Version classiqueVersion mobile

Le Monde végétal (XIIe-XVIIe siècles)

 | 
Allen J. Grieco
, 
Odile Redon
, 
Lucia Tongiorgi Tomasi

II. Science et rêve du végétal

Deux jalons de la construction d’un savoir botanique en Allemagne aux XIIe-XIIIe siècles : Hildegarde de Bingen et Albert le Grand

Laurence Moulinier

Texte intégral

  • 1 Guy beaujouan, ‟La science dans l’Occident médiéval chrétien », dans Histoire générale des sciences(...)

1Le XIIIe siècle a constitué un tournant important de l’histoire des sciences naturelles dans l’Occident médiéval, notamment par l’essor de l’observation ; comme l’écrit Guy Beaujouan, « l’évolution des XIIe et XIIIe siècles consiste dans l’exclusion progressive des fantaisies allégorico-mystiques et dans l’introduction concomitante de précisions techniques ou de données tirées d’une observation plus directe de la Nature »1. Le dominicain Albert le Grand (†1280) domine son siècle de toute la hauteur de sa science et de son esprit critique, à la fois représentatif de son époque et tout à fait exceptionnel. Dans le domaine botanique, Albert a eu différents prédécesseurs, en particulier sa compatriote Hildegarde de Bingen (†1179), et il a paru intéressant de comparer ici leurs « herbiers » : nés dans une même aire culturelle, tous deux appartiennent en effet à l’histoire de la botanique germanique inaugurée au IXe siècle par Hraban Maur.

  • 2 « On peut juger de la barbarie de ces temps-là par l’œuvre de l’abbesse Hildegarde », cité par Geor (...)

2L’œuvre de Hildegarde fut composée dans le milieu du cloître bénédictin, avant la redécouverte des connaissances gréco-arabes en la matière et leur diffusion de ville en ville par l’enseignement universitaire, et cette « ignorance », qui était celle de son temps, valut à la nonne le mépris du botaniste Joseph Pitton de Tournefort (†1708)2. Toutefois, malgré cette radicale différence de contexte, Hildegarde, comme Albert un siècle plus tard – et c’est sur ces « terrains » que nous les confronterons –, a « ouvert les yeux » sur la Nature environnante et tenté d’ordonner le monde végétal, tout en faisant preuve à sa manière d’une grande indépendance par rapport au savoir livresque.

3Née en 1098 d’une famille noble, Hildegarde fut offerte à Dieu à l’âge de huit ans et confiée en tant qu’oblate à un monastère bénédictin, le Disibodenberg, en Hesse rhénane, dont elle fut élue supérieure en 1136. Peu après, vers 1141, elle entama la rédaction de sa première grande œuvre, Scivias, qui lui fut dictée par la vision divine dont elle avait le don depuis l’enfance. En 1148, lors d’un synode qui se tint à Trèves, le pape Eugène III lui donna en quelque sorte l’imprimatur, et exhorta Hildegarde à rendre public tout ce que lui enseignerait dorénavant l’Esprit saint. Elle put dès lors s’appuyer sur cette reconnaissance officielle pour achever sa première œuvre et en entreprendre d’autres, et prit même assez d’assurance pour quitter son cloître d’origine, non sans se heurter à la résistance de ses supérieurs. Elle fonda ainsi vers 1150 un premier monastère, le Rupertsberg, où elle passa le restant de ses jours, puis un second en 1165, dédié à saint Gisilbert, de l’autre côté du Rhin (actuellement Rüdesheim-Eibingen). C’est au Rupertsberg qu’elle s’attela, entre autres, à une œuvre de science naturelle généralement connue aujourd’hui sous le nom de Physica ; elle y mourut en 1179, au terme d’une existence aussi longue qu’active malgré une santé fragile : n’accomplit-elle pas, fait rarissime pour une femme de sa condition à l’époque, une série de voyages qui furent autant de tournées de prédication ? Ne fut-elle pas la conscience spirituelle d’un grand nombre de personnages, pape et empereur compris, qu’elle n’hésitait pas à admonester avec une grande liberté de ton ? Elle légua ainsi à la postérité, outre une vaste correspondance, de nombreux écrits parmi lesquels deux autres grandes œuvres visionnaires, et des chants qu’elle avait elle-même mis en musique. Bien que les démarches entreprises à partir de 1233 en vue de sa canonisation n’aient pas abouti, elle est considérée comme sainte.

  • 3 Les auteurs divergent sur sa date de naissance : 1206 d’après Albert garreau (Saint Albert le Grand (...)
  • 4 Jacques le goff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1984, p. 243.
  • 5 Robert delort, La vie au Moyen Age, Paris, Seuil, coll. « Points-Histoire », 1982, p. 221 : « le gr (...)
  • 6 Albert zimmermann, « Albert le Grand et l’étude scientifique de la Nature », trad. Roland Hissette, (...)
  • 7 Saint Albert le Grand, œuvres choisies, op. cit., p. 9.

4Sainteté et longévité caractérisent également l’existence d’Albert, dit le Grand, originaire de Lauingen près d’Augsbourg, et mort octogénaire à Cologne en 12803. Après des études à Bologne et à Padoue, Albert se fit dominicain en 1223, enseigna dans différents cloîtres d’Allemagne et à Strasbourg puis vint « conquérir ses grades à Paris »4 entre 1240 et 1242 ; il y enseigna jusqu’en 1248 (d’après Robert Delort5, le nom de la place Maubert en garderait le souvenir), occupant une des deux chaires de théologie réservées aux dominicains, et il eut Thomas d’Aquin pour étudiant. Il fonda ensuite le studium generale de Cologne, où il professa également, puis fut nommé provincial de Germanie en 1254 et, en 1260, évêque de Ratisbonne. Jusqu’à la fin de sa vie, ce grand savant ne se départit pas d’une activité intellectuelle, enseignante et apostolique intense ; malgré de nombreuses missions et des voyages lointains, il laissa une œuvre colossale qui lui valut le surnom de doctor universalis : il s’efforça notamment de résoudre le problème de l’acclimatation d’Aristote dans la société chrétienne, et contribua grandement, avant Thomas d’Aquin, à l’essor de l’aristotélisme, sans pour autant « se lier envers et contre tout aux textes du Philosophe »6. Désireux en effet, selon Albert Garreau, de « se rendre maître de l’ensemble de la science antique, d’en rectifier les erreurs et d’en dresser un répertoire complet facilement abordable »7, Albert le Grand eut toujours à cœur, en matière de philosophie naturelle surtout, d’éprouver la valeur des propos de ses devanciers : aussi n’hésitait-il pas à critiquer la doxa comme les autorités, Aristote compris, dès que ses propres constatations et son souci de faire progresser la connaissance de la nature l’exigeaient.

