Version classiqueVersion mobile

Le Communisme à contre-modernité

 | 
Pierre Clermont

IV – La révolution économique

Texte intégral

La période de transition

Le communisme de guerre

1Les partisans de Staline se débarrassèrent de l’Opposition de gauche au moment précis où s’ouvrait une nouvelle crise majeure dans les rapports entre l’Etat et la paysannerie, remettant en cause le fragile compromis qui avait été conclu à la fin de la guerre civile avec l’instauration de la NEP.

  • 1 Lénine, Œuvres, t. XXV, Editions sociales/Editions du Progrès, Paris/Moscou, à partir de 1 (...)

2Après s’être emparés du pouvoir, en novembre 1917, les bolcheviks s’étaient trouvés face à une économie largement désorganisée par la guerre et qu’il fallait remettre en route au plus tôt. Convaincus que la théorie de Marx leur donnait la clé de tous les problèmes, ils croyaient y parvenir aisément : pour Lénine, la gestion de l’économie était une simple affaire « d’enregistrement et de contrôle », lesquels avaient été de surcroît « simplifiés à l’extrême par le capitalisme, qui les a réduits aux opérations les plus simples de surveillance et d’inscription et à la délivrance des reçus correspondants, toutes choses à la portée de quiconque sait lire et écrire et connaît les quatre règles de l’arithmétique1 ». Après quelques improvisations malheureuses, ce simplisme les conduisit à nationaliser, à partir de l’été 1918, l’ensemble de l’industrie, de l’artisanat et du commerce et à appliquer à la paysannerie une politique de réquisitions menée manu militari. Cette politique, connue sous le nom de « communisme de guerre », tourna rapidement au désastre : les paysans répliquèrent par une grève des ensemencements, qui rendit impossible un approvisionnement normal des villes. Celles-ci se vidèrent de leur population, partie chercher de quoi subsister à la campagne, si bien que toute l’activité économique fut progressivement paralysée. Au bout de deux ans et demi de ce régime, le pays se trouvait ramené à une situation qu’on pourrait qualifier sans grande exagération de quasi néolithique.

Le socialisme sauvé par la NEP

3Le nouveau pouvoir, cependant, considérait que le communisme de guerre n’était pour rien dans ce désastre, dont il rejetait toute la responsabilité sur la résistance des anciennes classes possédantes et les destructions de la guerre civile. Il ne fallut rien moins que la conjonction des grèves ouvrières de Petrograd, au début de 1921, des soulèvements paysans de la Russie centrale et de l’insurrection de sa troupe prétorienne, les marins de Kronstadt, pour qu’il acceptât enfin d’instaurer une Nouvelle Politique économique (NEP).

4La liberté du commerce fut partiellement rétablie, la petite entreprise privée retrouva droit de cité et surtout, les réquisitions furent remplacées par un impôt en nature qui laissa les paysans libres de disposer comme ils l’entendaient de leurs excédents. La réforme vint trop tard pour prévenir la famine qui frappa en 1921 la région de la Volga et que l’absence de réserves alimentaires transforma en catastrophe. Mais dans les mois qui suivirent, elle permit un redémarrage spectaculaire de l’économie : les villes furent de nouveau approvisionnées, les produits les plus indispensables reparurent et les besoins les plus élémentaires de la population purent être satisfaits.

La querelle de l’industrialisation

5Se posa alors la question du mode de développement économique que l’on allait adopter. Les experts se trouvaient partagés en deux camps, qui reflétaient deux conceptions du socialisme. Préobrajenski et ses partisans étaient favorables à une industrialisation accélérée, donnant la priorité absolue à l’édification de l’industrie lourde, financée par des prélèvements massifs sur les revenus agricoles. Il s’agissait, en d’autres termes, de sacrifier la consommation populaire aux objectifs de puissance de l’Etat. Toutefois, une telle politique se heurtait à la liberté paysanne : tant que les paysans auraient la possibilité de faire ce que bon leur semblait, ils pouvaient toujours résister à la pression fiscale de l’Etat en réduisant leur production et en affamant les villes, comme ils l’avaient fait sous le communisme de guerre. Le programme de Préobrajenski supposait la limitation de cette liberté, la prise en main autoritaire de la paysannerie, ce qui ne pouvait être obtenu qu’à travers un conflit majeur avec elle. Or, au début des années vingt, il était clair que le pouvoir bolchevik n’avait pas les moyens de s’engager dans un tel affrontement.

6L’autre ligne était celle de Boukharine et de ses amis, qui proposaient de donner la priorité à la production des biens de consommation, de manière à stimuler la production paysanne et à nourrir ainsi l’accumulation. Le défaut de ce modèle était de ne permettre qu’une industrialisation lente. Boukharine proposait de l’accélérer en contractant des emprunts à l’étranger – malheureusement, les capitalistes occidentaux étaient peu disposés à prêter de l’argent aux bolcheviks. La réalisation des objectifs de puissance de l’Etat se trouvait donc ici subordonnée à la satisfaction des besoins de la population et au renforcement du secteur privé, ce qui, à terme, allait à l’encontre de la finalité que visait le parti bolchevik.

