Version classiqueVersion mobile

Figuration de l’inhumain

 | 
Luc Vancheri

Dilemme figuratif

Texte intégral

1La figure ne bénit plus la pierre ou le temple ; elle s’élève, tourne sa face vers d’autres puissances, sort des ruines du monde : c’est la pierre de l’autel elle-même que l’on sacrifie. Samson rachète la vanité des hommes en renversant le temple de Dagon, en faisant s’écrouler le décor, en lui retirant sa mesure. Il défie la puissance des Philistins au lieu même où elle se dresse, comprenant ce que soutiennent les colonnes, l’ordre figuratif qu’il s’agit de remplacer.

2On assiste à la résolution d’un dilemme figuratif. L’ergon est encore capable d’emporter ce qui le soutient, au terme d’une confrontation entre la figure et le décor, le corps et la colonne.

3Sauver la figure chez Cecil B. DeMille c’est affronter le décor, y renoncer au dernier instant, en le ruinant, c’est préférer le monde de Dieu à celui des hommes ou plutôt ouvrir leur figuration à sa reconnaissance.

4Chez Cecil B. DeMille les hommes et le décor seraient-ils si légers pour qu’une seule figure puisse les mouvoir ainsi, pour que Samson puisse ébranler un temple et Moïse ouvrir la mer Rouge ? Au cinéma le carton et la pâte sont aussi lourds que la pierre et le marbre. Mais c’est plutôt le statut même de la figuration qui fait la densité ou la légèreté de l’être demillien, au point que le corps ne s’y trouve plus soumis.

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search