Version classiqueVersion mobile

Le Communisme à contre-modernité

 | 
Pierre Clermont

IX – L’effondrement

Texte intégral

Les mutations de la société soviétique

L’émergence d’une société civile

1L’effondrement de l’empire soviétique a frappé le monde par sa soudaineté. A l’étonnement général, sans qu’intervienne aucun cataclysme extérieur, la seconde puissance mondiale s’est disloquée et a sombré dans le chaos en l’espace de quelques années.

2En fait, derrière la façade impassible qu’elle présentait au monde, la société soviétique était travaillée par des transformations sociologiques et structurelles fondamentales qui n’attendaient plus qu’un choc pour libérer l’énergie accumulée et détruire le carcan qui les emprisonnait.

3Quelle qu’ait pu être la manière dont elle a été menée, la politique de développement économique du régime soviétique n’en a pas moins transformé l’ancienne Russie agraire en une société industrielle, ce qui, à son tour, a induit une profonde transformation des comportements et des mentalités. On peut distinguer à cet égard plusieurs facteurs.

  • 1 SSSR v cifrah v 1989 godu, Izd. finansy i statistika, 101000 Moskva, ul. Černyševskogo 7.

4La population urbaine de l’URSS, qui ne dépassait pas 15 % de l’ensemble en 1917, en représentait 66 % en 19901. Ce processus n’est pas achevé : les campagnes continuent aujourd’hui encore de se vider de leur population, mais à un rythme désormais ralenti. L’essentiel du transfert s’est en effet opéré à l’époque stalinienne, en particulier avec les deux grandes vagues des années trente et du lendemain de la guerre, provoquées, d’abord par la collectivisation et les premiers plans quinquennaux, ensuite par les grands chantiers de la reconstruction. Transplantées en masse dans les villes, ces populations rurales ont eu tendance à y reconstituer leur milieu d’origine, à conserver leur culture rurale, en particulier la vieille tradition communautaire et égalitaire qui en formait le fond – et sur laquelle s’appuyait le pouvoir.

5C’est avec leurs enfants que s’est opérée la rupture culturelle. Sans doute portaient-ils encore l’empreinte des mentalités traditionnelles, mais ils étaient nés et avaient grandi en ville, dans un environnement très différent de celui de leurs parents. Dans les conditions de l’anonymat urbain, le lien communautaire ne pouvait plus être maintenu avec la même force et la pression normalisatrice de l’entourage s’est trouvée affaiblie. Ces nouvelles générations, qui entrent massivement dans la vie adulte à partir de la fin des années cinquante et des années soixante (les šestidesjatniki), sont déjà de culture urbaine. On parlera beaucoup à cette époque de « conflit de générations ». Effectivement, les jeunes ont tendance à se heurter à leurs parents, dont ils rejettent les valeurs et les comportements, hérités de la tradition paysanne ; ils sont à la recherche de références nouvelles, mieux adaptées à l’environnement qui est le leur, fondées sur une conscience plus vive de leur individualité, un sentiment d’identité communautaire plus faible, une plus grande ouverture à la modernité.

La progression des couches moyennes

6Ils ont d’autre part un niveau d’instruction globalement plus élevé. L’industrialisation a nécessité la formation de techniciens et de spécialistes, mais aussi le développement du tertiaire et des professions administratives. Comme ailleurs dans les pays industrialisés, on assiste à la montée des couches moyennes et à une augmentation de la part de la population qui a fait des études supérieures.

7Ces nouvelles catégories instruites – que dans la terminologie soviétique on désigne sous le terme générique d’intelligentsia – sont beaucoup moins dociles que les précédentes. Mieux armées intellectuellement, conscientes d’elles-mêmes, de leur valeur, de leur rôle dans la société, elles supportent de plus en plus mal l’absence de liberté individuelle et de droits de la personne, le contrôle social écrasant, le nivellement culturel, le carcan des dogmes idéologiques, l’étouffement de toute pensée originale. D’autant plus que, pour des raisons de pure démagogie, le pouvoir leur assure souvent des rémunérations inférieures à celles des simples ouvriers. Pour toutes ces raisons, elles ont tendance à se sentir injustement brimées et dévalorisées et se montrent de plus en plus critiques envers le pouvoir.