Le problème de l’agriculture

Rapports tendus avec les paysans

7C’est néanmoins la politique de Boukharine qui, faute de mieux, fut appliquée. Face à la paysannerie, l’Etat soviétique se trouvait dans la position de simple client, obligé de jouer le jeu du marché : il ne pouvait obtenir d’elle un approvisionnement satisfaisant que s’il lui offrait un prix satisfaisant. Sinon, les paysans refusaient de vendre et les villes se trouvaient menacées de pénurie. C’est ce qui se produisit en 1923, avec la première crise dite des « ciseaux », qui obligea l’Etat soviétique à augmenter le prix du blé. La même situation se reproduisit à l’automne 1927 : les prix des biens de consommation ayant beaucoup augmenté, les paysans, trouvant que les prix auxquels l’Etat achetait leurs produits étaient trop bas, refusèrent à nouveau de vendre et l’approvisionnement des villes se trouva encore une fois compromis.

8Mais le pouvoir qu’ils avaient en face d’eux n’était plus dans la même situation qu’en 1921, ni même qu’en 1923. Ce n’était plus un régime aux abois, assailli de toutes parts par les révoltes et les insurrections armées, dans un pays exsangue et au bord de la décomposition. Toutes les oppositions avaient été écrasées, l’autorité de l’Etat avait été partout rétablie d’une main de fer, la situation économique avait été redressée et aucune menace immédiate ne pesait plus sur le pouvoir du Parti. De plus, celui-ci avait surmonté ses dissensions internes et se trouvait désormais fermement unifié sous la poigne de Staline et de ses hommes.

9C’est en effet à la fin de 1927 que l’Opposition de gauche est définitivement écrasée. Jusque-là, Staline et ses partisans avaient consacré le plus clair de leurs efforts à la lutte politique et s’étaient assez peu intéressés aux problèmes économiques, laissant leur allié Boukharine, qui semblait compétent, mener les choses à sa guise. Mais un tel laxisme n’était plus de mise. En se débarrassant de l’intelligentsia, ils avaient conscience d’avoir fait franchir à la révolution sa dernière étape. Maintenant, le peuple était au pouvoir et l’Etat allait réellement retrouver sa fonction d’incarnation suprême de la communauté, telle que la concevait la tradition russe – reformulée pour les besoins de la cause dans les termes du marxisme. Dès lors, sa légitimité devenait absolue et son autorité ne pouvait plus être questionnée, encore moins contestée. Tous les intérêts particuliers devraient de nouveau s’effacer devant le sien, chacun serait de nouveau astreint à son service et tenu de sacrifier son bien-être personnel à la maximalisation de la puissance publique.

Staline prépare l’offensive

10Aussi, lorsque la crise de l’approvisionnement éclata, Staline prit personnellement les choses en main : début 1928, le système des réquisitions fut rétabli et 30 000 communistes éprouvés envoyés dans les campagnes avec ordre de ramener de quoi nourrir les villes. Boukharine s’inclina. Pourtant, une fois les greniers de l’Etat regarnis, il réussit encore à convaincre Staline d’augmenter le prix d’achat du blé. Mais il était trop tard : les réquisitions avaient détruit le peu de confiance que les paysans pouvaient avoir dans le gouvernement. Inquiets de l’avenir, ils en revinrent à leur vieille tactique de réduction des ensemencements. A la fin de 1928, la pénurie recommença.

11Cette fois, le pouvoir était décidé à se montrer intransigeant et il avait les moyens de l’être. D’autant qu’il pouvait compter dans ce domaine sur l’appui de l’ensemble du Parti : composé majoritairement d’anciens ruraux, celui-ci avait hérité de la tradition égalitaire des campagnes russes une hostilité particulièrement vive envers le koulak, le paysan riche ou supposé tel. Tant que les villes avaient été approvisionnées, cette hostilité sut se contenir, mais lorsque les paysans refusèrent de livrer leur grain, elle se déchaîna. Boukharine et ses amis, qui continuaient à prôner une politique libérale, cessèrent d’être entendus : en décidant de mettre les koulaks à la raison, Staline ne faisait qu’exprimer une fois de plus les sentiments dominants du Parti.

12Le bolchevisme revenait ainsi à son autoritarisme naturel. Il n’avait accepté l’intermède semi-libéral de la NEP que contraint et forcé : dès lors que celle-ci avait abouti à l’impasse, rien ne pouvait plus la sauver et de fait, l’offensive contre la paysannerie marqua sa liquidation dans tous les autres domaines également. Elle marqua du même coup celle de Boukharine et de ses partisans : en s’obstinant à préconiser une politique qui subordonnait le renforcement de la puissance de l’Etat au développement de la consommation dite des ménages, ils prenaient le contre-pied de la mystique collectiviste incarnée par la montée du courant stalinien, aux yeux duquel l’intérêt de l’individu devait être inconditionnellement sacrifié à l’intérêt supérieur de l’Etat.

13Accusés d’être des « sympathisants des koulaks » (podkulačniki), les membres de l’Opposition de droite furent isolés et écrasés sans difficultés. En mai 1929, le Comité central déchargeait Boukharine de ses responsabilités. Ses partisans furent à leur tour pourchassés et exclus. Avec eux disparaissait le dernier carré de la vieille intelligentsia bolchevik.

