Version classiqueVersion mobile

Voyages des textes de théâtre. Italie-France-Italie

 | 
Françoise Decroisette

I. Marchés culturels

Les déséquilibres du marché : la comédie italienne en France au xixe siècle entre édition et journalisme

Mariasilvia Tatti

Texte intégral

La littérature théâtrale italienne en France à la fin des années 1820

1Si l’on entend par voyage la circulation, entre France et Italie, de textes traduits, adaptés, représentés qui, sous diverses formes, véhiculent et expriment les codes spécifiques à chaque culture, il convient aussi de mettre en évidence les mécanismes de cette circulation dépendant du système éditorial. Celui-ci constitue en effet le présupposé, le fondement de ce qui conditionne l’itinéraire ou – pour filer la métaphore – le voyage des textes. Cela est particulièrement vrai en France, au début du xixe siècle, où le système de la communication littéraire subit une réorganisation totale.

  • 1 Giguet et Michaud, Paris, 1803.
  • 2 « La Décade philosophique est le premier journal français qui ait parlé d’Alfieri. Dès l’a (...)

2Les querelles post-révolutionnaires de la fin du xviiie siècle avaient à nouveau proposé sans enthousiasme un débat désormais anachronique sur la question du primat linguistique et littéraire, l’insuffisance des textes dramatiques italiens, la maigre efficacité de la langue italienne en matière théâtrale. Même Madame de Staël, dans De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales, publié à Paris en 1800, avait exprimé un jugement sévère sur le théâtre italien qui manquait de la force morale nécessaire pour influer sur les mœurs et sur la société ; en outre la langue italienne était trop musicale et irrationnelle pour permettre un développement philosophique du discours littéraire. La traduction des tragédies d’Alfieri avait relancé une querelle entre Petitot, le traducteur, et Pierre Louis Ginguené, l’éditeur, à propos du caractère des Italiens et du maigre développement du genre tragique. Dans son compte rendu des Œuvres dramatiques du comte Alfieri traduites de l’italien par Claude Petitot1, après avoir revendiqué pour la Décade philosophique la primauté du lancement d’Alfieri en France en 17942, Ginguené avait réfuté l’affirmation de Petitot selon laquelle la tragédie était affaiblie par le caractère des Italiens « portés plutôt à la bouffonnerie qu’aux amusements » et avait démenti cette idée de façon catégorique : « Nous ne devons pas oublier qu’ils avaient montré du goût pour les amusements nobles, comme sont par exemple la haute poésie et les beaux arts, lorsque nous ne faisions encore que bégayer. » Presque en même temps, dans la Domenica, une autre querelle avait repris les termes du discours en cherchant à dépasser le point de vue exclusivement esthético-linguistique. Si l’Italie n’offrait pas de résultats marquants dans la comédie ou la tragédie, les raisons étaient non une difficulté inhérente à sa tradition littéraire et linguistique, mais l’absence d’organisation homogène du spectacle :

  • 3 La Domenica. Giornale letterario-politico, n° 21, Demonville, Paris, 20 novembre 1803.

Qu’on ne cherche pas dans la langue une raison qui est ailleurs, et que je crois avoir donnée dans mon premier article sur Alfieri. Créons un théâtre national, que s’y retrouvent en nombre nos meilleurs acteurs, éparpillés et nomades. Qu’on les traite bien ; qu’on supprime la pratique abusive du souffleur ; qu’un directeur compétent assure la concorde et veille tout ensemble à la correction des moeurs et à la qualité du Parnasse ; que ne soient acceptés dans le répertoire de ce Parnasse que les morceaux les plus parfaits, nationaux ou traduits ; que la loi en faveur des auteurs soit modifiée mais qu’on l’applique3.

  • 4 Dans un discours du 24 messidor an IX (12 juillet 1801) prononcé à la Société des sciences (...)
  • 5 Voir Paul Hazard, La Révolution française et les Lettres italiennes, Hachette, Paris, 1910 (...)

La domination napoléonienne avait été marquée par diverses dynamiques de relation prises entre l’évident renouvellement culturel dû à l’influence française en Italie et les problèmes liés au contrôle politique et à la défense d’une identité italienne. En France, de nombreux intellectuels, alignés sur des positions officielles, attribuaient à la domination française4 les progrès de la culture italienne et les tentatives pour freiner un déclin indéniable, suscitant l’opposition de nombreux intellectuels de la péninsule qui exaltaient la tradition et la vitalité de l’Italie, mais aussi d’une partie des intellectuels français, surtout parmi les idéologues, qui revendiquaient sur la Décade la reconnaissance de la singularité des cultures et refusaient toute domination culturelle autre que politique5.

  • 6 Les Archives, I, Paris, 1817, p. 149-155.
  • 7 Voir Jacques Misan, L’Italie des doctrinaires (1817-1830). Une image en élaboration, Olsch (...)

3Toutefois, à la fin de la période napoléonienne, le bilan sur le théâtre proposé par le journal Les Archives6 est laconique. En 1817, un article résumant les opinions de la critique française officielle proclame : « Le théâtre italien n’existe pas. » Jusqu’à Alfieri, rien de la tradition théâtrale italienne ne peut être apprécié. Et les journaux consacrent quelques rares lignes à Alfieri lui-même, sauf Ginguené qui, dans la Décade d’abord, puis, après l’arrêt du journal des idéologues en 1807, dans le Mercure de France, s’intéresse avec régularité au Piémontais. Les tragédies d’Alfieri sont jugées trop soumises à un discours politique, Goldoni ne résiste pas à la confrontation avec Molière, Métastase loué par Sismondi, n’a pourtant pas influencé de façon significative le renouveau poétique italien : telles sont dans les grandes lignes les positions des journaux français à l’égard des plus importants auteurs italiens du xviiie siècle7.

  • 8 Camillo Ugoni, Préface aux Tragédie di Alessandro Manzoni milanese – Il conte di Carmagnol (...)
  • 9 Voir les interventions récentes de Irene Botta, « La lettre a M. C*** tra Manzoni e Faurie (...)

4La publication et la traduction des œuvres tragiques de Manzoni en 1826 est une nouvelle occasion pour ranimer en France le débat, grâce à une forte demande éditoriale pour ses œuvres, et aux relations personnelles de Manzoni, le plus français des auteurs italiens du moment. Dans la préface de l’édition de Carmagnola et Adelchi publiée par Baudry8, Camillo Ugoni traçait l’histoire de la tragédie italienne, reconnaissait le rôle d’Alfieri, mais exaltait surtout Manzoni qui avait « libéré la tragédie de l’esclavage », et avait enfin exprimé l’esprit historique de son temps. Le débat avait aussi été animé par les interventions de Chauvet, à l’origine de la fameuse Lettre à M. Chauvet où Manzoni défendait sa poétique théâtrale romantique, en réponse au critique français9.

  • 10 Voir Jacques Misan, L’Italie des doctrinaires, op. cit., p. 135.

5Globalement, à la fin des années 1820, le répertoire italien était jugé dans les journaux français, comme banal et répétitif ; la pauvreté des textes, l’insuffisance des modèles, la désorganisation du système rendaient le monde théâtral italien peu intéressant. Excepté Manzoni, qui intéresse surtout pour des questions de poétique, une faible attention lui est accordée ; Le Globe porte un jugement plus nuancé car il apprécie, dans la comédie italienne, la présence et l’art des acteurs, nécessaires, selon l’auteur de l’article, pour compenser la pauvreté du répertoire10.

Le développement des éditions théâtrales

  • 11 Jacques Misan, Les Lettres italiennes, op. cit., p. 42.

