Version classiqueVersion mobile

Tynianov ou la poétique de la relativité

 | 
Marc Weinstein

Première partie. La poétique de la relativité

Approches

Texte intégral

Préambule

1On connaît le nom de Iouri Tynianov (1894-1943), grande figure du « formalisme russe » – théoricien probablement le plus exigeant et rigoureux du « triumvirat » qu’il formait avec Eïkhenbaum et Chklovski dans les années 1920 ; on connaît aussi certains de ses travaux. Mais l’exposé de sa poétique sous son aspect le plus systématique nous manque encore. Telle est la lacune que le présent ouvrage voudrait combler.

2L’intérêt de la poétique-poïétique de Tynianov tient en un double trait. Elle envisage la littérature dans ce qu’elle a de spécifique, c’est-à-dire son esthéticité, et elle est fondamentalement non aporétique. Les deux traits sont inséparables parce que c’est sans doute lorsque l’activité de recherche spécifie insuffisamment son objet que les apories surgissent ; pour prendre un exemple russe et connu, on se rappelle la contradiction du Bakhtine des années 1920 cherchant à élaborer une poétique, discipline à objet en principe esthétique, tout en considérant les œuvres littéraires comme des phénomènes avant tout idéologiques.

3Très tôt, probablement dès 1919 et explicitement en 1924 dans Le Problème de la langue du vers, Tynianov se rend compte que la poétique ne peut plus travailler avec le fameux couple de la forme et du contenu. D’abord, suggère-t-il, parce que dans ce couple, forme et contenu ne sont pas liés par un lien de nécessité, ensuite parce que ce lien de nécessité faisant défaut, la poétique s’évanouit en devenant soit (quand son souci est celui de la « forme ») une sorte de linguistique ou de stylistique comme chez Brik, Iakoubinski ou Vinogradov, soit (quand son souci est plutôt celui du « contenu ») un commentaire philosophique, sociologique, idéologique au sens large comme chez Bakhtine ou Jirmounski. Et peut-on nier que soixante-dix ans plus tard cet éparpillement bipartite en sémiotiques et stylistiques d’un côté et en approches thématiques de l’autre soit toujours la marque principale de la métalittérature ? Guetteur résolu de la spécificité esthétique de la littérature, Tynianov propose, pour l’appréhender, des concepts nouveaux qui, à la différence de ceux, rigides, des diverses sémiotiques ou linguistiques textuelles ultérieures – des structuralistes à la descendance greimasienne, pour ne prendre que le domaine français –, offrent aujourd’hui l’intérêt théorique de garantir, par leur plasticité, le caractère non aporétique de la démarche poéticienne, autrement dit son adéquation à l’objet.

4Notre but ici est d’indiquer la fécondité de ces outils autant que d’éclairer un aspect du formalisme russe. Nous adopterons provisoirement la perspective tynianovienne, à la fois parce que si fécondité il doit y avoir, elle ne saurait être assénée de l’extérieur et parce que la démarche de Tynianov étant par essence critique, c’est-à-dire soumise à la contemporanéité historique, l’adopter, c’est déjà la critiquer, et la critiquer est déjà, ou encore, la féconder. Ainsi les deux dangers qui guettent le chercheur en sciences humaines devraient pouvoir être conjurés : le maniement non critique d’un outil et la critique négative, « émoussante », d’un outil qu’il s’agirait plutôt d’aiguiser.

Textes de Tynianov disponibles en français

Avertissement : 1) difficultés du projet

5Une première difficulté vient, pour le lecteur non slaviste, de ce que Tynianov travaille presque exclusivement sur la littérature russe, peu connue en France à l’exception des grands prosateurs (Gogol, Dostoïevski, Tourguéniev, Tolstoï, Tchékhov), et en particulier sur la poésie russe, pour le coup pratiquement non lue dans notre pays. Un premier moyen de critique manque donc au lecteur français : confronter Tynianov aux œuvres qu’il étudie.

6Une seconde difficulté tient à ce que les travaux de Tynianov ne sont que peu disponibles en français. Il est donc difficile au lecteur français de confronter notre commentaire aux articles mêmes de Tynianov.

