Version classiqueVersion mobile

Des hommes, des femmes et des choses

 | 
Juliette Frølich

Avant-propos

Texte intégral

En fait, anthropologiquement, les choses signifient tout de suite, toujours et de plein droit.
R. Barthes

  • 1 Voir à ce propos R. Barthes, « Les planches de l’Encyclopédie », dans Le Degré zéro de l’é (...)

1Langages de l’Objet dans le roman de Balzac, de Flaubert et de Proust... L’objet dans le roman représente, parle, agit, signifie. Les objets dans le roman sont de formidables machines à récits. Et tant que dit vrai la belle formule de R. Barthes : « l’objet est la signature humaine du monde1 », les objets dans le roman racontent les hommes. Lire les objets dans le roman, c’est donc lire l’histoire des mœurs, des mentalités, des goûts et des savoir-vivre, de la mode et des morales. Lire les objets dans les romans, c’est lire dans les objets l’image que se fait d’elle-même une société à différents moments donnés de son histoire. Autrement dit, lire l’objet dans le roman, c’est centrer la lecture sur cette fonction anthropologique que la littérature se propose de détenir au sein de la société historique.

  • 2 R. Barthes, Eṣṣaiṣ critiqueṣ, Seuil, Paris, 1964, p. 201.

Ainsi l’œuvre à faire devait avoir une triple forme : les hommes, les femmes et les choses, c’est-à-dire les personnes et la représentation matérielle qu’ils donnent de leur pensée ; enfin l’homme et la vie, car la vie est notre vêtement2.

  • 3 R. Barthes, « Les planches de l’Encyclopédie », op. cit., p. 89.

2Tout commence en effet avec cette phrase-programme du célèbre « Avant-propos » à La Comédie humaine. « Tout », à savoir la visée, dans le roman moderne, du « mobilier social » en tant que langage et système signifiant. Or, dire que c’est avec Balzac que l’objet entre dans le roman revient à dire que c’est Balzac romancier qui, le premier, donne aux choses qui meublent l’espace de vie de ses personnages le rôle de véritables actants, personnages-acteurs dont l’activité, dans le jeu romanesque, est de valeur égale sinon supérieure à celle des personnages. Il s’ensuit que les objets dans le roman – Barthes l’a depuis longtemps établi – sont ainsi, à partir de Balzac, « appelés à jouer leur partie dans l’histoire des passions3 ».

  • 4 Voir Jacques Neefs, « L’investigation romanesque, une poétique des socialités », dans La P (...)

3On le sait bien, avec Balzac l’histoire des passions que raconte le roman entre dans l’espace d’une socialité historiquement ancrée. Explicitement dans le cas de Balzac, l’histoire des passions se veut aussi histoire des mœurs, de la vie tant privée que publique, histoire de la mentalité d’une époque donnée. Le roman, histoire d’hommes, de femmes et de choses concrètement plantés dans l’espace de leur contemporanéité. Le roman de Balzac à Proust, à la fois « représentation » et « interprétation ». Ou mieux, le roman, « savoir en acte » sur la société dans laquelle il se construit4. Dès lors, les objets avec lesquels l’homme meuble l’espace de sa socialité, le roman les charge de vie, d’expression, de langage signifiant, il les charge d’être porte-parole, interprètes.

  • 5 Voir Étudeṣ de mœurṣ au XIXe ṣiècle. Introduction par Félix Davin (1835), La Comédie humai (...)

4« Paris capitale du XIXe siècle » : pour cette enquête sur les langages de l’objet dans le roman, j’ai fait mienne la visée idéologique de Walter Benjamin telle qu’elle ressort de son célèbre exposé, et j’ai donc choisi pour espace de mon investigation le « roman parisien », autrement dit le roman de Balzac, de Flaubert et de Proust qui, exclusivement ou dans une large mesure, « joue » dans le Paris du siècle dernier. Paris, métropole stratifiée en sphères de la haute, de la moins haute, de la demi-bourgeoisie – ville-lumière dont le roman de Balzac à Proust expose comme de fabuleuses illuminations les salons-vitrines, avec leur luxe matériel et leur misère morale. Ville cicatrisée, cachant à peine les grandes plaques d’une déchéance, que Balzac surtout voudra explorer jusqu’à son degré zéro. Que l’on revoie par exemple la formidable « physionomie » du « monstre » parisien placée en ouverture de La Fille aux yeux d’or. C’est en effet Balzac, on le sait, qui, le premier ici encore, invente la métropole en tant qu’espace agissant et agité de l’univers romanesque. C’est lui, Balzac romancier, qui crée Paris-chronotope. Comme le dit Félix Davin, son porte-parole : « Une capitale était le seul cadre possible » pour des romans de mœurs qui ne sont rien de moins que des « peintures d’une époque climatérique ». Car c’est dans Paris capitale du XIXe siècle que tout « se vend et s’achète : c’est un bazar où tout est coté »5.

