Version classiqueVersion mobile

Le Communisme à contre-modernité

 | 
Pierre Clermont

II – L’étrange rencontre des intellectuels marxistes et des paysans russes

Texte intégral

Les paysans déracinés, base sociale du bolchevisme

Impact social du bolchevisme

1Si les bolcheviks réussirent à l’emporter au terme de trois années de guerre civile dévastatrice, c’est entre autres raisons parce qu’ils réussirent à se constituer une assise militante suffisamment forte pour encadrer et contrôler le pays.

2En février 1917, le Parti comptait officiellement une vingtaine de milliers de membres (et il y a lieu de croire que c’est là une estimation très optimiste). A la veille du coup d’Etat d’octobre, il était déjà cinq ou six fois plus nombreux. En 1921, à la fin de la guerre civile, il comptait 732 000 membres, soit environ trente fois plus que quatre ans auparavant.

3On serait tenté de croire qu’un rassemblement aussi vaste et aussi soudain n’avait aucun caractère de solidité. Il n’en est rien. On y trouvait certes une population flottante d’instables, d’aventuriers, de romantiques, de marginaux et également, à mesure que la victoire se précisait, les habituelles cohortes d’opportunistes et de carriéristes. Mais la grande masse des nouveaux adhérents se montra étonnamment fidèle à son engagement, elle accepta les plus lourds sacrifices et tint bon jusque dans les moments les plus désespérés.

Un recrutement rural

4Comme le montrent les élections à l’Assemblée constituante de janvier 1918, qui restent le critère d’appréciation le plus fiable, le bolchevisme recruta ses partisans les plus déterminés chez les soldats et les ouvriers, c’est-à-dire dans une population essentiellement rurale ou d’origine rurale.

5Dans leur écrasante majorité, les soldats étaient, comme on sait, des paysans mobilisés, passés directement de leur village dans les tranchées. Si, dans les premiers mois de la guerre, ils avaient partagé l’enthousiasme patriotique général, le spectacle des tueries, le dénuement de l’armée, l’incurie du commandement, avaient peu à peu fait naître en eux un farouche sentiment de révolte, qui allait se diriger en premier lieu contre le corps des officiers mais aussi, plus largement, contre l’ensemble de ceux qu’ils jugeaient responsables de cette guerre.

6Quant aux ouvriers, la plupart étaient soit d’ex-paysans (en 1914, plus de la moitié d’entre eux étaient à l’usine depuis moins de dix ans), soit des paysans à temps partiel. Beaucoup en effet restaient membres de leur obščina d’origine et continuaient à cultiver leurs parcelles. L’emploi industriel ne représentait pour eux qu’une source de revenus annexe : d’ailleurs, au moment des grands travaux de l’été, les ateliers des grandes usines russes étaient régulièrement désertés. Seule une minorité était réellement urbanisée et avait coupé ses attaches immédiates avec le village. Elle était généralement plus qualifiée que la moyenne – mais ses sympathies politiques allaient plutôt aux mencheviks.

7Globalement donc, le parti bolchevik de 1920 a recruté ses troupes dans une masse à nette prédominance rurale, dont la culture et les valeurs, du moins dans leurs assises, restent très proches de celles de la tradition patriarcale dans laquelle elle a été formée. Ce sont des hommes de la Russie profonde, surgis d’un univers archaïque et immobile, de mentalité foncièrement traditionaliste et conservatrice, animés par un sentiment national extrêmement fort. Aussi est-on en droit de se demander comment ils ont pu se reconnaître aussi massivement, aussi rapidement, aussi solidement, dans un parti d’intellectuels qui se veulent d’avant-garde et qui n’ont que mépris pour cette Russie « arriérée » et « barbare » des campagnes.

Les désarrois de la modernité

8Ouvriers et soldats ont pour caractéristique commune d’être non seulement des paysans, mais des paysans déracinés. C’est l’industrialisation pour les uns, la guerre pour les autres, qui les ont arrachés à l’univers familier du village, dont ils connaissaient tous les codes, dans lequel ils avaient leur place – un monde pauvre et dur, mais fortement structuré par ses traditions communautaires et égalitaires. Rien ne les a préparés à ce monde nouveau et déconcertant dans lequel ils ont été projetés, qu’il s’agisse de la guerre moderne et de son effroyable capacité de destruction, qu’il s’agisse de l’usine, avec son enfermement, son environnement mécanique, son anonymat, sa hiérarchie. Pour ces hommes passés sans transition d’un monde simple, fixe, routinier, où l’égalité était la règle, à un monde complexe de mouvement, d’innovations, de contrastes sociaux violents, dans lequel ils se sentent écrasés et désorientés, le choc psychologique est considérable.

