Version classiqueVersion mobile

L’Imaginaire-Melville

 | 
Viola Sachs

Introduction

Viola Sachs

Texte intégral

  • 1 Michel Imbert, « “Cash, Cant and Confidence” : Of paper-money and Scriptures in The Confid (...)

1Ce volume contient une sélection de travaux réalisés au sein du Laboratoire de Recherche sur l’Imaginaire américain. Un des textes ici réunis1 fut présenté, dans sa première version, au colloque international sur « L’Imaginaire américain » organisé en juin 1990 pour commémorer les vingt ans de Vincennes, et les autres au congrès des américanistes italiens réunis à Rome en décembre 1990 à l’occasion du centenaire de la mort de Melville.

  • 2 Ce terme est employé ici dans son sens traditionnel d’interprétation des textes de nature (...)

2Ils s’inscrivent dans un programme de recherche mené, dès l’origine de l’Université de Paris VIII, sur les structures de l’imaginaire américain dégagées à travers une analyse herméneutique2 des oeuvres maîtresses où s’échafaude le mythe de l’Amérique, parmi lesquelles Moby-Dick ; or, The Whale fait figure de paradigme.

3La lignée de ce que nous appelons ici la littérature mythique américaine comprend entre autres les ouvrages suivants : The Scarlet Letter (1850) de Hawthorne, Walden (1854) de Thoreau, Leaves of Grass (1855) de Whitman, The Great Gatsby (1925) de Fitzgerald, Absalom ! Absalom ! (1931) et Go Doum, Moses (1942) de Faulkner, An American Dream (1965) de Mailer, The Crying of Lot 49 (1966) de Pynchon, Moon Palace (1988) de Paul Ulster.

4Ce choix, restreint à des oeuvres majeures d’écrivains blancs, s’explique par le fait que l’identité américaine, du point de vue des structures de l’imaginaire, a été en grande partie déterminée, pour des raisons historiques et culturelles, par les clivages raciaux et sexuels. Dans l’état actuel de nos recherches, nous n’avons pas encore étudié l’imaginaire des écrivains noirs ni celui des auteurs femmes, blanches ou noires.

5Ce qui relie ces ouvrages, par-delà des différences évidentes, c’est qu’ils sont sous-tendus, de façon plus ou moins ostensible, par une réflexion sur l’identité américaine, inséparable dans ces textes du mythe de l’Amérique perçue comme un Nouveau Monde au sens d’une re-création du monde, donc d’une nouvelle cosmogonie. L’écriture symbolique et initiatique constitue leur caractéristique commune, d’où la nécessité de les aborder à travers une analyse herméneutique.

6Comme nous l’avons dit, les textes présentés ici reflètent un effort de vingt ans de travail qui n’aurait pas été possible sans la « révélation » qu’ont été pour moi Les Structures anthropologiques de l’imaginaire de Gilbert Durand, ainsi que les écrits de Mircea Eliade. Leur lecture confirma ce qui n’était alors qu’une intuition et m’incita à approfondir l’analyse qui, au-delà des thèmes récurrents, esquisse des schèmes ainsi qu’une constellation lexicale du mythe de l’Amérique. Il convenait donc de réexaminer minutieusement la récurrence de certains mots, images, symboles et signes pour déceler au-delà de leur sens superficiel une signification seconde, autre.

7Au niveau le plus profond du texte, les signes et les symboles tissent des réseaux multiples de correspondances, d’analogies et d’associations. L’ordre linéaire des signifiants, la logique causale s’effacent pour faire place à un autre mode d’organisation où tout signe devient potentiellement un symbole polysémique du fait, selon Gilbert Durand, des différentes « constellations symboliques » dans lesquelles il s’inscrit

8Le Sacré et le profane de Mircea Eliade me permit de mieux saisir qu’un profond sens du religieux (quelle que soit sa nature), imprégnait les écrits mythiques américains, expliquant ainsi pourquoi les mêmes mots prenaient des significations très différentes selon qu’ils se rattachaient au sacré ou à l’univers profane.

