Version classiqueVersion mobile

Et le génie des langues ?

 | 
Henri Meschonnic

« Un des mots dont l’acception est la plus vague et l’usage le plus étendu dans les idiomes modernes », et le génie de la langue française au xixe siècle (1780-1960)... avec un petit prolongement jusqu’à nos jours

Jacques-Philippe Saint-Gérand

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce point Günther Oesterle, « Deux formes d’appropriation de l’étranger à Paris ; Modèles d (...)

1Lorsqu’on tente d’évaluer les modifications dont le contenu de la représentation du syntagme « Génie de la langue » est l’objet en France entre le dernier quart du xviiie siècle et les trois premiers du xixe siècle, les noms de certains grammairiens philosophes, ou illuministes, ceux de certains théoriciens critiques de l’esthétique littéraire, et celui de Guillaume de Humboldt s’imposent assez naturellement. Ce dernier, moins d’ailleurs comme théoricien de la langue que comme théoricien de l’État, de la culture, de l’esthétique, critique littéraire et anthropologue comparatiste1.

2Les remarques présentées ici ne prétendent cependant pas entrer au cœur des conceptions de chacun, et notamment du dernier. En effet, ces conceptions s’avèrent extrêmement différentes, dans leur origine comme dans leur formulation et dans leur dessein. Et il n’est pas certain que la collocation en question renvoie précisément alors à un concept bien défini ; la remarque vaut encore plus si l’on remonte en amont de la période qui me retient, notamment au xvie siècle. La locution même de « Génie de la langue » – au même titre que celles du « Je ne sais quoi » ou des « choses indicibles » ou « ineffables »– semble faire partie aujourd’hui de ces prêts à penser et parler de la langue, souvent employés à notre propre corps défendant, dans des situations où la nécessité de désigner prime sur celle de signifier.

  • 2 Hachette, Paris, 1997.

3À la suite du livre récent de Henri Meschonnic, De la langue française. Essai sur une clarté obscure2, je voudrais seulement faire chronologiquement jouer et miroiter entre elles quelques formulations de la notion, observer les glissements de la représentation de la langue dont elles témoignent, et – au lieu de chercher à dégager arbitrairement une épistémologie improbable du « Génie de la langue » – décrire les effets de l’appropriation doxologique dont cette représentation est l’objet à l’instant où les débuts d’une linguistique d’ambition scientifique se confondent avec l’éviction de la rhétorique et la subversion de la grammaire idéologique par le modèle stylistique.

4Cette appropriation est rétrospectivement rendue perceptible par les effets d’interaction lexicale et sémantique dont portent trace les contextes d’emploi dictionnairiques, grammaticaux, et littéraires des éléments de la collocation. Et « Génie de la langue » se diffracte alors autant à travers ses propres emplois en tant que syntagme constitué qu’à travers les occurrences de ses constituants disjoints. Discours et idées ici se répondent comme toujours et interagissent dans l’incessant échange que leur imposent les formations idéologiques mises en œuvre par l’évolution des mentalités et de la société. « Clarté », « Ordre », « Génie » sont là des termes et des notions secrètement unis par les formes discrètes d’une connivence idéologique. Particulièrement propices aux effets d’une spéculation souvent troublante.

5On se rappelle que, dans l’article Langue du Dictionnaire philosophique, Voltaire – au milieu du xviiie siècle – définissait cette qualité de la façon suivante :

Le génie de notre langue est la clarté et l’ordre. Le français n’ayant point de déclinaisons et étant toujours asservi aux articles, ne peut adopter les inversions grecques et latines. [...] Les verbes auxiliaires qui allongent et énervent les phrases dans les langues modernes, rendent encore la langue française peu propre pour le style lapidaire. Ses verbes auxiliaires, ses pronoms, ses articles, son manque de participes déclinables, et enfin sa marche uniforme nuisent au grand enthousiasme de la poésie ; elle a moins de ressources en ce genre que l’italien et l’anglais ; mais cette gêne et cet esclavage même la rendent plus propre à la tragédie et à la comédie qu’aucune langue de l’Europe. L’ordre naturel dans lequel on est obligé d’exprimer ses pensées et de construire ses phrases, répand dans cette langue une facilité et une douceur qui plaît à tous les peuples ; et le génie se mêlant au génie de la langue a produit plus de livres agréablement écrits qu’on n’en voit chez aucun autre peuple.

Et l’on voit déjà là une forme d’articulation du génie individuel incorporé et du génie intrinsèque plus abstrait de la langue. Mais Beauzée, son contemporain, essentiel rédacteur à la suite de Dumarsais des articles grammaticaux de l’Encyclopédie, n’hésitait cependant pas à prendre immédiatement le contre-pied d’une telle position en assurant :

Aucune langue sans exception n’est plus sujette à l’obscurité que la nôtre, et ne demande dans ceux qui en font usage plus de précautions minutieuses pour être entendus. Ainsi la clarté est l’apanage de notre langue en ce seul sens qu’un écrivain français ne doit jamais perdre la clarté de vue, comme étant prête à lui échapper sans cesse.

[Encyclopédie méthodique, Grammaire et Littérature, 3 vol., Paris-Liège, 1782-1786, p. 257.]

À l’autre extrémité de l’ambitus historique, et jusqu’à nos jours mêmes, il faudrait encore citer quelques allusions surprenantes à cette notion aussi éternelle qu’ambiguë. Je ne retiendrai que le livre rédigé, après la défaite de 1940, par Albert Dauzat : Le Génie de la langue française, Payot, Paris, 1943, qui reprend une nouvelle fois la perspective d’une « curiosité spéculative » [p. 9], pour interroger les devoirs des locuteurs de cette langue. Dans l’intervalle, il faudra justifier la mise entre parenthèses de la période révolutionnaire proprement dite ; ce trauma qui pulvérise l’unité culturelle des provinces d’Ancien Régime en une diversité de départements arbitrairement découpés, et qui rend d’autant plus nécessaire l’assomption d’une véritable langue nationale.

  • 3 Michel Foucault, Les Mots et les Choses, Gallimard, Paris, 1966, p. 245 et 248.

6La difficulté de la traversée historique à laquelle nous invite la notion de « Génie de la langue » vient ainsi de l’évolution même des conceptions du langage entre l’âge classique et l’époque moderne. Cette évolution, marquée par Michel Foucault comme étant le passage du langage « posé comme analyse spontanée de la représentation » au langage « constitué d’éléments formels groupés en système, et qui imposent aux sons, aux syllabes, aux racines, un régime qui n’est plus celui de la représentation »3. Et l’on peut même se demander si l’idée d’un « génie de la langue » française, appuyée sur l’ordre direct que suit la Raison analytique, n’a pas finalement été suscitée et prolongée pour être la cause efficiente d’une manipulation épistémique dont l’objectif était de dissimuler la difficulté du rapport des « conventions libres et muables » de la langue, signalées par Beauzée, à l’analyse intrinsèque de la pensée. Entrons donc dans ce parcours de l’histoire et les entrelacs qui en brouillent autant l’intrigue qu’ils la rendent captivante.

7Les ouvrages modernes de lexicographie spécifient d’abord l’origine étymologique du terme de Génie ; ainsi en est-il du Robert historique qui évite Ingenium et convoque d’emblée :

1992 : < Genius, divinité génératrice présidant à la naissance, et, par extension, tutélaire. De cette conception animiste vient en latin impérial le sens de : inclinations, dispositions naturelles, ensemble des caractères formant l’individualité d’une chose.

1975 : Le TLF divisait déjà son article pour suivre le déploiement des différentes acceptions du terme :
– 1° Divinité, être surnaturel ou allégorique
– 2° Aptitude, faculté, ensemble de caractères

Et, dans cette seconde partie, il consacrait un développement spécifique à la notion de « génie de la langue », caractérisée comme ensemble de caractères spécifiques :

L’histoire de l’orthographe sera instructive, non seulement sur l’origine des mots, mais sur la manière dont le génie de chaque langue tend à les modifier par l’usage. [Destutt de Tracy, Idéologie, 1803, t. 2, p. 384.]

Du moins le lecteur pénètre ici dans le génie de la langue anglaise ; il apprend la différence qui existe entre les régimes des verbes dans cette langue et dans la nôtre. [Chateaubriand, Le Paradis perdu, 1836, p. VII.]

Votre tournure de phrase est toute française et nullement latine. Il faut comprendre le génie d’une langue. [Maupassant, Contes et nouvelles, t. 1, Question du Latin, 1886, p. 566.]

J’ai soutenu qu’on pouvait obtenir en français une poésie légèrement mais nettement rythmée, qu’il n’y avait qu’à accentuer certains mots choisis pour leur sens et leur rôle dans le vers ; que dans “ & toi que la nuit rends si belle”, toi, nuit et belle étaient accentués et que les autres mots tombaient en route. Le malheur est qu’on a récité les vers tout uniment, comme si c’était de la prose [...] les tentatives de Claudel sont contraires au génie de la langue. [Julien Green, journal, 1952, p. 163.]

Le déroulement chronologique du processus d’adaptation et de transformation de la notion de « génie de la langue », donne à percevoir, et confronter du point de vue du sens, les avancées, les reculs, les involutions mêmes d’une sorte d’idéologème non questionné par l’usage commun. La série arbitraire de documents ci-dessous recueillis et présentés voudrait moins constituer une archive qu’exposer la discursivité complexe de ce phénomène. Je commencerai par des contemporains moins célèbres de Voltaire, mais qui ont su aussi jeter une lumière particulière sur cette expression :

1761 : Dans les quarante dernières années du xviiie siècle, l’Abbé Féraud restreint le génie des langues à des subtilités :

La langue française est fort ennemie des diminutifs que les Latins, les Italiens & les Espagnols aiment tant. Excepté Amourette, Historiette, Herbette, Poulette, qu’elle a adoptés, elle regarde tous les autres noms comme des puérilités. [Dictionnaire grammatical, s. v. Diminuer.]

1783 : Claude-François Achard, rédacteur du prospectus pour le Dictionnaire provençal de Germain, par ailleurs auteur lui-même d’un Dictionnaire de la Provence et du Comtat Venaissin [Marseille, 4 vol., 1785-1787], marquant la liaison du génie et de la figuralité de la langue, écrivait :
M. Germain avait étudié le génie de sa langue ; il s’étoit apperçu qu’elle étoit propre à l’Enthousiasme, à la douceur de la poesie, qu’elle avoit des termes neufs, originaux, des Expressions sonores et pleines de feu. En effet, en combien d’occasions ne sommes nous pas forcés d’avouer que le provençal est plus figuré que le françois et s’il faut convenir qu’il est moins abondant que le grec, la dérivation et la composition de ses mots qui multipliant à l’infini donnent au Discours une variété prodigieuse ne suffisent elles pas pour la mettre en parallele... ; si la langue grecque dut à Homère la supériorité qu’elle eut chés les peuples de l’Asie, le provençal doit à M. Germain une grande partie de ses expressions Mâles et vigoureuses qui sont le nerf de cet idiome.

[Lettre de Cl.-F. Achard à Calvet, 26 mai 1783, citée par J. Stéfanini, Un provençaliste marseillais, l’Abbé Féraud [1725-1807],

Publication de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines d’Aix-en-Provence, 1969, nouvelle série n° 67, éd. Ophrys, p. 282.]

1784 : L’auteur – anonyme – d’un Discours sur la langue française présenté devant l’Académie de Berlin en 1784, concurremment à Rivarol, Eberhardt, Gomare, Verhoeven et Schwab, allait même jusqu’à recenser les neuf ingrédients – bien hétérogènes au demeurant – de ce génie, et à faire de chacun d’eux une justification de la supériorité et de l’universalité de la langue française, dans une perspective d’ailleurs comparative :

Il est temps maintenant de venir aux avantages qu’à la Langue françoise sur les autres langues et principalement sur la Langue allemande, dont elle n’avait garde d’imiter l’ostentation fastidieuse de s’en tenir à son propre fonds de mots. Elle en tire de tous côtés avec une dextérité et un génie auxquels la Langue angloise, sa digne rivale, n’a pu encore atteindre. [...] On peut donc compter pour le premier de ses avantages le Goût de s’enrichir aux dépens de toutes les Langues. Le second avantage, son génie qu’elle déploît d’une manière inimitable dans sa dérivation.
3e avantage, l’art qu’elle met à adoucir les mots étrangers surtout dans ses mots monosyllabes et simples.
4e avantage. L’adresse dont elle se sert à conserver les sons forts dans les mots dérivés.
5eavantage. La finesse de se former deux branches de dérivés d’un même mot latin, après avoir fait les changements analogues à sa prononciation.
6e avantage. La licence qu’elle s’est donnée de retrancher dans les mots étrangers, et surtout allemands qui commencent par une double consonne forte, une de ces consonnes et de la remplacer par un E initial.
7e avantage. Enfin la hardiesse avec laquelle elle s’est appropriée dans son langage militaire le mot Halt...
8e avantage. Principalement à l’égard des étrangers est celui de son indéclinabilité quant au cas de ses adjectifs et de ses noms.
9e avantage qu’elle a surtout sur la Langue allemande, c’est d’avoir dans sa conjugaison deux temps simples de plus qui sont le futur indéfini je ferai et le conditionnel présent je ferois. Elle a en outre celui de former des temps prochains qui sont je viens d’écrire, je venois de...

[D’après R. Piedmont, Beiträge zum französischen Sprachbewusstsein im 18. Jahrhundert,
Gunter Narr Verlag, Tübingen, 1984, p. 100-101.]

1784 : Rivarol soutient officiellement les mêmes idées : le critère d’universalité tend à réfléchir celui du génie. Et en retire le privilège d’une reconnaissance académique :

Ce qui distingue notre langue des langues anciennes et modernes, c’est l’ordre et la construction de la phrase. Cet ordre doit toujours être direct et nécessairement clair. [...] Le Français par un privilège unique est seul resté fidèle à l’ordre direct, comme s’il était tout raison [...] et c’est en vain que les passions nous bouleversent et nous sollicitent de suivre l’ordre des sensations : la syntaxe française est incorruptible. C’est de là que résulte notre admirable clarté, base éternelle de notre langue. Ce qui n’est pas clair n’est pas français ; ce qui n’est pas clair est encore anglais, italien, grec ou latin.

À l’opposé de la clarté, inscrite dans les formes de la langue, l’amphibologie, ramenée à un mauvais usage des systèmes de coréférenciation, est donc repoussée comme un vif défaut :

On dit qu’il y a amphibologie dans une phrase, lorsqu’elle est susceptible de deux interprétations différentes ; et cela veut dire qu’elle est équivoque, ambiguë. L’amphibologie vient de la tournure de la phrase, c’est-à-dire de l’arrangement des mots plutôt que de ce que les termes sont équivoques.
Quoique la langue française s’énonce communément dans un ordre qui semble prévenir toute amphibologie, cependant nous n’en avons que trop d’exemples. Celui qui compose une phrase amphibologique s’entend, et par cela seul, il croit qu’il sera entendu ; mais celui qui lit n’est pas dans la même disposition d’esprit. Il faut que l’arrangement des mots le force à ne pouvoir donner à la phrase que le sens que celui qui a écrit a voulu lui faire entendre. On ne saurait trop répéter aux jeunes-gens qu’on ne doit parler et écrire que pour être entendu, et que la clarté est la première et la plus essentielle qualité du discours (Dumarsais). C’est là le reproche qui – par Laveaux interposé, comme on le verra plus loin – sera transmis aux générations ultérieures, jusqu’en notre xxe siècle même.

8L’inversion – en tant que procédure grammaticalo-rhétorique – n’est certes pas mieux considérée, et constitue un déplorable moyen de contrevenir au principe de clarté et donc au « génie de la langue française ».

9D’où chez Rivarol déjà, l’intuition de la fonction spéculaire d’un « génie de la langue » – mixte idéologique résultant du climat, de la race, de l’humeur des habitants, de l’influence de la rhétorique et de la syntaxe, de la centralisation politique – supposé refléter celui du peuple qui pratique cette langue :

On voit le caractère des peuples et le génie de leur langue marcher d’un pas égal, et l’un est toujours garant de l’autre. Admirable propriété de la parole de montrer ainsi l’homme tout entier, [p. 56]

  • 4 Il suffit de penser là aux dévoiements dont est l’objet la célèbre phrase de Buffon, prononcée le 2 (...)

Encore faudrait-il évidemment s’entendre là sur la définition de l’homme, et la translation qui affecte alors cette notion et en déporte le contenu d’une conception universaliste vers une représentation individuelle allant dans le sens de la subjectivation essentielle du langage que manifeste la période « romantique »4.