La liquidation des koulaks

14Entre-temps, dès la fin de 1928, le gouvernement avait rétabli les réquisitions. Mais Staline, instruit par l’expérience, savait que ce n’était là qu’un expédient. Pour résoudre le problème, il fallait aller beaucoup plus loin. Tant que les paysans conserveraient le pouvoir de décider eux-mêmes de ce qu’ils produiraient ou ne produiraient pas, tant qu’ils resteraient maîtres de leurs exploitations, en un mot, tant qu’ils resteraient libres, le pouvoir serait obligé de composer avec eux. Pour avoir les coudées franches, c’est à cette liberté paysanne qu’il devait mettre fin.

15Staline s’y décida à la fin de 1929. On commença par « liquider les koulaks en tant que classe » : on fit une estimation statistique de la population totale de koulaks dans le pays, puis chaque région reçut son quota à éliminer. L’exécution fut confiée aux ouvriers agricoles et aux paysans pauvres, qui se virent attribuer un pouvoir discrétionnaire sur la vie des villages, ainsi que le droit de se partager une partie des dépouilles de ceux qu’il leur plairait de désigner comme koulaks. Quant à ceux-ci, dépossédés de tous leurs biens, ils furent déportés en masse, avec leurs familles, dans les régions les plus inhospitalières de la Sibérie, où ils furent jetés en pleine taïga, les mains vides, souvent au beau milieu de l’hiver. On estime que cinq millions de personnes au minimum furent traitées de la sorte – dont une partie réussit malgré tout à survivre.

La collectivisation

16L’essentiel de leurs biens, en dehors de ce qui avait été accaparé par leurs expropriateurs, fut confisqué par l’Etat et versé au fonds des nouvelles fermes collectives, qu’il s’agissait maintenant de créer. En effet, la « liquidation des koulaks » n’était que le prélude à la collectivisation généralisée de l’agriculture, qui fut réalisée dans la foulée. Durant l’hiver 1930, des détachements d’activistes, appuyés par le GPU, se répandirent dans les campagnes pour convaincre les paysans d’adhérer aux kolkhozes. Dans certains endroits, on n’y parvint qu’en brûlant les villages et en fusillant leurs habitants. Le bilan humain de cette guerre civile clandestine n’est pas connu – en revanche, on en connaît le bilan animal. Beaucoup de paysans préférèrent massacrer leur bétail plutôt que de le remettre aux kolkhozes. Selon les statistiques soviétiques, le nombre de chevaux tomba de 34,6 millions en 1929 à 16,6 en 1933, celui des bovins, de 67,1 à 38,8, etc.

17Devant le tour catastrophique que prenait l’opération, Staline prit peur. Le 2 mars 1930, il publiait son fameux article « Le vertige du succès », dans lequel il rejetait sur ses subordonnés la responsabilité du désastre et rappelait que l’adhésion aux kolkhozes devait être volontaire. Il n’en fallut pas plus pour provoquer une décollectivisation immédiate et massive. Mais dès l’automne, la campagne en faveur des kolkhozes reprit et, à l’été 1931, la collectivisation avait retrouvé son niveau de l’année précédente.

Staline vainqueur

18Cependant, la résistance des paysans continuait. Incorporés de force aux coopératives, ils crurent pouvoir répondre à la violence de l’Etat en refusant de travailler. En 1932, dans une série de régions, notamment l’Ukraine et la Russie du Sud, les quotas de livraisons obligatoires ne furent pas remplis. On y envoya alors des détachements du GPU qui confisquèrent la totalité des réserves de blé qu’ils trouvèrent, y compris celles destinées aux semailles et à la subsistance des familles. Il en résulta une des famines les plus graves de l’histoire du pays – même si le nombre exact des victimes en est aujourd’hui encore inconnu. Car, à la différence de ce qui s’était passé en 1921, cette fois, aucun secours ne fut apporté aux affamés. Mieux : au moment même où des centaines de milliers de paysans mouraient de faim, l’URSS exportait des céréales et des produits alimentaires vers l’Occident pour se procurer les équipements nécessaires à l’édification de l’industrie lourde.

Catastrophe économique, mais succès politique

19Sur le plan de l’efficacité proprement économique, la collectivisation fut sans conteste une catastrophe. Vers le milieu des années trente, la production remonta quelque peu, mais en dépit de la violence policière, elle ne parvint pas à retrouver son niveau de 1913 ; le pouvoir eut beau pressurer les campagnes au maximum, il ne put en tirer qu’un apport très inférieur à ses prévisions. Sur le plan politique, en revanche, elle avait parfaitement rempli son office, en ce sens qu’elle avait délivré le pouvoir de la menace que l’hostilité paysanne faisait peser sur sa politique : désormais, l’approvisionnement des villes pouvait être assuré sans ruptures graves, même si c’était à un niveau très bas. Jusqu’à la guerre et même jusqu’au début des années cinquante, la majorité de la population vécut à la limite de la sous-alimentation, mais dans l’ensemble, ses besoins physiologiques élémentaires étaient à peu près couverts.

