Version classiqueVersion mobile

Le Communisme à contre-modernité

 | 
Pierre Clermont

VIII – La modernité impossible

Texte intégral

La modernisation par le collectivisme

Une réputation de dynamisme

1C’est seulement dans les années soixante-dix que le monde a commencé à prendre conscience de l’extraordinaire inefficacité de l’appareil de production soviétique, de ses gigantesques gaspillages, de ses ravages écologiques. Jusque-là, le régime était réputé avoir tiré la Russie de son arriération et lui avoir impulsé un dynamisme sans précédent, lui permettant d’édifier une industrie capable de rivaliser avec celle des pays les plus avancés.

2Cette légende a beaucoup servi à grandir l’image de l’URSS auprès de l’opinion étrangère, particulièrement occidentale. Accoutumée à penser le progrès comme un tout indivis et nécessairement positif, celle-ci pouvait difficilement concevoir qu’un régime qui avait multiplié les usines et les écoles, qui avait réalisé l’alphabétisation massive de la population, qui avait été le premier dans la course au cosmos, ait en même temps tendu à ramener la société dont il avait pris le contrôle à des décennies, voire des siècles en arrière sur le plan de ce qu’il est convenu d’appeler la civilisation.

3Dès son apparition, le système soviétique s’est trouvé en butte à l’hostilité de la plus grande partie du monde occidental. Pour survivre face à cet adversaire auquel il prêtait les pires intentions, il lui fallait se doter de toute urgence des instruments de puissance militaire les plus perfectionnés. Au début des années trente, Staline a exprimé mieux que personne cette hantise : « Nous avons cinquante ou cent ans de retard sur les pays avancés. Nous devons rattraper ce retard en dix ans. Si nous ne le faisons pas, nous serons écrasés. »

4C’est paradoxalement dans l’acte même de la modernisation du pays, dans l’édification d’une industrie lourde capable de subvenir aux besoins d’une armée puissante, que s’est accomplie la régression historique de la société soviétique : c’est en mobilisant la population au service de son grand dessein moderniste que celui-ci est parvenu à asservir l’individu et à le dépouiller d’à peu près tous les droits qu’il avait réussi à conquérir. La modernisation s’est en effet effectuée par des méthodes dignes de l’Egypte pharaonique : travail forcé, réquisition de la main d’œuvre, création de vastes armées d’esclaves, etc. – c’est-à-dire par les méthodes qu’imposait la nature archaïsante du système.

5Le nouveau régime se fixait pour but de tirer le pays de l’arriération et ce programme répondait pleinement aux aspirations de la population. C’est ce qui lui permit au début de mobiliser à ses côtés une partie importante de celle-ci, notamment la jeunesse. Ce qu’il proposait avait en effet de quoi enflammer les imaginations : il s’agissait de bâtir une modernité supérieure à celle de l’Occident, fondée non sur l’exploitation et la course au profit individuel, mais sur la justice sociale et la solidarité et auprès de laquelle le capitalisme apparaîtrait obsolète. Lénine le premier donnait le ton en lançant sa fameuse formule : « Le communisme, c’est le pouvoir des soviets plus l’électrification de tout le pays » et annonçait la mise en œuvre du plan GOELRO, qui devait couvrir le pays de centrales électriques. Et de fait, au début des années vingt, en matière d’art, de pédagogie, de mœurs, la société soviétique fut un véritable laboratoire d’innovations. Le nouveau régime se présentait aux yeux de tous comme la force qui allait régénérer l’ancien empire russe – et, aux yeux de certains, le monde.