9Cette confrontation avec la modernité suscite chez eux des sentiments contradictoires. Sur le plan proprement technique, incontestablement, elle les fascine : les nouvelles machines qui remplacent le travail humain et multiplient ses possibilités, les nouvelles inventions qui rendent la vie plus facile, les nouveaux produits venus de l’autre bout du monde, tout cela suscite leur enthousiasme. Les ouvriers qui reviennent chaque été au village ramènent des objets et des récits qui font l’émerveillement de tous. Mais en même temps, ils sont irrités et heurtés par les effets sociaux de la pénétration des rapports marchands. Cette nouvelle Russie urbaine, affairiste et individualiste, qui se développe sous leurs yeux, qui ne respecte plus les anciennes valeurs, qui ne pense qu’à amasser de l’argent, est profondément antipathique à leur vieille conscience communautaire, avec sa mystique de l’égalité et sa haine de l’esprit de lucre. Aux yeux d’une tradition pour qui l’enrichissement personnel ne peut être bâti qu’au détriment de la collectivité, les nouvelles inégalités sociales fondées sur la fortune sont fondamentalement illégitimes. D’où cette hostilité tenace qui couve contre le bogač, le richard, qu’il soit bourgeois des villes ou koulak des campagnes : il est perçu non seulement comme un exploiteur, mais aussi en un certain sens, comme un usurpateur. Si les Russes sont enthousiasmés par la modernité, s’ils voient en elle une source de développement et de prospérité, c’est à condition qu’elle se déploie dans le cadre des valeurs auxquelles ils sont attachés et en lesquelles ils voient le fondement de la justice sociale.

L’identité nationale en crise

10Depuis la révolution de 1905 notamment, le prestige du tsar a considérablement régressé et cette délégitimation du souverain a entraîné celle de tout le système dont il est la tête. Les désastres de la guerre vont considérablement aggraver ce discrédit : la cour sera de plus en plus regardée comme un repaire d’incapables, voire de traîtres, comme un lieu d’intrigues et de corruption, dont la rumeur des débauches de Raspoutine achèvera de ruiner la réputation.

11La pénétration en force des firmes étrangères, qui va croissant depuis le début du siècle, contribue elle aussi à nourrir les rancœurs. Chez une nation traditionnellement soupçonneuse de tout ce qui vient du dehors, angoissée de surcroît par le déclin de sa puissance et la crise de ses institutions, une telle intrusion est perçue comme un signe supplémentaire de décadence. Certes, ouvriers et soldats ne savent pas que 85 % des mines, 50 % de la métallurgie, de l’industrie électrique et chimique, 30 % du textile sont aux mains du capital occidental, mais ils voient partout les signes de cette mainmise. Et pour renforcer cette impression, les ministres s’appellent Witte, Plehve, Stürmer, les généraux, Rennenkampf ou Evert. Comment, au moment de la guerre et de la défaite, n’y aurait-il pas des rumeurs de trahison ?

12En somme, les Russes ont le sentiment d’aller d’humiliation en humiliation, de vivre dans un pays diminué, dont les richesses sont mises à l’encan et les potentialités gaspillées par des dirigeants incompétents et corrompus qui, non contents d’avoir entraîné le pays dans la sanglante aventure de Mandchourie – défaite d’autant plus insupportable pour l’orgueil national que les Russes sont le premier peuple blanc à être battu dans une guerre moderne par un peuple non blanc – l’ont lancé dans une guerre encore plus désastreuse contre l’Autriche et l’Allemagne.

La montée de l’intelligentsia radicale

13L’entrée de la Russie dans la modernité est donc perçue de manière très ambivalente par la population. Matériellement, elle est généralement regardée comme un phénomène positif et souhaitable. En revanche, ses conséquences sociales et politiques, la crise des anciennes valeurs et des anciennes structures, sont beaucoup plus mal vécues. Mais cette crise n’est pas nécessairement attribuée à la modernisation : de même que les désordres sociaux et l’humiliation nationale, elle est plutôt mise au compte de l’incapacité du pouvoir à la gérer.

