Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fictions en esthétique

 | 
Pierre Sorlin
, 
Marie-Claire Ropars-Wuilleumier
, 
Michele Lagny

Fictions ?

Texte intégral

1Livre centrifuge, développé, éclaté, né d’une rencontre avec un jeu de photographies. Images soignées, cadrées, images séduisantes, aux blancs soyeux, épais, aux noirs sans relief. Ou encore clichés d’ethnologue, de géographe, documents minutieux, regards d’hier sur un paysage disparu. Oublié, retrouvé, le recueil de Théo Lesoual’ch n’offre aucun parcours et se prête à tous les itinéraires ; des taches, des cercles, des traces s’y répondent et s’y enchaînent, séparés ou rapprochés par le trait gras de l’écriture. Entre le témoignage et l’invention, des photographies trop parfaites mettent à distance le paysage ; la fiction d’une histoire qui ne se construit pas, d’un montage qui ignore ses enchaînements met en place un objet incertain, beau sans doute, insistant, exigeant. Lesoual’ch nous a tirés hors cadre, hors de ses clichés obsessionnellement réussis. Le livre ne répond à aucune des questions que l’album aurait pu ouvrir, mais il cède aux tentations qui s’en dégagent. Celle surtout des retours obsessionnels, des litanies, des reprises, des idées fixes, du noir qui crève la page, des mots qui s’empilent. Quand l’objectif se déclenche, quand la phrase s’écrit, dans le seul plaisir de leurs mouvements propres, le résultat final, album, poème, essai critique, efface ce qui Ta provoqué ; la fiction est cette illusion terminale, le produit achevé, l’œuvre en somme. Le cahier de Lesoual’ch était une provocation, mais il nous invitait à chercher ailleurs, il projetait le mirage d’un livre où l’avancée esthétique serait raisonnée et réalisée, interrogée et mise en œuvre. La fiction est venue d’abord avec l’envie de faire écrire un ouvrage à plusieurs voix ; elle s’est nouée, dénouée, contredite dans l’écart que chaque texte affiche par rapport à ceux qui l’avaient précédé. Cinq textes s’alignent, de part et d’autre d’un album. Il faudrait les regrouper, les étoiler, et, mirage ultime, les recouper entre eux. Ou bien les prendre comme amorce d’un événement qui n’a pas eu lieu, d’un essai de livre qui trouve sa forme dans l’inachevé : l’esthétique serait ici la tension qu’a provoquée cette fiction initiale, la rencontre avec des images-textes.

© Presses universitaires de Vincennes, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.