  • 8 Les œuvres complètes de l’abbesse excèdent en fait le volume de la Patrologie latine de Migne qui e (...)

5Ni par sa formation intellectuelle ni par l’ampleur de ses écrits8, Hildegarde ne soutient à première vue la comparaison avec le docteur dominicain : elle eut besoin jusqu’à la fin de ses jours de secrétaires ou collaborateurs aptes à corriger son latin imparfait et répétait à l’envi qu’elle n’était qu’une « pauvre petite femme inculte ». Il faut certes faire la part, dans de telles déclarations, du poncif de l’ignorance prophétique, mais peut-être aussi d’une stratégie : en affirmant que son savoir lui vient de Dieu seul, Hildegarde ne se retranche-t-elle pas derrière sa qualité de visionnaire, officiellement reconnue depuis 1148, pour s’affranchir du savoir humain, c’est-à-dire prendre ses distances vis-à-vis des sources livresques ?

  • 9 Physica, PL 197, col. 1125-1352 : liber I, col. 1125-1210 ; liber III, col. 1215-1248.
  • 10 Cf. Jerry stannard, « Identification of the Plants described by Albertus Magnus, De vegetabilibus, (...)
  • 11 De vegetahilibus figure au tome 10 de l’édition Borgnet CD. Alberti Magni, Ratisbonensis episcopi, (...)

6Ces deux auteurs se rejoignent de fait par une même indépendance d’esprit et par l’importance qu’ils accordèrent à l’étude de la Nature, en particulier du monde végétal, auquel Hildegarde consacre le premier (de loin le plus développé) et le troisième des neuf livres de son encyclopédie naturelle : liber primus, de plantis, et liber tertius, de arboribus9. Le De vegetabilibus d’Albert se présente quant à lui comme le commentaire d’un traité apocryphe circulant sous le nom d’Aristote et qu’il faut sans doute attribuer, d’après Jerry Stannard, à Nicolas de Damas, auteur du Ier siècle av. J.C.10. Les cinq premiers livres de cet ouvrage qui en comporte sept traitent de la forme, de la nature et des parties des végétaux en général, envisagées d’un point de vue philosophique et théorique ; ils permettent donc à Albert de poser un certain nombre de questions ou de définitions et de dresser le bilan des études botaniques qui l’ont précédé11. Le livre VI, auquel nous nous intéressons plus particulièrement, est nettement plus concret et veut donner au lecteur les moyens d’identifier les différents objets des cinq premiers livres et de les utiliser. Ce passage du général au particulier est d’ailleurs clairement expliqué :

  • 12 De vegetahilibus, liber VI, tractatus I, caput I, p. 339. : In hoc sexto libro Vegetabilium nostror (...)

Dans ce livre VI, nous satisfaisons plus à la curiosité et au désir de savoir qu’à la philosophie : il ne peut en effet y avoir de philosophie des cas particuliers. Nous avons donc l’intention d’exposer les propriétés que l’on semble trouver dans des plantes particulières.12

  • 13 Cf. j. stannard, « Identification of the Plants described by Albertus Magnus, De vegetahilibus, lib (...)

7La description proprement dite des plantes n’arrive donc qu’avec le deuxième traité (« Des herbes en particulier selon l’ordre de l’alphabet ») du sixième livre, « Des espèces de plantes », dont le premier traité est consacré aux arbres : à partir de son chapitre second, le deuxième traité du livre VI rompt avec les généralités et consiste dès lors en une série de brèves descriptions des plantes mentionnées dans les cinq livres précédents. Il s’inscrit donc, comme le liber primus de Hildegarde, dans la tradition des herbiers, mot qui, au Moyen Age, désignait tout livre traitant des plantes et de leurs propriétés, dans la lignée de l’œuvre composée par Dioscoride au Ier siècle de notre ère, traduite en latin au VIe siècle sous le nom de De materia medica et décrivant environ six cents plantes. Avant lui, au IIIe siècle avant J.C., l’herbier de Théophraste en avait recensé quelque cinq cents et il ne fait pas de doute pour J. Stannard, au vu des noms et des propriétés des plantes citées par Albert, que ce dernier se soit inspiré d’un ouvrage de ce genre pour rédiger son livre VI13.

  • 14 Son liber primus est fort de deux cent trente chapitres mais ne décrit pas exactement autant d’espè (...)

8L’abbesse décrit plus de deux cents plantes14, Albert environ trois cents : leurs herbiers sont donc comparables par leur ampleur et la recherche de l’utilité pratique des plantes oriente la description dans l’un comme dans l’autre, bien qu’Albert se défende de jeter sur les plantes le même regard que les médecins :

  • 15 Liber VI, tractatus II, caput I, p. 472 : nunc superest ostendere etiam quarundarum herbarum natura (...)

Reste à montrer la nature de certaines herbes : mais il faut en parler autrement que ne le fait le médecin. En effet, nous ne parlons de la nature des herbes, et des plantes en général, que si nous la trouvons d’après leurs opérations. Le médecin, lui, ne cherche qu’à en tirer des remèdes […]. De même que, dans l’étude des animaux, on ne connaît pas leur nature si on ne connaît pas leur nourriture, leurs fonctions et leurs parties, on ne connaît absolument rien de la nature des plantes si on ne connaît ni leurs parties, ni leurs qualités, ni leurs effets15.

  • 16 Lib. VI, tract. II, cap. VII, p. 514 (Hippocrates autem dicit bonum esse nutrimentum fabae, et per (...)

9Il mentionne toutefois, dès qu’il la connaît, la valeur médicinale d’une plante, et en énonce la ou les vertus : « résolutive », « astringente », « apéritive », « purgative », etc. Mais ce qu’il en dit relève plus de l’indication que du remède détaillé tel qu’on le trouve chez Hildegarde, où sont précisés nature des ingrédients, rythmes et précautions à observer, gestes à accomplir, voire formules à réciter pour une plus grande efficacité de la médication. Le « docteur universel » ne se substitue jamais au médecin, et s’en remet prudemment, soit aux autorités médicales tels Galien ou Hippocrate (« d’après Hippocrate, la nourriture à base de fèves est excellente pour la santé »), soit aux praticiens, comme à propos de l’ellébore : « Comment il faut le prendre, et en quelle quantité, c’est au médecin de le déterminer »16.