9Il se révéla assez vite que le réalisme de surface qui reflétait un univers polarisé et fragmenté, marqué par la dichotomie ne fonctionnait que comme un voile, un masque qui cachait un monde holistique, sacré, un Tout originel dont l’expression était non verbale. Ceci dit, un va-et-vient constant entre les profondeurs et la surface du texte s’impose au chercheur pour éviter tout égarement. L’interprétation du texte proposé doit trouver des convergences, traces, échos dans le texte de surface, et les situer dans le contexte historique, social et culturel de l’ouvrage. C’est ce que Gilbert Durand appelle « le trajet anthropologique », c’est-à-dire « l’incessant échange qui existe au niveau de l’imaginaire entre les pulsions subjectives et assimilatrices et les intimations objectives émanant du milieu cosmique et social » (1969, p. 38).

10D’autre part, ce travail n’aurait pas pu avoir lieu sans la liberté qu’offre notre Université, depuis ses premiers jours, d’associer les étudiants à des travaux de recherche collectifs, ce qui nous permit de pousser très loin nos analyses de textes. Je tiens à souligner ici l’apport tout à fait fondamental pour notre recherche de nombreuses générations d’étudiants qui s’est traduit entre autres par des ouvrages collectifs, de nombreux colloques, une quarantaine de maîtrises, des mémoires de D.E.A. et quelques thèses ainsi que de nombreux rapports de recherche.

11La fonction structurante du mythe de l’Amérique tel que je l’ai défini se dégage nettement d’une lecture attentive de l’ensemble des ouvrages. Le lecteur de Melville ne peut pas ne pas être frappé par la place qu’y occupent les symboles mais il est difficile, sans pénétrer tel Jonas dans les entrailles de cette baleine-texte, de se rendre compte des multiples convergences s’articulant à différents niveaux de profondeur de ce texte éminemment polysémique.

12Certains signes invitent pourtant le lecteur à se plonger dans l’épaisseur du texte et à entreprendre un voyage qui est aussi une quête. Parmi ces indices qui sont autant d’appels au lecteur figurent :

  • des références explicites à des significations cachées, des énigmes et des clefs qui permettent de pénétrer dans les profondeurs labyrinthiques du texte ;
  • de nombreuses allusions à l’écriture du livre dans lequel l’analogie et le jeu de correspondances occupent une place de choix ; à ceci s’ajoute un grand nombre de références aux lettres, aux signes cabalistiques, aux hiéroglyphes, aux pictogrammes, aux chiffres arabes et romains, aux nombres écrits en lettres, ainsi que l’usage abusif de signes typographiques (majuscules, italiques, caractères gras, astérisques, blancs typographiques), les mentions de représentations picturales et sculpturales, les références arithmétiques et géométriques sans parler des signes astronomiques et astrologiques ;
  • de nombreuses erreurs apparemment intentionnelles suggérant que le lecteur est condamné à errer éternellement dans le labyrinthe du texte et que la vérité, si vérité il y a, ne réside que dans l’erreur ;
  • le symbolisme des noms propres ;
  • des omissions frappantes ;
  • les calembours translinguistiques ;
  • la disposition typographique du texte ;
  • l’usage de la numérologie et de symboles alchimiques très répandus dans la culture populaire de l’époque ;
  • le jeu des ténèbres, de la lumière et des couleurs qui permet la transfiguration des signes matériels, opaques, en une illumination ;
  • le jeu des axes horizontaux et verticaux et, bien sûr dans ce voyage melvillien à travers les mers, les points cardinaux qui s’appliquent aussi à la direction d’écriture-lecture. Celle-ci remonte le temps : elle incite à une lecture dans le sens inverse, c’est-à-dire de droite à gauche, d’est en l’ouest, ce qui correspond à la direction que prirent ceux qui partaient à la recherche de l’Amérique.

13Ces invitations au voyage initiatique nous ont conduits à des analyses très minutieuses du texte tant du point de vue sémantique que du point de vue typographique (iconographique). L’étymologie, ainsi que les calembours de toutes sortes, nous ont paru d’un intérêt essentiel.

14Cette procédure a révélé la présence d’une construction et d’une écriture initiatiques ; le lecteur guidé par l’auteur pénètre dans le labyrinthe du texte. Le vocable labyrinthe (labyrinth, maze) cesse d’être seulement un symbole pour devenir un élément formel. Il achemine du texte anglais à d’autres moyens d’expression non verbaux : les mots imprimés composés de lettres de l’alphabet isolées les unes des autres à l’instar des marins isolés (« isolatoes ») dans la chapelle du Père Mapple, sont symptomatiques d’une absence de communication. En revanche les corps et les éléments de l’univers physique, les jeux des ténèbres et de la lumière, recèlent autant de signes labiles qui composent une langue fluide en devenir. Des odeurs, des goûts, des sensations de chaud/froid, d’humidité et de sécheresse et des sonorités les plus diverses imprègnent les signes-symboles de ce langage qui entend restituer la langue organique de la Nature et le processus de la Création.