La délégitimation du système

8De plus, à partir de Khrouchtchev, le système commence à souffrir d’une crise de légitimité. L’incurie régnante, l’incompétence des responsables, la corruption, commencent à apparaître au grand jour. Devant le spectacle de la pénurie et des promesses non tenues d’un côté, des gaspillages et des inepties bureaucratiques de l’autre, le décalage entre le discours du pouvoir et la réalité devient de plus en plus flagrant. L’intelligentsia rompt avec l’idéologie officielle et commence à la mettre en pièces.

9Cette rupture va être précipitée par l’ouverture à l’Ouest : les membres des couches moyennes soviétiques découvrent avec stupéfaction la vie de leurs homologues occidentaux et la prennent pour modèle. Ils aspirent aux mêmes conditions de vie, au même statut social, aux mêmes droits, aux mêmes libertés. Ils veulent eux aussi entrer dans la société de consommation – c’est d’ailleurs leur demande qui va stimuler le développement de l’économie parallèle, et accessoirement, de la corruption. Certains ne se contentent plus de rejeter l’idéologie, ils s’enhardissent jusqu’à défier ouvertement le pouvoir. Ces dissidents ne sont qu’une poignée, mais ils savent qu’ils sont portés par la sympathie de l’ensemble de l’intelligentsia et qu’ils peuvent s’appuyer sur des réseaux informels de solidarité extrêmement étendus.

10Or l’intelligentsia jouit traditionnellement en Russie d’un très grand prestige, qui fait d’elle un leader d’opinion, un moteur de la dynamique sociale. C’est par elle que passent les remises en cause et les innovations – bonnes ou mauvaises. Les autres catégories sociales nourrissent à son égard un sentiment qui est à la fois d’hostilité (parce qu’ils la sentent différente) et de fascination (parce qu’ils voudraient lui ressembler). Si bien qu’elle joue en fin de compte, et sans même en avoir conscience, un rôle de modèle pour l’ensemble de la société, favorisant la diffusion de nouvelles valeurs et de nouvelles références. Aussi son rejet de l’idéologie officielle a-t-il sans doute fortement contribué à ce que les autres couches sociales s’en détachent elles aussi.

  • 2 Alain Besançon, Les origines intellectuelles du léninisme, Calmann-Lévy, Paris, 1977.

11Cette influence s’est même étendue aux cadres du Parti – en tout cas, à ceux de la génération des années soixante : ayant suivi la même formation, connu les mêmes expériences, partagé les mêmes désillusions, ils ont opéré les mêmes remises en cause. S’ils ont choisi de faire carrière dans l’appareil du Parti, c’est pour des raisons d’ambition personnelle, de goût du pouvoir, de promotion sociale, bien plus que pour des raisons de conviction. En sorte que la nomenklatura elle-même n’a pas échappé à la désidéologisation et que son adhésion au discours officiel est devenue dans la plupart des cas purement verbale – il s’agit non d’une orthodoxie, mais d’une orthoglossie, pour reprendre la distinction d’Alain Besançon2.

  • 3 SSSR v cifrah v 1989 godu, op. cit.

12Il semble donc que vers le milieu des années quatre-vingt on puisse parler d’une désidéologisation généralisée de la population de moins de cinquante ans (qui représente 75 % de l’ensemble). Les valeurs inculquées par le communisme ne survivent guère que chez les gens âgés, notamment chez les vétérans de la guerre, dans la partie la moins éduquée et la plus conservatrice de la population. C’est également celle où les valeurs de la tradition russe, le rejet de l’individualisme, l’hostilité envers les rapports marchands et la civilisation occidentale sont restées les plus présentes. Aux yeux de la majorité de la population en tout cas, le Parti communiste est depuis longtemps discrédité et délégitimé. Dans un pays où 81 % de la population a un niveau d’instruction supérieur au primaire et 11 % un diplôme d’études supérieures3, où les couches moyennes instruites occupent une telle place et exercent une telle influence, son pouvoir est désormais de plus en plus vécu comme un anachronisme.