  • 17 Lib. VI, tract. II, cap. VIII, p. 520-521 : Gauda herba est qua utuntur tinctores.... Utilitas aute (...)

10Il est en fait intéressé par tous les usages, et pas seulement les usages médicaux, que l’on peut avoir d’une plante, et précise même quel bois convient mieux pour la confection des lyres et des vielles : l’absinthe éloigne ainsi les mites et préserve les livres des souris, « c’est pourquoi on en asperge les morts », la gauda est utilisée par les teinturiers mais son « utilité pour la médecine », soit « est inexistante », soit « n’a pas encore été éprouvée »17, etc.

11La description d’une plante précède la liste de ses applications possibles, et nos deux herbiers font de fait une large place aux plantes locales, familières, usuelles :

  • 18 Lib. VI, tract. I, cap. I, p. 339. : si nihil amplius quant nomina plantarum simpliciter poneremus, (...)

Si nous n’avions fait que citer simplement les noms des plantes, nous n’aurions pas eu assez de place en un volume ; nous n’exposons donc que les plantes les plus connues, en en laissant certaines complètement de côté18.

  • 19 Cf. hildegarde de bingen, Le livre des subtilités des créatures divines (Physique), trad. Pierre Mo (...)

12Ainsi s’en explique Albert ; rien d’aussi exprès chez Hildegarde, mais les noms vernaculaires par lesquels elle désigne grand nombre de plantes dont elle ignore le nom latin, parlent d’eux-mêmes en faveur d’une forte représentation, à côté ou autour de 26 plantes médicinales exotiques, d’un univers végétal local. Albert s’exprime pour sa part strictement en latin, mais n’hésite pas à donner, quand il le peut, le nom que porte une plante chez les Grecs ou chez les Arabes, ou son étymologie dans la ligne d’Isidore de Séville. Un tel cratylisme n’est pas absent de l’œuvre de Hildegarde, puisque d’après elle, par exemple, la consolide (Consolida) « répare » les fractures, c’est-à-dire « consolide » les membres, la vulnéraire (Wuntwurz) aide à soigner les blessures et la pulmonaire (Lunckwurz) permet de guérir « le poumon enflé »19.

  • 20 De vegetahilibus, lib. VI, tract. II, cap. XII, p. 535.

13Albert donne ainsi une explication du nom de la mandragore (etiam mandrago vocatur, quod sonat imago hominis20), qui n’est que sous-entendue dans le texte de Hildegarde :

  • 21 Sanctae Hildegardis abbatissae subtilitatum diversarum naturarum creaturarum libri novem (Physica, (...)

Mandragora [...] homini aliquantum assimilatur. Sed tamen herba haec, et propter similitudinem hominis, suggestio diaboli buic plus quam aliis herbis adest et insidiatur. (La mandragore […] ressemble un peu à l’homme. Mais elle reste une plante, et à cause de sa ressemblance avec l’homme, la présence et les ruses du diable se font plus sentir en elles que dans les autres.)21

  • 22 Respectivement Geum urbanum L. et Saponaria officinalis L., cité par r. von fischer benzon, Altdeut (...)
  • 23 herba quae meu vocatur, a quibusdam autem dicitur radix ursi (cité par j. stannarD, « Identificatio (...)
  • 24 Il s’agirait de la piloselle, Hieracium Pilosella L., selon r. von fischer benzon (Altdeutsche Gart (...)

14Dans les différentes appellations d’une même espèce mentionnées au passage par Albert, on reconnaît parfois le nom que Hildegarde leur donnait un siècle plus tôt, tel quel (benedicta... alio nomine gariofilata vocatur ; herba, quae vocatur borith, etc.22), ou sous la forme d’un calque linguistique latin qui conserve la signification et la construction syntaxique du nom vulgaire : Albert cite ainsi meu (Meum athamanticum Jacquin) avec son autre nom de radix ursi23, Berwurtz chez Hildegarde, littéralement « racine d’ours », et le nom d’auricula muris, « oreille de souris », traduit de même exactement chez Albert le musore de Hildegarde24.

  • 25 Cf. Paul hossfeld, Albertus Magnus als Naturphilosopher und Natur-wissenschaftler, Bonn, 1983, p. 8 (...)

15Une large part du savoir botanique d’Albert, comme de celui de Hildegarde, revient donc à l’observation, personnelle ou non, sans qu’il nous soit possible de déterminer dans quelle proportion : Hildegarde, on l’a dit, se tait avec constance sur l’origine de ses informations, et il n’y a guère que sept endroits du De vegetabilibus, d’après Paul Hossfeld, qui fassent de l’observation directe leur source explicite25. La volonté d’« ouvrir les yeux » plutôt que les livres sur le monde végétal environnant semble en tout cas inséparable, chez l’un comme chez l’autre, de leur désir d’intégrité et d’indépendance : garante de l’esprit critique pour le docteur universel, l’observation est peut-être aussi l’autre visage du refus de toute culture humaine de la part de Hildegarde.

16L’intention de Hildegarde n’apparaît toutefois pas aussi nettement que celle d’Albert et la praefatio du livre premier de la Physica, loin de nous renseigner sur la démarche de son auteur, est occupée dans sa plus grande partie par l’exposé des analogies existant entre la Nature et l’homme, entre le macrocosme et le microcosme :

  • 26 hildegarde de bingen, Le livre des subtilités des créatures divines, trad. P. Monat, op. cit., vol. (...)

La terre, avec ses plantes utiles, offre un panorama des fonctions spirituelles de l’homme ; mais avec ses plantes inutiles, elle fait apparaître ses fonctions mauvaises et diaboliques. En effet, il existe des herbes qui, lorsqu’on les fait cuire avec certains aliments, permettent à l’homme de digérer facilement et sont légères parce qu’elles n’alourdissent pas l’homme et s’assimilent à sa chair. […] Certaines plantes poussent grâce à l’air et elles sont également pour l’homme légères à digérer et de nature joyeuse, si bien qu’elles rendent joyeux celui qui les mange ; et on les compare aux cheveux de l’homme qui sont eux aussi légers et aériens. Mais d’autres herbes sont venteuses parce qu’elles poussent au vent ; elles sont sèches et lourdes à digérer, et de nature triste, si bien qu’elles rendent triste celui qui les mange ; et elles correspondent à la sueur de l’homme26.

