Version classiqueVersion mobile

Le Monde végétal (XIIe-XVIIe siècles)

 | 
Allen J. Grieco
, 
Odile Redon
, 
Lucia Tongiorgi Tomasi

Présentation

Allen J. Grieco, Odile Redon et Lucia Tongiorgi Tomasi

Texte intégral

1Florence, la ville dont l’emblème est une fleur de lys, était tout indiquée pour un colloque sur les plantes ; il eut lieu en mai 1989, né de rencontres entre des personnes et des curiosités pour l’histoire, l’histoire de l’art et celle des sciences.

2Depuis longtemps les historiens ne s’étaient guère intéressés aux plantes – bien moins qu’aux animaux –, sauf les historiens économistes, qui ont étudié certains végétaux utilisés dans des processus industriels ou semi-industriels, tels que la guède (Isatis tinctoria L.) en teinture, ou le houblon (Humulus lupulus L.) dans la fabrication de la bière. Cependant, dans la même année 1989, un mois avant notre rencontre de Florence, la 37ème semaine d’études du Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo de Spolète était consacrée aux plantes, » L’ambiente vegetale nell’Alto Medioevo », et la revue Médiévales publiait un numéro double (16-17) intitulé « Plantes, mets et mots », dédié à André-Georges Haudricourt, qui fut justement un pionnier de l’étude du rapport entre l’homme et les végétaux. Son beau livre L’homme et les plantes cultivées, publié en collaboration avec L. Hédin, avait été réédité en 1987. L’air du temps, porté au végétarisme et à l’écologie, était favorable.

3Au colloque de Florence, l’idée était de confronter trois types d’approche du végétal (historique, botanique et artistique), dans un champ chronologique large, allant du XIe siècle (après la période étudiée au centre de Spolète) au XVIIe (avant la révolution linnéenne), dans une aire principalement méditerranéenne (en Europe et en Afrique), mais aussi atlantique.

4Au terme écrit de l’entreprise, nous sommes fort loin d’une encyclopédie historique du végétal mais là n’était pas notre propos. Nous avons seulement voulu poser quelques jalons pour une histoire sociale des plantes et les contributions rassemblées ici montrent, si besoin en était, la richesse et la diversité des usages du végétal.

5En matière utilitaire, la place des plantes a été affrontée dans les régimes alimentaires quotidiens, d’un point de vue culinaire et diététique ou médical, et dans les moments de crise où des produits spontanés du sol peuvent sauver de la faim. Elle a été considérée aussi du côté de la domestication des espèces, puisque les hommes ont voulu soumettre les plantes à leurs propres nécessités : d’abord les plantes qu’ils mangeaient et puis celles qu’ils utilisaient indirectement parce qu’elles servent à nourrir les bêtes qui fournissent l’alimentation laitière et carnée, ou à restaurer les sols qui doivent retrouver la force de porter le froment.

6La connaissance du monde végétal relève donc d’un savoir à la fois pragmatique et raisonné, hérité ou retrouvé comme l’illustre l’exemple du sainfoin (Medicago sativa L.) dont l’identité botanique, perdue pendant le haut Moyen Age, ne se retrouve qu’aux XVe-XVIe siècles, quand renaît l’intérêt pour les sciences botaniques. La connaissance passe également par des représentations et s’inscrit dans l’histoire des idées. Ces images et savoirs ont eu leur place dans les « Renaissances » du XIIe siècle et du XVIe siècle.

7La botanique ancienne, comme la médecine ou l’astronomie, participe d’un système d’explication du monde qui admet d’universelles correspondances entre les corps végétaux, animaux, lithiques ou stellaires, et qui, à la lumière – ou à l’ombre – de la science occidentale contemporaine, ne paraît pas procéder d’un esprit scientifique. Il s’agit bien pourtant d’un système scientifique et l’une des tâches de l’historien dans les années à venir pourrait être d’en retrouver le fonctionnement. Nous voulions lancer cette démarche, où l’anthropologue aidera l’historien à situer les hommes des XIIe-XVIIIe siècles dans le monde tel qu’ils le comprenaient et le vivaient.

8Nous remercions les Presses Universitaires de Vincennes, qui ont accueilli les actes du colloque dans leur collection « Essais et Savoirs », et Lada Caillat-Hordynsky, Bruno Laurioux et Laurence Moulinier, de l’équipe de la revue Médiévales, qui ont assuré avec nous le suivi éditorial.

9Le colloque avait été promu par The Harvard University Center for Italian Renaissance Studies, Villa i Tatti à Florence, l’Institut culturel français de Florence, l’Institut universitaire européen de Florence et l’Université de Paris VIII-Vincennes à Saint-Denis, et porté par Allen J. Grieco.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/7858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search