6La situation officielle est donc fondée sur une confrontation de type académique exprimant souvent une censure, avec des interventions qui posent de façon répétitive la traditionnelle question de la prééminence de l’une ou l’autre culture, et analyse les particularités des solutions linguistiques en partant encore de préjugés linguistiques et stylistiques bien ancrés. Selon ces témoignages, la fortune du théâtre non musical en France apparaît faible et pénalisée. Toutefois, le développement de l’édition et une « querelle » entre Francesco Saverio Salfi et Victor Chauvet parue dans la Revue Encyclopédique de 1829, laissent entrevoir une situation plus vivante et articulée, qui contraste avec la réserve de la critique officielle. Le développement de l’édition d’auteurs italiens, de théâtre ou non, est remarquable à ce moment-là, si bien que Jacques Misan lui-même a noté la contradiction entre la constatation d’une faible connaissance de l’italien, les critiques des journaux et la vitalité presque injustifiée de l’édition en langue italienne11.

  • 12 Dans le numéro XXXVI (1827), p. 231, de la Revue Encyclopédique, dans son article « Littér (...)
  • 13 Dans la Revue Encyclopédique, vol. XXXVIII, 1828, p. 376-389, à l’occasion d’une longue re (...)

7D’un côté, le débat critique, malgré l’académisme qui le caractérisait encore, s’ouvrait certainement à des références plus amples. La polémique « classiques-romantiques », très importante en France, y compris du côté italien à cause de l’affrontement Manzoni-Chauvet, des interventions de Ugoni sur le Globe, et des réflexions de Claude Fauriel, constitue, au-delà des positions stéréotypées, une opportunité pour rendre la confrontation plus dynamique. Cela permet de sortir de la traditionnelle dialectique primat-supériorité d’une culture sur l’autre, et du rapport tradition-innovation, à travers une comparaison qui englobe la littérature et l’esthétique allemandes, et met en question le concept de classicisme, de tradition, de rapport à l’Antiquité, ainsi que tout le système des valeurs normalement reconnues. Un discours de type politico-patriotique, ressenti fortement dans les milieux des exilés italiens en France, détermine aussi la prise en compte, dans le débat, de motifs étrangers au secteur esthético-linguistique, à savoir le rapport entre régionalisme et nationalisme, identité nationale et communale, et le rapport entre la société civile et le spectacle. Dans un article de la Revue Encyclopédique, Salfi définissait, pour le public français, dans la perspective d’une connaissance réciproque qui devait dissiper les malentendus et les opinions erronées12, un profil de l’homme de lettres italien qui ne collait plus avec l’image traditionnelle de l’érudit enfermé dans sa tour d’ivoire, mais en faisait un intellectuel tourné vers toutes les classes de la société13. Il devenait donc réducteur d’affronter en termes exclusivement esthétiques et normatifs le problème littéraire, et plus encore le problème théâtral pour lequel il était nécessaire de considérer tout le système d’organisation structurelle, et d’envisager les implications politiques et administratives liées à son développement.

  • 14 Voir, par exemple, Le novelle de Giambattista Casti et Le novelle morali de Francesco Soav (...)
  • 15 Voir Biblioteca poetica italiana scella e pubblicata da Antonio Buttura, Lefèvre, Paris, 1 (...)
  • 16 Parmi les très nombreuses grammaires de cette période, voir Angelo Vergani, Grammaire ital (...)
  • 17 Par exemple, Dictionnaire portatif français-italien et italien-français, a.c.
    Gius (...)
  • 18 Les œuvres d’Alfieri sont publiées par Molini au début du siècle. Petitot s’occupe de nomb (...)
  • 19 Dans un article paru en 1827 dans la Revue Encyclopédique, n° XXXVI, 1827, p. 231, Salfi n (...)
  • 20 Carlo Goldoni, Scelta di alcune commedie di Goldoni per uso de’dilettanti délia lingua ita (...)
  • 21 Commedie di Carlo Goldoni, Francesco Albergati Capacelli, Giovanni Giraud e Alberto Nota s (...)
  • 22 Scelta di poesie e di prose di P. Metastasio offerte agli studiosi délia lingua italiana d (...)
  • 23 Anthologie poétique italienne. Première partie contenant un choix des plus beaux morceaux (...)

8D’un autre côté, pour justifier le succès éditorial de ces années-là, il faut noter l’existence d’une situation d’ouverture et de fluidité du marché libraire, en cours de formation, par conséquent ni fixé et ni codifié. Au cours des premières décennies du xixe siècle, se font jour des initiatives expérimentales, des tentatives pour sonder la réceptivité d’un public mouvant, prêt à accueillir des œuvres didactiques, de divulgation, qui témoigne d’un véritable intérêt pour l’Italie, mais prêt aussi à décréter le succès de genres littéraires comme la nouvelle, les relations de voyages, les textes historiques, qui jouissent, durant la période napoléonienne, d’un succès propre14. Outre Fayolle et Molini, déjà actifs depuis longtemps dans le champ de l’édition italianisante, apparaissent des éditeurs comme Baudry, Renouard, Trouchy. À partir de 1820, des projets de collections15, des initiatives à finalité didactique16, des anthologies, des dictionnaires17 sont lancés. Dans ce contexte, le succès des grands auteurs de théâtre du xviiie siècle italien, surtout Goldoni et Alfieri, objets d’une attention constante de l’édition après 1800, suit des parcours éclectiques. L’attention n’est déterminée qu’en partie par le succès personnel des auteurs qui sont traduits et publiés18 ; souvent le succès éditorial est favorisé par des collections relatives à la littérature italienne ou à un genre particulier, ou bien il est sanctionné par une utilisation strictement pédagogique des textes, comme le montrent les publications du moment19. Ainsi, un choix de comédies de Goldoni, élaboré par Luigi Pio20, un exilé politique de la première vague d’émigration en 1789, connut douze rééditions en quelques années, chez l’éditeur Fayolle, maître de Baudry. Une édition de comédies choisies de Goldoni fut proposée aussi par Vergani, auteur d’une Grammaire italienne à succès. Baudry publia encore plusieurs années après un choix de comédies des xviiie et xixe siècles « à l’usage de ceux qui étudiaient la langue italienne21 ». La traduction de la Congiura di Catilina de Alfieri fut choisie par la Société des méthodes à la place de Boccace pour l’apprentissage de l’italien. Métastase n’échappa pas à ce succès oblique : un choix de poésies et de proses de Métastase22 fut publié par Antonio Buttura, personnage très actif dans l’édition de textes italiens. Dans un recueil anthologique, Anthologie poétique italienne23, les trois grands dramaturges du xviiie siècle (unis étrangement à Annibal Caro) recevaient une consécration collective.

  • 24 Chefs d’œuvre du théâtre italien. Goldoni, trad. par E. Aignan, Ladvocat, Paris, 1822.
  • 25 Œuvres dramatiques d’Alfieri traduites de l’italien par Alphonse Trognon, Brissot-Thivars, (...)
  • 26 Voir Jacques Misan, Les Lettres italiennes dans la presse française (1815-1834), op. cit., (...)
  • 27 Ladvocat, Paris, 1823.
  • 28 « On doit savoir gré, en France comme en Italie, a M. Visconti, de son travail, dans leque (...)
  • 29 L’ajo nell’imbarazzo, commedia in tre atti del conte Giovanni Giraud, traduite par F.C. Al (...)

