Version classiqueVersion mobile

Voyages des textes de théâtre. Italie-France-Italie

 | 
Françoise Decroisette

I. Marchés culturels

Les éditions du Pastor Fido en France au temps de la cour médicéenne : de la scène au salon

Edmée Strauch Ngatoum

Texte intégral

  • 1 Outre Jules Marsan, La Pastorale dramatique en France à la fin du xvIesiècle et au commencement du (...)
  • 2 Sur la politique culturelle des Médicis en France, notamment Marie de Médicis, voir Sara Mamone, Fi (...)

1L’influence de la pastorale dramatique italienne sur le monde du spectacle et de la littérature en France n’est plus à démontrer aujourd’hui. Nombreuses sont les analyses de structure, de contenu ou de sources qui ont déjà prouvé les liens étroits existant entre les drames pastoraux venus de la péninsule et la pastorale française1. Ainsi importe-t-il désormais non plus de prouver des faits reconnus par tous, mais de les comprendre, c’est-à-dire d’élucider entre autres la manière dont le texte italien a pénétré en France, et par quels biais il a pu être diffusé dans le royaume. À cette fin, l’étude des premières publications d’un des textes dramatiques les plus édités en ce tournant de siècle et considéré à juste titre comme étant à la base de cette influence pastorale italienne à côté de l’Aminta du Tasse, je veux parler du Pastor Fido de Battista Guarini, me semble pouvoir fournir des éléments de compréhension fort intéressants. Car s’il est vrai que le texte théâtral n’a pas pour seule destination d’être reproduit dans les livres, et que ce passage par l’écrit est d’abord une possibilité offerte au théâtre pour que le spectacle, par nature éphémère, puisse franchir la barrière du temps et échapper à l’oubli, le livre, en offrant sur une aire plus ou moins vaste les traces écrites de ce texte dramatique, reste à l’évidence le premier objet matériel qui permette l’influence de cette production étrangère en France. C’est pourquoi étudier les premières éditions françaises de cette œuvre italienne dans leur contexte éditorial, au moment où la culture de la péninsule est largement favorisée par la cour médicéenne2, servirait à comprendre à la fois de quelle manière ce texte s’est introduit en France, comment il a voyagé sur le territoire et dans quelles perspectives ce drame pastoral a été mis sur le marché. Cette observation de l’évolution de l’œuvre dans le paysage littéraire français permettrait donc d’appréhender la valeur et la fonction qui furent accordées à ce nouveau genre théâtral poétique, aux dialogues soigneusement versifiés. Donner les causes matérielles de cette influence n’a donc pas pour seule fin de proposer un simple cadre historique à cette diffusion du Pastor Fido à la fin du xvie et au début du xviie siècle, mais vise également à déterminer la place laissée à ce drame pastoral italien dans cette France médicéenne.

  • 3 Guarini rédige son drame pastoral entre 1580-1581 et 1583, et son œuvre est publiée pour la premièr (...)
  • 4 Il Pastor Fido, tragicomedia pastorale del signor cavalier Battista Guarini, in Tours, appresso Gia (...)
  • 5 À ce propos, le livre de Denis Pallier sur la Ligue fait autorité : Recherches sur l’imprimerie à P (...)
  • 6 Il a été choisi de retranscrire le plus fidèlement possible les textes français tirés des livres an (...)
  • 7 Claude de Chivré ou de Chivray descend de la branche mère de la famille de Chivré, grande famille a (...)

2Le texte de Guarini arrive pour la première fois dans le monde éditorial français en 1592, tout juste deux ans après sa première édition à Venise en 15903. Le Pastor Fido ne paraît pas dans la capitale du royaume, comme l’on pourrait s’y attendre, mais à Tours, chez Jamet Mettayer, « regio stampatore » ainsi que le rappelle la page de titre4. Ce premier lieu de diffusion pourrait sembler étrange si l’on ne songeait pas qu’en 1588, le roi Henri III avait été obligé de fuir la capitale tombée aux mains des ligueurs catholiques. Le suivirent dans cette fuite vers Blois d’abord, et vers Tours ensuite, la cour royale bien sûr, qui, avec sa reine Catherine de Médicis, ne pouvait avoir que des accents italiens, et quelques fidèles serviteurs parisiens parmi lesquels se trouvait l’imprimeur du Roi, Jamet Mettayer5, qui dans cet exil n’a eu de cesse d’appuyer la position royale par ses publications. C’est donc bien dans la ville où se trouvait le lectorat italianisant de la cour que fut édité pour la première fois cette pastorale en italien, même si Catherine de Médicis, protectrice des arts, s’était déjà éteinte à Blois en 1589. Cette édition semble avoir trouvé la faveur d’un large public, et la demande d’un lectorat francophone a dû se faire sentir, puisque dès l’année suivante Jamet Mettayer publia la traduction de la pièce. En ces années de trouble, cet intérêt particulier pour un drame pastoral italien peut surprendre, mais si l’on en croit la dédicace faite par le traducteur à la « tres-vertueuse6 et excellente Dame, Madame Claude de Chivray, dame de la Patrière7 », cet engouement ferait suite à la représentation du drame pastoral en France, alors que le succès du Pastor Fido en Italie est attesté et déjà connu par les Français :

  • 8 Le Berger fidelle, pastorale. De l’italien du seigneur Baptiste Guarini chevalier, à Tours, chez Ja (...)

L’heureux accueil qu’il [le Pastor Fido] a receu au lieu de sa naissance luy fait espérer que quelque part qu’il voise, portant sur son front une fidélité mémorable, il sera tousjours le bien venu. Mais à vous plustost qu’à nul autre il a désiré s’offrir, tant pour l’asseurance qu’il se promet sous l’authorité de vostre nom, qui estes alliée d’une infinité de Marquis, Contes, Barons et autres grands Seigneurs de France, que pour le bon visage qu’il receut de vous le premier jour que vous le vistes8.

  • 9 Malheureusement, « aucun document n’a été trouvé qui concerne la mise en scène du Pastor Fido en Fr (...)
  • 10 Sur les premières éditions et représentations du Pastor Fido en Italie, voir Vittorio Rossi, op. ci (...)
  • 11 Les recherches de Jean Balsamo insistent sur « le rôle fondamental joué par Ferrante Guisone ou Gui (...)

L’utilisation du verbe voir à la fin de cette citation laisse bien sous-entendre que Madame de Chivré aurait particulièrement apprécié une représentation de la pastorale donnée à la cour fort probablement au début de ces années 1590. Néanmoins c’est une hypothèse qui ne repose aujourd’hui sur aucun autre document historique9. Elle pourrait donc faire l’objet de nombreuses objections, ou du moins susciter l’étonnement, lorsque l’on pense, d’après les études très fouillées de Vittorio Rossi10, qu’il n’y a très certainement pas eu de représentation effective du Pastor Fido en Italie avant 1592 et que la première publication « au lieu de sa naissance » date de la fin de l’année 1589. Cette contemporanéité des faits entre France et Italie atteste en tout cas un échange culturel intense entre les deux pays11.

  • 12 Roland Brisset, sieur du Sauvage, (1560-1643), est né d’une noble famille tourangelle. Après des ét (...)
  • 13 Cette attribution est d’autant plus probable que les pièces liminaires de l’édition de 1593 compren (...)

3Ce qui doit retenir avant tout notre attention, dans cette première traduction que l’on attribue à Roland Brisset12, puisque c’est sa devise « Rus subit ardens sol » qui se trouve à la fin du texte en signature de la traduction13, c’est l’absence du prologue que le traducteur a choisi sciemment de ne pas traduire, alors qu’il rapporte l’argument :

  • 14 Le Berger fidelle, pastorale. De l’italien du seigneur Baptiste Guarini chevalier, à Tours, chez Ja (...)

Aux lecteurs.
Combien que par la disposition de ceste Pastorale l’on puisse assez comprendre le subject d’icelle, sans qu’il soit besoin d’argument : toutesfois l’ayant trouvé en la copie Italienne je l’ay voulu inserer. Pour le regard du Prologue je l’ay passé, pour ce que cest ouvrage ayant esté faict François, non pour le représenter sur un théâtre, ains pour être leu seulement, & ceste partie ne soit adjoustee aux Scenes que pour se concilier l’attention & bien-veillance des spectateurs selon le temps, les lieux, & les personnes. J’ay pensé qu’il n’estoit pas besoin de le rapporter icy. Au surplus j’ay esté contrainct à l’Echo de m’eslongner quelque peu du propos de l’Autheur, pour faire tomber des responses équivoques : toutesfois l’on y trouvera peu de changement14.

