Version classiqueVersion mobile

Tynianov ou la poétique de la relativité

 | 
Marc Weinstein

Préface

Jacqueline Fontaine

Texte intégral

1Le propos de Marc Weinstein est ambitieux et le travail largement couronné de succès. Il s’agit en effet pour l’auteur de dégager la problématique d’ensemble et les articulations de la pensée d’un des formalistes russes les plus productifs et les plus attachants, Iouri Tynianov, qui a publié son œuvre de poéticien parallèlement à des productions littéraires de grande qualité. Un des soucis était de garder présente à l’esprit, pour rendre compte du système de pensée de Tynianov, de sa poétique, la « poïétique » de l’écrivain à l’ouvrage. Cette problématique est d’autant plus difficile à capter qu’elle est exposée dans des textes qui sont d’interprétation parfois délicate, à cause de leur inscription dans le moment de l’écriture, à cause aussi du thème développé le plus souvent à partir d’une inspiration très particulière, dont les titres portent la trace (par exemple « La question Tiouttchev », « Les Argiens, tragédie inédite de Küchelbeker »). Comme le note ici Marc Weinstein, la poétique de Tynianov « n’est pas une science des formes générales mais une science des formes générales prises dans des fonctionnements particuliers ». Adepte d’un style elliptique, encouragé sans doute en cela par l’habitude de l’exposé oral, Tynianov ne définissait pas les termes qu’il employait ni ne décrivait explicitement les concepts, entraînant ainsi une compréhension incertaine, qui d’un texte à l’autre déconcerte le lecteur.

2Tynianov s’attache à faire apparaître l’éventuelle spécificité littéraire des œuvres : une élaboration à chaque fois autre du matériau par le principe constructif. Cette fonction, proprement esthétique, n’est pas permanente dans l’histoire : on ne peut la saisir que dans la contemporanéité de son apparition, donc à travers l’appréciation des lecteurs, dépositaires de l’exigence de nouveauté de l’époque. C’est ce qui explique l’aspect érudit des études de Tynianov, attentif à recueillir le plus de témoignages possible pour que le poéticien, à partir de son propre présent, puisse appréhender le présent de l’écriture de l’œuvre.

3Afin de rendre lisibles les enjeux d’une telle démarche, la perspective choisie par Marc Weinstein consiste à dégager et à étudier un certain nombre de points dits nodaux « dans leur ordre chronologique d’émergence ». « Non seulement, écrit-il, la valeur générale de chacun ne devrait pas souffrir de son enracinement historique, mais la description même de ces déterminations historiques devrait à l’inverse éclairer l’efficience de cette généralité ». La méthode fait ses preuves, puisqu’elle lui permet de suivre par relais l’évolution en réseau de la pensée poéticienne de Tynianov, tout en reconstituant la conception d’ensemble. Ainsi ce travail répond au besoin de tirer au clair, dans sa globalité, la pensée théorique de Tynianov – ce qui est indispensable pour le public russisant qui la connaît mal – mais aussi de la faire connaître en France, à l’écart des généralités dont les Français ont dû se contenter, par méconnaissance de la langue et d’une bonne partie de la littérature russe à laquelle Tynianov accorde toute son attention.

4En se mettant au dépouillement des textes, en les comparant parfois avec les positions d’autres formalistes, l’entreprise de Marc Weinstein nous permet de prendre la mesure de l’originalité de Tynianov et de faire voler en éclats l’idée encore répandue d’un « formalisme » russe dont la cohésion serait évidente.

5Les traductions des trois écrits « inaccessibles », qui forment la seconde partie de l’ouvrage, sont partie intégrante du propos, puisqu’elles s’éclairent du texte précédent, tout en le rendant plus lisible que s’il était réduit à lui-même.

© Presses universitaires de Vincennes, 1996

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search