Version classiqueVersion mobile

L’Œuvre de l’œuvre

 | 
Raymonde Debray-Genette
, 
Jacques Neefs

I. L’édition des lettres

Une édition en cours

Jean Bruneau

Texte intégral

1Ce texte se veut un témoignage. Je tente d’y exposer les problèmes qui m’ont été posés par la publication du troisième volume de la Correspondance de Flaubert par les éditions Gallimard. J’espère que mon expérience pourra servir à ceux qui me suivront dans la tâche ingrate des éditeurs de correspondances. Bien entendu, mes remarques ne valent que pour les écrivains du xixe siècle : pour les siècles précédents, les autographes sont beaucoup moins nombreux, et pour le nôtre, il faut tenir compte du délai de cinquante ans, minimum, qui sépare la mort de l’auteur de l’entrée de son œuvre dans le domaine public, donc de l’autorisation des héritiers.

2Les problèmes qui se posent en cours de publication dépendent évidemment du contrat passé entre l’auteur et l’éditeur, avant que ne paraisse le premier volume d’une correspondance. Deux cas se présentent : l’auteur a entrepris de publier une correspondance ; il ne doit surtout pas chercher un éditeur immédiatement, mais se renseigner d’abord sur le corpus des lettres : leur nombre, les lieux où se trouvent les autographes (bibliothèques publiques, héritiers de l’auteur, collectionneurs, marchands d’autographes), et évaluer au mieux le nombre de volumes, l’importance de l’appareil critique et la durée probable de la préparation du manuscrit. Cette exploration terminée, il peut chercher un éditeur et obtenir un contrat réalisable.

3Dans le deuxième cas, le plus dangereux, c’est l’éditeur qui propose au futur auteur de publier telle ou telle correspondance. L’éditeur est toujours pressé de faire signer le contrat et de le limiter dans le temps. En 1960, le directeur de la Pléiade, qui m’avait écrit, voulait trois volumes, à raison d’un volume tous les deux ans. J’ai demandé dix ans et obtenu huit. Mais ni l’éditeur ni moi-même, hélas ! ne connaissions la très mauvaise qualité des éditions déjà publiées de la correspondance de Flaubert. Tous les flaubertistes, de René Dumesnil à Jean Pommier, étaient convaincus de l’excellence de l’édition Conard en neuf volumes (1926-1933), dont le Supplément, en quatre volumes (1954), est d’ailleurs très bon. Or je me suis aperçu rapidement que l’édition Conard en neuf volumes était largement incomplète. Je me souviens d’avoir passé des journées entières à la collection Lovenjoul, alors à Chantilly, pour recopier et mettre au point une seule lettre d’Orient de Flaubert à Louis Bouilhet ! J’ajoute que la rémunération de l’auteur dépendait du travail prévu et de l’estimation de sa durée. Le contrat signé n’engageait finalement que moi, et, me a culpa, je n’avais pas pris le temps nécessaire pour étudier à fond le corpus. Tant pis pour moi si la recherche des autographes, la collation avec l’édition Conard en neuf volumes, la lecture et l’utilisation des quelque quatre mille lettres adressées à Flaubert qui se trouvent dans la collection Lovenjoul, et l’annotation de toutes ces lettres, prenaient beaucoup plus de temps qu’il n’avait été prévu.

4J’en conclus que l’auteur se doit de faire des recherches aussi approfondies que possible, avant de signer son contrat avec l’éditeur.

5J’en viens au vif de mon sujet : les problèmes qui se posent au cours de la publication d’une correspondance en plusieurs volumes.

6D’abord, si le premier volume a connu beaucoup de succès, si les épistoliers sont très célèbres, si l’éditeur a bien lancé l’ouvrage, des lettres ressortent, comme les champignons après la pluie. Leurs possesseurs écrivent à l’auteur, l’invitent à venir les voir, lui donnent ou lui envoient des photocopies. Il peut s’agir de dizaines, de centaines de lettres inédites ; tout dépend de la notoriété de l’auteur en son temps – le xixe siècle – et de nos jours.