  • 15 En effet, son ouvrage majeur, Le Premier Livre du théâtre tragique, Claude de Montr’oeil et Jean Ri (...)
  • 16 Ce qui ne veut pas dire bien sûr que la dimension de la lecture, qui parfait le plaisir scénique, n (...)

Cet avis aux lecteurs est l’expression d’un traducteur décidé et volontaire, qui affirme ses choix sans éprouver le besoin de se justifier outre mesure. Les formulations à la première personne du singulier « je l’ay voulu », « je l’ay passé », « j’ay pensé », « j’ay esté contrainct » marquent son engagement et sa prise de position. Cette attitude n’est guère étonnante de la part d’un auteur d’imitations, qui a l’habitude de garder son autonomie par rapport aux textes d’autrui15. Il pousse sa liberté de traducteur jusqu’à pervertir d’ores et déjà le texte théâtral, en le détournant de son objet premier, la scène, puisqu’il affirme lui-même : « cest ouvrage ayant esté faict François, non pour le représenter sur un théâtre, ains pour être leu seulement », pour justifier l’absence du prologue, reproduit pourtant dans l’édition en italien de 1592. Certes, en nous donnant sa conception de la fonction du prologue dans une pièce de théâtre, il démontre une certaine sensibilité au genre, mais il s’en éloigne dès lors qu’il fait du texte dramatique qu’il traduit, un texte à lire uniquement, et qu’il relègue les dialogues de la pièce au seul monde du livre16.

  • 17 Il s’agit peut-être de Claude de Bueil, seigneur de Tescourt et de la Ville, premier chambellan de (...)
  • 18 Contrairement à ce que laisse entendre Charles Dedayan dans son ouvrage, Quand Guarini franchit les (...)
  • 19 Voir Daniela Mauri, op. cit., p. 83 : « Quant à la réception du Pastor Fido en France, il faut dire (...)
  • 20 En effet, la page de titre avec sa dédicace à Charles Emmanuel Ier, duc de Savoie, reprend exacteme (...)

4Ce choix arbitraire ne fut pas de moindre importance pour le Pastor Fido en France, car cette décision conditionna toutes les éditions du texte qui suivirent : omirent le prologue non seulement toutes les nombreuses réimpressions de cette traduction, éditions bilingues comprises, mais aussi toutes les nouvelles traductions publiées du temps de Marie de Médicis, c’est-à-dire la traduction en vers d’Antoine de Giraud en 1623, chez Cramoisy, et celle en prose du chevalier Du Beuil17, en 1637, chez Courbé18. Roland Brisset orienta donc durablement la destinée de cette pastorale, non seulement parce que cette traduction partielle conduisit à éditer des versions bilingues présentant un texte italien incomplet, jusqu’à celle de 1648 à Rouen chez Jacques Cailloué, soit plus de cinquante ans après la première édition, mais aussi parce qu’il la rangea dès lors, dans sa version française, dans la catégorie des textes à lire et non pas des textes à jouer19. Une véritable tradition de l’édition française du Pastor Fido amputé de son prologue s’était installée ; seul Pierre Pautonnier échappait à la règle en donnant en 1606 une version originale complète de la pastorale sur le modèle des éditions vénitiennes du début du xviie siècle20. Le choix de Roland Brisset devait ainsi faire autorité : la traduction française du Pastor Fido, en ne comportant pas de prologue, se destinait d’abord à un lectorat, et non au monde du spectacle. Le lent processus de transformation du statut de ce texte théâtral s’amorçait donc dès les premières années de son arrivée en France, et allait le conduire peu à peu, sous sa forme traduite, de la scène au salon.

  • 21 Le Berger fidelle, pastorale. De l’italien du seigneur Baptiste Guarini chevalier, à Tours, chez Ja (...)

5Cette considération littéraire, plutôt que dramatique, de la pastorale est certainement induite par ce nouveau genre théâtral lui-même, puisqu’il choisit de se développer sous une forme poétique soignée et reconnue du monde littéraire. De plus, l’acte de traduction, par nature, invite à porter davantage son intérêt sur le texte et sur l’acte d’écriture que sur le genre théâtral, car il s’agit d’abord pour le traducteur de tenter de rendre dans sa langue ce qu’il comprend dans une autre langue : ce passage d’un code linguistique à un autre porte sans aucun doute à réfléchir d’abord sur la forme textuelle, en oubliant qu’elle peut ne pas être une fin en soi. La note marginale de traduction que le traducteur a tenu à faire imprimer au verso du feuillet 31 à propos du mot « daime »21 témoigne de ce mouvement naturel d’explication de texte que la traduction induit, et souligne par-là que s’accomplit d’abord un acte littéraire, et non un geste de théâtre. Roland Brisset réécrit donc avant tout un texte à lire.

  • 22 Sur le monde du livre à Paris pendant la Ligue, se reporter à Denis Pallier, op. cit., et sur les d (...)
  • 23 Marc Orry, libraire, avait fait son apprentissage chez Jamet Mettayer et épousa la fille de son maî (...)
  • 24 Il est en effet fort probable que le gendre de Jamet Mettayer ait repris l’édition du Pastor Fido e (...)

6Cette destinée livresque de la pastorale de Guarini semble d’ailleurs convenir tout à fait au public français, puisque le succès éditorial de la pastorale est incontestable en cette fin de xvie siècle. Alors que le royaume est encore sous le choc des événements de la Ligue, et que le monde éditorial essaie de se relever lentement des difficultés économiques dans lesquelles ces bouleversements politiques l’ont plongé22, Jamet Mettayer, lui, n’hésite pas à proposer une nouvelle édition en français de ce texte littéraire dès son retour dans la capitale en 1595. Trois ans plus tard, son gendre, Marc Orry23, très certainement en association avec son fils, Pierre Mettayer24, s’appuie sur la fortune de l’œuvre pour lancer à son tour une nouvelle édition de la traduction de Roland Brisset à Paris.

  • 25 Le Berger fidelle, pastoralle. De l’italien du seigneur Baptiste Guarini chevalier. Augmenté de plu (...)
  • 26 Sur l’édition rouennaise, les études de Jean-Dominique Mellot, conservateur à la Bibliothèque natio (...)
  • 27 Pierre Pautonnier qui, après avoir exercé dans l’atelier de son grand-père, Guillaume Morel, au mon (...)

7De leur côté, les imprimeurs-libraires de Rouen, toujours à l’affût des succès éditoriaux parisiens, ont bien compris que l’œuvre de Guarini fait recette ; c’est pourquoi, dès 1600, les frères L’Oyselet proposent à nouveau, à leur compte, l’ouvrage parisien « augmenté de plusieurs poulets d’amour, & autres poësies non encor’ veuës25 ». Neuf ans plus tard, Pierre L’Oyselet, associé alors à Claude Le Villain, met à nouveau sur le marché du livre la traduction de Roland Brisset dans une édition imprimée encore par son frère, Nicolas L’Oyselet, avec qui il travaille souvent en association, mais embellie cette fois des gravures sur bois que Pautonnier a insérées en 1606 dans son Pastor Fido. La présence de ces gravures qui, après un examen attentif, s’avèrent être exactement semblables à celles qui illustrent l’édition de Pautonnier, montrant ainsi que ce sont bien les mêmes bois qui ont servi à l’impression parisienne en italien de 1606, et à l’impression rouennaise en français de 1609, est surprenante. Jean-Dominique Mellot, spécialiste de l’édition rouennaise au xviie siècle pour y avoir consacré ses travaux de thèse26, en fut le premier étonné, assurant qu’il était fort rare qu’un rouennais rachetât aux ateliers parisiens des bois qui étaient bien trop chers pour ces imprimeurs-libraires provinciaux vivant en partie de l’exploitation des succès parisiens qu’ils reproduisaient à moindre coût, non loin de la capitale, pour les revendre ensuite au Palais. La Seine représentait à cet égard un axe économique majeur pour le livre rouennais, de sa conception à sa diffusion. Cette édition de 1609 est, de ce point de vue, un exemple patent de ce fonctionnement de l’édition rouennaise, puisqu’elle ne propose, nouvellement assemblés, que des éléments préexistants à l’édition elle-même : les gravures proviennent de l’édition parisienne de Pautonnier, on l’a vu, la traduction française n’est autre que la seule traduction jusqu’alors publiée de la pastorale, celle de Roland Brisset, et les pièces liminaires restent celles de la première édition de la traduction en 1593 chez Jamet Mettayer, de la dédicace aux sonnets en passant par l’avis aux lecteurs. L’apparente anomalie relative au rachat des bois des gravures pourrait s’expliquer ici par le destin malheureux de Pautonnier27, le seul à s’aventurer dans l’édition en italien de la pastorale de Guarini en cette première moitié du xviie siècle.