9Nombreuses furent les collections dédiées en partie à la littérature italienne ou plus généralement aux littératures européennes, où furent publiés plusieurs titres de façon peu homogène. Tant Goldoni24 qu’Alfieri25 furent proposés en traduction dans des collections théâtrales. La collection du Théâtre européen de l’éditeur Ladvocat26 fut contestée parce qu’elle proposait un choix ample mais non sélectif, et publiait des œuvres non significatives ; elle proposa néanmoins des textes de théâtre italiens qui n’auraient sans doute pas eu de diffusion. Pour cette collection, Sigismondo Visconti, fils de Ennio Quirino, employé ministériel et homme de lettres, collaborateur de la Revue Encyclopédique, traduisit les Chefs d’œuvre du théâtre italien moderne : Giraud, De Rossi, Nota, Federici27, que Salfi commenta dans la Revue Encyclopédique. Le traducteur est loué pour son travail, qui signale aux Français des auteurs contemporains, et pour sa traduction dans une langue qui n’était pas la sienne, bien qu’il vécût en France depuis 180228. Une autre collection, Le répertoire italien de l’éditeur Trouchy, spécialisé dans les ouvrages italiens, proposa plusieurs œuvres de Giovanni Giraud29.

  • 30 Commedie scelte del conte Giovanni Giraud, avec une préface de Francesco Saverio Salfi, Ag (...)
  • 31 Commedie di Alberto Nota, avec un Saggio storico-critico della commedia italiana du Prof. (...)
  • 32 Francesco Saverio Salfi, Saggio storico critico della commedia italiana del prof. F. Salfi(...)
  • 33 Giovanni Giraud, Don Desiderio disperato per eccesso di buon cuore, trad. de Felice Caën A (...)
  • 34 Théâtre d’Alberto Nota et du comte Giraud ou choix des meilleurs pièces de ces deux auteur (...)
  • 35 Durant son séjour français, Mamiani, pour maintenir un fort rapport linguistique et cultur (...)

10L’année 1829 fut décisive pour les textes de théâtre. Parmi ses premiers titres Baudry publia les Commedie scelte del conte Giovanni Giraud30, où le nom de l’éditeur figurait encore à côté de celui de Fayolle ; toujours chez Baudry paraissaient les Commedie31 de Nota avec un Saggio storico-critico della commedia italiana, publié ensuite séparément32, avec des interventions relatives à la querelle Salfi-Chauvet sur la comédie italienne. Les deux auteurs furent à nouveau à l’honneur après 1829 chez Trouchy et chez Guérin33, et en 1839 André propose une traduction des deux auteurs, précédée également d’une histoire de la comédie italienne34. Même liée au développement des collections de littératures étrangères, cette insistance à l’égard de la comédie italienne étonne, à cause du faible attachement de la critique journalistique française à ce genre, et de l’évolution rapide du marché libraire qui, après une phase d’initiatives éditoriales non codifiées, s’engagea vite dans la logique du profit. Quelques années après, Terenzio Mamiani, exilé en 1831 à Paris où il habita longtemps et publia de nombreuses œuvres à ses frais35, critiquait la situation de l’édition italianiste en France. À un ami qui s’informait sur la possibilité d’être publié à Paris, il écrit :

  • 36 Lettre à Melloni, Naples, s.d. mais 1843, ibid., vol. I, p. 195. Dans une lettre à Viani, (...)

Il y a ici deux éditeurs de choses italiennes, Baudry et Trouchy ; mais que publient-ils ? quelques rééditions de classiques, et quelques romans, parfois une réédition d’une œuvre italienne qui a soulevé l’enthousiasme populaire en Italie ; il n’y a pas moyen de les faire sortir de ces limites, Baudry l’a démontré en n’acceptant pas de publier le manuscrit de Arnaldo da Brescia de Niccolini sous prétexte que ce n’est ni un roman, ni une histoire, ni une œuvre célèbre36.

La querelle Salfi-Chauvet

  • 37 Salfi intervint souvent dans la Revue Encyclopédique sur le théâtre italien.
    Voir (...)
  • 38 Lettre s.d., Biblioteca Apostolica Vaticana, Autografi Ferrajoli, Raccolta Visconti, 7460. (...)

11À l’origine du succès de l’édition théâtrale, outre la conjoncture favorable d’un marché en voie d’expansion et d’échanges franco-italiens nourris, se place l’intervention d’un homme, Francesco Salfi, qui jouissait d’un indubitable prestige dans le monde culturel français. Rédacteur de la Revue Encyclopédique pour la section littérature italienne, lui-même dramaturge37, détenteur, selon Sigismondo Visconti, d’un pouvoir arbitraire de jugement et d’intervention sur les échanges franco-italiens38, Salfi est, à ce moment-là, le représentant le plus significatif de la littérature italienne en France.

  • 39 Sur les années françaises de Salfi et sur son action de divulgateur de la culture italienn (...)
  • 40 Voir mon article « Bohème letteraria italiana in Francia all’inizio dell’Ottocento », Acte (...)

12Divulgateur intelligent et non orthodoxe de la tradition culturelle italienne39, Salfi était le principal interprète du « classicisme dynamique40 », caractéristique de la colonie des Italiens en France. Il s’agissait d’une défense articulée du classicisme entendu non comme revendication exclusive des gloires du passé, désormais inutile pour soutenir la comparaison avec la France et les littératures nordiques, mais, de façon plus dynamique, dans sa capacité à réélaborer la tradition, dans une perspective anti-romantique, mais aussi dans un processus d’information et d’échange réciproques.

13Dans sa défense du classicisme Salfi ne met aucun enfermement mais une disponibilité à regarder les positions romantiques à l’intérieur d’un système esthétique fondamentalement traditionnel. Le jugement de Claude Fauriel, qui, dans une lettre à Manzoni, apprécie la capacité de Salfi à discerner sans préjugés les termes du débat, est significatif sur ce point :

  • 41 Biblioteca Apostolica Vaticana, Autografi Ferrajoli, Raccolta Ferrajoli 5047.
    Il s (...)

J’ai parlé ici à Salfi et à Botta de l’opuscule de M. Berchet de manière à leur inspirer la curiosité de le lire et je vais le leur prêter car je n’ai pas voulu m’en dessaisir avant de vous en avoir dit un mot. Le pauvre Botta frémit d’impatience et de douleur au seul mot de romantique ; il croit que s’en est fait de la littérature italienne si ce mot vient à prendre parmi les Italiens. Salfi n’a pas les mêmes frayeurs ; et il a sur ce sujet des idées que je l’ai exhorté à mettre au jour, afin de prendre une part utile à la discussion, si elle s’établit41.

  • 42 Saggio storico-critico, op. cit., p. XXVII. Pour la réflexion sur le concept de « classiqu (...)
  • 43 « Même si les classiques sont devenus constipés, pédants, ennuyeux, doit-il être permis au (...)
  • 44 Il écrivait à son frère Pierre le 15 juillet 1820 : « Il faut ici de grands moyens pour vi (...)

« Classique » signifiait pour Salfi « national et indigène »42 ; il devenait alors possible d’établir un rapport productif entre un classicisme entendu comme expression du caractère national et un romantisme modéré, véhiculant l’histoire du peuple italien, habillé de revendications patriotiques43. Salfi était en outre avantagé dans son travail de promoteur de la littérature italienne par sa collaboration antérieure avec les maisons d’éditions parisiennes. Dans sa Correspondance44, il insiste clairement sur son activité de traducteur, de rédacteur de préfaces : il avait conclu l’Histoire littéraire de Ginguené, il publiait des livres sur des thèmes variés ; il avait donc un rapport privilégié avec les libraires parisiens, qui lui donnait la possibilité d’intervenir sur les choix éditoriaux.

  • 45 Voir supra, note 8.
  • 46 « Les fiancés », La Revue Encyclopédique, XXXVIII, 1827, p. 376.
  • 47 Voici ce qu’écrivait à Salfi Giuseppe Poggi, après lui avoir signalé le succès italien des (...)

