Version classiqueVersion mobile

L’Œuvre de l’œuvre

 | 
Raymonde Debray-Genette
, 
Jacques Neefs

Avant-propos

Raymonde Debray Genette et Jacques Neefs

Texte intégral

1Flaubert fut un correspondant fidèle, attentif, varié. Ses lettres forment un long récit, bruissant de proximité, sollicitant de leur destinataire comme du lecteur une attention toute amicale : « Je suis, dans ce moment, comme tout épouvanté, et si je t’écris c’est peut-être pour ne pas rester seul avec moi, comme on allume sa lampe la nuit quand on a peur », écrit-il à Louise Colet, le 27 décembre 1852, à 11 heures du soir. À lire cette correspondance, on s’attache à des lieux, à des paroles, à des moments de vie : ainsi dans ce fragment d’une lettre à George Sand : « Où êtes-vous maintenant ? Je suis seul, mon feu brûle, la pluie tombe à flots continuels, je travaille comme un homme, je pense à vous et je vous embrasse » (12 septembre 1866).

2Mais s’y expose aussi le devenir d’un écrivain : nous l’entendons raconter, de lettre à lettre, d’espoirs en rages, d’opinions assurées et prophétiques en lassitudes profondes. C’est le récit d’une création acharnée, prise dans les antagonismes de son temps, que nous suivons, par épisodes successifs.

3L’édition de la correspondance de Flaubert que donne Jean Bruneau, chez Gallimard, dans la Bibliothèque de la Pléiade, apporte les moyens exacts pour suivre l’expérience simultanée d’une existence et d’une création. Trois tomes sont déjà parus, couvrant la période de janvier 1830 (le 1er janvier, date de la première lettre retrouvée) à décembre 1868. Les deux derniers sont en préparation.

4Or, la parution du troisième tome (1859-1868) nous a semblé représenter un tournant dans l’édition : tournant dans la carrière de Flaubert, assurément, qui, après la parution de Madame Bovary devient un écrivain reconnu, discuté, et tournant dans sa manière d’exprimer ses idées sur l’art, sur le monde. C’était donc le moment de s’interroger sur le rythme et les enjeux de cette correspondance de Flaubert.

5Chaque tome découpe en effet comme des étapes de la vie et de l’œuvre. La première période (1830-1851), celle de la formation, était, par nature, plus strictement « biographique », même si des moments éclatants, comme les lettres du voyage en Orient, s’en détachent par leur beauté et leur intensité propres. La période suivante (1851-1858) est dominée par une intense « théorie » esthétique et une longue réflexion sur la création, liées à la fois à la préparation de Madame Bovary et à la correspondante très particulière que fut Louise Colet. Cette période est alors tout à fait achevée. Désormais l’écrivain avance dans son œuvre avec la certitude que celle-ci est devenue le temps et le battement de sa vie.

6Nous voulions d’abord saluer ce troisième volume, et, en hommage à Jean Bruneau, nous avons souhaité réunir, en une journée d’études organisée dans le cadre du Programme Flaubert de l’institut des Textes et Manuscrits Modernes du C.N.R.S. et de l’Équipe « Productions textuelles, xixe-xxe siècles » de l’Université Paris VIII, ceux qui s’intéressaient depuis longtemps à cette correspondance de Flaubert. Cette journée s’est tenue à la Bibliothèque nationale, et Florence Callu, directeur du Département des manuscrits, nous a fait l’amitié de nous y accueillir. Ce volume est issu, pour sa plus grande part, de ce bref colloque.

7Les correspondances, en particulier celles du xixe siècle, sont devenues depuis un certain temps déjà, mais surtout depuis les années 1960, l’occasion d’une forme particulièrement complexe et subtile d’histoire littéraire. À la croisée des lettres elles-mêmes, qui sont une sorte de récit en fragments sur leur époque, et des notes, commentaires, renvois, chronologies, les grandes éditions de correspondance présentent un ensemble d’interférences, de paroles, de faits, de connexions, qui constitue en lui-même une forme nouvelle d’intelligibilité historique. Ces éditions renouent avec l’histoire non écrite de la littérature en train de se faire. L’édition que donne Jean Bruneau invite, au premier chef, à une telle lecture multiple.

