Version classiqueVersion mobile

Et le génie des langues ?

 | 
Henri Meschonnic

Syntaxe, énonciation et spécificité du français : la place de Charles Bally

Jean-Louis Chiss

Texte intégral

  • 1 Sur les politiques linguistiques, je renvoie à Eloi (sous la dir. de), (1995), sur la crit (...)

1L’interpellation « Et le génie des langues ? » qui réunit les contributeurs du présent volume résonne dans l’actualité des débats sur les politiques de la langue et de l’enseignement du français, s’inscrit par nécessité dans le travail d’histoire des disciplines du langage et rencontre la figure de Charles Bally, comme exemple à la fois révélateur et atypique d’une thématique linguistique-culturelle dont la critique importe à la théorie du langage, aux implications réciproques entre le sujet et le social1.

2C’est à la croisée de ces divers intérêts de connaissance que se situe ce travail, organisé successivement autour de trois types de considérations : les premières sur le « génie de la langue française » ; les secondes sur le rapport entre génie de la langue et théorie de la syntaxe ; les dernières sur l’ouvrage de Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française, édité pour la première fois en 1932.

1. Le « génie » et la « crise »

3Il s’agit ici de pointer à la fois une forme de permanence et un retour cyclique de ce qu’on peut appeler une « idéologie linguistique ». Même si à l’évidence le sens et les enjeux de cette notion de « génie » sont marqués d’historicité et ne se distribuent donc pas de la même manière selon les époques, on peut s’arrêter sur notre aujourd’hui et la perception d’un discours largement médiatisé (voir par exemple, le dossier du Figaro du 8 février 1996 sur la langue française). Il faudrait citer la vague d’ouvrages parus il y a dix ans en France, par exemple Le Français pour qu’il vive de G. de Broglie (1986) ou Nouveau discours sur l’universalité de la langue française de Thierry de Beaucée (1988). Si les lettrés traitent du génie, les linguistes professionnels abordent de biais cette thématique en faisant l’état des lieux du français ; c’est le cas, à la même époque, de Cl. Hagège, Le Français et les Siècles, (1987) ou de H. Walter, Le Français dans tous les sens, (1988). S’il n’est pas question d’amalgamer tous ces ouvrages, du traité de spécialiste au libelle polémique, tout se passe néanmoins comme si certaines conjonctures rassemblaient, sous le vocable « crise du français », une série d’interrogations sur la langue française, son évolution, sa diffusion, son enseignement. Le milieu du xixe siècle avec Bréal, les années 1930 avec précisément l’ouvrage de Bally sur La Crise du français participent de ces moments où la crise atteint le français, sans qu’on discerne clairement depuis plus de cent ans s’il s’agit de la langue française ou de la discipline scolaire « français ».

4En réalité, de Bréal à aujourd’hui en passant par Bally, il y aurait sans doute à étudier la solidarité qui unit, dans certaines entreprises, la description et l’évolution de la langue française, la politique de la langue et son enseignement/apprentissage. Pour Bally, j’ai déjà essayé de montrer comment l’optique pédagogique et didactique n’était pas extérieure à un projet théorique centré sur « le sujet qui parle spontanément sa langue maternelle ». D’ailleurs, sans rabattre les préoccupations théoriques internes aux « sciences » du langage sur une sociologie hâtive de l’enseignement, on pourrait poser toute une série de questions pour penser la spécificité du dispositif théorico-institutionnel français concernant la langue maternelle et les langues étrangères. Comment se fait-il, par exemple, que la discipline « français » n’existe pas dans l’enseignement supérieur français et francophone, qu’il n’y ait pas de département de français dans notre système universitaire alors que par exemple il y a des départements d’anglais dans les systèmes universitaires anglophones ? Ce refus d’une spécification linguistique-culturelle doit-il être interprété en termes de difficultés à sortir du co-linguisme avec le latin, le français restant dans les Lettres, la littérature elle-même séparée de la linguistique ? La dialectique de l’universalité et de la particularité que porte, me semble-t-il, le thème du « génie » de la langue française ne trouve-t-elle pas une traduction dans notre système des études ? Il y aurait encore à examiner la caractérisation du professeur de langue maternelle comme « professeur de lettres », la dénomination des Agrégations ou des Capes qui exclut ce qu’il s’agit précisément d’enseigner, à savoir le « français ». Au-delà de ces symptômes, ne faudrait-il pas interroger historiquement le paradigme qui met ensemble la langue maternelle et la langue « naturelle » (c’est-à-dire non apprise à l’école) face à l’autre paradigme, celui de la langue « artificielle », celle des lettrés, celle de l’écrit ?