6Mais cette modernisation, il entendait la réaliser à travers le primat absolu donné à la collectivité sur l’individu – dans les faits, au profit exclusif de l’Etat, figuration de la collectivité. Cette option initiale, conjuguée au sentiment d’urgence qui obsédait les dirigeants, aboutit à ce que la part du produit national revenant à la consommation des individus soit réduite au minimum, à ce que le produit de leur travail soit soumis à des prélèvements démesurés qui les laissaient fréquemment à la limite de la simple survie physique. Dans ces conditions, ceux-ci ne pouvaient être maintenus au travail que par la violence. L’Etat soviétique se trouva ainsi amené à restreindre sans cesse davantage l’espace de la liberté et des droits individuels, à placer toute la population sous contrôle policier, à renforcer constamment la répression. La contrainte administrative et le travail forcé, y compris sous sa forme la plus extrême, la création de vastes armées de condamnés-esclaves chargées de défricher les zones pionnières du Nord et de l’Est, devinrent le moteur essentiel du développement à la soviétique. Sans doute l’enthousiasme militant joua-t-il un rôle dans l’« édification du socialisme », notamment chez les jeunes, mais pour l’immense majorité de la population le ressort essentiel fut la peur. Et cette généralisation du travail servile s’accompagna d’une régression des formes de la culture et de la socialité, par un tarissement de la créativité, par un ensauvagement des relations interindividuelles, par une dégradation des valeurs morales – tout ce qui se retrouve dans le portrait de l’homo sovieticus qu’a dressé Alexandre Zinoviev.

Effets pervers de la modernisation

7Mais en même temps, le pouvoir s’avérait incapable d’empêcher que le progrès technique n’introduisît dans son sillage des éléments de modernité sociale et culturelle qui ne pouvaient à la longue manquer d’entrer en conflit avec l’archaïsme des structures qui les encadraient.

8Fondée sur une division du travail et une spécialisation des fonctions de plus en plus poussées, l’édification d’un appareil industriel moderne tendait spontanément à différencier les individus et, par voie de conséquence, à introduire en eux la conscience de cette différence. Cette tendance se trouvait renforcée par la généralisation de l’instruction que rendait nécessaire le développement de la technicité. C’était là un ferment de décomposition idéologique dont on a peut-être sous-estimé l’importance. Faute d’avoir développé une technicité qui lui fût propre, le système soviétique se trouvait condamné à reproduire celle de l’Occident. Or, on l’a assez dit, la technique n’est pas neutre, elle porte l’empreinte de la société qui l’a créée. Si bien qu’en important des machines et des connaissances, le système soviétique importait aussi sans le savoir des éléments du mode de pensée qui les avait produites : l’esprit d’analyse, la rigueur logique, le doute, le sens critique, etc., autant d’instruments intellectuels qui, une fois devenus familiers aux jeunes Soviétiques, allaient immanquablement être appliqués par eux au système lui-même. En outre, cette culture, originaire d’une société individualiste, allait influer sur les esprits dans le sens d’une plus grande indépendance et d’une plus grande conscience de soi. A cela, il faut enfin ajouter les effets de l’urbanisation, qui contribuèrent à briser la vieille culture rurale communautaire pour lui substituer une culture citadine plus individualisée.

9En sorte que l’industrialisation s’accompagnait irrésistiblement d’une tendance à l’élargissement de l’horizon culturel, au renforcement de l’esprit critique et à l’affirmation du moi, autant de caractères qui allaient à l’encontre des efforts du pouvoir pour imposer à tous une conscience unique et indifférenciée. Pendant un temps, celui-ci parvint à maintenir ce changement culturel dans le cadre de son idéologie. Mais à mesure que le temps passait, cela lui devenait de plus en plus difficile : parce que le crédit de son discours ne cessait de s’effriter au contact du réel et parce que son appareil de formalisation conceptuelle, mis au point dans les années trente par des idéologues relativement frustes pour une population qui l’était plus encore, était bien trop simpliste pour assumer les exigences intellectuelles croissantes des jeunes générations instruites.

10Ainsi, le développement économique voulu et organisé par le pouvoir soviétique se retournait irrémédiablement contre lui à mesure qu’il progressait La modernisation tendait spontanément à faire renaître le fait individuel qu’il s’était efforcé d’annihiler et l’individu retournait contre le système les propres armes que celui-ci avait été obligé de lui confier. En dépit de tous les efforts des idéologues et des policiers, le virus de l’esprit critique ne cessait de gagner du terrain, au point que vers la fin de sa vie Staline lui-même avait fini par s’en alarmer et s’apprêtait à y remédier par une campagne de purges comparable à celle des années trente, lorsque la mort le surprit.

