Version classiqueVersion mobile

L’Œuvre de l’œuvre

 | 
Raymonde Debray-Genette
, 
Jacques Neefs

I. L’édition des lettres

Éditer une correspondance

Roger Pierrot

Texte intégral

1Jean Pommier, professeur au Collège de France, conservateur de feue la Bibliothèque Spoelberch de Lovenjoul, historien des lettres et critique à l’éventail largement ouvert, de Racine à Valéry, en passant par Diderot, Balzac, Hugo, Musset-Sand, Flaubert, Renan, Proust et bien d’autres, aimait à dire : « le xxe siècle est le siècle des correspondances ». Il avait vu naître et se développer les grandes correspondances des auteurs français du xixe siècle, je cite dans l’ordre d’apparition des premiers volumes de chaque auteur : Sainte-Beuve (Jean Bonnerot, 1935), Mérimée (Maurice Parturier, 1941), Balzac (1960), Stendhal (Henri Martineau et V. Del Litto, 1962), George Sand (Georges Lubin, 1964), mis lui-même la main à la pâte pour le Supplément Conard à celle de Flaubert (avec René Dumesnil et Claude Digeon, 4 vol., 1954), et animé, dans le cadre de son enseignement au Collège de France, pendant l’année 1955-1956, un séminaire de réflexion sur les méthodes et les principes à suivre dans les éditions de correspondances. Sous sa présidence, la Société d’histoire littéraire de la France avait organisé, salle Louis Liard, à la Sorbonne, le 20 avril 1968, un colloque où prirent la parole Théodore Besterman et Ralph Leigh, éditeurs respectivement des correspondances générales de Voltaire et de Rousseau, Lloyd James Austin, éditeur de la correspondance de Mallarmé, ainsi que Georges Lubin et votre serviteur. Pendant les débats intervinrent également : V. Del Litto, Jean Orcibal (Fénelon), Jean Gaudon (Victor Hugo), Jean Varloot (Diderot). Tous ces noms permettent d’évoquer aussi de grands travaux des xviie et xviiie siècles, et Hugo, géant des lettres françaises du xixe dont Jean Gaudon et son équipe, après de longues années de préparation, a commencé en 1989 la publication de la Correspondance familiale.

2Le diagnostic de Jean Pommier était juste. Décédé accidentellement à Menton, le 13 février 1973, il n’a pu voir ni le tome I du Flaubert de Jean Bruneau, publié en mars 1973, ni les deux volumes complets de la correspondance de son cher Baudelaire, publiés de main de maître par son disciple et ami Claude Pichois, en octobre de la même année. Vous conviendrez sans doute qu’au seuil de ces entretiens sur la correspondance de Flaubert, il était juste d’évoquer la mémoire d’un maître, passionné par les éditions de correspondances et les méthodes à employer.

3Jean Bruneau, pour sa longue entreprise, a rencontré les mêmes problèmes que les autres chercheurs qui s’attachent à éditer la correspondance d’un auteur disparu depuis un assez long laps de temps.