1800 – 1818 : Le critique du Journal des Débats, Dussault fait jouer en discours les termes de forme, de figure et de génie dans un contexte qui associe esthétique littéraire et esthétique « linguistique » :

Tous les bons littérateurs conviennent que la forme de notre langue a été fixée et déterminée par les grands écrivains du siècle dernier ; il faut distinguer dans un idiome ce qui appartient au goût et à l’imagination de ce qui n’est pas de leur ressort ; rien n’empêche aujourd’hui d’inventer de nouveaux mots, lorsqu’ils sont devenus absolument nécessaires ; mais nous ne devons plus inventer de nouvelles figures, sous peine de dénaturer notre langue, et de blesser son génie.

Dussault, Annales littéraires, t. I, Paris, 1828,
« À propos de Mme de Staël », 1800, p. 33.

  • 5 Puisque ce dernier, dans L’Art de la prose, revendique l’existence désormais acquise de génies litt (...)

La conception de la Figure développée par la critique rhétorico-littéraire contemporaine donne ici la clé de cette interprétation selon laquelle le « génie de la langue » se manifeste prioritairement dans le génie singulier des utilisateurs de l’instrument. Et c’est encore cette conception héritée de la toute fin du xviiie siècle qui sera transmise à travers le xixe siècle jusqu’à Lanson5 à la faveur d’une discrète subversion du contenu affecté au signe « humain ». Laissons donc la parole à cet extraordinaire relais des formes culturelles de la littérature classique qu’est Jean-Charles Thiébault de Laveaux, lequel, assurant la transmission de Dumarsais, de Marmontel et de Jaucourt, c’est-à-dire les piliers de la théorie littéraire édifiée dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, se fait sans le vouloir ni le savoir l’efficient agent de cette subversion du sens classique :

Terme de grammaire et de rhétorique. On entend par figure une disposition particulière d’un ou de plusieurs mots relative à l’état primitif et pour ainsi dire fondamental des mots ou des phrases. Les différents écarts que l’on fait dans cet état primitif, et les différentes altérations qu’on y apporte, font les différentes figures de mots ou de pensées. Ces deux mots : Cérès et Bacchus, sont les noms propres et primitifs de deux divinités du paganisme. Ils sont pris dans le sens propre, c’est-à-dire selon leur première destination, lorsqu’ils signifient simplement l’une ou l’autre de ces divinités. Mais comme Cérès était la déesse du blé, et Bacchus le dieu du vin, on a souvent pris Cérès pour le pain et Bacchus pour le vin ; et alors, les adjoints ou les circonstances font connaître que l’esprit considère ces mots sous une nouvelle forme, sous une autre figure ; et l’on dit qu’ils sont pris dans un sens figuré. Madame Deshoulière a pris pour refrain d’une ballade : « L’Amour languit sans Bacchus et Cérès ». C’est-à-dire qu’on ne songe guère à faire l’amour quand on n’a pas de quoi vivre.
Il y a des figures de mots et des figures de pensées. Les premières tiennent essentiellement au matériel des mots, au lieu que les figures de pensées n’ont besoin des mots que pour être énoncées. Il y a des figures de mots qu’on appelle figures de construction. Quand les mots sont rangés selon l’ordre successif de leurs rapports dans le discours, et que le mot qui en détermine un autre est placé immédiatement et sans interruption après le mot qu’il détermine, alors il n’y a point de figure de construction. Mais lorsqu’on s’écarte de la simplicité de cet ordre, il y a figure. Les principales figures de construction sont l’ellipse, le pléonasme, la syllepse ou synthèse, l’inversion ou hyperbate.
Il y a des figures de mots qu’on appelle tropes à cause du changement qui arrive alors à la signification propre du mot. Ainsi, toutes les fois qu’on donne à un mot un sens différent de celui pour lequel il a été primitivement établi, c’est un trope. Les écarts de la première signification du mot se font en bien des manières différentes, auxquelles les rhéteurs ont donné des noms particuliers.
Il y a une dernière sorte de figures de mots qu’il ne faut pas confondre avec celles dont nous venons de parler. Les figures dont il s’agit ne sont point des tropes, puisque les mots y conservent leur signification propre ; ce ne sont point des figures de pensées, puisque ce n’est que des mots qu’elles tiennent ce qu’elles sont. Telles sont la répétition, la synonymie, l’onomatopée.
Les figures de pensées consistent dans la pensée, dans le sentiment, dans le tour d’esprit ; de sorte que l’on conserve la figure, quelles que soient les paroles dont on se sert pour l’exprimer.
Les figures ou expressions figurées ont chacune une forme particulière qui leur est propre, et qui les distingue les unes des autres. Par exemple, l’antithèse est distinguée des autres manières de parler en ce que les mots qui forment l’antithèse ont une signification opposée l’une à l’autre [...]. Les grammairiens et les rhéteurs ont fait des classes particulières de ces différentes manières, et ont donné le nom de figures de pensées à celles qui énoncent les pensées sous une forme particulière qui les distingue les unes des autres et de tout ce qui n’est que phrase ou expression. Ces classes sont en très grand nombre et il est inutile de les connaître toutes. Les principales, outre celles que nous venons de nommer (antithèse, apostrophe, prosopopée) sont : l’exclamation, l’interrogation, la communication, l’énumération, la concession, la gradation, la suspension, la réticence, l’interruption, l’observation, la périphrase, l’hyperbole, etc.
Les figures rendent le discours plus insinuant, plus agréable, plus vif, plus énergique, plus pathétique ; mais elles doivent être rares et bien amenées. Elles ne doivent être que l’effet du sentiment et des mouvemens naturels, et l’art n’y doit point paraître. Nous parlons naturellement en langage figuré lorsque nous sommes animés d’une violente passion. Quand il est de notre intérêt de persuader aux autres ce que nous pensons, et de faire sur eux une impression pareille à celle dont nous sommes frappés, la nature nous dicte et nous inspire son langage. Alors toutes les figures de l’art oratoire que les rhéteurs ont revêtues de noms pompeux, ne sont que des façons de parler très communes que nous prodiguons sans aucune connaissance de la rhétorique. Ainsi le langage figuré n’est que le langage de la simple nature appliqué aux circonstances où nous le devons parler.
Rien de plus froid que les expressions figurées quand elles ne sont pas l’effet naturel du mouvement de l’âme. Pourquoi les mêmes pensées nous paraissent-elles beaucoup plus vives quand elles sont exprimées par une figure, que si elles étaient enfermées dans des expressions toutes simples ? C’est que les expressions figurées marquent, outre la chose dont il s’agit, le mouvement et la passion de celui qui parle, et impriment ainsi l’une et l’autre idée dans l’esprit ; au lieu que l’expression simple ne marque que la vérité toute nue.
Les figures doivent surtout être employées avec ménagement dans la prose, qui traite souvent des matières de discussion et de raisonnement. On n’admet point le style figuré dans l’histoire, car trop de métaphores nuisent à la clarté ; elles nuisent même à la vérité en ne disant plus ou moins que la chose même. Les ouvrages didactiques le réprouvent également. Il est bien moins à sa place dans un sermon que dans une oraison funèbre, par ce que le sermon est une instruction dans laquelle on annonce la vérité, l’oraison funèbre une déclamation dans laquelle on l’exagère.
L’imagination ardente, la passion, le désir souvent trompé de plaire par des expressions surprenantes, produisent le style figuré. La poésie d’enthousiasme, comme l’épopée, l’ode, est le genre qui reçoit le plus ce style. On le prodigue moins dans la tragédie, où le dialogue doit être aussi naturel qu’élevé ; encore moins dans la comédie dont le style doit être plus simple. C’est le goût qui fixe les bornes qu’on doit donner au style figuré dans chaque genre.
L’allégorie n’est point le style figuré. On peut, dans une allégorie, ne point employer les figures, les métaphores, et dire avec simplicité ce qu’on a inventé avec imagination. Presque toutes les maximes des anciens orientaux et des Grecs sont dans un style figuré. Toutes ces sentences sont des métaphores, de courtes allégories ; et c’est là que le style figuré fait un très grand effort en ébranlant l’imagination et en se gravant dans la mémoire [...].
Lorsqu’une figure se présente trop brusquement, elle étonne plutôt qu’elle ne plaît ; lorsqu’elle n’est pas soutenue, elle ne produit pas tout son effet. Il faut donc avoir soin de préparer et de soutenir les figures.

Laveaux, Dictionnaire des Difficultés Grammaticales
et Littéraires de la Langue française, 1846, p. 292-95.

On est apparemment très loin ici de la notion de « génie de la langue », mais si l’on veut bien admettre que celui-ci est fondamentalement lié par les théoriciens d’alors à la capacité figurative d’une langue, il devient clair que nature et génie ont quelque part – et pour un temps – conjoncturellement et peut-être conjecturalement partis liés dans la représentation des critiques. Esthéticiens, grammairiens et anthropologues...

1810 : Le Danois Conrad Malte-Brun, dans sa Géographie Universelle, cautionne encore la thèse classique du génie de la langue en appliquant celle-ci à une sorte de caractérologie simplifiée des peuples. On est ici dans cette période où – à la suite de l’ Anthropologie inaugurée par Chavannes en 1768 – les questions relatives au statut de l’homme en son milieu naturel et dans son univers culturel deviennent déterminantes. Et la géographie naissante est alors à même de fédérer les dimensions de l’espace et du temps dans lesquelles se déploie toute la sémiologie de l’humain.

1817 : La Harpe : Le Lycée, t. I, chap. III, De la langue française, comparée aux langues anciennes, Verdière, Paris, 1817, p. 30-47.

Le propos général du critique littéraire est d’élaborer une réflexion sur la traduction, par le biais d’une interrogation des différences des langues, et des problèmes afférents à cette question. La perspective comparative est donc toujours là primordiale.

Du sublime à la grammaire il y a beaucoup à descendre ; mais, pour les bons esprits, tout ce qui est utile à l’instruction est toujours assez intéressant. [...] C’est donc une occasion toute naturelle de mettre en avant quelques notions, quelques principes sur les différences les plus essentielles qui se trouvent entre les idiomes anciens et le nôtre, de discuter ce qui a été dit sur ce sujet, et d’établir des vérités qu’on a souvent obscurcies comme à dessein, faute de lumière ou de bonne foi. Ce détail sera quelquefois purement grammatical ; il faut bien s’y résoudre, et d’autant plus que la grammaire doit entrer aussi dans ce plan d’instruction. D’ailleurs elle a cela de commun avec la géométrie, qu’elle rachète la sécheresse du sujet par la netteté des conceptions.

Après avoir critiqué le franco-centrisme linguistique de du Bellay, La Harpe expose sa conception qui reste fondée sur l’harmonie et même l’euphonie des lettres de la langue, comme on disait alors. Il en résulte, grâce à l’intermédiaire du terme de « diction », une pénétration forte de la notion de « génie » par le dispositif rhétorique.

Pour bien juger des langues, il faut savoir ce qu’il est possible d’en faire, être né pour écrire, et surtout avoir l’oreille sensible. [...] Dans cet examen comparatif des langues, il faut de toute nécessité revenir aux premiers élémens ; il faut parler des noms, des verbes, des articles, des prépositions, des particules ; car c’est de tout cela que se composent la construction, l’expression et l’harmonie, c’est-à-dire les trois choses principales qui constituent la diction. Ne rougissons point de descendre à ce détail, qui ne peut paraître petit que parce qu’on en parle très-inutilement aux enfans qui ne peuvent pas l’entendre ; mais quand le philosophe pense à tout le chemin qu’il a fallu faire pour parvenir à un langage régulier et raisonnable, malgré ses imperfections, la formation des langues paraît une des merveilles de l’esprit humain que deux choses seulement rendent concevable, le temps et la nécessité.

La Harpe – reprenant donc un argument déjà énoncé par Beauzée – commente successivement l’absence de cas en français pour exprimer les fonctions ; la multiplication inutile des monosyllabes grammaticaux destinés à y porter remède ; l’impossibilité de l’inversion ; la pauvreté du système français de la conjugaison ; et les raideurs de notre ordre logique. Il en tire argument pour défendre les qualités dont le traducteur doit savoir faire preuve en français ; et c’est alors pour lui un moyen de revenir au « génie »... qui est bien désormais moins de la langue que celui particularisé des ses utilisateurs :

La clarté de notre marche méthodique dont nous nous vantons, quoique assurément elle ne soit pas plus claire que la marche libre, rapide et variée des anciens, n’est qu’une suite indispensable des entraves de notre idiome ; force est bien à celui qui porte des chaînes de mesurer ses pas, et nous avons fait, comme on dit, de nécessité vertu.
[...] Quinte-Curce, historien éloquent, commence ainsi son quatrième livre (je conserverai d’abord l’arrangement de la phrase latine, afin de mieux faire comprendre le dessein de l’auteur dans le mot qui la finit : le moment de son récit est après la bataille d’Issus) : « Darius, un peu auparavant maître d’une puissante armée, et qui s’était avancé au combat, élevé sur un char, dans l’appareil d’un triomphateur plutôt que d’un général, alors au travers des campagnes qu’il avait remplies de ses innombrables bataillons, et qui n’offraient plus qu’une vaste solitude, fuyait. » Cette construction est très-mauvaise en français, et ce mot fuyait, ainsi isolé, finit très mal la phrase, et forme une chute sèche et désagréable. Il la termine admirablement en latin. [...] L’arrangement pittoresque des phrases grecques et latines n’est pas toujours aussi frappant que dans cet endroit ; mais un seul exemple semblable suffit pour faire deviner ce que peut produire un si heureux mécanisme, et avec quel plaisir on lit des ouvrages écrits de ce style.
À présent, s’il s’agissait de traduire cette phrase comme elle doit être traduite suivant le génie de notre langue, il est démontré d’abord qu’il faut renoncer à conserver la place du mot fugiebat, quelque avantageuse qu’elle soit en elle-même, et disposer ainsi la période française : « Darius, un peu auparavant maître d’une si puissante armée, et qui s’était avancé au combat, élevé sur un char, dans l’appareil d’un triomphateur plutôt que d’un général, fuyait alors au travers de ces mêmes campagnes qu’il avait remplies de ses innombrables bataillons, et qui n’offraient plus qu’une triste et vaste solitude. »
Cet art de faire attendre jusqu’à la fin d’une période un mot décisif qui achevait le sens en complétant l’harmonie, était un des grands moyens qu’employaient les orateurs de Rome et d’Athènes [...]. La plupart de nos syllabes n’ont qu’une quantité douteuse, une valeur indéterminée ; celles des anciens, presque toutes décidément longues ou brèves, forment leur prosodie d’un mélange continuel de dactyles et de spondées, d’ïambes, de trochées, d’anapestes [...]. L’oreille était donc chez eux un juge délicat et sévère qu’il fallait gagner le premier. Tous leurs mots ayant un accent décidé, cette diversité de sons faisait de leur poësie une sorte de musique, et ce n’était pas sans raison que leurs poëtes disaient : Je chante. La facilité de créer tel ordre de mots qu’il leur plaisait leur permettait une foule de constructions particulières à la poésie, dont résultait un langage si différent de la prose, qu’en décomposant des vers de Virgile ou d’Homère, on y trouverait encore suivant l’expression d’Horace, les membres d’un poëte mis en pièces, au lieu qu’en général le plus grand éloge des vers parmi nous, est de se trouver bons en prose. L’essai que fit Lamotte, sur la première scène de Mithridate, en est une preuve évidente. Les vers de Racine n’y sont plus que de la prose très-bien faite : c’est qu’un des grands mérites de nos vers est d’échapper à la contrainte des règles, et de paraître libres sous les entraves de la mesure et de la rime. Ôtez cette rime, et il deviendra impossible de marquer des limites certaines entre la prose et les vers, parce que la prose éloquente tient beaucoup de la poésie, et que la poésie déconstruite ressemble à de l’excellente prose. [...]