La féodalisation

13D’autre part, dans les instances du Parti et de l’Etat, la discipline rigide de l’époque stalinienne n’est plus qu’un souvenir. Cette dérive remonte aux débuts de l’époque Brejnev : ayant remplacé le pouvoir personnel de Khrouchtchev par une « direction collégiale » au sein de laquelle le Secrétaire général n’était plus que le primus inter pares, les hiérarques du Bureau politique se sont trouvés placés sur un pied d’égalité, donc de concurrence. Pour conforter sa position, chacun d’eux a alors dû s’efforcer de recruter dans les organismes inférieurs des clients susceptibles de lier leur sort au sien et de lui apporter leur soutien en échange de protections et de promotions. Le Comité central, jusque-là simple chambre d’enregistrement, est du coup devenu organisme d’arbitrage.

14Du haut en bas de la hiérarchie se tisse un réseau de liens de vassalité, reposant sur un engagement réciproque d’homme à homme, sur une forme de contrat et non plus, comme auparavant, sur une soumission inconditionnelle. Ce processus de féodalisation va peu à peu permettre aux vassaux de s’assurer une autonomie croissante sur leur territoire. Dans l’atmosphère crépusculaire de la fin de l’époque Brejnev, il aboutit à la constitution d’une multitude de fiefs locaux, entretenant avec le centre une relation de subordination de plus en plus lâche.

La perestroïka

L’arrivée de Gorbatchev

15Bien que cela ne soit pas encore perceptible à l’extérieur, c’est un système épuisé qui aborde les années quatre-vingt : tout y donne une impression de laisser-aller, de délabrement, de décomposition. L’idéologie a perdu tout crédit, l’appareil économique tout ressort, le pouvoir tout prestige. Le pays entier s’enfonce dans l’anomie, l’alcoolisme, la corruption.

16Les instances dirigeantes n’ignorent pas cette détérioration de la situation mais, faute d’un système efficace de remontée de l’information, elles ont tendance à en sous-estimer la gravité. Aussi ceux qui pensent qu’il faut procéder à des réformes de structure sont-ils encore minoritaires : la majorité croit toujours que les vieilles recettes, la reprise en main, le rétablissement de la discipline, peuvent suffire – peut-être est-ce une des raisons pour lesquelles, à la mort de Brejnev, c’est le président du KGB, Andropov, qui devient Secrétaire général.

17Mais l’homme fort est de santé faible. La mort le surprend quinze mois à peine après son entrée en fonctions, alors qu’il vient seulement de se mettre à l’ouvrage. Tandis que Tchernenko fait office de pape de transition, une lutte acharnée s’engage dans la coulisse. C’est finalement un protégé de feu le président du KGB qui en sort vainqueur, Mikhaïl Serguéiévitch Gorbatchev.

18Le nouveau Secrétaire général appartient aux šestidesjatniki, les hommes des années soixante, la génération qui a subi de plein fouet le choc des révélations de Khrouchtchev sur « les erreurs de Staline ». Il sait qu’une simple remise en ordre ne suffira pas à mettre fin au marasme économique et à redynamiser le pays. Or il est d’autant plus urgent de faire quelque chose qu’avec le lancement du programme américain de « guerre des étoiles », l’URSS est en passe d’être définitivement distancée dans la course aux armements.

19Mais le Bureau politique, soucieux de limiter au minimum les remises en cause, décide que la responsabilité principale de la dégradation de la situation incombe au vieillissement des équipements. Dans un premier temps, Gorbatchev va donc se contenter de lancer un vaste programme d’« accélération » (uskorenie) de la modernisation technologique – qui coûtera des dizaines de milliards de roubles sans résultats sensibles. Mais il se rend assez vite compte qu’il faut aller plus loin : réaliser enfin la réforme économique que Kossyguine n’est pas parvenu à mener à son terme en 1965.

Renouveler les cadres

20Il n’entend pas pour autant démanteler le système, bien au contraire, il veut le sauver : il est persuadé, comme avant lui les hommes du Printemps de Prague et bien d’autres communistes réformateurs, que le socialisme est un système viable, à la condition de le libérer des « déformations » héritées de l’époque stalinienne. Il faut procéder à la modernisation, à la refonte (la perestroïka) de ses structures.

21Mais il entend le faire par en haut, par la voie de réformes décidées et imposées de manière autoritaire, dans le style traditionnel des grands réformateurs russes, de Pierre Ier à Alexandre II. Cela suppose qu’il ait les moyens de sa politique : qu’il puisse convaincre la nomenklatura de l’appliquer ou, à défaut, l’y contraindre. Il va user des deux tactiques avec un égal insuccès.