14Cela étant, les masses ne sont guère plus indulgentes envers les élites modernistes qui briguent la succession. Ces avocats, ces professeurs, ces ingénieurs cultivés, gagnés aux valeurs occidentales, sont pour elles des Messieurs guère différents des autres et elles ne font guère de nuances dans l’établissement des responsabilités. Lorsqu’ils constitueront le Gouvernement provisoire, au lendemain de la révolution de Février 1917, elles lui tourneront le dos presqu’aussitôt au profit du Soviet, dominé par l’intelligentsia radicale.

15Les militants des partis socialistes, avec qui la révolution de 1905 les a mis en contact, sont en effet les seuls qui trouvent désormais grâce à leurs yeux. Leurs diatribes enflammées contre le capitalisme et l’injustice sociale disent ce qu’eux-mêmes ressentent sans savoir l’exprimer. Et elles le disent dans un langage savant qui, du fait, précisément, qu’il leur est opaque, les fascine, car il fonde la légitimité de ce qu’ils éprouvent. C’est dans ce contexte que les bolcheviks vont réussir à s’emparer du pouvoir.

La victoire des bolcheviks

Les causes conjoncturelles

16La montée fulgurante de l’influence des bolcheviks dans les masses ouvrières et chez les soldats est généralement attribuée au fait qu’ils ont su en capter et exprimer mieux que les autres les aspirations. Mais on ne considère d’ordinaire ce phénomène qu’à son niveau politique immédiat : c’est parce qu’ils promettaient la justice sociale, la fin de la guerre et la terre aux paysans qu’ils auraient réussi à rallier aussi vite autant de partisans. Sans sous-estimer l’impact de ce programme, on peut toutefois se demander si l’élément décisif de leur succès est entièrement là. Tous les partis de gauche promettaient la justice sociale : de ce strict point de vue, les masses avaient-elles des raisons particulières de croire plutôt les promesses des bolcheviks que celles des autres ? En ce qui concerne la guerre, en mars 1917, le courant patriotique était encore fort, l’armée tenait bon et les partisans d’une paix immédiate restaient minoritaires. C’est seulement avec la décomposition progressive de l’armée et les progrès du défaitisme, c’est-à-dire à partir de la fin de l’été, que la position des bolcheviks commença réellement à leur rallier des partisans. Quant à la terre, leur programme n’était qu’un plagiat opportuniste de celui des socialistes-révolutionnaires. Certes, on peut considérer que la conjonction de ces trois éléments a suffi à assurer aux bolcheviks l’avantage sur leurs concurrents. Mais cela n’exclut pas la recherche de raisons plus profondes.

L’irruption des masses

17Un second ordre d’explication tient à ce qu’il est convenu d’appeler la dynamique des masses. A partir du moment où le verrou monarchique saute, une immense agitation s’empare de la Russie et, la frontière des possibles reculant à mesure que les institutions se délitent, on assiste à un mouvement de radicalisation politique rapide, qui va profiter de préférence aux forces les plus extrémistes, notamment aux bolcheviks. C’est là le scénario classique qu’on retrouve dans la plupart des révolutions. Mais encore convient-il, pour en saisir réellement la logique, d’en voir, dans le cas précis, la dimension proprement russe.

18En brisant l’institution centrale de l’Etat, le pouvoir monarchique, la révolution de Février a déclenché l’irruption des masses sur la scène politique. Or ces masses sont des masses rurales, issues de la Russie profonde, et qui vont interpréter l’événement non dans les termes de la culture politique occidentale, mais dans ceux de leur culture propre. Pour elles, la chute du tsar ne marque pas la fin d’un régime, mais la fin du Pouvoir lui-même : leur mémoire collective n’a en effet pas connaissance d’un autre pouvoir que celui du tsar et elles n’imaginent pas qu’il puisse jamais en exister d’autre.

Le bunt

19Dès lors, la fin de la monarchie absolue signifie la fin de la contrainte et l’avènement de la liberté. Mais cette liberté est entendue très différemment selon le milieu social. Pour les couches instruites, elle s’exprime à travers le terme de svoboda, qui désigne la liberté politique et civique, une liberté relative et policée en quelque sorte. Les masses, elles, parlent de volja : il s’agit là d’une vision ancestrale et quasi-mystique de la liberté comprise comme antithèse du servage, d’une liberté absolue et illimitée, impliquant la fin de toute contrainte. Cette liberté-là est étroitement associée au bunt, la jacquerie sauvage et dévastatrice de la tradition russe, qui est irruption de la justice immanente, occasion pour les opprimés de rééquilibrer la balance des exactions en la faisant pencher dans l’autre sens.