Il s’ensuit une réflexion qui pousse déjà la réflexion vers une dialectisation contrainte du rapport de l’écrivain de génie au génie de la langue, dont le xixe siècle se saisira, pour l’étayer des impératifs éthiques et politiques :

Il s’en faut bien que la conséquence de toutes ces vérités soit désavantageuse à la gloire de nos bons auteurs : au contraire, ce qui s’offrait aux anciens, nous sommes obligés de le chercher. Notre harmonie n’est pas un don de la langue ; elle est l’ouvrage du talent : elle ne peut naître que d’une grande habileté dans le choix et l’arrangement d’un certain nombre de mots, et dans l’exclusion judicieuse donnée au plus grand nombre. [...]
Il est démontré que nous n’avons point de déclinaisons ; que nos conjugaisons sont très incomplètes et très défectueuses ; que notre construction est surchargée d’auxiliaires, de particules, d’articles et de pronoms ; que nous avons peu de prosodie et peu de rythme ; que nous ne pouvons faire qu’un usage très borné de l’inversion ; que nous n’avons point de mots combinés, et pas assez de composés ; qu’enfin notre versification n’est essentiellement caractérisée que par la rime. Il n’est pas moins démontré que les anciens ont plus ou moins tout ce qui nous manque. Voilà les faits : quel en est le résultat ? Louange et gloire aux grands hommes qui nous ont rendu, par leur génie, la concurrence que notre langue nous refusait ; qui ont couvert notre indigence de leur richesse ; qui, dans la lice où les anciens triomphaient depuis tant de siècles, se sont présentés avec des armes inégales, et ont laissé la victoire douteuse et la postérité incertaine ; enfin qui, semblables aux héros d’Homère, ont combattu contre les dieux, et n’ont pas été vaincus !

Suit un développement contrastif sur les langues étrangères, d’où il est possible d’induire une opposition entre les « langues anciennes » – toutes dérivées du grec et du latin, certes mortes, mais représentant une origine commune – et les « langues étrangères » – ici illustrées par l’italien et l’anglais, par lesquelles se révèle la diversité fondamentale des langues vivantes :

On reproche à l’italien de la monotonie dans ses désinences, presque toujours vocales ; et la facilité qu’ont les Italiens de retrancher souvent la finale de leurs mots et d’appuyer dans d’autres sur la pénultième syllabe, de façon que la dernière ressemble à nos e muets, ne me paraît pas suffisante pour détruire cette monotonie que mon oreille a cru reconnaître en les entendant eux-mêmes prononcer leurs vers. On a dit aussi que leur douceur dégénérait en mignardise, et leur abondance en diffusion. Sans prononcer sur ces reproches, sans examiner si la verbosité et l’afféterie appartiennent aux auteurs ou à la langue, j’observerai seulement que je ne connais pas parmi les modernes un écrivain plus précis que Métastase, ni un poëte plus énergique que l’Arioste.

La même analyse se reproduit au sujet de l’anglais :

[...] malgré l’indécision de leurs voyelles et l’entassement de leurs consonnes, les Anglais prétendent bien avoir leur harmonie tout comme d’autres, et il faut les en croire, pourvu qu’ils nous accordent à leur tour que cette harmonie n’existe que pour eux. [...] »

Ces observations, qui ne sont à tout prendre que des considérations banales de psychologie des peuples, permettent de revenir au problème de la traduction, et de faire interférer les notions de sens, style, caractère et figure dans les croisements qu’elles entretiennent avec celle de génie, car l’homme nouveau se reflète dans sa langue, surtout lorsque celle-ci – méconnue ou offusquée dans ses usages pratiques quotidiens – se limite à n’être que le vecteur de l’expression littéraire :

Je ne connais que deux règles indispensables dans toute traduction, de bien rendre le sens de l’auteur et de lui conserver son caractère. Il ne faut pas traduire Cicéron dans le style de Sénèque, ni Sénèque dans le style de Cicéron. Tout le reste dépend absolument du talent et du goût de celui qui traduit, et les applications sont trop nombreuses et trop arbitraires pour les embrasser dans la généralité des préceptes. Si l’on veut faire attention à la différence des idiomes, on verra qu’il doit être permis, suivant les circonstances, de supprimer une figure qui s’éloigne trop du génie de notre langue, et de la remplacer par une autre qui s’en rapproche davantage ; de resserrer ce qui, pour nous, serait trop lâche, et d’étendre ce qui nous paraîtrait trop serré ; de mettre à la fin d’une phrase française ce qui est au commencement d’une période latine ou grecque, si le nombre et l’harmonie peuvent y gagner, sans que l’analogie en souffre.
[...]
Une traduction en prose commence par anéantir l’art du poëte, et lui ôter sa langue naturelle. Vous n’entendez plus le chant de la sirène ; vous lisez les pensées d’un écrivain. On vous montre son esprit, et non pas son talent...

1818 – 1846 : J.-Ch. Thiébault de Laveaux, comme on l’a entrevu plus haut, emprunte largement à l’Encyclopédie, à Beauzée et Condillac, notamment, les bases de son argumentation. Il est néanmoins un témoin intéressant pour notre propos en tant que relais d’une certaine tradition doxique, et continue de donner dans son Dictionnaire des Difficultés Grammaticales et Littéraires de la Langue Française une définition néoclassique du « génie de la langue », laquelle postule avant tout des qualités grammaticales formelles :

On appelle génie d’une langue, son aptitude à dire, de la manière la plus courte et la plus harmonieuse, ce que les autres langues expriment moins heureusement. Le français, par la marche naturelle de toutes ses constructions, et aussi par sa prosodie, est plus propre à la conversation qu’aucune autre langue.

[3e éd., Paris, Hachette, 1846, p. 318 a.]

  • 6 Cette cinquième édition est augmentée de 560 pages par rapport à la précédente, mais, de 1808 à 185 (...)

1819 : La cinquième édition du Dictionnaire Universel de la Langue françoise, avec le Latin et les Étymologies ; Manuel de Grammaire, d’Orthographe et de Néologie, de Boiste, à Paris, chez Verdière, Libraire, Quai des Augustins, n° 25, précise un ordre désormais acquis, qui fait anticiper l’homme sur l’instrument :
[...] Génie : caractère propre d’un auteur, etc., d’une langue, [p. 628 a]6.

1833 : À propos de la traduction des Idylles de Théocrite par Firmin Didot, le grand critique suisse Alexandre Vinet – reprenant à son tour le contre-pied de la thèse des facilités naturelles de la langue française – écrit :
Rendre dans nos vers l’expression, le tour, le mouvement, l’image, l’harmonie des vers d’une langue étrangère, donner à nos compatriotes, le poète, corps et âme, que nous traduisons, telle est la mesure de fidélité que réclame et que poursuit M. Didot. Or, pour cela, quelle souplesse ne faut-il pas à l’instrument du traducteur, je veux dire à sa langue ! Quelle fluidité pour s’insinuer et couler dans les derniers recoins de la pensée de l’original, pour les remplir tous, pour ne pas laisser vide le canal le plus mince, le plus capillaire de cette pensée ! Or, que notre langue soit complaisante, compressible, ductile à ce point, c’est ce que son génie essentiel lui refuse ; elle est incurablement cassante, et non flexible ; du moins la flexibilité dont elle peut être susceptible, reconnaît des bornes dans des règles de grammaire qui constituent l’individualité même de la langue.

Alexandre Vinet, Mélanges Littéraires, publiés par P. Kohler, Société
d’Édition Vinet, Lausanne, 1925, p. 229.

1834 : À l’heure où la France est passée d’une monarchie de droit divin – le Roi de France – à une monarchie constitutionnelle – le Roi des Français – et où s’affirme le terme du processus inauguré par la grande Révolution, est publié un ouvrage au titre parfaitement programmatique, notamment dans le caractère déontique de son application au politique : Grammaire Nationale ou Grammaire de Voltaire, de Racine, de Bossuet, de Fénelon, de J.-J. Rousseau, de Buffon, de Bernardin de Saint-Pierre, de Chateaubriand, de Casimir Delavigne, et de tous les écrivains les plus distingués de la France ; Renfermant plus de cent mille exemples, qui servent à fonder les règles, et forment comme une espèce de panorama où se déroule notre langue telle que la Nation l’a faite, telle que la nation doit la parler ; Ouvrage éminemment classique, qui, indépendamment de son but spécial, doit être considéré comme un Cours pratique de littérature française, et une introduction à toutes les branches des connaissances humaines ; publié avec le concours de MM. Casimir Delavigne, de Jouy, Villemain, Tissot, Nodier, de Gérando, É. Johanneau, Deshoulières, Lévi, etc., par MM. Bescherelle frères, de la Bibliothèque du Louvre et du Conseil d’État, et M. Litais de Gaux, Professeur, Membre de plusieurs Sociétés Savantes, 3e édition, entièrement revue, augmentée de nombreuses citations, Et précédée d’un Essai sur la grammaire en France, et de quelques considérations philosophiques et littéraires sur le génie, les progrès et les vicissitudes de la langue française par M. Philarète Chasles, Paris, L. Bourgeois-Maze, libraire, Quai Voltaire, 21, 2 vol., 1834. Philarète Chasles [1798- 1873], par ailleurs spécialiste titulaire depuis 1833 du domaine littéraire anglo-saxon de la Revue des Deux Mondes, y revient dans la préface sur la stabilité du principe régulateur assurant l’existence du « génie de la langue » :

Les seules fautes de français véritables, ce sont les locutions qui, rendant le langage obscur, pénible, équivoque, établissent confusion, embarrassent le sens, ou détruisent ces teintes et ces acceptions délicates qui constituent le génie de notre langue, et la principale source de ses richesses.
[...] En fait de style et de langage, comme en politique et en philosophie, la lutte est entre la liberté d’une part et d’une autre la puissance d’ordre et d’organisation ; deux excellents principes qui ne doivent pas s’annuler, mais se soutenir ; ils s’accordent malgré leur combat. Tout écrivain supérieur est à la fois néologue et puriste. Veut-on fixer à jamais la langue ? On arrête le progrès ; on est pédant. Donne-t-on une liberté effrénée aux mots, à leur vagabondage, à leur mixtion, à leurs alliances, à leur fusion, à leurs caprices ? On expose un idiome au plus grand malheur qui puisse lui arriver, à la perte de son caractère propre, à la ruine de son génie. La langue grecque va mourir, lorsque l’empereur Julien se sert d’un grec asiatique ; elle n’existe plus.

La translation dont est alors l’objet le contenu de la notion d’« homme » ne va pas sans conséquences sur l’anthropologie contemporaine du langage, et notamment le développement d’une esthétique de la langue organisée – comme je le rappelais plus haut – autour de la psychologisante équation de l’homme et du style. Une indéniable médiation s’opère ainsi autour des années de la révolution de 1830 sur la question du style dans ses rapports avec les formes courantes de l’écriture et du « génie de la langue » qui la sous-tend ; ainsi s’exprime Émile Deschamps :

Il est temps de dire un mot du style, cette qualité sans laquelle les ouvrages sont comme s’ils n’étaient pas. On se figure assez généralement parmi les gens du monde, qu’écrire sa langue avec correction et avoir du style, sont une seule et même chose. Non : l’absence de fautes ne constitue pas plus le style que l’absence des vices ne fait la vertu. C’est l’ordre des idées, la grâce ou la sublimité des expressions, l’originalité des tours, le mouvement et la couleur, l’individualité du langage, qui composent le style [...]. Ainsi on n’a point de style pour écrire correctement des choses communes, et on peut avoir un style et un très beau style, tout en donnant prise à la critique par quelques endroits. Une autre erreur, à laquelle sont même sujets certains hommes de lettres, c’est de croire qu’il n’y a qu’une manière de bien écrire, qu’un vrai type de style. Comme Racine et Massillon passent avec raison pour les écrivains les plus irréprochables, ces messieurs voudraient, par exemple, que Racine eût écrit les tragédies de Corneille, et Massillon les Oraisons funèbres de Bossuet [...] parce que de cette manière la perfection du langage se trouverait, suivant eux, réunie à la supériorité des conceptions et des pensées. Comme si on pouvait séparer l’idée de l’expression dans un écrivain ; comme si la manière de concevoir n’était pas étroitement unie à la manière de rendre ; comme si le langage enfin n’était qu’une traduction de la pensée, faite à froid et après coup ! Ces prétendues combinaisons ne produiraient que des choses monstrueuses ou insipides. On corrige quelques détails dans son style ; on ne le change pas. Autant d’hommes de lettres, autant de styles !

Émile Deschamps, Études françaises et étrangères,
Paris, 1828, p. L/Li.

Philarète Chasles, préfacier des Bescherelle, n’ignore évidemment pas cette analyse et en marque particulièrement l’incidence sous l’angle de l’euphonie et de l’harmonie, ce qui l’incite à faire le saut du génie de la langue au génie des écrivains mettant textuellement en œuvre ces qualités du matériel des signes.

L’oreille, un instinct secret, d’accord avec le sens véritable des mots et le génie du langage, vous avertissent que [telle phrase est supérieure à telle autre]. Les vrais grammairiens, les seuls grammairiens, ce ne sont ni Beauzée, ni Dumarsais, ni le vieil imprimeur Geoffroy Tory ; ni les honorables membres de Port-Royal ; ni Vaugelas, à qui une fausse concordance donnait la fièvre ; ni Urbain Domergue, connu par son inurbanité envers les solécismes qui éveillaient sa colère ; ni M. Lemare, le Bonaparte du rudiment et le Luther de la syntaxe. Les vrais grammairiens, ce sont les hommes de génie ; ils refont les langues, il les échauffent à leur foyer et les forgent sur leur enclume. On les voit sans cesse occupés à réparer les brèches du temps. Tous, ils inventent des expressions, hasardent des fautes qui se trouvent être des beautés ; frappent de leur sceau royal un mot nouveau qui a bientôt cours, exhument des locutions perdues, qu’ils polissent et remettent en circulation. Tous, néologues et archaïstes, plus hardis dans les époques primitives, plus soigneux et plus attentifs dans les époques de décadence, mais ne se faisant jamais faute d’une témérité habile, d’une vigoureuse alliance de mots, d’une conquête sur les langues étrangères ?

De telle sorte qu’à l’époque où l’individualité se constitue en valeur anthropologique, et par un renversement téléologique dont on comprend la justification, le génie individuel des praticiens littéraires de la langue en vient proprement à expliquer le génie de la langue. Il s’avère plus aisé de gloser sur les attributs du style que sur l’essence formelle des langues ; les exemples illustratifs et probants se sont désormais figés en stéréotypes d’auteurs, en modèles à observer par souci de se conformer aux codes sémiologiques communs de la société :

[...] la règle souveraine, la loi suprême des idiomes, c’est le génie propre de chacun d’eux. Tout ce qui lui répugne est inadmissible, tout ce qu’il permet on doit l’oser. En vain les grammairiens multiplieront les fantaisies, les injonctions, les définitions, les sévérités, les folles délicatesses ; fidèle par instinct au génie de sa langue et de sa nation, l’écrivain supérieur découvrira toujours en dehors du cercle grammatical et du code convenu quelque beauté légitime et nouvelle conforme à la règle suprême. Mais quel est le génie propre de la langue française ? De quels éléments matériels et métaphysiques s’est-elle formée ? Etc. [La question demeure non tranchée.]
[...] La loi supérieure, la véritable règle souveraine d’un idiome, c’est son génie propre. Quel est ce génie ? Le grand écrivain, l’homme de talent s’y associe par instinct et par révélation. Il est fidèle à cette loi, sans la connaître ; les fantaisies, les sévérités, les sottes délicatesses des grammairiens auront beau condamner ce que le génie d’une langue permet, il se trouvera toujours une plume audacieuse qui leur prouvera leur folie, [p. 5-13]

On comprend dès lors que la clarté, terme du métalangage grammatical et rhétorico-stylistique, enfoui dans les replis de la langue, inscrive finalement cette dernière dans une destinée exemplaire.

Les mots le, la, les, il, elle, ils, elles, doivent toujours se rapporter à des noms suffisamment déterminés [...]. La première qualité du langage, dit Boiste, est la clarté ; toute locution, fût-elle même incorrecte, est bonne, du moins dans le style familier, lorsque le sens est clair ; et la suppression même des parties inutiles appartient à l’art de le rendre plus élégant ou plus rapide, qualité nécessaire chez un peuple dont l’esprit léger, impatient, inattentif, n’aime pas à se traîner lentement avec des mots redondants. Au contraire, la phrase la plus grammaticalement correcte devient vicieuse si toutes les parties du discours, les adverbes, les articles, les particules, les conjonctions, les prépositions qu’elle traîne avec elle, nuisent à sa clarté, alourdissent, suspendent sa marche ; et c’est l’observation rigoureuse des règles qui donne au style des grammairiens, en général, cette allure lourde, contrainte, languissante, qui contraste avec la marche hardie du style des gens du monde, dont l’unique but est de se faire entendre et de plaire, et en qui se renferme tout le génie de la langue.

Bescherelle, Grammaire Nationale 3e éd., 1841, p. 368.

1835 : Le Dictionnaire de l’Académie française adopte là encore une définition non compromettante :
Le caractère propre et distinctif d’une langue, [t. I, p. 831 b, s.v. Génie.]

