Version classiqueVersion mobile

Origine et horizon tragiques

 | 
Jean Alaux

Avant-propos

Texte intégral

1Ce livre associe deux directions de recherche complémentaires. Les quatre premiers chapitres examinent, à travers des configurations mythiques et esthétiques differentes, le motif du repli vers l’origine dans la tragédie grecque. Pour fondamentale qu’elle soit dans l’imaginaire des Grecs, une question de cet ordre n’est jamais abordée de front dans la plupart des œuvres qui demeurent. C’est au fil des images obsédantes, des effets récurrents de sens et parfois des étrangetés du texte qu’elle apparaît dans toute sa radicalité. Aussi ne peut-on la discerner qu’en tenant compte, à chaque pas, de la singularité des œuvres et de la spécificité de leur lexique, dont on mesure vite qu’elles ouvrent sur un imaginaire partagé d’un auteur à l’autre. Telle est la démarche adoptée dans les essais qui composent ce volume.

2Tout commence par un questionnement des tensions inhérentes aux représentations collectives et politiques de l’origine, étroitement liées à la nature et la fonction des mythes d’autochtonie, que l’univers tragique soumet d’ailleurs à sa critique propre. Un deuxième temps est consacré à l’analyse des mises en scène du rapport symbolique entre frères et sœurs, qui témoigne de l’indifférenciation caractéristique de certains personnages tragiques. L’accent se porte ensuite sur le cas singulier d’Antigone, vouée à un refus du vivant qui excède le simple désir de rejoindre ses frères dans l’Hadès. L’enquête se poursuit par une interprétation des Suppliantes d’Eschyle : les indices textuels de la pièce invitent, en effet, à ranger les filles de Danaos au nombre des figures habitées par l’appel vers l’origine, en rapport étroit avec la dramatisation du mariage illustrée dans la trilogie dont la pièce faisait partie.

3On constate alors que la distance constitutive du théâtre autorise la mise en scène d’actions ou de personnages « impossibles » et révèle du même coup la part d’impossible qui habite le psychisme individuel ou collectif. Sur ce plan, origine et horizon se répondent. Au sein de l’imaginaire construit par la tragédie, il arrive souvent que la première apparaisse comme la source impossible à rejoindre et pourtant désirée : cela vaut aussi bien pour les représentations empruntées au monde épique qu’en ce qui concerne la temporalité interne des destinées héroïques. Mais l’horizon est aussi celui de l’écoute et de la lecture des textes, qui amènent à s’interroger sur la réception du spectacle, au-delà même du contexte athénien de sa représentation. C’est l’objet des quatre derniers chapitres de l’ouvrage, axés sur l’examen des effets mimétiques et cathartiques propres au texte tragique.

4Aristote est ici incontournable, mais on n’a pas eu l’imprudence d’ajouter à tant d’autres une interprétation de la catharsis si allusivement mentionnée dans la Poétique : il s’est plutôt agi de confronter à certaines de ces interprétations majeures ce que la structure et le fonctionnement des grands textes tragiques (et parfois aussi comiques) suggèrent, un siècle auparavant, de leurs effets propres. Ce sont ensuite les modalités de la « représentation » théâtrale du réel (la mimésis) qui sont examinées dans les Perses d’Eschyle, sans doute l’exemple grec le plus éclairant du traitement tragique d’un sujet patriotique. Dans un troisième temps, on s’est interrogé sur l’impact des passages fréquents où les chœurs tragiques, mais aussi certains personnages, expriment le vœu d’échapper à la situation imposée par le drame, et qui empruntent souvent la forme d’un désir de fuite vers des espaces inaccessibles. Enfin, c’est à l’analyse de la dimension réflexive des œuvres en rapport étroit avec la structure dramatique et à la lumière des effets attendus du spectacle qu’est consacrée la dernière étude de cet ensemble.

  • * Ces recherches prolongent et élargissent des questions déjà abordées dans un ouvrage précé (...)

Je ne saurais citer tous ceux qui ont encouragé et favorisé la poursuite de recherches entreprises depuis plusieurs années. Je tiens toutefois à exprimer ma vive reconnaissance à Paul Demont, à Ken Dowden, à Florence Goyet et à Françoise Létoublon, qui formèrent le jury réuni pour évaluer un travail d’HDR dont les textes que l’on va lire, tantôt inédits, tantôt remaniés, formaient la deuxième partie*. Pierre Vidal-Naquet, dont la voix nous manque cruellement, avait bien voulu accepter de présider ce jury.
Mes remerciements les plus chaleureux vont aussi à Jean-Michel Rey, qui a bien voulu accueillir dans la collection Intempestives ces questions grecques posées au présent, et à Nicolas Boulic, pour sa vigilante relecture.
Comme on le verra, les réjlexions développées dans le premier et le dernier chapitre de ce livre sont nées de la lecture de deux ouvrages de Nicole Loraux. Cet écho n’est pas fortuit, et c’est l’ensemble de ces pages, qui lui doivent tant, que je dédie affectueusement à sa mémoire.

Notes de fin

* Ces recherches prolongent et élargissent des questions déjà abordées dans un ouvrage précédent (J. Alaux, Le Liège et le filet, Belin, Paris, 1995) et m’ont semblé pouvoir intéresser un public plus divers que celui des hellénistes. C’est pourquoi il m’a paru nécessaire de réduire la part du grec dans des pages qui se présentent pourtant comme des lectures (la translittération la plus sommaire a été adoptée : l’accent circonflexe note l’êta et l’oméga ; la lettre h indique une aspiration ; l’iota souscrit a été adscrit, sans que la quantité de toutes les voyelles longues soit indiquée). La première partie du même travail, qui envisage l’origine d’un point de vue externe – le texte épique comme matrice de la lexis tragique –, a fait l’objet d’une publication séparée, où sont aussi abordés les problèmes théoriques liés à la lecture contemporaine des textes anciens (J. Alaux, Lectures tragiques d’Homère, Belin, Paris, 2007).

© Presses universitaires de Vincennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search