses hétérogénéités (1991), Temps et discours (1993), Peirce and Value Theory. On Peircean Ethics and Aesthetics (1994), L’Esthétique de la communication (2000), La Voix et son temps (2002), Épiphanies de la présence (2006), Sutures sémiotiques (2006).

Maria Pia POZZATO, professeur de sémiotique à l’université de Bologne, est spécialiste du discours médiatique. Parmi ses dernières publications : Semiotica del testo (2001), Leader Oracoli Assassini. Analisi semiotica dell’informazione (2003) ; Variazioni semiotiche. Metodi, analisi, interpretazioni a confronto (avec V. Pisanty et G. Ferraro, 2007).

Claude Zilberberg, docteur d’État, spécialiste de sémiotique poétique, a introduit et développé la réflexion sur la tensivité dans la théorie du sens. Il est auteur d’un grand nombre d’articles et de plusieurs ouvrages, dont Raison et poétique du sens (1988), Tension et signification (1998) et Éléments de grammaire tensive (2006).

© Presses universitaires de Vincennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search