Version classiqueVersion mobile

Des hommes, des femmes et des choses

 | 
Juliette Frølich

I. Pour une anthropologie de l’Objet dans le roman

Sous les soleils de Mme Swann Proust paysagiste de Paris

Texte intégral

D’ailleurs, à tout moment, reconnue au fond de la transparence liquide et du vernis lumineux de l’ombre que versait sur elle son ombrelle, Mme Swann était saluée par les derniers cavaliers attardés, comme cinématographiés au galop sur l’ensoleillement blanc de l’avenue [...].
Proust, Autour de Mme Swann

Maurice Barrés a dit de Proust : « Un poète persan dans une loge de concierge. » Celui qui, le premier, a abordé l’énigme de l’intérieur du siècle dernier, pouvait-il être autre chose ?
W. Benjamin, Le Livre deṣ Paṣṣageṣ

1Au moment d’aborder, avec Proust, « l’énigme de l’intérieur du siècle dernier » et plus particulièrement celle des espaces socioprivés habités par Mme Swann, admirons un moment l’instantané d’Odette placé en exergue de ce chapitre. À le regarder de près, ne perçoit-on pas l’emprise véritablement solaire que cette femme exerce sur l’ensemble de son univers ? Relisons le texte, pour le plaisir de notre rêverie !

  • 1 Autour de Mme Swann, première partie d’À l’ombre deṣ jeuneṣ filleṣ en fleurṣ. Pour des rai (...)

D’ailleurs, à tout moment, reconnue au fond de la transparence liquide et du vernis lumineux de l’ombre que versait sur elle son ombrelle, Mme Swann était saluée par les derniers cavaliers attardés, comme cinématographiés au galop sur l’ensoleillement blanc de l’avenue […]1 (I, 629)

2Sous le soleil de Mme Swann : dans le champ d’optique où se distingue une belle promeneuse, des hommes à cheval tournent et saluent en s’inclinant. Hommes-ombres chevaleresques d’une lanterne magique d’antan, hommes-ombres de cavaliers mondains « recyclés » pour les besoins de l’époque contemporaine, « cinématographiés » maintenant, moulés sur l’écran blanc d’une avenue ensoleillée. Au centre de l’image, Mme Swann, silhouette tachetée de lumière et d’ombre, figure ruisselante, lumineuse, irradiant sous un ciel de soie circulaire.

3On s’en souvient, cet instantané d’Odette fait partie d’un triptyque. Le texte proustien, dans les dernières pages d’Autour de Mme Swann, s’articule en effet autour d’une triple évocation de « Mme Swann sous son ombrelle ». Tableau premier au sens propre du terme, le moment de l’épiphanie : par une radieuse journée de printemps, éblouissante fleur-soleil, Mme Swann surgit au Bois de Boulogne, sous « le pavillon de soie d’une large ombrelle » :

Tout d’un coup, sur le sable de l’allée, tardive, alentie et luxuriante comme la plus belle fleur, et qui ne s’ouvrirait qu’à midi, Mme Swann apparaissait, épanouissant autour d’elle une toilette toujours différente, mais que je me rappelle surtout mauve ; puis elle hissait et déployait sur un long pédoncule, au moment de sa plus complète irradiation, le pavillon de soie d’une large ombrelle de la même couleur que l’effeuillaison des pétales de sa robe. (I, 625)

4Second volet du triptyque, la prise de vue panoramique présentée en début de chapitre : Mme Swann au milieu de l’avenue ensoleillée, entourée de cavaliers ponctuant les figures de danse par leur révérence circulaire. Dernier volet enfin, et point d’orgue final de toute la partie du roman qui porte son nom : Mme Swann, maintenant fixée dans la mémoire, peut dorénavant prendre place parmi ces images poétiques privilégiées qui, durablement incrustées dans le souvenir du narrateur, pourront être rappelées et « relues » à volonté, régulièrement, interminablement :

Et, comme la durée moyenne de la vie – la longévité relative – est beaucoup plus grande pour les souvenirs des sensations poétiques que pour ceux des souffrances du cœur, depuis si longtemps que se sont évanouis les chagrins que j’avais alors à cause de Gilberte, il leur a survécu, le plaisir que j’éprouve, chaque fois que je veux lire, en une sorte de cadran solaire, les minutes qu’il y a entre midi un quart et une heure, au mois de mai, à me revoir causant ainsi avec Mme Swann, sous son ombrelle, comme sous le reflet d’un berceau de glycines. (I, 629- 630)

5Un monde sous le soleil de Mme Swann... De quoi s’agit-il en effet, dans cette partie de la Ṛecherche, sinon de tout ce qui – hommes, lieux, fleurs et objets – se meut concrètement, fictivement, poétiquement autour de Mme Swann ; autrement dit, de tout ce qu’englobe et embrasse le cercle soyeux d’une ombrelle « ouverte et tendue comme un autre ciel plus proche, clément, mobile et bleu » (I, 626) ? Odette, personnage comme extrait de ses « lieux » ; Odette, personnage sécrétant et meublant son monde ; Odette, enfin, divinité solaire embrassant « son » monde sous le firmament, soyeux et circulaire, d’un parasol semblable à quelque « berceau de glycines ».

Un geste vestimentaire : les atours de Mme Swann

6Scènes du théâtre d’Odette : Odette, femme du monde et de la mode, personnage en continuelle exposition, privée ou publique, dans ses peignoirs, ses toilettes de ville et ses fourrures ; Odette, dans son jardin d’hiver, arrangeant, théâtralisant ses fleurs « chic » ; Odette, dans son salon, présidant au rituel combien reçu de son thé ; Odette, reine de la mondanité, se promenant sur l’avenue du Bois de Boulogne « comme dans l’allée d’un jardin à elle » (627). Bref, Odette, personnage créant, régissant, orchestrant, illuminant l’espace de sa vie, continuellement – et inlassablement. Ainsi, semblable à ces keepsakes romantiques qui faisaient les délices d’Emma Bovary au couvent, Autour de Mme Swann se présente comme un livre d’images, mondaines et sensuelles, avec Odette au centre, rose ou mauve, tant dans le rôle du protagoniste que dans celui de l’artiste, à la fois metteur en scène et chef d’orchestre de soyeux spectacles dans lesquels elle joue le premier rôle.