5Si l’on ne peut ici analyser le lexique qui « parle » encore aujourd’hui ce génie de la langue française, on peut au moins relever comme exemple significatif, sous la plume d’un journaliste du Monde (A. Rollat, 3-4 mars 1996), cet échantillon de l’infinie déclinaison des « qualités » de notre langue : harmonie, douceur, nuance, possibilité de tout dire, et évidemment netteté, précision et clarté, l’article se concluant par cette phrase tirée d’une dictée : « En apprenant à parler français, tu apprends à penser juste. » Il est certain qu’aujourd’hui, comme depuis la fin du xviiie siècle, la politisation explicite du thème amène le débat technique sur la description comparée du français vis-à-vis des autres langues vers des ensembles discursifs où se mêlent des idées de contamination et de pureté, d’invasion, d’héritage dilapidé, de conspiration, avec toutes sortes d’opérateurs de passage qui connotent la « vie » et la « mort » des langues en termes de déclin et de corruption (ce qu’autorise une lecture de toute une strate de la grammaire comparée et historique du xixe siècle). Cette thématique du « génie » de la langue française mobilise une formidable archive, un « dossier » volumineux, terme qu’employait G. Genette il y a vingt-cinq ans pour désigner cette autre idéologie linguistique qu’est le « cratylisme » (Mimologiques, 1976, sous-titré « Voyage en Cratylie ») et qui n’est pas sans relation avec la précédente. On ne peut pas dire jusqu’au livre d’Henri Meschonnic que cette archive ait vraiment retenu l’attention des linguistes et historiens francophones de la linguistique à l’exception de M. Wilmet qui consacre un numéro de Langue française (1987) à « La clarté française », et des auteurs qui, traitant de l’écriture et de l’histoire de l’orthographe, s’affrontent nécessairement à ce thème, par exemple B. Cerquiglini dont « l’accent du souvenir » (1995) fonctionne comme un des lieux d’investissement de cet « amour de la langue » que J.-Cl. Milner évoquait il y a vingt ans (1978).

2. Le « génie » et la syntaxe

6Il s’agit maintenant de se centrer, à partir de quelques travaux récents dont le livre de Roberto Pellerey (1993), sur un des éléments nodaux, dans l’histoire des théories du langage, de l’affirmation du génie propre aux langues : à savoir la syntaxe et évidemment le lien entre énonciation et syntaxe. Sans qu’il soit question de faire l’histoire de l’ordre des mots dans les langues et des théories de cet ordre, on relèvera seulement, de manière trop cavalière, certains éléments de constitution de la thématique du « génie » dans les grammaires françaises et les traités concernant la langue. En réalité, c’est dès le xvie siècle chez Meigret ou Du Bellay que commencent les discussions sur l’ordre direct Sujet-Verbe-Objet assimilé à un ordre « naturel » et renvoyant le latin à l’inversion de cet « ordre naturel », manière d’affirmer et de valoriser la langue française. Mais il est clair que Port-Royal va amplifier et installer ce thème dans la mesure où Arnauld et Lancelot posent un modèle d’énonciation où la phrase assertive est identifiée à la proposition tout court. On hypostasie donc un « ordre des mots » canonique, l’ordre naturel, même si l’on admet son « renversement » par les figures (syllepse, ellipse, pléonasme) puisqu’on reconnaît la possibilité des modalités (désirer/ commander, par exemple). Mais le thème de la glorification particulière de la langue nationale reste étranger à Port-Royal puisque la Grammaire générale révèle une structure universelle des langues, universalité de la Raison, réalité perturbée par les particularités du désir et de la passion qui produisent ces écarts par rapport au modèle assertif, ces figures précédemment évoquées. Il est intéressant de noter ici que quand Ch. Bally répétera à l’envi son opposition au logicisme, ce ne sera pas pour contester l’existence de l’ordre direct, ce qu’il appelle la séquence progressive, mais pour dégager cette caractéristique du français de son enracinement rationaliste et en faire une spécificité psycholinguistique qui opposera la langue française à d’autres, à l’allemand par exemple.