  • 28 Mathieu I Guillemot, libraire de 1584 à 1610, s’installa d’abord rue Saint-Jacques, dans le quartie (...)
  • 29 Que les textes publiés par les Mettayer soient repris plus tard par la famille Guillemot (Mathieu I (...)
  • 30 Il Pastor Fido, le berger fidelle…, Mathieu I Guillemot, Paris, 1610, f. à1r.

8L’eût-il fait en pensant satisfaire un lectorat italianisant qui devait aller certainement croissant avec la présence à Paris de Marie de Médicis, reine de France depuis 1600, l’édition du texte original de Guarini – est-ce dû à l’échec professionnel de son imprimeur-libraire ? – ne semble pourtant guère avoir eu de succès auprès des lecteurs parisiens, car l’expérience ne fut pas poursuivie. Le monde éditorial parisien lui préféra bientôt un nouveau type d’édition capable de satisfaire à la fois francophones et italophones : l’édition bilingue, qui marquait une nouvelle étape dans l’évolution du statut de ce texte en France. Le premier à concevoir ce nouvel objet d’édition fut Mathieu I Guillemot28, en 1609, avec un franc succès puisqu’il le réimprima l’année suivante avant de disparaître. Il est d’ailleurs possible d’observer dans cette édition tout le savoir-faire d’un homme de métier arrivé en fin de carrière, qui savait faire appel à un graveur, Léonard Gaultier, pour illustrer sa page de titre, mais qui savait aussi réutiliser le matériel à disposition dans les éditions antérieures, le texte original de Guarini et la traduction de Roland Brisset29, pour proposer au lecteur une vraie nouveauté. Ce livre d’un genre nouveau porte avec lui de nouvelles ambitions ; il s’adresse bien entendu à un lectorat beaucoup plus vaste, permettant au libraire de s’assurer ainsi une diffusion plus large et un gain plus sûr. Il envisage aussi un nouveau type de lecture de l’œuvre plus pédagogique. Si l’on en croit la page de titre, il est « faict italien et françois pour tous ceux qui désirent apprandre les deux langues30 ». Ce n’est plus une simple lecture de divertissement qui est évoquée, mais l’édition se présente comme un véritable petit manuel linguistique. La lecture de la pièce de Guarini ne permettrait donc plus de suivre d’abord des aventures pastorales, mais d’apprendre aux Italiens comme aux Français l’une ou l’autre langue. Même si la présence des deux textes augmente considérablement le volume de l’édition qui compte alors environ trois cents feuillets, son format in-12 rend cette édition très maniable, ce qui semble donc convenir tout à fait aux exigences de l’apprentissage qui induit une manipulation fréquente et aisée de l’ouvrage. Ce dessein didactique de l’édition détourne donc une fois de plus le texte dramatique de son enjeu scénique ; la nouvelle forme éditoriale mise sur le marché, si elle sert la diffusion de l’œuvre de Guarini, la dénature aussi, du moins dans ces intentions avouées : seul l’attrait linguistique du livre est mis au premier plan, et la nature dramatique du texte présenté semble, elle, avoir perdu tout intérêt. Ainsi, le texte de théâtre, du fait de sa brièveté peut-être, est-il devenu désormais prétexte à l’apprentissage de la langue étrangère. La dédicace à un certain Monsieur Jacquelin, seule pièce liminaire qui ne soit pas reprise de l’édition de Mettayer, souligne d’ailleurs cet accent mis sur la langue, en amorçant un début de réflexion sur le sujet :

  • 31 Idem, f. à2r-à3v. La dédicace semble être de la main de celui qui a pensé proposer cette édition bi (...)

Monsieur, La langue Italienne entre les langues vulgaires a cest honneur d’avoir plus de grace & de mignardise que pas une autre, pour exprimer une amoureuse passion. Or cest autheur emporte les lauriers par dessus ceux de sa nation d’avoir escrit avec plus d’invention, d’elegance & de naïfveté. Et cecy par l’adveu des plus rares esprits & des plus grands Princes de ceste Province, qui se trouvèrent assemblez, lors que ceste Pastorelle fut recitée en public. C’est ce qui m’en a faict faire le choix entre tous les autres, et qui m’a faict prendre de la peine pour le disposer comme vous le voyez plus exact en l’une & en l’autre langue, qu’il ne s’estoit veu cy-devant : affin que les doctes n’y trouvent rien qui les offense, & que les apprentifs y puissent faire leur profit : Mais la loüable curiosité que vous avez euë jusques icy d’acquérir non seulement l’usage de ceste langue, mais de vous y rendre parfaict par la recherche que vous faictes de tous les bons livres Italiens, m’incite à vous le présenter & vous donner ceste preference, comme à celuy qui est un des plus cheris des Muses ; au service desquelles je suis jour & nuict employé, non pour consulter leurs oracles, mais pour les proposer aux yeux du public. Que si vous jouyssez de leurs fruits, ne desdaignez ceste fleur que le temps ne fera jamais fanir, & qui portant vôtre nom escrit sur la première de ses feuilles, si elle ne peut accroistre l’honneur de vostre mérité, au moins fera-elle en quelque façon paroistre la grandeur de mon affection à vostre service, et que je suis,
monsieur,
Votre bien humble serviteur31.

Cette pièce liminaire fait à nouveau allusion à une représentation, apparemment récente, – en français ou en italien ? – de la pastorale devant les plus grands de l’époque : « Et cecy par l’adveu des plus rares esprits & des plus grands Princes de ceste Province, qui se trouvèrent assemblez, lors que ceste Pastorelle fut recitée en public. » Le versant dramatique de l’œuvre de Guarini semble donc bien participer à son succès. La pièce italienne n’a pas oublié la scène, mais dès que le monde de l’édition la prend en considération, il lui faut, pour satisfaire fort probablement aux exigences du marché, lui conférer une valeur plus littéraire ou linguistique ; comme si le caractère dramatique avait du mal à s’accorder avec l’objet livre. Cette dédicace marque en effet une stratégie éditoriale qui cherche à dépasser la nature première du texte ; en mettant en regard les deux versions, italienne et française, l’imprimeur-libraire utilise le texte dramatique à des fins auxquelles il n’était pas promis au jour de sa conception : c’est donc bien cette démarche éditoriale originale qui infléchit la valeur de la pastorale en France.

9Pour expliquer le bien-fondé de cette entreprise, l’auteur de la dédicace justifie son choix en invoquant non pas l’intérêt qu’offrirait le contenu de l’œuvre de Guarini, mais les qualités littéraires de la langue utilisée : « Or cest autheur emporte les lauriers par-dessus ceux de sa nation d’avoir escrit avec plus d’invention, d’elegance & de naïfveté. » Ces qualités ne sont en fait que les garants du caractère soigné de cette écriture qui présente par conséquent un matériel sûr et agréable « affin que les doctes n’y trouvent rien qui les offense, & que les apprentifs y puissent faire leur profit ». Le dédicataire, d’ailleurs, semble avoir été choisi avant tout pour la « louable curiosité » qu’il avait de l’italien. La scène n’est plus rappelée que comme le lieu où l’œuvre a pu être découverte : « Et cecy par l’adveu des plus rares esprits & des plus grands Princes de ceste Province, qui se trouvèrent assemblez, lors que ceste Pastorelle fut recitée en public. » Nous sommes bien loin donc d’un livre témoin d’un spectacle qui permettrait d’envisager de futures représentations. Les préoccupations ne sont pas théâtrales, l’attrait est purement linguistique. Or, cette mise entre parenthèses, de la nature première du texte, ce détournement de la finalité scénique en un dessein didactique de l’œuvre perdure, et le nombre des rééditions rouennaises et parisiennes en prouve le succès. Cette nouvelle forme éditoriale est donc l’expression d’une évolution fondamentale dans l’appréhension en France de l’œuvre étrangère : le francophone ne cherche plus à la découvrir pour ce qu’elle dit et ce qu’elle est, mais il cherche à se l’approprier par la forme qu’elle propose.