  • 1 Dans La Roue rouge, Soljénitsyne fait observer que les agressions des paysans contre ceux des leurs (...)

20En décapitant le pouvoir, la révolution a ouvert la porte au déchaînement du bunt. Et de fait, dans les semaines qui suivent février, à mesure que les institutions se liquéfient, on assiste à travers tout le pays à une explosion croissante de violences, de pillages, de règlements de comptes, dirigés contre les paysans riches et les propriétaires terriens à la campagne1, contre les « bourgeois » dans les villes, contre les officiers dans l’armée.

21C’est ce déchaînement que, sur l’initiative de Lénine, les bolcheviks vont chevaucher pour se faire porter au pouvoir. Alors que les autres partis de gauche hésitent à se désolidariser complètement du Gouvernement provisoire et restent soucieux du maintien de l’ordre public (même s’ils contribuent à le saper), Lénine force son parti à la rupture : désormais, les bolcheviks seront systématiquement du côté de la rue. Surenchérissant sur les anarchistes, ils justifient, légitiment, encouragent sans hésiter tous les excès des buntovščiki, des fauteurs de bunt. Or les buntovščiki sont, à cette étape, l’élément moteur de la dynamique révolutionnaire, ses participants les plus déterminés et les plus radicaux, ceux qui, en brisant par la violence les anciennes structures, créent des situations irréversibles. Cette attitude va permettre aux bolcheviks de capter une bonne part de la formidable énergie du bunt et de la mettre au service de leurs fins.

Les noces du marxisme et de la tradition russe

Le modernisme bolchevik

22Mais une telle opération n’était possible que parce qu’au-delà de cette rencontre conjoncturelle, il existait, entre les masses russes en ébullition et le parti bolchevik, une connivence plus profonde, qui tenait à la nature même de la philosophie politique de celui-ci. Si le bolchevisme réussit à s’assurer une assise sociale – minoritaire certes, mais extrêmement déterminée – c’est parce que son discours jouait sur le double registre de la modernité et de la tradition.

23Les bolcheviks se présentent comme un parti d’avant-garde, ils parlent au nom du « socialisme scientifique » et se font les champions de la modernité : grâce à eux, la Russie va être transfigurée, elle va être arrachée à son arriération. Les progrès de la science et de la technique, introduits massivement, vont en faire un pays moderne jouissant d’une prospérité sans précédent. Ils condamnent le capitalisme non seulement comme un régime fondé sur l’exploitation et l’injustice, mais – pour cela même – comme un système archaïque et dépassé, qui fait obstacle au progrès du genre humain. Ils lui opposent le projet d’une société nouvelle, où tous les moyens de production seraient mis en commun, où il n’y aurait plus par conséquent ni exploiteurs ni exploités et où personne ne pourrait plus faire prévaloir son intérêt personnel sur l’intérêt collectif.

D’un collectivisme à l’autre

  • 2 Attachement dont on trouve une démonstration avec la résurgence de l’obščina, institution qui était (...)

24Cette idée que la modernité comme la justice exigeait la transformation de la société sur une base collectiviste éveillait de fortes résonances dans une population dont l’immense majorité était profondément imprégnée de la tradition communautaire et égalitaire des campagnes russes. C’est le futurisme même du discours bolchevik qui l’amenait à retrouver le passé russe et à prendre appui sur lui, réalisant ainsi une extraordinaire et paradoxale synthèse entre l’aspiration des masses russes à la modernité et leur attachement aux valeurs traditionnelles2.

25Il y avait évidemment une distance considérable entre le collectivisme spontané des campagnes russes et le collectivisme universaliste et scientiste des intellectuels bolcheviks. Mais ils n’en étaient pas moins apparentés par tout un ensemble d’options et de repères. Si bien qu’il n’était pas très difficile aux paysans-ouvriers et aux paysans-soldats russes de retrouver, sous la phraséologie nouvelle du discours bolchevik, des valeurs et des aspirations très proches de celles qui formaient depuis des générations les assises de leur culture et qui en tout cas s’intégraient bien plus facilement à leur univers mental que les valeurs individualistes et mercantiles des admirateurs de l’Occident.

