Version classiqueVersion mobile

Figuration de l’inhumain

 | 
Luc Vancheri

Dilemme figuratif

Texte intégral

La leçon d’anatomie du Dr Nicolaas Tulp (Rembrandt)

1Deux gestes choisissent la même main. L’un épingle ce qui du corps peut être nommé, pointe le signe plein de la chose, l’autre cherche dans le signe absent de l’organe ce qui du corps a disparu ou – cela revient au même – n’est pas encore révélé. Ces cadavres retenus dans la même pose, passive, offerte, dévouée à la volonté de savoir, relatent les deux versants de notre histoire. Celui de Rembrandt s’ouvre à l’homme dans le sacrifice de sa chair, alors que celui de Don Siegel fait surgir le corps qui en efface l’humanité.

2Le dilemme de Don Siegel est tout à l’opposé de celui qui guidait Rembrandt dans sa peinture, même s’il convient encore de se pencher sur le corps de l’homme pour tenter de lui arracher quelque secret. Le corps ne fait plus foi, il n’est plus la première et l’ultime preuve de l’homme. Peut-être faudrait-il considérer ce corps comme l’effigie d’un homme qui se serait effacé, à l’image de son cadavre rendu au monde dans un oubli ?

Table des illustrations

Légende La leçon d’anatomie du Dr Nicolaas Tulp (Rembrandt)
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/8053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/8053/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search