7Fantasmagories de la vie d’Odette, spectacles de rêves s’articulant autour de Mme Swann et des multiples rôles et costumes que lui fournit le monde des choses. Regardez-la habillée de ses fantasmagories ! La voici en « reine des neiges » d’un conte d’Andersen, fantasmagorie de la blanche fourrure :

[...] recevant dans des fourrures, ses mains et ses épaules frileuses disparaissant sous le blanc et brillant tapis d’un immense manchon plat et d’un collet, tous deux de zibeline, qu’elle n’avait pas quittés en rentrant et qui avaient l’air des derniers carrés des neiges de l’hiver plus persistants que les autres, et que la chaleur du feu ni le progrès de la saison n’avaient réussi à fondre. (I, 623)

8La voici dans un autre de ses souverains déguisements, incarnation d’un hymne à un factice printemps, nouvelle fantasmagorie, suscitée cette fois par un bouquet de violettes :

Aurais-je même pu leur faire comprendre l’émotion que j’éprouvais par les matins d’hiver à rencontrer Mme Swann à pied, en paletot de loutre, coiffée d’un simple béret que dépassaient deux couteaux de plumes de perdrix, mais autour de laquelle la tiédeur factice de son appartement était évoquée, rien que par le bouquet de violettes qui s’écrasait à son corsage et dont le fleurissement vivant et bleu en face du ciel gris, de l’air glacé, des arbres aux branches nues, avait le même charme de ne prendre la saison et le temps que comme un cadre et de vivre dans une atmosphère humaine, dans l’atmosphère de cette femme, qu’avaient dans les vases et les jardinières de son salon, près du feu allumé, devant le canapé de soie, les fleurs qui regardaient par la fenêtre close la neige tomber ? (I, 418)

9De nombreux titres de la Ṛecherche (Du côté de chez Swann, Le côté de Guermanteṣ, Sodome et Gomorrhe, etc.) thématisent dans l’espace romanesque un lieu, un site, un endroit géographique, voire mythique. Un lieu est évoqué aussi, lorsque le titre, au lieu d’un site, fixe, épingle, expose la silhouette d’un personnage, silhouette soit immobilisée en recluse, soit dynamisée dans le mouvement de sa fuite. Ainsi, un titre comme La Priṣonnière appellera comme en attribut évident le huis-clos de la réclusion, tandis que La Fugitive fait éclore autour d’elle, comme corrélat spatial indispensable, tout un espace de l’évasion. Bref, une évidente topologie spatiale semble régner en titrologie proustienne.

10Autour de Mme Swann, titre du premier volet des Jeuneṣ Filleṣ en fleurṣ, ne fait pas exception à cette règle. Ici encore, tout un espace autour d’un nom. En témoignent, tout naturellement, les relevés, dans le texte proustien, de Mme Swann sémantiquement entourée de mouvants cercles meublés d’une variété de choses, bijoux et bibelots, porcelaines et toilettes, hommes, salons et appartements.

  • 2 Rappelons comme un amusant « à-propos » l’évocation de Mme Verdurin sous forme de « person (...)

11Petit inventaire : Mme Swann dans sa chambre, parmi « la multitude des miroirs, des brosses d’argent, des autels de saint Antoine de Padoue sculptés et peints par les plus grands artistes, ses amis » ; Mme Swann dans son boudoir, « entourée de Saxe » (I, 605) ; Mme Swann en ville, « entourée de sa toilette comme de l’appareil délicat et spiritualisé d’une civilisation » (I, 609) ; Mme Swann en promenade, chaperonnée par « toute une suite [qui] l’environnait » (I, 625) ; au cours d’une promenade hivernale, Mme Swann « autour de laquelle la tiédeur factice de son appartement était évoquée » (I, 418) ou, inversement, pendant une belle matinée d’été, Mme Swann au Bois de Bologne, comme entourée de l’atmosphère tempérée de son appartement dont « elle portait encore autour d’elle l’ombre intérieure et fraîche » (I, 626). Autrement dit, Mme Swann sécrétant son entourage, Mme Swann pivot imaginaire d’habitacles concentriques déferlant de sa personne, ou encore, Mme Swann sorte d’univers ambulant imaginé, promenant avec elle, partout et par tout temps, ce « petit monde dont elle était le soleil » (I, 605)2. Les « autour » de Mme Swann – et comment, pourquoi, ne pas parler de ses « atours » ?

  • 3 G. Poulet, L’Eṣpace prouṣtien, Gallimard, « NRF », Paris, 1963. Voir notamment p. 35-51.
  • 4 Odette Swann ne semble pas avoir retenu l’attention de l’auteur de L’Eṣpace prouṣtien.
  • 5 G. Poulet, op. cit., p. 40.

12Relisons L’Eṣpace prouṣtien3. Telle est l’observation, point de départ de cette lecture : la relation du personnage proustien à son univers semble régie selon un rapport de détermination particulier qui le fait toujours apparaître placé dans un certain entourage géographique (lieu, site, environnement local), décor-objet lui servant de cadre, de support, d’écrin. Or, pour articuler ce rapport particulier entre le lieu et l’être, G. Poulet recourt à une formule qui, sans explicitement s’y référer4, paraît comme empruntée au réservoir d’images d’où découle toute la figure d’Odette Swann dans le roman proustien. Chez Proust, écrit-il, « les êtres s’entourent des lieux où ils se découvrent, comme on s’enveloppe d’un vêtement qui est en même temps un déguisement et une caractérisation5 ». Exemples, entre autres, Albertine ou la duchesse de Guermantes. Certes ! Mais comment ne pas voir que Mme Swann se trouve représentée comme la magistrale illustration d’un personnage « né » et « vivant » sur un mode proprement veṣtimentaire ?

  • 6 Voir plus haut, le chapitre « Salon parisien avec femme meublée ».

13En effet, on sait combien Odette de Crécy au point de départ de sa vie romanesque, est un personnage fuyant et discontinu, simple silhouette sans contours précis ni permanents. Prototype en ceci du personnage proustien, Odette, tout au long de son roman, surgit dans un lieu, un environnement. Elle a besoin d’un « habitat », moins pour s’expliquer que pour se matérialiser, pour s’imposer et survivre dans la mémoire de Swann comme dans celle du narrateur et du lecteur. Voici Odette se profilant sur l’arrière-fond de ses changeants intérieurs, au milieu d’une quantité d’objets tout aussi hétéroclites que son personnage, depuis le « petit hôtel très étrange avec des chinoiseries » (I, 413) où réside Mme de Crécy, en passant par la série des décors changeants de l’appartement habité par Mme Swann6, jusqu’à cet intérieur tout uni, tout en blanc, dans lequel, nous l’avons vu, Odette, en fourrure d’hermine, s’invente une « symphonie en blanc majeur » avec son ameublement et sa toilette (I, 624). Ainsi, l’enveloppant par couches successives, ses « intérieurs », décorés « à son image » lui servent de costume, de déguisement, composent la série des images dans lesquelles elle, et nous, désirons la reconnaître. Autrement dit, les intérieurs d’Odette constituent les enveloppes combien parlantes des « hypertextes » du personnage : vêtements, choses, objets, salons et boudoirs composent des fragments de texte qui, littéralement, habillent et même composent le personnage, lui donnent son volume romanesque.