  • 27 Ibidem, p. 31.
  • 28 Ibidem, p. 32.

17Au détour de ce long parallèle se fait jour, néanmoins, un distinguo entre herbes utiles et inutiles, entre herbes « bonnes pour la nourriture et la boisson de l’homme » et celles qui, sans avoir ces qualités, peuvent être utilisées en médecine27 ; et il y a place également, dans ce discours chargé de symbolisme, pour la théorie des qualités élémentaires héritée de l’Antiquité. De fait, les monographies que Hildegarde consacre ensuite à chaque plante s’ouvrent toutes sur l’énoncé de son degré de chaleur et d’humidité ; Albert ne manque pas non plus de se livrer à des considérations sur le degré de chaleur des végétaux, mais la théorie des éléments se présente dans son œuvre d’une manière infiniment plus complexe. Dans le prologue de son « livre des plantes », Hildegarde se contente en effet de postuler, sans s’y attarder, que « toute herbe est soit chaude soit froide », manifestement plus intéressée par la valeur symbolique de cette affirmation : « la chaleur des herbes représente l’âme, et le froid représente le corps »28.

18On trouve trace en revanche chez Albert d’une distinction entre pureté des éléments entendus comme principes qualitatifs (elementa), et pureté moindre des corps composés par ces éléments (elementata), lorsqu’il dit des arbres en général :

  • 29 De vegetabilibus, lib. VI, tract. II, cap. I, p. 473 : in ipsa qualitates elementales maxime recedu (...)

Dans l’arbre, les qualités élémentaires sont éloignées au plus haut point des grandeurs qu’elles ont dans les éléments eux-mêmes29.

  • 30 Ibidem : Diximus autem in praehabitis, quod arbor sola petfectam plantae attingit naturam.
  • 31 Cf. Allen j. grieco, Classes sociales, nourriture et imaginaire alimentaire en Italie (XIVe-XVe siè (...)
  • 32 Cf. De vegetabilibus, liber VI, tract. I, cap. I, p. 340 : et incipiamus a perfectioribus plantis – (...)
  • 33 p. h. michel et p. louis, « Aristote et son école », dans Histoire générale des sciences, René Tato (...)

19L’arbre n’en représente pas moins la perfection du végétal aux yeux d’Albert30, qui hiérarchise le monde des « plantes » et le classe selon un ordre de « noblesse » ou de « perfection »31. L’arbre y prédomine, et le terme d’arbor désigne précisément « toutes les plantes lignifiées qui ont un seul tronc au départ des racines » ; vient ensuite l’arbuste, arbustum, à savoir toute plante ayant plusieurs troncs au départ des racines, puis le buisson, frutex, plante ayant beaucoup de branches de longueur inégale ; au degré inférieur, on trouve le rubus (plante ayant des branches très longues et peu lignifiées, comme le lierre et les ronces), puis le frutex magnus (buisson arborescent) et enfin les plantes herbacées, forme la moins accomplie du végétal32. La classification d’Albert s’inspire manifestement de celle de Théophraste, qui s’appuyait sur « la présence ou l’absence et les variétés du tronc » pour distinguer quatre grandes classes de végétaux dans son Histoire des plantes : les arbres (« un seul tronc, ramifié à une certaine hauteur ») ; les arbrisseaux (« tronc ramifié dès la base ») ; les sous-arbrisseaux, à troncs multiples, et enfin les herbes, « dépourvues de tronc, et dont les feuilles sortent immédiatement de terre »33. A propos des herbacées, Albert pousse très loin la différenciation : il établit ainsi un départ entre plantes « sans feuilles », plantes « corticales », « tunicales » et « herbacées », ainsi qu’entre différents types de floraisons (les fleurs peuvent être « ailées », « campanulées » ou « étoilées ») ; il isole des espèces au sein d’un même genre -domesticum, porrinum et silvestre pour l’ail, montanum, silvestre et aquaticum pour l’ache (opium), etc. ; il distingue en outre soigneusement différentes parties dans chaque plante, selon des principes généraux clairement exprimés par exemple au chapitre 8 du second traité du livre premier, chapitre intitulé « De la diversité des plantes aromatiques » :

  • 34 Lib. I, tract. II, cap. VIII, p. 87, De diversitate plantarum aromaticarum : ... quoniam quaedam su (...)

Certaines plantes sont aromatiques et d’autres non ; pour certaines, c’est la racine qui est aromatique, comme pour la galanga ; pour d’autres, comme la cannelle, c’est l’écorce ; pour d’autres, comme le laurier, les feuilles ; pour d’autres encore, et elles sont nombreuses, les fleurs ; pour d’autres comme l’aloès, le bois ; et pour d’autres, comme le baume, toutes les parties34 .

  • 35 Allen j. grieco, Classes sociales, nourriture et imaginaire alimentaire en Italie (XIVe-XVe siècles (...)

20La position des plantes tout en bas de l’échelle et, a fortiori, la place d’honneur réservée aux arbres par Albert, montrent à l’envi que sa classification du monde végétal obéit à un ordre vertical : les végétaux poussant en hauteur sont plus près du ciel, et, de ce fait, valorisés ; inversement, comme l’écrit A.J. Grieco, « les fruits qui ne poussent pas en hauteur, tels les melons, les fraises, etc. », et se trouvent pour ainsi dire à l’autre bout de la chaîne des végétaux, sont souvent « vus comme des fruits dangereux »35.

21Or, n’est-ce pas cette idée qui commande implicitement le jugement négatif que Hildegarde émet sur les melons, Pepones (« ils sont froids et humides ; ils se nourrissent de l’humidité de la terre… ils ne sont pas bons à manger pour ceux qui ne sont pas en bonne santé ») ou sur les fruits du fraisier, Erperis sous son nom germanique (de Erde, terre) qui en reflète bien le caractère tellurique ?

  • 36 hildegarde de bingen, Le livre des subtilités des créatures divines, traci. P. Monat, op. cit., vol (...)

