Version classiqueVersion mobile

Orror di femmina

 | 
Jacqueline Rousseau-Dujardin

Conclusion

Texte intégral

1Qui n’aurait pas, en somme, sa place ici. Le statut des femmes est en train de changer, voilà ce qui m’intéresse et que je m’applique à accompagner. Les obstacles ne manquent pas. La peur qu’inspirent les femmes en est un. J’ai essayé d’en repérer les racines, de mettre en relief certains de ses aspects, de faire tomber des déguisements longtemps maintenus par notre, nos sociétés. De montrer sous l’évident – la peur qu’inspirent les hommes aux femmes, souvent à juste titre, la fréquence des violences, conjugales et autres, sont là pour en attester – le moins apparent, souvent dénié. J’ai tenté aussi d’insérer la psychanalyse dans un contexte à la fois historique et littéraire, l’un et l’autre interférant. Que cette démarche soit trop ponctuelle, c’est évident. Ne fait-elle pas apparaître cependant comment, avec des mots différents, Freud a relayé l’écriture de la différence sexuelle telle qu’elle nous est parvenue à travers les récits des origines ? Ses successeurs ont, dans leur très large majorité, et actuellement encore, chanté de la même voix, baissant parfois le ton pour ne pas affronter trop cruellement les modifications sociales d’aujourd’hui. La femme dans son incomplétude, ses moindres capacités morales – rappelons-nous sa soi-disant incapacité à constituer un surmoi « inexorable » –, sa limitation au domaine matériel quand l’homme, lui, se meut électivement dans le symbolique, la femme dangereuse quand, dans son amour d’elle-même, elle piège le désir de l’homme, le portrait psychanalytique reste fidèle aux traits qu’on lui prêtait, qu’on lui a toujours prêtés. Toujours ? « Toujours » reste une question, bien sûr, que viennent alimenter par exemple les données recueillies sur des civilisations comme celle du monde minoen. Elles sont fragiles. Et impuissantes à déraciner l’idée que, si changement il y a, chez les femmes, dans les femmes, il n’est que de surface, l’inconscient de la sexuation portant les marques que Freud a découvertes. L’a-temporalité de l’inconscient a bon dos en la matière. Au point qu’on est parfois tenté de basculer dans un essentialisme définitivement résigné.

2J’ai tenté d’y échapper. Ce n’est pas pour autant, bien sûr, que se modifiera du tout au tout, maintenant, demain, le rapport des hommes avec les femmes et vice-versa. Aurais-je analysé et illustré avec quelque pénétration le thème que j’ai choisi d’étudier, je n’emporterais pas forcément la conviction du lecteur. Et si j’aide à la prise de conscience d’un phénomène ordinairement refoulé, réprimé, largement sous-évalué dans ses variantes formelles, l’expérience psychanalytique suffit à montrer que tout un travail est nécessaire, chez tout un chacun, pour que s’admette ce qui a été aperçu.

3Nous avons vu à maintes reprise au long de ces pages que femme et nécessité étaient étroitement liées : un mal nécessaire est-il dit et redit çà et là en des temps différents. Certes, la nécessité n’a pas bonne réputation et si elle « fait loi », c’est une loi qui a de quoi faire peur. Reste l’éternelle question : pourquoi l’homme n’a-t-il jamais été défini dans les mêmes termes, même lorsqu’il arrivait qu’il fût considéré comme une pénible obligation pour avoir des enfants ? Jusqu’à ces derniers temps, il était pourtant tout aussi nécessaire et, pour un certain nombre de femmes, incarnait le « mal » de leur vie, constitué en symptôme : souffrance/jouissance dont elles ne pouvaient se passer. Est-ce fondamentalement, originairement, la supériorité de sa force physique avec ses corollaires de développement social et culturel, qui lui donne le choix, le choix des femmes, et qui le rend à leurs yeux aléatoire, donc d’autant plus précieux ? D’où la condition de dépendance – qui va évidemment bien au-delà de la dépendance matérielle – dans laquelle ont vécu, vivent encore certaines femmes.

4Cette nécessité est en train de perdre de sa rigueur. Dans tous les domaines, y compris le domaine amoureux et, last but not least, celui de la procréation. Le spermatozoïde, biologiquement, suffit. Bientôt sans doute, après des utérus d’emprunt, l’utérus artificiel, j’y ai déjà fait allusion, permettra la maturation de ce qui résulte de la rencontre entre un spermatozoïde et un ovocyte. Comment se formera, se formulera le désir, désir entre femme et homme, désir des hommes entre eux, des femmes entre elles, comment s’exprimera, selon ces variantes, le désir de ce « produit » qui ne nécessitera pas de rencontre avec un partenaire de l’autre sexe ? Nous n’avons guère de certitude sur ce point. Et aucune sur le rôle que la peur suscitée par l’un ou l’autre pourra y jouer, sur la façon dont on utilisera les nouveaux moyens de procréation pour tenter de la neutraliser, son éventuelle persistance sous de nouvelles figurations.

5Une question en tout cas devrait interroger, que j’ai déjà évoquée et sur laquelle je voudrais finir. L’évolution de l’humain, ce que nous appelons la civilisation, a été une entreprise acharnée de refus ou plutôt de transformation du donné, donné de ce qu’on peut appeler la nature. Longtemps, et quasi uniquement, bilan glorieux des profits passant les pertes sous silence, tentant de les maquiller. Jubilation du progrès. Peut-être sommes-nous arrivés à une époque, notre époque, où cette proportion avantageuse – pour les humains s’entend – est en train de s’inverser. Nos merveilleuses machines nous tuent à petit feu, semble-t-il, et notre industrie de transformations en tous genres nous achemine vers un état de désolation, à rebours de tous les efforts déployés pour améliorer notre sort, avec, cette fois, des arguments plus convaincants que ceux qui prédisaient des catastrophes lors de la mise sur rails des chemins de fer. Et même si l’on prévoit déjà des issues de secours à notre planète, comme semble l’annoncer, au moment où j’écris ces lignes, le premier voyage spatial privé – à grands frais –, précurseur du tourisme, voire de l’exil ultérieur.

6Se pose alors le problème des limites : jusqu’où pouvons-nous aller dans ce processus de transformation ? Sommes-nous capables de suspecter avec assez de lucidité notre fantasme de toute-puissance – et à cela la psychanalyse peut travailler – pour distinguer quels changements peuvent nous être bénéfiques, ou, à l’inverse, quelles modifications sont susceptibles de hâter notre fin ? Je suis convaincue que, leur figure débarrassée de ses traits malfaisants, l’accès des femmes à une place aussi riche, aussi large que celle de l’homme est possible et souhaitable dans cette recherche. À elles aussi, à elles maintenant, dans le temps qui est le nôtre, de discerner comment s’inscrire, de donner, si elles respirent mieux, un nouveau souffle aux vivants.

© Presses universitaires de Vincennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search