Il n’enregistre rien sous Langage, mais note un curieux mélange de prédicats à la rubrique Langue :

Le génie, le caractère, les étymologies, les dialectes, la grammaire, la syntaxe, l’orthographe, la prosodie d’une langue. La pureté de la langue. Les propriétés de la langue, [t. II, p. 95 c.]

  • 7 Voir « L’exemple d’une revue : Le Journal Grammatical et Didactique de la Langue française [1826-18 (...)

1838 : Un ouvrage de critique littéraire, rédigé au reste par des grammatistes, signale la prééminence progressive de l’esthétique littéraire sur l’esthétique « linguistique », et, à l’heure de l’extinction de la grammaire générale à base métaphysique et idéologique7, entérine définitivement la suprématie du génie individuel des auteurs sur celui de leur instrument. On glisse donc bien là – et définitivement – du génie de la langue au génie littéraire proprement dit :

Il y a déjà bien longtemps qu’on ne cesse de le répéter : l’art de bien dire, l’art d’intéresser l’esprit et le cœur, l’art d’exciter de vives émotions par le talent de la parole ne peut être renfermé ni dans les grammaires, ni dans les traités de rhétorique. Le talent, ou le génie littéraire, résultat primitif d’une organisation heureuse et forte, laborieusement développé par l’exercice, ne se transmet point comme les procédés d’un art mécanique. Dans l’ordre moral, comme dans l’ordre physique, on ne parvient à peindre la nature qu’après en avoir bien saisi les mouvements et les effets. L’étude de la forme est indispensable sans doute ; c’est par là que les intelligences communiquent entre elles. Mais ce n’est pas le dernier terme auquel doivent aboutir les efforts de l’écrivain. D’ailleurs, la perfection de la forme ne saurait exister là où le fond est pauvre et sans valeur.

Martin & Bescherelle, Les Classiques et les Romantiques,
Paris, 1838, p. 4.

  • 8 Pagnerre éditeur, Paris, p. 6-7.

1842 : Avec la période des grands débats parlementaires de la monarchie constitutionnelle, ceux pour lesquels Vigny – dans La Maison du Berger ou Les Oracles – n’aura jamais de dédain assez fort, l’éloquence politique se saisit de la langue. La onzième édition du Livre des Orateurs, anthologie de l’éloquence juridique et politique, publié par Timon, alias Cormenin8, stipule encore les ingrédients traditionnels de la conception classique du « génie de la langue »
appliquée aux pratiques politiques ; il renoue alors avec une sorte de caractérologie bien connue des langues. Mais dans une perspective d’efficacité pratique qui élève la rhétorique à une sorte de pragmatique du langage avant la lettre :

Quatre choses sont à signaler dans l’éloquence parlementaire : le caractère de la nation, le génie de la langue, les besoins politiques et sociaux de l’époque, et la physionomie de l’auditoire. [...]
Secondement, il faut faire attention au génie de la langue.
Si la langue est sifflante, dure et peu dédaigneuse, comme la langue anglaise, on s’attachera moins au style qu’aux choses. On ne sera point choqué des inversions ni des accouplements de mots. Si le génie particulier de la langue permet de suspendre le sens du discours et de transposer à la fin le verbe qui gouverne toute la phrase, on soutiendra davantage l’attention des auditeurs. On pourra se servir de figures communes, de maximes proverbiales, de termes bas et vulgaires, pourvu qu’ils soient expressifs. Ce que le discours perdra en sobriété et en convenance, il le gagnera en sincérité et en énergie.
Si la langue est pompeuse et douce comme la langue espagnole ou italienne, on recherchera la sonorité de l’expression et l’harmonie des désinences. Chez les peuples dont l’organisation est musicale, l’oreille a besoin d’être flattée autant que l’âme d’être remplie.
Mais si la langue est noble, élégante, polie, correcte, châtiée, philosophique, comme la langue française, il faudra pour la parler publiquement, des préparations exercées et une longue habitude. Si la diction était trop paresseuse, on tomberait dans la monotonie ; si elle était trop précipitée, on tomberait dans le bredouillement. On évitera les mots redondants, les épithètes oiseuses, qui arrêtent l’effusion de la pensée et qui embarrassent la marche du discours. On n’oubliera pas que l’esprit d’une assemblée française est si prompt, qu’il saisit le sens d’une phrase avant qu’elle soit achevée, et qu’il devine l’intention avant même qu’elle soit tout à fait conçue ; si délicat, qu’il répugne aux répétitions, quelle que soit l’adresse des synonymies ; et si pur, que le moindre néologisme le blesse, à moins qu’il ne soit brillamment encadré, ou qu’il ne sorte, par une contrainte irrésistible, de la force de la situation elle-même.

1846 : le Dictionnaire Général de Napoléon Landais omet – ou oublie à dessein ! – de mentionner le substantif « Génie » !... Mais le Dictionnaire National de Bescherelle est un des premiers à introduire définitivement à ce sujet la liaison entre la langue et ses locuteurs :

Appliqué aux langues, le mot génie s’entend de ce qui leur est personnel, de ce qui, pour ainsi dire, les distingue les unes des autres, sous le rapport de la différence qu’y produit le tour d’esprit particulier de ceux qui la parlent habituellement. Le génie de la langue française
est la clarté, celui des langues orientales, les figures. Tibère fut accusé d’avoir altéré le génie de la langue latine. [1846, t. II, p. 26 a.]

Se retrouve ici une opposition très nette entre l’atticisme dont le français a hérité par voie généalogique – sinon génétique – et l’asianisme des langues orientales. Cette opposition recoupe par ailleurs en ces années celle de la prose et des vers :

  • 9 Jean-Jacques Ampère, Littérature, Voyages et poésies, Didier, Paris, 1850, « Quelques principes pou (...)

1850 : Jean-Jacques Ampère, dans un article de Littérature, Voyages et poésies9, en conformité avec les prémices d’une linguistique scientifique française résultant du croisement des réflexions de Humboldt avec les matériaux proposés par les chercheurs de la première philologie française, propose de faire glisser la réflexion relative au génie de la langue vers une analyse intrinsèque des mécanismes les plus formels de la langue :

  • 10 Humboldt avait écrit : « Le caractère est le style d’une langue. Chaque langue a son caractère qui (...)

[Après s’être appuyé sur l’autorité de Wilhelm von Humboldt] une langue est un être qui a son organisation, sa vie ; elle s’assimile les éléments qui lui sont nécessaires, et, par une sorte de vertu plastique, leur donne sa forme10. Elle croît, elle produit, puis se décompose et se dissout, laissant après elle d’autres langues nées de son sein.
Eh bien ! Ce développement successif, si semblable à celui de la vie dans les corps organisés, se fait de même d’après certaines lois. La plus importante, celle qui renferme toutes les autres, est celle-ci : [...] leur richesse essentielle, au lieu de s’accroître, va toujours diminuant. [...] Ce résultat peut étonner d’abord, il semble contraire à l’idée si naturelle du perfectionnement humain. Mais [...] il en est du langage comme de l’homme, il faut qu’il renonce à cette abondance, à cette grâce de la jeunesse ; et, tandis que sa beauté matérielle diminue, il devient plus précis, moins rapide, moins nombreux, peut-être, mais meilleur pour exprimer les abstractions les plus profondes, et les combinaisons plus variées de la pensée. La grammaire est moins riche, les mots sont moins sonores, mais l’art qui augmente remédie à ces défauts par des tours ingénieux, par des nuances délicates ou des associations habiles.
[...] Il faut avouer même qu’on a poussé jusqu’au paradoxe l’admiration pour cette richesse primitive des langues, qui, portée trop loin, produit la confusion. [...] Le véritable point de la perfection des langues n’est donc pas dans l’excès d’une richesse de lexique et de grammaire, souvent fort incommode, en ce qu’elle prive de tout secours étranger, sans être jamais capable de les compenser entièrement ; elle est dans ce degré d’abondance mesurée qui n’exclut pas l’emploi de diverses sortes d’auxiliaires, mais aide en général à s’en passer, et par la facilité, la rapidité, le mouvement de la phrase, autorise la liberté des inversions [...].

1848 – 1858 : Coopté à la Société Asiatique en 1847, Ernest Renan élabore dans ces années un modèle français de la seconde philologie, résultant autant des débats franco-français que de l’admiration qu’il voue à l’Allemagne scientifique, et propose un déplacement de la notion de génie vers celle même de forme interne, de « structure intime » [innere Sprachform]. Dans De l’origine du langage, il écrit ainsi :

Chaque famille de langues a sa marche tracée non par une loi absolue et identique pour toutes, mais par les nécessités de sa structure intime et de son génie. Les langues qui ont été monosyllabiques à l’origine, c’est-à-dire les langues de l’Asie orientale, n’ont jamais perdu l’empreinte de leur état natif [...]. Je persiste donc, après dix ans de nouvelles études, à envisager le langage comme formé d’un seul coup, et comme sorti instantanément du génie de chaque race. [p. 14-16]
Voire :

[...] Chaque langue est emprisonnée une fois pour toutes dans sa grammaire. Elle peut, en subissant des influences extérieures, changer entièrement d’allure et de physionomie ; elle peut enrichir ou renouveler son dictionnaire : mais sa grammaire est sa forme individuelle et caractéristique ; elle ne peut l’altérer qu’en recevant un nouveau nom et cessant d’être ce qu’elle est. [p. 105]

Il y a bien là comme la reconnaissance de l’influence exercée sur lui par Humboldt plus que par Wolf ou Droysen, et la soumission au primat du caractère organisateur et générateur le plus intérieur de la langue. À propos du fieri, principe de développement des langues, Renan ajoute d’ailleurs une importante précision tendant à distinguer entre les « Caractères de famille » – notion proche de celle de « type », au sens biologique du terme, envisagée sous la forme de « moule » ou de matrice – et le « génie propre » de chaque langue, susceptible d’accueillir des variations légitimées par l’évolution des conditions historiques d’application de cette langue. L’adoption de la notion de « forme », au sens humboldtien de « innere Sprachform », se voit ici adaptée à un objectif bien précis et justifiée comme principe tout à la fois stabilisateur et moteur :

C’est par là que les langues se placent décidément dans la catégorie des choses vivantes. D’une part, en effet, il y a un moule imposé, d’où chaque langue, quelles que soient ses variations, ne peut jamais sortir ; de l’autre, ce moule est assez large pour laisser place à des mouvements considérables et à de perpétuelles vicissitudes. L’être organisé qui par une intime assimilation a renouvelé ses parties constitutives est toujours le même être, parce qu’une même forme a toujours présidé à la réunion de ses parties ; cette forme, c’est son âme, sa personnalité, son type, son idée. Il en est de même pour les langues. Si, d’un côté, les caractères de famille sont immuables ; s’il est vrai, par exemple, qu’une langue sémitique ne saurait par aucune série de développements atteindre les procédés essentiels des langues indo-européennes ; d’un autre côté, dans l’intérieur des familles, de vastes métamorphoses, non de forme, mais de fond, peuvent s’opérer. Les familles apparaissent comme des types constitués une fois pour toutes, et réduits à se détruire ou à rester ce qu’ils sont. Au contraire, chaque langue en particulier peut se développer selon son génie propre, et, sans sortir du type général auquel elle appartient, subir toutes les modifications que lui imposent le temps, le climat, les événements politiques, les révolutions intellectuelles et religieuses, [p. 115-116]

Et l’on va donc trouver désormais une formulation qui reprend sous forme de paraphrase les conceptions de Humboldt, tout en les gauchissant sérieusement, car il n’est pas question pour Renan de faire du langage l’inconscient de l’humanité se structurant dans l’histoire par le moyen d’une échelle de valeurs morales et esthétiques. Renan ne cherche pas à rétablir l’homme, l’individu, dans l’intégrité de ses caractères anthropologiques ; il vise seulement à assurer – dans une certaine continuité avec l’esprit des Lumières – la reconnaissance des civilisations et des nations d’où l’admiration effrénée vouée jusqu’en 1847 à la Grèce antique, et la célèbre Prière sur l’Acropole qui atteste de cette fascination et l’assoit sur une architectonique esthétique. Dans L’Origine du langage, Renan ajoute donc ces lignes qui pourraient paraître remarquablement modernes et prémonitoires de certains des développements les plus audacieux de la linguistique du xxe siècle, si elles n’étaient en fait profondément liées à un complexe conceptuel de nature métaphysique :

À chaque époque apparaît le merveilleux accord de la psychologie et de la linguistique ; nous sommes donc fondés à considérer les langues comme les formes successives qu’a revêtues l’esprit humain aux différentes périodes de son existence, comme le produit des forces humaines agissant à tel moment donné et dans tel milieu [...]. C’est dans la diversité des races qu’il faut chercher les causes les plus efficaces de la diversité des idiomes. L’esprit de chaque peuple et sa langue sont dans la plus étroite connexité : l’esprit fait la langue, et la langue, à son tour sert de formule et de limite à l’esprit. [...] La langue est le module nécessaire des opérations intellectuelles d’un peuple, [p. 187-190]

Liaison sous-jacente qui explique probablement les raisons de l’échec de Renan à fonder en France à cette époque une véritable philologie scientifique.

1849-1875 : Les Éléments matériels du français, c’est-à-dire les sons de la langue française entendus ou représentés, par Bernard Jullien, Paris, Hachette. Extension du Cours supérieur de grammaire. Il s’agit là d’un ouvrage qui plaide désormais explicitement en faveur d’une matérialisation précise du contenu de la notion de génie de la langue. Et, dans un registre, plus étroitement lié aux intérêts grammaticaux, Jullien affirme :

J’entends par qualités et défauts physiques ceux qui dépendent du matériel même des mots, en tant qu’ils sont prononcés. Tout le monde sait qu’il y a des qualités ou des défauts d’un tout autre ordre. Une langue peut être claire ou équivoque ; ses constructions peuvent être faciles ou embarrassées : la phrase peut être concise ou démesurément allongée. Ces qualités ne tiennent pas au matériel des mots, mais bien aux habitudes d’esprit de la population, et pourraient ainsi prendre l’épithète d’intellectuelles ou morales.
Au contraire, si la langue est sourde au lieu d’être sonore ; si elle est rude au lieu d’être douce ; si le son est monotone au lieu d’être varié ; ces qualités ou ces défauts qui dépendent uniquement du matériel des mots sont ce que j’appelle ses qualités ou ses défauts physiques, [p. 204]

Le grammairien marque par là une volonté de dépasser la notion imprécise de « génie », qui s’inscrit pleinement à l’époque dans l’émergence progressive des études de langue fondées sur l’observation précise du matériau verbal.