7Comme la recherche initiale des lettres a toujours été trop rapide, il faut la reprendre et explorer d’autres pistes, en se servant, par exemple, des lettres adressées à l’auteur, qui sont toujours signées et le plus souvent datées, mais aussi des mentions faites par Flaubert de correspondants inconnus ou mal connus. Il convient alors de rechercher leurs descendants, ce qui est difficile, mais rarement impossible. Dans le cas de Flaubert, sa nièce Caroline Commanville, aidée de son mari Ernest, a commencé, au lendemain de la mort de Flaubert, à tenter de réunir les lettres autographes de son oncle, le plus souvent avec succès, et les a publiées chez Charpentier en quatre volumes (1887-1893), sauf celles qui lui avaient été adressées à elle-même (Fasquelle, 1906). Parfois, il y a eu échange de lettres entre les héritiers comme pour la correspondance Flaubert-Sand ; parfois l’échange ne s’est pas fait, comme dans le cas de la correspondance Flaubert-Taine. Il n’y a aucune lettre de Taine à Flaubert dans la collection Lovenjoul, et, malgré tous mes efforts, je n’ai jamais pu retrouver les autographes de Flaubert à Taine.

8L’auteur doit aussi fréquenter les libraires et les marchands d’autographes et suivre les ventes de l’Hôtel-Drouot, mais aussi de Christie’s et Sotheby’s. Les premiers peuvent être au courant de ventes d’autographes de Flaubert faites sous le manteau. Pour les ventes, il suffit de se renseigner, et de tenter de recopier les lettres, en tout ou en partie, à la librairie où se fait l’exposition qui précède la vente. En tout cas, il faut se procurer à tout prix les catalogues de ces ventes, qui ont lieu, le plus souvent, à la mort des collectionneurs : pour Flaubert, le docteur Lucien-Graux, le docteur Besançon, le colonel Sicklès, pour ne mentionner que les plus importants.

9Enfin se pose le problème le plus délicat : celui des rapports entre l’auteur et l’éditeur. Le contrat signé est toujours valable, certes, mais l’évolution des recherches peut avoir des conséquences sur le nombre de volumes prévu : ainsi la Correspondance de Flaubert à la Pléiade comprendra cinq volumes au lieu des trois mentionnés dans le contrat. J’en suis en partie responsable, car je n’avais pas envisagé avec assez d’attention la proportion par volume des lettres adressées à Flaubert, que j’avais décidé, en accord avec mon éditeur, de publier dans le texte ou dans les notes, en tout ou en partie. En préparant les deux premiers volumes, j’en avais trouvé très peu : l’immense majorité des lettres de sa famille à Flaubert a disparu, sans doute détruite par sa nièce Caroline ; je n’ai pu retrouver que les lettres de Caroline Flaubert à son frère Gustave (1840-1845), qui sont très belles, et quelques fragments épars de la correspondance familiale. D’autre part, les lettres de Louise Colet ont toutes disparu ; je n’ai pu glaner que quelques brouillons de ces lettres dans le fonds Louise Colet au Musée Calvet d’Avignon. En revanche, pour les volumes postérieurs à 1858, les lettres adressées à Flaubert sont très nombreuses : de George Sand, des frères Goncourt, de Jules Duplan, de Tourgueneff, de Maupassant… Le cas de la correspondance Flaubert-Bouilhet est tragique : Philippe Leparfait, fils adoptif et héritier de Louis Bouilhet, a détruit les trois quarts au moins des autographes de Flaubert, parce qu’Ernest Commanville prétendait qu’ils appartenaient aux héritiers de Flaubert ! Il nous reste donc quatre-vingt-une lettres de Flaubert et quatre cent quatre-vingt-dix-huit de Bouilhet, et, à en juger par celles qui ont été conservées, les lettres du romancier offraient un intérêt capital, en particulier pour l’étude des œuvres. En conséquence, le troisième volume de la Correspondance, prévu d’abord comme le dernier, puis pour couvrir la période du 1er janvier 1859 au 30 juin 1871, a pris de telles proportions qu’il a été décidé de l’arrêter au 31 décembre 1868 ; car il fallait utiliser dans les notes les lettres des amis de Flaubert qui répondaient aux siennes et celles auxquelles il répondait lui-même. J’ajoute, pour la petite histoire, qu’il reste très peu de lettres de femmes dans la collection Lovenjoul ; par exemple, nous avons cent vingt-trois lettres de Flaubert à Léonie Brainne, et une seule de Léonie à Flaubert. Caroline en est-elle responsable ? Je ne sais.