  • 32 On a peu de renseignements biographiques sur ce personnage de la première moitié du xviie siècle : (...)

10Cet intérêt linguistique ne se limite pas à cette production bilingue de la pastorale en cette première moitié du xviie siècle, mais se traduit aussi par la publication de nouvelles traductions, comme si cette mise en regard avait soudain permis à certains de se pencher sur la justesse et la qualité de la traduction proposée. De nouveaux traducteurs s’essayèrent donc, et le premier, après Roland Brisset, à publier le fruit de son travail, Antoine de Giraud32, offrit au lectorat parisien, en 1623, la première traduction en vers de la pastorale de Guarini, marquant alors pour la première fois un souci de recherche au-delà du sens, d’une correspondance de forme entre les deux langues. Il ne s’agit plus de s’éloigner trop de la lettre du texte ; la traduction doit essayer aussi de rendre un rythme, une harmonie sonore, le caractère poétique en somme, qui fait le texte autant que ce qu’il dit. Dans ce nouveau type de travail, la conscience de l’impossibilité d’une vraie correspondance, d’une réelle traduction affleure, et une véritable réflexion sur la nature de la langue et sur la gageure que représente ce type d’exercice est amorcée, comme en témoigne assez bien les propos du traducteur dans les pièces liminaires :

  • 33 Il s’agit fort probablement de la traduction de Roland Brisset, la seule ayant été publiée à cette (...)
  • 34 Il est possible, d’après Lancaster, que la traduction en prose que l’auteur, Antoine de Giraud, dit (...)
  • 35 L’œuvre est dédiée « A la reyne, mère du Roy », c’est-à-dire à Marie de Médicis.
  • 36 Le Pasteur fidelle tragicomedie pastoralle de Jehan Baptiste Guarini […], à Paris, chez Claude Cram (...)

Amy Lecteur, si tu cerche de la perfection, délicatesse, & polissure en ce Livre, je te donneray un salutaire advis qui est de recourir à son Autheur le plus parfaict & accomply en toutes ses parties qui se verra jamais. De conclurre aussi que ce soit luy faire tort que de le traduire, ce seroit mal argumenter, & te suplie en cela de ne me condemner point sans m’ouyr, l’ayant faict pour satisfaire, ou plustost obeyr aux commandemens de ceux qui ont pouvoir de souveraineté sur moy : pour contenter d’ailleurs la diversité des gouts & des langues, ne doutant point que ceux qui se plaisent en l’Italienne ne trouvent du dégoust en la Françoise, & que la perfection de l’Autheur en sa langue, ne rehausse grandement les defauts de ceste traduction. Mais si j’ay failly c’est en bonne compagnie, l’ayant veu ja traduict en prose33, assez mal à la mode & à l’occasion. Et te diray de plus, non point pour m’excuser, mais pour en me contentant te pouvoir contenter, qu’en ce qui touche la langue Italienne, je ne feus jamais en Italie, ny n’ay pratiqué aucuns maistres pour m’en enseigner le merite : ç’a esté plustost d’inclination particulière, & par reflection ou communication de la Latine : En l’une je n’ay esté passé aprentif compagnon, ny maistre : de l’autre j’en ay mes lettres de maistrise. Pour la poësie, si mes vers te sont rudes, il en faut accuser la delicatesse de tes oreilles, & ma trop grande fidelité en la traduction, n’estant pas pourtant de ceux qui veulent rendre leurs maistres cautions de leurs fautes ; au contraire je te diray que si je n’ay point failly, c’est en ce que je ne me suis point écarté du sentiment de mon Autheur, & me suis attaché le plus qu’il m’a esté possible à ses subtiles pointes, & riches conceptions, sçachant bien que je ne pouvois mieux faire qu’avec luy. Si donc je suis reçeu en mes faits justificatifs, je ne desespere point de ma cause ; & me promets, Lecteur, un jugement favorable de ta part : qui me donnera courage de poursuivre encor une traduction en prose d’un autre Autheur Italien tres-excellent34, ja bien advancée : peut-estre que par là j’acquerray tes bonnes graces. Que si je suis si malheureux, ou que ton goust soit si dépravé que je ne le puisse ; sçache, Lecteur, qu’apres avoir agréé à la Majesté de celle à qui je dédie & veux dédier tous mes labeurs35 : Ce dequoy je me soucie bien fort, c’est de me contenter, & te complaire, si tu le désire. Adieu36.

  • 37 Seule une étude attentive de cette traduction, comme celle de Daniela Mauri pour la traduction de R (...)

Cette adresse au lecteur nous présente un traducteur d’un genre nouveau : loin de s’élever au statut d’auteur et d’adopter le ton décidé d’un Roland Brisset, Antoine de Giraud se montre au contraire plein d’admiration pour celui qu’il traduit, tout au service d’un texte original qu’il dit ne pouvoir égaler, étant « le plus parfaict & accomply en toutes ses parties qui se verra jamais ». Le traducteur n’est pas encore un professionnel de la langue qu’il traduit : « en ce qui touche la langue Italienne, je ne feus jamais en Italie, ny n’ay pratiqué aucuns maistres pour m’en enseigner le merite », mais son travail est le fruit d’un choix, d’un goût personnel : « Ç’a esté plustost d’inclination particulière. » C’est donc une traduction du cœur qui est livrée au lecteur, une traduction attentive à la valeur de l’original qu’elle cherche à retranscrire. C’est pourquoi Antoine de Giraud revendique, en l’excusant, sa « trop grande fidélité en la traduction » pour n’avoir pas voulu, comme il le dit, s’écarter du « sentiment » de l’auteur : « sçachant bien que je ne pouvois mieux faire qu’avec luy », précise-t-il37. C’est tout le respect d’un lettré face à l’auteur prestigieux et reconnu qu’est devenu Guarini qui s’exprime ici. En effet, le Pastor Fido, en 1623, n’est plus la pastorale italienne qui vient d’être représentée à la cour, mais le grand texte poétique aux « subtiles pointes » et « riches conceptions » ; l’aspect littéraire mis au premier plan porte encore ombrage à sa nature théâtrale, qui n’est plus évoquée du tout. La pastorale de Guarini a désormais commencé à emprunter le chemin de la postérité qui la mène toujours plus sur les rayons des bibliothèques parisiennes et lui fait oublier la scène.

  • 38 C’est Lancaster qui fait allusion à cette représentation, en affirmant que si la première pastorale (...)
  • 39 À propos de la traduction de l’abbé de Boisrobert, il faut se reporter à Lancaster, op. cit., I, 1, (...)

11Néanmoins, dans ces années 1620, il serait erroné d’avancer que la pièce de Guarini ait complètement quitté la scène, puisque dans la première partie de l’année 1627, Bellerose aurait joué le Pastor Fido adapté en français38. Cette représentation de la pastorale mettait peut-être en scène la traduction de l’abbé de Boisrobert, ce favori de Richelieu qui avait reçu à la fin de l’année 1618, 1 000 livres de la reine mère pour traduire la pièce de Guarini39. Si tel était le cas, il serait frappant de constater que cette traduction commandée par Marie de Médicis pour être jouée n’ait apparemment pas connu les presses, à moins qu’aucun exemplaire publié à cette époque ne nous soit parvenu. Cette hypothèse, certes très fragile, permettrait en fait de voir se dessiner deux vies parallèles de l’œuvre en ce début de xviie siècle, une vie dramatique dont le livre n’est guère témoin, et une vie littéraire dont le monde de l’édition s’empare, en éloignant le texte des tréteaux par la forme qu’il prend dans l’objet livre.

  • 40 Cette anomalie présente d’ailleurs un tel handicap pour la lecture de ce genre de texte de théâtre (...)

