Version classiqueVersion mobile

Figuration de l’inhumain

 | 
Luc Vancheri

Conclusion

Texte intégral

1Au moment même où la figuration met en débat l’horizon ontologique de l’homme, celui-ci se découvre une altérité radicale, la figurine, reconduisant selon une logique toute différente le passage du double à l’image.

  • 97 J.-P. Vernant : Mythe et pensée chez les Grecs, La Découverte, 1990, p. 340.
  • 98 G. Bataille ; La Peinture préhistorique : Lascaux ou la naissance de l’art, op. cit., p. 124.
  • 99 Ibid, p. 124.

2C’est que « la représentation figurée ne va pas de soi ; ni univoque, ni permanente, elle constitue ce que l’on peut appeler une catégorie historique »97. Interrogée, admirée, louée, contestée aussi, elle s’éveille à la conscience sur le sol de la mimesis, comme si les hommes avaient décidé de lui accorder le pouvoir de les renseigner sur le monde autant que sur leur capacité d’en produire un autre, semblable ou pas. Parmi toutes celles, innombrables, qui peuplent cette histoire des hommes, il en est certaines, venues de loin et d’ailleurs, de cet âge initiatique où l’homme s’inventa au monde par la forme, qui pourraient en reprendre le commentaire pour peu qu’on réussisse à les convaincre de quitter un « silence si inhumain »98. Statuettes de Grimaldi, Vénus de Willendorf ou figurine de de Brassempouy, toutes annoncent cette intention devenue commune « de nier ce qu’il est constant d’affirmer, de montrer ce qui d’ordinaire est voilé »99.

  • 100 Ibid., p. 123.

3Toutes ces sculptures se rejoignent sur deux points. Elles privilégient le thème de la fécondité selon une plastique récurrente de la difformité, et ne retiennent des qualités expressives du visage que sa seule circonférence, son seul contour, déformé ou pas, simple « surface uniforme, sans yeux, sans bouche, sans oreilles »100. De l’homme elles n’ont conservé qu’une forme minimale, démesurée en ces seuls attributs sexuels, un principe de composition et d’arrangement des parties qui se dérobe à l’attrait de l’apparence humaine.

  • 101 J.-M. Pontevia : Ogni Dipintore dipenge sè. Ecrits sur l’art et pensées détachées, William Blake an (...)
  • 102 J.-P. Vernant, op. cit., p. 351.

4Or, qu’auraient-elles à nous enseigner, ces figures de femmes ? Elles, dont les visages lisses, que l’on surprend parfois au bord de l’effacement, retenus seulement par quelques saillies, bosses ou vagues entailles faites dans la masse, se distinguent si violemment de la figurine cinématographique, demeurée forme inaltérée et inépuisable ? Simplement ceci. Que celle dont le visage s’est figé en une pleine face signifiée retrouve les visages filmiques au commencement de cet apophtegme infiniment rappelé : « L’Homme apprend tout, même sa propre image »101. Que la ressemblance scrupuleuse ne manifeste rien d’autre que le très ancien procédé par lequel l’homme cherche à se guérir du visible. Que l’histoire de l’art, enfin, est peut-être l’histoire d’un double apprentissage, tout entier dévoué à figurer l’invisible ou à recueillir les signes de l’apparence. Mais ces deux manières, loin de résumer la multiplicité des expériences, nous rappellent plus humblement que l’image qui finit par se constituer se place d’emblée devant le mystère de l’essence, « interprété philosophiquement, théologiquement, en même temps que traité plastiquement »102.

  • 103 Bl. Pascal : Pensées, Gallimard, 1977, vol. I, fragment 248, p. 183.

5« Figure porte absence et présence, plaisir et déplaisir. Chiffre à double sens. Un clair et où il est dit que le sens est caché »103. A propos de l’Ecriture, Pascal nous enjoignait déjà d’y lire des figures tant la loi, les sacrifices et le royaume pouvaient être tenus pour réalités ; définis comme des passages contraires ils excluaient tout accord entre eux en ce domaine. La figure rend possible sinon le monde lui-même, au moins sa représentation, son interprétation. Elle est illimitée.

6Le corps peut bien emporter tout le champ de la représentation, il peut bien être le sujet même de la cinématographie, sa dimension plastique définir le sens ou au contraire s’y refuser, on assiste chaque fois à la constitution d’une figuration singulière, véritable instance signifiante dont procède le texte filmique.

7En d’autres termes, si la figuration, loin de se refermer sur le chiffre de la représentation (sans jamais en exclure la possibilité), peut se décrire comme un mode d’assignation du sens dans les corps figurants, c’est qu’au seuil du profilmique, elle choisit de les envisager comme une forme disponible à la signification, une matière toujours malléable, propres à toutes les déformations, toutes les défigurations, le point de départ d’une solution à la pensée de l’homme.

O, dis-moi, poète, ce que tu fais.
– Je célèbre.
Mais le mortel et le monstrueux,
Comment l’endures-tu, l’accueilles-tu ?
– Je célèbre.
Où prends-tu le droit d’être vrai
Dans tout costume, sous toute marque ?
– Je célèbre.
Et comment le silence te reconnaît-il et la fureur,
Ainsi que l’étoile et la tempête ?
– Parce que je célèbre. (Rilke)

8Le cinéma a enfermé la parole, le geste et le mouvement, tous les temps de la figure, dans l’épaisseur des tissus qui recouvrent certains de ses corps ; nouant ensemble le papier, la toile, la chair et le bronze au côté de la pierre et de l’argile, il a refusé de célébrer les figures qui, monstrueuses, anonymes, costumées ou masquées, sont devenues inhumaines.

Andrea Mantegna, Le Christ mort

Salvatore Giuliano

9En rendant ce corps au monde des hommes c’est sa puissance que la figure manifeste.

Notes

97 J.-P. Vernant : Mythe et pensée chez les Grecs, La Découverte, 1990, p. 340.

98 G. Bataille ; La Peinture préhistorique : Lascaux ou la naissance de l’art, op. cit., p. 124.

99 Ibid, p. 124.

100 Ibid., p. 123.

101 J.-M. Pontevia : Ogni Dipintore dipenge sè. Ecrits sur l’art et pensées détachées, William Blake and co, 1986, vol. III, p. 22.

102 J.-P. Vernant, op. cit., p. 351.

103 Bl. Pascal : Pensées, Gallimard, 1977, vol. I, fragment 248, p. 183.

Table des illustrations

Légende Andrea Mantegna, Le Christ mort
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/8083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Salvatore Giuliano
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/8083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/8083/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/8083/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search