22Au sommet de l’appareil, il réussit au bout d’un certain temps à réorganiser le Comité central et à s’assurer une majorité stable au Bureau politique. Mais du fait de la féodalisation du système, cela ne suffit pas à lui garantir l’obéissance des échelons intermédiaires du Parti, ainsi que de l’appareil d’Etat, notamment au niveau des ministères économiques et du complexe militaro-industriel, où l’hostilité à sa politique grandit. Gorbatchev va tenter de contourner l’obstacle en remplaçant les hommes de l’ancienne génération par des hommes plus jeunes, prêts à soutenir le changement. Mais les résultats de cette transformation vont être très différents de ce qu’il escomptait. Les nouveaux barons ne sont pas plus favorables au changement que les anciens et vont s’opposer massivement à des réformes qui prétendent limiter leurs prérogatives, en premier lieu à celles qui prévoient de rendre les entreprises autonomes et de les soustraire ainsi à leur contrôle. Ils sabotent les directives ou refusent de les appliquer, bafouant de plus en plus ouvertement et de plus en plus impunément l’autorité du centre.

La glasnost

23Gorbatchev comprend alors qu’il ne pourra surmonter cette résistance que s’il trouve un point d’appui à l’extérieur du Parti. Il lui faut mobiliser l’opinion, c’est-à-dire en premier lieu l’intelligentsia, la couche sociale la plus moderniste et la plus avide de changement. Il imagine une solution qui, compte tenu des traditions du pouvoir soviétique, apparaît d’une extraordinaire audace : la politique dite de « glasnost », de transparence.

24La nomenklatura a toujours eu le culte du secret. Rien ne la choque davantage que la lumière crue de la place publique. C’est pourquoi, en bon connaisseur du milieu, Gorbatchev lâche sur elle la presse. Sur son incitation, celle-ci trouve du jour au lendemain une liberté d’expression sans précédent dans l’histoire soviétique. Alors qu’elle n’avait jamais été qu’un instrument docile du pouvoir, voici qu’elle se met à exister de manière indépendante, à enquêter, à informer. Bien que limitée pour l’essentiel à la presse centrale, cette libération de l’information suscite un énorme mouvement de curiosité dans la population, particulièrement dans l’intelligentsia. On commence lentement à se convaincre que quelque chose est en train de changer, mais il faudra encore longtemps pour que la société civile sorte de sa prostration et se mette réellement en mouvement

La société civile en mouvement

25Elle va le faire à travers les « associations informelles », groupements indépendants, non contrôlés par le Parti. Les premières sont apparues dans les années soixante. Quelques-unes étaient le fait de dissidents, mais la plupart étaient apolitiques : clubs de supporters sportifs, amateurs de jazz, fervents d’architecture russe traditionnelle, etc. Dans les années soixante-dix, le mouvement s’amplifie, notamment avec la prolifération des groupes de rock, puis des associations de défense de l’environnement et du patrimoine. Avec la perestroïka, elles se multiplient et se politisent à la fois. Après des débuts prudents (lutte contre la corruption, contre les violations de la légalité, pour la dénonciation des crimes de l’époque stalinienne, etc.) on voit se constituer peu à peu de véritables partis politiques d’opposition : des anarchistes à l’extrême droite, toutes les tendances ont bientôt pignon sur rue, des journaux indépendants apparaissent (plus de cinq cents titres, rien qu’en langue russe, à la fin de 1989). Le monopole du Parti sur la vie politique est battu en brèche. Il disparaîtra officiellement avec l’abolition de l’article 6 de la Constitution, en février 1990.

26En même temps, à la périphérie, la revendication nationalitaire, impitoyablement écrasée sous Staline, resurgit. A vrai dire, dans certaines républiques, la féodalisation avait permis la résurgence d’une sorte de nationalisme rampant, souvent encouragé en sous-main par les notables locaux pour faire pièce à Moscou. La libéralisation introduite par la glasnost va permettre aux courants nationalistes de surgir au grand jour – de manière parfois explosive.