L’industrialisation

Planifier l’économie

20C’est dans le même mouvement que le pouvoir stalinien lança le premier Plan quinquennal. L’idée d’une gestion scientifique de l’économie avait été émise dès le début des années vingt, mais vu l’état de délabrement du pays, elle se révélait alors impraticable. Dès février 1921, on n’en créa pas moins le Gosplan, un bureau d’études chargé de dresser l’inventaire des ressources disponibles et de réfléchir à un futur passage à la planification. Cependant, le problème ne commença à se poser en termes réels qu’à partir du milieu des années vingt, lorsque la reconstruction de l’appareil de production fut en voie d’achèvement. Il ne suffisait plus désormais de laisser les processus économiques se développer spontanément : il fallait les réorienter de manière volontariste, afin de les mettre prioritairement au service de l’Etat des travailleurs, garant du bien commun. En 1927, on décida de mettre en chantier un Plan de cinq ans.

21La planification était la réalisation du vieux rêve de Marx : remplacer l’« anarchie du marché » par une « direction scientifique », un ajustement maîtrisé des facteurs économiques qui abolirait les crises et les gaspillages du capitalisme et établirait la supériorité du socialisme comme société de la Raison triomphante. Le modèle de cette réorganisation était fourni par l’entreprise capitaliste elle-même, dont Marx avait à plus d’une reprise souligné l’« ordre » et la « rationalité » internes, pour les opposer au désordre régnant à l’extérieur. La « tâche historique » du socialisme était donc de généraliser cet « ordre » et cette « rationalité » à l’économie tout entière, de manière à libérer définitivement la société de la domination aveugle des « forces spontanées du marché ». C’est-à-dire d’intégrer toutes les unités de production et de distribution éparses en un agrégat unique, géré scientifiquement à partir d’un seul centre en fonction de l’intérêt de la société considérée comme un tout, et non comme une juxtaposition d’intérêts particuliers.

Les difficultés de la tâche

22La réalisation concrète de ce programme s’avérait toutefois beaucoup moins simple que son énoncé théorique. Il fallait en effet organiser le développement de chaque élément de l’appareil de production non seulement en fonction de ses capacités et besoins propres, mais en fonction des capacités et besoins de tous les autres éléments auxquels il était relié, de manière que tous travaillent à l’unisson et progressent du même pas. Cela supposait la maîtrise d’une prodigieuse quantité d’informations, la connaissance précise de toutes les interactions entre toutes les composantes de l’ensemble, y compris celle de leurs effets pervers, de manière à remplacer partout par le calcul scientifique les ajustements spontanés réalisés sous le capitalisme par le jeu de l’offre et de la demande ; en sorte que les millions de rouages de la machine économique s’encastrent exactement les uns dans les autres, sans à-coups et sans blocages, comme un gigantesque mécanisme d’horlogerie.

23Il fallait donc que tout fût calculé, prévu, réglementé, que l’intervention du hasard fût réduite au strict minimum. Ce qui supposait, outre un bel optimisme de la part de ses promoteurs, l’instauration d’une discipline, d’une centralisation, d’une hiérarchisation particulièrement rigoureuses. Parce que tous ses paramètres sont établis d’avance et que la modification de chacun d’eux retentit sur tous ceux qui l’entourent, le système planifié ne tolère qu’une très faible marge d’improvisation : l’activité de chaque agent économique doit être exactement programmée et sa capacité d’initiative étroitement limitée. Parce qu’elle seule a une vue d’ensemble et peut juger des répercussions de n’importe quelle initiative sur le fonctionnement de l’ensemble, la « direction scientifique » est seule en mesure de décider : la planification exige la concentration de tout le pouvoir au sommet de la pyramide et exclut par principe tout questionnement de la part des instances subordonnées, par définition dépourvues de la compétence nécessaire pour porter un jugement sur les décisions de l’autorité supérieure. L’efficacité d’un tel système est en raison directe de l’exactitude avec laquelle chacun se tient à sa place et de la fidélité qu’il met à exécuter les ordres du centre. Dans la mesure où elle embrasse l’ensemble de l’activité sociale, la planification offre donc un excellent instrument politique d’encadrement et de prise en main de la société, un excellent instrument de pouvoir.

Le Plan des spécialistes

24La mise en œuvre du Plan était une opération d’une très grande technicité. Le Parti ne pouvait en fixer que les grandes orientations et veiller à la bonne exécution de ses directives. Pour le travail concret, il lui fallait s’en remettre aux spécialistes. Ceux-ci furent recrutés sur le seul critère de leur compétence professionnelle, sans considération de leur orthodoxie politique : on trouvait dans les commissions du Plan aussi bien des trotskistes que des mencheviks, voire des « spécialistes bourgeois » dont les sympathies allaient plutôt aux anciens partis libéraux.

