Version classiqueVersion mobile

De l’art de plaire en petits morceaux

 | 
Françoise Jaouën

Préface

Texte intégral

1Au cours du xviie siècle, deux événements marquants définissent les enjeux des Lettres : la Querelle du Cid et l’affaire des Provinciales. Le premier montre comment le succès public peut être véritable prise de pouvoir et source potentielle de désordre menaçant la stabilité non seulement de l’absolutisme naissant, mais aussi de la République des Lettres. Car avant d’être confronté à Richelieu et à l’Académie, Corneille, qui revendique la liberté de sa muse, est accusé par ses pairs de vouloir tyranniser le Parnasse. Le succès du Cid, qui rassemble un vaste public traversant les catégories habituelles, l’hostilité de Richelieu, le jugement de l’Académie, l’antagonisme de certains auteurs, contribuent à baliser ici les limites du champ littéraire. La question essentielle qui émerge de la querelle, c’est celle de la légitimité. Corneille peut-il légitimement faire sécession de la République des Lettres ? L’Académie est-elle légitimement investie du pouvoir de législation en matière littéraire ? Le succès public consacre-t-il une légitimité artistique ? Le débat qui s’installe en 1637 et ressurgit périodiquement pendant tout le siècle revêt une dimension indéniablement politique. Mais il n’engage pas une simple rivalité de pouvoirs entre les partis en pas une simple rivalité de pouvoirs entre les partis en présence. Il touche au genre, à la langue et au style. Vaugelas se borne à faire des « Remarques » sur la langue, refuse de se poser en législateur et établit la souveraineté de l’usage. Les salons précieux, lieu d’une réflexion sur le raffinement du langage, sont immédiatement accusés de vouloir exercer une domination tyrannique sur ce même usage. Le Polyeucte de Corneille ravive la querelle de la moralité du théâtre qui refuse au dramaturge le droit de parler des choses saintes, et dont le Tartuffe de Molière fera les frais. Et finalement, la question est posée à propos du style.

2Principal objet de la riposte des jésuites contre les Provinciales, le style des lettres est mis en accusation. On reproche à l’auteur d’avoir utilisé un style bouffon pour parler des choses de la foi, les tournant ainsi en raillerie. Or ce ton « railleur », que Pascal lui-même désigne comme tel, est non seulement le principal responsable du succès des « petites lettres », mais il est aussi rendu légitime par ce succès. La stratégie des Provinciales consiste à montrer que la Sorbonne, en condamnant Arnauld, usurpe une autorité qui ne lui appartient pas, car l’affaire a pour origine une question qui concerne l’usage de la langue, dont seul le public peut juger. S’il ne s’agit pas de théologie mais de politique, le style « divertissant » devient donc légitime.

3Explicitement adressées aux « gens du monde », les Provinciales font appel au bon sens de tout un chacun, et parviennent ainsi à extraire une obscure querelle théologique de son lieu « naturel » (la Sorbonne) pour la mettre en place publique, et ce faisant, transférer l’autorité du jugement des « doctes » aux « ignorants ». Invités pour la première fois à porter un jugement sur des questions qui relevaient jusque-là du domaine exclusif de la faculté de théologie, les gens du monde sont investis d’une autorité absolue car elle ne s’appuie que sur une faculté commune à tous : le bon sens. Les Provinciales reproduisent le tour de force du Cid qui était parvenu à rassembler un public multiple, avec cette différence cependant que ce succès n’est plus le fait d’un hasard, mais le produit d’une véritable orchestration, d’une stratégie littéraire mise au service d’une cause religieuse et politique. Montalte, l’épistolier naïf qui relate l’histoire à son correspondant de province, est à la fois l’incarnation pure et simple du narrateur dont il est a priori impossible de remettre en cause la bonne foi, et un personnage dont l’évolution, guidée par le bon sens, permet à tout un chacun de s’identifier avec lui. Servies par un style divertissant, les Provinciales se présentent à bien des égards comme un véritable roman, dénoncé comme tel par les jésuites qui accusent Montalte d’imposture.

4Mais ce transfert d’autorité de la Sorbonne au lecteur, principal instrument du succès des Provinciales, a aussi pour effet d’introduire une nouvelle donnée dans l’art de la persuasion. Le bon sens, seule « qualité » dont se réclame Montalte, est ce qui permet le consensus intersubjectif. Mais il oblige aussi l’auteur, dont le but n’est plus d’« inventer » ni d’apporter un savoir, à montrer un savoir que le lecteur reconnaîtra pour sien, et dont il s’appropriera la vérité, grâce à son seul bon sens. Le plaisir rhétorique est maintenant fondé sur cette maîtrise illusoire conférée au lecteur, sur un piège tendu à son amour-propre. Or cette stratégie a pour conséquence presque naturelle de faire perdre à l’auteur une partie de ses droits. L’autorité de Montalte repose sur l’anonymat absolu, sur l’impossibilité de dévoiler l’identité de l’épistolier qui ne peut, sans être immédiatement accusé d’hypocrisie et d’imposture, être assimilé à un aucun auteur. Port-Royal mettra presque trente ans à reconnaître que Pascal est l’auteur des Provinciales, pour des raisons historiques et politiques, mais aussi parce qu’il y a une contradiction fondamentale à le désigner comme tel. Montalte est d’abord et avant tout un lieu d’énonciation neutre.