27En encourageant le réveil de la société civile, l’objectif de Gorbatchev était de se poser en arbitre entre elle et la nomenklatura, de manière à faire plier celle-ci : le pouvoir suprême aurait ainsi conservé l’initiative des réformes et aurait pu maintenir le mouvement de la société civile dans les limites qu’il lui assignait, ce qui était la condition pour qu’il restât maître de la situation. Mais il aurait fallu pour cela que la nomenklatura fît preuve d’un minimum d’esprit d’ouverture. Or plus Gorbatchev tentait d’avancer, plus la résistance des conservateurs se durcissait : plus il lui fallait par conséquent, pour la surmonter, donner de gages à la société civile. Tant et si bien que celle-ci s’enhardit peu à peu et finit par le déborder sur sa gauche en avançant des revendications politiques qui ne pouvaient plus être satisfaites dans le cadre de l’ancien système. Dès lors, c’est le sens même du projet de Gorbatchev qui se trouvait mis en question : ou il voulait sauvegarder le système et il fallait arrêter la perestroïka, ou il entendait la poursuivre, et il lui fallait démanteler les assises du système. Le Secrétaire général refusa de choisir. Du coup, il se trouvait condamné à la recherche continuelle d’impossibles compromis qui allaient lui faire perdre la maîtrise des événements.

Le problème national

28Le problème le plus explosif était celui du nationalisme. Gorbatchev avait considérablement sous-estimé sa force – comme l’histoire du dernier demi-siècle en témoigne, c’est d’ailleurs là une erreur assez courante chez les hommes d’Etat du monde entier. Mais dans le cas de Gorbatchev, elle était particulièrement grave. Il n’avait pas de politique : réagissant à contretemps et alternant de manière incohérente les concessions et les mesures répressives, il perdit très vite le contrôle de la situation. Les nationalistes de leur côté, n’ayant pas de canaux légaux pour se faire entendre d’un pouvoir central peu disposé à les écouter et dont par ailleurs l’autorité n’impressionnait plus, en arrivèrent à chercher à résoudre leurs problèmes par leurs propres moyens – le plus souvent, par la violence. D’où une chaîne d’explosions, de pogroms, de conflits qui prirent parfois l’aspect d’une véritable guerre civile, comme entre Arméniens et Azéris. Les Baltes furent les premiers à annoncer qu’ils revendiquaient leur indépendance, bientôt suivis par d’autres républiques périphériques : l’Empire commença à se disloquer.

Les timidités de la réforme économique

29En matière économique, en revanche, Gorbatchev avait une politique – mais elle ne réussit guère mieux. Dans ce domaine, les ambitions des réformateurs n’allaient guère au-delà des objectifs de la réforme tentée par Kossyguine en 1965 : remplacer le système dit de « commandement administratif » fondé sur la planification centralisée et autoritaire par un système plus souple, faisant appel à l’initiative des entreprises. La loi de juin 1967 donnait en principe à celles-ci des pouvoirs étendus : elles devaient fonctionner selon le principe de l’autonomie financière (le fameux hozrasčot, véritable serpent de mer de l’économie soviétique depuis les années soixante), qui lui donnait la maîtrise de ses ressources et de la plus grande partie de ses activités, ainsi que la responsabilité de la commercialisation de ses produits.

30Toutefois, les textes d’application de la loi étaient beaucoup plus restrictifs. Ils conservaient aux ministères industriels la haute main sur la gestion de chaque branche, et par extension sur l’activité de chaque entreprise. Ils les chargeaient d’ailleurs expressément de fixer les normes de production, d’utilisation du matériel, de productivité, etc. D’autre part, les matières premières et les équipements continuaient d’être attribués par le Gossnab, l’office central de répartition, qui privilégiait les entreprises chargées des commandes d’Etat : celles-ci étaient donc une manne fort recherchée des directeurs, qui n’hésitaient pas à lui sacrifier leur « autonomie ». Enfin, la réforme du système des prix n’avait toujours pas eu lieu. En sorte que l’autonomie des entreprises était assortie de telles limitations qu’elle n’avait pas beaucoup plus de sens qu’en 1965 – et d’ailleurs ne fonctionna pas beaucoup mieux.

Une économie au service de l’État

  • 4 La distinction faite par les économistes soviétiques entre « groupe A » (production des moyens de p (...)