7Il reste que dès la seconde partie du xviie siècle se met en place l’argumentaire classique de la valorisation de la langue française, argumentaire focalisé sur ce fameux « ordre direct ». Pellerey note avec raison dans son ouvrage que les Avantages de la langue française sur la langue latine de Louis Le Laboureur en 1669 et De l’excellence de la langue française de François Charpentier en 1683 fournissent des modèles canoniques : si l’on voit se déployer les arguments phonétiques (douceur « articulatoire » du français) et morphologiques (diversité des syllabes finales en français), l’insistance est mise sur la construction qui suit l’ordre de la pensée : c’est la linéarité en progression comme règle logique et intellectuelle qui définirait le français. Outre le fait décisif que s’élabore une forme d’autonomie pour la syntaxe au sens moderne – qui n’est plus seulement l’accord ou la concordance entre les mots –, on voit apparaître, lié à cet intérêt pour l’insertion des mots dans la phrase, pour l’organisation du discours, l’idée selon laquelle il ne faut pas s’étonner de la capacité du français à accueillir les mots étrangers. Dès le xviie siècle donc, un des arguments « progressistes » pour répondre au conservatisme et au protectionnisme (protégeons le génie de notre langue) est puisé au même vivier, celui du « génie » précisément de la langue française. Il ne faudrait pas s’inquiéter – entend-on aujourd’hui – de l’invasion des « américanismes ». Ils ne corrompent pas notre langue car non seulement notre syntaxe tient bien mais montre son incomparable souplesse en absorbant et en intégrant les mots étrangers. On peut ici remarquer que le mode argumentatif est le même que dans les politiques de l’immigration. Quel « seuil » ne faudrait-il pas dépasser ? Seuil de tolérance ? Avons-nous vocation à accueillir tous les mots du monde ? Le rapport du linguistique au politique, c’est au moins autant la politique de la langue que la langue – ou plutôt le discours – de la politique.

8On fera encore deux haltes, l’une d’abord à la fin du xviiie siècle. Alors que Beauzée poursuit l’effort rationaliste du xviie siècle en reprenant la dichotomie entre construction naturelle et construction figurée, se développe avec Condillac et les idéologues – et dans une certaine mesure chez Dumarsais – une contestation très vive de l’ordre direct, une défense des langues à « ordre inverse » et l’émergence d’un paradigme du langage orienté vers l’action, déterminé par la sensibilité et les passions. Contre la linéarité progressive de la pensée, principe fondamental du rationalisme, se constitue l’idée d’une syntaxe à thématisation où il s’agit de placer en tête l’élément le plus frappant, interprétation « psychologique » congruente avec la pratique linguistique du plus grand nombre, rejoignant la vraie « nature » de l’homme. Il est clair, de ce point de vue, que l’autre aspect de la syntaxe de Ch. Bally, à savoir la théorie de la phrase segmentée en thème/propos, s’enracine dans toute une tradition qui se constitue en cette fin du xviiie siècle. Il y aurait ainsi d’une part cette « linguistique psychologique » que Bally donne à lire d’abord sous la forme d’une stylistique où l’expression de la subjectivité est une dimension constitutive du langage et qu’il convertira en une « théorie générale de l’énonciation » dans Linguistique générale et linguistique française ; d’autre part, et indissociablement ce qu’on pourrait appeler une linguistique « nationale » en jouant sur les ambiguïtés du mot dans la mesure où cette « théorie de l’énonciation » permet pour Ch. Bally la pensée d’une diversité des langues et l’élaboration de ce qu’il appelle, dans ce même ouvrage, la « caractéristique du français d’aujourd’hui ». C’est parce qu’il faut – à partir d’une linguistique générale – parvenir à la théorisation linguistique et culturelle d’une langue que Bally construit cette théorie de l’énonciation – entendue comme « sémantisation de la langue » (j’emprunte l’expression à Benveniste) qui fait qu’une langue est la langue qu’elle est et pas une autre. Dans une certaine mesure, Rivarol confirme de son point de vue polémique, l’orientation des idéologues de la fin du xixe siècle qui contestent la prévalence du modèle de l’ordre direct en prétendant que si les hommes, dans les différentes langues, ont abandonné cet ordre direct, c’est qu’ils ont laissé prévaloir les passions sur la raison, l’inversion ayant provoqué confusions et ambiguïtés dans les langues naturelles.