15A travers les diverses strates de ce livre monstrueux à l’image de Moby-Dick, le mastodonte marin éminemment mobile qui parcourt le ciel et la mer depuis la nuit des temps, nous entrevoyons la dynamique complexe du jeu des symboles et des signes s’éclairant les uns les autres, déstructurant l’ordre apparent du texte. Malgré l’existence d’un double texte (ou même triple) minutieusement chiffré, aux messages multiples, la signification ultime de ce livre ne peut être saisie. En abolissant toutes les barrières et lois, jusqu’aux lois linguistiques, sa forme et son écriture traduisent par excellence le concept idéologique de boundlessness, de la nature sans limites de l’Amérique, tout en niant l’existence même des Etats-Unis, de ses fondements. Toutes les valeurs structurantes de la nation américaine et son identité sont remises en question, voire anéanties.

16A l’heure actuelle notre groupe travaille avec une méthode bien rodée dont la mise au point a exigé une longue maturation et de nombreux tâtonnements. Elle lui permet d’aborder dans cette perspective de l’imaginaire des aspects fondamentaux de l’identité américaine.

17Quelle que soit la valeur paradigmatique de Moby-Dick ; or, The Whale, un premier essai de généralisation sur le rôle que joue le mythe de l’Amérique dans l’imaginaire américain n’aurait pas été possible sans la mise en évidence de la récurrence (avec des variantes, bien sûr) de certains schémas, symboles et signes qui sont des constantes de la littérature mythique américaine.

18Les ouvrages étudiés ont en commun la remise totale en question du mythe de l’Amérique dans le sens le plus courant d’un Nouveau Monde différent dans son essence même du Vieux Monde. Ils vont jusqu’à nier l’identité propre de l’Amérique, tout en projetant éventuellement une utopie dont l’écriture constitue le seul topos, alors même que la colonisation puritaine de l’Amérique était elle-même conditionnée par un rêve utopique et que les Etats-Unis continuent en un certain sens à abriter de nombreuses expériences utopiques.

19Cette négation de l’identité de l’Amérique contraste avec l’esprit de glorification de la nation qui se voit comme le Peuple Elu de Dieu cheminant vers la perfection et chargé de la mission divine d’éclairer le monde. Dans la mesure où les ouvrages de la lignée mythique s’attaquent aux fondements de l’Amérique et de son mythe, ils se situent aux antipodes du courant majoritaire qui, tout en critiquant de façon très virulente certains aspects de la réalité américaine, reste profondément fidèle à The American Way. La réaction de rejet à notre lecture de la part de nombreux universitaires académiques américains ne saurait nous surprendre dans ces conditions.

20Chez les auteurs que nous avons étudiés, l’univers social, ses codes et ses valeurs sont perçus comme un carcan, d’où l’importance des images, des symboles et des signes d’emprisonnement. Pour eux, l’écriture constitue l’unique libération possible par rapport à ce modèle contraignant, stérile et destructeur. Elle seule réalise le premier article de la Constitution des Etats-Unis garantissant à chaque personne le droit à la vie, à la liberté et au bonheur. D’où la présence sous les formes les plus diverses de la date du 4 juillet 1776, jour de la Déclaration de l’Indépendance. Ainsi dans le roman de Mailer, An American Dream (dont la nature indéfinie du rêve contraste avec le fameux American Dream), le thème si envahissant du cancer renvoie au signe astrologique du même nom sous lequel les Etats-Unis sont nés. Cette écriture si subversive symbolise une « révolution » perpétuelle, modelée sur les mouvements cycliques naturels ; d’où des inversions continues qui ne permettent à aucune création/Création, qu’elle soit d’ordre spirituel, idéologique ou matériel, de se figer définitivement. Toute construction, toute vérité se trouvent donc constamment remises en question.