25Chargés de modeler la physionomie de la société nouvelle, les spécialistes techniques crurent leur règne arrivé. Certes, ils devaient se soumettre aux directives du Parti et se plier à son contrôle. Mais ils n’en jouissaient pas moins d’une autonomie considérable, puisque c’est eux qui préparaient les dossiers sur lesquels le Parti se prononçait. Etant seuls à posséder le savoir technique, ils s’estimaient seuls en position de juger de ce qui était possible et de ce qui ne l’était pas et ils étaient convaincus que leur connaissance des réalités leur donnerait le dernier mot, même sur la direction du Parti. Beaucoup se prirent alors à rêver que le socialisme leur offrait l’occasion de prendre en main le destin de la société et d’instaurer un monde gouverné par la seule raison de l’ingénieur. Ils retrouvaient là le vieil idéal technocratique des saint-simoniens, repris à son compte par Engels, qui voyait dans le communisme le remplacement « du gouvernement des hommes par l’administration des choses ».

Le Plan du Parti

26Staline et ses hommes les tirèrent de leurs songes. Ils ne connaissaient rien à la technique, mais ils étaient des révolutionnaires, des « hommes nouveaux », convaincus de posséder, dans la version vulgarisée du marxisme qui formait leur credo, la clé de tous les problèmes.

27Leur idée maîtresse était que la révolution avait apporté la justice sociale et libéré les travailleurs de l’exploitation. Désormais, ceux-ci étaient leurs propres maîtres, ils travaillaient pour eux-mêmes et non pour enrichir une poignée de parasites. Selon la théorie de la plus-value, sous le capitalisme, tout ce qu’ils produisaient en sus du strict nécessaire à la reproduction de leur force de travail leur était confisqué par le patron. Ils n’avaient donc pas intérêt à faire plus que le minimum indispensable. L’exploitation dont ils étaient l’objet constituait de la sorte un obstacle objectif au plein déploiement de leur capacité productive.

28L’instauration du socialisme avait transformé la situation : maintenant que les travailleurs étaient les maîtres de l’Etat, tout ce qu’ils créaient leur revenait intégralement, soit directement sous forme de biens de consommation, soit indirectement sous forme de services collectifs offerts par l’Etat. Ils avaient donc objectivement intérêt à produire au maximum.

29Dans cette optique, la principale supériorité économique du socialisme résidait moins dans le facteur technique, dans la possibilité d’organiser scientifiquement la production, de planifier le développement, que dans le facteur politique : dans la possibilité de mobiliser l’enthousiasme des travailleurs et de libérer le gigantesque potentiel productif que l’exploitation capitaliste avait jusque-là gelé. Grâce à la suppression de l’exploitation, l’économie du socialisme allait pouvoir accomplir des progrès sans précédent dans l’histoire, elle rattraperait et dépasserait le capitalisme dans des délais qui étonneraient le monde.

Le Parti révolutionne l’économie

30La vision étroitement technicienne qu’avaient les ingénieurs se trouvait donc dépassée : sous le socialisme, le problème du développement se posait en termes radicalement nouveaux, en termes politiques. Il n’était donc pas question de leur en laisser la maîtrise ; c’est au Parti qu’il revenait, après avoir révolutionné la politique en donnant le pouvoir au peuple, de révolutionner l’économie en bouleversant les idées conventionnelles en matière de rythmes de croissance.

31Dès lors que la clé du succès était la mobilisation de la gigantesque énergie des masses, le facteur décisif n’était plus dans les savants calculs des bureaux d’études, mais dans l’aptitude du Parti à entraîner les hommes à l’assaut des objectifs désignés. Du coup, le Plan cessait d’être la rébarbative entreprise technique qu’il avait été au départ pour devenir une aventure romantique grandiose et exaltante, dans laquelle le Parti retrouvait son rôle révolutionnaire de pétrisseur de la pâte humaine – et aussi son rôle de force dirigeante de la société, que la vision technicienne de la planification avait eu jusqu’alors tendance à reléguer à l’arrière-plan.

32Cette reprise de la grande tradition révolutionnaire de la levée en masse induisait en effet l’intervention directe du Parti dans le champ économique. C’est lui qui assurait désormais la fonction productive principale, puisque c’est lui qui se chargeait de fournir à l’économie l’extraordinaire apport d’énergie humaine qui allait la transfigurer. Dés lors, il ne pouvait plus se contenter de déléguer la responsabilité de l’édification du socialisme aux ingénieurs : il lui fallait être partout présent sur le terrain, pour entraîner et encadrer les travailleurs – non seulement sur les chantiers et dans les usines, mais dans les rues des villes et des villages et jusqu’au sein de chaque famille, jusqu’à l’intérieur de chaque individu. La nouvelle conception de la planification induisait le passage de toutes les activités concernant de près ou de loin l’édification économique, soit toute l’activité de la société, entre les mains du Parti.

Une nouvelle conception du Plan

33Les commissions techniques centrales chargées de calculer les objectifs du Plan devinrent du coup de simples organes d’exécution. C’est en fonction du niveau de mobilisation des masses qu’il convenait désormais de fixer les objectifs du Plan. Les techniciens n’avaient plus compétence pour décider de ce qui était réalisable ou pas : seul le Parti le pouvait, puisque lui seul connaissait ce niveau de mobilisation.