9La seconde et dernière halte – trop rapide – dans cette deuxième partie concernera l’argumentaire de Pellerey (1993) selon lequel la théorie de l’ordre direct se serait figée fin xviiie siècle/début du xixe siècle et se réduirait désormais à un thème idéologique qui courrait jusqu’au Génie de la langue française d’Albert Dauzat en 1943. En réalité, le travail d’Henri Weil (1844), trop minoré par Pellerey, constitue l’un des maillons qui continue à lier les problèmes de l’ordre des mots et ce que recouvre la dimension de l’énonciation, à savoir le rapport, inscrit dans les langues, du langage à la représentation et à l’action (voir Delesalle & Chevalier, 1986). C’est une nouvelle configuration de ces rapports qu’on retrouve dans les débats des années 1930 en Europe. Il suffit par exemple, comme symptôme, de relire les pages de Bakhtine-Volochinov dans Le Marxisme et la Philosophie du langage (1929) consacrées à « l’histoire des formes de l’énonciation dans les constructions syntaxiques » (p. 131-135) pour mesurer l’ampleur du débat entre Spitzer, Vossler et Bally sur, entre autres, le problème du discours rapporté.

3. Syntaxe et énonciation

  • 2 Le chapitre premier de la partie « Théorie de l’énonciation » de LGLF est consacré à la ph (...)

10On examinera plus précisément maintenant quelques aspects de ces rapports entre syntaxe et énonciation chez Bally dans son projet de faire ressortir – par comparaison avec l’allemand – la spécificité, la « caractéristique du français », dans l’ouvrage de 1932 qui me semble fournir un jalon décisif dans une histoire qui se serait prétendument figée au début du xxe siècle. Il faudrait ici prendre en compte la dynamique interne au travail de Bally qui dans le Traité de stylistique française de 1909 reprend l’argument de Tobler selon lequel « la plupart des faits de syntaxe se réduisent à des faits lexicologiques » avant de donner en 1932 une théorie générale de la syntaxe dans les catégories qu’il nomme « énonciatives » : « Dans le vaste champ de la syntaxe, que le présent ouvrage [Linguistique Générale et Linguistique Française, LGLF] ne tente pas de survoler dans toute son étendue2, nous détachons trois types d’énonciation qui ont ce caractère commun de lier deux termes par un rapport grammatical, et ce caractère différentiel de donner à ce rapport une rigidité croissante : coordination, segmentation et soudure. » (Bally, cité dans 1944, p. 55.) On opposera ainsi : Il y a un oiseau et l’oiseau s’envole ; cet oiseau, il s’envole ; cet oiseau s’envole. Pour Bally, la phrase segmentée (dans l’analyse de laquelle on retrouve bien des éléments rangés aujourd’hui dans la syntaxe des groupes détachés et les phénomènes de thématisation) avec ses marques phoniques, est caractéristique du français par opposition à l’allemand. Elle implique attente ou surprise, constitue donc l’une des marques de l’expressivité. Elle apparaît plus caractéristique de l’oral où l’on présente volontiers les éléments de l’énonciation par morceaux pour une digestion plus aisée. D’où une caractérisation de la sociabilité de la langue : « On a souvent remarqué que le français est, beaucoup plus que l’allemand une langue “sociable”, orientée vers l’entendeur, soucieuse de lui épargner l’effort. Ce n’est donc pas un hasard si la syntaxe segmentée joue ici un rôle si important ; elle est avec la séquence progressive, dont il sera question plus loin, un facteur essentiel de compréhension aisée. » (Op. cit., p. 70, c’est moi qui souligne.) La segmentation introduirait ce que Bally nomme la « souplesse » et qui est une manière d’atténuer le figement de l’ordre des mots consécutif à la perte des flexions.