Quant aux fruits, ils provoquent aussi une sorte d’écoulement chez celui qui en mange et ils ne sont d’aucun profit ni pour le bien-portant ni pour le malade, car ils poussent tout près du sol et dans un air putride36.

22Ainsi s’explique aussi que dans le chapitre, tout à fait remarquable pour l’époque, que Hildegarde consacre aux champignons, seuls ceux qui poussent sur différents arbres trouvent grâce à ses yeux – « ils ont parfois quelques qualités pour la nourriture de l’homme, comme certains légumes » –, contrairement à ceux qui naissent sur le sol :

  • 37 Ibidem, , p. 172 (Pbysica, I, cap. 172).

Les champignons qui naissent sur le sol, quelle que soit leur espèce, sont en quelque sorte l’écume et la sueur de la terre, et font un peu de mal à celui qui en mange, car ils provoquent en lui des écoulements et de l’écume. Cependant les champignons qui naissent par temps sec et sur un sol sec sont un peu meilleurs que ceux qui naissent par temps humide et sur un sol humide ; mais on ne trouve guère en eux de propriétés médicinales37.

  • 38 Lib. VI, tract. II, cap. VII, p. 516 : In genere autem fungorum illi qui sunt sied, minus sunt mali (...)

23Un siècle après elle, Albert émet sur les champignons un jugement très semblable : « Dans le genre des champignons, ceux qui sont secs sont moins mauvais que ceux qui sont humides »38.

24Pour Hildegarde comme pour Albert, les qualités du végétal sont proportionnelles à son éloignement physique de la terre. D’où la précellence des arbres, dont la croissance n’a pas manqué d’être mise en relation avec celle de l’homme, qui suit un processus inverse mais parallèle : comme l’arbre, et contrairement aux autres animaux, l’homme a été créé droit et son développement semble répondre à l’attraction d’un principe supérieur. Platon déjà y voyait une signification symbolique :

  • 39 Timée, 90 a ; cf. platon, Sophiste, Politique, Philèbe, Timée, Critias, trad. Emile Chambry, Paris, (...)

[…] nous sommes une plante du ciel, non de la terre, nous pouvons l’affirmer en toute vérité. Car Dieu a suspendu notre tête et notre racine à l’endroit où l’âme fut primitivement engendrée et a ainsi dressé tout notre corps vers le ciel39.

  • 40 alexandre neckam, De naturis rerum libri 2, cap. CLII, De bomine, Thomas Wright éd. (Rerum Britanni (...)

25Par la suite, de nombreux auteurs du Moyen Age chrétien représentèrent également l’homme comme un arbre à l’envers, et vice versa : Anthropos interpretatur arhor inversa, écrit ainsi l’encyclopédiste Alexandre Neckam à la fin du XIIe siècle40.

  • 41 In festo sancti Benedicti sermo, III, 7, PL 185, col. 107 BC : Quod enim pbysici dicunt hominem ess (...)
  • 42 « Qu’est-ce en effet que l’homme, de par sa forme, sinon un arbre à l’envers ? Ses cheveux en sont (...)

26Utilisée par les médecins et les chirurgiens médiévaux, ainsi que l’atteste par exemple au XIIe siècle l’abbé Guerric d’Igny41, cette métaphore végétale fut également employée dans des contextes non scientifiques, et fournit fréquemment le support d’une méditation sur l’homme, comme dans le De miseria humanae conditionis d’Innocent III au XIIIe siècle42.

  • 43 L’analogie entre homme et arbre est toutefois clairement formulée, sans être développée, dans la pr (...)
  • 44 Pbysica : livres V-VI-VII-VIII, trad. Elisabeth Klein, Bâle, Edition BHG, 1988, p. 80.

27Dans la Physica de Hildegarde, l’idée que les arbres sont les éléments les plus accomplis du règne végétal, et par là même susceptibles d’être comparés à l’homme, n’est pas expressément formulée43 ; elle sous-tend néanmoins la leçon symbolique qu’elle tire de certaines essences dans son livre III (« le cognassier est assimilé à la ruse », « le cerisier ressemble tout à fait au jeu », « le chêne est image de méchanceté », « le hêtre est image de la discipline », etc.) et des arbres en général dans la préface de son livre VI, de avibus : homo se corporalem esse in arboribus cognoscit, « ce que l’homme est corporellement, il le reconnaît dans les arbres »44.

  • 45 p. camporesi, La chair impassible, op. cit., p. 253.

28Les arbres sont-ils pour autant tenus ici pour des « variantes sublimes de l’humain », comme le suggère Piero Camporesi45 ? La perfection qui les distingue du reste du monde végétal peut se mesurer en tout cas à la sagesse qu’ils paraissent détenir ; les arbres recèlent un enseignement aux yeux de l’abbesse, comme pour son contemporain saint Bernard de Clair-vaux :

Crois-m’en : tu trouveras plus de choses dans les forêts que dans les livres, et les arbres et les pierres t’enseigneront ce que tu ne pourrais pas entendre de la bouche d’un maître.

  • 46 Cf. Sancti Bernardi Opera, PL 182, Ep. 106 « Ad magistrum Henri-cum Murdach », 2, col. 242B.

29Tel est le conseil qu’il adressait à l’un de ses correspondants, le magister Henricus Murdach46 ; un siècle plus tard, l’hagiographe Jacques de Voragine ne manquera pas de rappeler ce rôle des arbres dans la vie de saint Bernard :

  • 47 jacques de voragine, La légende dorée, trad. J.-B.M. Roze, Paris, Garnier Flammarion, 2 vol., 1967, (...)

Il disait ingénument que tout ce qu’il avait appris dans l’Ecriture sainte, il l’avait acquis par la méditation et la prière dans les forêts et dans les champs ; et il répétait souvent à ses amis qu’il n’avait jamais eu d’autres maîtres que les chênes et les hêtres47.

  • 48 Voir la préface de son « livre des plantes » : « Mais les bois sans fruits qui ne produisent rien s (...)
  • 49 Cf. hraban maur, De universo sive de rerum naturis libri XXII (PL 111, col. 9-614), XIX, 8 : de her (...)

