Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fictions en esthétique

 | 
Pierre Sorlin
, 
Marie-Claire Ropars-Wuilleumier
, 
Michele Lagny

L’esthétique et son double

Texte intégral

1Comment croiser en esthétique l’acte de la fiction et l’analyse de la réflexion ? Sans doute le lecteur aura-t-il relevé, entre les textes, maintes résonances non préméditées que le montage pourtant invite à déplier : vues de Sienne ou de rizières, surplus ou désaveu de voix vacantes, rencontres inattendues, inconstituables, par où l’on tente de cerner un événement que l’écriture dérobe à l’idée. Si la fiction appartient à l’art, c’est sans doute par les images qui la portent et la diction qui s’y dissimule : fables du visible, où se dit tout à la fois le désir et le dessaisissement du beau. Mais si la pensée de l’art se fraie une nouvelle voie aujourd’hui, c’est peut-être aussi dans la mesure où elle reconnaît l’exigence fictive qui l’emporte : non tant le récit de soi ou le renvoi de la relation artistique à l’écoute solitaire que le passage obligé par une feinte qui seule peut dépeindre, et en même temps détourne une rencontre ne s’attestant qu’à s’inventer.

2Histoire et illusion, la fiction fonde l’événement sur la simulation. Elle soumet le récit au jeu de l’attirance et du retrait. Miroir, elle réfléchit d’abord sa propre duplicité, retirant du même geste ce qu’elle entraîne à rechercher : l’effet tramé par la course fictionnelle ne se figure qu’en écart ou simulacre ; toujours dédoublé dans l’acte qui le désigne en le défigurant. En cela, le double jeu de la fiction éclaire le paradoxe d’une théorisation esthétique prise au piège de sa propre loi : formuler l’œuvre de l’art, en donner la règle et le principe d’effectuation, tout en rappelant que celle-ci reste toujours en attente. Détour constitutif, qui fait venir l’image au lieu même de l’idée, et le temps là où s’imposerait l’instant. Ainsi l’esthétique ne pourrait-elle se conforter qu’en succombant à la fiction, non seulement parce qu’elle se fonde sur ce qui l’écarte de la règle, mais aussi parce sa règle même la voue à se détourner pour se dire : ne pouvant jamais que dénoncer la charte qu’elle postule, elle n’existe, en outre, qu’à simuler l’avènement de ce qu’elle suppose. Fiction de l’esthétique, donc, que reflète le cercle tracé dans ce volume. La fiction figurerait-elle alors un pluriel interne à la pensée de l’art, qui requiert simultanément la recherche d’un principe et l’abandon à l’événement ?

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.