4Les deux premiers travaux qui s’imposent sont le recensement des lettres déjà publiées et la quête des autographes inédits ou non. L’expérience générale montre qu’au xixe siècle, puisque Flaubert est un auteur disparu vingt ans avant la fin de ce siècle, les éditeurs de lettres ne pouvaient s’empêcher de manipuler les textes qu’ils publiaient – sans parler de grossières erreurs de lecture d’écritures plus ou moins lisibles –, on coupait sans vergogne ce qu’on lisait mal, on censurait les noms propres cités et tous les mots jugés grossiers ou indécents – pour Flaubert, le travail de censure ne manquait pas ; il fut fort actif du côté de sa nièce et des amis de Louise Colet. Du reste, le mauvais exemple venait de loin et de haut avec Mérimée, sénateur du Second Empire, membre de la Commission de publication de la Correspondance de Napoléon, conseillant de nombreux tripatouillages dans les lettres de l’Empereur, qui ne s’en sont pas encore remises dans de trop nombreux cas... L’une des deux premières tâches de Jean Bruneau a donc été la chasse aux autographes de Flaubert, publiés ou non. Il a été fort bien aidé par le directeur de la Pléiade, à l’époque lointaine de la signature de son contrat, Jean Ducourneau qui avait montré dans ses publications balzaciennes son culte pour le respect des textes inédits ou mal publiés. Jean Ducourneau avait pu – moyennant finances – obtenir de bonnes reproductions d’une grande majorité des lettres à Louise Colet, appartenant à un libraire qui commençait à les distiller une à une sur le marché – en hausse constante – des autographes. Sans ces reproductions, l’édition serait restée très fautive et tronquée, comme les précédentes : ces photos ont également permis d’en améliorer le classement. On lit donc dans les deux premiers volumes, pour la première fois, un texte sûr et bien classé, des lettres à la Muse dont l’immense majorité est maintenant dispersée dans des collections privées, difficiles à repérer ou inaccessibles (trois seulement, dont le billet de rupture définitive, sont à Avignon et onze à la BN dans le fonds des papiers René Descharmes). Ce texte est éclairé par une annotation très précise, basée souvent sur les memoranda et mementos de Louise Colet, fort heureusement acquis par Paul Mariéton et légués au Muséum Calvet d’Avignon. Ce fonds Colet, comprenant également un nombre considérable de lettres reçues par Louise Colet, maintenant consultable dans le cadre magnifique de la Médiathèque Ceccano, est très largement cité ou publié dans de remarquables appendices.

5Jean Bruneau a longuement exploité les grands gîtes des lettres de Flaubert. À la collection Spoelberch de Lovenjoul, alors à Chantilly, il a pu trouver en plus des lettres à Théophile Gautier et à Sainte-Beuve, collectionnées par le petit vicomte, le gros fonds des lettres écrites et reçues par Flaubert, réuni et légué par sa nièce, en 1931, à l’institut de France. Ce fonds resté pratiquement inaccessible jusqu’au début des années cinquante a été, à la demande de Jean Pommier, classé et catalogué par ma collègue et amie Madeleine Cottin, alors conservateur au Département des manuscrits de la BN, pour constituer douze gros volumes reliés ; six pour les lettres de Flaubert, six autres pour les lettres adressées à Flaubert et, en plus, seize dossiers dans deux emboîtages, contenant essentiellement quatre cent quatre-vingt-huit lettres adressées par Bouilhet à Flaubert. Les six volumes des lettres de Flaubert représentent mille neuf cent vingt-deux lettres couvrant deux mille huit cent cinquante-huit feuillets, contenant pour ne citer que les « gros paquets » : soixante-douze lettres à sa mère, trente-huit à sa sœur Caroline, cinq cent vingt à sa nièce, trente-six à Ernest Commanville, deux cent quatorze à George Sand, quatre-vingt-une à Louis Bouilhet (à comparer avec les quatre cent quatre-vingt-huit de ce dernier mentionnées plus haut), cent soixante-et-onze à Jules Duplan, cent dix-neuf à Mme Roger des Genettes, etc. Les deux mille six cent quatre-vingt-seize feuillets de lettres adressées à Flaubert posaient le problème embarrassant des lettres reçues que les éditeurs de correspondances générales résolvent de façons variées : larges extraits pour Sainte-Beuve ; aucune pour Mérimée, décision motivée par la destruction des papiers de Mérimée pendant l’incendie de son appartement en 1871 ; très large choix, dans la séquence chronologique, pour Balzac ; brèves citations en notes pour George Sand ; totalité des lettres connues pour Vigny (vol. I-II, publiés sous la direction de Madeleine Ambrière, 1989-1991) ; totalité pour la Correspondance familiale de Victor Hugo. Jean Bruneau a adopté des solutions qui semblent avoir évolué d’un volume à l’autre : au tome I, lettres de sa mère et de sa sœur et trois de Louise Colet dans la séquence chronologique avec, en appendices, des extraits des trente-et-une lettres reçues de Maxime Du Camp et de huit lettres d’Alfred Le Poittevin. Pour le tome II. Mlle Leroyer (pourquoi mademoiselle et non Marie-Sophie ?) est rejointe dans la séquence chronologique par George Sand et Ivan Tourguéniev. Les lettres reçues, publiées ou citées en note, se multiplient, mais l’absence de toute table les rend difficiles à repérer. Ainsi, j’ai eu la bonne surprise de lire une lettre de Berlioz, datée du 4 novembre 1862, accrochée en note à une lettre – non publiée – de Flaubert à Michel Lévy datée « [vers le 28 novembre 1862] » (t. III, p. 1207-1208) et trois autres de juillet 1863, concernant la création des Troyens à Carthage, cachées en note à un extrait de lettre de Bouilhet du 14 mars 1862, publié dans l’Appendice III (ibid., p. 1628-1629).