2) Solutions adoptées

7Notre commentaire ne peut malheureusement pallier le défaut de connaissance ou de traduction, en France, de la littérature russe, et surtout de la poésie russe ; il y faudrait quelques volumes de « La Pléiade » ! L’attitude de lecture la plus efficace consistera donc à surveiller, à défaut du contenu, la forme du contenu, c’est-à-dire la logique des analyses proposées par Tynianov.

8Mais nos propos explicatifs pourront être vérifiés par le lecteur français si nous prenons soin de nous référer principalement à des études disponibles intégralement en français. Nous ne saurions trop conseiller de consulter :

  • Iouri Tynianov, Le Vers lui-même, traduction coordonnée par Y. Mignot, UGE, 10/18, Paris, 1977. Les extraits cités ici s’achèveront par l’indication [1977, p. ].

  • Iouri Tynianov, Formalisme et histoire littéraire, préface et traduction de C. Depretto-Genty, L’Âge d’Homme, Lausanne, 1991 (Recueil de 5 études ou articles de Tynianov : « Les archaïstes et Pouchkine », « Tiouttchev et Heine », « Les formes du vers de Nékrassov », « Le fait littéraire », « De l’évolution littéraire »). Les citations de ce livre s’achèveront par les crochets [1991, p. ].

  • les trois travaux inédits en français que nous traduisons dans la seconde partie du présent ouvrage : Dostoïevski et Gogol (contribution à la théorie de la parodie), La Question Tiouttchev, Le Littéraire aujourd’hui. Les citations de ces travaux s’achèveront par les crochets [Ici, p. ].

    • 1 Le recueil composé par Todorov comporte deux autres articles de Tynianov que nous n’indiquons pas i (...)

    Articles disponibles de façon éparse :
    * « Les problèmes des études littéraires et linguistiques », trad. T. Todorov dans Théorie de la littérature, Seuil, 19651.
    * « Destruction, parodie », La Destruction, Seuil, coll. Change, 2, 1969, trad. L. Denis.
    * « Des fondements du cinéma », Cahiers du cinéma, n° 220-221, 1970.
    * « L’intervalle », Action poétique, n° 63, 1975, trad. Danielle Zaslavsky.
    * « Blok » dans Art et poésie russes (1900-1930, textes choisis), Centre Pompidou, 1979, trad. Nadine Dubourvieux.
    * « Sur Khlebnikov » dans Art et poésie russes, op. cit., trad. Zdzislaw Wrzesinski et Nicolas Filatoff.

9Pour les premières occurrences, chaque mention du titre d’un travail de Tynianov est suivie, entre parenthèses, de la date de parution de l’original et, si aucune citation en français n’est donnée à la suite, de la date de parution de la traduction : Le Vers lui-même (1924, 1977).

10Si une citation en français de ce travail est donnée à la suite de la mention du titre, le titre est suivi uniquement de la date de parution de l’original : Le Vers lui-même (1924) et la citation en français est suivie de la date de parution de la traduction de référence : [1977, p.].

11Les difficultés qui viennent d’être mentionnées n’ont naturellement pas lieu d’être pour le lecteur russisant, qui peut directement se reporter non seulement aux œuvres de la littérature russe étudiées par Tynianov, mais aussi aux travaux en russe du poéticien lui-même, telle que la liste la plus actuelle en est établie dans la « Bibliographie des travaux poéticiens et critiques en russe de Tynianov » proposée en fin d’ouvrage.

Principales données biographiques

12Iouri Nikolaïévitch Tynianov naît en Lettonie en 1894. Baigné de culture russe, allemande, latine, il devient très tôt un grand lecteur de poésie : vers six ans il lit le poète russe Valéri Brioussov, le poète ukrainien Tarass Chevtchenko, l’Allemand Heinrich Heine. Lycéen à Pskov de 1904 à 1912, il entre en 1912 à l’université de Saint-Pétersbourg comme étudiant de la faculté d’histoire et de philologie. Malgré son insatisfaction à l’égard notamment du séminaire d’histoire littéraire animé par le professeur Venguérov, à l’égard de son érudition sans système, de son moralisme, c’est une époque d’intenses lectures et de découvertes qui commence pour le futur poéticien formaliste : il lit la poésie et la prose russes écrites depuis le XVIIIe siècle, avec en bonne place Pouchkine, mais aussi la littérature contemporaine (les poètes Blok, Khlebnikov, Maïakovski) et les nouveaux théoriciens de la littérature et de la langue. Si Tynianov ne semble pas avoir connu les travaux de Brunetière ou de Valéry, il lit en revanche le poéticien Chklovski (qui, lui, a lu Brunetière), le linguiste polonais Baudoin de Courtenay, les linguistes Vendryès et Saussure, les théoriciens allemands du vers Saran, Meyman, Wundt, le théoricien français du vers Grammont.