8Aussi avons-nous voulu commencer par poser les problèmes propres à ce type de publication. Jean Bruneau dit ce qu’est, pour lui, un tel travail, considéré dans le cours de sa réalisation, avec ses accidents, ses transformations progressives, le forcement de l’accumulation, la perspective changeant au cours des découvertes et de l’avancée dans le temps. Et Roger Pierrot, comme en réponse, avec la remarquable expérience qu’est la sienne par l’édition des lettres de Balzac, rappelle l’histoire récente des grandes éditions de correspondances du xixe siècle, et ce que sont les exigences actuelles en la matière.

9Dans un deuxième temps, ce qui a retenu notre attention, c’est la correspondance comme miroir multiple de l’œuvre. Flaubert y développe sa conception générale de l’art, ou plutôt ses diverses conceptions, en même temps que cet art s’y réfléchit.

10Une simple lettre, si on la considère au-delà de sa seule fonction paratextuelle, comme le fait Raymonde Debray Genette, peut se présenter non seulement comme un espace de travail, mais aussi comme un avant-texte doublé d’un métatexte.

11Plus amplement, Claudine Gothot-Mersch, balayant la correspondance d’un long regard diachronique, démontre qu’une telle lecture réfléchissante doit s’alimenter à une compréhension d’ensemble du cours de l’œuvre. Si l’on veut éviter, comme cela a été fait trop souvent, d’arracher des lambeaux de phrases pour en tirer des formules frappantes, qui seraient abusivement présentées comme « la pensée de Flaubert », si l’on veut s’attacher plutôt, comme le font ici les lecteurs de ces paroles qui ne leur sont pas adressées, au développement du contexte de création dont les lettres sont un lieu et l’écho tout ensemble, alors une histoire des méthodes de la création devient lisible, un étonnant travail d’évolution et d’involution de l’œuvre sur elle-même se rend sensible à nos yeux.

12Ainsi, l’étude des multiples fonctions de la correspondance se trouve désormais enrichie par l’abondante réflexion théorique développée autour de l’œuvre de Flaubert. Les traits d’une écriture se précisent. Janet Beizer le montre en analysant les liens qui se nouent, par exemple, dans les lettres à Louise Colet, entre écriture, textualité et sexualité.

13L’ensemble des lettres, enfin – c’est le troisième temps de cette réflexion – constitue une sorte d’œuvre autonome. On a souligné la beauté, souvent, des lettres de Flaubert, en ce que s’y dessinent, de manière complexe, inépuisable, les figures de leur auteur. Le caractère spécifique de cette correspondance tient sans doute d’abord à la forte contradiction qui s’y exerce entre l’écrivain et son statut, progressivement établi, d’« auteur », entre les phases d’un travail et la construction d’une image publique.

14Ces lettres sont à la fois un espace de projection et d’investigation, et le lieu où l’artiste tente de penser l’œuvre dans son cours incertain, précis et pourtant inconnu. Tandis qu’il écrit, Flaubert cherche dans la correspondance à dire une tension qui lui apparaît toute nouvelle, mais absolument exigeante, entre l’artiste et le critique. Il fallait pour le montrer, comme le fait Claude Mouchard, une lecture qui approche longuement, dans le texte des lettres, l’effort propre de l’écrivain, qui soit elle-même une écriture, en relation profonde avec les enjeux des pensées qui se cherchent et s’y exposent.

15Lettres de Flaubert ? Leur texte et la compréhension que l’on a pu en avoir ont eux-mêmes une histoire : la bibliographie des éditions, des traductions et des études critiques en témoigne. Celle qui est présentée ici, à la fin du volume, par Odile de Guidis, a voulu retenir l’essentiel.

16Cette correspondance n’est pas un simple discours d’accompagnement biographique, mais elle apparaît bien, dans le xixe siècle, comme l’œuvre de l’œuvre de Flaubert.

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search