1858 : Le premier Dictionnaire français de linguistique, celui de Jehan de Saint-Clavien, publié comme volume distinct de L’Encyclopédie universelle des gens du clergé patronnée par l’Abbé Migne, opte quant à lui pour une position philosophique du problème à l’opposé de celle de Renan, l’ennemi implacable. Gilly la Palud, collaborateur de Jehan de Saint-Clavien, écrit de la langue française un commentaire qui reverse sous le terme de « caractère » les traits essentiels précédemment imputés à la notion de Génie de la langue :

Les comtes de Champagne et de Flandre, et les ducs de Normandie d’abord, ensuite François Ier qui introduisit le français dans les tribunaux à la place du latin, contribuèrent beaucoup au progrès de cette langue, qui, sous Louis XIV paraît avoir atteint son plus grand point de perfection. La langue française, dont un cinquième des mots semble dériver du bas-allemand, est peut-être la seule langue vivante qui soit fixée. Douée d’un rythme très délicat, mais réel, pauvre en adjectifs et en participes, manquant de diminutifs, d’augmentatifs, et de superlatifs qui abondent dans ses mœurs, elle est très riche en modifications de temps, les surpasse toutes dans la précision et dispose toujours ses phrases selon l’ordre logique grammatical. Le grand nombre de ses mots à acceptions différentes, quoique analogues ou semblables dans leur orthographe ou dans leur prononciation, la rend comme l’anglaise et quelques autres très propre aux jeux d’esprit et aux épigrammes. Les désinences du français sont un de ces éléments principaux, celui même qui souffre le moins d’exceptions. La langue écrite, qui diffère beaucoup du vieux français, diffère aussi beaucoup des dialectes vulgaires tels qu’on les parle dans les campagnes, quoique ces derniers s’affaiblissent sensiblement dans les villes par l’influence de l’éducation, du théâtre et de la lecture des journaux ; la langue parlée s’approche continuellement de la langue écrite, qui tous les jours diffère moins de la langue vulgaire, et qui est presque identique avec celle que parlent les personnes bien élevées, [p. 643]

Comme on le voit, l’analyse ne fait guère de place qu’en creux à la notion de « génie » ; elle précise des caractéristiques grammaticales. À propos des langues anciennes, Saint-Clavien et La Palud notent cependant une conversion du génie indivis en style particulier par l’intermédiaire de la notion de « modèle » :

On ne peut nier qu’au contact du grec le latin ne se soit perfectionné ; mais on peut le voir, à l’air de contrainte qui se remarque dans le style des anciens monuments de la langue, que ce fut presque contre son génie que le latin se plia aux lois de son modèle étranger, [p. 789]

La double question anthropologique et ethnographique se posant – comme on l’a vu – de plus en plus de manière cruciale dans les débats scientifiques de l’époque, Gilly-la-Palud écrit au sujet des langues malaises :

Dispersées sur presque deux tiers de la circonférence du globe, et séparées les unes des autres par de vastes mers et tout le continent austral, elles parlent toutes des langues évidemment soeurs, tandis que plusieurs d’entre elles possèdent depuis un temps immémorial des alphabets dont les caractères diffèrent de celles des alphabets sanscrit et coréen. Des nuances presque infinies de civilisation et de barbarie, de douceur et de férocité ; une foule d’usages communs à un grand nombre de tribus séparées par d’immenses intervalles, ainsi que des pratiques singulières propres à quelques autres seulement ; les superstitions les plus absurdes, accompagnées de mutilations cruelles et de sacrifices humains ; des mœurs douces unies à l’usage horrible de l’infanticide et de l’anthropophagie ; des traits sublimes d’héroïsme à côté des excès épouvantables et inouïs ailleurs de la vengeance : voilà les traits les plus caractéristiques des peuples compris dans la grande famille malaise. [...] En considérant les langues de tous ces peuples sous un point de vue général, on peut dire qu’elles se ressemblent d’une manière extraordinaire dans leur génie, dans leurs formes et dans leurs racines tandis qu’elles diffèrent essentiellement de tous les idiomes connus, n’offrant d’analogie qu’avec les langues transgangétiques, et encore seulement sous le rapport de leurs formes grammaticales et de leur syntaxe, [p. 866-867]

Par où l’on voit se creuser le fossé distinguant la langue, comme structure formelle représentant l’association du génie, des formes et des racines, et la société mue par des impératifs moraux. Et, pour ainsi dire, politiques au sens le plus large du terme. La notion de « génie de la langue » perd là de son incorruptibilité immatérielle ; et les processus phylogénétiques – qu’ils soient envisagés en terme d’ondes ou de strates – témoignent de cette faiblesse :

Quand les barbares vinrent en Gaule, le latin, déjà modifié par le celtique, fut contraint de subir encore de nouvelles transformations ; car, de toutes parts, les idiomes francisques et burgondes dérivés du germanique, et la langue normande issue du Scandinave se greffèrent sur lui et le pénétrèrent. Ces langues nouvelles, incorporées à l’ancienne, lui constituèrent autant de dialectes altérant chacun à sa manière, son génie et son orthographe, [p. 979]

Le temps ne peut être ainsi qu’un facteur d’érosion des qualités originelles ; et la conception ici exprimée s’intégre parfaitement à un paradigme de pensée religieuse dans lequel l’unité linguistique de départ a été fracturée par Babel, et pulvérisée ensuite en une multitude d’instances faisant obstacle à la mutuelle inter-compréhension des hommes et à l’immédiate rectitude sémiologique du rapport au Créateur.

1862-1876 : En dehors du cadre religieux, un ouvrage encyclopédique fort célèbre précise l’appréhension générale du phénomène en ce début de dernier tiers du xixe siècle, il s’agit du Dictionnaire Général des Lettres, des Beaux-Arts et des Sciences morales et politiques, comprenant pour les lettres : la grammaire, la Linguistique, la Rhétorique, la Poétique et la Versification, la Critique, la théorie et l’histoire des différents genres de Littérature... par Th. Bachelet, avec la collaboration de Ch. Dezobry, Paris, Ch. Delagrave.

Un tel ouvrage est d’autant plus intéressant qu’il traite du Génie en replaçant cette notion dans un entourage socioculturel typique de son époque, où interagissent fortement les dimensions de la laïcisation, de la vulgarisation et de la stéréotypisation des connaissances et des discours qui supportent la diffusion du savoir :

Aujourd’hui le mot génie s’entend dans une acception particulière, et représente une idée plus grande, celle des hautes et vastes conceptions de l’intelligence ; dans les arts, l’idée de création sublime ; dans la vie et le gouvernement, l’idée d’une énergie de caractère qui domine les hommes et les maîtrise, les entraîne par l’admiration, les soumet par l’étonnement et quelquefois même par la crainte. Il y a le génie de la politique et de la guerre ; le génie des affaires et de l’administration ; comme le génie des sciences et des lettres. Il nous semble que, d’ordinaire, le génie se reconnaît à sa puissance, c’est-à-dire à ses œuvres et à ses résultats. Le talent, plus facile à définir, n’est qu’une disposition heureuse de la nature, une supériorité relative. [...] Le génie ne s’acquiert pas, et il est bien au-dessus de l’aptitude et de l’habileté ; son caractère essentiel est la grandeur dans l’originalité. [4e édition, p. 961 a.]

À l’issue d’une période qui a érigé l’individu en valeur absolue et qui a permis par exemple à l’histoire d’identifier les grandes figures de l’Histoire de France, il n’est guère surprenant de lire à propos du langage :

Tout langage repose sur le rapport qui s’établit, soit naturellement, soit artificiellement et par convention, entre une idée et un signe, et sur la puissance qu’a ce rapport de provoquer en nous la conception de l’idée à la simple perception du signe. [...] De là trois caractères essentiels d’une langue bien faite : 1° la précision, qui est le rapport exact du signe à la chose signifiée ; à la rigueur, elle exige autant de mots que d’idées et pas plus d’idées que de mots ; la langue seule des mathématiques atteint à cet idéal ; il est impossible pour celle des autres sciences et arts, et pour le langage vulgaire ; – 2° l’analogie, qui consiste à faire passer dans les termes tous les rapports de ressemblance ou d’opposition qui se trouvent entre les idées. L’analogie suppose une analyse suffisante de la pensée humaine ; cependant, les langues primitives, et celles qui ont pu se former d’elles-mêmes et en suivant le mouvement naturel et spontané de l’esprit humain, la possèdent à un certain degré ; – 3° la clarté, qui résulte en partie des deux caractères précédents, et en partie de l’ordre et de l’arrangement des mots, de manière à éviter l’ambiguïté et les sens équivoques. Les langues qui aiment l’inversion sont plus exposées à tomber dans ce défaut que celles qui suivent l’ordre logique ; celui-ci est l’ordre même de la réalité et de la science. Toute langue qui s’y soumet a un avantage marqué dans la pratique et les travaux scientifiques. La langue française, qui admet à peine l’inversion en poésie, a cet avantage sur la plupart des autres langues : ce qu’elle perd en vivacité et en éclat, elle le regagne en ce qui fait la qualité essentielle et fondamentale de toute expression de la pensée, la clarté. À ces caractères, une langue parfaite joindrait une facilité de construction qui se prêterait également à l’esprit, à l’imagination, au sentiment et à l’oreille, c’est-à-dire qui serait propre à satisfaire l’intelligence et la sensibilité, [p. 1141 a]

Il n’est pas étonnant non plus de retrouver à l’article langue la conception précédemment soutenue par Renan du rapport de la langue à la nation, et l’idée d’un « génie des langues » si profondément impliqué dans les configurations idéologiques de la société qu’il ne peut que conduire à reconnaître l’intérêt des facteurs de différenciation des langues :

Nom sous lequel on désigne la totalité des usages propres à une nation pour exprimer les pensées par la parole ou par l’écriture. Dans toute langue, on distingue les mots considérés isolément, et les mots assemblés dans un certain ordre qui constitue la phrase. La nomenclature et l’étude des mots isolés font l’objet de la lexicologie et de la lexicographie. L’ordre des mots entre eux et des phrases entre elles est réglé par les lois de la construction et de la syntaxe, lesquelles constituent la phraséologie. Les langues des diverses nations, avec de nombreux rapports généraux qui tiennent à la conformité naturelle de toutes les pensées dans l’espèce humaine, ont aussi, dans le détail, des différences remarquables qui tiennent à des circonstances particulières de temps, de lieu, de civilisation, de religion, à une tournure propre à l’esprit national, etc. Ce sont ces différences qui constituent le génie des langues, [p. 1142 a]

1866 : Date de la première réelle histoire de la langue française, esquisse rédigée par Pellissier – La Langue française, tableau historique de sa formation et de ses progrès, Paris, Didier, p. 334, dans laquelle l’auteur n’utilise plus le terme de « génie » et lui substitue ceux de principe – au sens de règle – et direction – au sens d’orientation vers un but déterminé par le progrès positiviste :

« Ces deux inspirations supérieures, le spiritualisme et le culte de la clarté et de la précision étant posés comme premiers principes et comme direction constante... » Ce qui est une manière de paraphraser en la reconfigurant dans un nouveau contexte idéologique la définition que donnait encore en 1835 le Dictionnaire de l’Académie française ; une autre façon de donner de la consistance au terme de « caractère » : « Le caractère propre et distinctif d’une langue. » [A6, t. I, p. 831 b.]

1867 : Acmé du processus de stéréotypisation de la pensée engagé dès 1832 par la première édition de l’ouvrage, et importante étape sur la voie menant à la constitution des corpus d’idées reçues que Flaubert ne manquera pas de dénoncer presque immédiatement, le Dictionnaire de la Conversation et de la Lecture ; inventaire raisonné des notions générales les plus indispensables à tous ; par une Société de Savants et de Gens de Lettres, sous la direction de W. Duckett, 2e édition, Paris, Librairie de Firmin Didot frères, fils et Cie, t. XII, 1867. L’article Langue y est rédigé par Benjamin Lafaye, lexicographe synonymiste célèbre pour avoir repris les travaux de Condillac. Dérivé du Brockhaus allemand, le Dictionnaire de la Conversation s’appuie effectivement sur une conception germanique de la philologie qu’il s’agit désormais de vulgariser et diffuser auprès du plus large public :

(Après avoir rappelé Herder : 1772, Schlegel : 1808, Adelung : 1809, comme les grands prédécesseurs] Enfin, G. De Humboldt, dont les observations furent principalement dirigées sur les caractères et les qualités propres de l’individu, de l’être isolé, démontra que toute langue est bien une émanation de la nature humaine en général, mais qu’en même temps elle constitue en soi un organisme particulier qui reflète fidèlement le caractère particulier du peuple qui la parle et qui de son côté réagit d’une manière déterminante sur le développement du génie de ce peuple.
[...] Le langage est [...] la conscience instinctive de l’intuition parvenue à s’exprimer au moyen d’un ton limité et articulé [...]. Il y a bien union intime entre la langue et la pensée, mais non identité, et dès lors il n’y a pas nécessairement accord absolu entre elles. Il faut tout au contraire distinguer trois choses dans le langage : 1° la substance de la pensée, qui est représentée par les intuitions et les idées, et subordonnée à ses lois propres appartenant à l’essence de l’esprit ; 2° le son ou l’élément extérieur en général ; et 3° l’activité de la réunion de ces deux éléments, la représentation de la substance de la pensée dans le son, d’après des lois précises particulières à la langue. Cette troisième chose, que Humboldt appelle la forme intérieure de la langue, est à proprement parler l’âme de la langue, la base intime de sa vie et de sa conformation. [...] La diversité des langues ne provient pas seulement de la condition extérieure du son dérivatif, mais plutôt de la forme intérieure de la langue ou bien de la différence du génie même des peuples, lequel détermine plus ou moins la forme des sons.

L’institutionnalisation de la science va nécessairement de pair en ces années avec une diffusion maximale du savoir auprès des masses à instruire de la petite bourgeoisie. Et l’on voit bien là comment se perpétue le glissement spiritualiste et essentialiste de la « forme intérieure » à « l’âme de la langue » et à ses modes internes de naissance, de croissance et de dégénérescence, sur le modèle – cette fois – d’un organicisme de nature et de fondement biologique. C’est pourquoi, après avoir disserté de l’origine des langues et du phénomène de métissage, la langue étant anthropologiquement renvoyée à la société, Lafaye peut illustrer son raisonnement au moyen d’une comparaison entre l’anglais et les autres langues indo-germaniques :

Une langue métisse, composée d’éléments de plusieurs langues différentes employés confusément les uns en même temps que les autres, n’existe point à l’état de langue populaire ; car ces éléments tirés de langues étrangères ne sont admis ordinairement qu’en quantité relativement très-minime ; ou bien, lorsqu’ils y pénètrent en plus grand nombre, ils sont si complètement assujettis, qu’il leur faut se plier aux lois qui ont présidé à la formation de cette langue, et c’est ainsi que les éléments romans de la langue anglaise se sont courbés complètement sous la prédominance du génie particulier des langues germaniques, [t. 12, p. 110-112.]

1868 : Un glissement supplémentaire apparaît dans Grammaire historique de la langue française, la leçon d’ouverture des cours de l’́École Pratique des Hautes Études, où Gaston Paris vient d’être appelé par Michel Bréal. Le philologue y note la soumission désormais définitive du « génie de la langue » à des procédures d’inscription formelles :
[...] la philosophie étudie dans le langage l’image et le moule des opérations de l’esprit. La syntaxe forme ce qu’on appelle essentiellement le génie d’une langue, c’est-à-dire l’ensemble des procédés propres par lesquels une langue s’efforce de rendre la pensée ; elle porte par la suite la marque des habitudes et des qualités différentes de la pensée elle-même chez les peuples qui la créent.
[Cité dans G. Bergounioux, Aux origines de la linguistique française,
Agora, Pocket, Paris, 1994, p. 152.]

1881 : La même entreprise de vulgarisation que celle de Duckett est promue dans le Dictionnaire français illustré et encyclopédie universelle pouvant tenir lieu de tous les vocabulaires et de toutes les encyclopédies de B.-Dupiney de Vorepierre à une dimension plus importante encore. Le lexicographe reprend à son compte dans l’article « Génie » la conception banale de l’expression :

Le génie d’une langue, Le caractère propre et distinctif d’une langue. Le génie de notre langue est la clarté et l’élégance. – Le génie d’une nation, d’un peuple, Le caractère, la manière de voir, de penser qui lui est propre, [t. II, p. 31 c.]

Mais, réagissant à Humboldt dans l’article Langage, et au lieu de reprendre tout uniment la conception scientifique germanique désormais entachée du défaut d’avoir vu la France succomber devant l’Allemagne en 1870 et perdre l’Alsace et la Lorraine, B.-D. de V. écrit alors :

Un grand nombre de philosophes et de linguistes éminents de notre époque ont supposé dans l’homme primitif un instinct spécial, une puissance mystérieuse en vertu de laquelle le langage était spontanément et d’un seul coup sorti de l’intelligence humaine [...]. Voici en quels termes s’exprime à ce sujet l’illustre Guillaume de Humboldt : « Je suis pénétré de ma conviction qu’il ne faut pas méconnaître cette force vraiment divine que recèlent les facultés humaines, ce génie créateur des nations, surtout dans l’état primitif, où toutes les idées et même les facultés de l’âme empruntent une force plus vive de la nouveauté des impressions, où l’homme peut pressentir des combinaisons auxquelles il ne serait jamais arrivé par la marche lente et progressive de l’expérience. Ce génie créateur peut franchir les limites qui semblent prescrites au reste des mortels ; et, s’il est impossible de retracer sa marche, sa présence vivifiante n’en est pas moins manifeste. Plutôt que de renoncer, dans l’explication de l’origine des langues, à l’influence de cette cause puissante et première, et de leur assigner à toutes une marche uniforme et mécanique, qui les traînerait pas à pas depuis le commencement le plus grossier jusqu’à leur perfectionnement, j’embrasserais l’opinion de ceux qui rapportent l’origine des langues à une révélation immédiate de la Divinité. Ils reconnaissent au moins l’étincelle divine qui luit à travers tous les idiomes, même les plus imparfaits et les moins cultivés. »
Ainsi donc – rajoute B.-D. de V. – dans cette dernière hypothèse, l’homme au sortir des mains du Créateur n’a pas reçu une langue toute faite mais simplement le pouvoir de la produire spontanément, c’est-à-dire par un procédé purement instinctif. Évidemment, cette théorie n’est qu’un subterfuge de l’orgueil philosophique refusant de se soumettre à l’autorité de la révélation, tout en reconnaissant que l’homme, tel qu’il nous apparaît aujourd’hui est absolument incapable d’inventer et de produire un langage oral quelconque, [t. II, p. 270 c.]