31Si les réformateurs se montraient si timides, c’est parce que, leur intention étant de sauver le système, ils étaient tenus de respecter les limites que celui-ci leur imposait. Or, comme il a déjà été indiqué, le système soviétique était tout entier orienté vers la maximalisation du pouvoir de l’Etat. Il s’ensuit que l’essentiel des ressources et des richesses de la société étaient mobilisées au profit de celui-ci. Quant à la consommation dite des ménages, elle était réduite au minimum jugé indispensable au fonctionnement de l’ensemble4. En imposant une telle finalité à l’économie, l’Etat lui interdisait tout fonctionnement autonome et en faisait un simple instrument, étroitement assujetti à la volonté du politique. Dès lors, rendre leur pleine liberté aux entreprises, leur permettre de se soustraire à la domination de l’Etat, c’était priver celui-ci du fondement de sa toute-puissance : c’était changer la finalité même de l’économie. Ce n’est nullement ce que voulaient Gorbatchev et ses amis. Ils tentèrent alors désespérément de concilier l’inconciliable, de trouver une formule de compromis qui assurât à la fois l’indépendance des entreprises et leur soumission à l’Etat : ils ne réussirent qu’à paralyser un peu plus tout le système.

32Comme on pouvait s’y attendre, le remue-ménage de la perestroïka aggrava considérablement la pénurie de biens de consommation dont souffrait depuis toujours la société soviétique, notamment dans le domaine alimentaire. Loin d’y remédier, la libération partielle de l’initiative individuelle et la naissance du mouvement coopératif rendirent au contraire plus choquantes les pénuries : en raison de leurs prix prohibitifs, les services des coopératives n’étaient guère accessibles qu’à ces nouveaux riches plus ou moins liés aux diverses mafias qui avaient prospéré dans le climat de corruption et d’affairisme de la fin de l’ère Brejnev. Aussi, dans une population dont les vieilles traditions égalitaires étaient loin d’être effacées, le mouvement coopératif devint-il rapidement très impopulaire.

33A la campagne, les propositions gouvernementales de « contrat familial » ou de location de la terre aux paysans n’eurent qu’un succès très limité. D’une part en raison de l’hostilité des autorités locales, qui y voyaient une atteinte inadmissible à leurs prérogatives et refusèrent de les appliquer. D’autre part en raison du scepticisme des kolkhoziens, qui gardaient très vif le souvenir de la collectivisation et refusaient de se lancer sans garanties dans l’aventure de l’exploitation individuelle. Devant cette situation, Gorbatchev n’osa prendre que des demi-mesures, tardives qui plus est, dont l’impact fut insignifiant. Et la pénurie, loin de se résorber, s’aggrava au contraire considérablement, attisant l’exaspération de la population contre le gouvernement et son chef.

Les limites de Gorbatchev

Un tsar réformiste

34Par leur caractère ambigu et limité, les réformes de Gorbatchev ne pouvaient donc que provoquer l’insatisfaction générale : de la nomenklatura conservatrice, parce qu’elles portaient atteinte à son pouvoir et à ses privilèges ; de la société civile, parce qu’elles aggravaient le désordre et la pénurie. On peut, certes, arguer que ces ambiguïtés et ces limitations tenaient pour une part à la résistance de la bureaucratie, qui bornait considérablement la marge de manoeuvre du Secrétaire général. Mais elles tenaient surtout au fait qu’il était loin d’être aussi libéré des schémas de pensée hérités du stalinisme qu’on a pu le croire en Occident et c’est ce qui est finalement à l’origine de son échec.

35Gorbatchev concevait son rôle de réformateur dans la tradition absolutiste russe, où le monarque tranche souverainement de tout et impose à tous sa volonté. Or le monarque qu’il était n’avait plus les moyens de se faire obéir : le groupe dominant auquel il appartenait et qui l’avait désigné refusait de le suivre, et il ne pouvait l’y contraindre. Mais il continuait à s’identifier à ce groupe ; c’est ce qui l’empêchait de s’adapter à la nouvelle situation que sa politique était en train de créer. En introduisant sur la scène politique un nouvel acteur, la société civile, il avait sans s’en douter transformé les règles de l’exercice du pouvoir : désormais la société civile remplaçait peu à peu la nomenklatura comme source de la légitimité. C’est donc de cette légitimité nouvelle qu’il lui eût fallu se faire investir pour gouverner – ce qui supposait qu’il rompît avec la nomenklatura pour se faire désigner comme chef de l’Etat par une élection démocratique. Faute d’avoir osé franchir ce pas, il s’est bientôt trouvé privé du point d’ancrage qui lui aurait permis de prendre pied dans la nouvelle dynamique qu’il avait déclenchée. A la différence de Eltsine, qui l’a saisie d’instinct, Gorbatchev n’a pas vu la mutation qui s’opérait. C’est comme chef de la nomenklatura en perdition qu’il continuait à gouverner, de cette nomenklatura dont il avait lui-même provoqué la délégitimation définitive et qui pour cette raison le rejetait. Si bien que, n’étant plus reconnu par aucun des deux camps, dépourvu de toute assise sociale propre, tant à droite qu’à gauche, il en a été réduit à un perpétuel va-et-vient entre eux, à des improvisations contradictoires et à des compromis impossibles qui allaient bientôt finir par réduire son autorité à une pure fiction.