14Il est frappant de constater, par conséquent, que le roman proustien, en ce qui concerne Mme Swann, présente cette action essentiellement génératrice des choses comme un processus qui se trouve, au contraire, entièrement produit par le personnage. Tout au long de son récit, Proust choisit en effet de « personnaliser » l’action, l’interaction des choses, et de confier le rôle générateur de la constitution, voire de la personnification du personnage, au personnage lui-même. Autrement dit, le geste vestimentaire que nous avons discerné en tant que geste premier du personnage sera, dès l’abord, un geste essentiellement autoréfléchi : au lieu de la montrer vêtue d’habitats et de choses, le roman représentera Odette sans cesse en train de « générer » ses lieux, ses décors, ses objets pour s’en revêtir. Sécrétant ainsi cet espace qui l’habille en couches successives et qui, tel un vêtement, lui donne son volume, son prolongement, son gonflement romanesques, tout se passe comme si, dans un mouvement inaltérable, se dessinaient autour de Mme Swann des cercles formant, à partir du centre qui est elle-même jusqu’à une circonférence qui est une projection d’elle-même, un parcours qu’Odette franchit dans la joie, avec la même aisance qu’elle apporte à l’exercice de footing qu’elle s’impose quotidiennement pour son hygiène. Notez ce regard circulaire imperceptible, mais autoritaire, avec lequel Odette contrôle, domine, dirige et ordonne tout son monde, tout son alentour, tous ses atours :

À un moment en effet, c’est dans l’allée des piétons, marchant vers nous, que j’apercevais Mme Swann laissant s’étaler derrière elle la longue traîne de sa robe mauve, vêtue, comme le peuple imagine les reines, d’étoffes et de riches atours que les autres femmes ne portaient pas, abaissant parfois son regard sur le manche de son ombrelle, faisant peu attention aux personnes qui passaient, comme si sa grande affaire et son but avaient été de prendre de l’exercice, sans penser qu’elle était vue et que toutes les têtes étaient tournées vers elle. Parfois pourtant, quand elle s’était retournée pour appeler son lévrier, elle jetait imperceptiblement un regard circulaire autour d’elle. (I, 412)

Les habits d’une Impératrice

15Odette et ses toilettes, Odette et la Mode. À relire Autour de Mme Swann dans cette optique, on risque de se méprendre : s’agit-il d’un récit romanesque ou bien simplement du reportage d’un journal de mode ? Tant le descriptif combien détaillé et sophistiqué des atours de Mme Swann semble prendre le dessus, en volume et en importance ! Cependant, à y voir de près, ces pseudo- « photos de mode » proustiennes remplissent une fonction à la fois narrative, romanesque et poétique. Autrement dit, les toilettes d’Odette et leurs descriptions sont des récits qui, travaillant le personnage selon la thématique du geste vestimentaire, non seulement contribuent à consolider le volume romanesque de Mme Swann, voire son statut de personnage, mais en font encore un véritable livre d’images : les toilettes d’Odette ou les habits de l’Impératrice ! Rappelons-nous le conte d’Andersen.

  • 7 « Quand par un jour encore froid de printemps elle m’avait avant ma brouille avec sa fille (...)

16Deux « récits de robes » se proposent tout particulièrement à la lecture, celui des robes que porte Mme Swann les jours de son « Choufleury » et celui de Mme Swann en tenue de ville, se promenant avec le narrateur au Jardin d’acclimatation7 En fait, ces deux récits, qui se suivent de près dans la chronologie narrative, développent en se complétant la thématique vestimentaire sous la forme de complexes processus de « doublures », à la fois spatiales et temporelles. Pour la clarté et l’économie interprétatives, lisons l’un en lui juxtaposant l’autre comme son commentaire :

Quand Gilberte qui d’habitude donnait ses goûters le jour où recevait sa mère, devait au contraire être absente et qu’à cause de cela je pouvais aller au « Choufleury » de Mme Swann, je la trouvais vêtue de quelque belle robe, certaines en taffetas, d’autres en faille, ou en velours, ou en crêpe de Chine, ou en satin, ou en soie, et qui non point lâches comme les déshabillés qu’elle revêtait ordinairement à la maison, mais combinées comme pour la sortie au dehors, donnaient cet après-midi-là, à son oisiveté chez elle quelque chose d’alerte et d’agissant. Et sans doute la simplicité hardie de leur coupe, était bien appropriée à sa taille et à ses mouvements dont les manches avaient l’air d’être la couleur, changeante selon les jours ; on aurait dit qu’il y avait soudain de la décision dans le velours bleu, une humeur facile dans le taffetas blanc, et qu’une sorte de réserve suprême et pleine de distinction dans la façon d’avancer le bras avait, pour devenir visible, revêtu l’apparence, brillante du sourire des grands sacrifices, du crêpe de Chine noir. Mais en même temps, à ces robes si vives la complication des « garnitures » sans utilité pratique, sans raison d’être visible, ajoutait quelque chose de désintéressé, de pensif, de secret, qui s’accordait à la mélancolie que Mme Swann gardait toujours au moins dans la cernure de ses yeux et les phalanges de ses mains. Sous la profusion des porte-bonheur en saphir, des trèfles à quatre feuilles d’émail, des médailles d’argent, des médaillons d’or, des amulettes de turquoise, des chaînettes de rubis, des châtaignes de topaze, il y avait dans la robe elle-même tel dessin colorié poursuivant sur un empiècement rapporté son existence antérieure, telle rangée de petits boutons de satin qui ne boutonnaient rien et ne pouvaient pas se déboutonner, une soutache cherchant à faire plaisir avec la minutie, la discrétion d’un rappel délicat, lesquels, tout autant que les bijoux, avaient l’air – n’ayant sans cela aucune justification possible – de déceler une intention, d’être un gage de tendresse, de retenir une confidence, de répondre à une superstition, de garder le souvenir d’une guérison, d’un vœu, d’un amour ou d’une philippine. Et parfois, dans le velours bleu du corsage un soupçon de crevé Henri II, dans la robe de satin noir un léger renflement qui, soit aux manches, près des épaules, faisait penser aux « gigots » 1830, soit au contraire sous la jupe aux « paniers » Louis XV, donnaient à la robe un air imperceptible d’être un costume et en insinuant sous la vie présente comme une réminiscence indiscernable du passé, mêlaient à la personne de Mme Swann le charme de certaines héroïnes historiques ou romanesques. (I, 609-610)