La tradition réhabilitée

26Cela ne suffisait évidemment pas pour convertir la masse de la paysannerie au bolchevisme. Mais cela suffisait à le lui rendre sinon sympathique, du moins tolérable. Quant aux ouvriers et aux soldats, ils retrouvaient là des repères qui donnaient enfin un sens au mouvement chaotique de la révolution et qui leur permettaient d’y reprendre pied. Avec ses formulations pédantes, empruntées au registre de la philosophie et de l’économie politique, le discours bolchevik réconciliait les valeurs ancestrales avec le futur. Non seulement il ne demandait aux paysans-soldats et aux paysans-ouvriers aucune remise en cause fondamentale, mais il les confirmait dans leurs convictions profondes, il les rendait à eux-mêmes. Aussi leur était-il facile de passer d’une idéologie à l’autre et il ne faut pas s’étonner si, ayant ainsi retrouvé leurs marques, ils mirent une telle opiniâtreté à défendre la cause de ceux qui les leur avaient rendues.

Le Parti débordé

27Mais la facilité même de cette conversion était trompeuse. Si elle permit à l’intelligentsia bolchevik de réaliser son rêve de conquête du pouvoir, elle n’allait pas tarder à lui poser de redoutables problèmes.

28Par sa soudaineté et son ampleur, l’afflux des nouveaux adhérents avait très vite débordé les capacités d’accueil du Parti. Obligé de parer au plus pressé, celui-ci n’eut ni le temps ni les moyens de les assimiler. Pour toute formation, il se borna à leur inculquer quelques slogans et quelques formules élémentaires. Or, si les nouveaux venus étaient des partisans résolus du progrès et de la modernité, dans de nombreux domaines – dans leur attitude à l’égard des autres nations, du rôle de la femme, de l’éducation des enfants, des formes de la culture, etc. – ils étaient profondément conservateurs, pour ne pas dire profondément réactionnaires. Leur conversion au bolchevisme n’avait réalisé aucun miracle et, sous la veste de cuir du commissaire, ils restaient les paysans russes qu’ils avaient toujours été, avec une vision de la révolution fort différente de celle des intellectuels occidentalisés qui les guidaient.

Deux regards sur la révolution

29Ces intellectuels étaient des marxistes rigoristes. La révolution dont ils avaient pris la tête était dans leur entendement une révolution purement sociale, donc transnationale, conformément au schéma de Marx. Qu’elle se fût produite en Russie n’en faisait pas une révolution russe : elle était le premier acte de la révolution mondiale et l’un de ses objectifs principaux était d’abolir les frontières, d’en finir avec le chauvinisme, d’instaurer la fraternité universelle des travailleurs.

30L’horizon des nouveaux bolcheviks issus de la Russie profonde ne s’étendait pas jusque là. Leur révolution était certes une révolution sociale radicale, qui allait en finir avec l’arriération et l’injustice, mais elle était aussi une révolution russe. Il n’y avait là d’ailleurs aucune contradiction, puisque l’idée que se faisait la conscience traditionnelle d’une société juste se confondait avec l’idée qu’elle se faisait de la Russie – sinon telle qu’elle était, du moins telle qu’elle devait être.

31Ainsi, l’esprit collectiviste et égalitaire de la tradition russe qui formait le véritable fond de la conscience politique des bolcheviks du rang se mariait sans difficulté avec le modernisme et le nationalisme : grâce à la révolution, la Russie allait être la première à édifier la société de l’avenir. Non seulement elle cesserait d’être à la traîne de l’Occident, mais elle allait prendre sur lui toute une étape historique d’avance et deviendrait le phare de toutes les nations (ce qui n’était pas sans réveiller les échos du vieux thème messianique de la Troisième Rome, selon lequel la Russie était appelée à guider le monde sur la voie du salut) : le nationalisme russe pouvait-il rêver plus éclatante revanche ?

Les bolcheviks, nationalistes malgré eux

32Quant elle eut pris le pouvoir, l’intelligentsia bolchevik se trouva donc bien plus prisonnière de sa conquête qu’elle ne lui commandait. Il lui fallait d’abord établir son autorité sur l’ensemble du territoire. Pour cela, elle devait reconstituer l’appareil d’Etat. Dans son esprit, il s’agissait simplement de se donner les moyens de tenir en attendant la révolution européenne. Mais dans une société qui s’était créée autour de l’Etat et dont l’Etat était le principe de cohésion essentiel, restaurer l’autorité centrale signifiait ni plus ni moins que reconstituer la Russie elle-même. Et c’est d’ailleurs ce qui lui valut le ralliement d’un certain nombre d’éléments nationalistes, notamment dans le corps des officiers. On sait que plus de 30 000 d’entre eux combattirent dans les rangs de l’Armée rouge : bien qu’un certain nombre le firent contre leur gré, la plupart servirent loyalement le nouveau pouvoir – on pense en particulier à des chefs militaires de très haut rang comme Broussilov, Klembovsky, Goutor – en qui ils voyaient la seule force capable de remettre sur pied la Russie.