30Les valeurs affectées par Hildegarde aux arbres d’une part, aux plantes poussant tout près du sol d’autre part, préfigurent donc les deux extrémités de la chaîne des êtres végétaux déroulée par Albert ; ici s’arrête toutefois le parallèle car les chaînons intermédiaires manquent chez Hildegarde : si elle établit une distinction entre arbres porteurs de fruits et ligna improductifs48, elle ne hiérarchise pas pour autant le monde végétal qu’elle répartit simplement en deux grandes classes, arbores et plantae. Ce dernier groupe, à part le distinguo établi dans la préface entre plantes sauvages et plantes cultivées, n’est l’objet d’aucune catégorisation explicite : là où, trois siècles plus tôt, le savant bénédictin allemand Hraban Maur faisait le départ entre « herbes aromatiques » et « légumes »49, Hildegarde embrasse le monde des « plantes » comme un tout.

  • 50 Cf. lib. VI, tract. I, cap. I, p. 340 : Congruentius enim est ut ordinem nostri alphabeti teneamus.(...)
  • 51 Classes sociales, nourriture et imaginaire alimentaire en Italie (XIVe-XVe siècles), op. cit., p. 1 (...)

31Son herbier ne diffère donc pas tant de celui d’Albert, on l’a vu, par son ampleur, que par son mode de présentation : Albert décline les plantes selon l’ordre alphabétique, qu’il juge « plus commode »50 tandis que les principes régissant l’énumération de Hildegarde n’ont rien d’aussi explicite. Il est pourtant incontestable que les deux cent trente chapitres de son liber primus ne se succèdent pas au hasard et que son recensement s’accompagne d’une mise en ordre, selon des catégories qui ne sont pas énoncées, ou, pour emprunter une notion à l’ethnobotanique par l’intermédiaire d’Allen J. Grieco51, des « overt categories

  • 52 « Au Moyen Age, les legumina sont les graines comestibles des fruits en gousse, les “légumes secs” (...)

32Ces « catégories voilées » ne sont pas toutes aisément repérables, mais certaines se donnent à voir dans des séries, où différentes plantes semblent liées par une morphologie commune, un même lieu de culture ou des usages alimentaires semblables : les chapitres 1 à 10 égrènent ainsi les céréales et les légumineuses52 (les « bleds », culture de plein champ), suivies à leur tour (chapitres 12 à 21) par un groupe d’herbes aromatiques (cumin, gingembre, etc.) ; les chapitres 79 à 83 rassemblent des légumes à saveur aigre poussant sous la terre (ail, échalote, poireau, ciboulette, oignon), appelés « aigruns » en ancien français et agrumi dans l’italien du Moyen Age ; plusieurs espèces de salades – laitue, laitue vireuse et scarole (?) – se suivent, de même que différents types de cresson, puis quatre espèces de menthe (aquatique, silvestre, champêtre et romaine), etc.

  • 53 Classes sociales, nourriture et imaginaire alimentaire en Italie (XIVe-XVe siècles), op. cit., p. 1 (...)

33La logique d’autres séquences nous échappe, d’autant que la signification de certains noms vernaculaires employés par Hildegarde (Zugelnich, Psaffo, etc.) est encore incertaine, voire inconnue. L’abbesse range le monde végétal suivant l’ordre des choses, empirique et concret et non, comme Albert, suivant celui des mots, intellectuel et arbitraire. Toutefois, malgré les incertitudes qui demeurent, l’ordonnancement des plantes dans la Physica paraît bel et bien reposer sur un système qu’adopteront les médecins et les diététiciens à la fin du Moyen Age, par « simplification » de celui que proposait Albert le Grand. Leur classification, nous dit A.J. Grieco53, comprenait cinq groupements distincts : arbres, arbustes et buissons formaient le premier groupe ; les céréales, associées parfois aux légumineuses, constituaient le second ; le troisième se composait des « herbes » de toute sorte (persil, menthe, blettes, etc.), le quatrième comprenait les racines (rave, navet...), et le dernier, les « aigruns ». Tout se passe donc comme si la « simplification » du système d’Albert par ses successeurs, n’était en fait qu’un retour à un ordre beaucoup plus ancien et implicite, au moins dans ses grandes lignes, dans la Physica de Hildegarde.

34Il n’y a pas d’apparence que l’œuvre « naturaliste » de Hildegarde ait été connue d’Albert, dont la pensée fut pourtant fécondée par d’innombrables lectures. Mais ce n’est pas seulement son érudition qui le distingue de sa devancière, et la comparaison menée ici dans le domaine de la botanique intéresse plus largement l’histoire de la culture : ces deux auteurs diffèrent tant par leur sexe que par leur formation et leur époque. L’un est dominicain, l’autre, bénédictine et, bien qu’animés par une même curiosité, Hildegarde de Bingen et Albert le Grand s’opposent comme l’école du cloître à celle de la ville.

Notes

1 Guy beaujouan, ‟La science dans l’Occident médiéval chrétien », dans Histoire générale des sciences, René Taton dir., Paris, PUF, 1966, tome I, La science antique et médiévale (des origines ā 1450), chapitre VIII, p. 582-652, p. 602.

2 « On peut juger de la barbarie de ces temps-là par l’œuvre de l’abbesse Hildegarde », cité par Georges comet, « Une étape de la botanique provençale : l’herbier de Florence (XIVe siècle) », Provence historique, tome XLII, fase. 167-168, janvier-juin 1992, p. 355-365, p. 365, n. 14.

3 Les auteurs divergent sur sa date de naissance : 1206 d’après Albert garreau (Saint Albert le Grand, œuvres choisies, Paris, Aubier Montaigne, « Les maîtres de la spiritualité chrétienne », 1942) ou Guy beaujouan (Histoire générale des sciences, René Taton dir., tome I, La science antique et médiévale (des origines ā 1450), op. cit), et, beaucoup plus récemment, 1193 selon Anne baümer (Geschichte der Biologie, I, Biologie von der Antike bis zur Renaissance, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1991, p. 136).

4 Jacques le goff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1984, p. 243.

5 Robert delort, La vie au Moyen Age, Paris, Seuil, coll. « Points-Histoire », 1982, p. 221 : « le grand dominicain allemand Albert, futur évêque de Ratisbonne, aurait ainsi donné son nom à la place Maubert, quand il enseignait à Paris (magister Albertus ou Magnus Albertus) ».

6 Albert zimmermann, « Albert le Grand et l’étude scientifique de la Nature », trad. Roland Hissette, Archives de Philosophie, 43, 1980, p. 695- 711, p. 707.