Le développement extensif

La modernité par l’archaïsme

11L’édification d’un appareil de production moderne par un système aussi rétrograde que le système soviétique était donc une véritable gageure, qui ne pouvait être tenue qu’au prix de l’accumulation de tensions énormes entre ses deux pôles opposés. Elle devait déboucher tôt ou tard sur une crise majeure. C’est de cette crise que le système soviétique a fini par périr.

12Au départ, le problème du développement se posait sous un jour relativement simple : le pays étant largement sous-équipé, il fallait et il suffisait de copier et de multiplier les unités de production existantes sans se soucier de les perfectionner, autrement dit, il suffisait d’organiser la croissance de manière purement quantitative, soit, dans la terminologie soviétique, le « développement extensif ».

13Un tel programme avait l’avantage de pouvoir être exécuté par les cadres peu instruits dont disposait le pouvoir, habitués à pratiquer les méthodes les plus élémentaires de la contrainte administrative : la réquisition, le commandement militaire, l’écrasement immédiat de toute forme de résistance.

14Le passage de tous les moyens de production entre les mains de l’Etat permettait à celui-ci d’organiser les opérations à très grande échelle et de manière « scientifique »– de concentrer les efforts et les ressources sur les objectifs prioritaires, à savoir les secteurs fournissant la consommation de l’Etat, l’industrie lourde et la production d’armements, également connus sous le nom de « groupe A » dans la terminologie soviétique. Quant au « groupe B », secteur des biens de consommation destinés à la population, la généralisation de la terreur permettait de le réduire au minimum indispensable à ce que Marx appelait la « reproduction de la force de travail », sans avoir à craindre les protestations qu’une telle politique aurait suscité en régime libéral. En ce sens, on peut dire qu’ici, la police politique a joué un rôle économique direct en tant qu’instrument d’accumulation du capital.

15Ainsi, c’est en grande partie à son archaïsme que le système soviétique doit d’avoir pu mener à bien son programme de modernisation tel qu’il le concevait : c’est parce qu’il était la restauration d’un ordre social primitif, délivré du souci permanent des gouvernements modernes que sont les interpellations de l’opinion publique, et parce qu’il pouvait dès lors user de méthodes d’une brutalité inconcevable partout ailleurs, qu’il a pu imposer à la population les prélèvements massifs nécessaires à l’édification de cette gigantesque industrie lourde qui a fait un temps l’admiration du monde entier. Les dirigeants soviétiques avaient alors quelques raisons de croire qu’ils allaient « rattraper et dépasser le capitalisme ».

Crise du modèle extensif

16Mais à partir de la fin des années cinquante, le mode de développement dit extensif commença à donner des signes d’épuisement.

17Pour remplir leurs quotas d’accroissement de la production, les planificateurs s’étaient d’abord tournés vers les ressources les plus faciles à mettre en valeur et les plus rentables. A mesure que celles-ci se raréfiaient, les rendements diminuèrent : les investissements nécessaires étaient de plus en plus élevés, les conditions d’exploitation étaient moins favorables, les délais s’allongeaient. A cela vint s’ajouter, au lendemain de la guerre, une pénurie croissante de main d’œuvre : l’énorme saignée de la guerre, la chute de la natalité, la diminution de la population paysanne avaient considérablement fait baisser les réserves. En conséquence, le taux de croissance global de l’économie se mit à décroître. Le modèle de développement extensif, qui avait fait la gloire de l’époque stalinienne s’essoufflait. Les économistes se mirent à envisager le passage à un modèle « intensif », où le principal facteur de croissance ne serait plus la simple multiplication des unités de production, mais l’augmentation de la productivité de chacune d’elles.

18Cette réorientation posait des problèmes méthodologiques nouveaux et particulièrement redoutables pour un système tel que le système soviétique. Pour accroître la productivité, il ne suffisait pas en effet d’en donner l’ordre depuis Moscou. Seuls ceux qui étaient sur le terrain savaient quelles étaient les « réserves » (pour reprendre encore une fois la terminologie officielle) et étaient à même de les mettre en exploitation.