36A l’automne 1990, il tenta de se rapprocher de la nomenklatura, pour s’en éloigner de nouveau au printemps suivant, jusqu’au moment où celle-ci, sentant le sol se dérober sous ses pieds, se lança dans la maladroite tentative de putsch de l’été 1991. Mais elle n’avait déjà plus l’autorité suffisante pour s’assurer l’obéissance de l’armée : l’affrontement se termina par la victoire complète de la nouvelle légitimité, incarnée par Eltsine. La nomenklatura disparut en tant que corps ; Gorbatchev, qui dès lors ne représentait plus rien, n’allait pas tarder à connaître le même sort.

37La tragédie de Gorbatchev est en fin de compte de ne pas avoir été capable de rompre avec la nomenklatura dans laquelle il avait été formé, c’est-à-dire de briser les schémas intellectuels et comportementaux qu’elle avait mis en lui. Il ne pouvait survivre politiquement à l’immense remise en cause qu’il avait déclenchée qu’en opérant sa propre remise en cause – c’est ce qu’a su faire Eltsine et c’est ce qui lui a valu de l’emporter. Tel un Moïse soviétique, Gorbatchev restera dans l’histoire comme celui qui a conduit son pays jusqu’à la Terre promise de la démocratie, mais qui n’a pas eu le droit d’y entrer.

Le précédent chinois

38Cela veut-il dire pour autant que le pari engagé par le dernier Secrétaire général de réaliser une réforme limitée du système soviétique n’était pas tenable, que, comme on l’a souvent déclaré, ce système n’était pas réformable et que toute tentative de l’amender ne pouvait que provoquer sa ruine ?

39Ce n’est pas entièrement certain. Le parallèle qu’on peut faire entre la perestroïka soviétique et la politique de restructuration menée en Chine par Deng Hsiaopeng, dont le propos n’était pas très éloigné de celui de Gorbatchev, tendrait à le montrer.

40Même du temps de Mao, la vie du Parti communiste chinois a toujours été beaucoup plus turbulente que celle de son homologue soviétique : les factions rivales n’ont cessé de s’y affronter, sans qu’aucune réussisse à l’emporter définitivement. Après l’élimination des ultra-gauchistes de la « bande des quatre », en octobre 1976, Deng, qui avait été écarté du pouvoir quelques mois plus tôt, refit son entrée en s’appuyant sur le mouvement populaire qui réclamait la démocratisation du régime. De 1978 à 1980, tant qu’il eut à lutter contre les « dogmatiques » conduits par Hua Guofeng, Deng encouragea ce mouvement. Mais dès qu’il se trouva en position de l’emporter, il n’hésita pas à lui donner un coup d’arrêt.

41Toutefois, dès la fin de 1978, il avait eu l’habileté de lancer un programme de décollectivisation de l’agriculture, complété peu après par un programme de réformes industrielles, fondé sur l’autonomie des entreprises, qui permit un important développement de la production de biens de consommation. Voyant son niveau de vie s’améliorer de façon sensible, la population se désintéressa du sort des partisans de la démocratisation et Deng, ayant ainsi isolé les contestataires, put en venir à bout sans grande difficulté.