12La dernière édition publiée à Paris au temps de Marie de Médicis confirme cette évolution du texte, élevé alors vraiment au statut de texte classique à lire au salon, confortablement installé dans un fauteuil. En effet, si les formes bilingues, en destinant la pastorale à l’étude, proposaient encore par leur format et leur présentation un usage aisé du texte et du livre, la traduction en prose de 1637 est éditée comme pourrait l’être un roman : dans un format in-8°, donc plus grand et moins maniable, tous les éléments textuels et typographiques caractérisant la pièce de théâtre sont absents ; le prologue est encore omis, comme le veut la tradition désormais, l’argument n’est pas reproduit, la liste des personnages manque40, le texte est imprimé en une prose compacte et continue où le nom des personnages ne se dégage pas sur le côté gauche, mais est inséré au centre dans la continuité du texte. Le format de l’édition et la présentation de l’œuvre font ainsi oublier au lecteur qu’il est en train de lire un texte de théâtre, et l’invite à penser au contraire qu’il s’agit d’une œuvre littéraire à lire dans l’intimité d’un intérieur. Le souvenir des tréteaux, des acteurs, du public et de ses applaudissements a fini de s’évanouir, jusque dans la dédicace adressée à la maîtresse du traducteur qui, en ne traitant que d’amour, ne permet d’installer qu’un climat de confidentialité romanesque. La pastorale théâtrale de Guarini est alors devenue un véritable texte littéraire classique dont l’édition n’est plus destinée aux gens de théâtre, mais est une invitation à la lecture détendue et personnelle.

13Chaque édition, par sa forme et son contenu, propose un Pastor Fido différent au lectorat du royaume. Aussi orientent-elles toutes la lecture de la pièce en l’envisageant selon des angles de vue toujours renouvelés, et font-elles évoluer le regard du lecteur sur l’œuvre en fonction de sa présentation. Ainsi l’étude de ces premières éditions françaises du Pastor Fido au temps de la cour médicéenne a pu montrer, outre la fortune éditoriale du texte, et donc l’importance de son impact sur le milieu littéraire français, les impressionnantes modifications du statut de la pastorale de Guarini durant ces quelques décennies. En l’espace d’un demi-siècle, la nature de ce texte dramatique pastoral a totalement été transformée au fil des éditions : publiée en France pour la première fois à la fin du xvie siècle comme témoin probablement d’un spectacle ayant eu du succès à la cour, pour un public italianisant d’abord, puis offert à la lecture d’un public francophone, les éditions de la pastorale semblent ensuite avoir répondu exclusivement à des préoccupations linguistiques du lectorat francophone attiré par l’italien, ce qui conduisit le drame pastoral à devenir finalement un simple texte à traduire, eu égard aux qualités littéraires qu’il présentait et qui n’en faisaient plus qu’un objet de lecture intime, loin du monde du spectacle et destiné à être rangé sur les rayons de la bibliothèque. La pièce de théâtre de Guarini était liée désormais à l’objet livre et avait été définitivement élevée au rang du texte littéraire classique.

Liste des premières éditions françaises du Pastor Fido de Battista Guarini

Cette liste a été réalisée d’après la consultation de plusieurs listes, répertoires et catalogues :

Roméo Arbour, L’Ère baroque en France, Répertoire chronologique des éditions de textes littéraires, 1585-1643, Droz, Genève, 1977-1980.

Nicole Bingen, Le Maître italien (1510-1660), Émile Van Balberghe, Bruxelles, 1987.

Nicole Bingen, Philausone (1500-1660), Répertoire des ouvrages en langue italienne publiés dans les pays de langue française de 1500 à 1660, Droz, Genève, 1994.

Joseph Blanc, Bibliographie italico-française universelle, Slatkine reprints, Genève, 1972.

Catalogue de la Collection Ronde ! (manuscrit, Bibliothèque de l’Arsenal).

Catalogue méthodique de la section Belles Lettres (manuscrit, Bibliothèque de l’Arsenal).

M. Horn-Monval, Répertoire bibliographique des traductions et adaptations françaises du théâtre étranger du xve siècle à nos jours, Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, 1958.

Jules Marsan, La Pastorale en France à la fin du xvie et au commencement du xviie siècle, Hachette & Cie, Paris, 1905.

Ministère de l’Éducation nationale, Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque Nationale, Imprimerie Nationale, Paris, 1897-1981.

Légende :

*

cote des exemplaires consultés

it.

livre en langue italienne

fr.

livre en langue française (traduction)

bi.

livre bilingue (texte original et traduction)

éd.

édition

ex.

exemplaire

f.

feuillet

gr.

gravé/gravure

ill.

illustré

imp.

imprimé/impression

imp-lib.

imprimeur-libraire

p.

page

p. de t.

page de titre

p. lim.

pièces liminaires

rééd.

réédition

trad.

traduction/traduit

titre-front.

titre-frontispice

Ars.

bibliothèque de l’Arsenal

BM

bibliothèque municipale

BML

bibliothèque du British Muséum, Londres

BNF

Bibliothèque Nationale de France

Congress

bibliothèque du Congrès (Washington), USA

Ste-Gen.

bibliothèque de Sainte-Geneviève

Maz.

bibliothèque Mazarine

Il Pastor Fido, tragicomedia pastorale del signor cavaliere Battista Guarini
it. 1592.
Tours : Jamet Mettayer
143-[1] f. In-12
*Ars [Re 4120, (1)] : l’éd. comporte le prologue (f.4v-7v), suivie d’un sonnet signé de Roland Brisset : « Sors, fidelle Berger, de tes grottes ombreuses » ; l’ex. est relié avec l’éd. de 1593. Ste-Gen. (Y 8° 156 Inv 3727 Rés).

Le Berger fidelle, pastorale. De l’italien du seigneur Baptiste Guarini chevalier
fr. 1593. Tours : Jamet Mettayer
[6]-135-[2] f. Ill. In-12
* Ars [Re 4120 (2)] et *BNF (Rés. p. Yd 161) : trad. en prose et en vers par Roland Brisset d’après sa devise imp. à la fin du texte : « Rus subit ardens sol », selon Jules Marsan, La Pastorale en France à la fin du xvieet au commencement du xviie siècle, Paris, 1905, p. 488. Gr. sur bois au début de chaque acte. P. lim. : dédicace à Mme Claude de Chivré, avis aux lecteurs, deux sonnets non signés de Roland Brisset, dont le sonnet imp. dans l’éd. de 1592. L’éd. ne comporte pas le prologue. Suivie d’une chanson bocagère imitée du Tasse.

Le Berger fidelle, pastorale. De l’italien du seigneur Baptiste Guarini chevalier
fr. 1595. Paris : Jamet Mettayer
[6]-142-[1] f. Ill. In-12
*Ars (Rés. 8 B 6638) : rééd. de l’éd. de 1593 (même contenu, nouvelle impr.), avec la marque et devise de Jamet Mettayer en p. de t. : « Omni praestantior arte ».

Le Berger fidelle, pastorale. De l’italien du seigneur Baptiste Guarini chevalier
fr. 1598. Paris : Marc Orry
[6]-141-[2] f. Ill. In-12
*Ars (Rés. Re 4141) : rééd. de l’éd. de 1595 (même contenu, nouvelle impr.), avec la marque et la devise de Marc Orry en p. de t. : « Ad astra per aspera virtus ».
NB : Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livre cite une même éd. attribuée à l’imp-lib. Pierre Mettayer, fils de Jamet Mettayer. Il était certainement associé pour cette éd. à Marc Orry, son beau-frère.

Le Berger fidelle, pastoralle. De l’italien du seigneur Baptiste Guarini chevalier.
Augmenté de plusieurs poulets d’amour, & autres poësies non encor’ veuës.
Dernière édition.
fr. 1600. Rouen : Nicolas et Pierre L’oyselet
[12]-227p. In-12
*Ars (8 B 6624) : rééd. de l’éd. de 1598 sans les gr. (même contenu « augmenté de plusieurs poulets d’amour, & autres poësies non encor’ veuës » dont la chanson imitée du Tasse).

Il Pastor Fido, tragicomedia pastorale, di Battista Guarini, dedicata al serenissimo D. Carlo Emanuele, duca di Savoia, & c. nelle reali nozze di Sua A. con la sereniss. infante D. Catharina d’Austria. Hora in questa impressione corretto, & di vaghe figure ornato.
it. 1606.
Paris : Pierre Pautonnier
240 p. Ill. In-12
*Ars. (Re 4123) et *BNF (Yd 8193) : éd. faite sur le modèle des éd. vénitiennes du début du xviie siècle dédiées à Charles Emmanuel Ier, duc de Savoie pour son mariage avec sa cousine Catherine d’Autriche (1585). L’éd. comporte le prologue. Gr. sur bois au début de chaque acte.