19Encore fallait-il qu’ils en aient le pouvoir et le vouloir. Qu’ils ne soient plus paralysés dans le carcan des directives du centre et soient en mesure de prendre eux-mêmes les décisions nécessaires. Et qu’ils aient intérêt à le faire. Ce qui supposait d’une part une vaste décentralisation et une révision de la conception même du Plan, appelé à devenir plus incitatif qu’autoritaire. Il fallait d’autre part que les agents économiques soient matériellement intéressés à la modernisation de l’équipement et à l’augmentation de la productivité, ce qui n’était possible qu’à condition de réintroduire dans une certaine mesure la loi du marché et le jeu de la concurrence. En somme, il s’agissait de rien moins que de changer le moteur de l’activité économique, de « remplacer la contrainte administrative par la contrainte économique », ainsi que les réformateurs aimaient à dire.

20Décentralisation, intéressement matériel, autonomie des entreprises, développement de la responsabilité personnelle : autant de propositions qui allaient dans le sens d’une réhabilitation de la société civile – cette société civile que le système soviétique s’était jusque-là évertué par tous les moyens à annihiler. Sous une apparence purement technique, le discours des réformateurs induisait donc bien un renversement d’orientation complet puisqu’il préconisait de restaurer – au moins partiellement – les mécanismes économiques même que le socialisme s’était employé à détruire, ouvrant par là de nouveau la porte aux démons que le Parti s’était efforcé d’exorciser.

21D’autre part, pour être efficace, le programme des réformateurs supposait qu’on commençât par mettre fin à la constante pénurie de biens de consommation dont était affligée la société soviétique. Ce qui supposait le renversement de la traditionnelle priorité du « groupe A » sur le « groupe B », de la consommation d’Etat sur la consommation sociale. Ce qui, à son tour, portait atteinte aux intérêts de l’industrie lourde et de l’armée, donc aux intérêts de l’Etat lui-même.

La résistance du système

22On comprend dans ces conditions que les propositions des réformateurs aient aussitôt rencontré une vigoureuse résistance à tous les niveaux de l’appareil du Parti et de l’Etat. D’instinct, la nomenklatura sentit qu’il y avait là une grave menace non seulement contre ses privilèges, mais à plus long terme, contre son pouvoir. Dès le stade préliminaire de la réforme, elle se coalisa pour obtenir le retrait ou l’atténuation des propositions les plus hardies, si bien que lorsque le projet fut définitivement adopté, il n’était déjà plus qu’un tissu de demi-mesures contradictoires et inapplicables. Aussi ne tarda-t-il pas à s’enliser dans les inextricables marécages de la bureaucratie soviétique.

23Le problème du passage au « développement intensif » n’avait donc pas été résolu. A défaut, le pouvoir se rabattit sur un expédient : l’importation de technologie occidentale, qui connut un important essor à partir du milieu des années soixante. Ayant échoué à moderniser les rapports entre les hommes, il tenta de moderniser les choses. Mais si elle permit de pallier partiellement et momentanément certaines carences, par exemple dans l’industrie automobile, l’importation de technologie ne pouvait remédier aux vices fondamentaux du système – d’autant qu’elle coûtait cher et que l’insertion de procédés modernes dans le tissu d’un appareil de production aussi bureaucratisé et obsolète était souvent chaotique et donnait des résultats décevants.

24L’économie soviétique continua donc de fonctionner selon les vieilles méthodes héritées du temps de Staline. Avec toutefois une différence de taille : à l’époque stalinienne, ces méthodes s’appuyaient, on l’a vu, sur un système de terreur généralisée qui n’épargnait rien ni personne. Or l’énorme coût humain de ce mode de fonctionnement n’était plus tolérable dans une société exsangue et dont le taux de croissance démographique s’effondrait. Mais surtout, la répression avait l’inconvénient de frapper par priorité les plus visibles, à savoir les membres de la nomenklatura eux-mêmes. A la mort de Staline, leur premier souci avait été d’assurer leur propre sécurité – ce qu’ils n’avaient pu faire qu’en relâchant la contrainte policière globale qui pesait sur la société – et s’il y avait un point sur lequel ils étaient unanimes, c’était bien pour refuser le retour aux méthodes d’antan.