On le constate dès l’abord : au lieu de « dévêtir » Mme Swann dans une tentative de dissection du texte de sa toilette, l’écriture proustienne procède dans cette séquence de façon à simuler un habillement, couches par couches, du corps d’Odette. Autrement dit, la description mime le geste vestimentaire, ce geste qui donne au personnage son volume, voire son identité particulière. Ainsi, il y a d’abord le récit de « la robe vive », la robe moulant, doublant le corps comme une seconde peau, une flexible et obéissante enveloppe : les tissus s’animent, se modèlent sur une taille, sur les mouvements d’un corps, sur les gestes d’un bras. Et voici que ces tissus eux-mêmes prennent corps, deviennent discours, disent celle qui les habite, exposent sa « décision », son « humeur facile », ses articulations de « réserve suprême et pleine de distinction ».

17S’ajoute alors au « récit de la robe vive » un second récit, une seconde « doublure », le récit d’une lecture scrutant le texte des robes au niveau, cette fois, de leurs « garnitures ». Il s’agit maintenant de donner au personnage ses dimensions en profondeur : profondeur de l’âme, des sentiments et des souvenirs, profondeur dans le temps de l’histoire, dans l’espace du romanesque. En effet, tout cet apparat luxueux et composite de garnitures qu’Odette étale sur la peau de ses « robes vives » complique et complète à la fois sa lecture : les innombrables porte-bonheur donnent à l’élégante Mme Swann comme une couche « humaine » de naïveté, de sentimentalité, d’inquiétude et de superstition ; les détails recherchés de ses robes – « telle rangée de petits boutons qui ne boutonnaient rien et ne pouvaient pas se déboutonner »– tout autant que les bijoux qu’elle porte à profusion sont comme de secrets et emblématiques messages de souvenirs, de désirs intimes, échos de sa vie secrète.

  • 8 Bernard Raffali, Préface à À l’ombre deṣ jeuneṣ filleṣ en fleurṣ, Laffont, I, p. 358.

18Mais les robes d’Odette parlent encore d’autres « doublures », et le geste vestimentaire constitue un « habillement » du personnage autant qu’un « habillage ». Ainsi, toutes les toilettes d’Odette, bien que de la dernière nouveauté, contiennent dans leur dessin quelque allusion à des époques et des modes révolues. Et ces rappels, ces souvenirs d’antan – manches « gigots » 1830 ou jupe « paniers » Louis XV – confèrent à la robe « un air imperceptible d’être un costume » de théâtre et, par là, mêlent « à la personne de Mme Swann le charme de certaines héroïnes historiques ou romanesques ». Il devient ainsi évident, comme l’illustre amplement le passage cité, que le personnage d’Odette, si souvent cerné par Proust à travers ses toilettes et leurs variations subtiles, correspond, selon l’heureuse formule de Bernard Raffali, « à une exaltation métaphorique de la mode, ensemble de signes temporels ténus, négligeables en apparence, mais capables d’enfermer comme l’inconscient d’une époque et son essence, à travers ses désirs et ses images8 ».

19Venons-en au second récit qui précède en fait le passage que nous venons de lire et qui lui sert de commentaire : tout en insistant de façon détaillée sur l’art composite des robes d’Odette – l’art de la « garniture » comme celui des « rappels », « souvenirs incertains de gilets ou de boucles » qui ne se portaient plus – le texte s’articule autour d’une comparaison entre les compositions « haute couture » de Mme Swann, témoignages de son « identité vestimentaire », et le travail de composition d’une écriture sur la voie d’un « beau style » :

Comme dans un beau style qui superpose des formes différentes et que fortifie une tradition cachée, dans la toilette de Mme Swann, ces souvenirs incertains de gilets, ou de boucles [...] faisaient circuler sous la forme concrète la ressemblance inachevée d’autres plus anciennes […] et enveloppaient Mme Swann de quelque chose de noble – peut-être parce que l’inutilité même de ces atours faisait qu’ils semblaient répondre à un but plus qu’utilitaire, peut-être à cause du vestige conservé des années passées, ou encore d’une sorte d’individualité vestimentaire, particulière à cette femme, et qui donnait à ses mises les plus différentes un air de famille. On sentait qu’elle ne s’habillait pas seulement pour la commodité ou la parure de son corps ; elle était entourée de sa toilette comme de l’appareil délicat et spiritualisé d’une civilisation. (I, 608-609)

20« Comme dans un beau style qui superpose des formes différentes et que fortifie une tradition cachée » : telle est l’ouverture d’un développement qui aboutira, en fin de passage, à l’image de Mme Swann « entourée de sa toilette comme de l’appareil délicat et spiritualisé d’une civilisation ». Autrement dit, voici que l’hypertexte du personnage proustien se trouve organisé dans ses opérations plurielles. L’hypertexte d’Odette, c’est tout ce que contient le nom de Mme Swann : richesse, élégance, notoriété, culture et raffinement ; plus encore, c’est à la fois le « volume », le « contour » et le « cachet » d’une femme habillée de « l’appareil délicat et spiritualisé d’une civilisation ». Bref, l’hypertexte : terme pour désigner le concept proustien d’« individualité vestimentaire », contenant toute la série des « enveloppes » générées par l’habillage qui crée et constitue le personnage d’Odette. En somme, « Mme Swann », ce n’est pas seulement « toute une époque », c’est aussi, et dans le plein sens du terme, « tout un style ».

Odette au Bois de Boulogne

Pour Mme de Forcheville au contraire, c’était si miraculeux, qu’on ne pouvait même pas dire qu’elle avait rajeuni, mais plutôt qu’avec tous ses carmins, toutes ses rousseurs, elle avait refleuri. Plus même que l’incarnation de l’Exposition universelle de 1878, elle eût été, dans une exposition végétale d’aujourd’hui, la curiosité et le clou. Pour moi, du reste, elle ne semblait pas dire : « Je suis l’Exposition de 1878 », mais plutôt : « Te suis l’allée des Acacias de 1892 ».
Le Tempṣ retrouvé

  • 9 Rudolph von Jhering, Der Zweck im Ṛecht, II, Leipzig, 1883, p. 234- 238. Voir W. Benjamin, (...)