21Remonter aux origines de l’Amérique signifie remonter à la Réforme, mouvement duquel est issu le Puritanisme, et par là s’interroger sur les fondements même de l’identité américaine forgée par les puritains. Cette identité se définit à la fois par leur rejet profond du Vieux Monde avec ses institutions religieuses et ses moeurs païennes ainsi que par la négation de tout ce que représente la wilderness, terme si chargé de connotations bibliques négatives, et par le rejet de l’Autre, le Peau-Rouge (« Red-Man ») et le Noir (« Black Man »). Ceci explique la récurrence de toutes sortes d’allusions à l’époque de la Réforme.

22Cette interrogation sur les origines religieuses du mythe de l’Amérique conduit les auteurs à une relecture de la Bible et, en particulier, des chapitres 16 et 17 de la Genèse dans lesquels s’élabore le concept du Peuple Elu, si important pour l’identité américaine, puisque, comme nous l’avons déjà dit, les puritains se voyaient comme une poignée (remnant) d’Elus. Encore à bord du Arbella sur les eaux de la baie de Massachusetts, ils répétèrent la Sainte Alliance (Covenant), lui attribuant ainsi une valeur paradigmatique.

23A un autre niveau, la Réforme, comme la Révolution, fonctionne en tant qu’élément formel de cette écriture mythique, qui se veut être celle d’une ré-forme incessante : un flux continu de formes en perpétuelle métamorphose. Au dualisme manichéen puritain, ils substituent un oecuménisme qui intègre les exclus et révèle, au-delà des dichotomies, une profonde gémellité.

24Nous voyons donc que cette lecture qui constitue un véritable voyage initiatique vers les origines du mythe et qui se fait à travers la désarticulation du langage – l’anglais du texte de surface – signifie en effet une déconstruction de l’identité américaine si sciemment construite par les puritains. Pour mieux saisir ce phénomène passionnant et unique sur le nouveau continent, revenons rapidement à certaines sources historiques et culturelles qui permettent de mieux comprendre la relation entre l’identité mythique de l’Amérique, le langage et l’écriture.

25Pour les colons puritains, la Bible constituait l’autorité suprême à laquelle ils se référaient dans leur vie quotidienne. Dans un certain sens, il en est de même aujourd’hui : ainsi, la Chambre des Représentants fit de 1983 l’année de la Bible. Il est commun de trouver de nombreuses images bibliques dans les discours des politiciens ; ceux du Président Reagan en offrent un exemple récent. L’alphabétisation des colons puritains facilita la lecture et l’interprétation personnelle des Ecritures Saintes. En Europe, les puritains entretenaient des relations assez étroites avec les cabalistes juifs d’Amsterdam, ce qui les poussa d’autant plus vers l’herméneutique de l’écriture symbolique et par moments ésotérique de la Bible. C’est ainsi qu’ils firent dans l’Apocalypse une prophétie de la découverte d’une terre qui serait celle de la seconde venue du Christ. Ceci explique, à mon avis, la récurrence de l’image du Rédempteur, du Messie qui parfois incarne la forme du livre même.

26Un autre trait marquant de l’histoire culturelle des Etats-Unis qu’il convient de rappeler ici est le lien étroit entre la langue et l’identité. Dès le début de la colonisation, la construction idéologique de cette identité se fit par l’imposition d’une seule langue – l’anglais – réduisant par la traduction la diversité des langues indigènes. En cela, l’expérience nord-américaine diffère nettement de celle du Brésil où le tupi fut parlé couramment sur la côte jusqu’à la fin du dix-huitième siècle.

27La théorie romantique selon laquelle le langage exprime le génie d’une nation suscita une vive discussion sur la nécessité de trouver ou d’inventer une langue qui exprimerait le génie, l’Esprit de la jeune nation, du Nouveau Monde. Un monde nouveau, purifié, ne saurait s’exprimer dans une langue du Vieux Monde. On alla jusqu’à proposer l’adoption de l’hébreu ou d’une des langues indigènes. Ces propositions impraticables ont l’intérêt de montrer à quel point l’identité de la jeune nation des Etats-Unis passait par le langage.

28Par ailleurs ce débat amena à s’interroger sur les Ecritures qui faisaient figure d’autorité suprême. Ecrites en hébreu, elles furent popularisées par leur traduction en anglais. La nécessité de nouvelles Ecritures, d’écritures qui révéleraient l’Esprit, le Verbe du Nouveau Monde, se fit sentir. L’appel que fait Emerson en 1838 pour une Bible du Nouveau Monde suit de quelques années la publication du Livre des Mormons (1830) qui prend comme paradigme l’Ancien Testament.