25Certes, ils n’avaient pas supprimé complètement la terreur, mais ils l’avaient ramenée à un niveau en quelque sorte supportable. Or ce niveau n’était plus suffisant pour empêcher la décrue de la peur. En raison des sommets vertigineux qu’elle avait atteint sous le régime stalinien, celle-ci ne diminua que lentement et progressivement et il fallut à peu près une génération pour que la société soviétique s’en libère. Durant tout ce temps, le système continua donc à fonctionner, mais de plus en plus mal à mesure que sa principale force motrice se tarissait : dans le courant des années soixante-dix, la crise du système en général et de son économie en particulier ne fit que s’aggraver, la tendance à la baisse du taux de croissance se confirma, les difficultés de fonctionnement s’accumulèrent, le retard sur l’Occident se creusa.

Remontée de l’économie souterraine

26En abandonnant la terreur de masse, la nomenklatura avait donc, sans s’en rendre compte, saboté le moteur même du système. Et dès lors qu’elle se révélait incapable aussi bien de le réparer que de lui en substituer un nouveau, la situation ne pouvait qu’aller se dégradant. A partir de ce moment, le système passa à la défensive et se contenta de contrarier autant qu’il le pouvait la montée en puissance de son ennemi mortel, l’individualisme.

27Lassé d’attendre la problématique venue de l’« avenir radieux » promis par les discours, le citoyen soviétique se mit à organiser de lui-même le présent. Que ce soit au niveau des personnes ou au niveau des entreprises, l’économie parallèle avait toujours existé en URSS, même aux temps les plus sombres de la période stalinienne. Mais le relâchement de la terreur lui donna une puissante impulsion : dans les innombrables lacunes de la production officielle s’établirent d’innombrables petits entrepreneurs privés, qui en vinrent à constituer une multiplicité de réseaux officieux, une société civile clandestine dont les ramifications s’étendirent partout, créant, sous la carapace des relations officielles, tout un tissu de solidarités souterraines et transversales. Le développement de ce marché parallèle, que rien n’encadrait et qui fonctionnait selon les lois du capitalisme le plus sauvage, provoqua une généralisation de la corruption qui envahit tous les échelons du Parti et de l’Etat, substituant fréquemment sa propre réglementation à celle du pouvoir. Cette économie privée s’intriqua tellement dans les rouages de l’économie officielle qu’elle devint indispensable à son fonctionnement et donc indéracinable.

Ouverture à l’Ouest

28A cela vinrent s’ajouter les effets pervers de la politique d’importation massive de technologie menée par Brejnev. Non content d’ouvrir les frontières aux businessmen et techniciens occidentaux, le gouvernement soviétique, aux fins de se procurer les devises dont il manquait cruellement, décida de développer le tourisme. Des millions d’Occidentaux vinrent ainsi visiter l’URSS : on avait beau les encadrer et les convoyer sur des parcours soigneusement balisés, la peur de la répression n’était plus assez forte désormais pour empêcher la population d’entrer en contact avec eux. Par la brèche ainsi entrouverte s’engouffra un flot de marchandises et d’informations qui produisirent sur la société soviétique un véritable choc psychologique.

29Passant d’un mythe à son opposé, celle-ci se mit à imaginer le monde occidental non plus sous les couleurs de l’« enfer capitaliste » qui lui avait été si souvent dépeint, mais sous celles d’une terre fabuleuse, regorgeant de richesses, bouillonnante de vie et de liberté. C’était une sorte d’Eldorado d’autant plus fascinant qu’on ne le connaissait le plus souvent que d’après les témoignages éberlués des rares élus qui l’avaient visité ou à travers les produits de consommation rachetés aux touristes. Et cette nouvelle vision du « monde capitaliste » acheva de démanteler ce qui pouvait subsister de l’emprise de l’idéologie officielle dans les esprits, y compris aux plus hauts niveaux de la hiérarchie.

L’échec de l’alternative soviétique

Collectivisme ou développement

30C’est donc au développement d’une contradiction digne d’un manuel de marxisme qu’on assiste en URSS, à partir des années soixante, entre le niveau des forces productives et le caractère des rapports de production dans lesquels elles sont enfermées : après avoir permis le développement d’une puissante industrie lourde, les structures staliniennes la condamnent désormais à la stagnation. Et le pouvoir, incapable d’innover, incapable même d’assurer sa propre relève, se fossilise peu à peu entre les mains d’une gérontocratie impuissante, qui se contente de tirer les rideaux de ses datchas sur le spectacle du délabrement, de la corruption, du pourrissement, qui gagnent par degrés tous les rouages du système.