21Nul besoin de recourir à Bourdieu pour comprendre le phénomène de la « distinction » actualisé par Proust à travers les toilettes et le comportement en société de sa protagoniste. Car, sans aucun doute, s’il finit par habiller Odette d’une exemplaire et exclusive « individualité vestimentaire », le geste vestimentaire est aussi, essentiellement, un geste de la « distinction ». Une réflexion de Rudolph von Jhering, sociologue des années 18809, permet déjà de saisir à la fois l’importance que revêt la mode pour Odette et la place, l’espace que le narrateur de la Ṛecherche accorde à ce phénomène du goût. « Pour comprendre la nature de la mode actuelle, écrit Jhering cité par Benjamin, l’on ne doit pas faire intervenir des motifs d’ordre individuel, comme le désir de changement, le sens de la beauté, le goût de la toilette, l’instinct grégaire. La mode, au sens où nous l’entendons aujourd’hui [...] a un motif social. » Et ce motif, « c’est le désir qu’ont les classes supérieures de la société de se distinguer des classes inférieures, ou plus exactement des classes moyennes ». Et Jhering de conclure : « La mode est la barrière sans cesse dressée, parce que sans cesse abattue, par laquelle le monde distingué cherche à se protéger des couches moyennes de la société. »

22La mode envisagée comme « barrière » de protection. Et Proust de préciser ce fait lorsqu’il décrit Odette se promenant au Bois de Boulogne, s’entourant alors de sa toilette comme d’une sorte d’enceinte, d’« espace-ceinture » qui signale entre elle et son entourage la distance intermédiaire, l’exclusivité de son élégance, voire la distinction de sa personne. Voici Mme Swann, vedette accomplie d’un défilé de mode devant le « Tout-Paris » : admirons-la promenant sa toilette raffinée avec le « calme du créateur qui a accompli son œuvre », sachant en même temps créer autour d’elle, faire occuper par « sa toilette cet intervalle d’élégance dont les hommes [...] respectaient l’espace et la nécessité ». Notons à nouveau la discipline qu’Odette impose à tout ce qui se meut dans son espace, y compris aux nœuds folâtres de son corsage :

Souriante, heureuse du beau temps, du soleil qui n’incommodait pas encore, ayant l’air d’assurance et de calme du créateur qui a accompli son œuvre et ne se soucie plus du reste, certaine que sa toilette [...] était la plus élégante de toutes, elle la portait pour elle-même et pour ses amis, naturellement, sans attention exagérée, mais aussi sans détachement complet, n’empêchant pas les petits nœuds de son corsage et de sa jupe de flotter légèrement devant elle comme des créatures dont elle n’ignorait pas la présence et à qui elle permettait avec indulgence de se livrer à leurs jeux, selon leur rythme propre, pourvu qu’ils suivissent sa marche [...]. Elle réservait ainsi, elle faisait occuper à sa toilette cet intervalle d’élégance dont les hommes avec qui Mme Swann parlait le plus en camarade respectaient l’espace et la nécessité [...]. (I, 625-626)

  • 10 Mécanisme qui, un peu plus loin dans le texte, sera comiquement comparé à celui d’une horl (...)

23Premier cercle autour de Mme Swann, de sa toilette, à tous égards « exclusive ». Deuxième cercle, exclusif encore, celui que décrivent les hommes de sa suite, ceux qui, sorte de « gardes du corps », l’accompagnent en l’entourant, ceux que Proust avec humour décrit comme une « noire et grise agglomération obéissante, exécutant les mouvements presque mécaniques d’un cadre inerte autour d’Odette » (I, 625)10. Vivant mur d’enceinte, ces hommes en costume noir et gris font grillage entre Mme Swann et « les autres », ceux qui n’appartiennent pas au cercle de sa mondanité. À travers cette grille, Odette peut les apercevoir, ces « autres », regardant « d’entre tous ces hommes comme d’une fenêtre dont elle se fût approchée » ; inversement, le mouvant « cadre inerte » que forme son entourage l’expose aux « autres », dans toute son exclusivité et toute sa glorieuse différence,

[...] la faisait surgir, frêle, sans crainte, dans la nudité de ses tendres couleurs, comme l’apparition d’un être d’une espèce différente, d’une race inconnue, et d’une puissance presque guerrière, grâce à quoi elle compensait à elle seule sa multiple escorte. (I, 625)

24La scène se déroule au Bois de Boulogne, autre espace exclusif et excluant de la mondanité. D’un côté de la grille que forment « ses hommes », Mme Swann, « cette femme dont la réputation de beauté, d’inconduite et d’élégance était universelle » (I, 413) ; de l’autre, le regard admiratif des « exclus », des hommes non admis dans son cercle d’intimes, bref, des personnages de « seconde classe », à laquelle le narrateur souffre tant d’appartenir au cours de cette longue durée fictionnelle qui le montre rongé par l’impossible désir de pénétrer dans la sphère magique de Mme Swann :

[...] j’étais pour elle – comme un des gardes du Bois, ou le batelier, ou les canards du lac où elle jetait du pain – un des personnages secondaires, familiers, anonymes, aussi dénués de caractères individuels qu’un « emploi de théâtre », de ses promenades au Bois. (I, 413)

25Autrement dit, le jeune homme qui s’incline, le garde du Bois, autre « maître d’hôtel », le batelier « à son service » et les canards auxquels Odette jette du pain, tous semblent être placés là, dans ce parc où elle se promène, pour le seul agrément de sa promenade. Plus encore, ces figurants de service contribuent, chacun à sa façon, à aménager le parc comme un autre « chez elle », en plein air, où Odette tiendrait son salon, le « salon d’Odette ». Le Bois, autre habit d’une Impératrice...

  • 11 Autre bel exemple dans la série des scènes romanesques de la promenade consacrée, la scène (...)

26On le sait bien, « aller au Bois », au siècle dernier, était un « must » pour l’étiquette de la mondanité parisienne, et dans le roman de mœurs parisiens, de Balzac à Proust, le Bois de Boulogne est le cadre de plus d’un rituel de promenade mondaine11. Rappelons l’élégant témoignage que donne Alfred Delvau, dans Leṣ Plaiṣirṣ de la vie (1867), de cette obligation incontournable d’« aller au Bois » :

  • 12 Alfred Delvau, Leṣ Plaiṣirṣ de Pariṣ, (1867), SESAM, coll. « Paris retrouvé », Paris, 1991 (...)