14L’intervention de Salfi suit de près celle de Ugoni, publiée aussi dans le Globe45, favorable aux solutions romantiques d’un Manzoni tragique, comme pour fixer les termes du débat et pour contrebalancer les positions romantiques défendues par le critique brescian. Salfi était déjà intervenu en 1826 dans la Revue Encyclopédique contre les Promessi sposi46. Cette nouvelle intervention sur la comédie, qui eut un écho éditorial et journalistique, devait aussi corriger l’image de la culture italienne donnée par le roman de Manzoni, et traduire la poussée du groupe des Italiens résidant à Paris, liés idéologiquement par leur formation aux Lumières, hostiles à ceux qu’un ami de Salfi, Giuseppe Poggi, appelait la « canaille romantique »47. L’intervention de Salfi n’était donc pas seulement descriptive et informative sur l’état de la comédie italienne, elle entendait contribuer aux débats sur les rapports franco-italiens, à la confrontation classiques-romantiques, et, en dernière analyse, à la réflexion, très engagée, sur l’histoire littéraire.

  • 48 Saggio storico-critico…, op. cit., p. 6.

15Au début de son intervention, il blâme l’hostilité littéraire qui opposait sans justification les deux nations. Anticipant la vision mazzinienne, il revendique comme caractéristique de l’époque contemporaine « la correspondance des nations » qui jusqu’alors se méprisaient. Des préjugés nés d’une mauvaise connaissance réciproque et du manque de relativisation et de mise en contexte des jugements critiques demeuraient pourtant, si bien que « ceux qui cherchaient à connaître le mérite de la littérature italienne » s’efforçaient de l’interpréter selon une manière de voir qui la présentait « comme elle n’est, et ne fut jamais, considérée par la nation à qui elle appartient »48. Pour cela, pour « rétablir les faits », Salfi veut affronter le problème du théâtre en partant d’un profil historique général. Comme l’avait déjà fait Ugoni pour la tragédie, il trace une histoire complète de la comédie, des origines jusqu’à son époque. Il voulait ainsi montrer la vitalité de la tradition italienne, capable d’exprimer, de l’intérieur, une volonté de renouvellement intrinsèque, et non pas soumise à l’exemple étranger. Il voulait aussi indiquer les circonstances atténuantes, politiques et historiques, qui pouvaient avoir ralenti le développement de la culture théâtrale italienne. Il place son Saggio sous l’autorité d’un vers d’Horace, tiré de l’Épître aux Pisons, qui affirme la foi classicisante de l’auteur : « Haec plaçait semel, haec decies repetita place bit. »

  • 49 Ibid., p. 26.

16Le Saggio adopte une perspective historique conventionnelle, une parabole qui part de la valorisation de la tradition du xvie siècle, parcourt la crise du xviie siècle, et atteint son sommet avec la renaissance goldonienne. Les aspects les plus significatifs et originaux du dessein historique de Salfi, concernent l’attention aux contributions régionales, comme forces propres de la tradition italienne, et non comme obstacles au développement culturel italien. À cette fin il exalte Giovan Battista della Porta, Napolitain, interprète de la singularité méridionale dans la tradition italienne : « Son style n’a pas l’élégance des Florentins, mais il est approprié et fluide et ne manque pas de naturel et de vérité49 » ; il voit en Goldoni l’aboutissement d’une série de tentatives pour la renaissance de la comédie au xviiie siècle ; il interprète la comédie post-goldonienne comme continuation d’une tradition classique vivante et solidement ancrée dans la société italienne.

17Sa reconstruction n’implique pas seulement une plate défense de la tradition italienne. Le rapport dialectique avec la France s’offre comme une occasion de croissance réciproque et comme une incitation à développer un discours culturel autonome. La supériorité de la France, tant sur le plan littéraire que sur le plan de l’organisation, est reconnue à certaines époques, comme par exemple au début du xviiie siècle. Goldoni lui-même aurait reçu une aide fondamentale de la France :

  • 50 Ibid., p. 64.

C’est ainsi que la France contribua à la réforme théâtrale de l’Italie, et celle-ci, en en prenant toujours plus conscience, rappela sur la scène les comédies de Goldoni et proscrivit les fables théâtrales de Gozzi. Depuis lors on tente en vain de remettre celles-ci au goût du jour50.

Ainsi le critique évitait d’être accusé de plate revendication d’un primat italien et rendait donc plus convaincante sa reconstruction globale. Salfi distingue, après Goldoni, deux filons parallèles : l’un inspiré par le modèle étranger de la comédie larmoyante, illustré par le Romain Giovanni Giraud ; l’autre, prolongement de l’école goldonienne, qui voit en Alberto Nota un défenseur de premier plan. L’importance accordée à Nota, dont le critique reconnaît pourtant les limites – une certaine mélancolie qui contraste avec l’intrigue comique –, montre que Salfi jugeait bon de dégager, dans l’actualité, des points de référence qui appuient son hypothétique reconstruction prospective. La culture littéraire et théâtrale italienne ne devait pas brader le succès goldonien, les épigones de Goldoni devaient affirmer la vitalité et la survivance d’une école italienne capable de résister aux influences nordiques envahissantes. À l’intérieur d’un discours équilibré et sans pointes polémiques, Salfi voulait réaffirmer, par ses interventions éditoriales et critiques, un classicisme italien non poussiéreux, non épuisé, mais vivant et créatif. Aux influences nordiques, il opposait la vivacité des cultures régionales italiennes, où les auteurs pouvaient encore trouver des aiguillons efficaces.

  • 51 « Maintenant que les relations entre les peuples sont plus étroites et que les jalousies d (...)
  • 52 Salfi répond rapidement en reconnaissant que la comédie italienne préfère la prose, mais i (...)

18Victor Chauvet répondit à Salfi dans une querelle moins polémique que celle dirigée contre Manzoni. Exprimant le souhait d’une confrontation productive entre les nations51, toujours à l’intérieur d’une hypothèse classicisante de la littérature, le critique démantelait le dessein de Salfi sur deux points. Sur un plan esthétique et normatif, il soulignait l’inadaptation de la langue italienne à être versifiée, parce que trop musicale52. Sur un plan anthropologique et géographique, il imputait le faible développement de la comédie à la division politique de l’Italie, et à l’absence d’une capitale comme Paris qui, selon lui, par la quantité de ses habitants et l’importance de la circulation, favorisait le genre comique.

  • 53 Francesco Saverio Salfi, Lettera al Signor CH… Esame di alcune osservazioni fatte nella R. (...)

19Dans sa réponse53, Salfi admet que la division politique, qu’un exilé ressentait fortement, est un problème grave, culturel aussi :

  • 54 Lettera al Signor Chauvet, op. cit., p. CXXI.

Monsieur, la division de l’Italie n’est pas pour moi un objet si étrange et si indifférent que je ne sache pas combien il a joué et joue toujours contre mon pays… Je réfléchis depuis longtemps sur ce malheur, et j’en ai montré les effets moraux et politiques54.

Toutefois Salfi cherche à démontrer que la responsabilité négative de la division politique présentée par Chauvet doit être revue, car les Italiens avaient écrit pour toutes les villes de la Nation, et les masques de la commedia dell’arte, liés à une réalité régionale, n’avaient pas eu un succès limité, mais national. La division de l’Italie avait donc paradoxalement favorisé la multiplication des propositions comiques sans nuire au développement de la comédie. Pour le confirmer, Salfi écrit que Goldoni, bien que lié à une réalité citadine, avait fait rire toute l’Italie.