34Or il le plaçait nécessairement très haut, d’une part parce que la théorie disait qu’il devait en être ainsi sous le socialisme, d’autre part parce que ce niveau de mobilisation était le fruit de ses efforts et reflétait en somme la popularité de ses mots d’ordre, c’est-à-dire sa propre popularité, parmi les travailleurs. Donc les objectifs du Plan devaient être à la hauteur de cet enthousiasme populaire supputé. De là l’extraordinaire crise de frénésie productiviste qui s’empara du Parti au tournant des années trente et lui fit jeter aux orties les calculs prudents des ingénieurs : soucieux de plaire à leur hiérarchie, les responsables firent assaut de surenchère et un monde merveilleux d’économie-fiction où rien n’était impossible, où la résistance des faits était abolie, se substitua au monde réel.

35Le point culminant de ce délire collectif fut atteint en 1930, lors du XVIe Congrès. On vit Staline en personne exiger que la production de fonte, qui avait été de 4,5 millions de tonnes en 1928, saute à 17 millions en 1932 – alors que la plus optimiste des variantes du Plan des techniciens prévoyait un maximum de 10 millions de tonnes (on atteignit en fait environ 6 millions de tonnes selon les chiffres soviétiques). Même chose pour la production automobile, à qui les techniciens avaient fixé l’objectif déjà prodigieux de 100 000 véhicules par an et que Staline doubla carrément (la production réelle fut de 28 379 véhicules, toujours selon les sources soviétiques). Et tous les chiffres furent établis à l’avenant.

Mise au pas des techniciens

36A tous les niveaux, les techniciens protestèrent. Non seulement ils avaient été frustrés de la maîtrise du Plan, mais ils avaient été mis sous les ordres de cadres politiques souvent à demi illettrés qui ne savaient qu’appliquer aveuglément les ordres de plus en plus chimériques venus d’en haut, sans se soucier de la réalité. En outre, ils connaissaient assez les chefs du peuple soviétique pour savoir que ceux-ci n’hésiteraient pas à rejeter sur eux la responsabilité de l’inévitable échec vers lequel on courait. Aussi, s’appuyant sur leur expérience et leur connaissance des faits, essayèrent-ils de les ramener à la raison, de résister aux ordres absurdes qu’ils leur donnaient.

37Non seulement ce fut peine perdue, mais mal leur en prit. Si les techniciens contestaient le bien-fondé des décisions du Parti, c’est qu’ils étaient restés des hommes du passé qui, soit ne comprenaient pas la dynamique révolutionnaire et ne faisaient pas confiance aux travailleurs, soit cherchaient à saboter l’édification du socialisme. Dans un cas comme dans l’autre, ils devaient être remis à leur place.

38Un premier coup de semonce fut tiré dès 1928 avec le procès dit « des mines », où comparut pour la première fois un groupe d’ingénieurs accusés de sabotage. Une vaste campagne de mobilisation des ouvriers contre les cadres techniques fut alors lancée, on les invita à surveiller les ingénieurs, à les dénoncer publiquement si besoin était. Dans la foulée, on organisa une série d’autres procès à grand spectacle : celui du Parti industriel (1930), du Bureau fédéral des mencheviks (1931), du Parti paysan du travail (1932), avec chacun sa fournée d’ingénieurs, d’économistes, d’agronomes, etc. Mis à l’index, dénigrés, assaillis de toutes parts, les spécialistes techniques se le tinrent désormais pour dit.

La création planifiée

39Cependant, la puissante onde de choc provoquée par le « Grand Tournant » de Staline n’avait pas encore parcouru la totalité de sa course. Après la paysannerie et les cadres techniques, il lui restait à mettre au pas le dernier groupe qui lui échappait encore : les intellectuels. Ici encore, l’offensive du Parti fut portée par la dynamique du Plan.

40Au début des années trente, les intellectuels étaient encore épargnés par la mobilisation générale et, si des pressions normalisatrices s’exerçaient sur eux, elles venaient plutôt de leur propre milieu que du Parti, qui n’avait pas encore arrêté sa doctrine en matière de littérature et d’art. Le grand élan du premier quinquennat fit naître ici aussi la nécessité d’une ligne juste, qui mît fin au désordre des improvisations individuelles.

41Mobilisés à leur tour, littérateurs et artistes n’eurent plus pour fonction de témoigner, mais de porter le message du Parti aux masses. Ils devaient représenter le monde non tel qu’ils le percevaient, mais tel que le percevait le Parti et donner à cette représentation le caractère le plus convaincant possible : à la réalité concrète du dénuement, de la répression, de la bureaucratisation, ils devaient substituer une réalité abstraite, radieuse et exaltante, censée en exprimer la vérité. Pour que cette fiction remplît correctement son office, fait observer Alain Besançon, il fallait qu’elle fût plus vraie que nature : plus le discours qu’elle avait à illustrer contredisait la réalité et plus elle devait lui être fidèle. De plus, sa forme devait être parfaitement univoque – pour que les masses ne se méprennent pas sur le message transmis et pour que les fonctionnaires commis à son contrôle puissent vérifier sa conformité au discours du pouvoir. Aussi ce surréalisme d’un type nouveau reçut-il très logiquement le nom de « réalisme socialiste ».