7 Saint Albert le Grand, œuvres choisies, op. cit., p. 9.

8 Les œuvres complètes de l’abbesse excèdent en fait le volume de la Patrologie latine de Migne qui est censé les contenir (Sanctae Hildegardis abbatissae opera omnia, éd. J.P. Migne, Patrologiae latinae cursus completus, vol. 197, Paris, 1855, désormais abrégé PL 197) ; les opera omnia d’Albert le Grand occupent pour leur part trente-huit volumes dans l’édition qui en fut établie au siècle dernier par l’abbé Auguste Borgnet (Beati Alberti Magni… Opera omnia, éd. A. Borgnet, Paris, L. Vivès, 1890-1899).

9 Physica, PL 197, col. 1125-1352 : liber I, col. 1125-1210 ; liber III, col. 1215-1248.

10 Cf. Jerry stannard, « Identification of the Plants described by Albertus Magnus, De vegetabilibus, lib. VI », Respublica Litterarum, II, 1979, p. 281-318, p. 281.

11 De vegetahilibus figure au tome 10 de l’édition Borgnet CD. Alberti Magni, Ratisbonensis episcopi, Ordinis Praedicatorum, Parva naturalia, De vegetahilibus et plantis, Paris, L. Vivès, 1891), mais l’édition la plus couramment citée, à laquelle nous nous référerons ici, est antérieure : Alberti Magni De vegetahilibus libri VII, éd. Ernest Meyer-Cari Jessen, Berlin, Georg Reimer, 1867.

12 De vegetahilibus, liber VI, tractatus I, caput I, p. 339. : In hoc sexto libro Vegetabilium nostrorum, magis satisfacimus curiositati studentium quant philosophiae : de particularibus enim etiam philosophia esse non poterti. Nos autem in hoc sexto libro proprietates quasdam intendimus ponere, quae particularibus plantis convenire videntur.

13 Cf. j. stannard, « Identification of the Plants described by Albertus Magnus, De vegetahilibus, lib. VI », loc. cit., p. 281.

14 Son liber primus est fort de deux cent trente chapitres mais ne décrit pas exactement autant d’espèces ; il faut en retrancher une dizaine de chapitres faisant double emploi, présentant en fait une même plante sous un nom germanique et sous un nom latin, ainsi qu’une série d’éléments ne faisant pas partie du monde des plantes à proprement parler : miel, lait, beurre, sel, vinaigre, meranda (préparation à base de pain détrempé), œufs, poix, résine et soufre.

15 Liber VI, tractatus II, caput I, p. 472 : nunc superest ostendere etiam quarundarum herbarum naturam : aliter autem haec dicenda sunt quam dicantur a medico. Nos enim herbarum et generaliter plantarum naturam non dicimus, nisi ut ex operationibus earum naturam inveniamus. Medicus autem talia inquirit ad receptionem medicinarum [...]. Sicut enim in animalium scientia non scimus naturam eorum, nisi cognitis cibis et operibus animalium et partibus eorum, ita etiam in scientia plantarum nequaquam cognoscitur natura ipsarum, nisi sciantur et partes ejus et qualitates et effectus.

16 Lib. VI, tract. II, cap. VII, p. 514 (Hippocrates autem dicit bonum esse nutrimentum fabae, et per eam servari sanitatem) et cap. VI, p. 511 : Qualiter autem et quantum sumitur, determinat medicus.

17 Lib. VI, tract. II, cap. VIII, p. 520-521 : Gauda herba est qua utuntur tinctores.... Utilitas autem ejus ad medicamina, aut nulla est, aut inexpert a.

18 Lib. VI, tract. I, cap. I, p. 339. : si nihil amplius quant nomina plantarum simpliciter poneremus, modum voluminis oporteret opus excedere : et ideo quaedam quae apud nos magis notae ponantur, aliis omnino dimissis.

19 Cf. hildegarde de bingen, Le livre des subtilités des créatures divines (Physique), trad. Pierre Monat, Grenoble, Jérôme Millon, 1988-89, 2 vol., vol. 1, respectivement p. 59, 69 et 160.

20 De vegetahilibus, lib. VI, tract. II, cap. XII, p. 535.

21 Sanctae Hildegardis abbatissae subtilitatum diversarum naturarum creaturarum libri novem (Physica, désormais cité sous ce seul titre), I, cap. 56, PL 197, c. 1151, De mandragora. Nos deux auteurs s’accordent pour distinguer, à propos de cette plante, un mâle et une femelle, et cette racine anthropomorphe évoque le ginseng. Les rites qu’accomplissent, d’après Carlos Castaneda, les Indiens Yaqui avec le datura ne manquent pas de rappeler les pratiques décrites ici par Hildegarde ; cf. Carlos castaneda, L’herbe du diable et la petite fumée, Paris, coll. 10/18, 1977, p. 92 et passim.

22 Respectivement Geum urbanum L. et Saponaria officinalis L., cité par r. von fischer benzon, Altdeutsche Gartenflora, Kiel/Leipzig, 1894, p. 198-199.

23 herba quae meu vocatur, a quibusdam autem dicitur radix ursi (cité par j. stannarD, « Identification of the plants described by Albertus Magnus, De vegetabilibus lib. VI », loc. cit., p. 302).

24 Il s’agirait de la piloselle, Hieracium Pilosella L., selon r. von fischer benzon (Altdeutsche Gartenflora, op. cit., p. 207).

25 Cf. Paul hossfeld, Albertus Magnus als Naturphilosopher und Natur-wissenschaftler, Bonn, 1983, p. 83.

26 hildegarde de bingen, Le livre des subtilités des créatures divines, trad. P. Monat, op. cit., vol. I, p. 29-30.

27 Ibidem, p. 31.

28 Ibidem, p. 32.

29 De vegetabilibus, lib. VI, tract. II, cap. I, p. 473 : in ipsa qualitates elementales maxime recedunt ab excellentiis quas babent in ipsis simplicibus elementis.

30 Ibidem : Diximus autem in praehabitis, quod arbor sola petfectam plantae attingit naturam.

31 Cf. Allen j. grieco, Classes sociales, nourriture et imaginaire alimentaire en Italie (XIVe-XVe siècles), thèse dactylographiée de doctorat de 3e cycle, Paris, EHESS, 1987, p. 187 (Merci à Allen J. Grieco qui, par l’intermédiaire d’Odile Redon, m’a permis de lire sa thèse).