Sur l’historiographie littéraire italienne en France

20La querelle Salfi-Chauvet n’eut pas d’écho théorique, malgré la vivacité de l’attitude de Salfi. Elle était surtout animée par le désir d’attirer l’attention sur le théâtre comique italien, dont on voulait souligner les capacités d’innovation, et par la volonté du critique de placer la polémique classiques-romantiques sur des positions modérées. Au fond, tant Salfi que Chauvet partaient de positions classiques, et les attestations d’estime réciproques ne manquent pas : les accusations de Chauvet restent superficielles, en écho à l’acceptation de Salfi d’une supériorité française à certaines périodes. Mais le plus intéressant est le contexte de la querelle, son insertion dans les derniers échos du débat classique-romantique, à un moment particulier du développement du marché éditorial.

  • 55 Salfi avait conclu l’Histoire littéraire, et avait ensuite écrit en français un Résumé de (...)
  • 56 Berchet jugeait ainsi les trois volumes de Salfi qui concluaient l’Histoire littéraire d’I (...)
  • 57 Saggio storico-critico…, op. cit., p. 27.

21Le Saggio storico de Salfi est significatif tout d’abord dans le cadre de l’élaboration d’une historiographie littéraire italienne. Il accroît l’importance, dans la discussion, du pôle parisien, où œuvrent également par la suite, à différents moments, outre Salfi et Ginguené, Berchet et Ugoni. Dans cet ouvrage, Salfi adapte au développement d’un seul genre le schéma historiographique de l’Histoire littéraire d’Italie et de ses précédentes contributions. Le sens du progrès, d’une histoire prospective, domine l’ossature du Saggio55, marqué par ailleurs par des critères historiographiques traditionnels, détachés de la structure érudite du xviiie siècle, mais encore trop privés de « philosophie », comme l’avait finement noté Giovanni Berchet56. Les allusions au problème de l’unité, de la division politique, de la crise sociale et culturelle de l’Italie ne manquent pas chez Salfi, mais juxtaposés au profil historiographique, ils ne s’intègrent pas dans la séquence des références. La dialectique, forcée et formaliste, entre classicisme, défense des règles et des traditions, et moments de déviation de la norme prévaut ; le conflit classicisme-romantisme ne concerne pas seulement la situation contemporaine, il se dilate pour englober divers moments historiques, réunis par le conflit entre ce qui est indigène, vital, né de stimuli positifs, et ce qui, au contraire, est étranger, déséquilibré, imposé artificiellement : « Les comédies espagnoles » écrit-il à propos de la crise de la comédie de la Renaissance, « ne cessaient pas de se montrer sur les scènes des provinces où l’Espagne voulait introduire ses lois politiques et littéraires ; et tant l’ennui de l’ancien, que l’attrait du nouveau, commencèrent à faire gagner du terrain au système romantique sur les ruines du classique, considéré jusque-là comme national et indigène57. »

22Dans la perspective historiographique de Salfi, la « philosophie » selon Berchet, n’est donc que suggérée. Pourtant, c’est un essai pour englober les dynamiques culturelles dans un panorama plus ample, pour mettre en contexte, en fonction de la situation politique, un genre littéraire. Ainsi, étant donnée l’importance du discours politique déjà lié au Risorgimento, il est significatif que Salfi, homme du sud, choisisse d’évaluer, de façon non normative et sélective, la composante régionale de la littérature italienne, qu’il la considère dans la perspective unitaire comme un élément d’enrichissement et non de dispersion ou de déviation de la norme, en contradiction avec Manzoni. L’histoire de la comédie italienne est l’occasion de valoriser les contributions méridionales, et de souligner l’importance des masques de la commedia dell’arte, jugée genre non inférieur, expression de la réalité régionale et susceptible de développement national.

23Mais le Saggio et la querelle sont aussi une étape vers la définition du travail d’un critique militant, qui, d’un côté, se confronte aux intellectuels, aux critiques, aux spécialistes, et, de l’autre, évolue dans un monde de libraires, de traducteurs, de conseillers d’édition, de professeurs de langue, qui affirment une manière non académique d’envisager les relations culturelles. Les interventions de Salfi dans les publications de Baudry, libraire international qui travaillait pour le marché, non pour l’Académie, montrent qu’il pose la question de façon sinon nouvelle, étant donnée la force du formalisme du xviiie siècle, du moins en se rapportant à un public non seulement de spécialistes, mais de lecteurs destinataires d’un discours culturel. Et Terenzio Mamiani observait sagement à propos de la nécessité, douloureuse, de devoir dépendre d’un monde dominé désormais par l’esprit commercial :

  • 58 Terenzio Mamiani, Alla contessa Ottavia Masino di Mobello, Paris, 30 mars 1840, préface au (...)

Je pourrais ajouter que, devant vivre dans un monde « trompeteur », celui qui plaît aux journalistes, ou sait vendre sa marchandise et se fabriquer sa boutique, est sur toutes les bouches. Celui qui ne sait ou ne veut pas, reste au fond ; et il ne verra jamais ses œuvres être imprimées en caractères précieux, sur un vélin très blanc, orné de vignettes, de frises, d’arabesques raphaélesques ou gothiques, ni être feuilletées par plaisir par les doigts souples de gracieuses dames ou de jeunes gens parfumés58.

  • 59 Jacques Misan, Les Lettres italiennes dans la presse française, op. cit., p. 189.

La publication des textes de théâtre italiens contemporains, au moment de la plus grande expansion du marché, reflète donc l’existence d’un substrat vivant, riche d’idées, d’interventions de discussions condensées entre 1827 (Misan conclut qu’il y a en France, autour de cette année, un très grand intérêt pour la culture italienne59) et 1829 (année importante pour l’édition théâtrale). Ces interventions sont fondamentales non seulement pour les échanges franco-italiens, mais pour toute la culture littéraire italienne, pour qui Paris et la France resteront encore pendant deux décennies, avec Berchet, Salvini, Ugoni, Tommaseo, Mamiani et beaucoup d’autres, un pôle de référence éditorial, journalistique, et culturel.

24Traduction Françoise Decroisette

Notes

1 Giguet et Michaud, Paris, 1803.

2 « La Décade philosophique est le premier journal français qui ait parlé d’Alfieri. Dès l’an III, deux articles entiers y furent consacrés à ce grand poète dramatique, et l’on y donna, sur ses ouvrages et sur sa personne, des détails exempts de prévention et d’esprit », Décade philosophique, 10 brumaire an XII, (31 octobre 1803), Ier trimestre, t. 39, p. 216. En effet dans la Décade du 30 florial et du 10 prairial an III, avaient été publiés deux articles de Amaury Duval sur Alfieri. Sur la fortune d’Alfieri en France à ce moment-là, voir Lionello Sozzi, « Alfieri, Coppet e l’indipendenza delle lettere », dans Il gruppo di Coppet e l’Italia, Actes du colloque de Pescia, 24-27 sept. 1986, a.c. Mario Matucci, Pacini, Pise, 1988, p. 317-338.

3 La Domenica. Giornale letterario-politico, n° 21, Demonville, Paris, 20 novembre 1803.

4 Dans un discours du 24 messidor an IX (12 juillet 1801) prononcé à la Société des sciences, lettres et arts de Paris, Boldoni, professeur de littérature italienne à l’Athénée, parlant de la situation culturelle du Piémont, rapprochait la reconquête de l’Italie par Napoléon du renouveau de la République des Lettres, où échanges et rapports étaient favorisés par la paix : « La République des Lettres, comme vous le savez, est une et indivisible, et les progrès de l’esprit humain d’une partie de l’Europe, sont utiles à toutes les autres parties. De même si les Lumières sont rétrogrades ou viennent à s’éteindre dans quelques départements de cette immense République, tous les autres ne peuvent que souffrir de cette privation et perdre de leur force et de leur éclat. Dans la petite brochure dont je vais vous rendre compte on voit que les Lumières avaient été éteintes dans tout le Piémont, par l’invasion des hordes du Nord ; elles espéraient qu’en répandant la barbarie sur cette belle contrée, elles y étoufferaient tout sentiment libéral ; on voit que toutes les écoles, les collèges, l’université, qui avaient été fermés par le despotisme, viennent d’être rouverts sous l’empire de la liberté, et cela ne fut qu’une conséquence immédiate de la journée de Marengo. Gloire au héros qui conçut et dirigea cette journée immortelle ! », La Décade philosophique, Paris, 30 thermidor an IX (18 août 1801), t. 30, 4e trimestre, p. 379.