33La guerre civile elle-même, si elle fut bien, conformément au schéma marxiste, un affrontement entre groupes sociaux antagonistes, n’en fut pas moins vécue aussi par les bolcheviks de la base comme une guerre nationale. Affrontés simultanément ou successivement à des troupes tchèques, allemandes, japonaises, anglaises, américaines, turques, françaises, polonaises, comment n’auraient-ils pas eu le sentiment de défendre le sol russe contre l’agression étrangère ? Les armées blanches n’étaient-elles pas équipées et financées par les puissances occidentales ? A l’inverse, le bolchevisme, qui avait reconstitué l’Etat russe, qui avait rétabli Moscou dans son ancienne dignité de capitale, dont le bastion central était l’ancienne principauté de Moscovie, n’apparaissait-il pas comme le dépositaire de la légitimité nationale ?

Le malentendu

34Ainsi, là où les intellectuels bolcheviks ne voulaient voir que le début d’une révolution sociale internationale, les bolcheviks issus du rang voyaient aussi – surtout ? – une révolution nationale, qui allait rendre à la Russie sa puissance et sa grandeur. Là où les premiers ne voulaient voir que le rejet du capitalisme, les seconds voyaient aussi – surtout ? – le rejet de l’influence occidentale et de l’ingérence étrangère.

35Cette discordance, l’intelligentsia bolchevik refusa d’en mesurer la gravité. Elle la croyait passagère, due au faible niveau de formation politique de ses troupes, et ne doutait pas de pouvoir y remédier dès que la situation serait stabilisée. Ce qui faisait sa force – la conviction absolue de détenir dans le marxisme une interprétation indépassable du monde – faisait en même temps sa faiblesse en lui interdisant de discerner ce que cette grille ne prenait pas en compte.

L’isolement

L’échec de la révolution en Europe

36Persuadée de la justesse du schéma de Marx, l’intelligentsia bolchevik ne doutait pas qu’une fois déclenchée, la révolution allait se propager rapidement à l’Allemagne, puis à toute l’Europe. La mobilisation du « vieux monde » contre la « menace bolchevik », sous forme d’intervention armée d’abord, de blocus politique ensuite, ne l’inquiéta pas outre mesure : elle la croyait provisoire, car le prolétariat européen ne pouvait manquer de venir à la rescousse.

37Elle s’aperçut bientôt qu’il n’en serait rien et que la rupture avec l’Europe serait beaucoup plus longue que prévu. Or, pour la plupart des intellectuels bolcheviks, l’Europe était une seconde patrie : non seulement parce qu’ils y avaient vécu leurs longues années d’exil (Lénine par exemple, y avait passé plus de quinze ans) mais parce que c’est d’elle qu’ils tenaient leur formation et leur culture, c’est vers elle qu’ils avaient eu les yeux tournés toute leur vie. En se coupant d’elle, ils se coupaient de leurs racines spirituelles.

La disparition des couches moyennes

  • 3 Pierre Kovalevsky, Histoire de la Russie et de l’URSS, Librairie des Cinq Continents, Paris, 1970, (...)

38Isolés extérieurement, ils l’étaient tout autant intérieurement. La révolution avait en effet eu pour conséquence la disparition de la grande majorité des anciennes élites occidentalisées de la Russie. Entre les opérations militaires, les exécutions d’otages, les épidémies, les famines, l’émigration, on estime qu’environ 80 % des cadres, des intellectuels, des membres des professions libérales avaient disparu en 1921. L’émigration, à elle seule, entraîna près de deux millions de personnes. Selon P. Kovalevsky3, la plupart d’entre elles appartenaient à ces milieux : 75 % environ des émigrés russes possédaient un diplôme d’études secondaires et près de 30 % un diplôme d’études supérieures. Autrement dit, à l’exception d’une poignée d’individus, au demeurant privés de tous droits et relégués aux marges, les anciennes couches moyennes furent presque complètement laminées et la Russie se trouva pratiquement réduite à sa composante la plus élémentaire, la paysannerie, dont la manière de voir et de penser devint prédominante.

39Les intellectuels bolcheviks se voyaient ainsi enfermés pour une durée indéterminée dans un tête-à-tête exclusif avec cette Russie paysanne qu’ils qualifiaient eux-mêmes de « barbare », « arriérée », « à demi sauvage ». Ils détenaient sans doute tous les leviers du pouvoir, mais ils étaient les derniers de leur espèce au milieu d’un océan de moujiks.