31Si, passé un certain seuil, le système soviétique s’est révélé incapable de poursuivre le développement du pays, c’est parce qu’il refusait de procéder aux remises en cause fondamentales qui étaient devenues nécessaires, mais qui étaient contraires à sa nature : pour passer au niveau supérieur, il lui aurait fallu libérer les forces contraires de l’initiative individuelle qu’il s’était précisément employé à museler, autrement dit renoncer à son propre principe fondateur, le primat absolu de la collectivité sur l’individu.

32En fait, cette obstination dans le refus tient au fait que sa politique de développement n’était pas la résultante spontanée du jeu de ses mécanismes internes, comme c’est le cas pour la société occidentale. Elle lui était imposée de l’extérieur par son rival capitaliste, comme un défi qu’il n’avait d’autre choix que de relever s’il voulait survivre. En d’autres termes, c’est à son corps défendant et parce qu’il y était obligé que le système soviétique a dû s’engager dans la course à la modernité et se poser en « alternative à la voie de développement capitaliste ».

33Or, prisonnier des formes de socialité archaïques dont il était la restauration, il l’a fait par les seules méthodes que celles-ci lui autorisaient : des méthodes primitives telles que la terreur et le travail forcé, mais amplifiées, radicalisées, systématisées par l’apport de la technicité moderne. Et de cet archaïsme vient son irrémédiable infériorité devant l’Occident. Car le travail servile, ainsi que Marx lui-même l’a pertinemment fait observer, ne peut exécuter que des travaux grossiers et ne peut atteindre qu’un très bas niveau de productivité. Le régime stalinien a apporté la preuve que même la violence la plus impitoyable et la plus systématiquement organisée, appuyée sur l’arsenal des techniques les plus modernes, ne peut venir à bout de la résistance passive de l’esclave.

L’expansionnisme soviétique

34Dans ces conditions, contraint par son rival occidental à une course épuisante pour laquelle il n’était pas fait et dans laquelle il se voyait de plus en plus distancé, le régime soviétique commença à prendre conscience de son irrémédiable infériorité économique. S’il entendait survivre, il lui fallait transporter l’affrontement sur un autre terrain, où il pût l’emporter. Plusieurs auteurs ont souligné l’étrange contraste qui oppose la décrépitude et la stagnation internes du monde soviétique sous Brejnev à son extraordinaire dynamisme externe. Il n’est pas impossible qu’il y ait là plus qu’une simple coïncidence.

35A l’époque stalinienne, la stratégie mondiale de l’Etat soviétique était essentiellement défensive. Hanté par le spectre de l’« encerclement capitaliste », conscient du retard et de la faiblesse de l’URSS face au monde occidental, Staline pensait surtout à préserver le « premier Etat socialiste du monde » jusqu’à ce qu’il soit assez fort pour passer à l’offensive. Aussi ne s’aventura-t-il que rarement en terrain découvert : les opérations agressives ouvertes étaient plutôt confiées à des comparses, comme ce fut le cas en Corée.

36C’est sous Khrouchtchev que l’Etat soviétique commence à changer de stratégie. Mettant à profit le vaste mouvement de décolonisation qui soulève alors le tiers monde, il prend pied au Moyen-Orient, en Afrique et jusqu’à Cuba. Après une période d’improvisation, cet expansionnisme débutant paraît se structurer peu à peu en une stratégie d’ensemble : il s’agit de renverser les données de l’« encerclement capitaliste » en encerclant l’encercleur dans le vaste anneau des « pays en lutte pour leur libération ». Pièce à pièce, on arrachera à l’Occident les zones du tiers monde encore soumises à son influence, de manière à l’isoler progressivement. Cependant, l’opération est rendue plus complexe par la sécession de la Chine, qui entend se poser en leader des pays pauvres contre les pays riches, (au nombre desquels elle fait entrer l’URSS) et dont il faudra contrecarrer les menées.