Le Berger fidelle, pastoralle. De l’italien du seigneur Baptiste Guarini chevalier.
Dernière édition.
fr. 1609. Rouen : Pierre L’Oyselet et Claude Le Villain
[12]-265p. Ill. In-12
*BNF (Yd 3920) – à l’adresse de L’Oyselet –, *Ars (Re 4142 et 8 B 6625) – à l’adresse de Le Villain – : rééd. de l’éd. rouennaise de 1600 sans la partie poétique finale et avec les gr. de l’éd. de 1606.

Il Pastor Fido, le berger fidelle faict italien et françois pour l’utilité de ceux qui désirent apprandre les deux langues.
bi. 1609. Paris : Mathieu [I] Guillemot
[13J-341 [sic pour 309] f. Ill. In-12
*Ars (8 B 6626) : 1re éd. bi. qui reprend la trad. de Roland Brisset. Auteur mentionné au privilège ; titre-front. gr. en taille douce par Léonard Gaultier. Mêmes pièces liminaires que éd. de Tours de 1593, seule la dédicace change : « À monsieur Jacquelin, conseiller du Roi. » Suivi d’une chanson bocagère imitée du Tasse et de l’extrait du privilège. Besançon, BM.

Il Pastor Fido, le berger fidelle faict italien et françois pour l’utilité de ceux qui désirent apprandre les deux langues, de Baptiste Guarini.
bi. 1610. Paris : Mathieu [I] Guillemot
[13J-341 [sic pour 309] f. Ill. In-12
*BNF (Yd 3892) : réimp. de l’éd. de 1609, seule la p. de t. change : le nom de l’auteur a été rajouté et la date changée. Troyes, BM.
NB : Arbour signale également une éd. bi. rouennaise de 1610 répertoriée dans Goujet, Claude-Pierre, Bibliothèque française […], Paris, 1741-1756, VIII, 68, mais il ne donne aucune localisation.

Il Pastor Fido, le berger fidelle. Faict italien et françois pour l’utilité de ceux qui désirent apprandre les deux langues, de Baptiste Guarini.
bi. 1622. Paris : Mathieu [II] Guillemot
[13]-341 [sic pour 309] f. Ill. In-12
*Ars (Re 4143) : rééd. de l’éd. de 1610 chez Mathieu I Guillemot, avec l’extrait du privilège daté du 19 août 1609 accordé pour 10 ans (f. 309v) ce qui peut laisser penser que cette édition n’est pas de 1622, mais de 1612 : les chiffres sur la p. de t. sont en effet peu lisibles. Mais il est en même temps difficile d’attribuer cette éd. au père, Mathieu I Guillemot, qui décède en 1610, plutôt qu’au fils, Mathieu II Guillemot, qui commence en 1618, à moins d’imaginer que sa veuve ait publié sous le nom de son mari. BML (11427.b. I). Maz. (44886).

Il Pastor Fido, le berger fidelle. Faict italien et françois pour l’utilité de ceux qui désirent apprandre les deux langues, de Baptiste Guarini.
bi. 1622. Paris : Mathieu [II] Guillemot
[13]-310 [sic pour 309] f. Ill. In-12
*Ars (8 B 6627 et 8 B 6628) : rééd. de l’éd. de 1610 chez Mathieu I Guillemot, sans l’extrait du privilège à la fin et avec quelques corrections de pagination. Les deux exemplaires consultés ne diffèrent que par l’impr. du premier cahier. Le Mans, BM (BL 8° 2738).
NB : Jules Marsan parle d’une réimpr. de cette éd. bi. en 1625.

Le Pasteur fidelle tragicomedie pastoralle de Jehan Baptiste Guarini cavalier tres-illustre. Traduit d’italien en vers françois par noble Antoine de Giraud Lyonnois
fr. 1623. Paris : Claude Cramoisy
[24]-250-[2] p. – + p. 13-63. Ill. In-12
*Ars (8 B 6640 et Re 4144) et *BNF (Yd 3921) : 1re trad. en vers de la pastorale, par Antoine de Giraud qui la dédie à Marie de Médicis ; titre-front, gr. en taille douce par I. Picart ; l’éd. ne comprend pas le prologue, suivie de trad. de vers de Guarini par Antoine de Giraud ; dans l’ex. de la BNF manque le titre-front. L’ex. 8 BL 6640 est relié aux armes de Louis César de la Vallière. BML (243.d.39). Congress (PQ4626. Z4.1624). Maz. (21969 et 21969 A). Versailles, BM.

Il Pastor Fido. Le berger fidelle. Faict italien et françois pour l’utilité de ceux qui desirent apprendre les deux langues.
bi. 1625. Rouen : Adrien Ouyn
[13]-34 [1] [sic pour 309] f. In-12
*Ars (8 B 6601, Re 4145 et Re 4146) et *BNF (Yd 3895) : rééd. de l’éd. bi. publiée pour la 1re fois chez Mathieu I Guillemot en 1609, suivie de la chanson bocagère imitée du Tasse. L’ex. Re 4146 est entièrement restauré et est le seul à indiquer complètement 341 au dernier f., néanmoins l’imp. ne semble pas différer. BML (638.b.21).
NB : Jules Marsan parle également d’une éd. bi. rouennaise chez Claude Le Villain en 1624, mais ne donne pas de localisation.

Le Berger fidelle
fr. 1637. Paris : Augustin Courbé
[14]-463 p. In-8°
*Ars (8 B 6629 et Re 4147) et *BNF (Yd 8197) : nouvelle trad. en prose attribuée au chevalier De Bueil selon l’abbé de Marolles, d’après Barbier, ou à Marans, dédiée à la maîtresse du trad. Auteur mentionné au privilège. Marque et devise d’Augustin Courbé gr. en taille douce en p. de t. : « Curvata resurgo ». L’éd. ne comprend ni le prologue, ni l’argument, ni la liste des personnages. Londres, BM (84.a.2.).

Il Pastor Fido. Tragicomedia. Del signor cavalier Batista. Le Berger fidelle. Faict en italien & françois, pour l’utilité de ceux qui desirent apprendre les deux langues. Reveu & corrigé en ceste derniere édition.
bi. 1648. Rouen : Jacques Cailloué
[13]-310 [sic pour 309] f. In-12
*Ars (8 B 6630 et Re 4148) et *BNF (Yd 3896) : rééd. de la 2e éd. bi de 1622 de Mathieu II Guillemot.

Notes

1 Outre Jules Marsan, La Pastorale dramatique en France à la fin du xvIe siècle et au commencement du xviie siècle, Hachette et Cie, Paris, 1905, p. 31-68 et 140-158, voir le colloque plus récent de Rome Sviluppi della drammaturgia pastorale nell’Europa del Cinque-Seicento, convegno di studi, Rome, 23-26 mai 1991, a.c. M. Chiabù, Federico Doglio, [Viterbo], Centro Studi sul teatro medioevale e rinascimentale, 1992, notamment Daniela Dalla Valle, « Il Tasso, il Guarini e la Pastorale drammatica francese », p. 235-255, et le dernier ouvrage paru sur le sujet : Daniela Mauri, Voyage en Arcadie : sur les origines italiennes du théâtre pastoral français à l’âge baroque, H. Champion et Fiesole, Paris, 1997, qui propose une bibliographie détaillée.

2 Sur la politique culturelle des Médicis en France, notamment Marie de Médicis, voir Sara Mamone, Firenze e Parigi, due capitali dello spettacolo per una regina, Maria de’Medici, Silvana éditoriale, Milan, 1987 ; en français, Le Seuil, Paris, 1990.

3 Guarini rédige son drame pastoral entre 1580-1581 et 1583, et son œuvre est publiée pour la première fois, en Italie, à Venise : Il Pastor Fido, tragicomedia pastorale di Battista Guarini, G.B. Bonfadino, Venise, 1590. Pour une première approche de la composition de l’œuvre et de son auteur, voir Vittorio Rossi, Battista Guarini ed il Pastor Fido ; Studio biografico-critico con documenti inediti, Loescher, Turin, 1886.

4 Il Pastor Fido, tragicomedia pastorale del signor cavalier Battista Guarini, in Tours, appresso Giametto Metaieri, regio stampatore, M. D. XCII.

