Version classiqueVersion mobile

Des hommes, des femmes et des choses

 | 
Juliette Frølich

II. Pour une poétique de l’Objet dans le roman

Pour ne pas conclure...

Texte intégral

Ce serait une salle de séjour, longue de sept mètres environ, large de trois. À gauche, dans une sorte d’alcôve, un gros divan de cuir fatigué serait flanqué de deux bibliothèques en merisier pâle où des livres s’entasseraient pêle-mêle. Au-dessus du divan, un portulan occuperait toute la longueur du panneau. Au-delà d’une petite table basse, sous un tapis de prière en soie, accroché au mur par trois clous de cuivre à grosses têtes, et qui ferait pendant à la tenture de cuir, un autre divan, perpendiculaire au premier, recouvert de velours brun clair, conduirait à un petit meuble haut sur pieds, laqué de rouge sombre, garni de trois étagères qui supporteraient des bibelots : des agates et des œufs de pierre, des boîtes à priser, des bonbonnières, des cendriers de jade, une coquille de nacre, une montre de gousset en argent, un verre taillé, une pyramide de cristal, une miniature dans un cadre ovale.
Georges Perec, Leṣ Choṣeṣ

1L’Objet dans le roman représente, parle, agit, signifie. Lire l’objet dans le roman, c’est découvrir la polyphonie de ses multiples langages. Lire l’objet dans le roman, c’est appréhender son immense potentiel de signifiance romanesque.

2À évaluer l’itinéraire parcouru, on constate que notre traversée sur les traces de l’objet dans le « roman parisien » de Balzac, de Flaubert et de Proust nous a fait pénétrer dans un domaine à plus vastes horizons, dans l’immense et fascinant monde des objets dans le roman.

3Ainsi, au moment d’achever notre enquête, nous ne saurions conclure, puisque nous savons maintenant que l’exploration des objets dans le roman n’a fait que commencer. Car les objets romanesques sont de formidables machines à récits, tant ils nous invitent à déchiffrer leurs langages, à nous mettre à l’écoute de leurs narrations innombrables.

4L’objet, porte-parole et interprète – des hommes, des femmes et de leurs choses. L’objet, acteur par excellence dans l’histoire des passions que raconte le roman. À l’examiner sous toutes ses faces, à se mettre à l’écoute de toutes ses voix qui, intensément, nous parlent des hommes, des femmes et des choses, voici qu’il nous apparaît comme un reflet dans un miroir – de nous-mêmes, des multiples et complexes relations que nous entretenons avec notre monde d’objets. Qu’il nous invite à nous voir de plus près, au plus vrai ? Nous invite à explorer son langage de notre côté du miroir ?

5Le roman ou la vie mode d’emploi – des hommes, des femmes et des choses. Plaisirs, désirs des objets, de leurs langages, de leurs savoirs – sur nous. Désir de percer les secrets des objets dans le roman...

© Presses universitaires de Vincennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search