Et, à l’article Langue, il reprend l’énoncé des caractéristiques des langues au moyen des mêmes prédicats esthétiques que ceux auxquels la tradition du début du xixe siècle nous a habitués :

Idiome d’une nation. La langue latine, française, anglaise. [...] Une langue abondante, riche, féconde, douce, harmonieuse, sonore. Une langue stérile, pauvre, rude, dure, barbare. Une langue énergique, pompeuse. Langue corrompue, dégénérée. Le génie, le caractère, la beauté, la politesse d’une langue.

Il est au reste intéressant de noter comment l’avancée des méthodes scientifiques de classement des langues produit en réalité chez B.-D. de V. une reconversion dissimulée de la vieille conception du « Génie de la langue » :

Si l’on considère les langues au point de vue de la puissance et de l’énergie poétiques, il est évident que celles qui permettent de transposer les éléments de la phrase, au gré de l’orateur ou de l’écrivain, sont plus propres à peindre sous forme d’images les choses extérieures, à interpréter les mouvements de l’âme, à traduire l’énergie des passions, etc. Elles sont susceptibles de plus de vivacité, de chaleur, d’harmonie. Les langues à inversion sont donc, sous ce rapport, supérieures aux langues analytiques. Ces dernières, au contraire, sont supérieures aux langues à inversion, dès qu’on les envisage sous le rapport de la clarté et de la précision. La construction des phrases, ne pouvant s’écarter de l’ordre logique des idées, les idées seront plus précises, le récit sera plus clair, le raisonnement sera plus facile à suivre : en un mot, ces langues seront particulièrement propres à l’étude et à la propagation de la science. Maintenant, s’il est reconnu, et nous croyons le fait incontestable, que le progrès des sociétés modernes a lieu en marchant de la poésie à la science, de l’image à l’idée, et va sans cesse en substituant le rôle de la réflexion à celui de l’imagination, il faudra en conclure que les langues directes sont supérieures, même absolument parlant, aux langues à inversion. Un signe manifeste de cette tendance des nations modernes et du besoin d’un langage analytique plus approprié à la nouvelle direction de l’esprit humain que ne le sont les langues transpositives, c’est la transformation de celles-ci en celles-là par la suppression des flexions, et par l’emploi des particules et des auxiliaires qui se substituent aux cas de la déclinaison et à certaines formes de conjugaison. L’histoire moderne nous offre des exemples remarquables de cette métamorphose : nous nous contenterons de citer le latin donnant naissance à l’italien, l’espagnol, au portugais, au français, etc. Un grand nombre de linguistes considèrent cette simplification des langues comme une décadence ; nous sommes, par les motifs que nous venons d’exposer, d’une opinion diamétralement opposée, [t. II, p. 272 b.]

Il s’agit là effectivement d’une sorte d’involution marquant le terminus d’une réflexion de la notion de « Génie de la langue » progressivement phagocytée par l’institution socioculturelle, laquelle cherche désormais à promouvoir par l’instruction publique l’idée d’une représentation optimale des qualités dominantes de la nation française dans les grands textes de son histoire littéraire. Au même titre que la culture – dont on sait qu’elle est ce qui reste lorsque tout a été oublié – il semble que le génie de la langue est ce à quoi se réduit alors l’observation scientifique de la langue lorsque cette analyse même reste guidée par des impératifs et des modes de développement strictement idéologiques et politiques. Et la littérature redevient dès lors l’étalon même de toute valeur, en ces périodes où sur la ligne bleue des Vosges Maurice Barrès inscrit les revendications d’un nationalisme offensé et outragé.

1889 : Désiré Nisard compose donc son Histoire de la Littérature française, dans laquelle il revendique pour la littérature la primauté d’être :
le magnifique ensemble des chefs d’œuvre de l’esprit français, l’image la plus complète et la plus pure de l’esprit humain, [t. 1, p. V] ;

Ce à quoi il fait correspondre les notions de génie, tradition, langue, esprit, histoire, race, mentalité, et peuple.... C’est donc ainsi, à la fin du xixe siècle, par l’accaparement littéraire de la notion, à une véritable conversion politique de la notion que nous assistons. Et cette conversion sera enregistrée comme un fait tangible sur lequel pourront ultérieurement se développer tous les discours de la revanche et du nationalisme linguistique. La tradition sera d’ailleurs maintenue jusqu’au récent Dictionnaire des littératures de langue française, de J.-P. de Beaumarchais, D. Couty et A. Rey [Paris, Bordas, 1987], qui, dans leur avant-propos, font encore référence au « génie d’une même langue » [t. 1, p. IX], Ainsi, exposant au mieux les qualités si spécifiques de ce « génie », le critique littéraire en vient à supplanter le philologue, le linguiste, le philosophe et assure à la littérature son statut de produit emblématique de la société bourgeoise républicaine. On comprend aussi pourquoi, en raison de sa conception de la littérature, un Charles Bally lui-même, en 1932, dans Linguistique générale et linguistique française, s’il demande de distinguer explicitement entre « clarté du français » et « clarté française » [p. 16-17], ne peut s’empêcher en conclusion de pratiquer à son tour ce trouble mélange du culturel et du linguistique.

Lorsqu’en 1943 Albert Dauzat publie le Génie de la Langue française, l’ouvrage est au reste couronné par l’Académie française et obtient le... Grand Prix d’Histoire littéraire !... La définition du « Génie de la langue » qu’il donne au terme de son ouvrage est parfaitement conforme à une approche analytique du phénomène, réalisée à travers les catégories classiques de la phonétique, du lexique, de la morphologie et de la syntaxe. Culminant dans une rapide présentation des formes préférentielles de l’esthétique littéraire, ce propos définitoire ne permet guère d’avancer plus dans la compréhension de l’objet. Du moins en restreint-il l’extension grâce aux notions de « dominante » et de « tendances » articulées par rapport aux conditionnements synchroniques et diachroniques du matériau verbal que réalisent l’instrument qu’est la langue, le peuple qui s’en sert et les mentalités dont cet instrument est l’organe :

Le génie d’une langue, c’est un ensemble de dominantes qui la caractérisent dans le présent, de tendances qui la situent dans l’évolution, dans le devenir. C’est aussi la recherche de l’équilibre entre les tendances contraires qui s’affrontent, – les conditions de cet équilibre variant selon les époques et les milieux, [p. 347]

Ce qui permet à Dauzat de résumer son propos, souligné ci-dessous par des italiques de notre fait, qui est historiquement de définir la langue comme « une de ces traditions essentielles, un des éléments primordiaux de la patrie » [p. 8] :

Langue latine parlée par un peuple celto-alpin qu’a imprégné une colonisation germanique, le français devait être une langue intermédiaire entre celle des trois groupes qui se sont amalgamés sur le sol de Gaule. Langue qui ne s’affirme par aucun caractère extrême. [...] Bien équilibrée, elle écarte les périphrases et elle évite les mots trop longs, qu’elle abrège [...]. Sa syntaxe n’est pas plus heurtée que sa prononciation. Elle aime l’ordre et ne le dérange que pour des motifs précis. [...] Le français est une langue liée. Il lie les mots comme les idées. Ceux-là s’enchaînent dans la parole avec une continuité coupée seulement par les pauses du souffle. Ce n’est plus le mot qui est l’unité, mais le groupe. [...] Le français est une langue analytique. Sur ce terrain, il est, avec l’anglais, à l’avant-garde des langues européennes [...]. Il reste encore un édifice solide, quoique restreint, de désinences. [...] Tandis que les formes grammaticales se sont fixées depuis trois siècles, la syntaxe continue d’évoluer pour s’adapter aux besoins, sans cesse renouvelés, de la pensée. Le français est une langue logique, qui aime à ordonner les mots comme les idées. [...] Sa tendance analytique porte à l’abstraction. [...] Le développement des mots outils y est caractéristique. Éléments les plus dépouillés, les plus nuancés de la langue, qui n’expriment que des rapports, ils permettent de nuancer à l’infini la pensée, d’en jalonner les étapes, d’en indiquer les mouvements, de préciser toutes les relations entre les idées à travers les mots. [...] Le français demeure, par ses qualités d’abstraction et de précision, un des instruments de pensée les plus parfaits dont l’homme ait disposé depuis le grec de Platon et de Thucydide. [...] Il serait cependant faux de croire que le français soit clair par lui-même, qu’il porte en lui la clarté comme une vertu congénitale. Le français est clair si on sait le manier. [...] Le français recherche la précision des mots [...]. Distinguer, c’est aussi préciser. Le français est une langue de distinctions, mieux encore : de nuances, qui permettent la variété et les finesses de l’expression...

À quelques nuances près, un tel discours aurait pu être tenu deux siècles auparavant ; seule la dialectique du peuple et de l’individu de génie modelant la langue marque l’historicité du temps de sa conception, et le besoin de faire encore jouer une fois à la langue – en situation historique et politique une nouvelle fois dramatique – son rôle bienfaisant de catalyseur social soutenu par une éthique de l’effort, du travail, de la continuité et de l’équilibre :

Mots précis, mots à leur place, mots présentés sous tous leurs aspects par de délicats instruments de pensée : tels sont les éléments de la clarté française. En germe dès l’origine, ces qualités se sont développées, perfectionnées, affinées par l’effort obscur du peuple, tout comme par le travail réfléchi des maîtres, qui répondait à un besoin collectif, qui adaptait, avec plus ou moins de bonheur, l’organe, les ressources de la langue à son génie. Labeur incessant, qui n’est jamais achevé, jamais parfait, enrayé plus ou moins par les entraves du passé, dont on saura se dégager suffisamment sans rompre avec la tradition, en maintenant un harmonieux équilibre, [p. 354]

Ne notait-on d’ailleurs pas, sous la plume d’un célèbre critique littéraire des années médianes de ce siècle :

1957 : « L’Emploi du temps [de Michel Butor] a eu l’année dernière une voix au Prix Goncourt. Il en aurait eu au moins deux si d’interminables phrases n’y offensaient le génie de la langue française. » [André Billy, Le Figaro, 6 novembre.]

Il en va de même avec les promesses d’un dépliant publicitaire reçu ce 10 juin 1996, dans lequel les ouvrages de la collection « Entre guillemets » Duculot, publiés par la célèbre maison d’édition du Bon Usage de Maurice Grevisse, promettent en quatre-vingt pages de « faciliter la pratique d’un style élégant » en évitant « à tout prix certaines fautes parce qu’elles attentent à la clarté et à l’harmonie du discours »... bref au génie – non dit, certes, mais clairement pensé – de la langue.

Que retenir alors de ce parcours, si ce n’est que la notion de « génie de la langue » – insuffisamment fondée à l’origine – en est rapidement venue à dire bien plus que ce que pouvait désigner son contenu labile, et qu’elle a très tôt et très vite connoté les forces – inexpliquées mais non inexplicables – de résistance de la langue à l’usage quotidien, vecteur de transformations généralement incompatibles avec les codes éthiques et socioculturels successivement élaborés en formes politiques de gouvernement par l’aristocratie et la bourgeoisie françaises ? De là cette puissance irrésistible des mythes collectifs qui parviennent à donner cohérence et consistance à ce qui n’est originellement que l’intuition d’expression d’un impossible à dire, et peut-être l’artefact d’un impensé de la langue même !... De là aussi cette résorption graduelle du « génie de la langue » en une certaine gêne de la linguistique... à comprendre le sens de ce que Humboldt écrivait dans Latium und Hellas, lorsqu’il exposait sa conception d’une implication réciproque dans la langue de l’homme et du langage :

  • 11 Humboldt, W., « Latium und Hellas », dans Schriften zur Sprache, Stuttgart, 1985, p. 176.

La plupart des circonstances qui accompagnent la vie d’une nation, l’espace géographique, le climat, la religion, les us et coutumes, la constitution d’un État, peuvent, dans une certaine mesure, en être séparées ; et l’on peut également distinguer ce qu’elles reçurent de ce qu’elles donnèrent dans leur formation, bien que ce soit dans une constante réciprocité. En revanche, il existe un facteur qui est d’une nature absolument différente, c’est le souffle, l’âme même de la nation, qui apparaît à tout moment uni à elle et qui porte vers la recherche d’un cercle sans fin, que ce soit comme cause ou comme conséquence. Il s’agit de la langue. Toute tentative visant à identifier les caractéristiques nationales qui laisserait de côté le rôle instrumental de la langue serait vaine, car c’est à travers la langue que se manifeste et se scelle l’ensemble du caractère national, et, c’est encore à travers elle, comme moyen de compréhension générale du peuple, que prennent racine les différentes individualités11.

  • 12 Notion qui, dans la France du début du xixe siècle, est toujours négativement connotée comme écart, (...)

10Il est vrai que – dans cette ingénieuse assimilation, et sous couvert de la notion d’individualité12 – le danger était grand d’éveiller ingénument les forces du politique des langues, toujours prêt à dégénérer, et à exhiber l’envers grimaçant et pervers du génie des peuples, de leurs individus et de leurs institutions.

Bibliographie

Références

Documentation littéraire :

Annales romantiques, 1823-1834.
Anon (1824), Épître sur l’Écrivaillerie du siècle, Paris, B.N. in-8° Ye 42921.

Anot (1825), Élégies Rhémoises, suivies de Fragmens dramatiques sur la mort de Charles 1er, Roi d’Angleterre, et d’un Essai sur les nouvelles Théories littéraires, Paris, chez Amyot, Libraire, rue de la Paix ; Imprimerie et fonderie de J. Pinard ; B.N. in-8° Ye 14252.

Arago (1824), Aux jeunes poètes de l’époque, Paris, B.N. in-8° Ye 14309.

Artaud (1825), Essai littéraire sur le génie poétique au XIXe siècle, lu à l’ouverture des cours de l’Athénée, le 2 décembre 1824 ; Paris, de l’Imprimerie de Rignoux, rue des Francs-bourgeois, n° 8 ; B.N. in-8° Y 730 et Z 40975.

Baour-Lormian (1825), Le Classique et le Romantique, Dialogue, Paris, Urbain Canel, rue Saint-Germain des Près, n° 9 ; Ambroise Dupont et Roret, Quai ; B.N. Ye 14772-14773.

Bignan (1831), Épître à une jeune romantique sur la gloire littéraire de la France, pièce qui a remporté le Prix de poésie, décerné par l’Académie française dans sa séance publique du 9 août 1831, Paris, de l’imprimerie de Didot Frères, imprimeurs de l’institut, rue Jacob, n° 24 ; B.N. in-4°, Ye 2054 ou Z 5038 (20).

Castelnau (1825), Essai sur la littérature romantique, Paris, Lenormant père, rue de Seine, n° 8 ; N. Pichard, Quai de Conti, n° 5 ; B.N. in-8° Z 48526.

Castil-Blaze (1852), Molière musicien. Notes sur les œuvres de cet illustre maître et sur les drames de Corneille, Racine, Quinault, Régnard, Montluc, Mailly, Saint-Évremond, du Fresny, Palaprat, Dancourt, Lesage, Destouches, J.-J. Rousseau, Beaumarchais, etc., où se mêlent des considérations sur l’harmonie de la langue française, Paris, chez l’auteur, rue Buffault n° 9, 2 vol. in-8°. B.N. Yf 8523, 8524 ; ou 8° Yf 784 [2 vol. en un].

Champré (1829), Une Pichenette ou Les Fantômes, Orientale de M. Victor Hugo, avec un commentaire en faveur des Français qui n’entendent pas leur langue maternelle ; parodie de la 33e Orientale, par un jeune Bachelier ès-Lettres ; Paris, Chez les Marchands de Nouveautés, Imprimerie de Lebègue, rue des Noyers, n° 8, B.N. in- 8° Ye 34263.

Chaudesaigues, Jules (1841), Les Écrivains modernes, Paris, in-32, B.N. Z 45095.

Chénier, Marie-Joseph de – (1818), Tableau historique de l’état et des progrès de la Littérature française depuis 1789, 3e édition, Paris, de l’Imprimerie d’Ange Clo, chez Maradan, Libraire, rue Guénégaud, n° 9.

Crawford, Quentin (1803), Essais sur la Littérature française écrits pour l’usage d’une dame étrangère, compatriote de l’auteur, Paris ; B.N. Rés. Z 1174.

Deschamps, Émile (1828), Études françaises et étrangères, Paris, Urbain Canel, rue des Fossés-Montmartre, n° 3, imprimerie de Goetschy, rue Louis-le-Grand.

Desmarais, Cyprien (1833), De la Littérature française au XIXe siècle, considérée dans ses rapports avec les progrés de la civilisation et de l’esprit national, Paris, Tenon, Libraire-Éditeur, Place Saint-André des Arts, n° 11, 1833 ; B.N.Z 46898.