29Ce texte écrit en anglais prétend être une traduction des « hiéroglyphes réformés » que l’auteur, Joseph Smith, aurait vu gravés dans des tables d’or profondément enfouies dans la terre. Elles racontaient l’histoire des indigènes qui seraient les descendants des dix tribus perdues d’Israël.

30Ce livre, dont l’auteur provient des milieux populaires, montre que le souhait de nouvelles écritures sacrées du Nouveau Monde était répandu dans toutes les couches sociales du Nord-Est des Etats-Unis. D’où l’équation de l’identité nationale ==> des écritures saintes du Nouveau Monde cachées dans les profondeurs ==> et des hiéroglyphes des aborigènes, du Red Man (d’où l’importance de la couleur rouge) ; d’où la « contre-bible » du sauvage, « wild man », du Nouveau Monde.

31Nous retrouvons ce schéma avec des variantes importantes à travers les écrits mythiques. Hawthorne, Melville, Thoreau, Whitman, chacun à sa façon voyait son ouvrage comme les Ecritures du Nouveau Monde ; avec The Crying of Lot 49, l’écriture devient celle du Livre des Morts de l’Amérique.

32Les sources religieuses de ce phénomène culturel unique de l’écriture d’une nouvelle Bible sur le continent américain sont évidentes.

33La théorie romantique, qui faisait coïncider la genèse du langage et la création du monde, incita d’autant plus les écrivains romantiques américains à remonter à la racine étymologique des mots et aux origines des signes et à tenter d’imaginer un ou des langages qui traduiraient l’état de wildness – le Nouveau Monde à son état sauvage. Les mots anglais wildness, wilderness comportent étymologiquement des connotations de désir et de chaleur absentes dans le terme « sauvage » ; wilderness est aussi chargé de connotations bibliques, étant une des fréquentes traductions pour le mot « désert » et charriant toutes les connotations péjoratives de celui-ci. Dans le contexte américain, ce terme prit des significations spéciales en relation avec le monde des Peaux-gouges et des Noirs.

34En même temps, comme nous l’avons déjà signalé, ce langage aux significations multiples se voulait être une manifestation de l’esprit de la boundlessness qui marqua tellement l’Amérique dans la première moitié du dix-neuvième siècle et qui, malgré tout, reste une des composantes de cette identité. Par opposition à l’idée de boundlessness, qui est exclusivement celle de la civilisation de l’Amérique blanche, les écrivains proposent une expression qui fait fi de toutes les barrières, quelles soient temporelles ou spatiales, raciales, sexuelles, religieuses, sociales ou linguistiques.

35Dans ce contexte, on peut s’interroger sur l’influence possible des différents moyens de communication des Indiens et des Africains sur cette écriture. Les indices d’une telle influence abondent, son étude reste à faire.

36Il me semble que l’accent sur les métaphores, les signes corporels, les vêtements, la coiffure, le gestuel, fut en partie inspiré par la présence des Autres. Cette présence donna aussi un sens vécu à l’intérêt que les romantiques portaient à l’oralité et incita d’autant plus les écrivains à passer du langage écrit à un langage rêvé comme un langage oral, sonore, corporel. Les esclaves avaient l’art de cacher sous un discours apparemment chrétien un esprit subversif, lequel esprit se manifestait surtout dans les « spirituals » par l’intonation et l’expression corporelle. N’auraient-ils pas pu leur inspirer l’idée de dissimuler un texte subversif sous le texte anglais ? Il était aussi dans la tradition des protestants et des puritains dissidents d’occulter des messages subversifs sous le langage courant. Certaines traditions de la Réforme rejoindraient peut-être ainsi celles des Indiens et des Africains. N’oublions pas que des traditions ésotériques comme celles des rosicruciens survécurent d’une façon importante dans la culture populaire de la côte nord-est jusqu’à la moitié du dix-neuvième siècle. L’auteur même du Livre des Mormons est issu de ces couches dont la culture était imprégnée de symboles alchimiques, de signes numériques, astrologiques – enfin de toute la panoplie du symbolisme ésotérique du mouvement rosicrucien.

37Le contexte culturel dont nous venons d’évoquer quelques traits particulièrement importants, de notre point de vue, permet de mieux comprendre les racines de l’écriture mythique américaine. Les schémas que nous avons dégagés ne sauraient être attribués à de simples coïncidences.