6Moins riche que le fonds Lovenjoul, celui du Département des manuscrits de la BN a fourni, comme je viens de le rappeler, onze lettres à Louise Colet qui avaient été recueillies par René Descharmes (n. a. fr. 23825, f° 1-44), cent quatre lettres aux deux frères Concourt (n. a. fr. 22462, f° 192-340) et cinquante-sept à Edmond (ibid., f° 341-418) ; dans le don de Marcelle Maupoil (1968), quarante-trois à Ivan Tourguéniev (n. a. fr. 16275, f° 173- 236), deux à Louis Viardot (16274) et deux à Pauline Viardot (16273). Un important matériel documentaire en particulier quelques autographes, en plus des onze déjà cités, des photos de lettres et des copies fidèles viennent des papiers donnés par René Descharmes, consultables depuis 1930 (vingt volumes et deux boîtes n. a. fr. 23824-23845).

7La Bibliothèque municipale de Rouen conserve un dossier de lettres de Flaubert, en particulier trente lettres à Amélie Bosquet (mm 8). Les papiers Du Camp de la Bibliothèque de l’institut ont été également fort utiles. À l’étranger, il faut citer avant tout l’Archivio Campello, où sont conservées cent cinquante-cinq lettres de Flaubert à la princesse Mathilde. La « chasse » aux autographes passant en ventes publiques a été également fructueuse, elle n’a pas été facilitée par les longs séjours de Jean Bruneau, loin de Paris, aux États-Unis et en province.

8Quand il a commencé son travail, il avait pour base imprimée les neuf volumes de la seconde édition Conard (1926- 1933), contenant mille neuf cent quatre-vingt-douze lettres et les quatre volumes du Supplément (1954) contenant mille deux cent quatre-vingt-seize lettres inédites donnant un texte fidèlement établi par René Dumesnil, Jean Pommier et Claude Digeon ; mais le texte d’environ mille cinq cents lettres des neuf volumes était inexact, lacunaire, avec des datations trop souvent erronées. Toutes ces imperfections textuelles, dans la mesure où les originaux ou des copies fiables ont pu être consultés, ont été très heureusement corrigées. Le travail de reclassement des lettres non datées par le scripteur a fait l’objet de patientes et fructueuses recherches. De fastidieux dépouillements ont également permis de publier des lettres, non reprises dans les treize volumes Conard ou publiées depuis 1954.