5 Voir Paul Hazard, La Révolution française et les Lettres italiennes, Hachette, Paris, 1910, p. 438 (Slatkine Reprints, Genève, 1977) qui résume la position des idéologues par la formule « l’abandon de l’idée d’hégémonie » et décrit ainsi leur réaction : « Un groupe d’écrivains et de philosophes qui arrive à faire table rase des préjugés qui règnent en France sur les Nations voisines. Leur état d’esprit est neutre, pour ainsi dire ; il est rationnel. Ce ne sont ni les sympathies illogiques, ni les antipathies injustes qui les guident, mais le souci de rendre à chacun son dû. »

6 Les Archives, I, Paris, 1817, p. 149-155.

7 Voir Jacques Misan, L’Italie des doctrinaires (1817-1830). Une image en élaboration, Olschki, Florence, 1978, p. 117-135 et Les Lettres italiennes dans la presse française (1815-1834), Olschki, Florence, 1985, p. 89-99.

8 Camillo Ugoni, Préface aux Tragédie di Alessandro Manzoni milanese – Il conte di Carmagnola e l’Adelchi – aggiuntevi le poesie varie ecc., Baudry, Paris, 1826. L’introduction avait été traduite et publiée dans Le Globe sous le titre « Sur les tragédies de Manzoni », Le Globe, Journal littéraire, t. III, n° 81, Paris, 29 juin 1826, p. 431-432, et n° 82, 1er juillet 1826, p. 436-438. Sur les rapports éditoriaux Baudry-Manzoni, voir Maria Iolanda Palazzolo, « Un “ristampatore” a Parigi : Louis Claude Baudry (1826-1852) », dans I tre occhi dell’editore. Saggi di storia dell’editoria, Archivio Guido Izzi, Rome, 1990, p. 23-57.

9 Voir les interventions récentes de Irene Botta, « La lettre a M. C*** tra Manzoni e Fauriel », Annali Manzoniani, Nuova Serie, II, Casa del Manzoni, Milan, 1994, p. 3-33 et de Mario Sansone, « Manzoni, Fauriel e la “Lettre” a Chauvet », Otto/Novecento, XIX, n° 6, 1995, p. 5-29.

10 Voir Jacques Misan, L’Italie des doctrinaires, op. cit., p. 135.

11 Jacques Misan, Les Lettres italiennes, op. cit., p. 42.

12 Dans le numéro XXXVI (1827), p. 231, de la Revue Encyclopédique, dans son article « Littérature italienne. Observations générales. Défauts reprochés à plusieurs auteurs italiens par des critiques judicieux », Salfi avait invité les critiques français à une meilleure connaissance réciproque : « Il serait plus convenable de chercher à se bien connaître, afin de pouvoir s’apprécier mutuellement sans partialité, et sans cet esprit de secte et de dénigrement qui nuit aux deux nations. »

13 Dans la Revue Encyclopédique, vol. XXXVIII, 1828, p. 376-389, à l’occasion d’une longue recension sur les Promessi sposi, Salfi traçait un nouveau profil du lettré italien contemporain finalement libéré de la patine courtisane et pédante que la tradition continuait à lui attribuer : « La littérature chez les Italiens, a été, plus que chez les autres peuples, la profession d’une classe particulière qui ne se donnait aucune peine pour la faire sortir de ses limites. Les hommes de lettres regardaient les autres hommes comme des profanes et avec une sorte d’indifférence. L’histoire, la comédie, les contes, tout ce qui était plus spécialement destiné à l’amusement, prenait ordinairement un langage et des formes, qui annonçaient que tout était fait par des savans et pour des savans. Le peuple en demeurait étranger ; il n’existait pas pour les écrivains, comme ceux-ci n’existaient pas pour lui. On s’est enfin affranchi de cet ancien préjugé, de cette coutume barbare qui pendant si long-tems a retardé les progrès de l’instruction et de la civilisation. Les littérateurs italiens sentent le devoir qui leur est imposé de se communiquer à toutes les classes de la société ; ils se reprochent d’avoir négligé la partie la plus importante de leur ministère, celle d’éclairer les peuples et les rendre meilleurs […]. »

14 Voir, par exemple, Le novelle de Giambattista Casti et Le novelle morali de Francesco Soave, souvent republiés, Il viaggio in Grecia di Scrofani (Voyage en Grèce de Xavier Scrofani fait en 1794 et 1795, traduit de l’italien par J.F.C. Blanvillain, Treuttel et Wurtz, Paris, an X, 1801), des relations historiques sur les États italiens qui répondaient au désir de mieux connaître le pays, comme Carlo Botta, Précis historique de la maison de Savoie et du Piémont, Marchant, Paris, 1802 ; Bartolomeo Nardini, Mémoires pour servir à l’histoire des dernières révolutions de Naples, Duprot-Letellier et C., Paris, 1803 ; Leopoldo Curti, Mémoires historiques et politiques de la République de Venise rédigés en 1792 par Leopoldo Curti, Pougens, Paris, an XI, 1803.

15 Voir Biblioteca poetica italiana scella e pubblicata da Antonio Buttura, Lefèvre, Paris, 1820-22, 30 vol. ; Biblioteca diprose italiana scelta e pubblicata da Antonio Buttura, Bossange, Paris, 1825,10 vol. et Teatro scelto italiano, a.c. Antonio Ronna, Baudry, Paris, 1837.

16 Parmi les très nombreuses grammaires de cette période, voir Angelo Vergani, Grammaire italienne simplifiée, L’auteur, Paris, an XI (1802-1803) ; Nicolè Biagioli, Grammaire italienne, L’auteur, Paris, 1805 ; Giuseppe Filippo Barberi, Grammaire des grammaires ou cours complet de langue italienne, Eymery, Paris, 1819 ; Romualdo Zotti, Grammaire italienne, Baudry, Paris, 1823 ; Francesco Piranesi, Traité des verbes italiens, Baudry, Paris, 1828.

17 Par exemple, Dictionnaire portatif français-italien et italien-français, a.c.
Giuseppe Filippo Barberi, Aillaud, Paris, 1822 ; Dictionnaire français-italien et italien-français, à l’usage des maisons d’éducation, rédigé sur les travaux de feu G. Biagioli, par A. Ronna, Charles Hingray éditeur, Paris, 1836 ; Grand Dictionnaire français-italien et italien-français rédigé sur un plan entièrement nouveau par Joseph-Philippe Barberi, continué et terminé par MM. Basti et Cerati, Renouard, Paris, 1838-1839.

18 Les œuvres d’Alfieri sont publiées par Molini au début du siècle. Petitot s’occupe de nombreuses éditions de cet auteur pour différents éditeurs. Outre Molini, Renouard, Baudry et Trouchy publient des œuvres de Alfieri. Voir notamment de Vittorio Alfieri, Opere varie filosofico-politiche in prosa e in versi di Vittorio Alfieri, Molini, Paris, an VIII, (1799-1800) ; Tragédie, Molini, Paris, 1803 ; Tragédie, Renouard, Paris, 1806 ; Tragédie scelte di Vittorio Alfieri pubblicate da Antonio Buttura, Lefèvre, Paris, 1821 (puis Baudry 1846) ; Tragédie scelte, Trouchy, Paris, 1841.