42Ce succès, Deng le doit à la hardiesse avec laquelle il a abordé la question de la réforme de l’économie, dont les effets ont contribué à détourner la population de la contestation politique. Mutatis mutandis, on peut voir là, replacé dans le cadre du système communiste, un exemple de politique conservatrice intelligente – de type bismarckien, ou stolypinien, si l’on veut – qui a su faire la part du feu pour sauver l’essentiel. Certes, le rapport de forces favorable dont il bénéficiait au sein de la nomenklatura chinoise au tournant des années quatre-vingt le lui permettait : assuré du soutien d’un large courant de l’opinion et d’une partie importante de l’appareil dirigeant, Deng avait les coudées plus franches que Gorbatchev pour mener sa politique. Celui-ci avait en effet affaire à un appareil massivement conservateur, qui refusait d’appliquer ses directives quand il ne les sabotait pas ouvertement. D’autre part, l’opposition à laquelle il s’est heurté jusqu’en 1988 au sein des instances dirigeantes l’obligeait à une grande prudence.

La frilosité de Gorbatchev

43Mais cela n’explique pas tout car, même après s’être assuré la maîtrise de ces instances et être devenu bien plus libre de ses mouvements, il ne s’est pas pour autant montré beaucoup plus audacieux. Le contraste avec Deng est ici frappant, particulièrement en ce qui concerne l’agriculture. Non seulement il n’a pas envisagé d’autoriser la dissolution des kolkhozes et sovkhozes, mais les mesures qu’il a prises dans ce domaine pour encourager l’initiative privée ou coopérative ont été extrêmement timides et n’ont de surcroît jamais été soutenues par une réelle volonté politique. Or rien n’interdit de penser qu’à cette époque, une attitude résolue et énergique du pouvoir, accompagnée d’un effort financier approprié, aurait pu débloquer la situation de l’agriculture et permis de commencer à améliorer l’approvisionnement des villes. Un palliatif eût été, comme le conseillait par exemple l’économiste Nicolas Chméliov, de procéder à des achats massifs de biens de consommation à l’étranger. Mais Gorbatchev n’a pas compris l’intérêt politique qu’il avait à s’assurer l’appui de la population en améliorant ses conditions de vie, et cette erreur majeure a été pour beaucoup dans son impuissance à maîtriser la dynamique sociale née de la perestroïka.

44Cela étant, Deng n’a pas tardé à être rattrapé par la contestation, puisque celle-ci s’est rallumée dès la seconde moitié des années quatre-vingt, quand la situation économique s’est à nouveau dégradée. Deng s’est alors trouvé confronté à une double opposition : celle des conservateurs à l’intérieur de l’appareil et, dans la rue, celle des étudiants favorables à la démocratisation. Au début de 1989, ceux-ci, ayant rencontré l’appui de la population de la capitale, paraissaient sur le point de démanteler le système. Deng n’a plus eu alors d’autre recours que de les faire massacrer. Ce dénouement sanglant montre qu’en dépit de toute son adresse, il était lui aussi sur le point de perdre le contrôle de la situation. Sans doute Gorbatchev s’est-il montré beaucoup moins habile que son homologue chinois. Mais du moins n’est-il pas devenu un fusilleur.

Notes

1 SSSR v cifrah v 1989 godu, Izd. finansy i statistika, 101000 Moskva, ul. Černyševskogo 7.

2 Alain Besançon, Les origines intellectuelles du léninisme, Calmann-Lévy, Paris, 1977.

3 SSSR v cifrah v 1989 godu, op. cit.

4 La distinction faite par les économistes soviétiques entre « groupe A » (production des moyens de production) et « groupe B » (production des biens de consommation), bien que ne recouvrant pas exactement cette dichotomie entre la production des biens destinés à l’Etat et celle des biens destinés à la population, permet tout de même de se faire une idée du rapport entre les deux secteurs. Selon Vassili Séliounine, depuis les années trente, le « groupe B » n’a cessé de régresser en valeur relative par rapport au « groupe A » : en 1940, il représentait 39 % du produit national, en 1960 27,5 % et en 1986 24,7 % (Glasnost’, n° 13, décembre 1987).
Le budget du complexe militaro-industriel, par exemple, s’élevait officiellement à 96 milliards de roubles pour l’ensemble de l’Union en 1990. Mais pour la plupart des experts, ce chiffre n’a aucun sens et les spécialistes les plus avertis, notamment Igor Birman, économiste soviétique émigré aux Etats-Unis, estiment qu’il avoisinait en réalité le triple de cette somme – soit environ la moitié du budget de l’Etat et 30 % du PIB, contre environ 6 % aux Etats-Unis à la même époque.

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search