9L’intéressant dossier des quatre-vingt-quatorze lettres de Flaubert à son éditeur Michel Lévy (plus huit de Michel Lévy) a été publié, fort bien, par Jacques Suffel, en 1965. La librairie Calmann-Lévy, qui conservait les autographes de Flaubert dans ses archives, n’a pas autorisé la reproduction de ces textes dans l’édition Bruneau, provoquant une lacune fâcheuse. Un arbitrage du Centre National des Lettres, qui subventionne souvent aussi bien Gallimard que Calmann-Lévy, aurait probablement pu éviter une lacune dans une édition dont l’intérêt national est évident et dont le rythme de publication n’est pas de nature à gêner la diffusion d’une édition de 1965. La première lettre à Michel Lévy, du 10 janvier 1854, aurait dû figurer en page 664, suivie de onze autres, au tome II, pubié en 1980 ; les plus nombreuses (quarante-cinq) dans le tome III de 1991. Ces autographes viennent d’entrer par dation au Département des manuscrits, leur texte pourra sans doute figurer en supplément à la fin de l’édition Bruneau…

10Entre les volumes I (1973) et II (1980) de la Pléiade, l’édition du Club de l’Honnête Homme (1968-1976) a donné cinq volumes de correspondance de Flaubert contenant trois mille six cent cinquante numéros dont de nombreux inédits, à comparer avec les trois mille deux cent quatre-vingt-huit numéros figurant au total dans les treize volumes Conard. Ces inédits provenaient essentiellement des fonds Lovenjoul, Colet et BN. Cette édition, souvent hâtive, avec des transcriptions fautives et beaucoup de dates inexactes a diminué le nombre des inédits qu’auraient pu contenir les volumes de la Pléiade.

11Je pense que la notion d’inédit dans une grande correspondance générale n’a pas grande signification ni pour les chercheurs, ni même pour l’honnête lecteur et qu’une lettre, bien datée dans le déroulement de la vie du créateur et accompagnée de notes pertinentes, prend souvent plus de signification, même si son texte est déjà connu. Mais pour sacrifier au fétichisme de l’inédit, on peut préciser que le tome I donne neuf lettres totalement inédites, le second, douze, le troisième, soixante-quatorze. La moisson des lettres tronquées, censurées, récrites, ici complétées est de trente-sept plus soixante-sept plus cent vingt-cinq, au total deux cent vingt-neuf. Les lettres redatées sont innombrables. C’est dire qu’on ne peut plus lire la correspondance de Flaubert ailleurs que dans l’édition Bruneau.

12Mais pourquoi faut-il que cette lecture soit si inconfortable ? Cet inconfort est dû en partie au directeur de collection qui a imposé l’absence de numérotation des lettres, sous le prétexte fallacieux d’éviter les bis, ter…, quinquies, en cas de rééditions revues et augmentées fréquentes, et ce ne sera certainement pas le cas ici, vu le rythme de publication particulièrement lent : tome I, mars 1973, tome II, septembre 1980, tome III, janvier 1991, d’après les achevés d’imprimer. Le résultat est qu’il est facile de donner des références commodes à l’édition Conard, à son Supplément, à celle du Club de l’Honnête Homme, mais pas à l’édition de référence. Deux autres lacunes nuisant au confort de la lecture ont peut-être la même origine : absence de table des correspondants avec notices de synthèse sur chacun des correspondants (comme cela s’est fait dans les correspondances de Balzac, George Sand, Vigny et bien d’autres), absence d’index des noms cités, d’index des œuvres, d’index géographique, d’index analytique, le prétexte éditorial est sans doute que cela viendra avec d’éventuelles tables de concordance des lettres par rapport aux éditions précédentes – guère facile à établir de façon concise avec des lettres non numérotées ! – à la fin du dernier volume. Mais nous sommes en 1993 et le premier volume date de 1973, je suppose que plus d’un flaubertien a dû se faire des index à usage personnel...

13L’absence d’un système de sigles clairs et concis, comme celui de l’édition de la correspondance de Baudelaire, publiée dans la même collection, en 1973, ne permet pas d’indiquer clairement la séquence des publications collectives antérieures et de voir du premier coup d’œil – si l’autographe n’a pas été revu, ce qui est relativement rare – quel est le texte imprimé suivi. Il en résulte également des notes de sources dont l’espace typographique aurait pu être considérablement réduit.