32 Cf. De vegetabilibus, liber VI, tract. I, cap. I, p. 340 : et incipiamus a perfectioribus plantis – quae sunt arbores – et usque ad herbas – quae imperfectiores plantae esse videntur – deducamus narrationem.

33 p. h. michel et p. louis, « Aristote et son école », dans Histoire générale des sciences, René Taton dir., tome I, op. cit., chapitre IV, p. 263-281, p. 280.

34 Lib. I, tract. II, cap. VIII, p. 87, De diversitate plantarum aromaticarum : ... quoniam quaedam sunt aromaticae, et quaedam non : aut quarumdam radix est aromatica, sicut galangae : et quarumdam cortex, ut cinnamomum : et quarumdam folia, sicut lauri : et quarumdam flores, et illae sunt multae valde : et quarumdam lignum sicut aloe : quarumdam autem simul omnespartes sunt aromaticae, sicut balsami.

35 Allen j. grieco, Classes sociales, nourriture et imaginaire alimentaire en Italie (XIVe-XVe siècles), op. cit., p. 190-191.

36 hildegarde de bingen, Le livre des subtilités des créatures divines, traci. P. Monat, op. cit., vol. 1, p. 107 et 171 (Pbysica, I, cap. 87 et I, cap. 170).

37 Ibidem, , p. 172 (Pbysica, I, cap. 172).

38 Lib. VI, tract. II, cap. VII, p. 516 : In genere autem fungorum illi qui sunt sied, minus sunt mali quam humidi.

39 Timée, 90 a ; cf. platon, Sophiste, Politique, Philèbe, Timée, Critias, trad. Emile Chambry, Paris, Garnier Flammarion, 1969, p. 466.

40 alexandre neckam, De naturis rerum libri 2, cap. CLII, De bomine, Thomas Wright éd. (Rerum Britannicarum Medii Aevi Scriptores, Rolls Series 34), Londres, 1863, p. 232.

41 In festo sancti Benedicti sermo, III, 7, PL 185, col. 107 BC : Quod enim pbysici dicunt hominem esse arborem inversant, eo quod nervi radicem et initium in vertice babeant…

42 « Qu’est-ce en effet que l’homme, de par sa forme, sinon un arbre à l’envers ? Ses cheveux en sont les racines, sa tête et son cou le tronc, sa poitrine et son ventre le fût, ses bras et ses jambes les branches, ses doigts et ses articulations le feuillage », cité par Piero camporesi, La chair impassible, (1983), trad, fr., Paris, Flammarion, 1986, p. 253.

43 L’analogie entre homme et arbre est toutefois clairement formulée, sans être développée, dans la préface du livre premier, de plantis : « ce qui, dans les bois (ligna) et les arbres sert à faire les cordes, correspond aux veines de l’homme. » (Le livre des subtilités des créatures divines, op. cit., vol. 1, p. 30). On la retrouve dans la dernière œuvre de Hildegarde, le Livre des œuvres divines, où les arbres sont comparés aux os qui, chez l’homme, contiennent une « moelle » : Terra etiam cum lapidibus et arboribus facta est et secundum illam homo factus est... ossa autem ipsius sine succo medullae, ut lapides sunt ; ossa vero cum medulla velut arbores existant (Liber divinorum operum, PL 197, col. 862D).

44 Pbysica : livres V-VI-VII-VIII, trad. Elisabeth Klein, Bâle, Edition BHG, 1988, p. 80.

45 p. camporesi, La chair impassible, op. cit., p. 253.

46 Cf. Sancti Bernardi Opera, PL 182, Ep. 106 « Ad magistrum Henri-cum Murdach », 2, col. 242B.

47 jacques de voragine, La légende dorée, trad. J.-B.M. Roze, Paris, Garnier Flammarion, 2 vol., 1967, vol. 2, p. 115.

48 Voir la préface de son « livre des plantes » : « Mais les bois sans fruits qui ne produisent rien sont des bois et non des arbres : ils portent seulement des feuilles qui sont impropres à la nourriture de l’homme. » (Le livre des subtilités des créatures divines, op. cit., vol. 1, p. 30).

49 Cf. hraban maur, De universo sive de rerum naturis libri XXII (PL 111, col. 9-614), XIX, 8 : de herbis aromaticis, et XIX, 9 : de oleribus .

50 Cf. lib. VI, tract. I, cap. I, p. 340 : Congruentius enim est ut ordinem nostri alphabeti teneamus. Cet ordre alphabétique ne vaut toutefois que pour les initiales : les plantes dont le nom commence par un A, un B, etc., sont regroupées au sein d’un même chapitre, à l’intérieur duquel l’ordre alphabétique se fait beaucoup moins rigoureux. Ex. : de eruca, et epithimo, et thimo, endivia, enula, elleboro nigro et albo, et esula (tract. II, cap. VI, p. 507). Le premier ouvrage classé par ordre alphabétique fut le dictionnaire compilé par Papias au XIe siècle, mais dans le domaine botanique, les plantes du De materia medica de Diosocoride avaient été rangées par ordre alphabétique dès le VIe siècle (manuscrit d’Anicia Juliana, aujourd’hui Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, Codex Vindobonensis, Med. Gr. 1). Comme me le suggère Bruno Laurioux, le choix que fait Albert, au XIIIe siècle, de l’ordre alphabétique, est peut-être à relier avec la diffusion accrue, à son époque, notamment dans les milieux dominicains, des index du même type ; cf. mary a. et Richard h. rouse, « La naissance des index », dans Histoire de l’édition française, Le livre conquérant. Du Moyen āge au milieu du XVIIe siècle, Roger chartier et Henri-Jean martin dir., Paris, Fayard, 1989, p. 95-108.

51 Classes sociales, nourriture et imaginaire alimentaire en Italie (XIVe-XVe siècles), op. cit., p. 185.

52 « Au Moyen Age, les legumina sont les graines comestibles des fruits en gousse, les “légumes secs” d’aujourd’hui » (Pierre lieutaghi, Jardin des savoirs, jardin d’histoire, Les Alpes de Lumière, 110/111, 1992, p. 22).

53 Classes sociales, nourriture et imaginaire alimentaire en Italie (XIVe-XVe siècles), op. cit., p. 188.

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search