  • 2 Traduit sous ce titre par Andrée Robel aux éditions Gérard Lebovici, Paris, 1985.

13Tynianov mûrit et œuvre dans une période (années 1910-1920) à laquelle la convergence ou la coïncidence de plusieurs strates historiques confère un caractère d’exception : la révolution politique coïncide avec des remaniements essentiels dans le domaine du savoir (physique de la relativité, naissance de la linguistique) et avec de profonds bouleversements de la pratique artistique (futurisme, cubisme, cubo-futurisme, constructivisme, naissance du cinéma). Dans notre domaine proprement dit, Tynianov s’aperçoit rapidement que l’histoire de la littérature telle qu’elle lui est enseignée à l’université de Saint-Pétersbourg ne satisfait pas sa volonté de comprendre. De fait, dans la Russie du début du siècle les études littéraires sont souvent un mélange hétéroclite de réflexions sans contour spécifique, de jugements arbitraires à coloration historique, morale ou politique ; les auteurs d’ouvrages critiques sont dans le ciel des idées morales et philosophiques, et Tynianov pressent qu’il est temps de redescendre vers la terre des mots, du matériau verbal de la littérature. D’une certaine manière, la situation des études littéraires russes de l’époque ressemble à celle de la littérature elle-même : aux abstractions de la poésie symboliste, celle de Blok par exemple (le mot est symbole de quelque chose d’autre, supérieur) les futuristes (Khlebnikov, Maïakovski) opposent, pour reprendre leur célèbre slogan, « le mot en tant que tel ». Et il n’est bien sûr nullement fortuit que Chklovski, le théoricien « formaliste » le plus proche des poètes futuristes russes, publie en 1916 un livre portant le titre de Résurrection du mot2.

  • 3 Voir notre traduction à la fin de cet ouvrage.
  • 4 UGE, 10/18, 1977.

14En 1918, Tynianov rejoint la fameuse Société pour l’Étude du Langage Poétique (en russe et en abrégé OPOÏAZ), dont il est un membre tardif et toujours un peu « marginal ». Il y noue néanmoins de solides amitiés, surtout avec les poéticiens Viktor Chklovski et Boris Eïkhenbaum. En 1921 paraît son premier travail Dostoïevski et Gogol (contribution à la théorie de la parodie)3. Les années 1921-1929 sont une période d’exceptionnelle fécondité : les bases d’une véritable poétique de la littérature russe sont jetées, de Lomonossov à Blok en passant par Derjavine, Karamzine, Pouchkine, Gogol, Dostoïevski, etc. Les découvertes (par exemple celle de Küchelbeker, poète de la première moitié du XIXe siècle, oublié de la philologie traditionnelle et littéralement ressuscité par Tynianov) passent immédiatement dans les conférences données à l’institut de l’Histoire des Arts de Petrograd-Leningrad (1921-1930). 1924 voit la publication d’un ouvrage fondamental, traduit en français sous le titre Le Vers lui-même4.

15Mais Tynianov est aussi critique : il commente les œuvres des prosateurs et des poètes de son temps : Khlebnikov, Pasternak, Mandelstam, Pilniak, Maïakovski, Zamiatine, etc. Là encore, Tynianov fait date : à l’écoute des tendances en gestation, sa critique cesse d’être subjective ou normative, elle retient les artistes qui vont rester, elle est en prise sur l’actualité littéraire comme époque.

  • 5 Tous traduits chez Gallimard.

16En prise assez efficace pour que le poéticien et critique devienne écrivain, avec des romans et récits que le lecteur français connaît bien : Le Disgracié (Kioukhlia) (1925), La Mort du Vazir-Moukbtar (1927), l’humoristique Lieutenant Kijé (1927), Une majesté en cire (1930), La Jeunesse de Pouchkine (1935)5.