11Ces questions d’ordre des mots sont reprises dans la deuxième section de la première partie, après la théorie générale de l’énonciation, dans l’analyse de la non-linéarité (ou dystaxie) où sont envisagées les figures de l’ellipse, de l’ hypostase (« le beau », pour « la beauté »), de la disjonction (ne... pas ou « j’ai souffert » disjoint par « beaucoup » : « j’ai beaucoup souffert »), de l’anticipation (« Grand fut mon étonnement » ; « chose étonnante : Paul a réussi »).

12Dans la deuxième partie, Bally présente les modalités de la séquence progressive caractéristique du français qui exprime le thème avant le propos, le déterminé avant le déterminant (la maison de mon père). La séquence progressive en syntaxe se décline en plusieurs formules : sva ; svo ; svod. oind ; svod. Circ : Paul donne un livre à son frère/Le guerrier tue son ennemi d’un coup d’épée.

13Après un long chapitre de syntaxe descriptive du français, avec l’examen de la place des différentes catégories morphologiques de la langue, la conclusion s’impose : le français est orienté vers l’idéal analytique sous ses deux formes fondamentales : la lutte contre les signes non linéaires [surtout le système désinentiel et la prédominance de cette séquence progressive (Ordre Direct)]. Mais existent aussi des phénomènes qui rapprochent le français du type synthétique (passage de l’autonomie du mot à l’autonomie du groupe syntaxique) avec toujours les aspects phonologiques de la condensation. Cette description linguistique est évidemment indissociable de ce qu’on pourrait appeler la « philosophie du langage » de Bally puisant aux sources cartésiennes la différence entre clarté et distinction : « Une idée est claire lorsqu’on la discerne de ce qui n’est pas elle ; elle est distincte lorsqu’on discerne ce qui est en elle. » Réservant la clarté au français et la distinction à l’allemand, Bally résume ainsi la démarche comparative entre les deux langues :

Le français a cet avantage, pour la communication, d’être une langue orientée vers l’entendeur et de disposer les signes sur la ligne du discours de manière à faciliter la compréhension de l’énoncé. Nous avons relevé à plusieurs reprises ce caractère : le français unit étroitement les éléments qui s’appellent naturellement, au lieu de pratiquer la disjonction chère à l’allemand ; l’habitude de séparer le thème et le propos dans la phrase segmentée facilite aussi l’analyse de la pensée : enfin la séquence progressive, pièce maîtresse de la grammaire française, consiste à dire d’abord de quoi l’on parle avant d’exprimer l’idée qui est le but de l’énonciation. Cet idéal, nous l’avons vu, est poursuivi dans toutes les formes d’agencement, depuis la phrase jusqu’à la constitution des mots. (Op. cit., p. 367.)