5 À ce propos, le livre de Denis Pallier sur la Ligue fait autorité : Recherches sur l’imprimerie à Paris pendant la Ligue (1585-1594), Droz, Genève, 1976. Il explique : « Au début de l’année 1589, après la mort des Guise, le pouvoir royal n’était pas totalement dépourvu de moyens de propagande. Jamet Mettayer, imprimeur du Roi, imprimeur de ses congrégations, jouissant de la faveur de Henri III, avait suivi son maître à Blois. Il y exerçait […] le privilège d’imprimer et de vendre les ordonnances et harangues faites aux états. Mettayer […] suivit le Roi à Tours d’où partent nombre de déclarations royales contre les révoltés […] », p. 83.

6 Il a été choisi de retranscrire le plus fidèlement possible les textes français tirés des livres anciens. Les seules modifications qui furent apportées, en vue de faciliter la lecture, se limitent à la dissimilation des « i » et des « j », des « u » et des « v » et au développement des abréviations.

7 Claude de Chivré ou de Chivray descend de la branche mère de la famille de Chivré, grande famille angevine apparentée à de nombreuses autres familles nobles. Claude, née le 24 février 1556, embrassa le protestantisme et ne renonça au calvinisme qu’en décembre 1617. Il n’est donc guère étonnant qu’elle ait côtoyé la cour de Henri IV en exil à Tours, d’autant plus que son deuxième mari, Pierre L’Enfant était devenu gentilhomme de la chambre du roi en 1592, et qu’il fut nommé chevalier de l’ordre de Saint-Michel par le roi lui-même, en 1593, après son abjuration. On ne s’étonnera donc pas que cette dame de la Patrière ait pu assister aux représentations théâtrales données à la cour en ces années de trouble. Sur la famille de Chivré, on peut consulter Gérard de Villeneuve, Histoire généalogique de la maison de Chivré, 1096- 1987, Versailles, [ « Héraldique et généalogie »], 1988.

8 Le Berger fidelle, pastorale. De l’italien du seigneur Baptiste Guarini chevalier, à Tours, chez Jamet Mettayer, Imprimeur ordinaire du Roy. M.D. XCIII, f. 2. Cette édition est suivie d’une Chanson imitée du Tasse, attribuable à Roland Brisset, dont le choix et la place sont judicieusement interprétés par Daniela Mauri, op. cit., p. 99-101.

9 Malheureusement, « aucun document n’a été trouvé qui concerne la mise en scène du Pastor Fido en France ; dans les études françaises de l’époque consacrées à Guarini ou qui font simplement allusion au Pastor Fido, on ne mentionne que ses représentations italiennes ». (Daniela Mauri, op. oit., p. 104.)

10 Sur les premières éditions et représentations du Pastor Fido en Italie, voir Vittorio Rossi, op. cit., p. 179-237.

11 Les recherches de Jean Balsamo insistent sur « le rôle fondamental joué par Ferrante Guisone ou Guisoni, ambassadeur de Mantoue à Paris et à Tours (où il se retira pendant le siège de la capitale), dans la diffusion des plus importantes pastorales italiennes ». Il semblerait avoir eu l’initiative de la première édition française de la pastorale de Guarini, et aurait eu des rapports très étroits avec le traducteur. (Daniela Mauri, op. cit., p. 104.)

12 Roland Brisset, sieur du Sauvage, (1560-1643), est né d’une noble famille tourangelle. Après des études brillantes à Paris, il obtient une charge de conseiller du roi et trésorier de la gendarmerie en Touraine (voir A. Auguste Chauvigné, Étude historique et littéraire sur la vie et les oeuvres de Roland Brisset, sieur du Sauvage, gentilhomme tourangeau, 1560-1643, Tours, 1883, p. 6). A. Auguste Chauvigné poursuit : « Pendant ce séjour en Touraine, Brisset eut maintes occasions d’approcher le roi, et enhardi par les exhortations de ses amis, il se décida à lui demander son privilège pour imprimer ses travaux qui étaient les premiers de ses labeurs. » Il était donc au nombre de ceux qui côtoyaient de loin ou de près la cour royale, comme Mme de Chivré et Jamet Mettayer. Il nous laisse, en plus de son œuvre, Le Premier Livre du théâtre tragique, Claude de Montr’oeil et Jean Richer, Tours, 1590, et de sa traduction du Berger fidelle, sept volumes de poésies manuscrits, et deux autres traductions de pièces italiennes : Le Repentir d’amour de Diéromène de Luigi Groto et L’Alcée d’Antonio Ongaro. Sur ce traducteur italianisant de pastorales, voir Daniela Mauri, Voyage en Arcadie, op. cit.

13 Cette attribution est d’autant plus probable que les pièces liminaires de l’édition de 1593 comprennent un sonnet de sa main : « Sors, fidelle berger, de tes grottes ombreuses... », sonnet imprimé au verso du dernier feuillet de l’édition de 1592 et que le traducteur avait alors signé.

14 Le Berger fidelle, pastorale. De l’italien du seigneur Baptiste Guarini chevalier, à Tours, chez Jamet Mettayer, Imprimeur ordinaire du Roy. M.D. XCIII, f. 3.

15 En effet, son ouvrage majeur, Le Premier Livre du théâtre tragique, Claude de Montr’oeil et Jean Richer, Tours, 1590, n’est autre qu’un recueil de libres imitations de pièces antiques. Néanmoins Roland Brisset reste plus fidèle au texte qu’il ne le laisse entendre. (Daniela Mauri, op. cit., p. 87-101.)

16 Ce qui ne veut pas dire bien sûr que la dimension de la lecture, qui parfait le plaisir scénique, ne fût pas fondamentale aux yeux de l’auteur. Voir Compendia della poesia tragicomica, tratto dai due Verati, Tumermani, Vérone, 1737-1738, p. 469, cité par Danièle Boillet, « La mise en scène du langage figuré dans le Pastor Fido de Battista Guarini », dans Figures à l’italienne, CIRRI, Sorbonne Nouvelle, 1999 (à paraître) : « Dall’artifizio di questa [la favola] vien finalmente quella cara catena che lega l’animo, non solo di che vede e ascolta, ma (quello che stima tanto Aristotile) di chi legge : quell’occulto diletto inebria l’ascoltatore e il lettore, e nol sazia mai, di maniera che sempre più volontieri non torni a leggere e ascoltare, e non gli paja di trovar sempre nuove bellezze. » Pour Guarini, il est important de lire la poésie dramatique pour pouvoir la goûter et l’apprécier ; l’acte de lecture dans ce texte a au moins autant de valeur que la représentation.

17 Il s’agit peut-être de Claude de Bueil, seigneur de Tescourt et de la Ville, premier chambellan de Gaston d’Orléans, mort en 1644.

18 Contrairement à ce que laisse entendre Charles Dedayan dans son ouvrage, Quand Guarini franchit les Alpes : esquisse de sa fortune littéraire en France, Didier érudition, Paris, 1996, p. 20-21, il n’existe à ma connaissance aucune autre traduction de la pastorale publiée à cette époque.

19 Voir Daniela Mauri, op. cit., p. 83 : « Quant à la réception du Pastor Fido en France, il faut dire qu’il ne fut pas considéré comme une pièce de théâtre, mais plutôt comme un poème destiné à la lecture et, surtout, comme un modèle de poésie amoureuse. »

20 En effet, la page de titre avec sa dédicace à Charles Emmanuel Ier, duc de Savoie, reprend exactement les termes qui se trouvaient sur la page de titre de l’édition vénitienne de 1603 à la Bibliothèque nationale de France (8° Z R. Rolland 12748), ce qui signifie que l’imprimeur-libraire a certainement eu en main un exemplaire de ces éditions vénitiennes, qui lui a été rapporté ou qu’il est allé chercher.

21 Le Berger fidelle, pastorale. De l’italien du seigneur Baptiste Guarini chevalier, à Tours, chez Jamet Mettayer, Imprimeur ordinaire du Roy. M.D. XCIII, f. 31v. La note remarque : « Daine ou daime femelle d’un daim, équivoque à ce mot dame, comme à l’Italien damma & dama. » Il s’agit là pour le traducteur d’essayer de rendre en français le jeu de mot italien.

22 Sur le monde du livre à Paris pendant la Ligue, se reporter à Denis Pallier, op. cit., et sur les difficultés du milieu éditorial parisien à la fin du xvie siècle, voir Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (1598- 1701), Droz, Genève, 1969, 2 vol.

23 Marc Orry, libraire, avait fait son apprentissage chez Jamet Mettayer et épousa la fille de son maître, Jeanne Mettayer. Voir Denis Pallier, op. cit., document du 18 mars 1595, p. 499-500.