Discours de la Classe de l’Institut de langue, Paris, An Xii, 1815-1840 ; B.N.Z 5053 [171-220] ; Z 28252 [24-60],

Discussions sur les Rapports du Jury de l’institut, Paris, 1810 ; B.N. Z 28413.

Dussault, Jean-François-Joseph [1769-1824] (1818), Annales littéraires ou Choix chronologique des principaux articles de littérature insérés par M. Dussault dans le Journal des Débats, depuis 1800 jusqu’à 1817 inclusivement, recueillis et publiés par l’auteur des Mémoires historiques sur Louis XVII [Eckard, Paris, 1817] ; Paris, 3 tomes ; de l’imprimerie d’Ange Clo, à Paris, chez Maradan, libraire, rue Guénégaud, n° 9 ; Lenormant, Libraire, quai de Conti, n° 5.

Duval (1833), De la littérature dramatique. Lettre à M. Victor Hugo, Paris, in-8°.

Extrait des Procès-Verbaux des séances de la 2nde Classe de l’institut, contenant les discussions qui ont eu lieu dans la classe de la langue et de la littérature françaises, et l’opinion qu’elle a émise sur l’ouvrage de M. de Chateaubriand intitulé Le Génie du Christianisme [Escoffier n° 204]. Voir notamment les Rapports du 2 janvier et du 20 février 1811. B.N. Rés. Z 5029-5030-5031-5032-5033-5034-5035- 5036-5037-5038.

Fabre d’Olivet (1813), Les Vers dorés de Pythagore, expliqués et traduits pour la première fois en vers eumolpiques français ; précédés d’un discours sur l’essence et la forme de la poésie chez les principaux peuples de la terre ; adressé à la Classe de Langue et de Littérature françaises, et à celle d’Histoire et de Littérature anciennes de l’institut Impérial de France ; Paris, Treuttel & Würtz, rue de Lille, Ancien Hôtel de Lauraguais, n° 17 ; et à Strasbourg, même maison de commerce, Paris.

Farcy (1828), Examen critique d’Olga ou l’Orpheline moscovite de Monsieur Ancelot, Paris.

Féletz, Charles-Marie Dorimond, Abbé de – [1767-1850] (1828-1830), Mélanges de Philosophie, d’Histoire et de Littérature, Paris, Grimbert, Libraire, successeur de Maradan, rue de Savoie, n° 14 ; Paris.

Giraud-Philippe [Maître de Pension à Antibes] (1845), L’Art poétique du Romantisme, Marseille, Typographie Barlatier, Feissard et Demonchy, rue Canebière n° 19, B.N. in-8° Ye 23362.

Jaÿ (1830), La Conversion d’un romantique. Mémoires de Jacques Delorme, suivi de Deux lettres sur la littérature du siècle et d’un Essai sur l’éloquence politique en France, Paris, Moutardier, Libraire-éditeur, rue Gït-le-Cœur, n° 4, B.N. in-8° Ye Z 50976.

Marmontel (1788), Éléments de littérature, Paris, 3e éd. Didot, 1846.

Martin & Bescherelle (1838), Les Classiques et les Romantiques. Leçons analytiques de littérature et de style, basées sur l’examen critique et raisonné du style des écrivains les plus célèbres depuis Louis XIV jusqu’à nos jours, par une Société de Littérateurs et de Grammairiens, sous la direction de MM. Ch. Martin et Bescherelle aîné ; t. 1 et 2 ; Paris, Librairie de la Société d’Émulation pour le Perfectionnement de l’instruction primaire en France. Paris, J.-B. Braconnier & Cie, Rue Saint-Jacques, n° 38. B.N.Z 45563, 45564.

Martine [de Genève] (1834), Examen des Tragiques anciens et modernes, dans lequel le système classique et le système romantique sont jugés et comparés, Paris, Moutardier, Libraire-éditeur, rue du Pont-de-Lodi, n° 8, 3 vol. B.N.Y 894-895-896.

Mirecourt, Eugène Jacquot, dit – de – (1861), Les Contemporains, 103 tomes en 20 volumes in-32, Paris, B.N. in-16, 8° Ln 117.

Nisard (1829), Épître aux Antiromantiques, Paris, Vezard et Cie, Libraires, Passage Choiseul, n° 44 et 46 ; Delaunay, Palais-Royal et chez les Marchands de Nouveautés, B.N. in-8° Ye 21398.

Panorama Littéraire de l’Europe, Le, ou Choix des articles les plus remarquables sur la littérature, les sciences et les arts, extraits des publications périodiques de l’Europe par un Société de Gens de Lettres, Paris [1833-1834], Adolphe Guyot, Libraire-éditeur, rue de Richelieu, n° 35, 5 volumes in-8°, B.N.Z 21402, 21403 ; Z 57202 et 57202 bis.

Panorama, Le, Écho des progrès de la Littérature, des Sciences et des Arts, 1832-1833 ; B.N.Z 57200, 57201.

Panorama, Le, Revue critique et littéraire, Paris, 1840 ; B.N.Z 842.

Paris (1824), Apologie de l’Ecole Romantique, Paris, chez Dentu, Libraire, Palais-Royal, Galeries de Bois ; de l’Imprimerie de Marchand du Breuil, rue de la Harpe, n° 80 ; B.N. in-8° Z p 1332.

Phases Poétiques, Revue littéraire ayant précédé Le Conservateur Littéraire, Janvier-mars 1819, 6 livraisons in-8° ; B.N. Ye 5462, 49408, 12243.

Rapports sur l’influence de la peinture, Paris, An VII ; B.N. Vz 750.

Rapports sur la littérature française à l’Académie, Paris, 1815 ; B.N. Z 5122.

Raynaud (1828), Manuel du style en quarante leçons, Paris, chez l’auteur.

Saint-Chamans, Vicomte de – (1816), L’Anti-romantique ou Examen de quelques ouvrages nouveaux, Paris, Le Normant, Imprimeur-Libraire, 1816.

Sismondi, Simonde de, J.-C.-L., de l’Académie et de la Société des Arts de Genève, Correspondant de l’Académie royale des Sciences de Prusse ; Membre honoraire de l’Université de Wilna, des Académies Italiennes de Cagliari, Pistoia, etc. (1813), De la Littérature du Midi de l’Europe, 3 tomes, Paris, chez Trcuttel & Würtz, Libraires, rue de Lille, ancien Hôtel de Lauraguais, n° 17, et à Strasbourg, même maison de commerce ; Paris, B.N.Z 11928.

Soumet, Alexandre (1814), Les Scrupules littéraires de Madame la Baronne de Staël ou Réflexions sur quelques chapitres du livre De l’Allemagne, Paris, Delaunay, libraire, Palais-Royal, Galeries de Bois, n° 243, Paris.

Stendhal (1823-1825), Racine et Shakespeare, Paris.

Toreinx [Anagramme de Jules Ronteix] (1829), Histoire du romantisme en France, Paris, Imprimerie de Selligne, rue des Jeûneurs, n° 14, L. Dureuil, éditeur, Place de la Bourse ; B.N. Rés. Pz 1078.

Viennet, Jean-Pons-Gaspard (1824), Épître aux Muses sur les romantiques, Paris, B.N. in-8°, Ye 53956.

Villemain, Abel-François (1823), Discours et Mélanges littéraires, Paris, B.N. in-8°, Z 27985, ou Z 831.

Documentation lexicographique et linguistique :

Académie Française, (1798), Dictionnaire de l’Académie Française, Discours préliminaire.

Académie Française, (1829), Supplément au Dictionnaire de l’Académie Française, 3e édition.

Académie Française, (1835), Dictionnaire de l’Académie Française, 6e éd.

Académie Française, (1842), Complément du Dictionnaire de l’Académie Française, p. p. Louis Barré.

Académie Française, (1877), Dictionnaire de l’Académie française, 7e éd.

Académie Française, (1881), Complément au Dictionnaire de l’Académie française, 4°.

Adam, J.-M., (1980), « Sens et rhétorique pratique : le prix des dictionnaires », dans BREF, p. 39-49.

Alberti de Villeneuve, Fr., (1811), Grand dictionnaire français-italien, Bassano, 2 volumes.

Anon, (1830), Dictionnaire de poche de la langue française, Paris.

Auroux, S. ; Chevalier, J.-Cl. ; Jacques-Chaquin, N. ; Marchello-Nizia, Chr., (1985), La Linguistique fantastique, Denoël, Paris, p. 15-31.

Auroux, S. ; Chevalier J.-Cl., (1980), « Histoire de la Linguistique », dans Histoire de la linguistique française, p. 3-15, Langue française, n° 48, Larousse, p. 3-15.

Authier, J. ; Meunier, A., (1972), « Norme, grammaticalité et niveaux de langue », dans La Norme, Langue Française, n° 16 décembre, Larousse, p. 49-62.

Baggioni, D., (1976), « Pour un point de vue relativisé et historicisé sur la norme », dans Cahier de linguistique sociale : La norme, I, p. 56- 87.

Balibar, R., (1985), L’Institution du français, essai sur le colinguisme des Carolingiens à la République, PUF, p. 421.

Baour-Lormian, P.-M.-L., (1825), Le Classique et le Romantique, Urbain Canel, Paris.

Barré, L., (1842), Complément au dictionnaire de l’Académie française, Firmin Didot, Paris.

Bescherelle, L.-N., (1846), Dictionnaire National de la langue française, Paris, Gd. 8°, Garnier Frères, (1reéd. 1846).

Bescherelle, aîné et Bourguignon, (1877), Dictionnaire de la langue française, in 18°.

Bescherelle, L., (1892), Nouveau dictionnaire classique de la langue française, in 8°.

Bescherelle, L., (1880), Dictionnaire classique de la langue française.

Bescherelle, L.-N., (1843), Dictionnaire National, Paris.

Bierbach, M., (1988), « La catégorie des épithètes dans les dictionnaires français du XIXe siècle », dans La Lexicographie française du XVIIIe au XXe siècle, p.p. B. von Gemmingen et M. Höfler, Klincksieck, p. 205- 234.

Blanc, P. É., (1882), Le Dictionnaire logique de la langue française, ou Classification des mots, des idées, et des choses, Librairie Lecoffre, Paris, Librairies Vitte et Perrussel, Lyon, Briday, 1882, in 8°.

Boissière, P., (1862), Dictionnaire analogique de la langue française, Paris, Gd. 18°, 3° éd, (1862).

Boissière, P., (1891), Dictionnaire analogique de la langue française « supplément », 8°.

Boiste, P.-C.-V. et Bastien, J.-F., (1800), Dictionnaire Universel de la langue française, chez l’auteur, Paris.

Boiste, P.-C.-V., (1834), Dictionnaire Universel de la langue française, 8e éd. revue par Ch. Nodier, Paris, (1834), in 4°. (1re éd. 1800).

Bourdieu, P., (1977), Table ronde : linguistique et sociologie du langage, dans Langue française, 34, « Linguistique et Sociologie », p. 35-51.

Bouverot, D., (1993), « Le Dictionnaire de l’ Académie de 1835 vu en 1837 par un Bas-Breton : Leçons de Français à l’usage de l’Académie française par Jacques François Daniel », dans J.-Ph. Saint-Gérand (sous la dir. de), Mutations et sclérose : la langue française (1789- 1848), Franz Steiner Verlag, Stuttgart, p. 57-76.

Branca-Rosoff, S., (1985), « Le Loyaume des mots », dans Lexique n° 3, Presses Universitaires de Lille, p. 47-64.

Bray, L., (1989), (a) « Le dictionnaire dans les mass-medias en France », dans Wôrterbücher : Lexikographie, Handbücher zur Sprach-und-Kommunications Wissenschaft, édités par Hugo Steger, Herbert Enst Wiegand, Walter de Gruyter – Berlin/New-York, p. 38-45.

Bray, L., (1990), « La lexicographie française des origines à Littré », Wörterbücher, Dictionaries, Dictionnaires, Encyclopédie internationale de lexicographie, t. 2, p.p. F.J. Haussmann et al., Berlin/New York, de Gruyter, 1788-1818.

Carpentier, L. J.M., (1822), Le Gradus français ou Dictionnaire de la langue poétique, Johanneau, Paris.

Catach, N., (1994), « Les dictionnaires de l’Académie française », dans Informatique et dictionnaires anciens, Actes du Colloque de Toronto, 1993, p.p. I. Lancashire et T.R. Wooldridge, Didier Érudition, Paris, p. 98-112.

Champollion-Figeac, J., (1809), Nouvelles recherches sur les patois, en particulier ceux de l’Isère, Baron, Paris.

Champollion-Figeac, (1829), Dictionnaire étymologique de la langue française, accompagné d’une dissertation sur l’étymologie..., Delloye, Paris.

Chapsal, Ch. P., Simple réponse à un libelle de M. Poitevin intitulé : « La vérité, rien que la vérité », Martinet, Paris, 1847, p. 15.

Chapsal, Ch. P., Observations supplémentaires de M. Chapsal en réponse au mémoire de M. Bonnneau, à M. le Président de la Chambre de Police correctionnelle, Martinet, Paris, p. 10, 1850.

Chaurand, J., (1986), « Les observations de Madame de Genlis sur le langage de son temps », dans Autour de Féraud, la lexicographie en France de 1762 à 1835. Actes du Colloque international organisé à l’Ecole Normale Supérieure de Jeunes Filles les 7, 8, 9 décembre (1984 par le Groupe d’Études en Histoire de la Langue Française, Paris, Collection de l’École Normale Supérieure de Jeunes Filles, n° 29), (1986), p. 215-223.

Chaurand, J. [sous la dir. de] (1999), Nouvelle histoire de la langue française, Le Seuil, Paris.

Chervel, A., (1977), ... Et il fallut apprendre à écrire à tous les petits français, Histoire de la Grammaire scolaire, Payot, Paris, p. 283.

Chevalier, J.-Cl., (1983), « Constitution du fait », dans Histoire de la Linguistique, Actes de la Table ronde – Paris – 28, 29, 30 avril (1983), École Normale Supérieure, I.N.R.P., p. 171-176.

Chevalier, J.-Cl., & Encrevé, P., (1984), « Présentation », dans Vers une histoire sociale de la linguistique, Langue française, n° 63, Larousse, p. 2-6.

Clarté française, La –, Langue Française, 75, septembre 1987, numéro coordonné par Marc Wilmet, 126 p. [Articles de P. Swiggers, A . Boone, L. Clément, F. Corblin, A.-E. Dalcq, G. Kleiber, J.-M. Léard].

Coumet, E., (1982), « La philosophie positive d’Émile Littré », dans Actes du Colloque Littré, Centre International de Synthèse, Albin-Michel, p. 177-214.

Cousin d’Avallon, J., (1826), Dictionnaire universel des jeux de société, Barrier, Paris.

D’Hautel, C., (1808), Dictionnaire du bas langage, Paris, 2 volumes.

Desgranges, J., (1821), Petit dictionnaire du peuple, Paris.

Desjardins, É., (1897), Le Vocabulaire du petit écolier, 16°.

Desmarais, C., (1824), Essai sur les Classiques et les Romantiques, Tenon et chez l’auteur, Paris.

Désormes, E. et Basile, A., (1898), Polylexique méthodique. Dictionnaire moderne, comprenant sept vocabulaires, in-12°.

Dezobry, C., Bachelet T., (1876), Dictionnaire général de biographie et d’histoire, de mythologie, de géographie ancienne et moderne comparées, des antiquités, et des institutions grecques, romaines, françaises et étrangères, 7e éd., Delagrave, Paris, 2 vol., in-4°.

Duckett, W., (1832), Dictionnaire de la conversation et de la lecture, 2e édition, Bourrier, Paris, 68 tomes.

Dumarsais, C., (1776), Du traité des tropes ou des différents sens, Figure et vingt autres articles de l’Encyclopédie suivis de l’abrégé des tropes de l’abbé Ducros, présentation notes et traduction de Françoise Douay-Soublin, Critiques Flammarion, (1988), (1ère éd. 1730).

Duméril, E., (1849), Dictionnaire du Patois normand, B. Mancel, Caen.

Dupiney de Vorepierre, B., (1881), Dictionnaire français illustré et Encyclopédie universelle pouvant tenir lieu de tous les vocabulaires et toutes les encyclopédies, Calmann Lévy frères, Paris, 2 volumes.

Fiala, P., (1983), « La langue dans l’histoire, l’histoire dans la langue », dans Histoire et Linguistique, Actes de la Table ronde, École Normale Supérieure, I.N.R.P., p. 73-95.

Gattel, Cl.-M., (1827), Dictionnaire Universel de la langue françoise, avec la prononciation figurée, in-4°, 4e éd. Lyon, Librairie de J. Cellard et Cie, 1re éd. 1797.