S’il s’agit de parvenir à la « caractérisation » d’une langue, d’examiner la spécificité de ses fonctionnements, nul doute que Bally a, de son point de vue, satisfait à un programme initié dès 1905 avec le Précis de stylistique. On peut même aller jusqu’à dire que, parmi les potentialités contenues dans son concept pluriel de « stylistique », figure la possibilité d’une appréhension de la singularité des langues (voir Chiss et Puech, 1995) qui affronte la question de l’interaction entre langage et pensée. Si « une révision des idées reçues » (Bally, 1944, p. 29) s’impose, ce n’est pas qu’il s’agisse de renoncer aux caractérisations « synthétique » ou « analytique » mais plutôt de revisiter ces catégories, trop courantes pour être claires. Ce faisant, Bally quitte, au moins provisoirement, les topoi du « génie » pour aborder en linguiste les réalités empiriques des langues à l’aide d’une « méthode comparative » non réductible à la communauté d’origine de la grammaire historique et comparée du xixe siècle puisque « quand on compare deux systèmes linguistiques, il est théoriquement indifférent qu’ils appartiennent ou non à une même famille historique » (op. cit., p. 28).

14Ce n’est sans doute pas un hasard si la conclusion de l’ouvrage – là où il s’agit de considérer la langue comme « institution sociale » après l’avoir envisagée jusque là « du point de vue de sa caractéristique interne » (op. cit., p. 363) – réintègre : 1) une épistémologie hasardeuse opposant règle et automatisme d’une part, « caprices » de l’autre (de la place de l’adjectif épithète, de la formation de l’adjectif féminin, etc) ; 2) une vision des politiques linguistiques et de la politique en général archi codée dans la tradition située (1930) du « génie » : on met en garde contre la poussée « internationale » et « affairiste » qui menace de disloquer le français ; reviennent aussi des catégories que les développements proprement linguistiques ignorent : « On ne pourrait que déplorer l’avilissement de cet instrument unique d’une pensée faite de raison, de goût, de grâce et de mesure. » (Op. cit., p. 370.)

15Il reste que Ch. Bally a proposé sans doute – dans le développement des connaissances empiriques de sa linguistique – une espèce de modèle canonique de la spécificité du français dont nous avons seulement retenu la dimension syntaxique ; en posant et discutant à la fois les paradigmes, dominants depuis le xviie siècle, de la linéarisation et de la thématisation, il les articule aux préoccupations psychologiques et sociologiques qui se reformulent de sa « stylistique » à sa « théorie de l’énonciation ». Il se trouve aussi que ce complexe est, par bien des aspects, celui du « génie » de la langue française. Comment en sortir ? À chaque fois qu’on cherche la spécificité est-on condamné à s’inscrire dans un procès de valorisation/dévalorisation ou, pour le dire autrement, si tant est que le terme d’« idéologie linguistique » (pour le « génie » ou le « cratylisme ») ait quelque validité, où finit la linguistique et où commence l’idéologie ? En fait, contaster qu’on ne peut tracer un cordon sanitaire autour d’un « idéal de science », ce serait échanger l’objectivité contre l’historicité, affirmer le point de vue (cher à Saussure) en tenant ensemble faits et effets, en concluant à l’indissociabilité de la langue et de la culture.

Bibliographie

Bibliographie

Bakhtine, M., Le Marxisme et la Philosophie du langage, Éditions de Minuit, Paris, trad. française, 1977.

Bally, C., Traité de stylistique française, Winter, Heidelberg et Klincksieck, Paris, 2 vol., 1909.

Bally, C., La Crise du français, Delachaux & Niestlé, Neuchâtel, 1930.

Bally, C, Linguistique générale et linguistique française, E. Leroux, Paris, 1932 et Francke, Berne, 1944.

Beaucée, T. de, Nouveau Discours sur l’universalité de la langue française, Gallimard, Paris, 1988.

Boutan, P. ; Chiss, J.-L. (sous la dir. de), « La langue et ses représentations », Le Français Aujourd’hui, n° 124, AFEF, Paris, 1988.

Broglie, G. de, Le Français, pour qu’il vive, Gallimard, Paris, 1986.

Cerquiglini, B., L’Accent du souvenir, Éditions de Minuit, Paris, 1995.

Chiss, J.-L., « La stylistique de Charles Bally : de la notion de “sujet parlant” à la théorie de l’énonciation », Langages, n° 77, Larousse, Paris, 1985, p. 85-94.