La transformation du Parti

40Il y avait plus grave encore : cette force, qui les avait portés au pouvoir – le parti qu’ils avaient créé – avait été elle aussi submergée. Ce n’était plus la petite organisation de conspirateurs d’autrefois, appartenant majoritairement à l’intelligentsia, parlant le même langage et partageant les mêmes références. C’était un immense rassemblement d’inconnus venus pour la plupart des profondeurs du peuple, dépourvus de toute culture politique et souvent de toute instruction.

41Les chefs bolcheviks n’ignoraient pas combien leurs nouvelles recrues étaient frustes, ils en étaient même parfois effrayés – c’est pourquoi d’ailleurs beaucoup d’entre eux pensaient qu’on ne pouvait édifier le socialisme sans l’appui de l’Europe. Mais ils n’en étaient pas moins les maîtres du Parti, puisqu’eux seuls possédaient la culture marxiste nécessaire pour le guider.

Un suicide idéologique

42Cette certitude absolue qu’ils avaient de leur légitimité et de leur empire sur le Parti leur fit adopter une conduite qui allait se révéler suicidaire. Leur désir passionné de s’identifier au Prolétariat, de se prendre pour ce qu’ils n’étaient pas, les obligeait à nier ce qu’ils étaient, et pour le prouver, à continuer à livrer une guerre inexpiable au milieu dont ils étaient issus. De là leur acharnement contre les anciennes élites et tout particulièrement contre les intellectuels, qu’ils s’efforcèrent de détruire physiquement, mais aussi moralement en les bafouant, en les piétinant, en les ridiculisant par tous les moyens.

43Mais si les intellectuels bolcheviks parvenaient assez bien à se mystifier eux-mêmes quant à leur propre être social, ils avaient beaucoup plus de mal à mystifier les cadres d’origine populaire que leur promotion dans la hiérarchie du Parti avait mis en contact quotidien avec eux et dont le bon sens paysan ne s’en laissait pas si aisément conter. En dépit de la considération qu’ils avaient pour ces lettrés, les nouveaux cadres ne pouvaient manquer d’observer qu’ils avaient devant eux des hommes d’une autre culture, qui se réclamaient du peuple, mais qui lui étaient étrangers. Et ils ne pouvaient manquer d’observer non plus que cette autre culture était celle des Messieurs, que tout l’appareil de propagande ne cessait de vilipender et de traîner dans la boue. De telle sorte que plus les intellectuels bolcheviks dénonçaient la « culture bourgeoise », plus ils s’efforçaient de déconsidérer et de ridiculiser ses porteurs et plus ils soulignaient combien eux-mêmes leur ressemblaient, plus ils ruinaient leur propre image.

Le triomphe des prolétaires

44Ceci d’autant plus que les mêmes schémas idéologiques qui leur faisaient dévaloriser des « bourgeois » leur faisaient survaloriser les ouvriers et les hommes du peuple en général. Or les nouveaux cadres surgis de la révolution étaient d’authentiques hommes du peuple. Si leur manque d’instruction les plaçait en position d’infériorité par rapport aux intellectuels, du moins pouvaient-ils revendiquer la pureté de leur origine sociale et ceci compensait cela. Sans relâche, l’appareil de propagande leur répétait qu’ils étaient des hommes nouveaux, purs des souillures du passé, les véritables dépositaires de la légitimité révolutionnaire : comment n’auraient-ils pas fini par questionner l’origine petite-bourgeoise des intellectuels bolcheviks et, au-delà, la légitimité de leur pouvoir dans le Parti ?

L’Opposition ouvrière

45Prisonnière de son identification à un prolétariat mythique, l’intelligentsia bolchevik était ainsi amenée à scier jour après jour la branche sur laquelle elle était assise. Les signes avant-coureurs d’une contestation de son statut se manifestèrent dès 1921, à l’occasion de l’apparition de l’Opposition ouvrière. Ce n’était encore qu’une querelle interne à la « vieille garde », mais déjà y perçait à mots couverts le début d’une critique dirigée contre la monopolisation du pouvoir par les intellectuels.

  • 4 Léonard Schapiro, Les bolcheviks et l’opposition, Les Iles d’or, Paris, 1957, p. 242.
  • 5 Ibid., p. 274.