Gattel, Cl.-M., (1841), Dictionnaire Universel de la langue française, avec la prononciation, les étymologies, les synonymes, un relevé critique des fautes échappées aux écrivains les plus célèbres, etc. 6e éd., grd 8°, 2 vol, Chamerot, Paris, (B.N.).

Girault-Duvivier, C.-P., (1812), Grammaire des Grammaires, ou analyse raisonnée des meilleurs traités sur la langue française, Bossange, Paris.

Glatigny, M., (1989), « Les commentaires normatifs dans le dictionnaire monolingue », dans Wörterbücher : Lexikographie, Handbücher zur Sprach-und-Kommunications Wissenschaft, édités par Hugo Steger, Herbert Enst Wiegand, Walter de Gruyter, Berlin/New-York, p. 700-703.

Glatigny, M., « Le rôle de la littérature dans la pratique lexicographique de Littré », Lexique 12-13, PUL, 1995, p. 79-87.

God(e) froy, C., (1827), Dictionnaire abrégé des mots français dont l’orthographe renferme quelques difficultés, Metz.

Guérin, Mgr., P., (1877), Lettres, Sciences, Arts, Encyclopédie universelle, Dictionnaire des Dictionnaires, Paris, Motteroz, 6 volumes in-4°.

Gusdorf, G. (1982), Fondements du Savoir Romantique, Les Sciences Humaines et la Pensée occidentale, t. IX, Paris, Payot.

Hatzfeld, A. et Darmesteter, A., (1890), Dictionnaire général de la langue française, du commencement du xviie siècle jusqu’à nos jours, précédé d’un traité de la formation de la langue, Gd. 8°, Delagrave, Paris.

Humboldt, W., (1806), « Latium und Hellas », dans Schriften zur Sprache, Stuttgart, 1985.

Landais, N., (1853), Grand dictionnaire de langue française, 12e éd. Didier, Paris, avec avertissement de la 3e éd., 1re éd. 1834 (B.N.)

Landais, N., (1834), Dictionnaire général grammatical des dictionnaires français, Didier, Paris.

Laveaux, J.-Ch., (1851), Dictionnaire raisonné des difficultés grammaticales et littéraires de la langue française, Hachette, Paris, 4e éd, reprenant l’« Avertissement » de la 3e éd.

Laveaux, J.-Ch., (1802), Dictionnaire de l’Académie française... Nouvelle édition augmentée de plus de vingt milles articles, Moutardier, Paris.

Laveaux, J.-Ch., (1818), Dictionnaire raisonné de difficultés grammaticales et littéraires de la langue française, Brunot-Labbe, Paris.

Lehmann, A., [sous la dir. de] (1995), « L’exemple dans le dictionnaire de langue ; Histoire, Typologie, Problématique », dans Langue Française, 106, 126 p.

Letellier, Ch., (1814), Nouveau dictionnaire portatif de la langue française, Oudart, Paris.

Lettres, Sciences, Arts, Encyclopédie Universelle du xxe siècle, Paris, Librairies-Imprimeries Réunies, 7, rue Saint-Benoît, 1908-1910, 12 vol. in-folio. Encyclopédie réalisée avec la participation de G. Boissier, G. Duruy, P.-É. Levasseur, M. Maindron, Roger-Milès, C. Saint-Saëns, H. Stein, O. Uzanne, M. Vachon, etc. 8000 p. Secrétaire de la rédaction : Amédée Salmon13.

Littré, É., (1863), Dictionnaire de la langue française, Gd. 4°, Hachette, Paris, Édition du Club Français du Livre, 1956.

Littré, É., (1878), Supplément au Dictionnaire de la langue française, 4°.

Littré, É., (1897), Comment j’ai fait mon dictionnaire de la langue française, publié avec avant-propos par M. Bréal, in-12°.

Marcellesi, J.-B. et Gardin, B., (1974), Introduction à la sociolinguistique : la linguistique sociale, Larousse, coll. « Langue et langage », Paris, p. 263.

Matoré, G., (1951), Le Vocabulaire et la Société sous Louis-Philippe, Slatkine Reprints, réédition Genève (1967).

Meschonnic, H., (1991), Des mots et des mondes, dictionnaires, encyclopédies, grammaires, nomenclatures, Hatier, coll. « Brèves, Littérature », Paris, 285 p.

Meschonnic, H., (1997), De la langue française. Essai sur une clarté obscure, Hachette, Paris, 356 p.

Milner, J.-Cl., (1989), Introduction à une science du langage, Le Seuil, p. 689.

Mounin, G., (1972), La Linguistique du xxe siècle, PUF, Paris.

Mozin, R.-P.-C., (1811), Nouveau dictionnaire complet français-allemand, Schneiderhahn, Stuttgart.

Nespoulous, J.-L., et Borrell, A., (1979), De la diversité des usages linguistiques – contribution à une révision de la notion des niveaux de langue, La langue Moderne, 71, p. 260-271.

Nodier, J.-Ch. et Verger, (1826), Dictionnaire universel de la langue française, Librairie Classique-Élémentaire, Paris, (B.N.)

Nodier, J.-Ch., (1827), Dictionnaire des onomatopées, Deslangles, Paris, 2e éd. revue et corrigée.

Nodier, J.-Ch., (1829), Examen critique des dictionnaires français, ou Recherche grammaticale et littéraire sur l’orthographe des mots, Paris, 2e éd.

Nodier, J.-Ch., (1834), Notions élémentaires de linguistique ou Histoire abrégée de la parole et de l’écriture pour servir d’introduction à l’alphabet, à la grammaire et au dictionnaire, Eugène Renduel, Paris.

Nodier, J.-Ch., (1835), Du Dictionnaire de l’Académie et des satires publiées à l’occasion de la première édition de ce dictionnaire, Paris.

Noël et Carpentier, (1831), Philologie française ou Dictionnaire étymologique, Lardeur, Paris.

Noël et Chapsal, (1826), Nouveau dictionnaire de la langue française, Maire-Nyon, Roret, Paris.

Noël et Chapsal, (1823), Nouvelle Grammaire Française. Vve Nyons, Paris.

Noël et Chapsal, (1826), Nouveau dictionnaire de la langue française, Toul, J. Carez, et Paris, rue de Seine.

Perelman, Ch., (1977), L’Empire rhétorique, Rhétorique et argumentation, Librairie philosophique, Paris, p. 178.

Planche, J., (1819), Dictionnaire français de la langue oratoire et poétique, 3 volumes, Gide fils, Paris.

Platt, L., (1835), Dictionnaire critique et raisonné du langage vicieux, Paris.

Poitevin, Pr., (1854), Lettre à M. Bescherelle aîné, Paris, 25 novembre 1854.

Poitevin, Pr., (1844), Cours théorique de la langue française, ouvrage rédigé sur un plan entièrement neuf, Didot frères, Paris, 3e éd.

Poitevin, Pr., (1847), Lettres à M. Chapsal, auteur d’une Nouvelle grammaire par M. Poitevin, Comon, Paris, in-8°.

Poitevin, Pr., (1847), Lettre à tous... Examen de la simple réponse de M. Chapsal, Comon, Paris (B.N.).

Poitevin, Pr., (1854), Réponse à un article de M. Bescherelle dans la réfutation de la grammaire de MM. Noel et Chapsal, Reinwald, Paris.

Poitevin, Pr., (1851), Dictionnaire de la langue française, glossaire raisonné, Maze, Paris.

Poitevin, Pr., (1855), Dictionnaire de la langue française, glossaire raisonné de la langue écrite et parlée présentant l’explication des étymologies, de l’orthographe et de la prononciation, les acceptions propres figurées et familières, la conjugaison de tous les verbes irréguliers ou défectueux, les principales synonymies, les gallicismes... enfin la solution de toutes les difficultés grammaticales... et précédé d’un tableau synoptique de l’Académie Française depuis l’époque de sa création, Paris, F. Chamerot, Gd. in-8°, (1re éd. 1851), (B.N.)

Pougens, Ch., (1793), Dictionnaire des nouveaux privatifs français, Allanche, Paris.

Quemada, B., (1967), Les Dictionnaires du Français Moderne (1593- 1863), Étude sur leur histoire, leurs types et leurs méthodes, Didier, coll. « Études Lexicologiques », Paris.

Reboul, O., (1991), Introduction à la rhétorique, PUF, Paris, p. 238.

Rétif, A., (1975), Pierre Larousse et son œuvre (1817-1875), Librairie Larousse, Paris, 336 p.

Rétif, A., (1974), Pierre Larousse, un continuateur de Diderot, Europa Vincet, Herausberg ed, Frankfurt/Main, 1974.

Rey, A., (1970), (b), Littré, l’humaniste et les mots, Gallimard, Paris, p. 351.

Rey, A., (1972), « Usages, jugements et prescriptions linguistiques », dans La Norme, Langue Française, n° 16, décembre, Larousse, p. 5-61.

Rey, A., (1976), Lexique, image et modèle, A. Colin, p. 275.

Rey, A., (1982), « Littré, de l’humanisme au sciences humaines », dans Actes du Colloque Littré, (1981), Centre International de Synthèse, Albin-Michel, p. 163-176.

Richard des Vosges, (1824), Extrait d’un glossaire des patois des Vosges, Paris.

Richelet, P., (1680), Dictionnaire françois contenant les mots et les choses, Genève, 4°, 1680.

Rochegude, F.-H. de, (1819), Essai d’un glossaire occitanien, Toulouse.

Rondonneau, L., (1821), Vocabulaire classique des étudians (sic) en droit, Jourdan, Paris.

Roquefort, J. de, (1808), Glossaire de la langue romane, Berbier, Paris.

Seguin, J.-P., (1986), « Archaïsme et connotation dans le Suplément au Dictionnaire critique de l’Abbé Féraud », dans Autour de Féraud, la lexicographie en France de 1762 à 1835. Actes du Colloque international organisé à l’École Normale Supérieure de Jeunes Filles les 7, 8, 9 décembre 1984 par le Groupe d’Études en Histoire de la Langue Française, collection de l’École Normale Supérieure de Jeunes Filles, n° 29, Paris, p. 141-146.

Seguin, J.-P., (1978), « Lexicographie et Conformisme en 1798 », dans La Licorne, Publication de la Faculté des Lettres et des Langues de l’Université de Poitiers, (1978/2), p. 85-106.

Swiggers, P., (1986), « Grammaire et lexique au xviiie siècle : réflexions sur la valeur des mots », dans Autour de Féraud, la lexicographie en France de 1762 à 1835, op. cit., p. 63-72.

Terzuolo, F. P., (1866), Études sur le dictionnaire de l’Académie française, 2e éd. in-18.

Trévoux, (1704-1771), Dictionnaire Universel Français et Latin, contenant la signification et la définition tant des mots... que des termes propres à chaque état et à chaque profession..., nouvelle édition [1752], Paris, 7 vol. in folio.

Vanier, V.-A., (1836), Dictionnaire grammatical, critique et philosophique de la langue française, Brunot-Labbe et Delalain, Paris.

Wailly, A. de, (1866), Nouveau dictionnaire français où l’on a suivi l’orthographe du dictionnaire de l’Académie, par F. de Wailly, 23e éd. 8°.

Wolf, L., (1983), « La normalisation du langage en France. De Malherbe à Grevisse », dans La Norme linguistique, textes colligés et présentés par Édith Bédard et Jacques Maurais, coll. « L’ordre des mots le Robert », Paris, p. 105-138.

Notes

1 Voir sur ce point Günther Oesterle, « Deux formes d’appropriation de l’étranger à Paris ; Modèles de comparaison culturelle de Wilhelm von Humboldt et de Friedrich Schlegel », dans M. Espagne et M. Werner (sous la dir. de), Philologiques III, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1994, p. 31-41.

2 Hachette, Paris, 1997.

3 Michel Foucault, Les Mots et les Choses, Gallimard, Paris, 1966, p. 245 et 248.

4 Il suffit de penser là aux dévoiements dont est l’objet la célèbre phrase de Buffon, prononcée le 25 août 1753, dans le Discours de réception à l’Académie française : « [...], le style est l’homme même », qui deviendra sous forme clivée : « Le style, c’est l’homme », voire, sous forme plus synthétique : « Le style est tout l’homme », comme le notait au xixe siècle le. grammairien Lemare.

5 Puisque ce dernier, dans L’Art de la prose, revendique l’existence désormais acquise de génies littéraires individuels, ce qui est aussi une manière de poser sur fond de langue l’individualisation en style du génie personnel par la littérature.

6 Cette cinquième édition est augmentée de 560 pages par rapport à la précédente, mais, de 1808 à 1857, malgré les apports de Charles Nodier, l’ouvrage conservera à partir de 1827 la même définition. À la même époque, un professeur d’écriture, de grammaire et de style, Raynaud, auteur d’un Manuel du Style en quarante leçons, n’hésite pas à écrire ceci, fort révélateur : Raynaud écrit d’ailleurs : « Le génie des langues influe beaucoup sur le style, et à tel point que cette influence en détermine le caractère. Les écrivains soumis au joug de telle ou telle langue, sont comme des soldats nés dans telle ou telle armée, qui doivent en suivre l’esprit sans s’embarrasser s’il vaut mieux ou moins que celui d’une autre. » [p. 3]

7 Voir « L’exemple d’une revue : Le Journal Grammatical et Didactique de la Langue française [1826-1840] », Travaux de linguistique, Langue et linguistique, mouvements croisés et alternés (1790-1860), J.-Ph. Saint-Gérand éd., n° 33, Duculot, 1997, p. 91-114.

8 Pagnerre éditeur, Paris, p. 6-7.

9 Jean-Jacques Ampère, Littérature, Voyages et poésies, Didier, Paris, 1850, « Quelques principes pour l’histoire comparée des langues », t. 1, p. 296-310 ; notamment, p. 306-310.

10 Humboldt avait écrit : « Le caractère est le style d’une langue. Chaque langue a son caractère qui se révèle par les sonorités, par les formes verbales ; c’est dans les mots qu’il met d’abord son empreinte obscure et profonde » ; texte cité au reste par Remy de Gourmont, en épigraphe à son Esthétique de la langue française, Mercure de France, Paris, 1899, p. 11.

11 Humboldt, W., « Latium und Hellas », dans Schriften zur Sprache, Stuttgart, 1985, p. 176.

12 Notion qui, dans la France du début du xixe siècle, est toujours négativement connotée comme écart, et comme marque d’une excentricité porteuse de danger pour la stabilité du corps social. La préface du Dictionnaire général de F. Raymond (3e éd., Paris, 1840) porte encore : « Nous sentons que notre force n’est pas dans l’individualité ; notre langue s’enrichit en empruntant aux idiomes étrangers »...

13 « En termes de langue, cet ouvrage donne la prononciation toutes les fois qu’elle présente des difficultés ou provoque des doutes ; [...] l’étymologie en tête du mot dont elle éclaire les diverses significations. Grâce aux travaux des maîtres éminents de la philologie romane, Gaston Paris, Antoine Thomas, et à ceux de leurs élèves, la science étymologique a fait de grands progrès depuis quelque temps, ils sont consignés ici. Les acceptions de chaque mot sont indiquées dans l’ordre logique, avec des exemples à l’appui, partant, autant qu’il a été possible, de l’apparition du mot dans la langue. Les verbes irréguliers sont conjugués, les auxiliaires des verbes neutres sont indiqués. Certains adjectifs doivent précéder ou suivre les substantifs : nous en faisons l’observation. Des remarques résolvent les difficultés grammaticales et syntaxiques. Chaque mot est comparé avec ses synonymes et l’on fait ressortir les nuances qui les différencient. Nous donnons l’orthographe actuelle, d’apres la dernière édition du Dictionnaire de l’Académie française publié en 1878. Tous les dictionnaires antérieurs se trouvent nécessairement défectueux sur ce point important, puisqu’ils n’ont eu d’autre règle que l’édition de 1835. » [p. VI]

Auteur

A notamment publié : Les Destinées d’un style : essai sur les poèmes philosophiques de Vigny, Minard-Lettres modernes (1979) ; L’Intelligence et l’Émotion : fragments d’une esthétique vignyenne (théâtre et roman), Bibliothèque de l’information Grammaticale, éd. Peeters (1988), ; Morales du style, Presses Universitaires du Mirail (1993) ; Alfred de Vigny : vivre, écrire, Presses Universitaires de Nancy (1994). Il a également dirigé l’ouvrage collectif Mutations et scléroses de la langue française, 1789-1848, Franz Steiner Verlag, Stuttgart (1993).

© Presses universitaires de Vincennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search