Chiss, J.-L., « Charles Bally : qu’est-ce qu’une “théorie de l’énonciation” ? », Histoire Épistémologie Langage, vol. VIII/2, Presses Universitaires de Vincennes, Saint-Denis, 1986, p. 165-176.

Chiss, J.-L., « À partir de Bally et Brunot : la langue française, les savants et les pédagogues », Histoire-Épistémologie-Langage, vol. XVII/1, Presses Universitaires de Vincennes, Saint-Denis, 1995, p. 19-40.

Chiss, J.-L. ; Puech, C., « Charles Bally : la stylistique comme discipline et enjeu », Langages, n° 118, Paris, Larousse, 1995, p. 97-108.

Delesalle, S., Chevalier, J.-Cl., La Linguistique, la Grammaire et l’École 1750-1914, A. Colin, Paris, 1986.

Eco, U., La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, Le Seuil, Paris, 1994.

Eloi, J.-M. (sous la dir. de), La Qualité de la langue ? Le cas du français, Champion, Paris, 1995.

Hagège, Cl., Le Français et les Siècles, Odile Jacob, Paris, 1987.

Hellmann, W., Charles Bally : Frühwerk-Rezeption-Bibliographie, Romanistischer Verlag, Bonn, 1988.

Hellmann, W., Charles Bally : Unveröffentlichte Schriften. Comptes rendus et essais inédits, Romanistischer Verlag, Bonn, 1988.

Kerbrat-Orecchioni, C., L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, A. Colin, Paris, 1980.

Marchello-Nizia, C., L’Évolution du français. Ordre des mots, démonstratifs, accent tonique, A. Colin, Paris, 1995.

Meschonnic, H., De la langue française, Hachette, Paris, 1997.

Milner, J.-C., L’Amour de la langue, Seuil, Paris, 1978.

Olender, M., Les Langues du paradis, Gallimard/Le Seuil, Paris, 1989.

Pellerey, R., La Théorie de la construction directe de la phrase. Analyse de la formation d’une idéologie linguistique, Larousse, Paris, 1993.

Walter, H., Le Français dans tous les sens, R. Laffont, Paris, 1988.

Weil, H., De l’ordre des mots dans les langues anciennes et dans les langues modernes, Paris, 1844.

Wilmet, M. (sous la dir. de), « La clarté française », Langue Française, n° 75, Larousse, Paris, 1987.

Notes

1 Sur les politiques linguistiques, je renvoie à Eloi (sous la dir. de), (1995), sur la critique du thème « génie de la langue française » à Meschonnic (1997), à Boutan et Chiss (sous la dir. de), (1998) et sur Bally et l’histoire de la linguistique à Chiss (1985 et 1986, 1995).

2 Le chapitre premier de la partie « Théorie de l’énonciation » de LGLF est consacré à la phrase où il est d’abord question des « modalités » et de leur expression (exclamations, interjections, interrogations) ; le chapitre II, d’où l’on extrait cette citation, traite de « Trois formes caractéristiques d’énonciation : phrase coordonnée, phrase segmentée, phrase liée ».

Auteur

A notamment publié : Fondations de la linguistique (études d’histoire et d’épistémologie), De Bœck-Wesael, Bruxelles (1987), avec J. Anis et C. Puech ; L’Écriture. Théories et descriptions, De Bœck-Wesael (1988), avec J. Anis et C. Puech ; « À partir de Bally et Brunot : la langue française, les savants et les pédagogues », Histoire-Épistémologie-Langage, vol. XVII-1, Presses Universitaires de Vincennes (1995) ; « La stylistique comme discipline et comme enjeu », Langages, 118 (1995), avec C. Puech ; « La linguistique structurale : du discours de fondation à l’émergence disciplinaire », Langages, 120, Larousse (1995), avec C. Puech ; Le Langage et ses disciplines, xixe-xxe siècles, avec C. Puech, éd. Duculot (1999).

© Presses universitaires de Vincennes, 2000

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search