19 Dans un article paru en 1827 dans la Revue Encyclopédique, n° XXXVI, 1827, p. 231, Salfi notait l’abondance des publications didactiques italiennes, signe d’un intérêt croissant pour la langue, garantissant un échange fondé sur la connaissance effective, non sur des jugements rapides : « Les Italiens se plaignent souvent dans leurs journaux, de ce que les étrangers et surtout les Français déprécient leur langue et leur littérature, sans les connaître […]. Nous pouvons néanmoins affirmer à ces Italiens si jaloux de leur gloire littéraire que les écrivains français, depuis qu’ils s’occupent sérieusement de l’étude des ouvrages des autres nations, connaissent parfaitement et goûtent la littérature italienne, aussi favorisée par la nature même de la langue que remarquable par les chefs-d’œuvre qu’elle a produits : les nombreux ouvrages italiens, classiques ou didactiques, publiés à Paris depuis quelque temps, viennent à l’appui de notre observation. »

20 Carlo Goldoni, Scelta di alcune commedie di Goldoni per uso de’dilettanti délia lingua italiana, a.c. Luigi Pio, Fayolle, Paris, 1812.

21 Commedie di Carlo Goldoni, Francesco Albergati Capacelli, Giovanni Giraud e Alberto Nota scelte ad uso degli studiosi délia lingua italiana, Baudry, Paris, 1844.

22 Scelta di poesie e di prose di P. Metastasio offerte agli studiosi délia lingua italiana da Antonio Buttura, Lefèvre, Paris, 1822.

23 Anthologie poétique italienne. Première partie contenant un choix des plus beaux morceaux de Métastase, d’Alfieri, d’Annibal Caro et de Goldoni avec des notes et des résumés par L. Maggiolo, Delalain, Paris, 1834.

24 Chefs d’œuvre du théâtre italien. Goldoni, trad. par E. Aignan, Ladvocat, Paris, 1822.

25 Œuvres dramatiques d’Alfieri traduites de l’italien par Alphonse Trognon, Brissot-Thivars, Paris, 1822-1823 [Répertoire des théâtres étrangers].

26 Voir Jacques Misan, Les Lettres italiennes dans la presse française (1815-1834), op. cit., p. 149-153. Suivant les indications de Mme de Staël dans De l’Allemagne, Ladvocat avait voulu diffuser le théâtre européen, suscitant des jugements contrastés dans la presse, laudatifs (Annales de la littérature et des arts, VI, 1821, p. 219-224) ou considérant son travail comme un assemblage incohérent de textes, sans critère de choix (La Revue Encyclopédique, XXXI, 1826, p. 379).

27 Ladvocat, Paris, 1823.

28 « On doit savoir gré, en France comme en Italie, a M. Visconti, de son travail, dans lequel il s’est attaché à rendre fidèlement son texte, et qui, pour être écrit dans une langue qui n’est pas la sienne, n’en est pas moins digne d’éloges », Francesco Saverio Salfi, La Revue Encyclopédique, n° XIX, 1823, p. 189. En 1802, Sigismondo avait rejoint, avec sa mère et son frère Ludovico, son père Ennio Quirino Visconti, conservateur du Louvre, exilé en France depuis 1799. Il retourne en Italie en 1840 et cherche à s’affirmer comme poète. Comme les fils de Piranèse, exilés aussi en 1799, Sigismondo avait grandi en France, mais alors qu’ils s’étaient affirmés comme calcographes sous Napoléon, lui s’était mal inséré dans les milieux culturels français et avait toujours regretté l’Italie.

29 L’ajo nell’imbarazzo, commedia in tre atti del conte Giovanni Giraud, traduite par F.C. Albites, Trouchy, Paris, 1834 [Répertoire italien n° 3] ; La conversazione al buio. Commedia in un atto del conte Giovanni Giraud, traduite par F.C. Albites, Trouchy, Paris, 1834 [Répertoire italien n° 6].

30 Commedie scelte del conte Giovanni Giraud, avec une préface de Francesco Saverio Salfi, Agh studiosi della letteratura italiana, Baudry, Paris, rue du Coq Saint-Honoré, n. 9 – Fayolle, rue du Rempart Saint Honoré, n. 9 – Robée et Hungray, rue de Richelieu, n. 14, 1829.

31 Commedie di Alberto Nota, avec un Saggio storico-critico della commedia italiana du Prof. Salfi, Baudry, Paris, rue du Coq Saint-Honoré n. 9, Fayolle, rue du Rempart St. Honoré, n. 9, 1829. Le livre de Nota est recensé par Salfi dans La Revue Encyclopédique, XXXVI, Paris, oct. 1827, p. 664-672.

32 Francesco Saverio Salfi, Saggio storico critico della commedia italiana del prof. F. Salfi, Baudry, Paris, 1829.

33 Giovanni Giraud, Don Desiderio disperato per eccesso di buon cuore, trad. de Felice Caën Albités, Trouchy, Paris, 1834 ; Alberto Nota, Le Nouveau Riche (Il nuovo ricco), comédie en 4 actes, Guérin, Paris, 1835 [Théâtre européen. Théâtre italien. 3e série. T. II].

34 Théâtre d’Alberto Nota et du comte Giraud ou choix des meilleurs pièces de ces deux auteurs traduit pour la première fois par Th. Buttinger précédé d’un précis historique sur la comédie en Italie et en France par M.E. Scribe et accompagné de remarques et commentaires sur chaque pièce par M. Bayard, André, Paris, 1839.

35 Durant son séjour français, Mamiani, pour maintenir un fort rapport linguistique et culturel avec l’Italie, publia de nombreuses œuvres, à ses frais, confessant à D’Ancona à Florence, dans une lettre du 24 juin 1844 : « Je dois maintenant prendre un parti qui pourvoit plus heureusement à mon avenir, et si je dois mendier en France une chaire et abandonner mes études italiennes, je consolerai ma conscience en me souvenant que je me suis efforcé de rester fidèle à notre patrie, même comme écrivain. Jusqu’ici je n’en ai tiré d’autre bienfait que de payer les éditions en me privant, et de les voir ignorées par les Français et délaissées par les Italiens », Terenzio Mamiani, Lettere dell’esilio, a c. di Ettore Viterbo, Società Editrice Dante Alighieri, Rome, 1899, vol. I, p. 240.

36 Lettre à Melloni, Naples, s.d. mais 1843, ibid., vol. I, p. 195. Dans une lettre à Viani, de Modène, le 8 novembre 1842, ibid., p. 102, Mamiani répétait son pessimisme : « Votre chanson est belle et forte, mais penser la voir publiée dans un de ces périodiques signifie ne pas avoir pris connaissance de Paris. Que je sois damné si je rencontre des vers italiens de n’importe qui imprimés dans les pages des journaux français. » Le catalogue de Baudry, à cette époque, comprend beaucoup d’ouvrages pédagogiques, de nombreux classiques comme Le Tasse, Arioste, Dante, un auteur des Lumières aussi réputé que Beccaria, ou des collections comme la Biblioteca poetica italiana et la Biblioteca di prosa italiana, avec des classiques. Les années suivantes, les œuvres pédagogiques sont encore publiées ainsi que de nombreux dictionnaires.