42La liberté d’entreprise ayant ainsi été liquidée dans le dernier domaine qui lui restait acquis, l’art devint à son tour l’objet d’une organisation scientifique : il fut soumis, comme les autres secteurs de la production, à planification et quotas. Dans les années qui suivirent, plusieurs milliers d’artistes qui avaient du mal à assimiler les canons du réalisme socialiste furent transférés à des tâches plus en rapport avec leurs compétences, telles que l’abattage des arbres ou l’extraction du minerai dans les zones pionnières du Nord ou de la Sibérie.

43Restait à réorganiser scientifiquement le travail scientifique lui-même. Fort heureusement, on disposait pour cela d’une Science-Reine, le marxisme-léninisme, aux vues duquel il suffisait de conformer le travail des diverses disciplines. Cela ne devait pas aller sans difficultés et plus d’une fois le Parti et son Secrétaire général (autorité suprême en matière de théorie, donc autorité suprême dans toutes les autres matières, ce qui lui valut plus tard le titre de Coryphée de Toutes les Sciences – Korifej Vseh Nauk) eurent à remettre les chercheurs sur la bonne voie. Cela ne devait pas non plus aller sans dommages pour les secteurs qui eurent à subir les effets de l’intervention personnelle du Coryphée ou de ses lieutenants, et des représentants de toutes les disciplines rejoignirent les littérateurs et artistes au fond de la taïga.

Bilan du Plan

Les difficultés de l’évaluation

44Le bilan du premier Plan quinquennal a fait l’objet de vives controverses : succès grandiose pour les uns, échec flagrant pour les autres. En fait, et sans considération des préférences partisanes, peut-être convient-il d’abord de situer clairement le débat.

  • 2 Michel Heller, Aleksandr Nekrich, L’Utopie au pouvoir, Calmann-Lévy, Paris, 1982.

45Sur le plan strictement économique, il est à peu près impossible de se faire une idée exacte des véritables résultats obtenus. Se défiant – non sans raison – des sources soviétiques, les experts occidentaux, particulièrement américains, se sont livrés à toutes sortes de réévaluations et de recoupements pour tenter de parvenir à un ordre d’estimation vraisemblable. Malheureusement, leurs modes de calcul étant tous différents, rares sont les résultats qui coïncident. L’évaluation du taux de croissance annuel de l’industrie, par exemple, varie de 6,4 % (Colin Clark) à 14,5 % (Hodgman)2. Ceci sans parler des évaluations soviétiques officielles, qui le situent à 19,2 %. En somme, les résultats d’une économie « scientifiquement planifiée » sont encore bien plus difficiles à connaître que ceux d’une économie livrée aux « forces aveugles du marché ».

Triomphe de l’industrie lourde

46Cela étant, la raison commande de s’en tenir à des conclusions très générales, pour triviales qu’elles soient. On peut en faire deux.

  1. Bien que le premier Plan ait été déclaré achevé un an avant l’échéance, ses objectifs ne furent atteints nulle part. Les sources soviétiques elles-mêmes en conviennent. Il eût d’ailleurs fallu un miracle pour qu’il en fût autrement. Quant à savoir à quelle hauteur le Plan fut rempli, cela reste et restera probablement un mystère – Staline lui-même ne l’a vraisemblablement jamais su.
  2. L’industrie lourde connut une progression considérable. On assista à l’ouverture de nombreuses entreprises nouvelles et de nouveaux chantiers, avec un goût marqué pour le gigantisme. De ces multiples et impressionnantes réalisations, l’appareil de propagande fit une véritable économie-spectacle, dont l’impact psychologique sur l’opinion mondiale et particulièrement occidentale fut d’autant plus grand qu’au même moment celle-ci se trouvait confrontée aux angoissants problèmes de la Grande Dépression. Faillites, chômage, peur de l’avenir d’un côté, effort créateur, enthousiasme et optimisme de l’autre ; ainsi prit naissance la légende de la « supériorité économique du socialisme sur le capitalisme ».

47Il est effectivement un domaine où l’économie planifiée l’emporte sur l’économie libérale : c’est dans sa capacité à concentrer d’énormes ressources sur les secteurs définis comme prioritaires et obtenir ainsi des résultats impressionnants dans des délais relativement courts. Toutefois, le rendement par unité de capital investi apparaît beaucoup plus faible que dans l’économie de marché ; cela tient aux effets fortement contre-productifs de la gestion bureaucratique, aux gigantesques gaspillages qu’elle provoque, ainsi qu’à la faible productivité du travail forcé.

Paupérisation relative et absolue

  • 3 Ibid.
  • 4 Marcel Yvon, Ce qu’est devenue la Révolution russe, éd. Révolution prolétarienne, Paris, 1 (...)