Aller au Bois est une tradition à laquelle on se garderait bien de manquer, tradition aristocratique s’il en fut jamais, qui est d’ailleurs une excellente occasion de montrer ses chevaux ou sa maîtresse quand on est homme, ou d’exhiber ses toilettes et de critiquer celles des autres quand on est femme12.

27Or, les longues séquences que Proust consacre au Bois comme espace parisien de la promenade mondaine ont un double intérêt dans la perspective adoptée ici. D’un côté, au même titre que les Plaiṣirṣ de Pariṣ, ces passages sont de précieux documents sur le savoir-vivre d’une certaine classe à une certaine époque ; de l’autre, partant du Bois comme espace de la rencontre et de la coquetterie mondaines, et partant de cet espace comme d’un autre domaine de l’imaginaire qui environne Mme Swann, Proust créera le grand tableau métaphorique d’un immense Jardin mythique, cultivé pour et autour de la Femme.

  • 13 Pour plus de détails sur la culture des parcs dans le Paris du XIXe siècle, je renvoie le (...)
  • 14 Voir A. Delvau, op. cit., p. 37.

28En ce qui concerne le document socioculturel, il importe de souligner que, conforme en ceci à son référent, le Bois dans le texte proustien n’est déjà plus un bois naturel ; c’est le Bois de Boulogne tel qu’il fut aménagé et transformé en parc par Haussmann avec le concours de Louis Napoléon, avec son lac artificiel, ses grottes-artifices, sa cascade programmée13. Le témoignage d’Alfred Delvau confirme que le Bois de Boulogne, sous Louis Napoléon, est en effet devenu parc-salon, espace du « voir et être vu » de la société parisienne. Son apparence est maintenant celle d’un « parc anglais d’une remarquable étendue avec tout le luxe de pittoresque de ces sortes de parcs, pelouses, rivières, lacs et cascades ». Au lieu des petits sentiers du bois naturel, rapporte Delvau, « on y a tracé, au cordeau, de larges allées » ; « on y a même complètement bouleversé le sol, l’exhaussant ici, l’abaissant là, selon les besoins de sa nouvelle destination14 ». Proust, de son côté, souligne à plusieurs reprises que le Bois est « un lieu factice » (414), comme, par exemple, dans ce tableau du parc en couleurs d’automne, où les interstices dûs aux feuilles tombées révèlent le côté artificiel en découvrant ici et là « quelque construction inutile » :

Et le Bois avait l’aspect provisoire et factice d’une pépinière ou d’un parc, où soit dans un intérêt botanique, soit pour la préparation d’une fête, on vient d’installer, au milieu des arbres de sorte commune qui n’ont pas encore été déplantés, deux ou trois espèces précieuses aux feuillages fantastiques et qui semblent autour d’eux réserver du vide [...]. Par moments apparaissait quelque construction inutile, une fausse grotte, un moulin à qui les arbres en s’écartant faisaient place ou qu’une pelouse portait en avant sur sa moelleuse plate-forme. On sentait que le Bois n’était pas qu’un bois, qu’il répondait à une destination étrangère à la vie des arbres [...]. (415)

29Cet espace factice, avec ses simulacres (« fausse grotte », « moulin »), ses grandes allées bien droites, ses arbres groupés pour faire décoration au moyen de leur feuillage « assorti », a bien « une destination étrangère à la vie des arbres ». Il est le lieu du rendez-vous, au marché de la vanité, des hommes, des femmes et des choses. Delvau, témoin amusé, décrit ainsi sa nouvelle destination :

Il est la promenade privilégiée d’une bonne moitié de Paris, la plus riche, bien entendu. Chaque jour, de deux à quatre heures, l’avenue de l’Impératrice, qui est maintenant l’entrée naturelle, le portique, la préface du Bois de Boulogne, est littéralement encombrée d’équipages et de cavaliers.

  • 15 Ibidem.

Qui s’y promène ? Qui sont ces élégants et ces élégantes ? Au dire de Delvau, ce sont de préférence « des faux dandies et des femmeṣ de manège15 ».

30Le Bois, jardin des femmes, jardin de la Femme, autre espace-vêtement de Mme Swann, autre espace succursale de sa vie privée, autre annexe de son « chez elle ». Regardez-la qui véritablement « hante » le Bois, qui, tout en le parcourant, se l’approprie, l’aménage, fait de lui un de ses espaces socioprivés et donne ainsi à autrui « cette impression que Mme Swann se promenait dans l’avenue du Bois comme dans l’allée de son jardin à elle » (627) ; regardez-la encore qui traverse « l’allée des Acacias comme si ç’avait été seulement le chemin le plus court pour rentrer chez elle » (411). Observez « la tranquillité flâneuse de sa promenade, pareille à celle qu’on fait à petits pas dans son jardin » (626). Enfin, rappelons que Mme Swann se promène « enveloppée » non seulement de sa toilette et de son entourage, mais encore de l’ambiance de cet Intérieur qu’elle vient de quitter, puisque tout – son entourage, l’heure de sa promenade et le rythme flâneur de ses pas – « évoquait cet appartement » dont « on aurait dit qu’elle portait encore autour d’elle l’ombre intérieure et fraîche » (626).

  • 16 L’une figurant dans les pages finales d’Autour de Mme Swann, l’autre placée dans la séquen (...)

31Mais avant tout, admirons avec Marcel la double prise de vue de Mme Swann16, faisant son entrée royale au Bois de Boulogne, « mollement et majestueusement assise comme une déesse, dans le tiède plein air d’une immense Victoria à huit ressorts » (627),

au fond de laquelle reposait avec abandon Mme Swann, ses cheveux maintenant blonds avec une seule mèche grise ceints d’un mince bandeau de fleurs, le plus souvent des violettes, d’où descendaient de longs voiles, à la main une ombrelle mauve, aux lèvres un sourire ambigu où je ne voyais que la bienveillance d’une Majesté et où il y avait surtout la provocation de la cocotte, et qu’elle inclinait avec douceur sur les personnes qui la saluaient. (411-412)

32Le Bois de Boulogne, « fantasmagorie » proustienne d’un « Jardin des femmes » véritablement fantasmatique :

