Version classiqueVersion mobile

Francis Ponge. De la connaissance en poésie

 | 
Sydney Lévy

Sorties

Texte intégral

1Francis Ponge a-t-il réussi à remplacer un verre d’eau par une page, à faire de la Seine un livre, ou à donner naissance à une figue de paroles ? De toute évidence, nous continuons à manger une figue, à boire un verre d’eau, à traverser la Seine – et à le lire. En vérité, malgré tous ses efforts, Ponge sait qu’il ne peut espérer nommer, représenter, encore moins reproduire la chose par le langage. Sa figue de paroles sert au contraire à « rejeter définitivement la véritable figue dans le paradis de l’existence, ce paradis par définition perdu » (Com, 163), à bien l’enfermer dans son mutisme, à démontrer ainsi l’impossibilité d’un passage de la figue à la parole. « L’on ne peut sortir de l’arbre que par des moyens d’arbre », dit-il (Ppc, 92). Faire une figue de paroles, c’est donc affirmer à la fois l’artifice du texte et la vérité de la figue, son réel, évident et immédiat, qui n’a besoin d’aucune parole. Ce qui nous émeut et nous étonne dans l’œuvre, c’est d’abord la connaissance de ce réel, une connaissance induite par la tentative et ensuite l’échec de remplacer le réel par une page.

2Mais, malgré cet échec inévitable, quelque chose de singulier nous mobilise à la lecture de ses textes et nous continuons à le suivre dans ses tentatives et brouillons, ses recherches et ses réflexions. C’est vrai, le structuralisme a eu le mérite de dégager la textualité de l’œuvre, mais par ce geste même, il laissait le lecteur désengagé, simple spectateur émerveillé par les tours de force qu’il y découvrait. Mais avec Ponge, nous nous trouvons immédiatement de « plain-pied » avec l’œuvre, et nous finissons par avoir l’impression d’être « compris, concerné » (Pm, 333). En fait, derrière son parti pris des choses, se profile toujours un sujet engagé, un sujet de la connaissance, que ce soit l’auteur ou le lecteur. Pour preuve : qui fréquente trop son œuvre, en subit l’emprise et en ressort atteint. Il nous prend ainsi dans sa toile, comme les insectes de son « Araignée » (Pie, 128). Et ce n’est qu’à la sortie que nous comprenons à quel point nous avons épousé de très près – de trop près peut-être – sa pensée et sa démarche, un peu comme Ponge traite ses objets : pour l’expliquer, le décrire ou l’exprimer, nous n’avons pu nous empêcher d’utiliser ses propres termes et les moyens qu’il a lui-même inventés. Peut-être ne sort-on de Ponge que par les moyens de Ponge....

3Il était sans doute inévitable d’être ainsi pris et compris, car l’œuvre de Ponge est elle-même une chose singulière qui se donne, elle aussi, comme évidente, dans sa réalité et sa matérialité, et qui nous invite à la prendre à lettre. Elle est singulière parce qu’elle occupe d’abord une place que peu d’œuvres partagent : entièrement innovatrice, elle est sans précédent, et, inimitable, elle ne peut avoir de suite – écrire aujourd’hui des textes à la manière du Parti pris est aussi inimaginable qu’écrire dans la lignée de Proust. Mais c’est un objet singulier surtout parce que, comme les « choses » de Ponge, il nous pousse rapidement à en chercher la qualité différentielle. Et nous voilà en train d’adapter, comme lui, nos moyens de connaissance à l’objet de connaissance, autrement dit, en train de laisser l’objet – son œuvre – nous dicter les moyens de le connaître, moyens qu’il a lui-même inventés.

4Ce sont bien sûr ces moyens cognitifs qui nous fascinent chez Ponge, qui nous pénètrent et nous transforment, et non ce qu’ils nous permettent de découvrir à propos des choses. La qualité différentielle que Ponge trouve aux choses ne nous apprend rien de nouveau. L’huître hermétiquement close qui se laisse ouvrir ou la figue sèche dont la peau cède sous l’incision pour offrir une chair moelleuse figurent presque parmi les lieux communs. Les textes ne permettent pas de nous approprier l’objet ; ils resteront toujours des textes destinés à être lus et les objet destinés à être mangés, manipulés ou observés. La tentative, vouée à l’échec, de passer de la chose à la parole, aura cependant été belle et instructive. Les moyens que le poète invente pour poser les conditions d’un tel passage permettent au lecteur de prendre conscience avec émerveillement de ce qui est fondamentalement humain : ses propres facultés de connaissance. Et, source de jubilation, de se les réapproprier.

© Presses universitaires de Vincennes, 1999

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search