  • 1 Hélène Carrère d’Encausse, Ni paix ni guerre, Flammarion, Paris, 1986.

37Comme le fait observer notamment Hélène Carrère d’Encausse1 c’est sous Brejnev que cette politique prend sa véritable ampleur. En l’espace de deux décennies, la progression est foudroyante : le « camp socialiste » s’enrichit d’une dizaine de pays nouveaux, l’URSS gagne des clients dans le monde entier, des foyers révolutionnaires s’allument un peu partout. En même temps, la marine soviétique est présente sur toutes les mers et s’assure des bases logistiques sur tous les continents. Quant à la Chine, elle ne tarde pas à être rejetée dans les marges.

Changement de stratégie ?

38Mais le tiers monde est un univers instable dont les faveurs sont encore plus faciles à perdre qu’à gagner. Après avoir vu à plusieurs reprises des années de patients efforts soudainement ruinées par un revirement imprévu, les experts soviétiques en viennent à porter sur leurs spectaculaires succès un jugement plus pondéré : la voie du tiers monde est sans doute prometteuse, mais longue et incertaine, et il faudra beaucoup plus d’efforts et de temps que prévu pour investir l’Occident par le Sud. Concept brillant, la stratégie de l’encerclement se révèle difficile à mettre en œuvre dans la pratique.

39Coïncidence ou non, au tournant des années quatre-vingt, il semble qu’une stratégie nouvelle soit venue se superposer à l’ancienne – tout en continuant à s’appuyer sur elle. Il ne s’agit plus désormais de s’égarer dans de lointains détours pour investir quelque obscure république tropicale, mais de frapper droit au but : en Europe même.

40L’idée est de briser la cohésion du monde occidental en détachant l’Europe des Etats-Unis. Ceux-ci évincés, la voie serait libre pour une neutralisation progressive du continent, en pesant sur son maillon le plus faible, l’Allemagne. Surplombée par la puissance militaire soviétique, l’Europe aurait alors dû acheter le maintien de son indépendance par une aide massive à l’économie soviétique chancelante. C’était le scénario dit de la « finlandisation ». La question de l’installation des fusées Pershing sur le territoire des pays membres de l’OTAN fournit l’occasion d’une première escarmouche : exploitant le sentiment d’insécurité des populations occidentales devant le nucléaire, le gouvernement soviétique s’employa à faire pression sur les gouvernements occidentaux pour les inciter à se désolidariser des Etats-Unis. En fin de compte, il échouera, mais d’assez peu pour estimer que la voie était prometteuse.

41C’était en tout cas la première fois que l’URSS se permettait d’intervenir de la sorte et avec cette insistance dans les affaires intérieures de l’Occident. L’invasion de l’Afghanistan, qui eut lieu vers la même époque, alors que rien ne la rendait particulièrement nécessaire, semble bien s’inscrire dans la même logique d’offensive stratégique.

Une aventure risquée

42Devant l’étonnant contraste que présente la décomposition interne du système soviétique et le dynamisme de sa politique extérieure, on est donc tenté de s’interroger : n’y aurait-il pas là plus qu’une simple coïncidence ? Confronté à des difficultés intérieures insurmontables, le régime soviétique n’aurait-il pas choisi d’aller chercher hors de ses frontières la solution qu’il était impuissant à trouver à l’intérieur de celles-ci ? Menacé d’être définitivement distancé par l’Occident sur le plan économique, n’aurait-il pas choisi de jouer ses atouts politiques et militaires avant qu’il ne soit trop tard ? Peut-être l’ouverture des archives qui ont pu être conservées nous éclairera-t-elle sur ce point.

43Toujours est-il qu’une telle politique de tension était extrêmement dangereuse : elle risquait à terme de déboucher sur un affrontement direct avec les Etats-Unis, voire une catastrophe nucléaire. Aussi n’est-il n’est pas exclu, pour rester dans le domaine des hypothèses, que la conscience des risques encourus ait effrayé une partie des responsables et ait contribué à les pousser vers la seule autre solution envisageable : la réforme des structures du système.

Notes

1 Hélène Carrère d’Encausse, Ni paix ni guerre, Flammarion, Paris, 1986.

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search