14Les signatures, à l’imitation des éditions Conard antérieures et de fâcheuses pratiques du xixe siècle, ont été omises, ce qui provoque des notes pour préciser l’absence de signature sur l’original ou des variantes de graphies et il est parfois bien difficile de voir si une lettre est signée ou non.

15La modernisation de l’orthographe et des graphies aberrantes aurait sans doute gagné à être plus discrète. Le rejet, en notes de fin de volumes, des suscriptions, adresses et cachets postaux figurant sur la lettre même ou sur une enveloppe jointe, ne permet pas de voir immédiatement que la lettre que l’on lit est datée uniquement grâce à la connaissance de la vie de Flaubert et à l’ingéniosité critique de Jean Bruneau. Le système adopté empêche également de constater rapidement les améliorations de classement des lettres déjà publiées et la virtuosité de datation de beaucoup d’inédits. Le non respect des dates figurant en abrégé sur les autographes peut être gênant, par exemple entre beaucoup d’autres, au tome II, p. 1332, une lettre de Marie-Sophie Leroyer de Chantepie porte sur l’autographe : « ce 18 10 bre », l’édition : 10 décembre.

16Un autre détail au tome III, nombreux extraits du Journal des Concourt, avec références à l’édition Fasquelle-Flammarion de 1956, mais en notes on renvoie souvent à l’édition de l’Imprimerie nationale de Monaco, éditions d’accès difficile en 1991, avantageusement remplacées par l’édition Bouquins.

17La correspondance Flaubert-George Sand a été bien publiée par le regretté Alphonse Jacobs, chercheur modeste et sympathique, mais ce n’est pas une raison pour ignorer Georges Lubin dont, sauf erreur due au manque de confort d’utilisation de cette édition, j’ai vainement cherché le nom.

18Les notes sont le plus souvent très éclairantes et bienvenues. On peut relever des manques qui nous laissent parfois sur notre soif de connaissance. Deux remarques de détail. Tome III, p. 212, longue et intéressante note sur la collection réunie par le Mis Campana, achetée par Napoléon III, note fondée sur des articles publiés par Salomon Reinach en 1904-1905. Depuis 1976, trois cents Primitifs italiens provenant de cette collection ont été réunis au Petit Palais d’Avignon, à deux pas du Musée Calvet… Un autre détail artistique : la Femme piquée par un serpent, célèbre marbre de Clésinger, est au Musée d’Orsay depuis son ouverture en 1986 et, à ma connaissance, n’a jamais été au Musée Calvet.

19Ces remarques faites, il faut insister sur ce qui est essentiel, l’intérêt exceptionnel de la correspondance de Flaubert, peut-être la plus belle correspondance littéraire du xixe siècle : c’est, selon une expression connue, une « préface » à son œuvre littéraire, un document de premier ordre sur sa personnalité, un texte en soi, mais non une chronique de l’époque. Flaubert y est tourné vers lui-même et ne cherche aucunement à poser en témoin d’une société qu’il abhorre et cela est sans doute encore plus perceptible dans cette édition que dans les précédentes.

20Il faut souhaiter l’achèvement rapide de ce long travail. Il nous manque encore douze années de la vie du créateur. Un seul volume suffira-t-il ? Non, Jean Brunneau vient de nous l’annoncer, il aura donc la place pour nous donner les indispensables index – celui de la Correspondance familiale de Victor Hugo pourrait peut-être lui servir de modèle – et les tables de concordances mentionnées plus haut. Il devrait y avoir aussi des Suppléments, les lettres à Michel Lévy, déjà évoquées, peut-être, enfin celles adressées à la comtesse de Grigneuseville et aussi celles au prince Napoléon, qui doivent sans doute dormir aux Archives nationales dans la série 400 AP 159, auprès des lettres adressées par George Sand au même prince Plonplon.

21Espérons que Jean Bruneau nous permettra, sans trop nous faire languir, de le fêter pour célébrer l’achèvement de son « hénaurme » travail à la gloire de Gustave Flaubert.

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search