Il était pour moi comme ces jardins zoologiques où l’on voit rassemblés des flores diverses et des paysages opposés ; où, après une colline on trouve une grotte, un pré, des rochers, une rivière, une fosse, une colline, un marais, mais où l’on sait qu’ils ne sont là que pour fournir aux ébats de l’hippopotame, des zèbres, des crocodiles, des lapins russes, des ours et du héron, un milieu approprié ou un cadre pittoresque ; lui, le Bois, complexe aussi, réunissant des petits mondes divers et clos – faisant succéder quelque ferme plantée d’arbres rouges, de chênes d’Amérique, comme une exploitation agricole dans la Virginie, à une sapinière au bord du lac, ou à une futaie d’où surgit tout à coup dans sa souple fourrure, avec les beaux yeux d’une bête, quelque promeneuse rapide –, il était le Jardin des femmes ; et – comme l’allée de Myrtes de L’Énéide –, plantée pour elles d’arbres d’une seule essence, l’allée des Acacias était fréquentée par les Beautés célèbres. [...] bien avant d’arriver à l’allée des Acacias leur parfum qui, irradiant alentour, faisait sentir de loin l’approche et la singularité d’une puissante et molle individualité végétale ; puis, quand je me rapprochais, le faîte aperçu de leur frondaison légère et mièvre, d’une élégance facile, d’une coupe coquette et d’un mince tissu, sur laquelle des centaines de fleurs s’étaient abattues comme des colonies ailées et vibratiles de parasites précieux ; enfin jusqu’à leur nom féminin, désœuvré et doux, me faisaient battre le cœur mais d’un désir mondain, comme ces valses qui ne nous évoquent plus que le nom des belles invitées que l’huissier annonce à l’entrée d’un bal. (410)

33Allusion à peine voilée, comparaison au contraire poétiquement ironisée, voici que le Bois de Boulogne, version proustienne, donne vie à la comparaison balzacienne postulant des analogies entre le champ de vie des animaux et celui des hommes : le Bois est en fait un autre jardin zoologique ; son paysage est aménagé par l’homme afin de « fournir aux ébats », soit des animaux, soit de cet « animal social » qu’est la femme – celle qui « surgit tout à coup dans sa souple fourrure, avec les beaux yeux d’une bête »–, le terrain de jeu nécessaire et vital. Et puisqu’il en est ainsi, le Bois, sa mise en scène, ses arbres et ses fleurs, seront féminisés selon la logique de contagion métaphorique particulière à l’écriture proustienne : « Jardin des femmes », le Bois sera planté de l’arbre féminin par excellence, l’Acacia, décrit sous la forme d’une « puissante et molle individualité végétale » : « frondaison légère et mièvre », « élégance facile », « coupe coquette », « mince tissu », tout dans cet arbre est là pour signaler la féminité érotiquement disponible à l’invasion « des centaines de fleurs » qui se sont abattues sur ses branches « comme des colonies ailées et vibratiles de parasites précieux ». Le Bois, espace de la sensualité.

34Le Bois, espace tout aussi bien de la mondanité. Aussi la métaphorisation suit-elle sa logique propre lorsque le passage s’achève sur des allusions aux espaces par excellence de l’univers socioféminin que sont les salons et appartements de réception, d’où proviendrait quelque musique de valse faisant « battre le cœur, mais d’un désir mondain ».

35« Sous les soleils de Mme Swann » : relisons en guise de conclusion une page particulièrement intéressante d’un point de vue à la fois socioculturel et poétique. Une page exemplaire de Proust peintre et analyste de la société de son temps, adressant un clin d’œil à Balzac. Commençons par admirer Mme Swann en figure « type » glorieusement balzacienne.

Ainsi, entre Mme Swann et la foule, celle-ci sentait ces barrières d’une certaine sorte de richesse, lesquelles lui semblent les plus infranchissables de toutes. Le faubourg Saint-Germain a bien aussi les siennes, mais moins parlantes aux yeux et à l’imagination des « pannés ». Ceux-ci, auprès d’une grande dame plus simple, plus facile à confondre avec une petite bourgeoise, moins éloignée du peuple, n’éprouveront pas ce sentiment de leur inégalité, presque de leur indignité, qu’ils ont devant une Mme Swann. Sans doute, ces sortes de femmes ne sont pas elles-mêmes frappées comme eux du brillant appareil dont elles sont entourées, elles n’y font plus attention, mais c’est à force d’y être habituées, c’est-à-dire d’avoir fini par le trouver d’autant plus naturel, d’autant plus nécessaire, par juger les autres êtres selon qu’ils sont plus ou moins initiés à ces habitudes du luxe : de sorte que (la grandeur qu’elles laissent éclater en elles, qu’elles découvrent chez les autres, étant toute matérielle, facile à constater, longue à acquérir, difficile à compenser), si ces femmes mettent un passant au rang le plus bas, c’est de la même manière qu’elles lui sont apparues au plus haut, à savoir immédiatement, à première vue, sans appel. Peut-être cette classe sociale particulière qui comptait alors des femmes comme lady Israels mêlée à celles de l’aristocratie, et Mme Swann, qui devait les fréquenter un jour, cette classe intermédiaire, [...] qui avait ceci de particulier que déjà dégagée du monde des riches, elle était la richesse encore, mais la richesse devenue ductile, obéissant à une destination, à une pensée artistiques, l’argent malléable, poétiquement ciselé et qui sait sourire, peut-être cette classe, du moins avec le même caractère et le même charme, n’existe-t-elle plus. D’ailleurs, les femmes qui en faisaient partie n’auraient plus aujourd’hui ce qui était la première condition de leur règne, puisque avec l’âge elles ont, presque toutes, perdu leur beauté. Or, autant que du faîte de sa noble richesse, c’était du comble glorieux de son été mûr et si savoureux encore, que Mme Swann, majestueuse, souriante et bonne, s’avançant dans l’Avenue du Bois, voyait comme Hypatie, sous la lente marche de ses pieds, rouler les mondes. (627-628)

36Ici en effet, Odette et son « individualité vestimentaire » se trouvent ostensiblement érigées en « type » selon le mode balzacien. Autrement dit, Odette, son « volume » et ses « contours » forment les éléments essentiels du modèle, du spécimen de cette classe enrichie que le roman balzacien appelait si judicieusement « l’aristocratie des finances ». Et comme chez Balzac, cette transformation du personnage en prototype socioculturel est l’effet d’un jeu savant avec les possibles du syntagme nominal : « Mme Swann » devient « une Mme Swann », ce qui, immédiatement, permet sa pluralisation (« Sans aucun doute, ces sortes de femmes ») comme sa socialisation (« cette classe sociale particulière »). Parallèlement, le texte développe une lente et progressive métaphore tournant autour du « brillant appareil » qui entoure Mme Swann, signalant à tous son exubérante richesse ; métaphore qui, dans une phrase des plus balzaciennes, finit par transformer la brillante et belle promeneuse en figure allégorique de la richesse personnifiée, de « la richesse devenue ductile », de « l’argent malléable, poétiquement ciselé et qui sait sourire ». Comme chez Balzac donc, le personnage-type n’est autre, en fin de compte, que quelque vice ou vertu ambulant, « hypertextualisé » à l’extrême.