5La stratégie définie par les Provinciales, dont l’efficacité est prouvée par l’extraordinaire succès public que légitime le bon sens, soulève ainsi une question. Peut-elle être mise au service d’un autre genre ? L’apologétique et la morale peuvent-elles avoir recours au même principe sans le secours de Montalte ? Question « théorique », abordée par Pascal dans l’opuscule De l’esprit géométrique, et reprise dans les Pensées. Peut-on s’assurer le bénéfice d’une stratégie littéraire en faisant l’économie d’un narrateur, et en conservant toutefois le principe du transfert d’autorité qui permet au lecteur de s’approprier un texte ?

6Cette question revêt un intérêt tout particulier dans les textes dits moralistes postérieurs aux Provinciales. Les Pensées de Pascal et les Maximes de La Rochefoucauld sont pratiquement contemporains, et La Bruyère situe ses Caractères dans la lignée de ces deux textes. Unis dans un genre et une époque, il relèvent d’un même projet didactique qui vise la réforme des mœurs. Cherchant à convaincre le lecteur que son amour-propre guide toute sa conduite, les moralistes sont confrontés à une véritable aporie rhétorique, car il faut donner à l’adversaire l’avantage du jugement tout en lui faisant voir que ce qu’il juge, c’est lui-même. Véritable mise en scène du sujet de l’énonciation qui montre au lecteur une vérité qui est déjà en lui, l’art de persuader repose maintenant sur une confusion entre énoncé universel à portée morale et énonciation particulière du moraliste, confusion qui est immédiatement reproduite au niveau de la lecture, et signalée par les auteurs eux-mêmes. La Rochefoucauld, accusé par ses contemporains de « juger de tout par lui-même », conseille au lecteur de la préface dans la première édition des Maximes (1665) « de se mettre d’abord dans l’esprit qu’il n’y a aucune de ces maximes qui le regarde en particulier, et qu’il en est seul excepté, bien qu’elles paraissent générales ». Pascal, lui, érige en principe premier ce qu’il appelle la « communauté d’intelligence » entre l’auteur et son lecteur, et déclare : « Ce n’est pas dans Montaigne mais dans moi que je trouve tout ce que j’y vois », tout en souhaitant que les auteurs se désignent eux-mêmes par « on » au lieu de « je ». Quant à la Bruyère, dont le projet intervient, de son aveu même, après le « sublime » Pascal et le « délicat » La Rochefoucauld, il fait un double constat ; contraint de reconnaître que « tout est dit et l’on vient trop tard », il affirme pourtant « je l’ai dit comme mien ». Essayant de réinvestir l’autorité de son texte en s’appropriant la vérité d’un énoncé par le style, il se trouve confronté à un lecteur qui lui résiste, qui s’insurge contre ses « calomnies ». Prenant la défense de ses Caractères, il accuse ses critiques de ne pas savoir lire, de confondre la « poésie » et l’« histoire », et récuse toutes les « clés » de son texte. L’art de la persuasion qui reposait sur une « émancipation » du lecteur semble désormais menacé dans son fondement même.

7La forme de ces trois textes est essentielle. Les Pensées, Maximes et Caractères appartiennent au genre dit de la « forme brève », qui s’inscrit dans une longue tradition. La brevitas est une composante majeure d’une persuasion qui cherche à toucher un public profane, le plus large possible, sensible à l’élégance du style et à l’aisance de la lecture. L’épineuse question de l’inachèvement des Pensées doit être prise ici en compte. Texte posthume, trace d’un projet de grande envergure que Pascal n’eut pas le temps de mener à bien, il reste une énigme, et l’état du manuscrit offre un casse-tête aux chercheurs. Mais cette énigme n’est pas du ressort exclusif de la science des textes ni de l’histoire littéraire. Ce que Pascal a légué à la postérité, c’est un choix. Car il faut prendre parti : pour l’édition des Pensées, car l’ordre des fragments change, et pour ou contre la fragmentation accidentelle du texte ; pour ou contre le privilège d’exception accordé au lecteur par les Maximes ; pour la nature « poétique » ou « historique » des Caractères. Ce choix est inévitable, et le « pari » pascalien ne concerne pas seulement l’existence de Dieu : il est celui auquel tout lecteur est confronté, avant même d’avoir ouvert le livre. Toute lecture est un parti-pris, que les moralistes dénoncent, mais que l’art de persuader érige en principe premier de la croyance à la vérité d’un texte. Le vrai problème est là.

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search