38Le présent recueil fait suite à deux ouvrages (Sachs 1975, 1982) et à de nombreux articles publiés par les membres du Laboratoire.

39L’ensemble de ces travaux s’attache à étudier l’imaginaire cosmogonique de Melville, tel qu’il se manifeste surtout dans Moby-Dick. Nous y avons notamment mis au jour l’existence d’un code chiffré et montré la place importante qu’occupent les sciences dites occultes chez Melville et plus généralement dans la littérature américaine, ce que sont venu confirmer de nombreux travaux d’historiens.

  • 3 Le livre de Maxine Moore, "That Lonely Game" : Melville, “Mardi" and the Almanac, Universi (...)
  • 4 Voir Régis Durand, Melville, signes et métaphores, Lausanne, Edition L’Age d’homme, 1980 ; (...)

40Les résultats auxquels nous sommes parvenus ne sont pas reconnus par les melvillistes américains3, bien que l’éditeur des oeuvres complètes de Melville, Harrison Hayford (Northwestern University – Newberry Library) nous ait beaucoup encouragés et aidés. Les ouvrages récents français consacrés à Melville, d’une excellente qualité, ont suivi d’autres pistes4.

  • 5 Je tiens notamment je tiens à exprimer ma gratitude aux professeurs Daniel Aaron, Sacvan B (...)

41En revanche, de nombreux historiens, spécialistes de la pensée religieuse, de la culture et de la littérature, nous ont témoigné leur intérêt en prenant une part active aux colloques organisés par le Laboratoire, tant sur l’occulte que sur les représentations culturelles de l’identité américaine5, et en nous invitant à présenter notre point de vue sous forme de nombreuses conférences aux différentes universités américaines.

42Il n’en reste pas moins qu’en publiant mon article sur la gnose de Hawthorne et Melville (1980), American Quaterly, la revue nord-américaine de l’Association des études américaines l’a fait précéder de la note suivante : « American Quaterly is pleased to publish this leading example of French work in American studies. We recognize its provocative and controversial character ».

43Ce procédé inhabituel s’explique peut-être par les résistances que rencontre une interprétation de Moby-Dick et plus généralement de toute une lignée de textes, comme s’inscrivant en faux contre la construction idéologique de l’identité américaine. A ce propos je voudrais évoquer un entretien avec le Dr. Henry A. Murray, psychiatre et psychanalyste éminent et profond connaisseur de Melville. Ayant suivi mes écrits, il me dit lors d’une rencontre à Cambridge (Massachusetts) : « En tant qu’outsider vous avez osé prendre un chemin sur lequel les autres n’ont pas osé s’aventurer ».

Notes

1 Michel Imbert, « “Cash, Cant and Confidence” : Of paper-money and Scriptures in The Confidence-Man ».

2 Ce terme est employé ici dans son sens traditionnel d’interprétation des textes de nature religieuse.

3 Le livre de Maxine Moore, "That Lonely Game" : Melville, “Mardi" and the Almanac, University of Missouri Press, 1975, qui montre que le troisième roman de Melville est construit sur un code astronomique et astrologique, fut passé sous silence par les melvillistes.

4 Voir Régis Durand, Melville, signes et métaphores, Lausanne, Edition L’Age d’homme, 1980 ; Philippe Javorski, Melville, le désert et l’empire, Paris, Presses de l’Ecole normale supérieure, 1986 ; voir aussi les numéros spéciaux des revues L’Arc (n° 41, 1970), Delta (n° 6 et 7, 1978), Europe (n° 744, 1991), Revue française d’études américaines (n° 50, 1991) ; Claude Richard, « La lettre blanche de la baleine », dans Lettres américaines, Aix-en-Provence, 1987 et Gilles Deleuze, « Postface », dans Bartleby, Les Iles enchantées, Paris, Flammarion, 1989.

5 Je tiens notamment je tiens à exprimer ma gratitude aux professeurs Daniel Aaron, Sacvan Bercovitch, Emory Elliott, Gilles Gunn, Laurence Moore, Carroll Smith-Rosenberg, Werner Sollors, ainsi qu’à Cristina Giorcelli pour sa collaboration amicale et soutenue, et à de nombreux autres collègues italiens.

© Presses universitaires de Vincennes, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search