  • 17 La métaphore est sans aucun doute empruntée à Leconte de Lisle, au poème consacré à la sou (...)

37Et la métaphorisation atteindra son point d’orgue et de saturation, avec l’évocation de Mme Swann en Hypatie dans Paris capitale du XIXe siècle : Hypatie voyant rouler les mondes sous ses pas. Tel est l’hommage combien ironique, combien poétique – et sociologiquement analytique – que Proust offre à son héroïne en ces dernières pages du récit qu’il consacre à ses « autour »17. Sur le point de fermer son beau livre d’images, admirons Mme Swann, immuablement « majestueuse, souriante et bonne », telle qu’à jamais on la voit s’avançant dans l’Avenue du Bois de Boulogne.

Notes

1 Autour de Mme Swann, première partie d’À l’ombre deṣ jeuneṣ filleṣ en fleurṣ. Pour des raisons thématiques évidentes, j’inclus dans mon investigation la partie finale de Nomṣ de payṣ : Le nom, troisième partie de Du côté de chez Swann.

2 Rappelons comme un amusant « à-propos » l’évocation de Mme Verdurin sous forme de « personnage-salon ambulant », lorsque, rendant visite à Mme Swann, elle semble porter avec elle, caché dans la fourrure de son manteau, l’ensemble du petit « clan » dont elle est l’incontestable « Patronne » :
« En tout cas les amies de Mme Swann étaient impressionnées de voir chez elle une femme qu’on ne se représentait habituellement que dans son propre salon, entourée d’un cadre inséparable d’invités, de tout un petit groupe qu’on s’émerveillait de voir ainsi, évoqué, résumé, resserré, dans un seul fauteuil, sous les espèces de la Patronne devenue visiteuse dans l’emmitouflement de son manteau fourré de grèbe, aussi duveteux que les blanches fourrures qui tapissaient ce salon au sein duquel Mme Verdurin était elle-même un salon. » (591)

3 G. Poulet, L’Eṣpace prouṣtien, Gallimard, « NRF », Paris, 1963. Voir notamment p. 35-51.

4 Odette Swann ne semble pas avoir retenu l’attention de l’auteur de L’Eṣpace prouṣtien.

5 G. Poulet, op. cit., p. 40.

6 Voir plus haut, le chapitre « Salon parisien avec femme meublée ».

7 « Quand par un jour encore froid de printemps elle m’avait avant ma brouille avec sa fille emmené au Jardin d’Acclimatation, sous sa veste qu’elle entr’ouvrait plus ou moins selon qu’elle se réchauffait en marchant, le “dépassant” en dents de scie de sa chemisette avait l’air du revers de quelque gilet absent, pareil à l’un de ceux qu’elle avait portés quelques années plus tôt et dont elle aimait que les bords eussent ce léger déchiquetage ; et sa cravate – de cet “écossais” auquel elle était restée fidèle, mais en adoucissant tellement les tons (le rouge devenu rose et le bleu lilas), que l’on aurait presque cru à un de ces taffetas gorge-de-pigeon qui étaient la dernière nouveauté – était nouée de telle façon sous son menton sans qu’on pût voir où elle était attachée, qu’on pensait invinciblement à ces “brides” de chapeaux qui ne se portaient plus. Pour peu qu’elle sût “durer” encore quelque temps ainsi, les jeunes gens, essayant de comprendre ses toilettes, diraient : “Madame Swann, n’est-ce pas, c’est toute une époque ?” Comme dans un beau style qui superpose des formes différentes et que fortifie une tradition cachée, dans la toilette de Mme Swann, ces souvenirs incertains de gilets, ou de boucles [...] faisaient circuler sous la forme concrète la ressemblance inachevée d’autres plus anciennes [...], et enveloppaient Mme Swann de quelque chose de noble – peut-être que l’inutilité même de ces atours, faisait qu’ils semblaient répondre à un but plus qu’utilitaire, peut-être à cause du vestige conservé des années passées, ou encore d’une sorte d’individualité vestimentaire, particulière à cette femme et qui donnait à ses mises les plus différentes un air de famille. On sentait qu’elle ne s’habillait pas seulement pour la commodité ou la parure de son corps ; elle était entourée de sa toilette comme de l’appareil délicat et spiritualisé d’une civilisation. » (608-609.)

8 Bernard Raffali, Préface à À l’ombre deṣ jeuneṣ filleṣ en fleurṣ, Laffont, I, p. 358.

9 Rudolph von Jhering, Der Zweck im Ṛecht, II, Leipzig, 1883, p. 234- 238. Voir W. Benjamin, Le Livre deṣ paṣṣageṣ, op. cit., p. 99-100.

10 Mécanisme qui, un peu plus loin dans le texte, sera comiquement comparé à celui d’une horlogerie qui aurait déclenché « la gesticulation de petits personnages salueurs qui n’étaient autres que l’entourage d’Odette, à commencer par Swann » (640).

11 Autre bel exemple dans la série des scènes romanesques de la promenade consacrée, la scène d’ouverture de La Curée de Zola.

12 Alfred Delvau, Leṣ Plaiṣirṣ de Pariṣ, (1867), SESAM, coll. « Paris retrouvé », Paris, 1991, p. 35.

13 Pour plus de détails sur la culture des parcs dans le Paris du XIXe siècle, je renvoie le lecteur à l’ouvrage de Christopher Prendergast, Pariṣ and the Nineteenth Century, Cambridge, Mass./Oxford, 1992. Voir particulièrement le chapitre « A walk in the Parcs ».

14 Voir A. Delvau, op. cit., p. 37.

15 Ibidem.

16 L’une figurant dans les pages finales d’Autour de Mme Swann, l’autre placée dans la séquence qui clôt Du côté de chez Swann.

17 La métaphore est sans aucun doute empruntée à Leconte de Lisle, au poème consacré à la souveraine philosophe de l’ancienne Grèce.
« Hypatie », Poèmeṣ antiqueṣ :
« Mais la Beauté flamboie, et tout renaît en elle,
Et les mondes encor roulent sous ses pieds blancs ! »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/7211/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses universitaires de Vincennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search