5Langages de l’Objet dans le roman de Balzac, de Flaubert et de Proust. À les lire, à les voir se profiler dans le texte romanesque, on constate chez chacun de ces trois romanciers une visée des objets individuelle, particulière, originale. Car il s’agit pour chacun de lire l’Objet afin de le faire parler – des hommes, des femmes et des choses. Balzac, on va le voir, lit, écrit l’Objet, de préférence en « documentariste » et en « radiologue », inlassablement à la poursuite de témoignages sinon de témoins, tandis que la visée flaubertienne de l’Objet, dans L’Éducation ṣentimentale, se trouve être de préférence celle de l’observateur moraliste, et « moraliste » doit ici se comprendre selon le sens que lui donnait le XVIIe siècle. Proust, de son côté, se situera dans la lignée des grands mémorialistes, se remémorant l’Objet, le rappelant, le recréant par le pouvoir d’une écriture synesthésique.

6Et pourtant – les univers romanesques de Balzac, de Flaubert et de Proust sont là pour en témoigner – chacun de ces romanciers explore l’Objet et ses langages dans la complexité de ses possibles, à la fois anthropologique, esthétique et poétique. Lecteurs, le phénomène de l’objet romanesque nous requiert à leur suite de respecter cette complexité en l’abordant par des approches plurielles.

7C’est ainsi que nous imposons à notre enquête de progresser par « champs de lecture ». Dans une première démarche, lire l’Objet dans le roman de Balzac à Proust sera l’aborder selon ses possibilités de signification socioculturelle. L’investigation porte d’abord sur les espaces socioprivés (en l’occurrence les salons parisiens) et sur les mentalités et comportements des hommes et des femmes qui les meublent. Il s’agit d’une investigation « anthropologique » pour ainsi dire, explorant le type du « nouvel homme », comme il surgit et se développe, produit de l’ère bourgeoise, ce « nouvel homme » qu’à la suite de W. Benjamin nous avons appelé « l’homme meublé ». Visée de ces lectures : les « fantasmagories de l’intérieur » telles qu’elles sont cultivées tout particulièrement dans « Paris capitale du XIXe siècle », telles que le roman de Balzac, de Flaubert et de Proust les expose, les traduit, les interprète, bref, leur donne sens dans leur épaisseur romanesque.

8Pour accompagner nos lectures, nous avons inséré dans ces pages une petite série de gravures d’objets relevées dans les catalogues des Expositions universelles qui, gigantesques étalages des objets, des hommes et des vanités, jalonnent la seconde moitié du XIXe siècle, en exposent le délire Objet.

9Un autre champ de lecture sera établi ensuite autour des phénomènes d’ordre poétique, reliés de plus près à l’écriture des objets dans le roman de Balzac à Proust. Seront explorées dans ce champ certaines strates poétiques de la prose, certaines des « visions des choses » particulières à l’artiste fasciné par le réel.

10Visions des choses. Regards de l’artiste sur les choses. Nous entrebâillons ainsi avec Proust la porte de « cette chambre qui s’ouvre sur les rêves », et nous nous laissons éblouir, du côté de Balzac, de Flaubert, par les effets sur les choses d’une écriture de lumière.

11Visions des choses. Autre piste de lecture : les regards fascinés et « clairs-obscurs » que porte sur l’Objet de leur désir, de leur obsession, toute une lignée de jeunes artistes dans le monde balzacien. Dans ce contexte un bref récit intitulé « La Bourse » sera lu comme une étude, discrète mais combien pénétrante, des possibles et des limites « clairs-obscurs » d’une imagination d’artiste qui semble obsédée par la lecture des choses.

12Visions des choses. C’est la découverte, enfin, de l’écriture « nature morte » apprise par Proust dans sa lecture des tableaux de Chardin, cette écriture qui inlassablement poursuit sa quête : traduire le réel grâce à une appréhension synesthésique des choses, grâce à un « rendu » des choses essentiellement métaphorique.

Notes

1 Voir à ce propos R. Barthes, « Les planches de l’Encyclopédie », dans Le Degré zéro de l’écriture suivi de Nouveaux eṣṣaiṣ critiqueṣ, Seuil, Paris, 1953 et 1972, p. 90.

2 R. Barthes, Eṣṣaiṣ critiqueṣ, Seuil, Paris, 1964, p. 201.

3 R. Barthes, « Les planches de l’Encyclopédie », op. cit., p. 89.

4 Voir Jacques Neefs, « L’investigation romanesque, une poétique des socialités », dans La Politique du texte. Enjeux ṣociocritiqueṣ, (pour Claude Duchet, sous la direction de Jacques Neefs et Marie-Claire Ropars), Presses Universitaires de Lille, 1992, p. 177-187. « Parmi toutes les formes d’expression qui participent à la construction d’une société dans son histoire, le roman depuis deux siècles semble avoir pris en charge la tâche étrange, et avoir le singulier privilège, de se donner comme un savoir en acte sur cette société et cette histoire. C’est parce que le texte du roman construit des modélisations identifiables qu’il a cette ambiguïté d’être à la fois une “représentation” et une “interprétation”. »

5 Voir Étudeṣ de mœurṣ au XIXe ṣiècle. Introduction par Félix Davin (1835), La Comédie humaine, éd. P.-G. Castex, Gallimard, coll. « La Pléiade », t. I, p. 1147.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/7186/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Presses universitaires de Vincennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search