24 Il est en effet fort probable que le gendre de Jamet Mettayer ait repris l’édition du Pastor Fido en association avec son fils, d’autant plus que Marc Orry, simple libraire, avait tout intérêt à travailler en association avec un imprimeur-libraire. Malheureusement, si la bibliothèque de l’Arsenal conserve encore aujourd’hui un exemplaire au nom de Marc Orry, il ne nous reste aucune trace d’exemplaire au nom de Pierre Mettayer, et seuls quelques catalogues en mentionnent l’existence (Jacques-Charles Brunet dans son Manuel du libraire et de l’amateur de livre, F. Didot frères, fils, Paris, 1860-1865 ; Catalogue des livres de la bibliothèque de M. Favart, Tross., Paris, 1864).

25 Le Berger fidelle, pastoralle. De l’italien du seigneur Baptiste Guarini chevalier. Augmenté de plusieurs poulets d’amour, & autres poësies non encor’ veuës, à Rouen, chez Nicolas et Pierre L’Oyselet, frères, tenant leur boutique au bout de la rue du Bec, 1600, p. [1].

26 Sur l’édition rouennaise, les études de Jean-Dominique Mellot, conservateur à la Bibliothèque nationale de France au service de l’Inventaire général, sont fondamentales. Outre sa thèse, Dynamisme provincial et centralisme parisien : l’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730), qui fait autorité sur le sujet et qui comporte un index et des annexes fort utiles, il faut signaler : « Clés pour un essor provincial : le petit siècle d’or de l’édition rouennaise (vers 1600-vers 1670) », dans Extrait des Annales de Normandie, 45e année, n° 3, septembre 1995, p. 265-300 et « La librairie rouennaise et le livre hispanique (fin xvie-fin xviie siècle) », dans Cahiers du C.R.I.A.R., n° 15, 1995, p. 51-69.

27 Pierre Pautonnier qui, après avoir exercé dans l’atelier de son grand-père, Guillaume Morel, au mont Saint-Hilaire, en la rue Chartière, partit s’installer au Palais, haut lieu de la librairie parisienne pour les nouveautés littéraires, sur les traces des L’Angelier et des Guillemot, vit sa famille décimée par une maladie contagieuse. Dans une situation financière désormais précaire, il fut contraint très certainement de rejoindre son oncle imprimeur-libraire, Étienne Prévosteau, qui avait été son tuteur, et continua de travailler avec lui rue Saint-Jean-de-Latran jusqu’en 1613, puisqu’en 1614 on le retrouve aubergiste à Anvers, puis pâtissier à Bruxelles.

28 Mathieu I Guillemot, libraire de 1584 à 1610, s’installa d’abord rue Saint-Jacques, dans le quartier de l’Université, comme l’exigeait les règlements, puis partit exercer au Palais, le nouveau centre des métiers du livre, situé dans l’actuelle île de la Cité, quartier qu’il ne quitta que durant la Ligue, entre 1591 et 1594, pour rejoindre le roi à Tours.

29 Que les textes publiés par les Mettayer soient repris plus tard par la famille Guillemot (Mathieu I, puis Mathieu II, son fils) ne doit pas surprendre outre mesure, puisqu’entre octobre 1591 et octobre 1593, Jamet Mettayer et Mathieu I Guillemot s’étaient associés à Tours avec Jean Richer, Claude de Monstr’oeil, Sébastien Du Molin, Georges Drobet et Marc Orry. À ce sujet, il est possible de se référer à Eugène Giraudet, Une association d’imprimeurs et de libraires de Paris réfugiés à Tours au xvie siècle, impr. de Rouillé-Ladevèze, Tours, 1877.

30 Il Pastor Fido, le berger fidelle…, Mathieu I Guillemot, Paris, 1610, f. à1r.

31 Idem, f. à2r-à3v. La dédicace semble être de la main de celui qui a pensé proposer cette édition bilingue pour la première fois, il peut s’agir donc fort probablement de l’imprimeur-libraire lui-même, Mathieu I Guillemot. Un seul point obscur reste alors à élucider : le choix du dédicataire. En effet, d’après les Mémoires-journaux de Pierre de L’Estoile, Paris, 1875-1896, VIII, 114, ce monsieur Jacquelin, « conseiller du Roi et Thrésorier des Bastimens de Sa Majesté », serait mort brutalement en janvier 1604 : il est difficile de croire alors que Mathieu I Guillemot ait pu attendre un remerciement d’une quelconque nature de ce cher défunt. Deux hypothèses au moins peuvent être émises pour comprendre ce choix : soit ce monsieur Jacquelin avait un fils qui aurait repris, à la mort de son père, les fonctions qu’il occupait, soit il existe une édition bilingue antérieure à 1604 dont nous n’avons pas connaissance.

32 On a peu de renseignements biographiques sur ce personnage de la première moitié du xviie siècle : poète et traducteur d’origine lyonnaise, il se donne la qualité de noble. Il sait écrire des vers, et traduit en français le latin comme l’italien, en bon lettré qui se respecte.

33 Il s’agit fort probablement de la traduction de Roland Brisset, la seule ayant été publiée à cette date, à moins qu’il n’ait lu une traduction manuscrite dont nous n’avons aucune trace, comme celle de Boisrobert évoquée plus loin.

34 Il est possible, d’après Lancaster, que la traduction en prose que l’auteur, Antoine de Giraud, dit bien avancée en 1623 soit la Fillis de Scire, la pastorale de Bonarelli délia Rovere, publiée à Toulouse chez Raymond Colomiez, en 1624, 12°, sans nom d’auteur. (Henri Carrington Lancaster, A History of French Dramatic Literature in the Seventeen Century, Gordian Press, New York, 1966,1, 1, p. 212.) Roméo Arbour attribue néanmoins cette traduction à Simon Du Cros, auteur de la traduction en vers de cette même pastorale, éditée en 1630 chez Augustin Courbé. (Roméo Arbour, L’Ère baroque en France, Droz, Genève, 1977-1980.)

35 L’œuvre est dédiée « A la reyne, mère du Roy », c’est-à-dire à Marie de Médicis.

36 Le Pasteur fidelle tragicomedie pastoralle de Jehan Baptiste Guarini […], à Paris, chez Claude Cramoisy, au premier pilier de la grand’Salle du Palais, M. DC. XXIII., p. 9-13.

37 Seule une étude attentive de cette traduction, comme celle de Daniela Mauri pour la traduction de Roland Brisset, permettrait d’affirmer si ces propos d’Antoine de Giraud correspondent à la réalité.

38 C’est Lancaster qui fait allusion à cette représentation, en affirmant que si la première pastorale en France pouvait être trouvée et datée, elle pourrait être une adaptation du Pastor Fido de Guarini dans laquelle jouait Bellerose avant 1627, et qui fut probablement écrite par Boisrobert (Henri Carrigton Lancaster, op. cit., I, 1, p. 257).

39 À propos de la traduction de l’abbé de Boisrobert, il faut se reporter à Lancaster, op. cit., I, 1, p. 212, et I, 2, p. 525-526, où il explique que probablement cette traduction fut exécutée entre 1618 et 1633, et où il donne une brève biographie du personnage. Né à Caen en 1592, il fut comme son père avocat à Rouen et vint à Paris en 1616. Il suivit Marie de Médicis et Richelieu à Blois au moment de leur disgrâce. Entré dans les ordres, il devint le secrétaire littéraire de Richelieu, et écrivit des pièces pour lui. Il joua un rôle très important dans la fondation de l’Académie, et dans la querelle du Cid. Sa famille fut annoblie en 1636, et il devint abbé de Châtillon-sur-Seine deux ans plus tard. Il mourut en 1662.

40 Cette anomalie présente d’ailleurs un tel handicap pour la lecture de ce genre de texte de théâtre que sur l’exemplaire 8 B 6629 de la bibliothèque de l’Arsenal, l’ex-propriétaire a jugé bon de la reporter sous forme manuscrite, P. [14].

Auteur

Agrégée d’italien, AMN à l’UFR d’italien et de roumain de l’Université Paris III, CDR à la Bibliothèque Nationale. Prépare une thèse à l’Université Paris III, sur « Les éditions françaises du théâtre italien au xvie siècle ».

© Presses universitaires de Vincennes, 1998

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search