37 Salfi intervint souvent dans la Revue Encyclopédique sur le théâtre italien.
Voir Nuova raccolta teatrale par G. Barbiéri, vol. XIII, 1822, p. 413 ; Tragédies d’Angelica Palli, vol. XIV, 1822, p. 367 ; Des chefs-d’œuvre du théâtre italien moderne, traduits en français, vol. XIX, 1823, p. 189 ; Bibliothèque universelle de musique, vol. XIX, 1823, p. 227 ; Du théâtre comique italien du baron de Cosenza, vol. XXX, 1826, p. 493 ; Des considérations sur le théâtre tragique italien, par Pagani Cesa, vol. XXXI, 1826, p. 717 ; Des comédies d’Alberto Nola, vol. XXXVI, 1827, p. 664 ; De l’état actuel de la tragédie en Italie, par Beduschi, vol. XXXVIII, 1828, p. 143 ; D’« Antoine Foscari » tragédie de Niccolini, vol. XXXIX, 1828, p. 179.

38 Lettre s.d., Biblioteca Apostolica Vaticana, Autografi Ferrajoli, Raccolta Visconti, 7460. Sigismondo Visconti écrit à son cousin Pietro Ercole à Rome que Salfi l’avait exclut de la charge de responsable de la littérature italienne dans la Revue Encyclopédique, pour l’occuper lui-même.

39 Sur les années françaises de Salfi et sur son action de divulgateur de la culture italienne en France, voir Antonia Lezza, La collaborazione del Salfi alla « Revue Encyclopédique » (1819-1823) et Riccardo Falco, « La collaborazione del Salfi alla “Revue Encyclopédique” (1824-1829) », dans Francesco Salfi. Un calabrese per l’Europa, Actes du Colloque de Cosenza (23-24 février 1980), a.c. Paolo Alberto Lisio, Società editrice napoletana, Naples, 1981, p. 191-212 et p. 213-226.

40 Voir mon article « Bohème letteraria italiana in Francia all’inizio dell’Ottocento », Actes du Colloque Italia e Italie fra Rivoluzione e Restaurazione, Rome, 6-8 nov. 1996 (à paraître).

41 Biblioteca Apostolica Vaticana, Autografi Ferrajoli, Raccolta Ferrajoli 5047.
Il s’agit d’un fragment de lettre écrite par Fauriel à Manzoni, sans date, jamais envoyée. L’opuscule de Giovanni Berchet est La lettera semiseria di Grisostomo a suo figlio, publiée à Milan en 1816.

42 Saggio storico-critico, op. cit., p. XXVII. Pour la réflexion sur le concept de « classique », voir Béatrice Alfonzetti, Teatro e tremuoto. Gli anni napoletani di Francesco Saverio Salfi (1787-1794), Angeli, Milan, 1994, p. 46.

43 « Même si les classiques sont devenus constipés, pédants, ennuyeux, doit-il être permis aux romantiques de ne plus respecter les lois de l’harmonie, de la cohérence, de l’ordre, de ce beau, en somme, qui ne varie pas si facilement, comme on voudrait le faire croire ? Nous espérons que dans cette confusion naîtront de tels monstres que ceux qui les engendrent en rougiront ; et que récupérant finalement ces parties qui ont quelque prix dans le système des uns et des autres, ils accordent à l’art et à la raison ce qui leur revient de droit, et rejettent ce qui n’est que l’effet d’un esprit partisan ou de l’étrangeté. Et ainsi on verrait enfin s’unir classiques et romantiques, qui, profitant l’un l’autre de leurs expériences et de leurs lumières, se montreraient les uns et les autres vraiment capables d’être utiles à cette liberté qui, fuyant également la licence et l’esclavage, favorise en même temps les progrès de l’art et de la raison », dans Saggio storico-critico, op. cit., p. LXXX-LXXXI.

44 Il écrivait à son frère Pierre le 15 juillet 1820 : « Il faut ici de grands moyens pour vivre assez bien. Et moi à cet âge déjà avancé, voulant et devant vivre indépendant et presque solitaire, sans fréquenter le monde, sans jamais sortir de chez moi, ou presque, comment puis-je m’estimer heureux ? Je suis donc obligé de vivre de mon travail, en écrivant quelques articles pour les journaux littéraires, ou publiant quelque opuscule à la demande de certains libraires », Carlo Nardi, La vita e le opere di Francesco Saverio Salfi (1759-1832), Libreria éditrice moderna, Gênes, 1925, p. 357.

45 Voir supra, note 8.

46 « Les fiancés », La Revue Encyclopédique, XXXVIII, 1827, p. 376.

47 Voici ce qu’écrivait à Salfi Giuseppe Poggi, après lui avoir signalé le succès italien des Promessi Sposi : « Mais par le diable, la littérature italienne devra donc se satisfaire aujourd’hui d’une telle ordure ! Des histoires de moines, de missionnaires, de superstitions et de crimes des temps de la barbarie et de l’ignorance profonde feront donc les délices des Italiens ! Et c’est par ces voies que la canaille romantique entend civiliser la Nation, l’élever aux grandes idées, la conduire à la liberté ! », Carlo Nardi, La vita e le opere di Francesco Saverio Salfi, op. cit., p. 334.

48 Saggio storico-critico…, op. cit., p. 6.

49 Ibid., p. 26.

50 Ibid., p. 64.

51 « Maintenant que les relations entre les peuples sont plus étroites et que les jalousies disparaissent, nous voudrions que les critiques s’élèvent au-dessus des préjugés nationaux pour comparer avec philosophie, en soustrayant les productions des divers pays à tout système et en recherchant les raisons qui dans chacun d’eux a favorisé les élans du génie », La Revue Encyclopédique, XLI, p. 797.

52 Salfi répond rapidement en reconnaissant que la comédie italienne préfère la prose, mais il nie, exemples à l’appui, que le vers italien ne puisse pas être parfait.

53 Francesco Saverio Salfi, Lettera al Signor CH… Esame di alcune osservazioni fatte nella R.E. intorno al Saggio storico-critico délia Commedia italiana del prof. Salfi, Imprimerie Crapelet, Paris, 15 aprile 1829.

54 Lettera al Signor Chauvet, op. cit., p. CXXI.

55 Salfi avait conclu l’Histoire littéraire, et avait ensuite écrit en français un Résumé de l’histoire de la littérature italienne, Janet, Paris, 1826 ; dans la préface il proposait un curieux schéma historiographique, abandonné dans le Saggio, où les cycles de l’histoire littéraire commençaient et se terminaient à l’année 75 de chaque siècle.

56 Berchet jugeait ainsi les trois volumes de Salfi qui concluaient l’Histoire littéraire d’Italie : « […] Ces trois derniers volumes nous semblent aussi louables que les six premiers par leur exactitude historique, l’abondance des informations, la vraie intelligence des choses d’Italie, et comme eux ils nous laissent dans l’âme un désir de philosophie plus fréquente. » Giovanni Berchet, Opere, a.c. E. Bellorini, Laterza, Bari, 1912, vol. II, p. 170. Pour un panorama général du problème de l’historiographie, voir Giovanni Getto, Storia delle storie letterarie, Sansoni, Florence, 1942.

57 Saggio storico-critico…, op. cit., p. 27.

58 Terenzio Mamiani, Alla contessa Ottavia Masino di Mobello, Paris, 30 mars 1840, préface aux Idilli, Poesie di Terenzio Mamiani per la prima volta unité ed ordinale con aggiunta di moite inédite, Baudry, Paris, 1843.

59 Jacques Misan, Les Lettres italiennes dans la presse française, op. cit., p. 189.

Auteur

Professeur de littérature italienne à Rome. A soutenu à l’Université Paris VIII une thèse de doctorat sur « Les hommes de lettres italiens à Paris en 1799-1800 ».

© Presses universitaires de Vincennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search