17À partir de 1924 Tynianov est aussi théoricien du cinéma (avec des articles comme Cinéma-Mot-Musique, Des fondements du cinéma). Dès 1926 il en est un praticien remarqué, avec les scénarios du Manteau (d’après deux récits de Gogol), de SVD, du Lieutenant Kijé.

18En 1927 Tynianov est encore traducteur. Il traduit la poésie de Heine : les Satires (1927), Allemagne, conte d’hiver (1933), divers Poèmes (1934) – textes où les sarcasmes de Heine masquent souvent le rire anti-stalinien du traducteur.

19La fin des années 1920 voit coïncider pour Tynianov la glaciation politique, l’épuisement de l’activité scientifique et le début de la maladie qui l’emportera en 1943 : la sclérose en plaques. À cette charnière entre les deux décennies, la production théorique de Tynianov se fait plus parcimonieuse et surtout beaucoup moins novatrice. Il explique lui-même dans son ébauche d’autobiographie que l’activité théorique lui répugne désormais et que la pratique d’écriture lui paraît plus importante : il traduit, écrit des récits, et en 1932 entreprend son dernier grand œuvre, un roman sur Pouchkine, objet premier de ses réflexions depuis l’entrée à l’université. Les trois premières parties (La Jeunesse de Pouchkine) paraissent à partir de 1935. En 1941, au début de la Seconde Guerre mondiale, Tynianov est évacué de Leningrad vers Perm. Paralysé par la maladie, il dicte La Jeunesse de Pouchkine à une journaliste de sa connaissance. La sclérose en plaques interrompt définitivement le travail le 20 décembre 1943 dans un hôpital de Moscou.

Argument de Tynianov

20L’apport de Tynianov réside en une double découverte : celle de l’idéalité et de la relativité (non relativiste) du fait littéraire.

211. Idéalité. Il est nécessaire, pour saisir ce point central, de se défier de ce que Tynianov appelle les « habitudes statiques de la conscience » (1977, p. 43), habitudes matérialisantes, immobilistes, fixistes ; et l’on se rappellera que les sciences, du moins les sciences humaines, se sont constituées contre ces habitudes, c’est-à-dire en dévoilant les processus, les rapports dynamiques derrière la matière apparemment en soi, la chose apparemment en général, l’être apparemment statique qui souvent masquent ces processus. On sait tout ce que la phonologie a fait au début de ce siècle pour la linguistique en mettant en lumière l’idéalité du phonème : derrière la matière-chose des lettres et des sons le phonologue montre qu’il y a un rapport (entre le son et le sens), rapport idéel, abstrait, car intervenant entre la matière graphique-sonore et l’esprit des locuteurs qui la perçoivent.

  • 6 Les études aristotéliciennes connaissent un fort regain en Russie à partir des années 1890. Il ne s (...)

22Quant à la littérature, Tynianov, en partie aristotélicien6, estime que pour apercevoir l’esthéticité du phénomène littéraire, il est nécessaire de saisir, derrière l’œuvre-chose-texte-entéléchie, l’œuvre conçue comme dunamis et energuéia, comme rapport : rapport entre ce qu’il appelle le principe ou facteur constructif (qui est ce qui appartient en propre à la littérature, à l’art) et le matériau (qui est ce que l’art emprunte à la sphère non artistique : langue, psychisme, société...). Célèbre et bref exemple : le rythme à la fois fluide et aigu est le principe constructif de la poésie de Verlaine, son matériau étant la matière verbale et thématique mise en forme, façonnée, modelée par ce principe constructif ; face aux mètres pairs trop lourds, solides, monumentaux de la poésie de Leconte de Lisle, les mètres et rythmes impairs de Verlaine créent une légèreté à la fois fluide et pénétrante ; le matériau thématique « Où l’Indécis au Précis se joint » vient donc motiver, confirmer, contresigner le principe constructif (l’impair fluide-aigu). Ce rapport de modelage du matériau textuel-thématique par le principe constructif ou, si l’on regarde dans l’autre sens, ce rapport de motivation du principe constructif par le matériau textuel-thématique est un processus qui se déroule non dans la matière-chose du texte, mais entre ce texte et « l’idée » objective des auteurs et des lecteurs qui le perçoivent, et c’est ce qui permet de parler de son idéalité. Un peu comme le plan dans la maison construite, le principe constructif n’est, dans l’œuvre littéraire, matériellement nulle part, mais il est idéellement partout.