10J’en viens enfin aux problèmes qui se sont posés à moi pour la publication du troisième volume de la Correspondance. Je ne sais pas au juste ce qui s’est passé, mais j’ai été stupéfait quand j’ai reçu les premières épreuves. Les préparateurs des deux premiers volumes avaient toujours respecté mon texte. Celui qui avait été chargé du troisième était intervenu dans mon texte et mes notes des centaines de fois. Il m’a fallu six mois pour rétablir mon manuscrit original, qui avait été raturé et badigeonné !

11En voici quelques exemples :

  • Le préparateur ne fait pas de distinction entre le texte de l’éditeur – préface, notes – et celui des auteurs, ici Flaubert, Sand, Tourgueneff, Du Camp, Concourt, Bouilhet, Berlioz… Je tiens toujours compte des critiques ou suggestions concernant mon texte ; mais je n’accepte pas que l’on touche au texte des auteurs, que j’ai toujours vérifié sur l’autographe ou reproduit d’après la meilleure édition.
  • Lettres de Flaubert : à cette époque de sa vie, Flaubert aime mettre des majuscules à certains substantifs, mais non toujours ; il faut les respecter, car elles ont une valeur stylistique. Je l’avais fait dans les deux premiers volumes de cette édition, pourquoi pas dans le troisième ?
  • Lettres de George Sand : nous reproduisons le texte de l’édition Jacobs (Flammarion) et n’avons pas le droit d’y toucher. Dans une lettre, le préparateur change la place d’un point d’exclamation, ce qui donne au texte un tout autre sens. Ailleurs, il corrige « Lambert » en Lamber, ignorant qu’il existe deux dames : Juliette Lamber (Mme Adam) et Mme Eugène Lambert, dans l’entourage de George Sand. Quand on est incompétent, on n’intervient pas.
  • Lettres d’Ivan Tourgueneff : à l’époque, tout le monde écrivait Tourgueneff, y compris Flaubert. Au milieu du manuscrit, le correcteur décide subitement de corriger en « Tourgueniev ». Il a fallu corriger les corrections.
  • Lettres de Maxime Du Camp : le correcteur s’est imaginé que j’avais dû oublier des crochets droits autour des dates de trois lettres de Du Camp. Il les a sournoisement ajoutés sur mon texte, et je ne me suis aperçu de rien, tant ces additions étaient bien faites, en colligeant « mon » texte et le placard. Ce n’est que plus tard, en corrigeant les notes, que j’ai compris ce qui s’était passé.
  • Pour les extraits du Journal des Concourt, le correcteur a jugé bon d’améliorer le style des deux frères ; par exemple, « il s’éjouit » refait en « il se réjouit ». Et ici encore, l’addition est faite si habilement que j’ai failli m’y tromper.
  • Pour les lettres de Louis Bouilhet, mêmes remarques : par exemple, « Faoûtre, docteur » réduit à « Foutre, docteur ».
  • Le préparateur n’a confiance ni dans les auteurs, ni dans l’éditeur des lettres. Les « à vérifier » se multiplient et j’ai perdu beaucoup de temps à ces vérifications inutiles. Comme il travaille trop vite, il se méprend sur le sens de certains documents, et n’hésite pas à expliciter mon texte ; par exemple, George Sand donne à Henry Harrisse un billet autographe de Flaubert à elle adressé, et écrit sur l’autographe : « Donné à mon ami Henry Harrisse. George Sand ». Le préparateur ajoute « [Pour] George Sand », impliquant que Flaubert aurait donné ce billet à Harrisse pour le porter à George Sand ! Mais pourquoi n’a-t-il pas lu ma note ou consulté l’autographe ?
  • Les notes : le correcteur intervient sans arrêt, à tous points de vue : quand il ne sait pas de qui il s’agit, par exemple le Père Enfantin, l’acteur Berton, le directeur du Journal des Débats Bertin, il annote au crayon : « Qui est-ce ? » Il juge bon de mettre une minuscule au nom du personnage de Beaumarchais Chérubin, et à propos de la petite ville d’Ipsamboul, en Haute-Égypte, il suggère doctoralement : « Istamboul ? », en Turquie ! Quant à la rue Murillo, où habitait Flaubert, elle devient systématiquement sous sa plume « rue de Murillo ». J’ai revu la plaque de la rue Murillo il y a quelque temps ; que n’en a-t-il fait autant !

12C’est là mon dernier conseil, et non le moins important, méfiez-vous toujours du rewriting.

13Je dédie ce témoignage à ceux qui « entreront dans la carrière quand leurs aînés n’y seront plus ».

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search