46L’Opposition ouvrière recrutait ses membres parmi les cadres d’origine ouvrière, notamment ceux qui avaient en charge l’appareil syndical étatisé, associés à des éléments gauchisants comme Alexandra Kollontaï. Dans sa brochure Rabočaja Oppozicija, publiée en mars 1921, celle-ci dénonçait le fait qu’il n’y eût que 17 % d’ouvriers aux principaux postes de responsabilité du parti4. Chliapnikov, ancien ouvrier et principal leader du mouvement, signalait en 1922 devant le Comité exécutif du Komintern que sur trente-cinq secrétaires régionaux du Parti, trois seulement étaient d’origine ouvrière5. C’était la première fois que ce type de problème était posé, qu’on faisait une distinction fondée sur l’origine sociale entre cadres dirigeants du Parti, qu’on opposait les bolcheviks-ouvriers à ceux qui ne l’étaient pas. C’était la première fois, en d’autres termes, que les échos de la féroce lutte de classes qui s’était déroulée dans le pays se répercutaient au sein du Parti.

Le bolchevisme désorienté

47Au printemps 1921, la survie du pouvoir bolchevik était enfin assurée. Mais elle restait extrêmement précaire.

48A l’intérieur, le Parti avait finalement dû battre en retraite devant l’opposition obstinée des paysans. Il lui avait fallu revenir sur certaines des transformations réalisées sous le « communisme de guerre » : rétablir le marché libre, autoriser de nouveau l’entreprise privée et même opérer certaines dénationalisations. Ainsi, le capitalisme, qu’on croyait définitivement renversé, redressait la tête et menaçait de submerger les fragiles assises de la nouvelle société socialiste.

49A l’extérieur, il en était de même : après avoir été sur le point de s’embraser, l’Europe revenait à l’ordre bourgeois. Ayant restauré ses forces, celui-ci n’allait-il pas passer à l’offensive contre la forteresse soviétique ?

50Cet échec de la révolution européenne ouvrait en outre une crise théorique de première grandeur. Jusque-là, toute la stratégie bolchevik avait été conçue comme le prologue de la révolution mondiale. Or celle-ci n’avait pas eu lieu : était-ce une simple pause ou un arrêt prolongé ? Fallait-il s’attendre à ce qu’elle reprenne prochainement, ou bien fallait-il se préparer à de longues années, voire des décennies, de siège ? Mais si la révolution restait trop longtemps confinée à la Russie arriérée, ne risquait-elle pas la dégénérescence – comme d’ailleurs le spectacle de la NEP semblait l’annoncer ?

51Enfin, pour porter le désarroi des bolcheviks à son comble, soudain ils n’eurent plus de chef : en janvier 1924 Lénine disparaissait, ajoutant à tous les problèmes non résolus celui de sa succession et des affrontements qu’elle n’allait pas manquer de susciter chez ses héritiers.

52Dans un tel climat, ce dont le Parti avait le plus besoin, c’était d’un projet clair, simple, correspondant aux aspirations de la masse de ses nouveaux cadres. Et c’est à l’homme qui saurait formuler un tel projet qu’appartenait l’avenir.

Notes

1 Dans La Roue rouge, Soljénitsyne fait observer que les agressions des paysans contre ceux des leurs qui s’étaient détachés de l’obščina, de la commune paysanne, pour s’établir à leur compte furent plus fréquentes que les agressions contre les propriétaires terriens.

2 Attachement dont on trouve une démonstration avec la résurgence de l’obščina, institution qui était en pleine déréliction depuis le début du siècle. Ayant fait main basse sur les terres de la noblesse, les paysans se trouvèrent confrontés à l’épineuse question du partage : il leur apparut alors que la meilleure solution était l’appropriation collective par l’obščina. Celle-ci se trouva de la sorte réhabilitée, ainsi que les valeurs idéologiques qui lui étaient attachées, ce qui contribua à légitimer le discours bolchevik. Voir à ce sujet Pierre Pascal, Civilisation paysanne en Russie, L’Age d’Homme, Lausanne, 1969 et Nicolas Werth, La vie quotidienne des paysans russes, de la Révolution à la collectivisation (1917-1939), Hachette, Paris, 1984.

3 Pierre Kovalevsky, Histoire de la Russie et de l’URSS, Librairie des Cinq Continents, Paris, 1970, p. 365.

4 Léonard Schapiro, Les bolcheviks et l’opposition, Les Iles d’or, Paris, 1957, p. 242.

5 Ibid., p. 274.

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search