48En conséquence, les progrès considérables réalisés par l’industrie lourde n’ont pu l’être qu’au détriment de tous les autres secteurs, ceux destinés à satisfaire la demande de la société en biens de consommation. Et effectivement, à partir du début des années trente, on constate une dégradation considérable des conditions de vie de la population dans tous les domaines. Selon les sources soviétiques, en 1935 la nourriture absorbait 67,3 % du salaire moyen d’un ouvrier. Or celui-ci était loin de se nourrir de façon somptueuse, puisque, nous disent d’autres sources soviétiques, son alimentation se composait essentiellement de pain de seigle (21,8 kg par mois), de pommes de terre (15,9 kg) et de produits laitiers (4,07 kg)3. De viande, il n’est pas fait mention. Selon les calculs de Marcel Yvon, qui fut onze ans ouvrier en URSS, le pouvoir d’achat mensuel du salaire ouvrier moyen, exprimé en kilos de pain de seigle, passa de 600 en 1913 à 170 en 19354. Ceci, compte non tenu des conditions d’approvisionnement, des heures, voire des nuits entières, passées à faire la queue devant les boulangeries, y compris l’hiver, par des froids de moins vingt degrés ou davantage, ce qui était pourtant monnaie courante à l’époque. Quant au logement, rien ou presque ne fut entrepris pour faire face à l’afflux de millions de paysans poussés dans les villes par l’industrialisation et la population dut s’entasser dans tous les recoins disponibles, y compris dans les caves ou même dans des zemljanki, simples fosses creusées dans le sol et recouvertes de planches.

49En d’autres termes, le premier Plan quinquennal servit presque exclusivement à accroître la puissance de l’Etat au détriment des conditions de vie de la population. Et s’il y a une supériorité du socialisme soviétique sur le capitalisme, elle se situait précisément dans cette omnipotence de l’Etat, qui lui permettait de dépouiller ses sujets de tout ce qui n’était pas strictement indispensable à leur survie. Placés sous une surveillance constante, atomisés, privés de toute possibilité de s’organiser en contre-pouvoirs politiques, syndicaux, associatifs, ceux-ci n’avaient d’autre choix que de subir. C’était là une supériorité de type primitif, mais qui permettait dans une certaine mesure à l’Etat de compenser la faible productivité de son économie en s’appropriant une part beaucoup plus importante de la richesse nationale que partout ailleurs. C’est ainsi qu’en dépit de performances économiques très inférieures, l’Etat soviétique parvint à se doter d’un appareil de puissance – militaire en particulier – équivalent et parfois supérieur à celui de son rival américain.

Une entreprise politique

50Mais, considérer le premier Plan dans sa seule dimension économique, comme le font beaucoup d’auteurs occidentaux, c’est sans doute passer à côté de l’essentiel. Si le Plan fut bien, à l’origine, conçu comme une entreprise économique, il se transforma très vite en une entreprise fondamentalement politique.

  • 5 Martin Malia, Comprendre la Révolution russe, Seuil, Paris, 1980.

51En effet, le développement de l’économie est indissociable de celui des autres secteurs et sa planification conduit à la planification de toute l’activité sociale. Dès lors, le contrôle universel de la production conduit naturellement au contrôle universel des producteurs. Quand le Parti prit en main la réalisation du Plan et décréta la mobilisation générale de la population au service de l’édification du socialisme, chacun se trouva requis de consacrer l’intégralité de son énergie à l’accomplissement de cette tâche. Dès lors, toute vie privée acheva de s’effacer : l’individu se trouva réduit à sa seule dimension sociale de « membre du collectif » et le Parti, en sa qualité de Grand Ordonnateur de l’effort commun, put s’octroyer le droit de pénétrer jusque dans l’intimité de chacun afin de vérifier s’il s’acquittait correctement de ses obligations. La société lui devint transparente, tout se trouva exposé à son regard et il put étendre son contrôle partout. La grande mobilisation du premier Plan lui permit ainsi d’araser tout ce qui subsistait encore des anciennes solidarités horizontales et d’achever le nivellement du terrain pour l’édification des « rapports sociaux de type nouveau ». C’est au cours de ces quatre années que la société soviétique prit sa physionomie définitive, que le système acquit réellement son caractère totalitaire. On peut dire, mutatis mutandis, que le premier Plan joua pour la société soviétique un rôle de structuration sociale assez comparable à celui des grands travaux de maîtrise de l’eau dont sortirent les empires despotiques et bureaucratiques de l’Orient. Sur le plan économique, donc, le succès du Plan fut assez incertain ; un spécialiste aussi averti que Martin Malia estime que le taux de croissance de cette période ne dépassa pas celui atteint dans les années 1890 sous Witte et fut en tout cas notablement inférieur à celui que connurent l’Allemagne et le Japon après la seconde guerre mondiale. « Il faut compter cette industrialisation, écrit-il, comme l’une des plus mal faites et des moins rentables de toute l’histoire de l’industrialisation5 ».

52Sur le plan politique, en revanche, ce fut un succès total et c’est bien là ce qui importait aux yeux du pouvoir stalinien.

Notes

1 Lénine, Œuvres, t. XXV, Editions sociales/Editions du Progrès, Paris/Moscou, à partir de 1958, p. 511-512.

2 Michel Heller, Aleksandr Nekrich, L’Utopie au pouvoir, Calmann-Lévy, Paris, 1982.

3 Ibid.

4 Marcel Yvon, Ce qu’est devenue la Révolution russe, éd. Révolution prolétarienne, Paris, 1948, p. 24.

5 Martin Malia, Comprendre la Révolution russe, Seuil, Paris, 1980.

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search