  • 7 Un exemple tout aussi célèbre que Verlaine, mais cette fois pictural, vient immédiatement à l’espri (...)

23Selon Tynianov, l’idéalité du rapport de modelage-motivation entre principe constructif et matériau appartient en propre à la littérature (et à l’art en général7) ; sa prise en compte permet donc au poéticien d’étudier son objet dans ce qu’il a de plus original : son esthéticité.

242. Relativité. Ce second point n’est qu’un autre aspect de la découverte précédente, mais il doit être mentionné à part. Quand le linguiste dit (en simplifiant) que le propre de la langue c’est le rapport entre son et sens, il prend soin de préciser que ce rapport existe non pas en soi, mais perçu par une synchronie de locuteurs : dans la synchronie de 1650 l’adjectif « impertinent » signifie « inexact » ; mais dans la synchronie de 1950 le même adjectif signifie « insolent ». Autrement dit, un mot n’a de sens que relativement à sa synchronie.

  • 8 Dans son Introduction à l’architexte dans Théorie des genres (Seuil, 1986, p. 154), Gérard Genette (...)

25Les mêmes remarques valent, selon Tynianov, pour la littérature : le fait littéraire est un rapport de façonnement-motivation entre un principe constructif et un matériau, mais un rapport perçu par qui ? Par une synchronie d’auteurs et de lecteurs, répond le théoricien. Car ce qui est littéraire à une époque-synchronie ne l’est pas forcément à une autre. La tragédie en vers et en cinq actes est littéraire à l’époque de Corneille, mais elle ne l’est pas à l’époque de Ionesco. La lettre intime et amicale est un fait social en 1630, littéraire en 1680 (Madame de Sévigné). L’essai n’est pas littéraire en 1870, mais il l’est en 1970 (Barthes). La charade est littéraire dans la Russie de 1790 (Karamzine), elle ne l’est plus en 1850. La chronique est un phénomène social en 1920, littéraire en 1970 (Soljénitsyne). La relativité littéraire doit permettre, selon Tynianov, de dépasser les deux points de vue symétriques-opposés : celui du relativisme absolu, où se réfugient tous ceux pour qui la littérarité n’existe que différente dans l’esprit de chaque lecteur, et celui de l’objectivisme absolu, en vertu duquel le théoricien pose, en soi, une définition de la littérarité... qui n’est finalement que la sienne8.

Notes

1 Le recueil composé par Todorov comporte deux autres articles de Tynianov que nous n’indiquons pas ici. Le premier, « La notion de construction », n’est que le début du Vers lui-même, signalé précédemment. Le second, « De l’évolution littéraire », a été retraduit de manière à notre sens plus satisfaisante dans le recueil Formalisme et histoire littéraire mentionné plus haut.

2 Traduit sous ce titre par Andrée Robel aux éditions Gérard Lebovici, Paris, 1985.

3 Voir notre traduction à la fin de cet ouvrage.

4 UGE, 10/18, 1977.

5 Tous traduits chez Gallimard.

6 Les études aristotéliciennes connaissent un fort regain en Russie à partir des années 1890. Il ne serait pas étonnant que Tynianov, consciemment ou non, en ait bénéficié.

7 Un exemple tout aussi célèbre que Verlaine, mais cette fois pictural, vient immédiatement à l’esprit : chez les impressionnistes le principe constructif de la touche fluente appelle et façonne les matériaux de l’eau et de la vapeur (La Gare Saint-Lazare, Les Nymphéas), qui en retour contresignent le principe constructif.

8 Dans son Introduction à l’architexte dans Théorie des genres (Seuil, 1986, p. 154), Gérard Genette critique à juste titre la première position, mais sa critique émane d’une position en symétrie inverse, celle de l’objectivisme absolu ou de l’ontologie, qui pose les équations « littérature = texte » ou « genre = mode linguistique », avec les apories que l’on verra.

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search